Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Je vais essayer de m'ouvrir un peu plus à toi [Samuel]

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 240
» Pseudo : Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Lun 19 Déc - 18:24 par Lorena S. Gennarino

Ce soir je vais essayer de m’ouvrir un peu plus à toi.
Samuel et Lorena


Durant ma jeunesse, je ne m’étais jamais imaginer vivre une relation amoureuse ! Pourquoi vous demandez-vous ? Se sont souvent le rêve d’une jeune fille, celui de rencontrer quelqu’un qui ferait partie de sa vie, pour un court ou long moment ! Mais ce n’était pas le cas pour moi ! Quand on doit fuir son pays et laisser une partie de sa famille derrière soi ! Cela laisse une marque, mais quand on plus on sait la raison de cette fuite et que pour notre bien, on ne doit faire confiance à personne, et bien on prend les choses à cœur et de peur d’être blessé ou de tomber sur une mauvaise personne, on préfère s’enfermer de passer à côté sûrement de belles choses. Cela avait été ma vie amoureuse, même si j’avais un ou deux petits amis, rien de très sérieux ! Tout changea lorsque j’avais rencontré Samuel ! Durant mon hospitalisation, je l’avais trouvé très bien comme médecin ! Il était attentif envers ces patients et très gentil. Même si je le trouvais assez craquant, je n’éprouvais pas grand-chose à son égard ! Cela était surement du au coup que j’avais reçu sur la tête. Car après mon hospitalisation, j’avais eu la chance de revoir mon médecin et ce fut à partir de ce moment-là, que je me rendis compte qu’en plus de le trouver charmant, il y avait d’autres petites choses qui me plaisaient en lui !

Cela faisait quelques mois que nous étions ensembles mais je n’avais pas fait de plan sur la comète ! Pourquoi, ben ce n’était pas en étant en couple avec une personne depuis quelques mois qu’on pouvait penser que cela fonctionnerait à long terme entre nous ! Par contre je trouvais qu’il était temps de lui en apprendre un peu plus sur moi, ma vie, et surtout mon passé ! Ce dernier point était le plus délicat. Alors pourquoi ne pas commencer par mon travail et lui faire découvrir comment mes journées étaient occupées. J’avais commencé par les otaries et je lui avais même, une fois que les animaux étaient en confiance, donner la chance à Samuel de leur donner à manger ! La scène de prise de contact avait été adorable. Ce qui m’avait plu à ce moment-là, j’avais découvert une autre facette du jeune homme ! Autant il était sûr de lui et faisait un travail formidable avec ses patients, qui étaient humains, et il avait un peu de mal avec les animaux ! Cela m’avait fortement touché.

« Oui ne te tracasse pas, l’odeur partira rapidement ! Encore un ou deux lavages des mains et tu ne sentiras plus rien ! »

On avait repris notre chemin par la suite et tout en longeant d’autres enclos, notre chemin fut quelque peu silencieux avant que Samuel ne m’annonce qu’il avait quelque chose à me dire. Je m’arrêté brusquement, un sentiment d’angoisse me gagna rapidement ! Ce genre de phrase n’annonçait jamais rien de bon ! Ce fut avec un peu de lenteur que je fis demi-tour pour faire face à Samuel J’essayais de garder un semblant de maitrise de moi tout en étant hyper angoissée de savoir ce qu’il avait à me dire.

« Euh oui je t’écoute. »

Lui dis-je, un peu avant qu’il m’annonce qu’on lui avait proposé le poste de chef de chirurgie. »

« Hé mais c’est super ça ! Et tu as déjà pris ta décision ? Je suis certaine que tu seras excellent dans ce nouveau poste. »

Et j’étais sincère en lui disant cela ! Mais par contre, ce que je craignais le plus, vint par la suite ! Et pour être honnête, je ne comprenais pas sa décision ! Pourquoi faudrait-il mettre un terme à notre relation maintenant ? On arrivait déjà bien à s’en sortir maintenant, et je ne voyais pas pourquoi cela pourrait continuer de la sorte ! En acceptant de sortir avec lui, je savais très bien quel métier il faisait et que ce dernier lui demandait énormément de temps.

« Attends, si je comprends bien ce que tu viens de me dire, c’est que si tu acceptes ce poste, on devra mettre un terme à notre relation c’est ça ? Et pourquoi, pourquoi mettre un terme à notre couple si tu acceptes ce poste ? Quel rapport peut-il bien y avoir ? Le fait que tu seras encore plus pris par ton travail et qu’on aurait moins de temps à nous ? »

J’avais énormément de question que se bousculaient dans ma tête ! Je ne comprenais pas, je ne comprenais rien ! Pourquoi vouloir prendre ce genre de décision, sans m’en avoir touché un mot ! Lui avais-je montrer sans le vouloir que je serais un frein pour sa carrière ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 347
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Indianna M. (n.dormer) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Mar 10 Jan - 15:56 par Samuel A. Adams

Tonight, try to be ourselves
Samuel et Lorena


Se retrouver dans cette position n'avait rien d'enviable. En fait, Samuel avait toujours détesté ça. Il ne faisait pas partit de ces gars qui prenaient les filles pour les jeter ensuite. Dans le fond, il avait toujours attendu de trouver la femme qui pourrait partager sa vie, pleinement. Mais son travail avait prit bien trop de place et d’ampleur avec les années et cela ne faisait qu'empirer. Il était le seul fautif, son métier n'était, en soit, pas une vrai excuse quand il savait que certains de ces collègues réussissaient à tout mener de front. Mais Samuel, lui, n'avait jamais trouvé la bonne mesure. Enfin si, une fois, il pensait avoir trouvé. Il était même prêt à tout pour que cela marche. Encore aujourd'hui, il lui arrivait de repenser à cet instant, à tous ces moments, et il était partagé entre le souvenir et le chagrin. Il s'en était remit depuis, mais cela avait laissé des traces. Isolde. Elle avait été la première, après Callie, à lui redonner de l'espoir sur une possibilité de vie à deux. Peut-être qu'il avait vu chez elle une certaine patience, une sensibilité qui suffirait pour que tout fonctionne. Ce qu'il avait mit de côté par contre, c'était son mari à elle. Il l'avait longtemps détesté de s'être mit en travers de leur histoire, mais avec du recul, il avait comprit que c'était lui l'intrus. Amant d'une femme mariée n'avait rien eu d'un statut enviable mais Samuel avait choisi de fermer les yeux dessus au départ. Il avait préféré ça à la voir partir pour de bon. Il n'était pas de ceux-là, il avait détesté cette idée mais c'était toujours mieux que de lui dire au revoir. Mais l'inévitable était arrivé et elle avait choisi de donner une seconde chance à son mariage et l'avait quitté. Il avait sans doute était trop naïf et il l'avait chèrement payé.

Il s'était tut et à voir le regard de Lorena, celle-ci attendait patiemment qu'il lâche le morceau. Il ne comprenait pas ce qui lui prenait, il était pourtant sur que c'était la meilleur chose à faire. « Hé mais c’est super ça ! Et tu as déjà pris ta décision ? Je suis certaine que tu seras excellent dans ce nouveau poste. » Il lui souria tendrement. Même là, il ne savait pas être dur, parce qu'elle ne le méritait nullement, parce qu'elle était la bonté même. Et puis Samuel n'était pas un connard, il ne savait même pas comment gérer tout ça, d'ordinaire, c'était lui qui se prenait tout ça en pleine face. « Merci beaucoup ». Elle était honnête et elle était réellement heureuse pour lui, il le savait. Il se sentait mal à l'aise, il n'aimait pas de tout cette sensation d'impuissance. La machine était en marche et il ne pouvait -voulait- plus faire marche arrière. « Attends, si je comprends bien ce que tu viens de me dire, c’est que si tu acceptes ce poste, on devra mettre un terme à notre relation c’est ça ? Et pourquoi, pourquoi mettre un terme à notre couple si tu acceptes ce poste ? Quel rapport peut-il bien y avoir ? Le fait que tu seras encore plus pris par ton travail et qu’on aurait moins de temps à nous ? ». La réaction de Lorena était normale, il ne pouvait que la comprendre. Elle était tendu et il ne savait pas du tout comment arranger tout ça. C'était un passage obligé, non ? Bon, il n'était pas du tout habitué à ça. Ses relations sérieuses se comptaient sur les doigts d'une main et en général, c'était lui le dindon de la farce. Même si à bien y réfléchir, Callie ne serait sans doute pas de cet avis. Mais peut importé la mère de sa fille en cet instant, il devait trouver les mots. Samuel était bon pour ça en temps normal, il passait son temps à apaiser les patients et leur entourage. Mais quand ils 'agissait de lui, il était dépourvu du bon ton. Comment ferait Sloan si elle était à sa place ? Ou Liam ? Bon, lui il trompait sa femme avec une étudiante, alors ce n'était sans doute pas le meilleur allié en cet instant. « Ce poste va beaucoup me coûter au début... Enfin je parle pas d'argent...Je... Il va me prendre tout mon temps, mon énergie et je ne veux pas... Je ne peux pas me demander si j'ai bien fais en sachant que tu attend quelque chose d'autre derrière tout ça ». Il ne savait pas s'il était très claire, mais lui même ne savait pas comment expliquer les choses. Son cerveau turbinait à plein régime, si bien qu'il avait mal au crane. Il avait la terrible impression de reproduire de nouveau ses erreurs passées, mais il ne pouvait pas trouver une autre alternative. Son métier lui avait pourtant coûté sa première histoire d'amour, sa relation avec sa fille, ses relations avec sa famille, mais il savait que sans ça, il se sentirait vide. Samuel n'avait réellement comprit son implication sur terre que lorsqu'il avait prit la décision de sauver des vies. Et les écouter, les soigner, ne lui avait jamais suffit. Il devait les réparer, leur offrir une seconde chance. Il le devait à Danny. Il ne voulait pas imaginer ce qu'il dirait s'il le voyait en cet instant, si perdu, si désabusé par ses propres décisions. Samuel c'était longtemps caché derrière la mort de son meilleur ami pour se donner bonne contenance. Inconsciemment, il s'était servit de lui pour lui offrir des portes de sortie.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 240
» Pseudo : Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Sam 21 Jan - 17:26 par Lorena S. Gennarino

Ce soir je vais essayer de m’ouvrir un peu plus à toi.
Samuel et Lorena


Quand j’avais préparé cette petite soirée, je n’avais jamais eu à l’esprit que cela tournerait de la sorte ! Je voulais m’ouvrir à lui, lui montrer ce à quoi ressemblait mon travail et j’avais envisagé lui parler un peu de mon passé. Lui dire pourquoi je pouvais par moment être distante, cachotière sur ce qu’était ma vie avant d’arrivée à Londres. Certes cela ne faisait que quelques mois qu’on était ensemble Samuel et moi, mais je crois que je me devais de lui dire au moins une partie de la vérité. Mais je pense que cela ne sera pas nécessaire ! Pourtant je ne souhaite pas que notre relation se termine car j’éprouvais des sentiments pour lui ! Je ne savais pas si c’était le fait que je n’avais pas vraiment compris ou que je ne voulais pas comprendre ce qu’il venait de me dire !

Alors je n’avais pas pu m’empêcher de lui demander le rapport entre son nouveau boulot et ses responsabilités qu’y allaient avec et notre couple ? Car j’avais bon essayé, malgré que mon cerveau fût comme embrumé, de comprendre ! Mais hélas je n’y arrivais pas !

Et c’était le cas aussi du côté de mes émotions ! J’avais du mal à les garder en moi ! Depuis que j’avais quitté ma Sicile natale, j’avais pris l’habitude de cacher mes sentiments et de les garder pour moi ! Mais ici cela devenait difficile. Je sentais les larmes montées et je commençais à avoir plus de mal à les retenir ! Pourtant, je me devais lui répondre, lui dire ce que je ressentais à ce moment-là. Je pris une bonne respiration, je relevais la tête pour lui faire face.

« Tu ne veux pas te demander quoi ? Que tu as bien fait ? Que sais-tu ce que je peux attendre ? Tu t’es demandé une fois au moment où tu as pris ta décision, ce que je souhaitais ? Ou tu n’as pensé qu’à toi ? Dans une relation, il y a toujours deux personnes et il me semble que les décisions doivent se prendre à deux ! »

Malgré que je me contenais, il y a avait tout de même un peu de colère dans ma voix… Pourtant je n’avais rien laissé paraitre, ni il me semble lui avoir mis une quelconque pression ou autre sur notre couple ! J’étais compréhensive quand il me prévenait qu’il devait rester tard à l’hôpital ! Je ne lui avais jamais rien dit, ni fait de scène et pourtant

Mes larmes s’étaient mises à couler le long de mes joues ! Dès que les premières avaient touché mes joues, je m’étais aussitôt retournée ! J’avais fait quelques pas devant moi pour aller m’appuyer sur la barrière qui surplombait l’enclos des otaries. Je regardais dans le vide, essayant de comprendre ce que j’avais pu bien faire pour qu’on en arrive là ! Je voulais me réveiller et me dire que ce n’était qu’un mauvais rêve et que Samuel ne venait pas de me dire qu’il voulait mettre un terme à notre couple ! J’étais perdue….
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 347
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Indianna M. (n.dormer) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Jeu 26 Jan - 12:24 par Samuel A. Adams
Il était sans doute stupide. Oui, beaucoup pouvait le penser et sans doute que Samuel ne trouverait rien à y redire. Il était chanceux d'avoir Lorena dans sa vie, mais quand il regardait la situation, il faisait tout pour que cela s'arrête. Ce n'était pas une peur de l'engagement car dans le fond, il avait toujours l'espoir de trouver la femme qui pourrait partager sa vie. Sa vie de célibataire avait ses avantages néanmoins. Il pouvait vivre comme bon lui semblait, flirter sans avoir peur des conséquences, n'avoir de compte à rendre à personne. Mais il y avait un moment où cela ne le satisfaisait plus. Il se rapprochait lentement des 40 ans, un âge où il ne pourrait espérer trouver une femme qui n'avait pas son lot d'amours derrière elle. Quand il serait à la retraite, il ne voulait pas regarder derrière lui et se dire qu'il finirait seul. Seulement, il ne voulait pas investir une relation amoureuse maintenant juste pour se consoler de la solitude qui pouvait le gagner à certaines occasions. Samuel n'était pas un égoïste, loin de là, si bien qu'il ne pouvait continuer de se bercer d'illusion dans sa relation avec Lorena. Quel temps allait-il pouvoir lui accorder avec ce nouveau poste ? Et avec Lilly devrait rapidement vivre chez lui ? Callie et lui avaient eut une discussion au sujet de leur fille et il s'avérait que si la situation de s'arrangeait pas, Lilly viendrait vivre chez Samuel. Et il était alors évident qu'il devrait passer du temps avec sa fille, même si pour le moment, il avait du mal à tout rassembler sans qu'il ressente un élancement dans la poitrine.

« Tu ne veux pas te demander quoi ? Que tu as bien fait ? Que sais-tu ce que je peux attendre ? Tu t’es demandé une fois au moment où tu as pris ta décision, ce que je souhaitais ? Ou tu n’as pensé qu’à toi ? Dans une relation, il y a toujours deux personnes et il me semble que les décisions doivent se prendre à deux ! » Lorena s'emporta. Rien de plus normal, songea-t-il. Néanmoins, il devait reconnaître qu'elle avait raison. Samuel avait songé que cette décision lui revenait, mais Lorena semblait vexé qu'il ne lui en ait pas parlé. Mais dans les ruptures, les deux sont rarement d'accord. L'un des deux souffre toujours plus, l'un est forcément lésé. Il songea à sa rupture avec Callie. Pour le coup, la décision c'était imposée d'elle-même, sans que Samuel ne fasse quoi que ce soit pour que ça change. Callie avait décidée et quand elle avait quelque chose en tête, c'était peine perdu de lui faire changer d'avis. Il l'avait vu faire ses valises et celle de Lilly, il l'avait vu furieuse si bien qu'il c'était juste mit sur le côté pour lui lui éviter de crier d'avantage. Elle ne lui avait jamais donné voix au chapitre, elle avait simplement prit se décision faisant fit de ce qu'il pouvait en penser. Isolde avait fait pareil, elle avait simplement tout stoppé entre eux sans lui laissé une chance de changer la donne. Alors inconsciemment, Samuel c'était dit que ça fonctionnait comme ça. Pourtant, il favorisait la communication d'ordinaire. Il vit Lorena au bord des larmes et il se sentit très mal. Il supportait mal l'idée d'être la raison d'un tel état. Ce n'était pas un mauvais type, il ne prenait aucun plaisir à faire cela ou à regarder sa détresse. Au contraire, il sentait assez misérable. Lorena lui tourna le dos pour reprendre bonne contenance pensa-t-il. Il lui laissa quelques secondes. « Je suis désolé, j'aurais dû te demander, c'est juste que je... Enfin je sais pas comment on fait ça ». C'était sûrement stupide comme excuse, mais il n'en n'avait pas d'autre. Il s'était rapproché d'elle, laissant un écart raisonnable de peur qu'elle se dégage à son arrivée. Il s'adossa à la même barrière qu'elle, mettant une main de chaque côté de son corps, fixant le sol. « C'est juste que je suis pas certain de pouvoir t'offrir plus Lorena. Tu ne pense pas que quand j'aurais annulé un énième rendez-vous pour une urgence tu sera pas excédé ? ». Ils avaient déjà du mal alors qu'il était simplement chirurgien, alors qu'en serait-il quand il aurait des obligations en plus ? Certes, il pouvait refuser, mais dans le fond, il savait qu'il ne le ferait pas. Samuel avait toujours été boosté par les challenges, les défis à relever, sans ça il se sentait vide. Et Lorena, du moins il l'espérait, ne lui demanderait jamais de refuser. Callie avait tenté, des années auparavant, alors qu'il n'était qu'un simple étudiant en médecine et Samuel avait favorisé sa future carrière. Alors maintenant qu'un poste comme ça était à porté de bras, il était stupide de penser que cela changerait. Bien sur, il avait la sensation de refaire les mêmes erreurs, sauf que cette fois ci il n'y avait d'enfant au milieu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 240
» Pseudo : Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Dim 12 Fév - 18:24 par Lorena S. Gennarino

Ce soir je vais essayer de m’ouvrir un peu plus à toi.
Samuel et Lorena


Tout se mélangeait dans ma tête ! J’errais entre la réalité et l’irréel ! Je savais que je me trouvais au zoo et en même temps j’avais l’impression que ce que je vivais avec Samuel était un cauchemar. J’avais du mal à comprendre ! Comment une nouvelle fonction pouvait avoir influencé ses sentiments et avait poussé Samuel à mettre un terme à notre relation. Et pourtant, je savais ce que c’était de faire passer les affaires avant sa propre famille. Je le savais puisque j’en avais fait les frais des années plutôt. Mais je m’étais dit que cela ne pouvait être rare ce comportement, que peu de gens faisait passer leur vie professionnelle avant leur vie amoureuse ou leur vie de famille. Et tout le monde ne pouvait pas être comme ma mère prête à sacrifier sa vie professionnelle pour rester auprès de son mari et de s’occuper de ses enfants. Pour moi, il était possible de jongler entre les deux, la vie de famille et professionnelle. Mais qu’est-ce que j’avais pu être naïve à cette époque, naïve de penser cela !

Lorsque j’avais demandé à Samuel pourquoi, entre autre, il ne m’en avait pas parlé avant, je reconnais que je m’étais quelque peu emportée. Moi qui pourtant arrivait toujours à contrôler mes émotions, je m’étais laisser emporter et mon côté sicilien était remontré à la surface. Maintenant que je lui avais posé tant de questions, je n’étais plus très certaine d’en avoir les réponses ! La seule chose qui m’intéressait était de me réveiller de ce cauchemar ! Cauchemar qui hélas était bien réel.

« Comment on fait quoi ? Comment on rompt avec une fille ! Ce n’est pas compliqué puisque tu y es parvenu ! »

Je m’étais de nouveau emporté et pourtant ce n’était pas une solution non plus !

« Excuse-moi. »

Lui avais-je simplement dit. J’avais préféré m’éloigner de lui, de mettre un écart entre nous. Pour pourvoir entre autre me calmer. J’espérais qu’il garderait cette distance, mais au contraire, Samuel s’était rapproché de moi tout en laissant tout de même un peu d’espace. Les larmes coulaient toujours et j’avais, à son approche détourné la tête pour qu’il ne puisse rien voir.

« Comment peux-tu savoir que tu ne pourras pas m’offrir plus ? On n’a pas encore vécu cette situation ! J’ai bien survécu à toutes tes annulations de dernières minutes jusque maintenant, pourquoi pas encore ? Tu ne me connais pas pour penser cela ! »

Et c’était vrai, il ne me connaissait pas ! J’avais réussi à survivre loin des miens, à devoir toujours regarder derrière moi afin de m’assurer qu’il n’y avait aucun danger ! J’étais parvenue à me contrôler et à rester calme pour lui parler et c’était toujours avec ce calme que je lui parlai à nouveau.

« Je sais pas pourquoi je m’obstine à vouloir essayer de trouver des excuses. Je crois que ta décision est prise ! »
AVENGEDINCHAINS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 347
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Indianna M. (n.dormer) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Mer 15 Fév - 16:34 par Samuel A. Adams
Peut-être que Samuel ne faisait pas assez d’effort. Pourtant, dans la vie de tous les jours, Samuel n'était pas du genre à abandonner. Il était même plutôt persévérant. Il ne savait pas vraiment d'où lui venait cette témérité. Il n'avait pas dû batailler pour entrer en fac de médecine, il ne venait pas des quartiers pauvres où il avait lutté pour imposer place... Non, Samuel était plutôt né sous une bonne étoile. Il avait grandit dans une famille aimante, avec des parents prévenants et bien qu'autoritaire, assez présents dans la vie de leurs enfants. Mais quand il s'agissait de ses études ou de sa carrière, Samuel n'avait jamais rien lâché. Il avait essuyé des gardes interminables, accumulé les heures supplémentaires et surtout encaissés les regards de reproche de Callie à l'époque et ensuite de ses proches. Il avait sans doute été stupide de penser qu'avec Lorena cela ferait une différence. Pourtant, il avait mûri depuis, il avait prit quelques années et des cheveux blanc. Alors comment expliquer qu'il se retrouvait face à la même situation que 18 ans plus tôt ? Encore une fois, sa carrière prenait toute la place. Il imaginait d'ici le soupire appuyé de Sloan ou le cynisme de Liam quand il aurait à répondre à leurs questions. Certains penseraient que c'était simplement une peur de l'engagement, une peur classique après une rupture compliquée. Mais la vérité, c'est que Samuel avait du mal à concilier plusieurs choses, alors par facilité, il préférait stopper avant d'être surchargé . Le stress n'était jamais bon pour quelqu'un, mais encore moins pour un chirurgien. On ne pouvait pas ramener ses ennuis personnels au bloc, tout devait rester à la porte. Quand on devait opérer une personne, on devait être disponible à 100%, il n'y avait pas de place pour les doutes. Samuel aimait associer cette philosophie de vie à sa vie de tous les jours. « Comment on fait quoi ? Comment on rompt avec une fille ! Ce n’est pas compliqué puisque tu y es parvenu ! ». Si jusque là Samuel c'était sentit mal à l'aise, il était certain que c'était pire à présent. Voir une femme pleurer l'avait toujours dérangé mais quand il était celui responsable de ces larmes, il se sentait impuissant. Même devant sa fille, il se sentait toujours prit au dépourvu. Il n'avait pourtant pas manqué d'amour chez lui, mais cela ne passait pas forcément par les câlins, mais par une tendresse différente. « Excuse-moi. ». Il la regarda, un peu surprit. Venait-elle vraiment de s'excuser ? A vrai dire, il trouvait sa réaction légitime, il s'attendait même à pire que ça. Il avait été habitué aux colères destructrices de ses sœurs ou aux éclats de voix caractérisés de Callie et Lilly. Mais Lorena semblait plus vexée qu'en colère, ce qui était sans doute pire pour Samuel. La colère, il pouvait gérer, mais le chagrin c'était une autre paire de manche.

Il c'était rapproché d'elle et il la vit détourner le visage. « Comment peux-tu savoir que tu ne pourras pas m’offrir plus ? On n’a pas encore vécu cette situation ! J’ai bien survécu à toutes tes annulations de dernières minutes jusque maintenant, pourquoi pas encore ? Tu ne me connais pas pour penser cela ! ». Oui, elle avait sans doute raison. Samuel n'avait pas la prétention de bien connaître les gens, mais il pensait pouvoir décrypter certaines parties. Néanmoins, Lorena venait de mettre un doigt sur son principal problème : il avait anticipé son avis. Et à voir le regard noir et les remarques assassines de cette dernière, il n'aurait pas dû. Ces derniers mois, Samuel lui avait imposé son rythme de vie, sans lui laisser vraiment le choix. Néanmoins, il ne lui avait jamais fait de promesse qu'il ne pouvait pas tenir. Que ce soit avec elle ou les autres femmes qu'il avait fréquenté, Samuel avait toujours été honnête sur son mode de vie et sur ces conséquences dans les relations qu'il pouvait entretenir. Et cela c'était avant de décrocher le fameux poste qui lui valait tant de remise en question et la situation très fâcheuse dans lequel il se trouvait. « C'est vrai, tu as sans doute raison. Mais je sais que ce travail me demandera bien plus que ce que je fais aujourd'hui et je suis pas certain de pouvoir tout mener de front ». Il s'en voulu à la minute où il prononça cette dernière phrase. Lorena allait sans doute penser qu'il la comparait à une mission, alors qu'il c'était simplement mal exprimé. Quand il était tendu, il perdait souvent le fil de sa pensée, comme maintenant. « Ce que je veux dire, c'est je vais pas pouvoir m'investir vraiment avec toi alors que j'aurais toujours à pied à l'hôpital... ». Il voulu parler de Lilly, mais il n'était pas sur de vouloir s'étendre sur le sujet pour le moment. Lorena avait plutôt bien accepté l'idée qu'il est une grande fille de 19 ans, mais pas sûr qu'elle encaisse de savoir que celle-ci pouvait débarquer chez lui à tout moment et qu'elle ressemblait fortement à une tornade ambulante. « Je sais pas pourquoi je m’obstine à vouloir essayer de trouver des excuses. Je crois que ta décision est prise ! ». Il hocha lentement la tête. Ni l'un ni l'autre n'avaient imaginé passer une soirée ainsi. Mais Samuel préférait enlever le pansement d'un coup sec plutôt que cela ne devienne trop douloureux. « Je suis vraiment désolé Lorena », dit-il tout bas mais il savait qu'elle avait entendu. Le silence faisait échos à ce triste moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 240
» Pseudo : Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Jeu 23 Fév - 15:02 par Lorena S. Gennarino

Ce soir je vais essayer de m’ouvrir un peu plus à toi.
Samuel et Lorena


Mon esprit, même en étant quelque peu perdu, avait fait remonter à la surface, la promesse que je m’étais fait en quittant la Sicile ! Je m’étais promis de toujours me méfier des hommes ! Mais en me disant cela, je pensais plutôt aux hommes qui pouvaient me suivre ou essayer d’entrer en contact et qui en réalité étaient là parce qu’ils nous avaient retrouvé et qu’ils comptaient bien continuer et mettre leurs menaces à exécution. En y réfléchissant, se sont les hommes en général dont j’aurais du me méfier ! C’était égoïste de venir à penser cela, alors que je savais que c’était la douleur, la colère qui me faisait penser de telles choses. Mais une chose était certaine, j’avais déjà du mal à faire confiance aux autres, là, cela n’allait pas s’arranger !

En lui répondant, je m’étais quelque peu emportée ! Le côté sicilien avait pris le dessus ! Mais je m’étais rendue vite compte de cet emportement et je m’en étais excusée ! Oui je sais c’est chose étonnante, mais voilà c’était comme cela, j’étais comme cela. J’étais comme me le disais souvent mon père, j’étais un peu trop gentille. Je n’en pouvais rien, j’avais bon avoir par moment, le caractère bien trempée d’une Sicilienne et explosée comme l’Etna quand il rentre en éruption, j’avais du mal à être fâchée contre une personne, même si cette dernière m’avait blessée.

Il ne fallait pas croire, j’étais fâchée contre Samuel. Je lui en voulais, certes de mettre fin à notre relation, mais c’était surtout sur le fait qu’il avait préféré prendre ses décisions tout seul, sans pensé une fois à m’en parler ! Pourtant on était encore ensemble lorsqu’il avait du prendre sa décision ! Enfin c’est ce que je pensais, ou avait-il déjà pris sa décision de me quitter ? Allez savoir ! J’étais consciente qu’une relation amoureuse n’était jamais sûre à cent pour cent ! Surtout qu’en ce qui nous concernait, cela ne faisait que quelques mois que nous étions ensembles Samuel et moi.

Au moment où il s’était approché de moi, j’avais détourné la tête ! Je ne souhaitais pas qu’il soit si proche et en même temps j’en avais envie ! Lentement mes larmes avaient cessées de couler le long de mes jours. Mon regard était toujours posé devant moi, sur un point invisible mais qui me permettait de me concentrer sur ce qui m’entourait et de ne pas de nouveau partir dans mes pensées. Mais cela n’empêcha pas à la raison première de notre rendez-vous de revenir titiller mon esprit ! Rien qu’en y pensant et malgré le fait que j’essayais de me retenir, un sourire se dessina sur mes lèvres ! Moi qui m’étais enfin décidé à m’ouvrir plus et peut-être arrivée en dire plus sur mon passé, ben j’avais vécu tout autre chose ! Peut-être qu’en fait ce n’était pas le moment de m’ouvrir aux autres.

« Il y a quand même quelque chose de marrant dans cette situation ! J’avais décidé de m’ouvrir enfin aux autres, de m’ouvrir à toi et tout compte fait cela a pris une toute autre direction ! Peut-être que ce n’est pas le moment que je ne suis pas encore prête ! »

Tout en lui parlant, mon regard n’avait pas quitté l’endroit que je fixais depuis un bon moment maintenant. J’avais bon essayé de comprendre sa raison, mais je n’y arrivais et d’ailleurs je le lui fis remarquer. J’avais écouté sa défense d’une oreille attentive. Ce qui m’ennuyait c’est que j’avais du mal à comprendre qu’on puisse faire passer son travaille avant sa vie de couple, avant son bonheur ! Où alors, il ne me disait pas toute la vérité ! Il y avait autre chose derrière tout cela, quelque chose qui n’avait rien à voir avec son travail ! Mais vous savez quoi ? Je ne souhaitais pas le savoir !

« Je crois que tu pourras me donner toutes les raisons que tu voudras pour justifier ton choix, je ne parviendrai pas à comprendre ! »

Et ce n’était pas faut d’essayer ! N’étant pas quelqu’un qui faisait passer son travail avant le reste, avec les petites choses agréables que la vie nous apporte, je ne parviendrais jamais à comprendre les personnes qui agissaient comme Samuel.

« Pas autant que moi ! »

Ce fut la seule chose que je lui répondis lorsqu’il m’annonça qu’il était désolé. Moi aussi j’étais désolée pour lui ! Désolée, qu’il décide de faire passer son travail avant tout, du fait qu’il va probablement rater de belles choses, qu’il risque de ne avoir assez de temps pour ses proches, comme par exemple pour sa fille !

« Tiens, peux-tu me dire comment tu vas faire avec ta fille si cette dernière décide de revenir à temps plein dans ta vie ? Elle aussi tu vas la mettre de côté ? »

J’espérais pour eux que cela ne serait pas le cas ! Car un amour on pouvait toujours en retrouver un, mais son enfant, c’était plus compliqué surtout si ce dernier ne souhaitait plus vous parler. Je lui avais posé la question, d’une voix calme et douce ! La colère commençait à s’en aller.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 347
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Indianna M. (n.dormer) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Ven 10 Mar - 12:04 par Samuel A. Adams
« Il y a quand même quelque chose de marrant dans cette situation ! J’avais décidé de m’ouvrir enfin aux autres, de m’ouvrir à toi et tout compte fait cela a pris une toute autre direction ! Peut-être que ce n’est pas le moment que je ne suis pas encore prête ! » Il ne le savait pas, il n'avait eu aucun moyen de le savoir. Il avait toujours vu Lorena comme une femme discrète, une de ces femmes pleines de mystère qu'il fallait découvrir pas à pas. On ne pouvait pas dire que cela lui posait problème, au contraire, il trouvait cela plutôt charmant. Personne n'avait besoin de tout savoir dés le départ. Certains voyaient en cela un manque de confiance ou manière de dissimuler la vérité, mais pour Samuel, c'était plutôt une façon de se préserver. Lui n'avait pas de secret, pas vraiment. Avec les femmes, il n'avait aucune raison de mentir même s'il gardait pour lui certains aspects de sa vie privé. Car dire à une femme qu'il avait laissé son ex et sa petite fille partir sans les retenir le ferait forcément passer pour un lâche ou pire encore. Il ne supportait pas l'idée que quelqu'un se serve de cela contre lui. Alors il taisait cette partie de l'histoire, mais parlait de Lilly et de Callie, car elles faisaient encore partit de sa vie aujourd'hui. Il ne pouvait blâmer Lorena d'avoir conservé sa part de secret. Il ne lui avait jamais demandé de tout lui dire. En tant que médecin, il avait apprit à ne pas brusquer les gens, à les écouter, à leur laisser le temps nécessaire. Rien ne servait d'exiger de l'autre l'impossible. Et c'était ce que ressentait Samuel en cet instant : Lorena ne pouvait lui demander de rester. Car l'impossible pour lui, c'était de mener son nouveau poste et de devoir entretenir son histoire avec Lorena. Elle pouvait le penser lâche, égoïste, peu importait, son image avait connu bien pire. Il avait apprécié ces moments avec Lorena, même si il ne connaissait que peu de chose. Il avait apprit le principale à ses yeux : Lorena était une femme avenante, qui adorait les animaux, qui aimait la nature et les balades en foret, qui appréciait toujours un bon bouquin au coin du feu. Il l'avait observé et apprit à décrypter certains de ses gestes, de ses tics de langage, si bien qu'il avait l’impression de la connaître un peu plus. « Je suis vraiment désolé », répéta-t-il, sans savoir quoi de plus ajouter. Il se sentait encore plus mal, si cela était possible. « Je crois que tu pourras me donner toutes les raisons que tu voudras pour justifier ton choix, je ne parviendrai pas à comprendre ! » Et il le comprenait. Pourtant, elles étaient sincère, il n'en connaissait pas d'autre. Il aurait pu inventer n'importe quoi qui paraissait plus crédible à Lorena, il avait joué franc jeu. Aurait-elle préféré qu'il s'invente une maîtresse ? Au moins, elle aurait vraiment pu l'assimiler à un connard de première. Il imaginait que la douleur serait pire, que la trahison serait décuplé. Mais peut être que cela était une raison suffisante à ce que Lorena accepte cette situation.

« Pas autant que moi ! » Oui, encore une fois. Il croisa les bras sur sa poitrine, fixa le sol comme une porte de sortie éventuelle. Il avait la tête qui commençait à tourner. Il n'avait plus aucun argument en tête et de toute façon, Lorena venait de lui dire qu'il usait sa salive pour rien. C'était sans doute comme ça que les choses se passaient en cas de rupture : l'un des deux finissait par se taire et l'autre disparaissait. Il voulait partir pour ne plus voir la détresse dans les yeux de Lorena. Mais une partie de lui voulait rester pour la consoler, pour se faire pardonner même si cela était impossible. « Tiens, peux-tu me dire comment tu vas faire avec ta fille si cette dernière décide de revenir à temps plein dans ta vie ? Elle aussi tu vas la mettre de côté ? » Samuel se crispa légèrement. Il ne c'était pas attendu à ce que le sujet de sa fille arrive sur le tapis. Il soupira, leva ses yeux vers le ciel devenu sombre à présent. Samuel ne descella aucune colère dans la voix de Lorena. Il ne pouvait pas dire qu'elle était plus calme, mais au moins, elle semblait vraiment attendre une réponse cette fois. « Non, ma fille aura toujours sa place. Je l'ai laissé une fois, je ne referais pas cette erreur. Si Lilly doit venir chez moi, je ferais au mieux pour être présent. » Et donc son temps consacré à une éventuelle conquête serait réduit à néant. Mais cela ne le dérangeait pas outre mesure. Lilly était sa priorité ultime, quant bien même elle ne le pensait pas. Lilly serait toujours sa raison première, toujours. Lorena pouvait sans doute le comprendre. Elle n'était dans sa vie que depuis quelques mois tandis que Lilly était arrivée dans la sienne 19 ans plus tôt. « C'est pour ça que ça peut pas marcher entre nous. Entre mon nouveau poste et ma fille, je serais incapable de te satisfaire, même si tu pense le contraire ». Il avait coulé un regard bienveillant vers elle. Il ne pouvait pas être plus claire. Il n'avait aucune envie de lui faire du mal, mais il semblait que cela était un passage obligé. Il se leva, mettant les mains dans les poches de son jean. Il faisait presque nuit à présent et les lampadaires venaient éclairer les allées. Hormis les bruits des animaux tout autour, le silence c'était installé entre eux. « Je vais y aller, je crois que c'est mieux ». Il supportait de moins en moins de la voir ainsi. Et il estimait que rester près d'elle n'avait rien de rassurant. Lorena voulait sans doute un peu de calme, se retrouver seule pour accuser le coup. Quant à Samuel, il avait besoin d'avaler un aspirine en vitesse. Il ne trouvait plus rien à lui dire et lui dire à nouveau pardon ne ferait qu’aggraver la situation. Il hésita encore une seconde, cherchant une ultime tirade mais rien ne lui venait. Il aurait pu lui sortir un « je te souhaite le meilleur », mais c'était sans doute trop. Alors il tourna les talons et remonta seul en direction de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 240
» Pseudo : Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Lun 27 Mar - 16:05 par Lorena S. Gennarino

Ce soir je vais essayer de m’ouvrir un peu plus à toi.
Samuel et Lorena


Ce qui était ironique dans l’histoire, c’est que je comptais lui en dire plus sur moi et quand même temps, je ne savais pas du tout comment Samuel allait réagir ! En fait, en y réfléchissant bien, j’ignorais comment les gens qui depuis mon arrivée à Londres, réagiraient le jour ou je leur apprendrais la vérité sur mon passé ? Enfin si je venais à leur annoncer ! Mais là n’était pas la question en encore moins le sujet de notre conversation. Mais une chose était certain, ce qu’il se passait pour le moment n’allait surement pas m’aider à me confier aux autres sur mon passé. Enfin seul le temps me le dira.

« Tu ne dois pas l’être ! Tu ne savais pas que je comptais faire ! Je n’avais rien laissé présager quoique se soit ! »

Il n’avait pas à être désolé sur ce point. Ignorant ce que j’avais prévu de lui dire durant cette soirée, il n’aurait rien pu faire ! Je l’avais écouté me donner toutes ses raisons, qui peut-être étaient bonnes, qui l’avaient poussé à mettre un terme à notre relation ! Mais rien n’y faisait ! Je ne parvenais pas à comprendre le concept de faire passer sa carrière avant tout le reste. Ne risquerions nous pas de passer à côté de beaucoup de chose à force d’avoir la tête au travail. La vie est trop courte que pour passer à côté de belle chose et c’est ce que risquait de faire Samuel !

Je crois qu’à force d’essayer de comprendre, j’aurais préféré qu’il me dise avoir rencontré une autre femme et qu’il éprouvait des sentiments à son égard, sentiments qui n’avait plus pour moi ou du moins aussi fort. Certes cela aurait été douloureux, j’aurais sans doute ressenti un sentiment de trahison, mais au moins, cela aurait été plus compréhensible ! Mais, même si je ne connaissais pas Samuel autant que je l’aurais voulu, je savais qu’il n’était pas ce genre d’homme ! Je savais que les raisons qu’il venait de me donner, étaient vraies et sincères.

Au lieu de me focaliser sur mon sort, je m’étais inquiétée de celui de la fille de Samuel ! Je ne la connaissais pas, mais par contre je savais ce que c’était de devoir vivre sans son père ! Et ça je ne le souhaitais à personne. Je savais que sa fille était déjà âgée et qu’il avait du temps à rattraper avec elle, mais s’il voulait se donner à fond dans sa carrière, je n’étais pas certaine qu’il parviendrait à jongler avec les deux ! Ce n’était pas pour autant que je ne lui souhaitais pas de réussir ! La famille est quelque de très important dans une vie.

« Je te conseille de faire ce que tu pourras pour être plus présent dans la vie de ta fille, car je sais ce que c’est de vivre sans son père à ses côtés. De plus si tu veux renouer un lien avec elle, tu auras besoin de temps à consacrer à cette relation, si non cela ne fonctionnera pas ! Et je ne te le souhaite pas. »

Hé oui mon côté fort avait laissé place à mon côté plus douce, plus compréhensif ! J’avais été sincère en lui disant lui souhaiter que cela fonctionne entre sa fille et lui. Je l’écoutais parler d’elle et du fait que cela n’aurait pas pu fonctionner entre sa fille, son travail et moi ! Je n’en étais pas totalement persuadée, car je n’étais pas quelqu’un qui demandais beaucoup d’attention, mais bon, je devais reconnaitre que si il voulait que sa relation père-fille fonctionne, cela n’allait pas être facile avec son travail et si il y avait une femme en plus, cela n’allait sûrement pas arranger les choses.

« Oui je crois que c’est une bonne. J’ai besoin d’accuser le coup et de faire le vide »

Lui avais-je répondu avant de le laisser partir ! Je l’avais suivi du regard jusqu’au moment où avec la nuit qui tombait, je ne su plus le distinguer ! Je fis demi-tour pour regarder vers l’enclos des otaries ! Tout en regardant le jeu des lumières sur l’eau du bassin, je me laissais aller à verser les larmes que j’avais retenue durant notre conversation. Je profitais du calme, du silence pour laisser cours à mes émotions, avant de me décider de rentrer chez moi, ou je pris une bonne douche et de me glisser aussi vite sous ma couette.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Je vais essayer de m'ouvrir un peu plus à toi [Samuel]
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Victoria et Stan : Je vais essayer de te faire te rappeler
» Je vais essayer de ne pas l’abîmer... [PV Eric Border]
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Croix de bois, croix de fer, si je ment je vais en enfer ! [PV : Hikari]
» Ouvrir la porte d'un avion en plein vol pour fumer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-