Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

[hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Jeu 27 Oct - 0:34 par Edgar Anderson
L'appartement était méconnaissable.
Les traditionnelles toiles d'araignée avaient généreusement trouvé leur place aux embrasures des portes. Tendus de noir et de gris, les murs et le plafond reproduisaient étonnamment bien le ciel d'une nuit brumeuse - et riche en sinistres chauves-souris. Pour seul éclairage, le salon était parsemé de crânes aux creux desquels luisaient de fausses bougies aux reflets oranges. Le clou du spectacle de l'avis d'Edgar était bien sûr le buffet, exclusivement fourni en sucreries à l'allure aussi répugnante que possible, des globes oculaires aux doigts coupés sans oublier petits serpents, araignées et cafards. Et - petite touche personnelle d'Edgar - les invités trop curieux qui viendraient à ouvrir certains tiroirs seraient accueillis par de bonnes surprises : main ensanglantée, araignée ou chauve-souris à ressort pour leur sauter à la figure - arrêt cardiaque garanti.
La cousine d'Edgar avait passé l'intégralité de la journée à mettre en place la décoration, plus ou moins aidée d'un Edgar plus investi dans le chapardage de bonbons que dans l'installation de toiles d'araignée. Il avait consenti à tailler une citrouille, mais après la démonstration de ses faibles compétences artistiques, il avait été relégué à la confection des cocktails - sous étroite surveillance car, apparemment, il n'avait pas le droit de les goûter plusieurs fois.
Pour l'occasion, Edgar avait revêtu Le Costume Le Moins Original De L'Année 2016, aussi connu sous le nom du Joker version Suicide Squad. Sa cousine voulait absolument qu'ils soient assortis ET arborer un déguisement d'Harley Quinn (alias Costume Le Moins Original De L'Année 2016, version femme), ce qui n'avait laissé qu'un choix très limité à Edgar. Il n'avait pas spécialement protesté, se teindre les cheveux en vert lui avait paru une idée plutôt plaisante.
La soirée n'avait pas commencé depuis longtemps mais il y avait déjà du monde - dont une autre Harley Quinn, et Edgar avait dû jurer à sa cousine que mais si, c'était elle la plus réussie des deux. Présentement, il était en train d'expliquer à une démone sexy pourquoi les cocktails, contenus dans des chaudrons, exhalaient des volutes de fumée inquiétantes tels des potions maléfiques. Il avait simplement plongé des morceaux de glace carbonique au fond des chaudrons, mais la fille était déjà trop défoncée pour accepter cette explication et répétait avec de grands yeux : « C'est de la magie, c'est de la magie... T'es un sorcier ! » Ce à quoi Edgar se vit obligé de rectifier que non, il était le Joker, et alors elle embraya en lui demandant d'où venait la fumée des cocktails. La conversation tournait désespérément en boucle, mais la fille était jolie alors Edgar restait quand même.
Régulièrement il jetait un oeil vers l'entrée. Ni la porte d'en bas ni celle de l'appartement n'étaient verrouillées, et des citrouilles taillées se chargeaient de tracer le chemin des invités jusqu'au bon étage. De nouvelles personnes arrivaient donc régulièrement, mais Howard n'était jamais l'une d'elles. Pourtant Edgar avait fait un gros effort et envoyé un texto à l'anglais pour lui rappeler de venir (oui, c'était un effort rare, le nombre de fois où il avait utilisé son téléphone pour contacter Howard plutôt que de se pointer directement à sa fenêtre pouvait probablement se compter sur les doigts d'une main). Bon, au pire, Edgar trouverait bien des gens avec qui se défoncer joyeusement, mais ce serait plus drôle avec Howard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Ven 28 Oct - 21:45 par Invité
Only a vampire can love you forever
Vingt-deux heures. Howard était méchamment en retard à la petite soirée d' Halloween organisée par la cousine (et colocataire) d' Edgar Anderson. Il avait eut besoin d'un temps fou pour élaborer le parfait plan d'attaque pour pouvoir échapper à une rude nuit de travail... Bon, la vérité c'était surtout qu'il avait réfléchi longtemps pour décider de quel costume il allait enfiler, s'il allait finalement en mettre un, ou s'il allait tout bonnement s'y rendre ! Il était hors de question d'aller acheter un costume ridicule dans une de ces boutiques étriquées d'où dégueulait une horde d'accessoires hétéroclites, il n'avait pas envie d'avoir l'air d'un adolescent pré-pubère immature ! Ceci dit... Il fallait se rendre à l'évidence, ce n'était pas chez lui qu'il trouverait un déguisement digne de ce nom, alors après avoir dévalisé de fond en comble son dressing, Howard décida d'opter pour un costume handmade. Il avait réfléchit à ce qui lui faisait le plus peur mais prendre l'aspect du Diable, même pour une soirée le terrifiait viscéralement, il était du genre superstitieux, alors mieux valait descendre d'un cran sur l'échelle de l'horreur ! Il dénicha dans les décombres des cintres, un vieux costume d'aristocrate, très travaillé mais extrêmement démodé. Soudain, il se souvint de sa conversation avec Edgar dans le cimetière quelques jours plus tôt, il avait parlé de vampires, alors pourquoi pas ? C'était pas trop voyant, il pourrait aisément passer inaperçu si personne ne jouait le jeu, et cela ne lui demandait pas un gros travail de préparation. Il avait le vieux costume austère d'un autre temps, les bottines cirées, les chevalières, et MEME une fraise en dentelle qu'il avait osé porter une fois durant un baptême. Pour le reste, il savait où trouver son bonheur. Il se faufila en pleine nuit dans l'aile du manoir réservée à ses parents pour subtiliser des faux ongles à sa mère, une lime, et du rouge à lèvres vermeil, puis s'orienta vers la cave où il travaillait d'habitude pour emprunter quelques « finitions » pour son costume improvisé. Dans les affaires de thanatopraxie, il récupéra de la colle pour dentier que son père et lui utilisaient fréquemment, et une perruque brune mi longue, puis il s'empressa de confectionner son déguisement. Limage et collage des faux ongles sur ses propres canines, un peu de rouge à lèvres bien placé, et un ruban autour de la queue de cheval de la perruque et c'était parti ! Fin prêt, il pris le métro en direction de l'appartement.

Arrivé devant les lieux, une horde de zombies le dépassa et entra sans vergogne directement dans l'appartement sans frapper. Il arqua un sourcil et frappa trois fois à la porte mais personne ne vint lui ouvrir. Au bout de la quatrième tentative, il pénétra timidement dans la pièce principale et fut étonné de constater les transformations que le logement avait subi. Des toiles d'araignée un peu partout, des chauves souris, des crânes, un buffet particulièrement macabre, la cousine d'Edgar avait définitivement pensé à tout ! Gêné, Howard balaya la pièce en quête de son meilleur ami (de son seul ami), déjà angoissé par l'agitation et le monde qui grouillait tout autour de lui. Ses yeux furent attirés par une masse de cheveux verts. Il ne reconnu pas instantanément Edgar à son visage dissimulé sous une couche de maquillage, mais à ses attitudes. Il se posta derrière lui sans rien dire, l'écoutant draguer maladroitement une espèce de... Démone-diablesse, qui semblait avoir des mœurs plutôt légères. Howard toussa bruyamment pour qu'il se retourne.

« Bonsoir... ! Tu... Alors, tu es qui au juste ? », demanda l'apprenti vampire au teint blafard, un peu stupide de ne pas avoir reconnu le costume du blond.

« Pourquoi t'as les cheveux verts ? », ajouta-t-il en admirant de plus près la tonne de laque dispersée sur sa couleur.
© Nalex
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Jeu 17 Nov - 15:00 par Edgar Anderson
La conversation n'avançait toujours pas et même reluquer la poitrine largement découverte de la démone commençait à devenir insuffisant pour captiver l'attention d'Edgar. Il se demanda ce que la jeune femme avait pris pour être dans un état pareil. Ça lui avait clairement porté un coup au QI, mais elle avait l'air de planer à des hauteurs délicieuses.
Une toux définitivement pas naturelle, quelque part dans son dos, le fit se retourner. Pâleur et yeux bleus, l'invité espéré mais inattendu était finalement là.
« Bonsoir... ! Tu... Alors, tu es qui au juste ? »
Edgar lui offrit son sourire le plus grimaçant. Il s'était entraîné à reproduire le sourire malade du Joker - même si l'effet final venait plus de son maquillage que de son talent d'acteur.
« Why so serious ? » susurra-t-il, vénéneux.
Hum, l'imitation du célèbre psychopathe ne devait pas être très convaincante, Howard semblait dans le flou.
« Pourquoi tu as les cheveux verts ? »
« Le Joker ! Tu sais, le méchant dans Batman... » expliqua-t-il finalement.
Il passa une main fière dans ses très verts cheveux, de toute évidence ravi de sa nouvelle couleur.
« T'as vu c'est pas mal le vert hein ? J'vais peut-etre garder cette couleur finalement ! »
Quant à Howard, il prouvait avec brio qu'avec ses tenues habituelles il était loin d'en être à son maximum de vieux jeu. Catogan, costume extrêmement désuet et... euh, truc bizarre autour du cou, il débarquait tout droit d'un autre siècle. Edgar s'attarda sur le rouge au bord de ses lèvres avant de lui souffler :
« Hé, je crois que tu t'es pas bien essuyé la bouche après ta dernière victime ! »
Sourire joyeux.
« Fais voir tes dents ? T'as fait ça comment ? »
Dernier regard appréciateur pour le costume d'Howard, décidément convaincant en vampire, puis Edgar embraya sur le plus important.
« Allez viens, je te sers un verre ! »
Il jeta un regard en arrière vers la démone à qui il s'était efforcé de faire la conversation tout à l'heure. Elle était à présent en train de phaser devant la fumée des cocktails, se balançant doucement d'un pied sur l'autre. Décidément, elle avait pris une sacrée dose. Faudrait qu'il éclaircisse une dose de quoi.
« Tu veux boire quoi ? On a du choix ce soir ! »
Il désigna les quelques chaudrons de cocktails menaçants.
« Quelques potions de mon cru, et puis les classiques, bières, shooters, tout ça... »
Pour sa part Edgar était encore à peu près sobre, mais il avait la ferme intention de ne pas laisser cette situation durer. Il regarda à nouveau Howard, encore un peu surpris de le voir ici, mais décidément content d'avoir son acolyte avec lui.
« C'est cool que tu sois venu ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Jeu 17 Nov - 16:57 par Invité
Only a vampire can love you forever
Quand Howard demanda à l'hôte quel personnage il incarnait ce soir (question légitime même s'il se sentait légèrement inculte), Edgar tordit sa bouche dans un affreux sourire.

« Why so serious ? »

Hum hum... Cela ne l'avançait pas beaucoup plus, ça ne plus expliquait pas pourquoi il avait recouvert ses cheveux de ce « magma » vert bouteille...

« Le Joker ! Tu sais, le méchant dans Batman... »

Howard lutta pour ne pas froncer les sourcils et afficher au grand jour son ignorance, et hocha la tête comme si une révélation lui était tombée sur le coin du nez.

« Hum, bien sûr, oui ! Je pense très honnêtement que tu ferais pleurer n'importe quel coiffeur du monde entier, mais c'est audacieux ! », taquina l'anglais en regardant du coin de l’œil l'espèce de Démone vulgaire se détacher eu à peu de la conversation.

« T'as vu c'est pas mal le vert hein ? J'vais peut-etre garder cette couleur finalement ! »


Howard savait que c'était une plaisanterie, mais émit quand même un petit doute du bout du sourcil. Il aurait très bien été capable d'être sérieux !

« Certainement oui ! Compte pas sur ma bénédiction, mais après tout, tu es un grand maintenant ! »
.

Alors qu'il tenta un petit sourire complice- ce qui n'était pas simple avec ses deux immenses canines de substitution- Edgar se pencha vers lui. Ses yeux étaient clairement et distinctement rivés sur sa bouche, ce qui plongea instentanément le bru dans un profond malaise.

« Hé, je crois que tu t'es pas bien essuyé la bouche après ta dernière victime ! »

« Ah ? Je bois n'importe comment, en plus elle n'était pas super conservée, j'ai goûté mieux... »

Edgar ne semblait pas vouloir détourner le regard de sa bouche, et même, il commençait vraiment à vouloir admirer de plus près.

« Fais voir tes dents ? T'as fait ça comment ? »

Le petit rire d' Howard révéla son bricolage maison de dernière minute. Le résultat n'était pas trop mal, et pour le moment ça tenait à merveille. Au pire si thanatopracteur ne marchait plus pour lui, dentiste c'était peut-être une branche à creuser !

« Oh ça... », fallait oser avouer qu'il avait piqué perruque, faux ongles et rouge  lèvres, c'était assez compromettant, mais bon après tout...

« J'suis passé par le cimetière, j'me suis fait dévoré, quelle question ! », petit blanc, yeux au plafond. « J'ai piqué des faux ongles que j'ai limé, j'ai intérêt à me débarrasser des preuves à la fin de la soirée ! ».

« Allez viens, je te sers un verre ! »

Les choses sérieuses ! Edgar le conduisit vers le comptoir où un tas de boissons remplissaient divers saladiers.

« Tu veux boire quoi ? On a du choix ce soir ! Quelques potions de mon cru, et puis les classiques, bières, shooters, tout ça... »

Howard écarquilla les yeux comme pour freiner le jeune Anderson dans ses propositions.

« Oh Dieu, je vais commencer doucement hein... C'est... », il fronça les sourcils. « C'est quoi ce truc orange ? », demanda-t-il en désignant le saladier le plus proche. « C'est toi qui a fabriqué ça … ? Allez, faut savoir être courageux ! », s'exclama-t-il en le taquinant légèrement (pas certain que ça soit réellement comestible...).

« C'est cool que tu sois venu ! »

Chaque fois que l'anglais souriait, ses dents pointues lui blessaient réellement le coin des lèvres, mais ça lui était égal.

« Tu penses ! Pour rien au monde je n'aurais manqué une fête d' Halloween... Surtout pour te voir avec des cheveux verts, je suis pas déçu du voyage ! », plaisanta-t-il en serrant la mâchoire quand on augmenta le volume de la musique. Il alla chercher en lui la force nécessaire pour supporter l'agitation environnante et le monde pour ne pas pourrir la soirée en avance. Quand Edgar lui tendit son verre, il fut confronté à un soucis de taille.

« Seigneur, je vais pas pouvoir boire avec ces horreurs ! En fait ce truc, c'est l'idéal pour rester sobre en soirée ! », dit-il en indiquant ses fausses canines du doigt. Il parvint quand même à ingurgiter une gorgée de l'étrange breuvage orange.

« C'est... Absolument infect ! Félicitations ! », ricana-t-il en buvant néanmoins une autre gorgée.

« Tu bois quoi, toi ? ».

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 29 Nov - 10:10 par Edgar Anderson
Le bar était aux yeux d'Edgar de loin le principal centre d'intérêt lors d'une soirée. Et le gros avantage à organiser la soirée chez lui, c'est qu'il avait eu le loisir de le fournir lui-même. Du coup, il s'en était donné à coeur joie et si au moins la moitié des invités ne finissait pas ivre morte, il prendrait ça comme une défaite. (Sa cousine ne partageait pas cet avis, mais comme l'état dans lequel finirait l'appartement lui importait peu puisqu'ils ne faisaient pas le ménage eux-mêmes, elle avait finalement abandonné la bataille et laissé Edgar doubler la quantité d'alcool initialement prévue.)
Howard fit montre d'une certaine circonspection à l'égard des créations d'Edgar, qui secoua la tête pour afficher son dépit.
« C'est quoi ce truc orange ? »
« Un zombie ! Juste... des fruits et du rhum. »
Trois rhums différents, en fait. Et de la liqueur d'abricot. Mais Edgar ne voyait pas en quoi c'était incompatible avec le désir d'Howard de commencer doucement - il y avait aussi du jus de fruit dedans, du coup ça ne comptait pas comme du vrai alcool, si ?
« C'est toi qui a fabriqué ça … ? Allez, faut savoir être courageux ! »
« T'inquiète, j'ai craché dedans que deux fois ! »
Il sélectionna un gobelet propre, le remplit (en réussissant à ne pas détremper la moquette au passage, belle performance) et le tendit à Howard. Il prit soin de laisser ce dernier galérer un moment pour réussir à boire malgré ses canines nouvellement proéminentes, avant de signaler :
« On a des pailles si jamais... »
« C'est... Absolument infect ! Félicitations ! »
Edgar ricana :
« Hmm, je peux rajouter du sang d'innocent pour que ce soit plus à ton goût ! »
Il s'empara à son tour d'un gobelet propre - c'était bien beau de regarder Howard se débattre avec sa boisson, mais ce serait quand même plus intéressant de l'accompagner.
« Tu bois quoi, toi ? »
Edgar hésita très brièvement, mais la flemme semblait la meilleure option et il se servit dans le saladier le plus proche.
« Comme toi, des fois que tu me soupçonnes de vouloir t'empoisonner ! »
Sur ce, il descendit son verre d'une seule traite et se resservit dans la foulée. Rien de plus triste qu'un verre vide.
« Bon alors... C'est quoi ton alibi pour être là ce soir ? »
Edgar ne se faisait pas d'illusion sur l'opinion qu'entretenaient les géniteurs d'Howard vis-à-vis des soirées hautes en alcool et en décibels. (Ni sur l'opinion qu'ils auraient de lui si jamais ils se rencontraient. Oh, il n'était pas mauvais pour jouer le rôle du parfait petit héritier bien élevé, mais il avait vu trop de bleus sur Howard pour avoir envie de faire le moindre effort avec Taylor père.)
« A moins que tu te sois enfui en rappel par la fenêtre ?! » supposa-t-il, les yeux pétillants en imaginant la scène.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Ven 23 Déc - 22:20 par Howard Taylor
Only a vampire can love you forever
Visiblement, si on en croyait Anderon, la liqueur orange peu engageante était un ;.. « zombie », charmant ! Se doutant fermement que ça n'allait pas être la dernière aberration de sa soirée, Howard acquiesça avec plus ou moins de conviction avant de goûter la (précieuse) mixture.

« T'inquiète, j'ai craché dedans que deux fois ! »
, voilà qui était rassurant !

Edgar avait sans nul doute relevé sa méfiance pendant que l'anglais humait la potion dans son verre qui s'entrechoquait contre ses canines.

« On a des pailles si jamais...  »
.

Un sourire hypocrite déforma les lèvres vermeilles d' Howard, même si tout bien réfléchi... Une paille aurait bien pu s'avérer être l’ustensile primordial de sa soirée, son genre de « substitut de meilleur ami ».

« Hum... », grommela-t-il, « Une paille ne serait pas de refus... C'est bien la première fois que je vais me servir de cet engin ! », ajouta le brun en attrapant une paille blanche sur la table. Il l'inspecta sous tous les angles.

« Je vais choper la mononucléose ou une connerie du genre, je présume ! », siffla Howard en ingérant la tambouille du blond. Il n'avait encore jamais goûté de rat d'égout de sa vie, mais il supposait que ça devait avoir sensiblement cette saveur là... ! Apparemment, si l'on en croyait le Bocuse officiel des cocktails, celui-ci était fait à base de trois types de rhums, ce n'était pas le genre de mélange qui seyait aux papilles d' Howard, mais Edgar, lui, engloutit la liqueur d'une seule traite.

« Comme toi, des fois que tu me soupçonnes de vouloir t'empoisonner ! »


Un sourire espiègle captura les lèvres du jeune Taylor, il pris un air faussement innocent.

«  Tu t'emmerderais sans moi...», c'était plus de l'auto persuasion qu'une affirmation, mais soit.

Quand le blond lui demanda subitement quel était son alibi pour s'être enfuit ce soir, Howard sentit toute bonne humeur quitter peu à peu son sourire retroussé.

« Oh... »
, bredouilla-t-il confus. « C'est à dire que... Enfin, pour être tout à fait honnête... », poursuivit-il en baissant les yeux sur l'alcool dans son verre qui, il l'aurait juré, commençait à produire des petites bulles inquiétantes.

« Ils ne savent pas que je suis parti. En vérité, je suis étonné, peu de gens ont décidé de venir mourir chez nous cette année, une bonne nouvelle parce que Père et Mère sont partis se coucher tôt pour récupérer du coup... C'est demain matin que ça risque de piquer pour moi ! ».

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Dim 8 Jan - 11:35 par Edgar Anderson
donc pas d'alibi capillotracté pour Howard ce soir, il s'était enfui en cachette. Hum, alors Edgar n'était peut-être pas si loin de la vérité en imaginant l'anglais sortir par sa fenêtre et en descendre en rappel. Il aurait bien aimé voir ça.
« ... C'est demain matin que ça risque de piquer pour moi ! »
« De-quoi ? Ça n'existe pas ça voyons. Finis ton verre au lieu d'inventer des mots ! »
Edgar darda un regard qui se voulait autoritaire sur Howard jusqu'à ce que ce dernier commence à s'exécuter. Suivant lui-même sa directive, Edgar vida son propre verre et sourit avec bonne humeur. Excellente humeur, même. La douce chaleur répandue par le cocktail au fond de sa gorge y participait au moins autant que les basses que la musique au volume croissant faisait pulser dans sa poitrine et l'environnement de gens généralement joyeux et en chemin vers l'ivresse.
« J'ai un truc sympa pour tout à l'heure », signala-t-il en tapotant sa poche d'un air entendu.
Le crissement du petit sachet de pilules qui s'y trouvait était inaudible dans le bruit ambiant, mais Edgar avait son expression typique de ce genre de moment, celle qui disait "on va être totalement défoncés" sans la moindre ambiguïté pour quiconque le connaissait un minimum.
« Hé, Edgar, tu peux venir voir si... Oh, bonsoir ! »
Une tornade à cheveux roses et bleus avait fait son apparition près Edgar et Howard, et s'interrompit à la vue de l'anglais.
« Candice, enchantée ! »
« Ma cousine », précisa Edgar avec un regard en biais à cette dernière.
L'alcool avait tendance à la rendre particulièrement exubérante et il essayait de deviner son taux d'alcoolémie à l'excitation de sa voix. Deux verres, probablement.
Lorsqu'Howard se fut présenté à son tour elle s'exclama :
« Oooh, Edgar m'a beaucoup parlé de toi ! »
L'intéressé leva les yeux au ciel, comme d'habitude l'alcool lui faisait dire n'importe quoi.
« Tu ne connais personne ici ? Viens, je vais te présenter ! Edgar, tu aurais pu faire un effort quand même ! »
Elle ajouta à l'intention d'Howard :
« Je suis désolée, on a beau essayer de lui apprendre, il ne maîtrise pas encore l'art d'être un bon hôte... Tu es célibataire Howard ? »
Changement de sujet abrupt et question trop directe, Candice avait l'air en forme. Peut-être trois verres, en fait. Elle était plus subtile pour essayer de jouer les entremetteuses quand elle était sobre.
La petite blonde saisit la main libre de l'anglais pour l'entraîner à sa suite vers un groupe de gens et entreprit de l'y introduire, sans omettre les détails sur le statut amoureux d'Howard que ce dernier avait consenti à partager avec elle. Edgar contempla la scène de là où il était, amusé. Il allait venir à la rescousse d'Howard, mais pas tout de suite. Et puis, malgré sa tendance à se mêler de tout, Candice était une fille adorable, tellement chaleureuse que tout le monde finissait par l'apprécier. Peut-être qu'au bout du compte Howard et elle s'entendraient bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 10 Jan - 18:20 par Howard Taylor
Only a vampire can love you forever
Howard n'en était pas à son premier verre d'alcool de sa vie, néanmoins, il s'imaginait bien que cette curieuse mixture finirait par avoir sa peau (blafarde). Le lendemain de soirée allait être difficilement gérable, après tout... Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui, franchement : accepter une telle mascarade ! Edgar ne semblait pas de cet avis...

« De-quoi ? Ça n'existe pas ça voyons. Finis ton verre au lieu d'inventer des mots ! »
, s'exclama-t-il avant de tapoter la poche avant de son costume.


« J'ai un truc sympa pour tout à l'heure », ajouta-t-il devant le regard perplexe (oh pas tant que ça) du jeune anglais. En règle générale, tout ce qui rentre dans cette poche là ne présageait rien de bon pour la petite conscience bancale du brun, mais Howard afficha tout de même un petit sourire provocateur, presque assuré... Bien sûr c'était avant qu'une jeune femme aux cheveux bicolores fasse irruption dans leur bulle.

« Hé, Edgar, tu peux venir voir si... Oh, bonsoir ! », dit-elle en osant ses yeux légèrement écarquillés par l'alcool sur Taylor junior.


« Candice, enchantée ! »
, la cousine d'Anderson, donc. Cela ne faisait aucun doute, même si Edgar avait pris soin de la présenter (de manière on ne peut plus... Chaleureuse!).

Aucune femme n'avait parlé au brun d'un air aussi naturel et enjoué, enfin si on excluait la folle-dingue de la plage la dernière fois, ah.. La dernière fois... Howard détourna les yeux, et bredouilla instantanément quelque chose qui ressemblait vaguement à son prénom.

« Oooh, Edgar m'a beaucoup parlé de toi ! », tiens, première nouvelle. Visiblement ça agaçait particulièrment l'intéressé, mais soit.

« Oh... », formidable Howard, excellente répartie. « Et bien... J'entends aussi parler de toi, si ça peut te rassurer ! », hein ? Pourquoi ça l'aurait rassuré ? C'était plutôt lui qui était en train d'angoisser et de suer des gouttes grosses comme son pouce.

Howard n'avait jamais été très doué pour faire la conversation, enfin jamais très bon en société tout court à vrai dire, il pouvait survivre à de cordiales présentations. Candice blâmait son cousin de s'être mal conduit, ou plutôt, de ne pas maîtriser une règle évidente de bienséance et de politesse, à savoir les présentations.... Et... Howard ne lui en avait jamais tenu rigueur, préférant se cacher dans un trou de souris et rester tranquillement dans son ombre.


« Je suis désolée, on a beau essayer de lui apprendre, il ne maîtrise pas encore l'art d'être un bon hôte... Tu es célibataire Howard ? »


Le brun failli en recracher sa gorgée de... « zombie ». Il aurait presque été capable de répondre à la petite plaisanterie de Candice accablant Edgar, il commençait déjà à moduler un sourire complie, quand la question coup de grâce le poignarda dans le dos. Deux fois en quelques mois qu'on lui posait cette question gênante ! Quand c'était pas des inconnues saoules, c'était ses parents, sous un tout autre langage bien entendu... Il ne se contenta plus seulement de bégayer, cette fois on aurait dit un bambin qui apprenait à parler, quelques onomatopées peu significatives s'envolèrent de sa bouche en même temps qu'un embarras flagrant incendiait ses pommettes (pourtant couvertes de maquillage).


« Je ne suis pas marié »
, parvint-il à articuler avant d'avaler difficilement sa salive. Il se racla la gorge, et faisant mine d'observer la couche opaque que sa boisson avait formée au fond du verre, il ajouta : « Mère ne cesse de me presser pour que cela s'opère enfin, mais... Je ne sais pas, j'ai... D'autres priorités ». Il n'avait jamais été élevé pour comprendre pleinement le concept de « petite copine », pour lui 'était simplement être marié ou rester célibataire, point. Répondre à cette question  gênante (notamment en présence du sourire moqueur d' Edgar) était déjà pénible, mais quand Candice s'empara naturellement de la main de l'anglais, ce dernier se décomposa, presque littéralement. Sa main le démangeait atrocement, comme si on lui maintenait sous le feu, il devinait des cloques invisibles qui grouillaient sur toute la surface. Son visage se déformait de douleur pendant que sa vision devenait de plus en plus trouble au fur et à mesure que la petite blonde le conduit vers une foule de gens. Howard suait à grosses gouttes, et retira sa main violemment comme un ultime réflexe de survie. Il entendit vaguement Candice régaler le petit groupe attentif de son statut de célibataire, alors que ses jambes flanchèrent doucement sous son poids. Il se hâta de secouer vivement la tête, et de rester fort face à cette scène qui lui était insupportable.


« Je... »
, bredouilla-t-il en penchant la tête vers Edgar, à l'opposé, un peu comme un pauvre type possédé par le Diable et dont la tête tourne littéralement sur elle-même. Le grand blond lui, n'avait pas l'air affolé du tout par la scène TRAGIQUE qui se déroulait sous ses yeux, il avait même l'air amusé par cette cocasse situation ! Son reste de cerveau ordonna de faire les gros yeux à son ami pour quémander un peu d'aide. Il préférait être en colère plutôt que de s’apitoyer sur son sort, et de s'accabler de toutes les horreurs face à son handicap invivable. Finalement, Edgar ne bougeant pas d'un cil, Howard quitta le groupe à la hâte en bredouillant un petit « navré » à peine audible, et rejoignit son ami.

« Dis-moi que tu ne m'as pas invité pur me coller une fille dans les bras.... », supplia-t-il en se frottant inconsciemment la main qu'avait empoigné Candice le long de son manteau noir.


« J'ai besoin d'air... Ou de plus d'alcool, ou de n'importe quoi pourvu que ça n'ai pas le goût de ce truc que tu viens de m'infliger... »
, marmonna-t-il en brandissant son verre, histoire de ne pas trop faire allusion à son comportement « alien-esque ».

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mer 11 Jan - 21:42 par Edgar Anderson
Candice n'avait pas laissé à Howard le moindre embryon de début de choix avant de le mêler de force à un groupe d'invités, où Edgar ne doutait pas qu'elle en chanterait les louanges avec des clins d'oeil sans équivoque à ses copines célibataires. Si Edgar mesurait le succès de ses soirées au nombre de personnes qu'il rendait ivres mortes, Candice le mesurait au nombre de couples qui s'y formaient (grâce, elle n'en doutait pas, à son talent pour introduire dans le même groupe deux personnes qui ne pourraient que s'entendre). Un nouveau célibataire dans le cercle plutôt fermé des jeunes Anderson était un événement hautement prometteur.
Cachant derrière son verre un sourire un peu sardonique, Edgar suivit du regard les présentations d'Howard. L'Américain avait fini par, plus ou moins, accepter qu'il était vain de vouloir mêler ce dernier à un groupe, mais regarder Candice s'y efforcer en toute insouciance était plutôt distrayant. Sans grande surprise, la tentative fut un échec et avant même qu'Edgar se décide à s'approcher pour tirer Howard de là, ce dernier prit la fuite et le rejoignit.
« Dis-moi que tu ne m'as pas invité pur me coller une fille dans les bras....
- Non ! » répliqua Edgar d'un ton rendu abrupt par le souvenir de la harpie de Brighton posant sa bouche répugnante sur Howard.
« Par contre... Je veux pas te mettre la pression, mais je crois que quelqu'un d'autre s'est fixé cette mission » reprit-il en regardant sa cousine (présentement en grande discussion avec un ange particulièrement raté, mais son air désappointé quand Howard s'était enfui n'avait pas échappé à Edgar et il ne doutait pas qu'elle n'en avait pas fini avec lui).
« J'ai besoin d'air... Ou de plus d'alcool, ou de n'importe quoi pourvu que ça n'ai pas le goût de ce truc que tu viens de m'infliger... »
Edgar se mit à rire.
« Ça peut s'arranger », affirma-t-il, conciliant.
Il connaissait les goûts d'Howard et (pour une fois) en tint compte lorsqu'il lui servit une généreuse rasade d'un whisky suffisamment bon pour ne pas avoir été posé en évidence sur le comptoir avec le reste de l'alcool.
« Alcool, voilà. Pour l'air, suis-moi. »
Il s'empara de deux bières histoire de s'occuper pendant qu'Howard buvait son whisky. Ils traversèrent le salon en zigzagant entre les invités, Edgar adressant à ceux qui le saluaient de grands sourires sans ralentir pour autant. Finalement, ils atteignirent la fenêtre et sortirent sur le balcon. Pour l'instant il était vide, la soirée n'en était apparemment pas encore parvenue au stade où le froid automnal cessait d'être dissuasif.
« Mieux ? » questionna-t-il.
Il décapsula sa première bière, puis eut l'impression qu'il devait quand même défendre un peu sa cousine.
« T'en fais pas, sobre, elle est beaucoup plus fréquentable... L'alcool la rend un peu... directe. »
Commentaire un peu ironique venu d'Edgar qui était lui aussi une pile électrique aux idées farfelues mais bien arrêtées - et n'attendait pas d'avoir bu pour être pénible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mer 11 Jan - 23:51 par Howard Taylor
Only a vampire can love you forever
Les jambes encore vacillantes, des sueurs froides plein la nuque, l'anglais complètement désorienté rejoignit en hâte son meilleur ami. Ce n'était pas Edgar qui avait dans l'esprit de le caser ce soir, c'était déjà ça...

« Par contre... », par contre... ?

« Je veux pas te mettre la pression, mais je crois que quelqu'un d'autre s'est fixé cette mission »

En suivant le regard du blond, Howard fut à nouveau confronté au tableau peu ragoutant de sa charmante cousine discutant de lui si fort qu'il en avait les oreilles assourdies par les sifflements. Howard, gêné, grimaça en détournant le regard comme au ralenti vers le jeune Anderson.

« Edgar... », son prénom sur un coin de sa lèvre sonnait un peu comme une lamentation ou une prière.

« Si tu as un minimum de considération pour ton vieil ami... Tu vas m'éviter ça, n'est-ce pas ? Nan parce que... » - nouvelle grimace- Oh... Quoi que non ! Un curieux petit sourire finalement. Le genre de sourire moqueur, des yeux plissés, malicieux.

« Je ne voudrais pas que tu aies à t'interposer  à nouveau en prétendant être mon petit ami, tu vois ! », pouffa-t-il amèrement en donnant à son pote un léger coup de coude peu convaincant. Howard avait besoin de prendre l'air, et surtout, SURTOUT, de boire quelque chose qui n'avait pas été préparé par Edgar.

« Ça peut s'arranger. Alcool, voilà. Pour l'air, suis-moi. », répondit-il en riant en lui brandissant un généreux verre de whisky avec des glaçons. S'emparant de deux bières au passage, il guida Howard vers l'extérieur, où un froid caverneux gela instantanément les entrailles du brun. Il sentait la douloureuse température scier ses os, mais encore une fois, même le cou recroquevillé dans sa fraise en dentelle, il appréciait le froid.

« Mieux ? », demanda le « blond aux cheveux verts ».

« Ahhh... J'aime mieux ça ! », s'exclama-t-il en humant pleinement l'air frais et glacial qu'offrait cette nuit d'octobre. Il leva son verre de scotch en affichant un petit sourire un brin narquois, ce qui ne lui ressemblait guère.

« A la tienne... Et... Si tu as une bonne résolution à prendre en avance cette année, je te conseille vivement de ne plus jamais opter pour une teinture de tes cheveux... A bon entendeur ! ».

En décapsulant sa première bière, l'américain tenta assez brillamment d'innocenter sa cousine.

« T'en fais pas, sobre, elle est beaucoup plus fréquentable... L'alcool la rend un peu... directe. »


Oh, accuser l'alcool était une excellente stratégie qui... Malheureusement, lui avait déjà sauvé la mise (et plus d'une fois). Il hocha donc la tête d'un air convaincu. En avalant une bonne gorgée de whisky qui lui brûlait délicieusement l’œsophage, il répondit sans le regarder.

« Je n'en doute pas, même si au fond, elle fait partie de ta famille, admets que j'ai de quoi me méfier... », nouveau sourire narquois. « Ceci dit... Tu n'es pas sans savoir que l'ivresse désintègre toute forme d'inhibition et que... Généralement, nos désirs les plus vrais, les plus tenaces ressortent sans qu'on ne puisse... », excellente entrée en matière Howard comme toujours ! La nuit couvrait encore une fois son embarras pendant qu'il feignait un ricanement. « Ouh, je vais peut-être poser un moment mon verre dans ce cas, c'est une fête d' Halloween, j'ai pas l'habitude... », bredouilla-t-il en désirant très fort trouver une parade crédible pour rebondir. « Oh mais ceci dit, je ne pense pas que les désirs les plus tenaces de ta cousine soient de me caser ce soir, enfin... J'espère ! Si je dois revivre l'Enfer de Brighton ce soir, achète moi le cercueil le plus confortable de la Maison d'accord ? ».

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas
[hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster
Page 1 sur 7
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Envol du Corbeau, un chat qu'il ne vaut mieux pas fréquenter
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Quand un homme se prend pour dieu, mieux vaut lui ramener ses pieds divins sur terre. [Mission S][Feat Misory]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-