Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

fb/ solal + it was a night on the rooftop.

avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3363
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (a. ren).
# fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Mar 17 Jan - 0:06 par Lola Barnett
it was a night to remember we were hanging up on the roof someone got knocked out and in came the boys in blue and you said, "Bye," I said, "Bye"; some of that made the news i just, i just can't, can't take my mind off you. ✻✻✻ Elle ne voulait pas être ici. L’idée de sortir ne plaisait pas tant à Lola, elle qui préférait presque restée chez elle à regarder un film ou même étudier. Peut-être plus regarder un film puisqu’elle était en vacances depuis une semaine, maintenant. Désormais, elle ne pouvait plus donner une excuse à Jemma afin de ne pas sortir de chez elle. Ce qui agaçait aussi Lola était le fait que l’excuse du travail ne fonctionnait pas non plus. Au Starbuck’s, il avait seulement besoin à partir de lundi prochain. Alors, Lola était un week-end sans avoir une excuse. Jemma n’aimait pas recevoir non comme réponse surtout de la part de Lola. Lorsque c’était le cas, sa demi-sœur l’agaçait jusqu’à ce que la jeune Barnett accepte. Sa présence ici, à cette fête, était le résultat de l’entêtement de Jemma. L’unique raison pour laquelle Lola avait enfilé autre chose que son pyjama, qu’elle avait arrangé son apparence sans réellement le faire. Lola, c’était une beauté naturelle. On lui répétait sans cesse depuis quelques années. Elle n’avait pas besoin d’artifices. Ses yeux semblaient faire l’affaire pour Lola. Jolie Lola.
« Combien de temps doit-on rester ici ? » Elle s’était – enfin – décidée à poser la question à Jemma qui discutait avec un inconnu. Ce qui ne surprenait pas Lola. Jemma aussi était jolie. Elle avait un charme fou, était sociable et lorsqu’elle débarquait quelque part, les regards se retournaient sur son passage. Lola n’était pas jalouse. Ça l’arrangeait, en fait, d’être celle qu’on ne remarque pas. « Arrête de faire ta rabat-joie, Lola. Amuse-toi un peu. » En guise de réponse, Lola décida de lui faire une grimace. Impossible que Jemma ait le dernier mot. Hors de question. Roulant des yeux, Lola décida de ne pas rester auprès de Jemma pour toute la soirée. De toute manière, elle semblait être dans ses jambes. Ce qui était un peu con puisque Jemma ne lui prêtait pas attention. Le mec semblait plus l’intéressé. Ce qui était bizarre parce qu’il n’était pas très beau. Pas dans le style de David Beckham. Ouais bon. Lola s’aventurait, passait près des gens qui discutaient, dansaient, s’embrassaient ou se prenaient en photo. Dans quelques minutes, les photos allaient se retrouver sur Instagram. C’était un peu triste, en fait.
Zigzaguant à travers tous les gens, Lola réussit – enfin – à rejoindre le bar où l’alcool se trouvait. De la bière, Vodka, Tequila, Rhum… Tout y était. Les gens s’emblaient s’enfiler les verres un après l’autre tandis que Lola se versait son premier verre. Elle qui ne tenait absolument pas l’alcool. Puis, elle avait encore sa soirée d’anniversaire en mémoire. Cette soirée avait l’une des seules fois où Lola avait réellement abusé de l’alcool comme un drogué abuse de la drogue. Elle avait trop bu pour finalement se retrouver à regretter ce moment au-dessus de la cuvette. Mais cela avait été une belle soirée. La fin était moins glorieuse, voilà tout. Verre en main, elle retourna à l’extérieur où la noirceur avait commencé à s’installer pourtant, Lola avait encore chaud. Il faisait humide, sa chevelure le confirmait. Lola préférait regarder les étoiles au ciel ou même l’horizon que de se mêler aux autres. Non, elle n’était pas antisociable, elle n’aimait juste pas les soirées où l’unique personne qu’elle connaissait était occupée avec une conquête. « Pardon. » dit-elle en s’adressant à ce jeune homme qui lui bloquait le chemin.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Ven 27 Jan - 18:24 par Solal D. B. Fitzgerald
it was a night on the rooftop
Solal & Lola

J'sais pas trop pourquoi j'étais sorti ce soir. Une soudaine envie de changer d'air. De voir de nouveaux gens. Vince me prenait la tête avec ses conneries. J'en avais assez d'aimer Romy, de l'habituer à ma présence alors que je risquais de clamser à n'importe quel moment. Et je n'en pouvais plus d'adorer Elsa. Les ombres n'avaient pas quitté le recoin du salon et continuaient de me sussurer de mauvaises choses. Pour détruire mon coeur. Pour m'achever. Maintenant. J'étais là, vautré dans mon canapé à manger des chips, défoncé, devant une émission de télé réalité de merde. Je n'aimais pas ce genre de choses, mais c'était toujours rassurant de voir qu'il y avait plus con et plus misérable sur cette terre que soi. Puis j'avais reçu un message. Un gars que j'avais rencontré en boîte de nuit. Il faisait une soirée ce soir. Alors, en un seul mouvement, je m'extirpais du canapé, laissant sur l'assise la marque de mon délicieux popotin. Je la regardais, quelques secondes et gloussais gravement. Puis je me dirigeais vers la salle de bain, et me décrassais de cette journée de glande. Quelques minutes plus tard, j'étais prêt, cheveux encore trempés, et je sortais de mon appartement. Pour une fois, j'avais laissé mon skate à l'appartement, et je pris le métro. J'allais boire, il était plus raisonnable que je rentre en métro, voir en taxi s'il arrive, comme presque toujours, que je me pense riche après deux litres d'alcool dans le sang. Je laissais le doux quartier de Bowie pour rejoindre celui d'Hendrix. Lorsqu'enfin, je fus arrivé à la bonne station de métro, je descendais du wagon et quittais les soutterains dans la ville. Je m'engouffrais dans les rues étroites de Soho, à la recherche du bon immeuble. Je me rendis compte bien assez vite que je m'étais perdu, et sortais mon téléphone. Je tapais l'adresse dans le gps, et le laissais me guider jusqu'à destination. La défonce, et l'orientation. Mauvais bail.
L'appartement était enfumé. Je ne connaissais personne et en réalité, je n'avais pas spécialement envie de parler aux gens qui se trouvaient là. Ils n'étaient pas Vince, Camille, Romy et Elsa. Ils n'étaient pas ces brisés, ces handicapés des sentiments. Je soupirais et me dirigeais jusqu'au bar. J'attrapais un verre, et me servais un... Quelque chose. Je n'avais aucune idée de ce qu'était ce mélange étrange, mais je m'en foutais. J'étais déjà pourri de l'intérieur. Rien n'était en mesure de me faire plus de mal que Wilson. Je restais devant le bar, regardant droit devant moi en sirotant lentement mon verre. On se faisait chier. Je soupirais et fixais le fond de ma boisson. C'est alors que j'entendis une voix. Je découvris un joli visage et de grands yeux bleus. Beauté fatale. Un sourire espiègle étira mes lèvres et je répondis, d'un air détaché :  « Ce sera un bisou ou rien du tout. » Je baissais les yeux vers elle et plongeais mon regard dans le sien. Finalement, peut-être avait-ce été une bonne idée de venir ce soir. Un ange semblait être tombé du ciel. Un ange sexy et visiblement aussi blasé que moi. Je lui souris, et apportais mon verre à mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3363
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (a. ren).
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Jeu 9 Fév - 3:46 par Lola Barnett
it was a night to remember we were hanging up on the roof someone got knocked out and in came the boys in blue and you said, "Bye," I said, "Bye"; some of that made the news i just, i just can't, can't take my mind off you. ✻✻✻ Aux yeux de Lola, cette soirée s’annonçait horrible. Alors, elle préférait ne pas se mêler aux autres dès le départ que d’infliger les gens sa présence et son humeur de Grinch. Ce soir, Lola n’était pas de bonne compagnie. Déjà, les soirées ce n’étaient pas son genre et malgré tous ses efforts, ça n’allait jamais l’être. Lola préférait de loin passer une bonne soirée avec de la pizza et des jeux rigolos, mais cons. Le seul problème était qu’un inconnu l’empêchait de se rendre jusqu’au coin le plus isolé du toit. C’était con. Elle aurait pu le bousculer comme une personne agressive aurait fait. Ça n’était pas son genre. Gentille Lola. Lola, dans toutes les histoires, elle était l’agneau. « Ce sera un bisou ou rien du tout. » Les sourcils qui se froncent, elle commença à réfléchir à la requête après avoir glousser. Est-ce que c’était de cette manière que les garçons draguaient maintenant ? Puis, elle porta son attention sur le jeune homme. Regard plongé dans le sien, elle commença à le détailler au bout de cinq secondes. Le plus important dans tout cela, c’était qu’il l’avait fait légèrement fait rire. Une première, ce soir. Au moins, ce mec avait l’air moins lourd que les autres. Ceux qui la regardait comme si elle était du bétail sur son passage alors que non, pas du tout. Lola était comme eux. « C’est dommage, vous savez… » Elle s’arrêta pour faire durer le suspense de la suite. Un peu comme dans les films d’horreur. Tout ce qui manquait à cet événement, c’était la musique en fond sonore. « J’ai épuisé mon stock de bisou alors j’imagine que ce sera rien du tout. » Termina-t-elle par dire en lui rendant, cette fois, le sourire qu’il lui offrait depuis une bonne minute. La seule différence est qu’elle avait ce sourire sarcastique sur ses lèvres même si le but n’était d’être blessante envers cet inconnu. Mais Lola l’était sans le réaliser et sa franchise ou même son sarcasme ne plaisait pas à tout le monde. De toute manière, les chances qu’elle recroise ce mec était impossibles. Londres était une grande ville. « Il fallait me croiser il y a dix minutes environ, les chances auraient plus élevés que maintenant. » Elle était passée du « vous » au « tu » en moins de cinq minutes. C’était une tentative d’être drôle, amusante. Moins coincée comme lui disait Jemma à tous les jours, pratiquement. Aujourd’hui, Lola le prenait comme un compliment. Ce n’était pas de sa faute si elle ouvrait les cuisses sur une base moins régulière qu’elle. Ça s’appelait du respect, bordel de merde. « C’est une tactique de drague nouvelle ou bien je ne suis plus à jour niveau drague ? » Sa première question, la plus importante évidemment. Lola s’égarait en posant une question conne comme celle-ci. « Je peux passer maintenant ? » S’enquit-elle arquant un sourcil, tapotant sur le verre de manière impatiente. Ce qu’elle n’était pas du tout, c’était juste que les discussions autour d’elle l’emmerdait profondément.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Sam 25 Mar - 12:40 par Solal D. B. Fitzgerald
it was a night on the rooftop
Solal & Lola

Je passais mon temps à sortir. Parce que j'avais trop peur de m'ennuyer. Parce que j'avais trop peur qu'on m'oublie. Je ne voulais pas répondre à la question : Oh Solal, ça fait longtemps, qu'est-tu devenu? Rien. Rien. Je n'avais pas d'avenir, par d'ouverture. J'allais crever bordel de merde. Je regardais autour de moi. J'espérai y trouver Romy, ou Camille. Ou Vince. Quelqu'un. J'avais la sensation que je ne saurai pas m'amuser à eux. J'étais enchaîné à notre amitié. J'en étais dépendant. Je m'en nourrissais. Mais j'avais mal. Du moins, je savais que je pouvais aller mal, à n'importe quel moment. ll me fallait juste un peu d'aide, un peu d'aide pour que je ne sombre pas dans des psychoses dépressives. Je parcourais la pièce des yeux, à la recherche d'un visage connu. Mais je ne connaissais personne. J'étais seul, face à l'inconnu. C'était l'occasion de faire des rencotnres, mais je me refusais toujours à la nouveauté. A quoi