Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

You know I'm under the influence so don't trust every word I say (riley)

Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: You know I'm under the influence so don't trust every word I say (riley)
message posté Lun 5 Juin - 1:22 par Solal D. B. Fitzgerald
You know I'm under the influence so don't trust every word I say
Solal & Riley

C'était agréable de pouvoir parler de tout aussi librement. Souvent, lorsqu'on apprenait ma maladie, les gens faisaient semblant d'avoir quelque chose à faire pour avoir à éviter cet instant gênant. Se retrouver face à un faible. Mais Riley, c'était différent, parce qu'elle aussi elle avait été malade. Elle aussi s'était retrouvée en position de faiblesse, sur le point de chuter. Et encore aujourd'hui elle devait en avoir gardé des séquelles de cette différence. Au fond, nous avions tous nos traumatismes, mais les accepter, c'était pouvoir en parler. J'avais fini par accepter Wilson, parce que je n'avais pas eut d'autres choix. Ca ne servait en rien de l'ignorer, je ne pouvais m'en débarrasser. Et c'était même encore plus dangereux que de vivre en l'ignorant. En faisant comme si ça ne pouvait pas me tuer. Alors, même si je loupais parfois les rendez-vous, j'en parlais. Parce qu'en parler rendait les choses plus réelles, et me faisait agir, de temps à autre. J'en avais assez des traitements, des rendez-vous récurrents à l'hôpital, alors je faisais le strict minimum. Et je profitais. J'abusais de la vie comme si chaque jour était le dernier. Je n'avais pas de temps à perdre. Pas assez de temps à consommer. Je tournais la tête vers Riley, qui semblait pensive. Elle aussi, ça devait lui faire du bien de parler aussi ouvertement de mort et de maladie. Ca faisait toujours du bien, de parler de la réalité de la vie, avec détachement. Comme si ça ne pouvait pas nous atteindre, pour l'instant. Las d'attendre des nouvelles de Vince, je me mis donc à fouiller son bureau à la recherche d'un pochon ou même d'une d'un tout petit bout qui pourrait combler mes envies. Et je trouvais, enfin, le pochon caché entre deux reliures de livres. Il se pensait plus malin que moi? J'ouvrais le sachet et commençais à rouler. Riley regarda l'herbe et fit une remarque. Je ris en la regardant et lui demandais, taquin : « Bah oui, tu pensais que ce serait comment? » Elle était mignonne à être si innocente, et si naïve. Je la sentis m'observer tandis que je roulais et je la sentais curieuse. Elle voulait tester, mais elle avait peur. Je finis par lui proposer, car je sentais qu'elle attendait de moi que je le fasse. Ah les filles. Mais elle se rétracta et s'adossa à son siège, comme pour marquer sa prise de position et son rejet à l'amusement. Elle se justifia en prétextant une greffe de poumon et je roulais des yeux. Greffe de foie, je continuais de boire de l'alcool. On allait tous crever, non? Je haussais les épaules et lançais en soupirant : « T'es au courant que tu peux te faire faucher par un bus en quittant le travail? C'est pas plus dangereux que de traverser la route tu sais. » Je lui souris gentiment et calais le cul du joint dans la commissure de mes lèvres. J'attrapais ma veste et l'enfilais, et je relevais les yeux vers elle. Elle avait le regard perdu, sûrement en plein dilemme. C'était mignon. Je lui tendis ma main en reprenant le joint entre les doigts de mon autre main et lui fis signe de la tête de me suivre : « Accompagne moi au moins. Vince dira rien, on dira que j'ai une mauvaise influence. » Je lui fis un clin d'œil et attrapais la veste de fille qui semblait être la sienne, sur le porte manteau. Je lui tendis et ouvrais la porte. Je savais qu'il y avait un balcon dans le coin, alors je me mis à faire le tour de l'étage, et lorsque je le trouvais enfin, je m'engouffrais à l'extérieur, Riley sur mes talons, qui, non fumeuse, n'avait même pas su me renseigner dans ma quête d'extérieur. J'allumais le joint et l'allumais, puis je la regardais et demandais : « Ca fait combien de temps que tu bosses ici? Sans vouloir te vexer, tu fais jeune je trouve... » Tantôt elles s'énervaient parce qu'on les voyait trop vieilles, tantôt parce qu'on ne les trouvait pas assez femme. Riley avait un visage jeune, mais pas encore assez mature pour qu'on puisse la considérer comme une femme. Elle n'était pas plus âgée que moi, et c'était certain. Je tournais la tête vers l'extérieur et observais la rue et ses passants. Un bordel monstre. Finalement, mon corps n'était qu'un microcosme du monde. Partout, c'était le bordel, à l'intérieur comme à l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
living out loud
avatar
living out loud

» Date d'inscription : 09/05/2015
» Messages : 6015
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Emma Watson
» Âge : vingt-six ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Diana & Alexander
# Re: You know I'm under the influence so don't trust every word I say (riley)
message posté Mar 20 Juin - 11:49 par Riley Z. Lancaster
I transcend into a sky of liminal thought. As the stars paint themselves into constellations, I catch myself distracted by the sparks in your eyes-iridescent effulgence. But I shall remain silent, for saying your name will insinuate the night and I need beautiful things in my life. ✻✻✻ Malgré l’envie de découvrir quelque chose de nouveau, c’est la raison qui l’emporte sur la curiosité. Elle n’a aucune idée de ce que fumer pourrait créer comme conséquence pour ces poumons qui ne sont pas vraiment les siens. Elle sait qu’elle a eu de la chance d’avoir cette greffe, là où d’autres restent des années sur une liste d’attente dont ils ne verront jamais le bout, et s’en voudrait de tout gâcher juste pour un petit instant, juste pour une petite curiosité, qui ne durera pas. Peut-être que ça ne changerait rien, peut-être qu’il n’y aurait aucune conséquence. Mais le risque en vaut-il la peine ?  Elle n’en a aucune idée, elle n’a jamais essayé. Peut-être que ça changerait sa vie. Peut-être qu’elle détestera. La seule façon de savoir serait d’y goûter.
« T'es au courant que tu peux te faire faucher par un bus en quittant le travail? C'est pas plus dangereux que de traverser la route tu sais. » C’est une façon de voir les choses. Peut-être Solal les voit-il ainsi parce qu’il se sait condamné. Tout le monde est condamné au fond, mais la plupart ne connaissent pas la date de fin, même approximative. Quand on n’a plus rien à perdre, tenter des choses complètement folles est plus simple. A une époque, Riley adorait ça. Vivre au jour le jour, se créer de nouvelles expériences sans cesse. Et puis le temps passant, elle est devenue plus raisonnable. Peut-être trop. Mais c’est sans doute inévitable, quand on réalise que finalement, on peut avoir la vie devant soi. « Le bus, je ne peux rien faire pour le contrôler, à moins de changer de métier et de devenir le chauffeur. » Elle est consciente que tout peut arriver, à tout moment, et qu’elle n’est pas toujours maîtresse des événements. Mais il reste certaines choses qu’elle peut contrôler alors pourquoi ne pas le faire ? Pourquoi tout laisser au hasard quand elle garde tout de même un certain libre arbitre ? Ce sont deux façons différentes de voir les choses, et Riley penche plutôt pour la deuxième, après avoir profité pendant plusieurs années de la première. De cette liberté, somme toute relative. « Accompagne moi au moins. Vince dira rien, on dira que j'ai une mauvaise influence. » Elle sourit, peut-être un peu heureuse que Solal accepte sa compagnie, même si elle ne fume pas avec lui. « Il faudrait qu’il soit là pour le savoir. » Acte de rébellion, certes assez petit, mais tout de même. Elle reste fière. Si Vince n’est pas là, rien ne l’oblige à y rester. Après tout, elle a droit à des pauses, elle aussi.
Après avoir tourné dans les couloirs, ils arrivent finalement sur un balcon, sûrement destiné aux fumeurs. Riley n’a jamais eu de raison de chercher cet endroit, et ne le connaissait même pas. Le froid attaque son visage, et elle resserre son manteau contre elle. Elle regarde le paysage urbain, alors que Solal allume son joint. « Ca fait combien de temps que tu bosses ici? Sans vouloir te vexer, tu fais jeune je trouve... » Elle tourne la tête vers lui, un peu étonnée de sa réflexion. Elle a vingt-cinq ans tout de même, beaucoup des personnes de son âge ont déjà un travail sérieux et durable, qu’ils ont obtenu après de longues études. Justement, elle a pris plus de temps pour tout ça que la plupart des gens. « J’ai commencé il y a…. six mois ? Sept peut-être. Je suis en formation, je n’ai pas fait d’études avant ça. » Le schéma classique, Riley ne l’a nullement respecté. Mais elle n’a pas eu une vie classique, et elle considère ça comme quelque chose de positif. C’est cette vie qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Toutes les étapes, de sa maladie à son périple à travers l’Europe. « Et j’ai déjà vingt-cinq ans, c’est tard pour se former, par rapport aux autres. Et il n’y a pas besoin d’être vieille pour être assistante. » D’accord, elle ne s’imaginait pas du tout travailler dans un bureau, il y a seulement un an, mais elle est finalement ravie de ce choix. « Qu’est-ce que tu fais toi ? »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: You know I'm under the influence so don't trust every word I say (riley)
message posté Sam 8 Juil - 1:23 par Solal D. B. Fitzgerald
You know I'm under the influence so don't trust every word I say
Solal & Riley

Le comble pour l'humanité, c'était de ne pas être maître de son destin alors qu'elle était plus ou moins maître de tout le reste. Nous avions tout construit, par notre intelligence et nos connaissances. Mais nous avions tant détruits. Incapable de contrôler nos existences et avides de posséder celles des autres. Au delà de la maladie, c'était le comportement de mes proches qui me tuaient le plus. C'était les erreurs qui provoquaient mes malaises, c'était leurs réactions que je craignais. Nous étions tous liés les uns aux autres, et la destruction se mêlait à l'amour. Dans tous les cas, nous perdions le contrôle. Alors je comprenais la décision de Riley. En soit, fumer ce n'était pas grand chose. Mais elle contrôlait son choix, et c'était honorable. Alors je n'instistai pas et me contentais de hausser les épaules. Je n'étais pas là pour l'entrainer dans la débauche. J'appréciais sa compagnie, et d'avantage encore sa manière de penser. Parfois, il suffisait de quelques minutes seulement pour s'entendre avec quelqu'un, pour être certain de l'apprécier. J'appréciais Riley, parce qu'elle s'était présentée honnête et naturelle, et n'avait pas fait preuve de pitié ou de compassion. Nous étions égaux. Prototypes de la vie. Pas besoin d'explications, je comprenais. Ce pourquoi je l'appréciais. Je lui glissais qu'on trouverait une excuse pour Vince et sa réponse m'arracha un grand sourire.  « Eh mais t'es une petite thug toi en fait. » Lanças-je en tirant doucement la peau de sa joue alors qu'elle mettait son manteau. On quitta le bureau, et après cinq minutes à tourner en rond, je trouvais enfin la terrasse. Je pris une grande bouffée d'air frais. C'était agréable. J'allumais mon joint et la petite voix de Riley s'éleva parmi tous ces bruits ambiants de voitures et de klaxons. Je l'écoutais répondre à ma question et m'étouffais lorsque j'entendis son âge. Je la regardais, réellement surpris.  « On a le même âge! Je te pensais un peu plus jeune. 22 ans ou 23 ans quoi.... » Je claquais de la langue, réellement surpris. Elle avait un jolie visage. Elle semblait douce et fragile, mais courageuse. Elle était le genre de personnes qui me donnait envie de la prendre dans mes bras, juste pour lui donner un peu d'amour. Pour qu'elle ne se sente pas seule une seconde. Je lui souris doucement et hochais la tête en repensant à ce qu'elle venait de me dire. C'était bien. C'était bien qu'elle soit partie de nulle part. Vince était un couillon, mais il s'occupait bien d'elle, j'en étais certain. Elle me retourna alors la question et je soupirais en apportant le joint à mes lèvres :  « Rien... Je vais parfois à la fac. Mais je vais me faire virer à la fin de l'année c'est sûr. A cause de mes tremblements, je suis incapable de garder quelque chose dans ma main longtemps, d'écrire ou de tenir des assiettes. Et je suis trop stupide pour gérer des papiers, des rendez-vous ou je sais pas trop quoi. » Je haussais les épaules. Quelle vie pourrie. Incapable de faire quoique ce soit. Je regardais au loin, attristé. Parfois, je prenais des photos. De jolies photos. Mais je n'avais pas la force de marcher longtemps, ou de rester stable. Ou de trimballer un trépied. Dans tous les cas, j'étais foutu. J'aurai voulu rajouter quelque chose. Mais les mots restèrent coincés dans ma gorge. Je valais mieux que cela. Mais je n'en faisais rien. Je n'avais pas choisi de contrôler ma vie professionnelle parce que je savais que malgré mes efforts, Wilson finirait par revenir encore plus fort. J'allais y prendre goût, et m'effondrer. Comme toujours. Alors, je tirais avidement sur le joint. Pour oublier. Comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
You know I'm under the influence so don't trust every word I say (riley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Istwa lang kreyol lakay ak devlopman gramè a
» SGU en Français !
» L'Horloge qui dit tout
» WordUp battles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster-