Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

I catch you every time + Sloan

avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.
» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 242
» Pseudo : Mom's
» Avatar : James Franco.
» Âge : 38 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Hayley M. (k.bell) & Indianna M. (n.dormer)
# I catch you every time + Sloan
message posté Mer 11 Jan - 18:40 par Samuel A. Adams

I catch you every time
Sloan & Samuel


Les fêtes de fin d'année étaient terminé et avec elles, la flux abondant des urgences médicales caractérisé de cette période. Samuel venait de ranger les dernières décorations qui traînaient dans son bureau. Il n'était pas le plus fan du monde de cette période, mais il aimait bien le côté festif des boules rouges et or, ça rendait bien dans cette pièce. Comme à l'accoutumé, il avait couvert presque l'intégralité des moments de fête et cela ne l'avait pas dérangé outre mesure. Parmi ces collègues, beaucoup avaient des enfants en bas âge avec qui ils souhaitaient passer les fêtes. Samuel avait sa famille, bien sûr, mais Lilly avait passé Noël avec sa mère, ce qui n'avait rien d’étonnant en soit quand on connaissait leur relation. Il avait passé le traditionnel coup de téléphone à ses parents, ainsi qu'as ses frères et sœurs. Personne ne s'étonnait de son absence, il avait fini par devenir normal qu'il travaille le soir de noël ou du nouvel an. Il avait tout de même tenu à rendre visite à Louis, son filleul afin de lui offrir son cadeau de noël, comme à Ava, seule nièce de la famille. Il avait longtemps cherché ce qu'il pourrait offrir à sa fille. Lilly avait élu domicile chez lui quelques semaines plus tôt, du moins elle avait été obligé suite à la décision de Callie et de Samuel. Pour une fois qu'ils étaient d'accord sur quelque chose. Comme à son habitude, l'adolescente avait démontré son mécontentement à coup de cris, de fugues et de remarques acerbes dont elle avait le secret. Si bien que quand il lui avait annoncé être de service le soir de Noël, la jeune fille lui avait craché au visage qu'il n'était même pas foutu d'être là pour un repas familiale. Dans sa bouche, ce mot était amer, douloureux et Samuel avait préféré quitter la pièce plutôt que d'affronter la colère de sa fille. Callie l'avait appelé dans la foulée pour lui dire qu'elle tenait à avoir sa  fille ce week-end là et que c'était prévu depuis un moment. Bien, Samuel était officiellement un pion dans dans cette mascarade.

Alors il était assez heureux que tout ça soit derrière lui. Même si Lilly n'était toujours pas gérable, elle semblait être passé à autre chose. Il se promit de poser ses congés pour Noël cette année, histoire de faire un pas vers elle, de tenter de rattraper quelque chose qui lui avait échappé depuis bien longtemps maintenant. Pour l'heure, il souhaitait partager un moment avec Sloan. Si il y avait bien une personne qui ne semblait pas l'accabler de reproche, c'était bien elle. Plus tôt dans la journée, il avait reçu une invitation pour l'ouverture d'un nouveau restaurant gastronomique près du St James Park. A priori, son nouveau statut lui offrait ce genre d'opportunité et Samuel était plutôt friand des occasions comme celle-ci. Il envoya un message à Sloan en lui demandant si elle était libre ce soir. C'était fait au dernier moment, mais elle avait l'habitude. Son planning n'avait rien de flexible ou de stable, il était souvent surprit d'être en repos en fait. Pourtant, il était le chef, il pouvait planifier ses heures comme il le souhaitait. Sauf que cela ne lui ressemblait pas et il préférait laisser sa secrétaire gérer ça pour lui. Au moins, on ne pouvait pas dire qu'il ne savait pas déléguer. La réponse ne tarda pas à venir. Elle était partante. Sloan était toujours partante pour tout, même si depuis l'accident, Samuel sentait du changement en elle. Durant une fraction de seconde, il se remémora ce jour et sentit des frissons le parcourir. On frappa à la porte et cela le fit revenir au moment présent. Il prit le temps de lui envoyer l'adresse de ce soir et quitta son bureau.

Samuel serait bien passé la prendre, mais il savait très bien qu'il n'aurait pas le temps de faire le détour par chez elle avant de prendre la réservation. Sloan était sans doute la meilleur alliée pour tester de nouveaux restaurant. Elle était excellente cuisinière et Samuel adorait s'inviter chez elle pour dévorer un bon petit plat, un reflex qu'il entretenait également avec sa petite sœur Amanda. Il n'avait aucun scrupule à se faire nourrir par les autres. Il ne cuisinait pas, n'en trouvait ni le temps ni l'énergie, il préférait laisser ça aux autres. Après son service, il s'était changé. Vêtu d'un jean sombre et d'une chemise blanche sous son manteau, il attendait devant le restaurant. L'air froid était moins mordant que les jours précédents même si les températures étaient encore négatives. Enfin, il la vit apparaître de l'autre côté de la rue. Elle marchait vite, sûrement pour braver le vent et découvrir ce qui lui avait préparé. Une fois à sa hauteur, il l'embrassa sur le front et lui fit une courte étreinte. « Salut la belle ! Tu a faim j'espère ?! ». Il désigna l'enseigne juste derrière lui. Déjà, plusieurs personnes se hâtaient d'entrer. Il savait que les invités de la soirée d’ouverture avaient été triés sur le volet. Dans peu de temps, si cela marchait, il faudrait des jours avant de pouvoir obtenir une table. Sloan prit son bras et ils pénètrent à l'intérieur. Les serveurs étaient tiré à quatre épingle, élégant dans leur costume noir et blanc, dans un style très français. « Spécialités françaises, avoue que j'ai fais fort ! », dit-il, tout content de lui. En vérité, il n'avait pas fait grand chose sinon utiliser son invitation pour ce soir, mais il était toujours ravi de bien manger en compagnie de sa meilleure amie.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
You’re never too broken to recover.
You’re never too broken to recover.
» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 9554
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Gal Gadot.
» Âge : 36yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Rachel & Oliver.
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Sam 21 Jan - 19:00 par Sloan A. Cassidy
We always see our worst selves. Our most vulnerable selves. We need someone else to get close enough to tell us we’re wrong. Someone we trust. ✻✻✻ Je regarde la télé d’un œil distrait, plus concentré sur le bruit que font Mia et Jackson à côté de moi. Je passe plus de temps à les regarder, que la télévision. Pourtant, je voulais vraiment voir cette émission au départ, mais finalement quand Mia vient me demander de jouer avec elle, je ne peux pas refuser. J’ai l’impression d’être une mère débutante, alors que ma fille a déjà six ans. Pourtant, c’est bien ce que je suis, je n’ai eu que deux ans avec elle, du moins je ne me rappelle que de deux ans avec. C’est horrible de ne pas me souvenir des choses que j’ai pu faire avec elle, mais c’est encore pire pour Jackson dont je ne me rappelais pas du tout. La situation craint vraiment, et il n’y a rien que je puisse faire dans l’immédiat pour y remédier. La seule chose possible, et de me construire des nouveaux souvenirs avec eux. Mais malgré le temps passé ensemble, j’ai l’impression que ce n’est jamais assez. Il me manque quatre ans de ma vie, et ce n’est pas avec le peu de fois que je les vois dans la semaine que je vais pouvoir rattraper le temps perdu. Je ne suis pourtant encore pas prête à les avoir plus souvent, du moins je ne m’en pense pas capable. Alors, en attendant je profite des quelques heures qui me restent avant que Jude ne passe les chercher, me laissant de nouveau seule chez moi. Si c’est cela ma vie désormais, je n’en veux pas. Malheureusement, je ne sais pas encore comment pouvoir changer les choses. Il y a tellement de choses non résolus, que j’ai l’impression de ne pas pouvoir avancer. Je fais du sur place depuis que je me suis réveillée à l’hôpital, et c’est épuisant. J’aimerais vraiment pouvoir reprendre le cours d’une vie normale, ou du moins aussi normale que possible en vue des circonstances. Je joue avec mes enfants, avant que ce ne soit finalement l’heure de les laisser repartir. Et comme à chaque fois, je m’en retrouve avec le cœur brisé, mais aussi un peu soulagée. C’est horrible quand j’y pense, mais malheureusement je ne peux pas changer ce que je ressens, cela serait bien trop facile. Comme toujours, la conversation avec Jude tourne court, et comme toujours il est impossible de réellement lui parler. Je sers et embrasse une dernière fois mes enfants, avant de me retrouver seule. Mon téléphone sonne au même moment, m’annonçant un texto de Samuel. Sa proposition ne pouvait pas mieux tomber, le voir ce soir, m’évitera de rester seule. Je réponds positivement, trop heureuse de pouvoir m’échapper de chez moi pour quelque temps. En attendant, je reprends mon livre, au moins je suis sûre d’oublier le reste pendant ce temps. Je mets néanmoins un réveil pour avoir le temps de me préparer avant de devoir retrouver mon meilleur ami. Réveil qui sonne assez rapidement, du moins c’est l’impression que j’ai. Je pose mon livre à contrecœur, m’étire un instant avant d’aller prendre une douche. L’eau chaude me fait du bien, tandis que j’essaie de deviner ce qui m’attend ce soir. Je n’en sais pas plus sur pourquoi Samuel veut me voir, hormis le plaisir de ma compagnie bien évidemment, ni même où est-ce que nous nous rendons. Mais je suis habituée, ce n’est pas la première fois qu’il me fait le coup. Une fois ma douche terminée, et séchée je retourne dans ma chambre pour m’habiller. Vu la saison, j’enfile rapidement un jean et un pull sans chercher à mettre autre chose. De retour dans la salle de bain, je passe un coup de peigne dans mes cheveux, me maquille légèrement et sors pour terminer de me préparer. Une fois dehors je sers mon écharpe autour de mon cou, avant de m’engouffrer dans le tube. Je m’installe le temps du trajet, vérifiant l’heure de temps en temps. Je ne suis pas en avance, mais pas spécialement en retard non plus, parfait. Une fois de nouveau dans le froid, je presse le pas comme si cela allait me réchauffer, ce qui au final ne change rien. Je repère Samuel sans aucun problème, et me dépêche de le rejoindre. Je suis contente de le voir, et lui rend son étreinte du mieux que je peux m’obligeant à sortir mes mains de mes poches. « Salut la belle ! Tu as faim j'espère ?! » En voyant le restaurant dernière nous, j’ai l’impression d’être soudainement affamée. « Joli restaurant, et je suis affamée. » Je lui souris, avant de glisser mon bras sous le sien. En peu de temps, nous voilà à l’intérieur, au chaud. Il y a du monde, et j’ai l’impression de débarquer dans un autre univers, c’est comme si soudainement nous n’étions plus à Londres. « Spécialités françaises, avoue que j'ai fait fort ! » Je rigole, en le regardant. « J’avoue, que tu m’impressionne. » Rapidement, nous sommes conduits à une table pour deux personnes, et nous nous installons. Je suis contente d’enlever mon manteau, vu la chaleur à l’intérieur du restaurant. « Alors comme ça, tu as réussi à t’échapper une soirée de ton travail. » Je le taquine gentiment, habitué à avoir nos plans écourtés, ou annulés à cause de son travail. C’est un des inconvénients de son travail je suppose.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.
» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 242
» Pseudo : Mom's
» Avatar : James Franco.
» Âge : 38 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Hayley M. (k.bell) & Indianna M. (n.dormer)
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Lun 30 Jan - 12:40 par Samuel A. Adams

I catch you every time
Sloan & Samuel


Samuel ne pouvait qu'imaginer ce que représentait une vie normale. Sans doute qu'il en avait eu une , autrefois. Pourtant, il ne ressentait aucun regrets à vivre celle-ci. Enfin si, il en avait, mais il n'aimait pas se les rappeler. Quand il observait Lilly, il revoyait nettement le ventre arrondi de Callie quand elle l'attendait, puis ses premiers pas dans leur minuscule appartement à Sydney. Il se souvenait du rire cristallin de Callie, de ses yeux rieurs et des petites mains de Lilly venant serrer les siennes. Oui, ces remords ils étaient là. Dans cette absence, leur absence. Dans ce jour où il les avaient vu partir sans qu'il ne fasse rien pour les retenir. Samuel enfonce ses mains dans ses poches et penche la tête pour ne pas ressentir la piqûre du froid sur ses joues. Elle était peut-être là sa vie normale. Il lui avait dit au revoir en même temps qu'elles sur le pas de leur appartement australien. Mais dire qu'il n'aimait pas sa vie était faux. Il adorait son rythme de vie, même si sa vie sociale pouvait en prendre un coup quelque fois. Il songea à Sloan. Elle avait une vie normale avant tout ça, avant l'accident. Elle avait un métier qui la passionnait, deux enfants adorables et un mariage bancale, ce qui revenait à dire que la normalité était bien là. Et puis plus rien. Des années qui s'envolent et une vie qui devient lointaine, étrangère, inaccessible. Au moins Samuel conservait tous ses souvenirs. Les bons comme les mauvais. Il était à l'heure ce soir, enfin presque. Samuel n'était pas l'homme le plus ponctuel du monde, mais il faisait des efforts quand il s'agissait de retrouver une femme. Il avait apprit ça de son père, on ne faisait jamais attendre une dame. Certains pouvaient dire que c'était une technique de drague infaillible. Si une femme attend, c'est qu'elle est déjà mordu. Non, Samuel était plus partant de montrer qu'il pouvait être prévenant. D'ordinaire, il aurait apporté un petit bouquet de fleur, mais il n'avait pas trouvé de fleuriste ouvert sur la route du restaurant. Et Sloan ne se formaliserait pas. Pourtant, Sloan n'était pas une femme qu'il courtisait, elle n'était ni son ex, ni une conquête, mais sa meilleure amie. Seulement Samuel aimait faire plaisir à ses proches et surtout aux femmes.

Il est heureux de la retrouver. Quand il aperçoit son visage de l'autre côté de la rue, le sien s'illumine. Sloan a ces sourires qui effacent tout le reste. Il avait toujours était subjugué par son visage apaisant, comme un baume réparateur. Du moins avant. Il devait reconnaître que depuis l'accident, son visage avait perdu de son éclat. Quand elle fut à sa hauteur, il se félicita intérieurement de lui avoir proposé ce rendez-vous. A sa façon, Sloan était devenue solitaire, comme si les quatre dernières années oubliées avaient emporté avec elles son ancienne manière de vivre. « Joli restaurant, et je suis affamée. » Samuel lui souria avant de l’entraîner à l'intérieur. Le restaurant était très beau, en effet. Samuel n'avait jamais voyagé. Hormis son Australie natale, il avait atterrit directement à Londres. Il c'était toujours convaincu qu'il n'avait pas l'âme voyageuse, mais c'était surtout par manque de temps. Il prenait peu de vacances, c'était surtout des petites pauses de deux trois jours, rien de très pratique pour voyager. Alors pour se consoler, il voyageait à travers la nourriture. Il était assez fan des produits asiatiques et italiens, il avait testé la plupart des concepts de la ville. Mais depuis tout petit, il était fasciné par la France. Au delà des progrès médicaux qu'ils avaient, Paris était une ville magique qui le faisait rêver. Il ne savait pas si la décoration était typique des restaurants français, mais il aimait bien l'imaginer. « J’avoue, que tu m’impressionne. ». Samuel fanfaronne quelques secondes. Sloan sait bien qu'il n'est pas du genre ma-tu-vu, il aime juste jouer au paon. Malgré sa carrure et son statut professionnel, Samuel n'était pas le genre d'homme à se vanter ou à aimer se faire voir. C'était un homme assez humble et qui pouvait très bien tout céder à une femme. « Pourquoi ? J'ai cessé de t'impressionner ? A quel moment ? », dit-il avec un large sourire. Il ne voulait pas perdre sa position d'homme drôle et apprécié. Le serveur les guide vers une table pour deux avec une jolie nappe beige et des couverts assortis. Très français une fois de plus. Samuel prend la place côté couloir, histoire de laissé à Sloan la meilleur place et avoir la plus belle vue sur le restaurant. « Alors comme ça, tu as réussi à t’échapper une soirée de ton travail. ». Il fait la moue, lève les yeux au ciel, innocent. « Si tu commence comme ça, je peux aussi écourter ce repas ». Non, il n'en pense pas un mot. Il aime ces petits tête à tête avec elle. Il aurait pu aussi l'inviter à passer chez lui, mais ils n'auraient pas mangé aussi bien, en fait, Samuel aurait sûrement commander un plateau de sushi. En général, c'est plutôt lui qui s'invite chez elle, comme ça il en profite pour voir les enfants, enfin quand ils sont présents. Le serveur revient vers eux et leur tend une carte chacun, ainsi que la carte des boissons. Il s’éclipse aussitôt. A priori, ce restaurant été basé sur la discrétion et la sobriété. Un bon concept. Comme d'habitude, Samuel regarde d'abord la carte des vins puis ouvre le menu. « Alors, pour venir ici, tu a dû abandonner quel bouquin ? Pas Jane Austen j'espère, je m'en voudrais cruellement de t'avoir privé d'une soirée en tête à tête avec elle ».  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
You’re never too broken to recover.
You’re never too broken to recover.
» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 9554
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Gal Gadot.
» Âge : 36yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Rachel & Oliver.
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Lun 6 Mar - 16:35 par Sloan A. Cassidy
We always see our worst selves. Our most vulnerable selves. We need someone else to get close enough to tell us we’re wrong. Someone we trust. ✻✻✻ J’aime me dire que malgré mon amnésie, malgré les quatre années qu’il me manque, malgré ce sentiment de vide, malgré tout cela, Samuel est encore là. Je me souviens encore parfaitement du jour où nous nous sommes rencontrés, grâce à Jude dont il était l’ami. Nous nous sommes tout de suite bien entendu, à tel point que rapidement il est devenu une personne essentielle à ma vie. Je sais que je peux compter sur lui, même encore aujourd’hui. Je ne sais pas s’il m’en a voulu d’avoir trompé Jude, et d’être la responsable de notre rupture nous n’en avons jamais parlé, mais si c’est le cas il ne me le montre pas. Non, avec Samuel j’ai l’impression que tout est comme avant, et c’est un tel soulagement que j’accepte chaque moment que je peux passer avec lui. J’ai besoin de points de repère dans ma vie, maintenant plus que jamais. Et peu importe où il m’emmène, si le dîner est écourté à cause de son travail ou si la nourriture n’est pas bonne, du moment que nous sommes ensemble, cela me suffit amplement. Visiblement c’est un nouveau restaurant ce soir, encore un. Je ne compte même plus le nombre de nouveau restaurant dans la ville, tout semble ne cesser de changer encore et encore. Nous entrons rapidement, et je suis contente de pouvoir me mettre au chaud. S’il pourrait faire plus froid pour un hiver, les températures ne sont pas très élevées. Nous sommes apparemment en France ce soir, ou du moins le restaurant essaie de nous le faire croire, ce qui est assez réussit. C’est peut-être ce que j’aurais dû faire, fuir. Fuir pour partir ailleurs, loin de tout cela, commencer une nouvelle vie. Peut-être que s’il n’y avait pas eu Mia et Jackson cela aurait été envisageable. Mais dans le fond je sais que non, je ne suis pas ce genre de personne. Je ne me vois pas fuir ma vie, fuir les gens pour tenter de me sentir mieux. « Pourquoi ? J'ai cessé de t'impressionner ? A quel moment ? » Je rigole face à la question de mon ami, et fais mine de réfléchir. « Sûrement après le mauvais restaurant de la dernière fois.» Il n’était pas si horrible que cela, à vrai dire il était plutôt joli, mais la nourriture avait été affreuse, sans parler du serveur qui avait été incapable de nous emmener les bons plats. En soi, Samuel n’y était pour rien, et l’histoire nous faire encore rire aujourd’hui. Une fois installés, je regarde plus en détails le restaurant dont la salle est déjà au trois quatre remplit. J’espère pour eux, qu’ils vont réussir à assurer. Le décor est joli, bien que peut-être un peu trop chargé à mon goût, mais cela donne plutôt envie de manger chez eux, ce qui est un bon point. J’en profite pour taquiner Samuel avec son métier. Je ne compte plus le nombre de fois où il a dû partir à cause de son travail, me laissant seule. Ce n’est pas de sa faute, et bien évidemment que je ne lui en veux pas, son travail passe avant tout. Mais ce n’est jamais vraiment plaisant de se faire planter au plein milieu de la soirée. « Si tu commence comme ça, je peux aussi écourter ce repas. » Comme si j’allais le laisser faire. Je lui souris innocemment, avant que le serveur ne revienne pour nous donner la carte. Très efficace, j’espère que cela va durer. J’ouvre la carte afin de jeter un coup d’œil. Rien que de lire, cela me donne de nouveau faim. « Alors, pour venir ici, tu a dû abandonner quel bouquin ? Pas Jane Austen j'espère, je m'en voudrais cruellement de t'avoir privé d'une soirée en tête à tête avec elle. » J’ai la vague impression qu’il se moque de moi. En réalité il a raison, j’aurais sûrement passé une grande partie de ma soirée à lire. Vivant seule je peux me le permettre, personne pour me déranger, aucun enfant pour m’interrompre et personne qui ne requière mon attention. Je suis libre de passer mes soirées à lire si je le veux, ou bien faire ce qui me plaît. C’est un des avantages, et pourtant j’aimerais vraiment avoir les enfants plus souvent, ou quelqu’un pour me tenir compagnie. Je n’avais jamais vécue seule avant, passant de la maison familiale à une colocation, pour ensuite emménager avec Jude. « Non ce n’était pas elle. J’étais partie au pays des merveilles. » Un livre qui m’avait assez travaillé petite, et que j’adore relire désormais. « Cette Alice, c’est une futée. » Elle au moins a réussi à s’adapter à sa situation, contrairement à moi. Chassant cette pensée, je me concentre de nouveau sur la carte ne sachant pas quoi commander. « Je n’arrive pas à me décider. Tout à l’air si bizarre, que j’aurais presque envie de tout essayer. » Chose totalement impossible bien évidemment. Je regarde avec attention, mais il y a des noms très étranges, et je préfère me concentrer sur quelque-chose qui me parle plus, enfin si j’arrive à trouver. « Tu t’es décidé ? » Peut-être que Samuel va pouvoir m’aider, il a peut-être plus de connaissances que moi dans la cuisine française.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.
» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 242
» Pseudo : Mom's
» Avatar : James Franco.
» Âge : 38 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Hayley M. (k.bell) & Indianna M. (n.dormer)
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Jeu 23 Mar - 11:09 par Samuel A. Adams
Samuel ne serait vraiment dire ce qui c'était passé entre Sloan et lui. Il n'avait fallut qu'un regard, qu'un éclat de rire de la part de la belle pour que Samuel soit charmé. Il n'était pas tombé amoureux, non, il avait simplement connu avec elle ce qu'on pourrait nommer un coup de foudre amical. Pourtant, Sloan aurait pu être le genre de fille pour qui il aurait réellement craqué. Un regard pétillant, un sourire de dingue et un air espiègle tout à fait charmant. Mais non. A l'époque de leur rencontre, Samuel était avec Isolde, une jolie rousse qui ne tarderait pas à lui briser le cœur. Quant à Sloan, elle était mariée à Jude, un ami de Samuel et un gars génial de plus. Alors si le coup de foudre amical avait un nom, ça serait sans doute le leur. Une amitié qui semblait traverser les tempêtes, qui résistait aux intempéries. La seule véritable amie que puisse avoir Samuel. Il avait laissé beaucoup de lui en Australie même si il l'avait quelque peu nié. Il avait refait sa vie à Londres et il n'était pas mécontent de ce qu'il y avait battit. Seulement la présence de Sloan à ses côtés avait toujours eut sur un lui un côté apaisant, rassurant. Samuel n'était pourtant pas homme à être tourmenté. Ses blessures étaient encore vivaces mais il prenait grand soin de les cacher. Il parlait de Lilly comme un père parle de sa fille, tentant de mettre le plus de distance possible entre ses ressentis et la réalité. A bien y regarder, Samuel représentait l'homme qui avait réussi mais qui n'en faisait pas éloge. Il était chef de chirurgie, mais il ne le criait pas sur les toits. Sa réussite professionnelle était une fierté propre à lui, mais il n'avait jamais voulu l'étaler aux yeux de tous. Après tout, si sa carrière était une réussite, on ne pouvait pas en dire autant de sa vie privée. Il avait fait un choix des années plus tôt et il semblait qu'il continuait de le payer. Sloan avait toujours porté sur lui un regard bienveillant. Elle ne l'avait jamais enfoncé, n'avait jamais fait de lui le méchant de l'histoire quand bien même c'était un peu vrai. Samuel avait toujours adoré son côté maternelle, qui ne ressortait pas uniquement avec ses enfants. Non, Sloan avait vraiment cette empathie avec les autres que Samuel ne pouvaitque lui envier. Lui le chirurgien qui répare, elle l'auteur qui panse les blessures par les mots.

Ils prennent place à table. Pendant quelques instants, ils s’imprègnent des lieux, s'accordent une pause dans leur réflexion. « Sûrement après le mauvais restaurant de la dernière fois.» Samuel fait la moue, faussement touché. Il se remémore cette soirée. Samuel ne faisait pas toujours les bons choix et cela c'était confirmé ce jour là. « C'était un véritable échec, je te l'accorde, mon ventre s'en souvient encore ». On ne pouvait pas gagner à tous les coups. Il parcours des yeux la carte des vins. C'est lui l'expert. Les vins australiens n'ont rien d’extraordinaire si ce n'est qu'ils manquent cruellement de saveur. Aussi, Samuel avait rapidement voué un culte aux vins français, de ceux que collectionnait son père dans la cave familiale. Étant l’aîné, il avait eut le droit à des « cours » avec le patriarche sur ce sujet. Aujourd'hui encore, il en remerciait silencieusement son père. « Non ce n’était pas elle. J’étais partie au pays des merveilles. » Samuel lui sourit. Il avait toujours admiré cela chez Sloan : cette facilité à entrer dans un univers, à s'y plonger totalement. Samuel n'était pas un grand lecteur. Plus jeune, il avait aimé lire, sans que cela soit de grands ouvrages. Mais son univers à lui c'était au dehors, c'était avec les copains, c'était les courses de scooter et les championnats de boxe. Aujourd'hui, et sans doute un peu grâce à Sloan, il pouvait parcourir quelques chapitres d'un bon livre plutôt que de se vautrer devant la télévision après une rude journée. Mais son esprit finissait toujours par vagabonder, par s'échapper sur ce qu'il avait laissé à l'hôpital, sur la dernière conversation qu'il avait eut avec Lilly, par exemple. « Je n’arrive pas à me décider. Tout à l’air si bizarre, que j’aurais presque envie de tout essayer. »  Il est bien d'accord. Samuel lit la carte et s'y perd avec le nombre d'entrées et de plats. Il y a plein de menus différenciés par des titres très élogieux que Samuel ne comprend pas toujours. Par contre, tous leurs plats lui font envie. « Tu t’es décidé ? » Samuel lève son regard vers sa meilleure amie. Il pose la carte à plat, fait mine d'être très concentré. « Hum... J'hésite entre le menu « pompeux chic » et le menu « bonne mangeaille à la française ». Mais je t'avoue que tout me fait de l'oeil. T'en pense quoi si on prend chacun un menu différent et qu'on se fait goûter ? » Comme ça, on évite la frustration. Samuel n'aura pas à hésiter entre une cassolette d'escargot ou des cuisses de grenouille persillées. Ils se mettent d'accord et le serveur vient prendre commande. Samuel en profite pour commander une bonne bouteille de rouge et laisse le serveur s'éloigner. « N’empêche que j'aimerais bien visiter Paris un jour... », lance-t-il sans vraiment s'en rendre compte. Samuel n'a jamais voyagé. Hormis l'Australie et Londres, il est vierge de toutes autres destinations. La France a toujours été le pays de ses rêves, ne serait-ce que pour la gastronomie et leurs vins. Et il sait que la littérature française a toujours eut une place importante dans la vie de Sloan également. « Bon, comment tu vas ? Je veux dire vraiment. Avec les petits, tu reprend tes marques ? », demande-t-il simplement mais en cherchant son regard. Samuel ne peut qu'imaginer ce qu'elle traverse, il n'a jamais perdu la mémoire. Il ignore ce que c'est d'avoir oublié des années de sa vie, de se retrouver propulsé dans une vie qui ne nous parle pas. Il ne veut pas le savoir. Mais il peut au moins être présent pour elle, essayé de comprendre, tenter d'apaiser un peu. « Et avec Jude.. ? », tente-t-il, en sachant que le sujet est sensible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
You’re never too broken to recover.
You’re never too broken to recover.
» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 9554
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Gal Gadot.
» Âge : 36yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Rachel & Oliver.
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Mer 5 Avr - 18:57 par Sloan A. Cassidy
We always see our worst selves. Our most vulnerable selves. We need someone else to get close enough to tell us we’re wrong. Someone we trust. ✻✻✻ « C'était un véritable échec, je te l'accorde, mon ventre s'en souvient encore. » Moi aussi. De repenser à ce restaurant, cela me couperait presque l’appétit. Presque. La soirée s’annonce quand même plus prometteuse, et puis de toute façon le plus important et de pouvoir passer un peu de temps avec Samuel, et ceux peu importe l’endroit. Avec son métier, il n’est pas facile de pouvoir se voir, et encore moins pendant toute une soirée. Je suis donc bien décidée à en profiter. J’adore passer du temps avec lui, et je dois avouer que tester des nouveaux restaurants ensemble, il y a bien pire. Cela dit, je ne sais pas du tout quoi commander. Tout simple bizarre, mais le genre bizarre qui donne envie d’essayer. J’essaie de lire la carte tout en discutant, mais au final je ne parviens pas à savoir quoi prendre. Posant la carte, je finis par demander à Samuel s’il s’est quoi prendre. Son choix pourrait peut-être m’aider à me décider. Je n’ai pas particulièrement envie de demander de l’aide au serveur, généralement cela ne m’avance pas plus. Tandis que je vois mon meilleur ami poser son menu, je ne peux m’empêcher de sourire devant son visage impassible. Je n’ai pas de mal à l’imaginer autant concentré quand il va opérer quelqu’un. « Hum... J'hésite entre le menu "pompeux chic" et le menu "bonne mangeaille à la française". Mais je t'avoue que tout me fait de l’œil. T'en pense quoi si on prend chacun un menu différent et qu'on se fait goûter ? » Ce n’est pas une mauvaise idée. Je jette de nouveau un coup d’œil aux deux menus qu’il vient de citer, avant d’en trouver un troisième qui a l’air tout aussi appétissant. La prochaine fois il nous faudra moins de choix, pour s’en sortir plus facilement. « Oui, ça me semble être une bonne alternative. Et puis on reviendra pour tester le reste. » Je lui adresse un sourire, alors que le serveur revient à ce moment-là pour prendre notre commande. Finalement nous avons réussi à nous accorder sans prendre trop de temps, ce qui change de certaines fois. Je laisse Samuel choisir le vin, il s’y connait beaucoup plus que moi dans ce domaine. « N’empêche que j'aimerais bien visiter Paris un jour... » Il est vraie que la ville doit être jolie. Je n’ai pas le souvenir d’y être allée, et je doute qu’avec deux enfants nous ayons voyagés. Je vais déjà rarement rendre visite à ma mère et ma sœur, alors que ce n’est pas très loin. Un voyage pourrait peut-être être bénéfique cependant. « Tu as encore le temps de le faire. » J’ai quand même un peu de mal à l’imaginer prendre un congé pour voyager, je n’ai pas vraiment l’impression que c’est son genre. « Bon, comment tu vas ? Je veux dire vraiment. Avec les petits, tu reprend tes marques ? » La question piège. Ou plutôt le genre de question auxquelles j’évite de trop répondre sincèrement pour ne pas complètement plomber l’ambiance. Mais il s’agit de Samuel, et je sais que je peux lui avouer la vérité sans craindre d’être jugée. Ou qu’il me sorte des paroles réconfortantes parce que c’est ce qui va le mieux dans cette situation. La vérité c’est que ça ne va pas vraiment mieux. C’est bien évidemment plus facile maintenant, mais je n’ai toujours l’impression que je vais faire n’importe quoi. Et pire, j’ai l’impression de ne pas aimer autant Jackson que Mia, tout simplement parce que je ne me souviens pas de sa naissance. Ni de ses premiers pas, son premier mot, et toutes ses petites choses. Je me souviens seulement avoir été enceinte, et ensuite plus rien. « Ça va mieux, oui. » Mais ce n’est pas encore ça. Ça me rend triste d’avoir l’impression que rien n’a changé, que tout est toujours pareil. Je suis un peu plus confiante quand je suis seule avec eux, mais il y tout tas de choses que je ne me sens pas encore capable de faire. Mais cela m’énerve de les voir que si peu. « Mais je suis encore loin d’être parfaitement à l’aise. » Je hoche la tête, avant de me concentrer sur ce qui se passe autour de nous. Ce n’est facile pour moi. Malheureusement pour le moment, il n’y a pas de changements, ce qui nous oblige à faire avec. « Et avec Jude.. ? » Je me retiens de rigoler nerveusement. Avec Jude, j’ai l’impression que cela s’aggrave, ce que je n’aurais pas cru possible. Il refuse toujours de parler, ce qui n’aide pas non plus. Je hausse les épaules, pour lui signaler que rien n’a changé. « Toujours pareil. Non en réalité, j’ai l’impression qu’il me déteste un peu plus chaque jour. » Autant dire que ce n’est pas prêt de s’arranger, mais je ne peux pas vraiment lui en vouloir. D’ailleurs une question me trotte en tête depuis un moment. « Je ne t’ai jamais dit pourquoi je l’ai trompé ? » Est-ce que vraiment je n’ai rien dis à personne, me laissant dans le flou total maintenant. Je sais que je peux avoir confiance en Samuel, alors cela ne me surprendrait pas que j’ai pu lui en parler. Jusqu’ici cela dit, il semblerait plutôt que j’ai gardé mes raisons pour moi-même.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.
» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 242
» Pseudo : Mom's
» Avatar : James Franco.
» Âge : 38 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Hayley M. (k.bell) & Indianna M. (n.dormer)
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Mar 30 Mai - 14:27 par Samuel A. Adams
« Tu as encore le temps de le faire. » Il lui fait un sourire en coin. Oui, c'est vrai, mais Samuel n'a jamais su le prendre, ce temps là. Prendre des vacances, cela revient à dire qu'il doit partir, quitter son service, se couper de la seule chose qu'il sait vraiment faire, finalement. Il y avait bien des jours où il songeait à de jolies îles lointaines, à une super virée en moto dans les montagnes Norvégiennes ou encore à une promenade au bord de seine, mais ce n'était qu'un rêve. Il savait que Lilly aimait les voyages, alors il se prenait à croire qu'il l’emmènerait un jour vers une destination de son choix, que ce serait le meilleur compromis possible pour eux deux. « T'as raison. Je vais tellement m'emmerder à la retraite », ajouta-t-il d'un éclat de rire. C'était sans doute son pire cauchemar : arrêter de travailler. Ne plus pouvoir mettre les pieds dans un bloc, ne plus sentir l'adrénaline à chaque fois qu'un patient débarquait aux urgences... Il n'était pas pressé du tout de connaître cette sensation de vide, d'angoisse, que représentait l'arrêt d'une activité professionnelle. Mais Sloan ne devait pas s'en faire pour lui, elle le savait assez casse-coup, assez plein d'énergie pour barouder dés qu'il le pouvait. Après tout, il lui resterait encore une bonne condition physique qu'il pourrait mettre à profit pour de bonnes causes, comme les marathons en faveur de la lutte contre le cancer. Oui, il avait même des plans pour après, finalement.

Samuel l'observe d'un coin de l’œil. Il a toujours veillé sur elle, à sa façon. Parfois, il a l’impression qu'il s'est plus inquiété pour elle que pour ses propres sœurs. Il sait que Charlotte lui tiendra sûrement toujours rigueur de son absence lors de la perte de son bébé, qu'elle ne lui pardonnera probablement jamais de n'avoir pas joué le grand frère sur ce coup-là. Il sait aussi que sa famille le tient responsable du départ de Callie et Lilly loin d'eux et il ne peut qu'approuver cela. Alors avec Sloan, c'était comme un autre départ, c'était sa manière à lui de soutenir quelqu'un qui ne le détestait pas encore. « Ça va mieux, oui. » Sa voix est neutre mais Samuel y perçoit le doute, la tristesse aussi. Il sait que cela n'est pas juste que lui se rappelle. Il connaît les petits, Mia et Jackson, il les a vu naître, grandir. Lui se souvient de tout ce qu'il a pu voir ou entendre, mais pas elle. Samuel lui rend un sourire tendre. Il ne supporterait pas l'idée de perdre le peu de souvenir avec Lilly ou même Callie. Mais il sait qu'il ne pourra pas lui rendre la mémoire, qu'il n'existe aucune opération pour cela à part attendre qu'elle revienne seule. « Mais je suis encore loin d’être parfaitement à l’aise. » De nouveau, il voit son regard se voiler légèrement. Il sait qu'elle cherche un moyen de fuir. Samuel ne veut la forcer en rien, il souhaite simplement l'aider, à sa façon. De jouer le meilleur ami plutôt que le médecin, parce que le médical est derrière elle maintenant. Parce que Samuel a joué un trop grand rôle la dedans et qu'il refuse que cela les bouffe tous les deux aujourd’hui. « Alors comme ça on est deux. Sauf que pour moi c'est une jeune adulte encore trop rebelle à mon goût ». Mais Samuel n'avait pas le prétexte d'une perte de mémoire pour se sentir mal à l'aise. Lui, il ne devait cette gêne qu'à lui-même. Il avait tout fait foirer tout seul, comme un grand. Il était face à une gamine de 19 ans qui semblait le mépriser, le haïr, alors qu'il ne demandait qu'à l'aimer comme le père qu'il était pour elle. « Tu verra, ça ira. Il faut juste du temps », dit-il, sérieux. Le temps était son seul allié maintenant, il le savait bien. Seul lui pouvait lui rendre la mémoire et ainsi une partie de sa vie. Il fallait l'espérer. « Toujours pareil. Non en réalité, j’ai l’impression qu’il me déteste un peu plus chaque jour. » Samuel fait la moue, pas vraiment surprit. Il savait à quel point cette trahison de la part de Sloan l'avait brisé. Samuel n'avait jamais été trompé, du moins pas qu'il sache et il préférait largement ne jamais le savoir. Mais par contre, il savait à quel point on se sentait mal quand on avait brisé le cœur de quelqu'un. Une position par très enviable qu'il ne connaissait que trop bien.  « Je ne t’ai jamais dit pourquoi je l’ai trompé ? » Samuel est plutôt surprit par la question. Jusqu'à présent, ils avaient peu abordé le sujet. Samuel était l'ami du couple et bien qu'il soit plus proche de Sloan que de Jude, cette situation l'avait mis quelque peu en difficulté. Si bien qu'aujourd'hui, ses rapports avec Jude étaient très limité, celui-ci semblait lui en vouloir d'avoir prit le partit de Sloan à l'époque. Samuel s'enfonça dans son siège, regardant sa meilleure amie droit dans les yeux. « Jamais vraiment, non. J'ai toujours supposé que tu avais tes raisons, même si je ne t'ai jamais caché mon sentiment la-dessus ». Il avait parlé d'un ton neutre, sans jugement. Néanmoins, Samuel avait une idée très claire sur le mariage et l'adultère, mais cela ne regardait que lui. Il n'avait pas trompé Callie à l'époque, mais il lui avait préféré son travail, c'était sans doute une trahison comparable aux yeux de certains. « J'ai toujours pensé que tu l'avais fait parce qu'avec Jude, ça n'allait plus si bien que ça. Mais je me souviens aussi de votre couple comme solide, tu étais très amoureuse de lui. Seulement vers la fin, avant l'accident, tu... Enfin, tu avais changé ». Ce n'était pas évident de lui relater ce dont elle ne se souvenait plus. Samuel avait un regard neutre sur cette situation, alors il essayait de faire remonter certains souvenirs, dans l'espoir qu'elle finisse par se souvenir.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
You’re never too broken to recover.
You’re never too broken to recover.
» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 9554
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Gal Gadot.
» Âge : 36yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Rachel & Oliver.
# Re: I catch you every time + Sloan
message posté Sam 3 Juin - 18:30 par Sloan A. Cassidy
We always see our worst selves. Our most vulnerable selves. We need someone else to get close enough to tell us we’re wrong. Someone we trust. ✻✻✻ « T'as raison. Je vais tellement m'emmerder à la retraite. » Je laisse échapper un rire. Il faut dire que j’ai bien du mal à imaginer Samuel à la retraite, non, j’ai déjà bien du mal à l’imaginer prendre des vacances. Je lui envie un peu d’avoir son travail, d’avoir une occupation, de pouvoir faire quelque-chose de ses journées. Je sais qu’il aime son travail, et j’aimerais pouvoir dire la même chose. J’ai déjà songé, plusieurs fois, à reprendre le mien, celui que j’ai arrêté quand je suis tombée enceinte, mais cela me semble tellement loin. Je ne me sens pas totalement prête, mais je ne cesse de tourner en rond, ce qui au final n’est pas bon non plus. Ce n’est pas intéressant de passer ses journées à ne rien, si ce n’est espérer que la mémoire me revienne par miracle. « On pourra toujours aller à Paris ensemble. Le temps qu’on fasse le tour des restaurants, ça nous occupera un moment. » Oui, ça pourrait être super de partir tous les deux, même s’il y a très peu de chances que cela se passe un jour. On peut toujours en parler, faire des plans, même s’ils ne se réalisent pas, ça fait toujours du bien de l’envisager. Nos enfants seront grands d’ici là, et plus rien ne nous empêchera d’aller réellement à Paris. Mais tout cela reste du domaine du rêve. Pour le moment il n’est pas question de partir où que ce soit, nous avons déjà du mal à nous voir une soirée entière parfois. Et puis je commence tout juste à reprendre le contrôle de ma vie, ici à Londres. C’est encore loin d’être parfait, et je suis encore loin d’être totalement à l’aise, en particulier avec les enfants. J’ai beau essayer de faire de mon mieux, j’ai l’impression que ce n’est jamais suffisant. J’ai toujours peur de faire quelque-chose de travers, et que Jude finisse par me le rapprocher, en plus du reste. « Alors comme ça on est deux. Sauf que pour moi c'est une jeune adulte encore trop rebelle à mon goût. » Egoïstement, ça me rassure de ne pas être la seule à avoir des problèmes avec les enfants. Bien évidemment, cela ne me fait pas plaisir pour Samuel, mais ayant toujours l’impression d’être le parent le plus nul du monde, c’est toujours rassurant de voir, que nous sommes plusieurs dans cette galère. « Ça ne se passe pas mieux ? » Je sais qu’il a quelques difficultés avec sa fille lui aussi, ce que j’ai du mal à imaginer. Je ne me souviens pas d’elle, ce qui rend encore plus difficile à comprendre. « Tu verra, ça ira. Il faut juste du temps. » Je me retiens de lever les yeux au ciel, non contre Samuel, mais tout simplement parce que je ne sais plus combien de fois j’ai entendu cette phrase. Du temps, cela fait déjà des mois que mon accident a eu lieu, et rien ne s’est arrangé. J’ai même parfois l’impression que cela empire. Au lieu de répondre, je préfère jouer avec mon verre, comme si c’était la meilleure distraction du monde. Vient ensuite le sujet Jude. J’aurais des choses à dire là-dessus, mais je me retiens. Je n’ai pas envie d’être l’ex rancunière qui dénigre l’autre gratuitement. Je sais qu’il a toutes les raisons du monde de m’en vouloir, mais cela ne change rien au fait que c’est épuisant d’être en permanence en conflit avec lui. « Jamais vraiment, non. J'ai toujours supposé que tu avais tes raisons, même si je ne t'ai jamais caché mon sentiment là-dessus. » Moi-même, je ne suis pas pour, mais visiblement je suis mal placé pour parler. Même si je ne me souviens pas, et que je ne sais pas pourquoi je l’ai fait, cela ne change pas que je l’ai trompé. J’aimerais vraiment savoir pourquoi. Comprendre, comment j’ai pu en arriver à ce stade. « J'ai toujours pensé que tu l'avais fait parce qu'avec Jude, ça n'allait plus si bien que ça. Mais je me souviens aussi de votre couple comme solide, tu étais très amoureuse de lui. Seulement vers la fin, avant l'accident, tu... Enfin, tu avais changé. » J’aimerais pouvoir le croire, je sais qu’il ne me ment pas pour me protéger ou pour justifier mes actions, mais j’ai beaucoup de mal à croire que notre couple ai pu décliner avec le temps. D’après ce que j’ai compris, ce fut une totale surprise pour Jude, alors les choses ne devaient pas avoir changé. À moins que ce ne soit ça le fond du problème, que les choses soient toujours restées les mêmes. Le seul moyen d’en être sûre, serait que la mémoire me revienne de toute façon. « Changé comment ? » Je m’en veux presque de le mettre dans une telle situation, mais j’ai réellement besoin de comprendre, d’en savoir plus. Nous sommes cependant interrompu par le serveur qui vient enfin prendre notre commande, je l’avais presque oublié celui-là. Il repart rapidement, après avoir tout noté, nous laissant seuls de nouveau. « Je suis désolée pour toutes ses questions. Mais ça me tue de ne pas savoir. » Littéralement, ça me bouffe de l’intérieur.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
I catch you every time + Sloan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Topic Catch
» Catch WWE
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster-