Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

never trust doctors (maya)

avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# never trust doctors (maya)
message posté Lun 12 Déc - 13:06 par Tulasi N. Kapoor
never trust doctors
Rosemary & Maya

Right and wrong do exist. Just because you don't know what the right answer is — maybe there's even no way you could know what the right answer is — doesn't make your answer right or even okay. It's much simpler than that. It's just plain wrong. ✻✻✻ Aujourd'hui Rosemary travaillait à l'hôpital, dans l'aile psychiatrique précisément de ce dernier. Elle n'était jamais vraiment à l'aise lorsqu'elle foulait les couloirs pour atteindre son bureau; elle devait parcourir les ailes chirurgicales et elle haïssait l'odeur qui s'en détachait, de produits nettoyants et de médicaments. Elle plaignait souvent les chirurgiens et infirmiers dont la principale occupation était de s'évertuer à sauver des vies dans l'urgence et la précipitation, Rosemary aimait prendre son temps pour observer ses patients et les comprendre alors son travail - qui ne consistait justement pas à être rapide - lui allait parfaitement bien. Elle travaillait comme psychiatre experte en criminologie, parfois elle était en consultation à l'hôpital pour diagnostiquer une potentielle maladie mentale, parfois elle prenait en charge des patients déjà accueillis à l'hôpital et qui y séjournaient le temps que leur cas soit étudié plus en profondeur et une solution adéquate trouvée - et si  c'était vain ils étaient alors envoyés dans un centre spécialisé dans lequel elle intervenait également - parfois on pouvait la trouver au tribunal pour défendre un coupable en prouvant qu'il n'avait pas une totale emprise et conscience de ses actes, ou justement dans un cabinet d'avocat pour aider à monter le dossier. Plus étrange encore elle travaillait également avec l'église, de manière plus rare et sombre mais elle intervenait également. Ce jour-là sa venue à l'hôpital était totalement différente et elle sentait déjà une boule se former dans son ventre à l'idée de rencontrer sa nouvelle patiente; la jeune femme qu'elle devait recevoir ne présentait aucun des symptômes qu'elle avait l'habitude de traiter habituellement et elle n'était pas non plus une criminelle. Rosemary était capable de canaliser bien des fous dangereux mais elle était complètement démunie devant une personne présentant une dépression ou quelque chose de ce genre là, à savoir une pathologie qui n'était pas difficile à traiter alors quand son collègue l'avait supplié de s'occuper de sa patiente parce qu'il avait une urgence elle avait bégayé et il s'était enfuit avant de lui laisser le temps de donner une véritable réponse, sachant pertinemment qu'une fois devant le fait accompli elle ne pouvait se défiler. Perdue dans ses pensées elle ne s'était même pas rendue compte qu'elle était arrivée devant la porte de son bureau et ce avec dix minutes de retard par rapport à l'heure du rendez-vous « excusez-moi pour mon retard je suis le docteur valentyne, si vous voulez bien me suivre » elle s'apprêtait à reprendre la marche avant de se figer et de se tourner, soudainement sceptique, vers la jeune femme « enfin ... si vous êtes bien Maya Scott ? », elle ne voyait pas qui d'autre pouvait bien l'attendre devant son bureau mais la vie était faite d'étranges surprises parfois et elle n'était pas à l'abri de recevoir elle-ne-savait quel journaliste fouineur sur son passé, ou une inspectrice du travail, ou bien une avocate venue quémander son aide. Une chose était sûre, elle espérait de tout son cœur être confrontée à sa nouvelle patiente, le stress étant déjà bien présent elle n'avait pas envie de l'augmenter en voyant les minutes défiler tout en se demandant quand l'heure fatidique allait tomber.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 6398
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Nina dobrev
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Samael G. Pellegrino et Milo K. Wendling
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Mer 14 Déc - 12:00 par Maya M. Scott
Rosemary ∞Maya
NEVER TRUST DOCTORS
La demoiselle n'appréciait que très peu de se rendre chez le psy. Depuis le début, elle voyait cela comme une contrainte. C'était une chaîne qui l'a retenait, liée par une cheville au passé et à sa tentative d'en finir avec tout ça. Oui, ayant apprit pour Tom, le choc avait été rude. Plongé dans le coma, elle ignorait lorsqu'il pourrait bien se réveiller. A cette annonce c'était toute sa vie qui avait semblé partir en lambeaux. Aussi, après plusieurs semaines cloîtrée chez elle, refusant successivement visite et amis, un soir sur un coup de tête, elle était donc sortit en pyjama et pantoufle pour traversée une voie rapide. Elle espérait disparaître à son tour, s'arracher à l'instant présent devenu insupportable. Grossière erreur, car à la suite de cette action désespérée, la jeune femme c'était retrouvée bouclée dans une espèce d’hôpital pour convalescent, la clinique des Champs Fleury. N'étant pas disposée à rendre les choses facile, elle avait lutté jusqu'à se rendre à l'évidence. Si elle ne coopérait pas, elle ne sortirait pas d'ici. Elle délaissa alors pour un temps la jumelle maléfique qu'elle c'était inventée en désespoir de cause. Miranda, de son deuxième prénom permettait à l'américaine de se moquait consciencieusement des gens et du personnel qui l'entourait. Par ailleurs, c'était un bon bouc émissaire. Quitte à rejeter la faute sur quelqu'un...autant que ce ne soit pas vraiment moi, songeait-elle. Toutefois, il s'agissait quand même d'une partie d'elle, même si elle le concevait difficilement. L'infirmière souhaitant absolument sortir de cet endroit, qu'elle jugeait oppressant au possible, elle daigna effectuer les divers exercices qu'on lui proposait. Elle écrivit dans un journal ses pensées du moment, ses humeurs, elle entreprit de faire semblant de s'intéresser aux autres, aux événements, alors qu'elle n'en avait que faire et finalement, se laissa prendre au jeu. Progressivement son état parut s'améliorer et au bout de plusieurs long mois, elle fut enfin autoriser à reprendre le cours de sa vie. Le tout bien sur, à la conditions de continuer d'être suivie une fois à l'extérieur. La jeune femme envisageait la suite simplement, toutefois c'était sans compter son charmant demi-frère qui avait à présent la main mise sur son compte, l'approvisionnement qu'en faisait son père et lui compliquée joyeusement l'existence. Elle avait pourtant essayée tant bien que mal de se remettre, mais le destin s'acharnait contre elle. Lizzie et son neveu étaient partit loin d'elle. Besoin de changement, d'air, avancement professionnel, elle pouvait le comprendre. Le supporter était un autre souci. Et puis, au milieu de tout ça, Tom, encore et toujours lui. Il avait finit par se réveiller, tel la belle au bois dormant . J'ai fais de mon mieux pour m'adapter mais...Ça n'a pas fonctionné. Deux ans passée à le veiller, pour qu'il décida en fin de compte de s'éloigner. Un gâchis complet...Plantée en bas sur bâtiment, elle secoua la tête tentant de chasser les vilaines images qui lui revenait. La jolie brune réajusta par la suite son bonnet et son écharpe avant de prendre la direction du bureau dans lequel, la psy l'attendait. Une fois dans la salle d'attente, elle s'installa sur le bord d'une chaise et patienta en feuilletant un magazine. « Excusez-moi pour mon retard je suis le docteur Valentyne, si vous voulez bien me suivre » A ces mots, elle sursauta légèrement. Elle c'était manifestement perdue dans la contemplation des prochaines tendances vestimentaires de l'année. « Enfin ... si vous êtes bien Maya Scott ? » Elle hocha la tête : « Oui, c'est ça. » Maya se leva et ne pu s'empêcher de consulter sa montre. En effet, ce n'est pas très ponctuel tout ça. Elle se garda néanmoins de faire tout commentaire. Habituée du docteur que celle-ci remplacée, elle ne voyait pas cela d'un très bon œil. Cependant, on ne lui avait laissée réellement le choix. Entrée dans le bureau, elle se dirigea presque directement vers les fenêtres pour jeter un œil à l'extérieur. Un peu de soleil... «  La vu est plutôt sympa » déclara-t-elle. « Mais je ne suis pas là pour ça... » annonça-t-elle même avant de recevoir  une quelconque remarque. Grimaçant, elle alla donc s’asseoir à regret dans un fauteuil. « J'avoue que c'est...perturbant d'être ici avec vous » ajouta-t-elle avant de faire plus silencieuse.  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Jeu 15 Déc - 19:06 par Tulasi N. Kapoor
never trust doctors
Rosemary & Maya

Right and wrong do exist. Just because you don't know what the right answer is — maybe there's even no way you could know what the right answer is — doesn't make your answer right or even okay. It's much simpler than that. It's just plain wrong. ✻✻✻ Rosemary n'aimait généralement pas être prise au dépourvu, elle essayait d'avoir une petite vie bien rangée pour contrebalancer son passé désastreux; quand elle avait prit la ferme décision de devenir psychiatre elle avait fait en sorte de viser un public en particulier à savoir celui des personnes considérées comme dangereuses pour autrui mais également pour eux-même, pouvant commettre, ou ayant commit, des actes irréparables sur des personnes de leurs entourages, ou des inconnus choisis au hasard ou méticuleusement, en tout cas des personnes suivant un mode opératoire souvent dicté par une voix qui persistait dans leur tête, ou une quelconque pathologie psychiatrique qu'elle était habilitée à traiter grâce à son diplôme et surtout son expérience dans le domaine. Quand son collègue s'était présenté à elle pour lui présenter le cas de Maya Scott elle avait tout de suite comprit qu'elle ne lui serait pas d'une grande aide, tentative de suicide sur une voie rapide, que pouvait-elle bien dire à une personne ayant voulu mettre fin à ses jours ? La jeune psychiatre secoua discrètement la tête pour se sortir de ses pensées et se concentrer sur sa nouvelle patiente, c'était bien elle la jeune femme qu'elle allait devoir guider sur le chemin de la raison et de la guérison, tout du moins pour cette séance et elle espérait qu'elle allait être la première et la dernière également. La jeune Scott semblait être une femme fort sympathique mais elle ne rentrait définitivement pas dans la norme de ses patients habituels, le fait fut confirmé quand elle la regarda se diriger vers la fenêtre pour observer le paysage « Oui, surtout en cette période de l'année. Enfin le soir, quand les guirlandes sont allumées c'est quand même beaucoup plus joli, quand il neige mes patients se perdent souvent dans la contemplation des flocons, au moins ça les détend. », elle ne savait pas trop pourquoi elle lui racontait tout cela peut-être par volonté de la mettre en confiance puisqu'elle même n'était pas franchement rassurée à l'idée de faire cet entretien psychiatrique. Lorsque la jeune femme regagna son fauteuil, Rosemary en fit de même et s'installa en face d'elle derrière son bureau, elle congédia d'un geste rapide de la main les deux infirmiers qui encadraient sa porte pour leur indiquer que tout allait bien, que la demoiselle en face n'était pas dangereuse pour elle et que leur présence n'était donc pas indispensable. Un bref sourire s'étira sur les lèvres de la psychiatre lorsque la jeune femme perça le silence pour lui faire part de son appréhension « perturbant ? ma présence est perturbante parce que vous avez l'habitude de votre docteur ? pour éviter de cumuler les changements, pouvez-vous me dire ce qu'il a l'habitude de vous faire ? il vous écoute parler ? » parce que très franchement elle n'avait tout bonnement aucune idée de ce que pouvait faire un psychiatre en charge des personnes en dépression, ou ayant fait des tentatives de suicides, pour elle c'était souvent les psychologues qui se chargeaient de leur cas et leurs manières de faire étaient très différentes de celles des psychiatres. Alors qu'elle réfléchissait à ce qu'elle pourrait faire avec sa patiente, elle se rendit soudainement compte que ses paroles pouvaient sonner bizarrement et elle n'avait pas envie de laisser croire à la jeune femme qu'elle ne connaissait pas son métier « en toute franchise je n'ai pas pour habitude de m'occuper des dépressifs ou des personnes ayant voulu mettre fin à leur vie » elle marqua une légère pause avant de reprendre tout en cherchant continuellement ses mots pour expliquer au mieux ce qu'elle souhaitait dire « je suis experte en criminologie, j'ai plutôt l'habitude d'être confrontée à des tueurs en série, des schizophrènes, des psychopathes et sociopathes ... vous voyez le tableau. », au moins ça prouvait qu'elle était excellente dans son domaine pour pouvoir gérer ce genre de cas, en attendant elle devait bien trouver quelque chose pour aider sa patiente, si son collègue avait tant insisté pour que ce rendez-vous ne soit pas annulé c'était sûrement pour une bonne raison. « Vous êtes sous anti-dépresseurs ? ou un autre médicament ? » Rosemary avait plongé son regard dans celui de son interlocutrice tout en faisant - de manière presque inaudible - claquer son stylo contre son bureau, plus particulièrement sur le dossier médical de la patiente qu'elle était en train de fixer, elle savait très bien que toutes les informations qu'elle souhaitait se trouvaient dans ce précieux dossier mais avant tout elle voulait vérifier la sincérité et la prise de conscience de la femme qui lui faisait face.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 6398
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Nina dobrev
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Samael G. Pellegrino et Milo K. Wendling
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Sam 17 Déc - 11:47 par Maya M. Scott
Rosemary ∞Maya
NEVER TRUST DOCTORS
Aussitôt entrée dans la bureau, l'américaine c'était dirigée vers la fenêtre. Elle tira légèrement le rideau pour regarder l'extérieur. Un peu de soleil en cette période était agréable, par ailleurs la vue paraissait plutôt sympathique. Ce dont elle fit part au médecin. « Oui, surtout en cette période de l'année. Enfin le soir, quand les guirlandes sont allumées c'est quand même beaucoup plus joli, quand il neige mes patients se perdent souvent dans la contemplation des flocons, au moins ça les détend. »  Elle sourit brièvement. « J'avoue j'aime beaucoup cette période de l'année pour ça. » Délaissant le paysage, elle grimaça et alla s'installer dans un fauteuil. Un coup d’œil aux infirmiers gardant la porte, lui ôta le peu d'envie qu'elle avait de se montrait extravagante. Ce n'est pas le moment de passer pour une cinglée, songea-t-elle. Même si à priori, elle se comportait bien et ne risquait rien, elle attendit que les deux hommes fut congédiés pour annoncer au docteur l'aspect perturbant de leur entrevue. Je ne me sens déjà pas très à l'aise quand je dois exceptionnellement changer de dentiste, alors de psy...« Perturbant ? ma présence est perturbante parce que vous avez l'habitude de votre docteur ? pour éviter de cumuler les changements, pouvez-vous me dire ce qu'il a l'habitude de vous faire ? il vous écoute parler ? ». Elle hocha la tête : « En effet, trop de changements tue le changement. J'aime à conserver le peu de choses à peu près stable dans ma vie. » Elle se mordit la lèvre, ayant l'impression d'en avoir déjà trop dit. Elle est là pour ça pourtant, lui fit remarquer sa conscience. Je sais. « Et oui en général, je parle de...ce que j'ai envie de parler. Cela dit, il est régulier qu'il me pose des question ou m'oriente sur un sujet plus tôt qu'un autre. » La demoiselle haussa les épaules. « J'ai soit disant tendance à m'égarer dans des détails de moindre importance. » Les paroles de son interlocutrice n'avait pas intriguée la jeune femme plus que ça. Ses méthodes s'avéraient sans doute différente de celle de son collègue, d'où ses questions. « En toute franchise je n'ai pas pour habitude de m'occuper des dépressifs ou des personnes ayant voulu mettre fin à leur vie »  L'infirmière pinça les lèvres. Elle s'imaginait que, le temps passant, il y aurait finalement prescription sur sa tentative d'en finir avec dramatiques contraintes que lui imposait le destin. Apparemment non, pensa-t-elle. Elle ne pu pas répondre aussitôt, devancée par Valentyne . « Moi j'ai l'habitude d'être réduite à ce que j'ai fais. Ce n'est pas tout récent pourtant mais bon... » Elle marqua également une pause avant de reprendre : « C'est pas grave, personne n'est parfait. » L'air de rien, la conversation se poursuivit. « Vous êtes sous anti-dépresseurs ? ou un autre médicament ? » « Je l'ai été pendant un lonnnnnng moment...Mais, je ne suis pas très encline à la prise de cachets excessive. Donc on c'est arrangés pour réduire les doses progressivement jusqu'à l'arrêt complet. Ma vie n'est pas terrible mais...j'essaye de faire avec. » Elle se tût et attendit la suite. Nul besoin de tout dévoiler d'un coup, non ?  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Sam 17 Déc - 14:08 par Tulasi N. Kapoor
never trust doctors
Rosemary & Maya

Right and wrong do exist. Just because you don't know what the right answer is — maybe there's even no way you could know what the right answer is — doesn't make your answer right or even okay. It's much simpler than that. It's just plain wrong. ✻✻✻ Il était temps de prendre cet entretien psychiatrique en main et par conséquent au sérieux, non pas qu'elle n'était pas préoccupée par l'état de sa nouvelle patiente loin de là mais elle ne savait réellement pas comment s'y prendre et à force d'être confrontée à des maladies psychiatriques presque incurables elle avait du mal à cerner les soucis que pouvaient avoir des personnes qu'elle pourrait qualifier de saines d'esprit. Un sourire glissa sur les lèvres de la psychiatre alors que son interlocutrice lui avouait aimer cette période de l'année, c'était également le cas de Rosemary qui pouvait en profiter pour prendre des vacances avec son fils, faire le sapin de noël et voir ses yeux s'illuminer devant les nombreux cadeaux déposés par le père-noël en personne, d'après Brahms. Mais elles n'étaient, au grand damne de la psychiatre, pas là pour parler de noël ni des réveillons des fêtes de fin d'année elles étaient respectivement revenues à leur place, l'une face à l'autre. Valentyne attrapa ses lunettes qu'elle déposa sur son nez - lunettes dont elle ne se servait que lors de ses rendez-vous d'ailleurs - avant de se résoudre à ouvrir le dossier de sa patiente tout en l'écoutant quand même attentivement pour ne pas perdre une miette de leur conversation « vous pensez que votre vie n'est pas stable ? », la jeune femme releva la tête vers son interlocutrice bien qu'elle était obligée de maintenir une relation purement professionnelle avec elle et non amicale elle devait admettre qu'elles avaient visiblement un point commun, sa vie à elle non plus n'était pas stable « quel métier exercez-vous Maya ? », elle avait cette information en début de dossier mais elle s'était directement rendue à la page des annotations médicales de son collègue pour vérifier les dires de sa patiente au sujet des médicaments. Donc son psychiatre habituel avait l'habitude de l'écouter parler et de l'orienter sur des sujets en particulier, les méthodes étaient donc définitivement différentes. Rosemary avait surtout une approche scientifique et exerçait de nombreux test pour déceler des pathologie ou voir des progrès, évidemment il lui arrivait souvent d'entretenir des conversations avec ses patients afin de comprendre leur façon de penser, si ils avaient conscience de leurs actes ou même si ils les regrettaient mais ces conversations avaient un arrière-goût malsain et déplaisant contrairement à celle qu'elle entretenait actuellement, le sujet était vraiment très différent. En tout cas elle ne lui avait pas mentit au sujet des médicaments, la dose prescrite avait été baissée au fil du temps jusqu'à être entièrement arrêtée, les médicaments n'étaient pas la solution à tout et parfois ils avaient cette fâcheuse tendance d'endormir les patients plus que de les aider sur le chemin de la guérison. « Vous avez bien fait d'arrêter ces médicaments. » elle marqua une légère pause avant de replonger dans le dossier médicale « êtes vous suivi par quelqu'un d'autre que votre psychiatre ? Enfin ... est-ce que vous vous rendez à des réunions de groupes ? est-ce que vous sortez avec vos amis ? », il était souvent important d'avoir une épaule sur laquelle se reposer et malheureusement le psy ne pouvait pas forcément l'être à cause de cette relation professionnelle qu'il se devait de garder avec sa patiente - le total inverse de ce qu'avait fait Rosemary avec le père de son fils d'ailleurs. « Votre ami, s'est-il réveillé depuis votre accident ? »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 6398
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Nina dobrev
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Samael G. Pellegrino et Milo K. Wendling
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Lun 19 Déc - 19:01 par Maya M. Scott
Rosemary ∞Maya
NEVER TRUST DOCTORS
Perdu dans la contemplation du bureau de son interlocutrice, elle releva la tête, revenant du même coup à la réalité lorsque celle-ci s'adressa à elle. « Vous pensez que votre vie n'est pas stable ? » Elle pinça légèrement les lèvres avant de répondre : « Je ne pense pas, je suis sur. » Elle n'en dit pas plus, mais n'en n’eus pas le besoin car la prochaine question ne tarda pas : « Quel métier exercez-vous Maya ? » La demoiselle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et annonça : « Je suis infirmière » Elle marqua une pause et laissa s'installer un léger silence, pour reprendre ensuite : « Même si ce n'est pas toujours évident, j'aime beaucoup mon métier…Par ailleurs, c'est peut-être bien la seule vrai constante dans ma vie...Aller à l'hôpital, s'occuper au mieux des différents patients du jour ou de la semaine, faire un peu de paperasse et rentrer à la maison... » C'était évidement, sans compter les jours ou les soirs où elle effectuait des heures supplémentaires pour cause de débordement. L'air de rien, la jolie brune observa le docteur, ses lunettes à présent sur le nez et le dossier de Maya, ouvert devant elle, lui donnait un air particulièrement sérieux. Ce qui est sans doute voulu, songea-t-elle. « Vous avez bien fait d'arrêter ces médicaments. »  Elle hocha brièvement la tête, satisfaite d'être approuvée par son nouveau médecin. «Etes vous suivi par quelqu'un d'autre que votre psychiatre ? Enfin ... est-ce que vous vous rendez à des réunions de groupes ? est-ce que vous sortez avec vos amis ? » A la mention du terme « réunion de groupe », l'américaine grimaça. Plutôt manger des insectes que de subir encore une fois un discours ronflant digne d'élèves de maternelle, suivit de la complainte de chaque participant. Ses problèmes lui suffisait déjà bien assez, sans en plus être envahie -et ce en dehors de ses heures de boulot- par ceux des autres. « Je ne participe plus à ce genre de réunion. » Principalement parce que ça me sort par les trous de nez !pensa-t-elle vivement. « J'en ai eu l'occasion, lorsque j'ai séjourné à la clinique des Champ Fleury, après l'incident. » Ce qui remontait déjà  à un bon petit moment. « Pour le reste, je sors assez régulièrement. Ça me change les idées. Avec des amis ou...Sans, ça dépends du temps. » A dire vrai, elle sortait possiblement plus souvent sans, qu'avec eux. L'ancienne pom-pom girl était de nature plutôt sociable en apparence, elle ne peinait généralement pas à engager la discussion et la poursuivre. Toutefois, elle s'avérait de plus en plus méfiante quant à l'évolution de ses relations. Elle était fatiguée d'investir du temps et de l'énergie dans des projets qui n'aboutissaient pas. « Cela dit je fais pas mal de rencontres... » Éphémères certes...« Votre ami, s'est-il réveillé depuis votre accident ? » Cette phrase ne lui aurait pas fait plus d'effet qu'un cailloux jetée en pleine tête. La jolie brune se figea automatiquement. Quelques secondes de silence passèrent de nouveau avant qu'elle ne se reprit. « En effet, il y a eu du nouveau... » Elle se mordit l'intérieur de la joue. Cela faisait partie des sujets qu'il était délicat d'aborder. « Le retour à la réalité à été un peu dur à gérer, surtout de son coté...J'ai fais ce que j'ai pu, mais...Ce n'était peut-être pas suffisant. » Elle se tût une énième fois et fit un effort pour retrouver un visage neutre. « Alors il est partit...et je n'en ai pas su plus. » S'intéressant pour la seconde fois au bureau de sa compagne, elle orienta la conversation sur ce qui le décorait. « C'est joli ça. » Elle sourit, faisant mine que tout allait parfaitement bien.  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Sam 24 Déc - 13:01 par Tulasi N. Kapoor
never trust doctors
Rosemary & Maya

Right and wrong do exist. Just because you don't know what the right answer is — maybe there's even no way you could know what the right answer is — doesn't make your answer right or even okay. It's much simpler than that. It's just plain wrong. ✻✻✻ Rosemary devait voir la vérité en face, ce qui lui posait problème avec les patients qualifiés ordinairement de " normal " - bien qu'elles ne trouvaient pas ses propres patients anormaux mais simplement victimes d'une maladie le plus souvent traitée trop tardivement pour éviter les complications - c'était probablement le fait que leurs problèmes étaient des problèmes communs à ceux de beaucoup de personnes dont les siens. Elle avait parfaitement conscience que certaines personnes étaient plus fragilisées que d'autres et avaient un mental bien moins solide - par exemple dans le cas de la psychiatre le sien était si solide que souvent on la qualifiait de sans cœur - mais alors qu'elle survolait le dossier de sa nouvelle patiente elle se rendait à l'évidence : la jeune femme qui se trouvait face à elle vivait une histoire presque similaire à la sienne. Toutes les histoires ne se ressemblaient pas et elle ne pouvait pas affirmer qu'elles étaient similaires en tout point mais d'après ce qu'elle pouvait en lire, les deux histoires comportaient de nombreuses similitudes : l'amour d'un patient, sa disparition ensuite - tout du moins pour Maya il était plongé dans le coma et pour Rosemary dans un hôpital psychiatrique à des kilomètres d'elle. Les histoires d'amour compliquées elle connaissait et par conséquent elle pouvait presque se retrouver en la personne de Maya et c'était bien là tout le problème, se lier avec un de ses patients - ne serait-ce que de l'amitié - elle avait donné et s'en était brûlé les ailes. « Je suis infirmière », la jeune femme releva la tête vers sa patiente dont la voix venait de la tirer de ses pensées. Voilà qu'en découvrant l'amour passionnel qui animait la jeune femme elle se surprenait à penser à son amour disparu en pleine consultation  « Même si ce n'est pas toujours évident, j'aime beaucoup mon métier…Par ailleurs, c'est peut-être bien la seule vrai constante dans ma vie...Aller à l'hôpital, s'occuper au mieux des différents patients du jour ou de la semaine, faire un peu de paperasse et rentrer à la maison... » Rosemary inclina légèrement la tête sur le côté en fronçant les sourcils, la question n'était pas vraiment importante mais elle lui trottait dans la tête depuis l'instant où Maya lui avait confié son métier « vous êtes infirmière dans cet hôpital ? », si c'était le cas elle n'avait pas franchement d'avis sur la question, pour elle il aurait été préférable de dissocier lieu de consultation et lieu de travail mais si la jeune femme était à la recherche de stabilité alors il lui paraissait totalement normal d'avoir fait ce choix, en tout cas Rosemary ne l'avait jamais croisé dans les couloirs mais en même temps elle se faisait discrète et prenait soin à ce que les infirmiers qui l'assistaient ne présentent aucun trouble psychologique, question de sécurité. « Je ne participe plus à ce genre de réunion. J'en ai eu l'occasion, lorsque j'ai séjourné à la clinique des Champ Fleury, après l'incident. » un sourire au coin des lèvres la jeune psychiatre retira ses lunettes en voyant sa patiente grimacer à l'entente des réunions de groupe. Ce n'était que son propre avis et elle avait parfaitement conscience que oui, parfois, ça marchait, mais pour Rosemary ce genre de réunions ressemblaient plus à une secte qu'autre chose, elle avait eu l'occasion d'y participer quelques années auparavant et très franchement n'avait pas retrouvé l'envie d'y mettre les pieds « c'est affreusement chiant, n'est-ce pas ? » pour appuyer ses propos elle poussa un long soupir qui en disait bien loin sur ce qu'elle pensait de ces fameuses réunions. Elle se demandait pourquoi ses confrères en conseillait autant mais encore une fois elle n'était pas toujours d'accord avec les méthodes employés par ses collègues comme eux n'étaient pas forcément d'accords avec les siennes et au vue de son passé il aurait été idiot de sa part de faire des vagues et d'imposer sa vision des choses; être exclue de la Grèce lui avait servie de leçon pour qu'elle se permette de retenter l'expérience une nouvelle fois avec Londres. La discussion se tournait alors vers le principal problème de la tentative de suicide de sa patiente : à savoir l'homme pour lequel elle avait donné énormément de temps, elle lui apprit qu'il était sortit de son coma et qu'il s'était contenté de fuir. « Non Maya, ce que vous avez fait est suffisant, vous avez été là pour lui et c'est le principal. » elle marqua une pause pour réfléchir à ses paroles « maintenant c'est à lui de faire un travail sur lui-même, il faut lui laisser le temps de bien se rétablir et d'accepter les faits mais vous n'avez certainement pas à culpabiliser, vous avez fait ce qu'il fallait faire. » elle ne savait pas si c'était bien réconfortant mais avant qu'elle ne puisse en juger la jeune femme dérivait sur un tout autre sujet « C'est joli ça. », d'abord surprise la jeune psychiatre haussa les sourcils avant de suivre le regard de sa patiente qui était posé sur la décoration ornant son bureau « n'est-ce pas ? ça appartenait à mes parents, c'est une des rares choses que j'ai récupéré et depuis ça ne quitte plus mon bureau. »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 6398
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Nina dobrev
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Samael G. Pellegrino et Milo K. Wendling
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Mar 17 Jan - 11:12 par Maya M. Scott
Rosemary ∞Maya
NEVER TRUST DOCTORS
Son histoire d'amour compliquée...Parfois, Maya avait l'impression que sa vie entière, ce qu'elle était au plus profond, se limitait et se résumait à ça. Si elle avait fréquentée plus ou moins d'autres personnes avant ou même – avec plus ou moins de succès et d'erreurs- après, sa relation la plus longue restait celle là. Quoi qu'elle pu faire à présent, il semblait que cela lui collerait à la peau comme un tatouage, une marque invisible aux yeux des autres, ce jusqu'à la fin de sa vie. Répondant à une question, elle annonça être infirmière et expliqua que malgré les difficultés du métier, elle continuait d'apprécier de faire ce travail. « Vous êtes infirmière dans cet hôpital ? » « En effet » répondit-elle simplement. « C'est important ? ». Se perdant un instant dans la contemplation du bureau de la docteur, elle repensa à l'époque où son psy ce trouvait dans un cabinet en dehors de l'hôpital. Elle n'aimait pas s'y rendre, ayant l'impression que même les passants dans la rue en la regardant savait où elle se rendait. Comme si j'avais eu une étiquette, où le mot « folle » inscrit au marqueur sur le front… « Si c'est la proximité entre mon lieu de travail et ici le souci...Ne vous inquiétez pas, ça ne me dérange pas. En vérité, j'ai l'impression de passer plus inaperçue en me fondant dans la masse de l’hôpital et en arpentant les recoins que je connais, plutôt que de me déplacer spécialement dans un cabinet à la vu de tous en extérieur. » Elle se tut, ayant encore une fois l'impression d'en avoir trop dit. Par la suite, la jeune femme avoua ne plus participait aux réunions organisées en guise de soutien, pour parler de sa mauvaise expérience et s'entre aider. Elle n'y croyait plus depuis longtemps et écouter les malheureuses aventures des autres, l'a déprimait. « C'est affreusement chiant, n'est-ce pas ? » Levant le nez vers son interlocutrice, elle l'a regarda étonnée. S'il y avait bien une remarque à laquelle elle ne serait pas attendue, c'était bien celle-ci. Elle pinça les lèvres, tentant de se retenir de rire avant d'abandonner. « On peut dire ça comme ça oui »s'amusa-t-elle un instant. « Si ça permet d'aider certaines personnes, tant mieux. Ça n'as pas fonctionné avec moi c'est tout. » précisa-t-elle. La discussion se poursuivit et inévitablement, cela en vint à sa tentative de suicide et à Tom, pour qui elle aurait pu tout sacrifier. [i]« Non Maya, ce que vous avez fait est suffisant, vous avez été là pour lui et c'est le principal. »[/i]  La jolie brune sembla s'intéresser subitement à ses ongles et le médecin enchaîna : « Maintenant c'est à lui de faire un travail sur lui-même, il faut lui laisser le temps de bien se rétablir et d'accepter les faits mais vous n'avez certainement pas à culpabiliser, vous avez fait ce qu'il fallait faire. »  Elle secoua la tête et fit vaguement la moue, bien peu convaincue. « Si j'avais fais ce qu'il fallait...Les choses ne se seraient peut-être pas passées comme ça...Peut-être qu'il ne serait pas partit... » déclara-t-elle avant de tenter de changer de sujet. « C'est joli ça. » dit-elle en laissant son regard s'attarder sur la décoration ornant le bureau de la psychiatre.  « N'est-ce pas ? ça appartenait à mes parents, c'est une des rares choses que j'ai récupéré et depuis ça ne quitte plus mon bureau. » La demoiselle hocha la tête. « Ils avaient bon goût. » Elle marqua une pause et ajouta : « Je devrais songer à fouiller dans les vieilles affaires de mon frère, je trouverais possiblement quelque chose pour décorer...hum je ne sais pas, je n'ai pas de bureau à proprement parler. Mais autres chose, pourquoi pas... » La jeune femme réfléchit alors à ce qu'elle pourrait bien décorer avec un objet ayant appartenu à Adam. .  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Sam 28 Jan - 18:47 par Tulasi N. Kapoor
never trust doctors
Rosemary & Maya

Right and wrong do exist. Just because you don't know what the right answer is — maybe there's even no way you could know what the right answer is — doesn't make your answer right or even okay. It's much simpler than that. It's just plain wrong. ✻✻✻ Au fil de la discussion la jeune psychiatre se rendait compte que l'entretien n'était pas aussi terrible qu'elle l'avait imaginé, forcément elle ne se sentait pas aussi à l'aise que lorsqu'elle faisait face à l'un de ses patients parce qu'elle n'avait pas l'habitude de traiter les tentatives de suicide, qu'en plus de ça Maya n'était pas vraiment sa patiente mais celle d'un collègue qu'elle dépannait en urgence - et si il y avait bien une chose qu'elle haïssait c'était de reprendre un dossier en cours de route - et qu'en plus il s'agissait de leur première entrevue, mais tout semblait se dérouler sans problème majeur. Un sourire qu'elle voulait rassurant s'était emparé de ses lèvres alors qu'elle écoutait avec une attention particulière les paroles de Maya « En effet », la psychiatre haussa un sourcil « C'est important ? », elle s'apprêtait à reprendre la parole avant que Maya ne lui coupe l'herbe sous le pied « Si c'est la proximité entre mon lieu de travail et ici le souci...Ne vous inquiétez pas, ça ne me dérange pas. En vérité, j'ai l'impression de passer plus inaperçue en me fondant dans la masse de l’hôpital et en arpentant les recoins que je connais, plutôt que de me déplacer spécialement dans un cabinet à la vu de tous en extérieur. », une chose était certaine c'était que Maya n'avait pas sa langue dans sa poche, elle était un vrai moulin à paroles, en tout cas c'était l'impression qu'elle donnait à Rosemary en fournissant des explications qu'elle-même n'avait pas demandé « rassurez-vous je n'y vois aucun inconvénient » elle marqua une légère pause en jetant un rapide regard vers la fenêtre « je ne vous avais jamais vu avant, alors je me posais la question. », puis, reportant son regard sur son interlocutrice « c'est tout. »
De toute façon ça ne la regardait pas, Maya n'était sa patiente que pour cette seule et unique fois et elle ne voulait pas que son collègue se retrouve avec du travail en moins, elle n'avait pas franchement son mot à dire et si leur duo fonctionnait bien malgré le fait qu'ils étaient quasiment collègues, ça ne pouvait pas être une mauvaise chose, elle était mal placée pour juger en plus de ça. Il existait plusieurs manières différentes d'aider les gens et d'appréhender leurs problèmes, en tant que psychiatre Rosemary pouvait prescrire des médicaments, parfois ils marchaient mais parfois le résultat obtenu n'était pas celui attendu, certains thérapeutes conseillaient des réunions de groupes, réunions qui n'avaient pas marché sur Maya d'après ce qu'elle lui racontait. Rosemary n'en était pas friande, il suffisait que la personne ne soit pas à l'aise en public pour fausser les résultats. Mais l'échec qu'elle avait essuyé à ce sujet n'importait pas autant à Rosemary que la suite de la discussion, elle ne comprenait définitivement pas comment la jeune femme pouvait autant culpabiliser au sujet de son amour « Si j'avais fais ce qu'il fallait...Les choses ne se seraient peut-être pas passées comme ça...Peut-être qu'il ne serait pas partit... », avec des si les gens referaient le monde « et qu'auriez-vous fait, au juste ? » parce que ça l'intéressait énormément en sachant qu'elle avait déjà fait beaucoup.
Comme beaucoup de patients souhaitant détourner le sujet, la jeune femme s'intéressait dorénavant à la décoration qui ornait le bureau de la psychiatre valentyne. Un sourire triste étira pendant quelques secondes ses lèvres à l'entente des mots de la jeune femme, ses parents avaient bon goût, mais ils n'étaient plus là pour lui en faire profiter. « Je devrais songer à fouiller dans les vieilles affaires de mon frère, je trouverais possiblement quelque chose pour décorer...hum je ne sais pas, je n'ai pas de bureau à proprement parler. Mais autres chose, pourquoi pas... », un frère disparu ? « il est arrivé quelque chose à votre frère ? »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 6398
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Nina dobrev
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Samael G. Pellegrino et Milo K. Wendling
# Re: never trust doctors (maya)
message posté Mar 31 Jan - 18:14 par Maya M. Scott
Rosemary ∞Maya
NEVER TRUST DOCTORS
Pour le moment, Maya devait avouer que la rencontre avec la psychiatre remplaçante ne s'avérait pas si terrible. Elle attendait avec une vague appréhension ce rendez-vous. Lorsqu'on avait l'habitude de travaillait avec quelqu'un et ce d'une certaine façon. Cela s'avérait perturbant de changer. Ce devait également être le cas pour le médecin en question. Du peu que la demoiselle en savait, celle-ci n'était pas spécialisée dans les cas comme le sien, loin de là. Ba peu importe, on s'en contentera, commenta sa conscience. La discussion se lança sans trop de difficultés et suivit son cours. Son interlocutrice l'interrogea sur le fait qu'elle travaille ici même, dans ce hôpital ou non. La jolie brune ne perdit alors pas de temps pour expliquer que c'était effectivement le cas et qu'elle préférait qu'il en fut ainsi. En se noyant dans la masse de gens aussi diverses que variés composant les lieux, elle ne se risquait à croiser des regards trop désobligeant. S'il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était d'être regarder en paria. Elle pensait donc qu'être ici lui facilitait un peu la vie. « Rassurez-vous je n'y vois aucun inconvénient » annonça la docteur avant de regarder rapidement vers la fenêtre. « Je ne vous avais jamais vu avant, alors je me posais la question. C'est tout. » Elle haussa les épaules. "D'habitude, je n'en dis pas assez. Alors maintenant, je prends les devants. Ca m'évite d'être prise au dépourvu." Anticiper les propos ou questions qui allaient suivre n'était peut-être pas la plus brillante des idées, certes. Mais cela ne pouvait pas être mauvais non plus. Si ? La conversation continua et le sujet s'orienta sur Tom. Thème que la demoiselle préférait globalement éviter. Trop douloureux, trop compliqué, trop tout...Si elle n'aimait pas tellement parler de ça, elle ne posa toutefois pas de réel problème en refusant le dialogue. L'américaine avoua songer que peut-être ses efforts n'avaient pas été suffisant. Elle aurait certaine pu faire mieux ou d'avantage. « Et qu'auriez-vous fait, au juste ? » Elle baissa un instant les yeux. "Je ne sais pas." A nouveau silencieuse, elle réfléchit. S'étant investie corps et âme dans cette relation et dans l'espoir qu'elle pu se poursuivre après tout ce qu'ils avaient vécu, elle ignorait si une meilleurs solution existait. Ne sachant que dire plus, elle se résigna alors à contourner le sujet en s'intéressant à la décoration ornant le bureau de sa compagne. « Je devrais songer à fouiller dans les vieilles affaires de mon frère, je trouverais possiblement quelque chose pour décorer...hum je ne sais pas, je n'ai pas de bureau à proprement parler. Mais autres chose, pourquoi pas... » Evidemment, l'ancienne pom-pom girl n’avait pas pu s'empêcher de le mentionner. Comme toujours, il ne faisait jamais très loin dans son cœur et ses pensées. « Il est arrivé quelque chose à votre frère ? » Se mordant vaguement la lèvre, elle hocha la tête. "Il est décédé...il y a environs une dizaine d'année. Il a eu un accident avec son ambulance et il est mort sur le coup. " Elle pencha la tête de coté et replaça une mèche de ses cheveux. "C'est ridicule je sais, mais c'est peut-être pour ça, que j'ai l'impression que tous les hommes de ma vie cherchent à me laisser derrière eux...Enfin je dis ça, je ne suis pas psy alors ma foi. Peut-être que je me trompe considérablement." Elle se tut à nouveau et se perdit dans la contemplation des dossiers posé dans un coin du bureau.   
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
never trust doctors (maya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
» ♣ Présentation de Maya Whiteflow ♠ [Validée]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» Prénsentation de Maya Henson
» [Décembre] Byul Maya
» (*Limited Edition*)~[Edit 2 de l'Atelier de Maya & Byss]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: Great Ormond Street Hospital-