Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Movie Time (Danielle)

En ligne avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 26/01/2016
» Messages : 5502
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Didonato
» Âge : Twenty Nine, Née un 29 février.
» Schizophrénie : La jolie militaire (e. stone) & la rousse rebelle (s. turner) & la jolie mère célibataire (b. lively)
# Re: Movie Time (Danielle)
message posté Jeu 9 Fév 2017 - 11:20 par Romane L. Fetherstonhaugh
MOVIE TIME
Danielle & Romane

✻✻✻ « Je suis sûre que tu le sauras assez vite. » Devais-je comprendre par là qu’elle appréciait ma compagnie ? Et qu’elle ne serait pas contre l’idée de se revoir dans l’avenir ? C’est ce que j’en déduisais avec cette phrase. Cela me rassurait un peu. Je n’étais pas aussi chiante qu’on pouvait le penser. Puis je m’adapte toujours en fonction de mes interlocuteurs. Si je les apprécie, je ferai en sorte d’être la personne la moins désagréable possible. Dans le cas contraire, je suis une vraie petite peste. Quand j’y pense, je suis plus souvent la seconde option que la première. J’ai souvent des difficultés en compagnie d’autrui. Je dois reconnaître que je ne suis pas la demoiselle la plus sympa au monde. Par conséquent, il est normal qu’on ne m’apprécie pas beaucoup. Je ne m’en porte pas plus mal, ça m’évite d’avoir des personnes trop hypocrites dans mon entourage. Quoi qu’il en soit, avec Danielle ça me semblait différent. Elle n’était pas le genre de personne pas très fréquentable. Du tout, je me comportais comme une jeune femme bien élevée.

La télé allumée, la vie semblait reprendre dans cet appartement beaucoup trop calme. Nous parlions mais comme toujours mon appartement me semblait froid et vide. Il est un peu trop grand pour moi toute seule. Le plus souvent, j’allume la télévision juste pour mettre de la musique en fond sonore. Ça évite de me sentir trop seule. Danielle semblait épatée que je me suis rappelée aussi facilement du titre du film. Mais j’ai la chance d’avoir une bonne mémoire, je peux donc me remémorer des petits détails, à condition qu’ils en vaillent la peine. Sinon je les oublie. Un peu comme tout le monde. Cela va de soi. Sa réponse me fit bien rire. Un film porterait mon prénom, je n’aurais aucun souci pour m’en rappeler. A condition que le film en vaille la peine aussi. « Donc tu ne regardes pas souvent des films ? » Tout l’inverse de moi si c’est le cas. Comme je vis seule, le soir je regarde souvent un film. Du coup j’en connais déjà beaucoup. Cependant, je n’ai pas non plus une connaissance cinématographique très importante. Mais je préfère ça que de m’ennuyer à tourner en rond, seule. Je devrais peut-être pensé à adopter un animal de compagnie, je me sentirais moins seule.

Comme nous avions du temps devant nous. C’était normal qu’on prenne le temps de discuter un peu. Je connaissais rien d’elle et j’avais envie qu’elle devienne plus qu’une inconnue. Enfin qu’une connaissance. Et le meilleur moyen pour cela est de faire la conversation. Le film pourrait combler le temps si nous venions à avoir des silences trop importants durant la soirée. En attendant la musique ferait l’affaire. Je posai alors une question des plus banales. Je voulais savoir si elle vivait à Londres depuis longtemps. Je trouve très important de connaître les origines des personnes que l’on côtoie. Maintenant il arrive qu’on n’ait pas envie d’en parler. Je ne voulais pas la forcer si tel était le cas. Nous parlerions d’autre chose. Je l’écoutai attentivement quand elle commença à me répondre. « Ça fait quand même longtemps que tu vis ici. Et tu aimes ça de voyager ? » Je connaissais des personnes qui étaient obligées de voyager beaucoup pour leur vie professionnelle mais qui n’aimaient pas vraiment. C’était naturellement que je lui posais cette question. « Tu as la possibilité de travailler ici alors ? » Parfois quand je parle, j’ai du mal à m’arrêter de poser des questions. Elle renvoya la question également. Pour moi c’était différent. Je ne suis pas à Londres depuis autant de temps. « Je ne suis à Londres que depuis six ans. Je suis née et ait toujours vécu en Australie avant de venir m’installer à Londres. A la base je ne devais pas rester, juste pour effectuer un stage dans le cadre de mes études. Au final je suis restée. » Et je ne le regrettais pas.  
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/01/2016
» Messages : 4992
» Avatar : Shelley Hennig la magnifique
» Âge : 29 ans - 25/03/88
» Schizophrénie : Raina Johnson la petite policière
# Re: Movie Time (Danielle)
message posté Jeu 9 Fév 2017 - 22:19 par Danielle Montgomery




Romande&Danielle
This is not a date is it ?
Depuis quelques temps, il arrivait à Danielle d’allumer la télé le soir et de regarder ce qui passait à la télé. Elle trouvait les programmes tellement idiots que les ¾ du temps, elle zappait sans cesse ce qui finissait par l’énerver et elle allait alors chercher un bon livre. La jeune femme n’avait jamais été très fan de tout ce qui était films et n’avait en même temps jamais vraiment eu le temps de pouvoir les apprécier. Plus jeune elle en avait regardé avec sa sœur ou avec des amis mais elle n’y prêtait jamais vraiment attention. « Non, pas vraiment, j’en ai regardé plus jeune mais avec mon métier, je n’ai pas vraiment le temps en fait. » Ce qui était au fond la vérité. Voyager beaucoup et rester le plus souvent chez l’habitant ou alors en forêt ne lui permettait pas vraiment de pouvoir regarder des films. Elle aurait d’ailleurs été incapable de vous en sortir un de chaque année qu’elle avait passé à l’étranger. Elle connaissait certains titres qu’elle avait certes entendu mais les dates et les acteurs, elle ne s’en rappelait pas. Il n’y avait qu’à l’écouter parler, il était vrai qu’elle ne se souviendrait même pas d’un film ayant son prénom en titre alors c’était tout dire. Ayant une télé qui semblait dernier cri à Danielle, elle ne doutait pas que Romane en regardait plus qu’elle. « Tu en regardes souvent toi ? »

Lorsque Romane lui demanda depuis combien de temps Danielle habitait à Londres, cette dernière hésita. C’était plutôt compliqué selon elle. Elle raconta alors quelque peu sa vie. « Oui, ça fait un moment, je finis par connaitre la ville. » Le fait de marcher beaucoup l’avais aidé à connaitre la ville un peu comme ça poche. Certes c’était une grande ville et elle connaissait des quartiers plus ou moins mais il était vrai que ça finissait par faire un petit moment qu’elle était à Londres. Quoique sur les vingt années où elle était ici, elle avait bien dû en passer plus de six à l’étranger en missions ce qui était pas assez pour quelqu’un qui aimait voyager comme elle bien qu’elle sache qu’elle n’ait pas non plus commencé à l’âge de sept ans à parcourir le monde comme elle le désirait. Lorsque Romane lui demanda si elle aimait voyager, les yeux de la belle pétillèrent. Parler de voyager était sa passion bien que ces derniers temps, en parler trop pouvait commencer à la faire pleurer et c’était pourquoi elle préférait changer de sujet. Mais là elle n’était qu’au début du sujet alors elle pouvait en parler un petit peu. « Voyager ? C’est ma vie, ma passion. J’adore ça, j’aimerai ne jamais arrêter mais parfois tu dois faire des choix pour rester proches des gens que tu aimes. » La fin de sa phrase n’était pas vraiment vraie, quoique ça dépendait dans quel sens on la prenait. Après tout, c’était vrai si l’on partait du fait qu’elle ne souhaitait pas mourir et que du coup, elle se rapprochait des gens qu’elle aimait. Enfin qu’elle aimait était peut-être un mot bien fort pour désigner sa famille à part ses petites nièces. Elle n’était pas assez proche de ses sœurs et de son frère pour vouloir rester pour eux. Elle restait surtout pour rester en vie même si la broyait de l’intérieur.

Lorsque Romane la questionna sur son métier, Danielle ne savait pas vraiment quoi répondre. En plus de six mois, elle n’avait selon elle pas sorti de vrais articles ce qui l’énervait plus qu’autre chose mais elle devait s’y habituer. Elle ne pouvait plus partir dans des pays lointains comme avant. Et si ça la chagrinait, elle tentait de ne pas le montrer. Sauf qu’il ne fallait quand même pas venir l’embêter lorsqu’elle était dans une période déprime, sinon elle aurait pu tout casser et partir sans nettoyer ni rien dire à personne. « Oui, plus ou moins. C’est un peu compliqué en fait. Ce n’est pas vraiment le même travail que je faisais avant, je ne bouge plus autant qu’avant mais ça se ressemble dans un sens. J’écris toujours des articles sur la faune et la flore mais sur des régions plus proches. » Elle en disait peut-être trop, montrait ses sentiments et plus ou moins son avis négatif mais elle tentait de sourire du mieux qu’elle pouvait. Comme si ça pouvait compenser le fait que son métier perdait peu à peu sa douce saveur à son goût.

La conversation alla alors vers Romane et Danie se faisait un plaisir d’apprendre à la connaître. Elle voulait en apprendre plus sur la jeune femme, avide de savoir si elles pouvaient vraiment s’entendre parce qu’elle n’avait nullement envie que ça se termine. Romane était australienne, ce qui n’étonnait pas du tout Danielle qui avait plus ou moins reconnu cet accent familier. Elle avait vécu quelques temps en Australie avant de bouger rapidement. Elle ne se souvenait pas vraiment du pays vu qu’elle était jeune lorsqu’elle avait déménagé. Elle sourit, « Ah, c’est ce que je me disais que tu avais cet accent. Lorsque j’étais petite, j’y ai habité un ou deux ans, je ne m’en souviens pas vraiment. » L’Australie, les kangourous, elle aimerait bien aller y faire un tour un jour pour voir si elle aimait ce pays. « Tu y retournes de temps en temps ? » Le billet d’avion devait coûter assez cher mais pour sa famille, peut être que Romane venait faire la touriste.

Danielle s’intéressa alors au fait que Romane était venue faire un stage à Londres. Elle ne voyait pas très bien de quoi cela pouvait être. En même temps, elle se disait qu’elle ne connaissait pas son métier et que ça devait probablement être lié à ça. « Tu faisais un stage de quoi ? » Elle se demanda alors pourquoi elle était restée. Elle, elle était du genre à partir, pas à venir se terrer dans une grande ville mais chacun ses goûts après tout. « Tu es tombée amoureuse de la ville pour rester ? » Elle lui aurait bien dit que ça avait été le bon choix mais au fond, à part pour le fait qu’elles se soient rencontrées, elle ne voyait pas en quoi c’était une bonne idée.

BY .SOULMATES




Revenir en haut Aller en bas
En ligne avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 26/01/2016
» Messages : 5502
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Didonato
» Âge : Twenty Nine, Née un 29 février.
» Schizophrénie : La jolie militaire (e. stone) & la rousse rebelle (s. turner) & la jolie mère célibataire (b. lively)
# Re: Movie Time (Danielle)
message posté Lun 13 Fév 2017 - 13:16 par Romane L. Fetherstonhaugh
Movie Time
EXORDIUM.
Je passe beaucoup de temps devant la télévision. Entre séries ou films, je dois reconnaître que j’ai un nombre élevé de possibilités pour occuper mes soirées et parfois mes différents temps libres de la journée. En plus comme je suis ouverte à tous les genres, je ne suis jamais à court d’idées. Cependant, je n’aime pas trop les films sanglants. J’ai la phobie du sang depuis mon plus jeune âge et comme je tombe facilement dans les pommes quand j’en vois, j’évite de prendre des risques. Suite à ce problème, je suis devenue végétarienne. J’avais du mal avec les viandes rouges surtout puis au final j’ai étendu ça à toutes les viandes. Ça me dégoûte tellement. Elle me raconta qu’avec son métier, elle n’avait pas vraiment le temps pour regarder des films. Ce que je comprenais. J’avais la possibilité d’établir moi-même mon emploi du temps et par conséquent, j’avais beaucoup de temps pour pouvoir faire ce que je voulais, et principalement regarder un film ou autre. Je ne suis pas le genre de personnes à sortir et même à avoir beaucoup d’amis que pour passer mon temps libre avec eux. Je dois donc m’occuper autrement. « Oui j’en regarde quand même assez souvent. » Il m’était déjà arrivé d’aller au cinéma, seule. C’est assez étonnant. Mais si je dois attendre quelqu’un pour aller voir un film, je risque de ne jamais y aller. Mais je trouve ça encore sympa d’y aller toute seule. Ça ne me change pas de quand je me retrouve sur mon canapé devant la télévision. Seul l’écran est plus grand. « Maintenant je ne suis pas non plus très calée dans ce domaine. » Je ne connais pas tous les films qu’il existe. J’ai mes limites.

J’en profitai pour poser quelques questions à Danielle. Je voulais en apprendre un peu plus sur elle. J’espérais que ça ne la dérangerait pas. Elle pouvait toujours refuser de me répondre si une question la gênait ou la dérangeait tout simplement. Je peux comprendre et je ne la jugerai pas. Au vu de son travail, elle voyageait beaucoup. J’avais souvent voyagé avec mes parents dans ma jeunesse mais depuis que je suis venue m’installer à Londres, je voyage beaucoup moins. Sauf pour rentrer chez moi. Mais les trajets sont beaucoup trop longs que pour les effectuer toutes les semaines. « Ce n’est jamais facile quand on est proches de certaines personnes. » Je comprenais ce que c’était. J’avais eu la chance d’avoir facilement du travail en Angleterre. Pourtant mes parents me manquent. Parfois j’hésité à tout plaquer ici pour retourner vivre auprès d’eux. C’est tellement difficile de faire des choix. Surtout que pour le moment, ici, personne ne me retient. Quand elle parla de son métier en lui-même, elle semblait un peu triste. Elle vivait un changement et ce n’est jamais facile de s’adapter à un changement. Surtout quand notre travail nous plait vraiment. On préférerait que rien ne change et qu’il soit le même pour toute notre vie. Seulement la réalité parfois, diffère de nos rêves. « J’espère que tu finiras par trouver un équilibre qui te plait vraiment. » Soit en ayant la chance de partir de nouveau, soit en trouvant ici quelque chose qui lui plait vraiment. Quand on est journalise, ce n’est pas toujours facile de se limiter.

C’est naturellement que la conversation dévia vers mon histoire. Je n’aime pas trop parler de moi. Mon passé, je dois vivre avec mais je ne l’aime pas vraiment. J’ai eu quelques difficultés dans la vie et je voudrais souvent me réveiller un matin en ayant oublié tout ce que j’ai vécu. Mais c’est impossible. A force, j’avais oublié que j’avais un accent quand je parlais. Ça me fit rire quand elle me le rappela. Par chance, le mien restait tout de même assez faible. « J’essaye d’y aller au minimum une fois par an. Ma famille me manque donc c’est le minimum que je peux faire. » Mais lorsque j’y retourne, j’y vais pour quelques semaines. Faire le trajet pour quelques jours serait complètement « débile ». « Les trajets sont assez longs que pour m’y rendre plus souvent. » Même si l’envie est là, je ne peux pas faire ce que je veux.

« J’ai fait des études de management. Et je voulais me spécialiser dans le sport. Par conséquent, j’ai eu la chance de venir dans un grand club de football londonien pour voir comment cela se passait. » En Australie, le niveau footballistique est loin d’être le même quand dans certains pays du continent européen. Quand la chance s’est offerte à moi, je l’ai prise. C’était aussi une manière de voyager et de découvrir une culture différente. Beaucoup de jeunes font ça. Je ne suis pas la première. « Disons que j’ai eu la possibilité de faire des rencontres à Londres qui m’ont permis de devenir indépendante. En Australie je n’aurais pas la chance de faire ce que je fais ici. » Sauf si je vise des sports différents. Mais je ne connais pas encore assez de personnes que pour en arriver là. Peut-être un jour si je décide à retourner chez moi. « J’aime bien cette ville mais la mienne me manque beaucoup plus que pour rester ici juste pour l’endroit. » Autant être franche. Seul mon métier me retenait vraiment. Grâce à lui je me faisais facilement de l’argent et ce n’est pas négligeable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/01/2016
» Messages : 4992
» Avatar : Shelley Hennig la magnifique
» Âge : 29 ans - 25/03/88
» Schizophrénie : Raina Johnson la petite policière
# Re: Movie Time (Danielle)
message posté Dim 5 Mar 2017 - 19:04 par Danielle Montgomery




Romande&Danielle
This is not a date is it ?
Etre près de Romane semblait calmer Danielle. Elle qui avait l’impression que son monde s’écroulait un peu plus chaque jour depuis qu’elle avait appris sa maladie semblait ne plus vraiment s’en soucier. Il était évident qu’elle ne passait pas non plus son temps à se morfondre à cause de ça mais son moral était quand même bien plus bas que ce qu’il aurait dû être. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas pu voyager dans un pays exotique ou juste à des milliers de kilomètres de celui-ci. Elle se sentait oppressée chaque jour un peu plus du fait qu’elle ne puisse pas partir pendant de longs mois. Elle avait beau faire des articles sur les pays alentours, ce n’était pas la même chose. Ce n’était pas comme si elle pouvait rester des semaines entières dans la forêt juste pour le plaisir en espérant au fond d’elle découvrir une nouvelle espèce animale ou végétale. Chose qu’elle n’avouera d’ailleurs probablement à personne.

Lorsque Romane lui avoua regarder pas mal de films, Danielle ne fut pas vraiment surprise. Qui achetait une télévision dernier cri si ce n’était pas pour l’utiliser ? Elle n’y verrait décidément aucun intérêt. Elle sourit lorsqu’elle lui dit que pourtant, elle n’était pas très calée dans le domaine. La Montgomery se demanda alors l’intérêt. Pourquoi regarder des films si ce n’étaient pas pour être calée et connaître ceux qui faisaient le cinéma ce qu’il était ? Oui, la jeune fille avait une tendance à vouloir être la meilleure dans pas mal de domaines. Ca a toujours été plus ou moins comme ça et ce n’était pas près de changer. Cependant, elle ne préféra ne rien dire, peut être que Romane n’était juste pas le genre de personne à vouloir s’intéresser à des films en noir et blanc ou alors un peu bizarre ce qui au fond se comprenait aussi. Après tout, Danie supposait que c’était surtout pour passer un moment tranquille et seule plus qu’autre chose. Enfin, ce serait probablement ce qu’elle ferait.

Lorsque la conversation se dirigea plus vers elle et son métier, elle se sentit beaucoup moins à l’aise. Des mois au part avant, elle aurait aimé ça. Elle en aurait parlé pendant des heures et des heures à Romane et l’aurait probablement ennuyé avec ça. Mais ce n’était plus le cas. Parler de son métier la mettait mal à l’aise et lui faisait mal. Elle ne pouvait plus faire ce qu’elle voulait et ça l’énervait. Elle s’inventait alors une excuse. Elle devait rester pour sa famille enfin surtout Beth. Ce n’était pas la vraie excuse bien sûre mais avec le temps, peut être finirait elle par le croire. Ce n’était pas qu’elle n’aimait pas sa nièce, parce qu’elle l’adorait. C’était juste qu’elle n’était pas proche de sa famille et que c’était difficile de faire un pas vers une réconciliation bien que petit à petit, les choses avaient l’air de s’arranger. « Oui, je n’ai pas encore trop trouvé l’équilibre que je souhaiterai. » Enfin, cet équilibre serait surtout de partir et de ne pas revenir mais maintenant, qu’elle connaissait Romane, elle avait une petite envie de rester.

La conversation dériva alors sur l’hôte de maison. Après tout, si Danie devait plus ou moins se confier, ça ne serait pas la seule parce qu’elle n’avait clairement pas envie de mentir à Romane à chaque phrase qu’elle faisait. Allait-elle bien ? Pas si elle devait aller au plus profond d’elle. Aimait-elle son métier ? Ce n’était plus comme avant. Restait-elle pour des personnes ? Plus par obligation que par choix. Alors laisser Romane parler était une bonne chose pour elle bien qu’elle ne se doutât pas que la jeune femme soit comme elle, à ne pas vouloir parler de sa vie.

Danie ne pouvait pas vraiment dire qu’elle comprenait que Romane veuille voir sa famille régulièrement et qu’elle lui manquait. Certes Moira lui manquait tous les jours et d’ailleurs, elles s’envoyaient des messages dès qu’elles avaient une pensée l’une pour l’autre mais elle n’aurait jamais fait ça pour un autre membre de sa famille. « Oui ce n’est pas à côté. Et le billet ne doit pas être donné je suppose pour y aller mais je suppose que tu n’y restes pas que pour deux jours lorsque tu y vas. »

Elle était curieuse de savoir ce que Romane avait décidé d’apprendre pour rester en Angleterre. Pour la jeune femme, rien ne justifiait vraiment de rester en Angleterre ou dans n’importe qu’elle autre pays d’ailleurs. C’était une femme qui ne restait pas en place. Parfois, elle se disait que sans ses parents, ce désir ne serait peut-être pas là. Ce qui l’arrangerait en fait bien qu’avant, ça ne la dérangeait pas du tout. La réponse de la jeune femme la surpris. Quelle femme voulait faire de son métier un métier en rapport avec le sport. C’était très étrange pour Danie qui franchement, trouvait tout métier en rapport avec le sport stupide. Elle trouvait ça tellement futile et indifférent. Surtout lorsque ça parlait de football. Enfin, elle ne voyait pas vraiment le rapport entre le management et le sport. Chose qu’elle ne put s’empêcher de demander. « C’est quoi le rapport entre le management et le football ? Tu veux ouvrir un club de football ? » Elle sourit. Elle ne pensait clairement pas que ce soit le cas mais tout était possible non ?

« Ah d’accord. Je suis contente que tu sois restée. Sinon, on ne se serait jamais rencontrées et soyons réaliste, ça aurait été bien dommage que tu n’apprennes pas à me connaître. » Elle sourit. Elle se disait surtout que ça aurait été bien dommage de ne jamais voir ses beaux yeux bleus mais elle n’était pas assez folle pour le dire. En tout cas, elle comprenait ce sentiment de trouver son indépendance. La sienne avait été trouvé en voyageant durant des années même si lorsqu’elle revenait, elle squattait chez papa/maman. Désormais, elle était vraiment indépendante avec son appartement mais l’était-elle vraiment alors qu’elle vivait en colocation ? « Je comprends, souvent, on reste surtout pour autre chose que pour la ville en elle-même.» Quoiqu’apparemment, beaucoup de personnes aimaient Londres et y restaient pour le plaisir. Ce qui d’un côté était presque rassurant, c’était que ce n’était pas le cas de Romane ni le sien. Elles avaient chacune une raison pour rester qui n’était pas vraiment la plus légitime au premier abord.


BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Movie Time (Danielle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» My first movie :p
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand
» 1- Jessica Danielle vs 8- Arkansas Girl
» Session time out...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington-