Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

[hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 28 Mar - 12:35 par Edgar Anderson
Malgré ses airs sveltes, Howard devait peser au moins cent cinquante kilos, maugréa intérieurement Edgar tandis qu’il hissait l’anglais. Lorsqu’il réussit enfin à le faire basculer sur le toit, l’élan le fit tomber en arrière et il resta dans cette position – l’horizontale s’avérait plutôt confortable, surtout avec le tournis que ces efforts lui avaient refilé.
Howard s’extasiait sur les étoiles et Edgar cligna des yeux, tâchant de rectifier la netteté de sa vue. Mais à part deux lunes identiques et un peu floues, il ne distinguait pas grand-chose dans le ciel.
« Franchement, si elle nous trouve ici, je lui décerne la médaille du mérite ! En tout cas, laisse moi te dire qu’elle t’aime vraiment si elle escalade cette gouttière ! »
Edgar arrêta de cligner des yeux, le temps que la phrase lui monte au cerveau – le chemin vers ses neurones était particulièrement long et semé d’obstacles ce soir. Puis il tourna la tête vers Howard. Il était prêt à le rassurer sur l’inaccessibilité de la gouttière ; franchement, quand bien même quelqu’un finissait par deviner où Edgar s’était échappé, qui serait capable de le suivre ? Enfin, à part… Ses pensées furent détournées par la soudaine urgence de l’anglais :
« Fichtre ! J’parie que t’as pas pris de clopes ! Dis-moi que t’en as ! »
Edgar eut un petit sourire en coin.
« Tss tss tss, tu me connais mal… » déplora-t-il. Edgar Anderson sans clopes ?
Il se contorsionna un peu pour extirper quelque chose de sa poche et exhiba fièrement un paquet de cigarettes tout écrabouillé – le séjour dans la poche d’Edgar avait été mouvementé (comme souvent). Il l’ouvrit en essayant de ne pas de déchiqueter davantage et sortit deux cigarettes un peu tordues mais encore fumables.
« Ta-daa ! … Bon par contre, il m’en reste plus qu’une après ça… »
Ça faisait peu pour tenir toute la nuit. D’autant qu’ils n’avaient même pas pensé à prendre à boire.
Edgar roula sur le côté pour tendre à Howard l’une des cigarettes mal en point et le briquet.
« Je te sauve un peu la vie là non ? J’espère que j’ai ta reconnaissance éternelle… au moins ! »
Ses doigts rencontrèrent ceux d’Howard, et revint le frisson, léger, un écho de ceux qu’avaient réveillés leurs mains liées dans le couloir. Décidément, l’ecstasy avait des effets secondaires étranges, ce soir. Edgar s’attarda dans cette caresse du bout des phalanges, un instant incertain, avant que ses doigts ne se replient d’un coup. Fuient. Il retomba lourdement sur le dos, à nouveau face au ciel dont il ne pouvait distinguer les détails.
« Et je te sauve aussi de la sanguinaire fée Clochette, ajouta-t-il (dans une remarquable démonstration de mauvaise foi, car ils savaient tous les deux après qui Sarah en avait). Donc ça fait que tu me dois deux éternités de reconnaissance éternelle. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 28 Mar - 15:19 par Howard Taylor

Edgar & Howard


▽ Only a vampire can love you forever

« Je te sauve un peu la vie là non ? J’espère que j’ai ta reconnaissance éternelle… au moins ! », répondait Edgar en brandissant son paquet de cigarette chétif.

Reconnaissance éternelle ça, c'était discutable, par contre il avait bien eu le temps de sentir la petite caresse d'Edgar contre ses doigts. DAFUQ?!
Il rougit instantanément et son coeur manqua clairement plus d'un battement. Son cerveau envoyait des signaux éplorés de détresse genre Is this real life?!. Avant qu'il eut le temps de refermer les doigts pour amplifier le désastreux délice vibrant contre ses phalanges, Edgar retira sa main.

« Euh... une reconnaissance éternelle? T'exagères pas un peu Anderson? », demanda-t-il en extirpant l'une des deux cigarettes qui se battait en duel au find du paquet.

« Eeeh! Elle est même pas fumable celle là! Nan mais r'garde t'as du renverser du "Zombie" dessus, elle est orange et trempée! Tu vas partager avec moi, sinon tu n'auras pas la reconnaissance éternelle!», plaisanta-t-il en volant la cigarette directement des lèvres d'Edgar. Il plongea ensuite sans vergogne sa propre main dans la poche de son ami à la recherche du briquet (En faisant semblant de ne pas remarquer toutes les horreurs qu'il devinait à l'intérieur). En allumant la clope, Howard failli s'étrangler en entendant la suite.

« Et je te sauve aussi de la sanguinaire fée Clochette. Donc ça fait que tu me dois deux éternités de reconnaissance éternelle. »

Un petit sourire retroussa ses lèvres pendant qu'il expirait la fumée avant de tendre la clope à Edgar.

« Tu m'étonnes! T'es vraiment un pote toi, sauver mon sex appeal des griffes d'une admiratrice inconsolable... Tu ne le ferais pas exprès pour que je rétablisse la vérité ?», demanda-t-il en lui donnant un petit coup de coude amical.

« Franchement j'vois pas bien ce qu'elle te trouve avec tes cheveux verts et ton teint de cigarette!», plaisanta Howard qui malgré tout détaillait sans s'en rendre compte, la moindre parcelle du visage de son meilleur ami. L'anglais se redressa en position assise et surplomba un bref instant le corps allongé d'Edgar pour attraper la clope fumante dans sa bouche.

« Mon tour. », décréta Howard En retombant aussi lourdement qu'un morse à côté du blond. Son corps était en contact avec le sien sur tout le flan, c'était cool pour se réchauffer et AUSSI pour se passer facilement l'apport de nicotine (deux en un...!). Cool cool EXCEPT les fourmis imaginaires qui recommençaient à lui grimper le long du bras qui effleurait Edgar.

 « ... T'as fait l'amour avec elle, c'est ça? », demanda subitement Howard En expirant une nouvelle volute de fumée dans l'air. C'était sans nul doute la première fois de sa vie qu'il formulait cette expression.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 28 Mar - 19:35 par Edgar Anderson
« Franchement j’vois pas bien ce qu’elle te trouve avec tes cheveux verts et ton teint de cigarette !
- Cigarette toi-même » maugréa Edgar avec un faux air vexé et une répartie digne d’un élève de maternelle. (Mais en même temps, un commentaire sur son teint, venant d’un vampire…)
Howard ne paraissait pas vouloir reconnaître tout ce qu’Edgar faisait pour lui ce soir. Et pour couronner le tout, il lui prit même la clope de la bouche. Vraiment, quel ingrat celui-là. Edgar aurait dû s’insurger, probablement, mais Howard lui tenait chaud, alors Edgar se contenta d’apprécier le contact de son meilleur ami contre son flanc en attendant le retour de sa cigarette.
« … T’as fait l’amour avec elle, c’est ça ? »
Pris de court par la question autant que par la formulation, Edgar se mit à rire. Faire l’amour ? Est-ce que des gens (de plus de dix ans) utilisaient encore cette expression ? Quand bien même, ce n’était probablement pas ce qu’il avait fait avec Sarah.
« Euh… On a peut-être couché ensemble » lâcha-t-il négligemment.
Doux euphémisme, il fallait le reconnaître.
« … Quelques fois… » précisa-t-il donc par acquis de conscience, même si c’était encore en-deçà de la vérité.
Il aurait été toutefois bien en peine de pouvoir en dire beaucoup plus, parce qu’il n’avait aucune idée du nombre de fois, et qu’il aurait fallu faire un effort pour se rappeler depuis combien de temps ça durait.
« Elle est vachement mieux sans les ailes clignotantes » ajouta-t-il après réflexion.
(Et quand elle se contentait d’être disponible quand il le voulait sans attendre de réciprocité. Maintenant, il allait sûrement être obligé de se trouver quelqu’un d’autre.)
Des volutes de fumée continuaient de s’élever au-dessus d’eux, mais Edgar n’en était pas le créateur et il était temps que ça change.
« Rends-moi ça » réclama-t-il en agitant la main devant le nez d’Howard pour récupérer la cigarette.
Avec ses mouvements d’un affligeant manque de précision, Edgar manqua de peu flanquer une baffe à l’anglais.
« Arrête de bouger » accusa-t-il pour justifier sa propre maladresse.
Il roula sur le côté pour faire face à Howard, et plissa les yeux pour mieux viser. Le profil d'Howard se détachait sur l'obscurité (au moins aussi blafard que le sien, malgré les moqueries de l'anglais). Rouge à lèvres et sang faisaient comme une cible sombre de sa bouche, au milieu de laquelle se dressait la clope visée. Cette fois-ci, ses doigts parvinrent à se saisir de l’objet de ses convoitises, et il rapatria promptement la cigarette entre ses propres lèvres. Il tira dessus avec satisfaction avant de souffler une partie de sa fumée sur Howard, par pure gaminerie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 28 Mar - 22:50 par Howard Taylor

Edgar & Howard


▽ Only a vampire can love you forever

« Euh… On a peut-être couché ensemble … Quelques fois… »

Ben tiens ! Pourquoi il avait posé la question au fait déjà ? Il sentit un genre de nausée lui obstruer la gorge, mais il éclata quand même de rire.

« Hum... Encore une qui va souffrir ! », plaisanta-t-il amèrement. Après tout, Sarah était jolie, enfin... Pour une fille, enfin... Il imaginait quoi !

« Elle est vachement mieux sans les ailes clignotantes », certifia Edgar qui n'avait pas l'air convaincu plus que ça mais Howard haussa les épaules pour approuver.

« Sans doute sans doute...Alors hum... Tu l'aimes ? », ouh il n'avait pas eu de conversation si intime et formelle avec lui. Il estimait que c'était le bon moment pour lui poser la question. Il grimaça sans trop savoir pourquoi en attendant la réponse.

« Rends-moi ça. Arrête de bouger »

Eh mais... ça se faisait pas de lui ôter le pain de la bouche ! Bon... C'était sans doute une revanche ! Par contre lui coller une baffe, là c'était dépasser les bornes ! Alors qu' Edgar se tournait vers lui, Howard ouvrit la bouche à s'en décrocher la mâchoire.

« Tu te moques de moi ?! Attends tu viens de me gifler là ? », s'étonna Howard entre l'ébahissement et l'hilarité. Il plongea son regard pétillant (mais rougit par la drogue) dans celui d' Edgar qui fumait à sa place et se mordit la lèvre pour éviter d'éclater une nouvelle fois de rire. Il lui rendait sa baffe sans vraiment contrôler sa force. Il glissa sur le torse du blond par inadvertance et se rattrapa à un pan de son tee-shirt.

« Mince ! J'vois plus clair ! », beugla-t-il en posant ses paumes à plat sur sa poitrine. Il cessa de respirer un court instant.

« Edgar... », nouveau sourire. C'était comme de sucer un bonbon acidulé.... Howard n'aimait pas les sucreries, oh non. Il reprit sa première position, s'allongea à ses côtés toujours flan contre flan (parce qu'il faisait quand même sacrément froid...!).

« Tu sais que... Bon sang, tu sais que mes parents m'ont envoyé dans un hôpital psychiatrique quelque temps ? », pourquoi il disait ça ? Aucune fichue idée. C'était sans doute l'instant confidences !

« Edgar... Edgar, pourquoi t'es parti, la... Tu sais, la dernière fois ? Pour de vrai... », là c'était franchement la dernière fois qu'il se droguait, promis juré craché ! (non, pas craché, c’était vulgaire...).

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mer 29 Mar - 10:53 par Edgar Anderson
Est-ce qu'il aimait Sarah ? Edgar ne voyait même pas pourquoi Howard lui posait la question. Il aimait coucher avec, à la rigueur. Edgar ne tombait pas amoureux. Certaines filles capturaient son attention assez longtemps pour être qualifiées de "petite amie", mais c'était bien le maximum (jusqu'à ce qu'elles en aient marre de se coltiner un enfant de huit ans dans un corps de vingt-sept et qu'elles le plaquent).
« Ben non » avait-il répondu d'un ton qui trahissait sa perplexité à l'idée d'aimer son plan cul du moment.
Maintenant qu'Howard était à moitié sur lui, Edgar avait le cerveau vide et les yeux rivés sur l'anglais. A en juger par la violence de sa cadence sous les mains d'Howard, son coeur avait décidé de lui briser toutes les côtes pour sortir à l'air libre. Pour sa part, Edgar était parfaitement figé.
« Edgar... »
Son stupide myocarde redoubla d'efforts, à croire qu'un simple sourire était une motivation de plus pour s'échapper. Fort heureusement, Howard le libéra de son poids et reprit position à côté de lui.
« Tu sais que... Bon sang, tu sais que mes parents m'ont envoyé dans un hôpital psychiatrique quelque temps ? »
Huh ? C'était un peu rude comme annonce alors qu'il rebranchait tout juste son cerveau.
« Hein, quoi ? »
Pause, réflexion.
« Mais c'est pas eux qui ont besoin d'y aller plutôt ? »
Non, Edgar n'était toujours pas fan des géniteurs infernaux de son meilleur ami. Mais sérieusement, avec leur acharnement à lui pourrir la vie (et à le repeindre couleur hématome à la moindre contrariété), il lui semblait quand même que si quelqu'un avait des problèmes dans cette famille, c'était clairement eux.
« Edgar... Edgar, pourquoi t'es parti, la... Tu sais, la dernière fois ? Pour de vrai... »
Il se renfrogna instantanément. Pourquoi, pourquoi est-ce que le monde entier s'acharnait à vouloir lui parler sérieusement ce soir ? Edgar ne parlait pas sérieusement, jamais, il détestait ça. A plus forte raison maintenant, perché sur un toit et tranquillement en train de geler les 80% de son corps qui n'étaient pas blotti contre Howard.
Pourquoi il était parti ? Et pourquoi pas, hein ! Ce n'était pas chez lui ici, chez lui c'était à quelques dizaines de milliers de kilomètres, et il était rentré chez lui. C'est tout, et si ça ressemblait à une fuite, c'était purement fortuit, hein.
Il haussa les épaules (ce qui, en position allongée, donnait un résultat mitigé), balaya la question d'un laconique :
« J'avais le mal du pays. »
Il se redressa et s'assit, prenant inconsciemment ses distances.
« Tu as remarqué qu'on voit le Parlement d'ici ? questionna-t-il en pointant au loin vers la tour à haute pointe, dressée avec au-dessus des toits avec son horloge illuminée et don drapeau flottant. Et la grande roue, là, derrière... »
C'était le changement de sujet le plus minable qu'il ait jamais fait. Mais bon, en brave petit américain arrivé ici depuis quelques mois à peine, disons qu'il avait encore le droit de s'extasier sur Big Ben et le London Eye.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mer 29 Mar - 22:54 par Howard Taylor

Edgar & Howard


▽ Only a vampire can love you forever

« Ben non », réponse lyrique et enflammée provenant tout droit du cœur d' Edgar Anderson. Howard pouffa de rire. Un genre de bonheur palpable qui lui faisait prendre une méchante bouffée d'oxygène, pire qu'une pastille à la menthe contre l'angine !

« C'est fou ce que t'es romantique, ça me fout les poils, tiens, regarde ! », s'exclama-t-il en redressant la manche de son avant-bras étendu contre le corps du blond. Il avait la chair de poule c'était commode pour se payer la tête d'Anderson...
Parler des relations sexuelles de son pote commençait à ne pas trop le mettre à l'aise, alors bon... Le premier sujet qui lui tomba sur le coin du nez c'était son séjour à l'hôpital, oh ! Son séjour SECRET pardon! La honte de la famille interné en pyjama blanc avalant ses petites pilules (et côté pilules,  le dealer était vachement moins réputé que celui d' Edgar!).

« Hein, quoi ? Mais c'est pas eux qui ont besoin d'y aller plutôt ? »


Howard haussa les épaules.

« Ils m'ont filé des trucs pour que j'arrête de flipper quand les gens s'approchent... Et touchent... C'était pas pratique dans mon travail quoi! Tout le monde me pleure dessus, c'est... Affligeant ! Au final t'sais, je m'en suis pas top mal sorti si tu fais attention. Regarde c'que je peux faire ! », dit-il en posant ses deux mains autour du cou d' Edgar, faisant mine de l'étrangler. « Pas grand chose, mais a pourra toujours me servir si on croise un autre Morison ! ».

Les langues se déliaient (surtout celle d' Howard hein), ça ne lui faisait pas trop de bien de retenir ses mots et ses réactions tout ce temps pour éclater au moindre effet de la drogue. Il ne pouvait s'empêcher de repenser au jour où cet ingrat d' Anderson était parti sans laisser d'adresse. Il avait toujours imaginé que c'était de sa faute et... à vrai dire il avait souffert de culpabilité, simplement de culpabilité, hein ! Mais alors... Il avait souffert de toutes ses forces, jusque dans la moelle.

« J'avais le mal du pays. » … Mais encooore ? A vrai dire, la raison il s'en fichait pas mal, la question implicite était plutôt « est-ce que tu es physiquement capable de recommencer ? », est-ce qu'il avait le droit d'apprécier cette nuit s'il allait partir encore ? … Sale petit con !  Howard sourit du coin des lèvres, et lança un petit regard en biais à son meilleur ami.

« Dis, la prochaine fois que t'as envie de prendre le large et de voir du pays, pense à me prévenir, ça... ça évitera à l'avenir que je te retrouve un beau jour au milieu d'un oraison funèbre, par exemple hein ! », taquina l'anglais en finissant la cigarette qu'il envoya nonchalamment valser par dessus le toit.

« Tu as remarqué qu'on voit le Parlement d'ici ? Et la grande roue, là, derrière... »

Howard plissa les yeux, secoua la tête, mais même avec tous les efforts du monde...

« Attends, tu veux rire ? Je vois à peine combien j'ai de doigts, je suis pas prêt de discerner grand chose, mais je te crois sur parole ! ». Il s'était rallongé même si les briques lui flinguaient le dos, il serait anesthésié jusqu'au lendemain matin.

« J'ai... Eh, j'ai envie de jouer à un jeu excitant sans avoir à bouger mon auguste postérieur de ces briques ! Faudrait pas que clochette nous trouve ! Je sais pas hum... Un truc mieux que de jouer à « devine qui je suis » ! T'as des idées ?? ». Il était tard, très tôt en fait, et il était sous l'effet de la MD... Quand on y pensait ; « devine qui je suis » pouvait presque être excitant !

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Ven 31 Mar - 10:43 par Edgar Anderson
Tête lourde, Edgar laissa tomber son menton sur ses genoux repliés. Il n'avait pas répondu à Howard lorsque ce dernier lui avait demandé de le prévenir avant son prochain départ. Même s'il n'avait pour l'instant aucune intention de s'en aller, Edgar se connaissait assez pour savoir qu'il ne pouvait pas même tenir un engagement en apparence si simple. De manière générale, il lui paraissait plus sage d'éviter tout ce qui ressemblait à une promesse. Les promesses, ça pouvaient lui lier les mains dans le futur - et Edgar ne supportait pas d'avoir les mains liées.
Il ferma les yeux, les rouvrit, essayant de déterminer si l'une des deux options pouvait atténuer un peu les vacillements aléatoires du monde qui l'entourait. Pas vraiment, en revanche, alterner yeux ouverts et fermés semblait décupler le tournis, ce à quoi il s'amusa un instant.
« J'ai... Eh, j'ai envie de jouer à un jeu excitant sans avoir à bouger mon auguste postérieur de ces briques ! Faudrait pas que clochette nous trouve ! Je sais pas hum... Un truc mieux que de jouer à « devine qui je suis » ! T'as des idées ?? »
Edgar se tourna vers Howard, pencha un peu la tête en le regardant puis s'illumina.
« Trouvé ! T'es Howard ! ... Trop facile ton jeu » charria-t-il
Il s'abattit lourdement sur le dos à côté de l'anglais.
« Humpf... »
Des idées, il n'en manquait pas, Edgar aimait jouer, surtout à des jeux stupides. Et il était plutôt bon public - même Jacques a dit pouvait l'amuser. (Sauf quand il perdait. Et il perdait toujours quand il était défoncé.) Sans parler du chifoumi ! Le chifoumi c'était génial, il y avait vraiment des stratégies à développer.
« Ché pas... fit-il avant de réfléchir à voix haute, retournant en enfance et énumérant tous les jeux qui lui venaient à l'esprit. Pierre feuille ciseaux ? Jacques a dit ? Nan, j'y arrive jamais quand j'ai bu, euh, le truc là, où il faut se regarder sans rire en se tenant le menton ? »
Il fronça les sourcils, sans que le nom lui revienne.
« ... Action ou vérité, enfin, action ou action parce que vérité franchement, c'est un truc de gonzesse. Mais y a pas beaucoup d'actions ici... Bras de fer chinois ? »
Malheureusement, par faute de matériel, ses vastes connaissances en matière de jeux d'alcool ne pourraient être employées, ce qui limitait son champ d'inspiration. Est-ce que sa liste était plus excitante que "devine qui je suis" ? Pas sûr mais Edgar était en état de trouver même un caillou excitant.
Surtout si on rajoutait un peu de piment. Plus même que le jeu, l'important était ce qu'il y avait à gagner...
« Faut un enjeu, décréta-t-il. Genre... Hmm... T'as des idées ? »
Il réfléchit, se rappela de sa brève tristesse en voyant Howard jeter déjà leur mégot partagé.
« Celui qui perd prend le risque de redescendre chercher des clopes dans ma chambre ? T'en penses quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Sam 1 Avr - 14:21 par Howard Taylor

Edgar & Howard


▽ Only a vampire can love you forever

« Trouvé ! T'es Howard ! ... Trop facile ton jeu », après avoir cligné trois fois les yeux, Howard soupira et pouffa bruyamment. Fallait bien quelques secondes de réflexion avant que son cerveau se décide d'activer les quelques synapses en état de marche. C'est sûr qu'à se rythme là, ils n'allaient pas jouer bien longtemps. Edgar débitait des idées d'amusement hautement discutables mais après tout, c'est vrai qu'ils étaient plutôt limités en matériel et à ce stade, TOUT pouvait s'avérer amusant !


«Pierre feuille ciseaux ? Jacques a dit ? Nan, j'y arrive jamais quand j'ai bu, euh, le truc là, où il faut se regarder sans rire en se tenant le menton ? ... Action ou vérité, enfin, action ou action parce que vérité franchement, c'est un truc de gonzesse. Mais y a pas beaucoup d'actions ici... Bras de fer chinois ? »

Howard affichait un sourire béat, toutes dents dehors. C'était pas si stupide que ça ce qu'il disait ce gosse !

« Eh ! Attends imagine on joue à TOUT tout en même temps ! Bah ouais, tiens regarde. », il s'approcha de lui. « Je te prends le menton comme ça, en même temps donne moi ta main, on fait un bras de fer ET un bras de fer chinois, en plus d'éviter de rire ! Pis on a qu'à se lancer des actions ! »... Rien que de l'imaginer ça faisait mal à la tête, mais toutes les expériences étaient bonnes à prendre ce soir, il avait bien cassé la gueule à quelqu'un, il y avait encore de l'espoir !


« Faut un enjeu. Genre... Hmm... T'as des idées ? », demanda Edgar avant d'ajouter aussitôt le gage lui-même.

« Celui qui perd prend le risque de redescendre chercher des clopes dans ma chambre ? T'en penses quoi ? »


Oh ! Alors là ça devenait intéressant !

« Je marche ! Alors... », il se positionna tout proche et la simple idée de lui tenir le menton lui donnait envie d'éclater de rire, ça allait bien se passer... (Nan parce qu'il n'avait pas nécessairement envie de descendre du toit et de remonter sans choper la sangsue au passage!). Il pinça son petit menton fin et mordit dans la chair de sa lèvre inférieure pour réprimer tout fou rire éventuel. Il croisa son bras chétif et encore sanguinolent à celui du blond, main dans la main pour confronter leurs pouces qui bientôt s'affronteront dans un mortel combat !

« Là on est pas mal... »
, se risqua Howard qui sentait que l'hilarité n'était pas très loin.

« Prêt à perdre Anderson... ? », phrase de vainqueur mais intonation de loser absolu !

Sur cette pseudo menace de cochon d'inde en fin de vie, il hurla : « GO !! » et poussa du mieux qu'il pouvait sur l'avant bras d'Edgar tout en cherchant à écraser son pouce sous le sien pendant quelques secondes. C'était dur, très dur de le fixer droit dans les yeux tout en disciplinant son cerveau à la fois pour ne pas rire et pour le vaincre physiquement sur deux terrains différents. Il se mordilla la lèvre sans arrêt en s'imaginant bien que ça pouvait être assimilé à une sorte de triche mais il n'avait jamais dit que ce jeu devait être loyal non plus !

« Ok alors... J'suis sûr que t'es pas cap de chanter l'hymne américain à tue-tête! », facile celle-là fallait commencer soft pour mieux achever la bête !

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 131
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Lun 3 Avr - 21:50 par Edgar Anderson
[ Le cochon d'Inde en fin de vie m'a achevée ]

Un combo de tous les jeux en même temps ? Mais oui ! Howard était un génie. Edgar fronça les sourcils de concentration au moment de se mettre en place. Mais dans la main... Pouce prêt... Ah zut, ne pas oublier de pousser l'avant-bras d'Howard qui n'attendait que la moindre inattention... L'autre main sur son menton, ok, c'était bon.
« Prêt à perdre Anderson... ? »
La provocation lui tira un sourire sardonique.
« Tout ce que je vais perdre, c'est cinq minutes en attendant pendant que tu vas chercher les clopes ! » affirma-t-il, excessivement sûr de lui compte tenu de ses capacités présentes.
Sur un "GO" tonitruant le duel fut lancé, se révélant bien plus ardu que prévu. Comment était-il censé se rappeler de bouger son bras ET son pouce ? Et en prime ne pas éclater de rire face à la difficulté de la situation ? Fixer Howard dans les yeux n'aidait pas, non plus. Edgar cilla. Hum, regarder sa bouche n'augmentait pas du tout sa concentration. Retour aux yeux, donc.
« Ok alors... J'suis sûr que t'es pas cap de chanter l'hymne américain à tue-tête! »
Bien sûr que si ! - seule réponse possible à une phrase qui commençait par "t'es pas cap".
Edgar se racla theâtralement la gorge pendant au moins dix secondes avant d'entonner de toute sa voix :
« Ooh say can you seeee, by the dawn's early light... »
Passés les premiers vers, sa version de l'hymne américain devint suffisamment approximative pour faire tomber dans les pommes son patriote de père, mais Edgar chantait avec assez de conviction pour que nul (non-Américain) ne suspecte qu'il remplaçait un mot sur deux, sa mémoire imbibée de substances plus ou moins licites lui faisant cruellement défaut. Dans l'ensemble, il arrivait quand même à chanter à peu près juste. Enfin, sauf quand il échappait à une attaque de pouce perfide ou en lançait lui-même une. Bon, il ne chantait pas si juste, du coup.
Il termina sur un trémolo grandiloquent et un sourire victorieux, convaincu d'avoir offert à Howard l'une des plus belles interprétations de l'hymne qu'il ait jamais entendue. Profitant de la diversion créée par son splendide final, Edgar abattit leurs deux bras à l'horizontale... tout en éclatant lamentablement de rire. Raté.
« Bon... Match nul ! admit-il en hoquetant. Viens, on recommence ! »
Edgar n'avait pas abandonné sa conviction que la victoire lui appartenait. Il se replaça... menton d'Howard... sa main... concentration...
« A ton tour de faire une action ! » décréta-t-il.
... réflexion...
« Compte jusqu'à dix ! Mais à l'envers... Et en sautant les nombres impairs ! »
Sur ce, en parfait tricheur (quoiqu'aucune règle n'avait interdit de le faire...) il se mit à enchaîner les grimaces dans l'espoir de déconcentrer Howard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 89
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
# Re: [hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
message posté Mar 4 Avr - 12:47 par Howard Taylor
[J'avoue que j'ai eu une drôle d'image mentale aussi avec ce cochon d'Inde!   ]

Edgar & Howard


▽ Only a vampire can love you forever

En fait, le plus difficile dans ce jeu c'était peut-être d'exercer une pression tout en fixant une personne dans les yeux. Howard n'était clairement pas à l'aise avec le fait de soutenir un regard d'autant plus quand il s'agissait d'un inconnu qui le dévisageait ou quand un client en larmes qui cherchait du réconfort dans ses yeux vides. Cette fois c'était Edgar qui le défiait en silence, franchement, ça aurait dû être un jeu d'enfant, il l'avait déjà vu d'assez près, quelques fois...  C'était justement ce paramètre qui rendait le jeu de réflexion de regards avec son ami bien plus gênant et difficile qu'avec n'importe qui d'autre. Des images revenaient et Le Diable commençait à jaser en silence. Howard grimaça, mais la nuit noire devenait de plus en plus épaisse et masquait son embarras. Les traits d'Edgar aussi commençaient à se fondre dans l'obscurité, mais son humour et sa confiance en soi étaient toujours au rendez-vous.

« Tout ce que je vais perdre, c'est cinq minutes en attendant pendant que tu vas chercher les clopes ! »

Il ne fallait pas rire, il ne fallait pas tomber dans le piège! Son bras commençait à peser sérieusement sur le sien, mais l'anglais était décidé à gagner, c'était SA soirée!
concentre-toi Howard, concentre toi.... La faible lueur du ciel éclairait timidement un seul côté du profil du blond, comme si l'arrête de son nez délimitait le clivage entre l'ombre et la lumière. Le brun fixait inlassablement les cils d'Edgar qui s'abattaient régulièrement à l'unisson pour s'ouvrir à la volée dans la seconde suivante. Dans le noir, ils étaient semblables à deux petits insectes volants qui se posaient sur ses paupières. Howard voulait sourire, c'était un spectacle amusant et plaisant, peu importe si l'ecstasy était en était la cause ou non. En tout cas il semblait faire de moins en moins froid... Étonnant pour une nuit d'octobre sur Londres, quoi que pas tant que ça, c'était sans doute la peur de la défaite qui stimulait la cadence de son sang et lui tenait chaud. Sans aucun doute...

Bon bon, il était temps de pimenter un peu le jeu, il était temps de gagner ! Il avait bien envie d'entendre Edgar chanter l'hymne américain, même s'il avait déjà eu droit à se spectacle le jour de leur rencontre, quand Howard avait remarqué son accent (il ne s'en était pas encore lassé à vrai dire!). Il se racla la gorge et chanta de toute son coffre de manière très théâtrale, mais ne se laissa pas déconcentrer par le terrain que gagnait Howard au niveau du bras de fer chinois.

« C'est magnifique, je crois même que j'ai failli avoir un mini orgasme émotionnel!» QUOI?! C'était vraiment sa propre bouche qui débitait de telles conneries?!  Il commença à rire discrètement d'auto dérision en se demandant si pouffer à ses propres blagues était considéré comme une défaite, dans le doute il se ressaisit.
Tiens? C'était ses bras là, abattus à l'horizontal?


« Bon... Match nul ! admit-il en hoquetant. Viens, on recommence ! A ton tour de faire une action ! »

Concentration...

« Compte jusqu'à dix ! Mais à l'envers... Et en sautant les nombres impairs ! »

Ah tu veux jouer à ça? Très bien!

« Phhh t'as rien de plus dur sous la main?» ... Hum hum, bref. Heureusement qu' Howard était ami autant avec les chiffres que les lettres, c'était quelque chose de très instinctif même sous drogue (... enfin en théorie!).

 « Sans les nombres impairs okay... Alors... 10....8... 6...».

Ses yeux dégringolaient sur l'arrête du nez d'Edgar comme sur un toboggan qui le fit atterrir un peu trop vite sur sa bouche...

 « 4...», il marqua une légère pause. Ok, c'était... Troublant. Il savait bien que la MD lui détraquait les sens, mais il aurait préféré que la crédibilité ne soit pas si bavarde et ne lui rappelle pas combien il avait déjà fixé cette bouche, deviné cette bouche...

 « 2...», il poussait fort contre son bras, à tel point qu'il se rapprochait encore pour se donner de l'élan, pour que tout le poids de son corps fasse pencher la balance en sa faveur. Bientôt il ne pourrait plus voir Edgar mais ses yeux de chat luisaient juste assez pour que le regard du brun se repositionne dans le bon axe. Quand la vue s'altérait, c'était tout naturellement que d'autres sens s'aiguisaient (surtout sous MD!). La respiration d' Anderson, accentuée par l'effort, commençait à le déconcentrer.

 « Je crois que c'est tout...», dit-il en appuyant de toutes ses forces sur le pouce qu'il venait de capturer.


 « Eh! Si je gagne le bras de fer chinois et toi le classique, qui gagne la manche?», question qu'ils auraient pu mettre au clair avant que son bras ne s'engourdisse autant!

 « Bon okay à toi...».

Un tas d'idées farfelues traversa son esprit. Des trucs plutôt malins comme lui demander s'il était cap d'aller chercher les clopes par exemple, mais aussi d'autres choses...

 « Tu... J'aimerais... », le bras qui faisait difficilement pression sur celui de son partenaire faiblissait indéniablement. Faut dire qu'une fichue tachycardie mal placée venait de lui sauter à la gorge, ça n'aidait pas. Il haleta, affreusement confus et curieux de savoir si sa bouche allait sincèrement formuler ce dont il avait envie ou s'il allait s'en sortir indemne et se taire. L'obscurité était opaque maintenant et le fait de ne plus distinguer les expressions faciales d'Edgar, lui donnait une étrange confiance en lui et le terrifiait en même temps. Dans un élan de courage (ou de folie, au choix!), Howard s'élança doucement vers l'endroit où devait se trouver la bouche du blond. Oh non il ne posa nullement ses lèvres, il les laissa en suspend, mais la chaleur de leurs haleines se rencontra. C'était... Dangereusement électrisant.


 « T'es pas cap...», il ne savait pas si c'était une question finie ou l'embryon d'un nouveau défi, mais troublé par la situation, Howard relâcha la pression sur son bras En se laissant entraîner dans une défaite dont il n'avait que faire pour l'instant.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
[hot] Quand on a faim, une citrouille vaut mieux qu'un carrosse - Howard & Edgar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster
Page 4 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Envol du Corbeau, un chat qu'il ne vaut mieux pas fréquenter
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Quand un homme se prend pour dieu, mieux vaut lui ramener ses pieds divins sur terre. [Mission S][Feat Misory]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-