ça servirait? De s'attacher à des gens pour qu'ils pleurent sur ma tombe d'ici dix ans? Je soupirais. J'étais d'un ennui. Puis une petite brune vint me bousculer. Elle voulait accéder au buffet. Pas d'alcool, t'as l'air trop jeune. Je l'observais et lui souris, tentant stupidement de la charmer. Il n'y avait que cela à faire de toute manière. Je vis un sourire s'étirer sur ses lèvres. C'était gagné. Je passais une main dans mes cheveux et regardais au dessus d'elle, faisant mine de chercher ceux qui m'avaient devancé. Je haussais les épaules et répondis, faussement offusqué : « Même pas sur la joue? » Je lui tendis ma joue et tapais dessus avec mon index avant de lui sourire. Je me tournais vers la table et demandais : « J'te sers quoi? Tu m'as l'air trop fragile pour porter une aussi grosse bouteille dans tes petites mains. » Je metournais et me poussais pour qu'elle puisse choisir sa boisson. J'attrapais un verre et la regardais du coin de l'oeil. Je suivais ses instructions et lui tendais son verre. « Ca fait parti de mes approches, en effet. Je m'appelle Solal. Et si tu acceptes de me sauver de l'ennui, je te promets de ne plus jamais te barrer la route jusqu'à l'alcool. » Je lui souris et me servis un verre. Fini la bière. Je lui tendais la main, et l'invitais à me rejoindre jusqu'aux bords du toît, pour observer Londres de nuit. Je posais mes coudes sur le rebord et apportais mon verre à mes lèvres. C'était apaisant. Agréable. Sans trop savoir pourquoi sûrement, elle m'avait suivit et observait elle aussi l'horizon. Je tournais la tête vers elle et chuchotais d'une voix douce : « Toi aussi tu t'ennuies ici? » Je lui souris gentiment. Elle était mignonne, et j'aurai pu la draguer comme je draguais toujours : avec lourdeur. Mais je n'en avais pas envie. Pour une fois, j'avais envie d'être le prince charmant, celui dont on parle autour d'un verre en vantant sa finesse et ses qualités. J'en avais marre d'être la lourdeur, j'en avais marre de briser les coeurs. Peut-être était-ce à cause de tout le mal que j'avais fait que moi non plus, je n'avais pas le droit d'avoir le coeur entier. Je devais sans cesse le recoller. Parce que la vie m'interdisait d'aimer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3363
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (a. ren).
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Jeu 30 Mar - 3:31 par Lola Barnett
it was a night to remember we were hanging up on the roof someone got knocked out and in came the boys in blue and you said, "Bye," I said, "Bye"; some of that made the news i just, i just can't, can't take my mind off you. ✻✻✻ Il l’amusait avec cet air faussement offusqué et en lui tendant la joue. « Même pas sur la joue? » Avec ces mots, Lola concluait que ce jeune homme ne lâchait pas le morceau aussi facilement que les autres garçons présents à cette fête. Habituellement, ils lâchaient vite le morceau lorsqu’ils voyaient que ça ne fonctionnait pas leur technique de drague à deux balles. Mais lui, il était tenace. Un refus ne semblait pas le déranger ni même blesser son ego d’homme. C’était intéressant, Lola devait bien l’admettre. En guise de réponse, Lola secoua la tête de droite à gauche, rigolant un peu. « J’te sers quoi? Tu m’as l’air trop fragile pour porter une aussi grosse bouteille dans tes petites mains. » Attendez… Quoi ? Tout de suite, il assumait que Lola n’était pas assez forte pour tenir une bouteille dans les mains. Qu’elle lui semblait fragile. D’un côté, Lola était fragile. Sauf qu’entendre les autres le dirent, c’était autre chose. Le fait qu’elle le sache elle-même ne dérangeait pas Lola, mais que les autres lui fassent remarquer ? Ça la dérangeait un peu. « J’ai ce que j’ai besoin dans ma petite main fragile. » Répondit-elle en désignant la bouteille avant de porter celle-ci à ses lèvres comme pour lui prouver un point. Le goût de la bière n’avait jamais plu à Lola, mais elle se forçait là parce qu’elle ne voulait pas passer pour la fille capricieuse. Alors, c’était avec difficulté qu’elle avala sa gorgée en essayant de dissimuler la grimace qui apparaissait par la suite. Ce qui était difficile, vraiment parce que ça se voyait clairement sur son visage. Peut-être avait-il raison, au fond, elle était peut-être trop fragile pour avoir cette bouteille entre les mains.
« Ca fait parti de mes approches, en effet. Je m’appelle Solal. Et si tu acceptes de me sauver de l’ennui, je te promets de ne plus jamais te barrer la route jusqu’à l’alcool. » Arquant un sourcil, elle le regardait tout en lui souriant en retour. Comment pouvait-elle le sortir de l’ennui si elle-même s’ennuyait ? Puis, il y avait des gens beaucoup plus amusants qu’elle présents. Laissant de côté la bouteille, elle s’approcha de la table pour regarder les boissons disponibles. Lola réfléchit quelques secondes avant de lui indiquer la vodka et le jus de canneberge. C’était ce qu’elle connaissait le mieux. La Vodka. « À la seule condition que tu me sauves de l’ennui aussi. » Jusqu’à maintenant, il accomplissait plutôt bien sa mission. Lola se trouvait en sa compagnie depuis moins de cinq minutes et déjà, elle avait l’impression de moins s’ennuyer que quinze minutes auprès des autres âmes présentes sur le toit. Tandis que Solal posait ses coudes sur le rebord pour observer, Lola resta un instant en retrait, à contempler la vue en tapotant son doigt sur son verre en plastique. Puis, elle s’approcha et imita Solal. « Toi aussi tu t’ennuies ici ? » C’était le cas. « Je n’aime pas les soirées de ce genre. Celles où on me regarde comme si j’étais Bambi parce que je suis perdue. Je n’ai pas besoin d’apprendre à les connaître parce que dès où je franchirais la porte de chez moi, je vais les avoir oublier. » Avoua-t-elle d’une petite voix. Levi était le plus sociable. Lola était celle discrète qui préférait rester dans son coin. « Mais ma demi-sœur ne comprend pas. Elle ne comprend pas pourquoi je ne suis pas comme toutes les filles : exubérantes, sociables à fond. J’en suis juste incapable. » Elle le connaissait depuis moins d’une heure, qu’elle lui faisait des confidences. De toute manière, quelles étaient les chances de le croiser une seconde fois ? Qu’il se rappelle de ce qu’elle disait ? Les chances qu’il oublie demain étaient possibles. « Lola. » Polie comme elle était, elle lui présenta la main avec un petit sourire avant de lever le visage au ciel. Ils y avaient des étoiles. C’était beau.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Mer 5 Avr - 12:43 par Solal D. B. Fitzgerald
it was a night on the rooftop
Solal & Lola

J'étais un véritable tombeur. Avec les années, j'avais perfectionné mes techniques de dragues. Je jouais la lourdeur, parce que j'avais compris que c'était ce qui plaisait aux femmes. Elle rêvait qu'on les désire, elle rêvait d'être indispensable à notre bien être. Elles aimaient découvrir l'humour, la sensibilité après s'être emmêlée dans nos filets. J'en avais essuyé des échecs, mais ils étaient minimes par rapport à mes victoires. Je souris et récupérais ma joue sans baiser avec fierté. Je l'avais fait rire, nous étions sur la bonne voie. Je la provoquais, la taquinais, et elle apporta sa bière à ses lèvres. Je ris légèrement et la regardais. Elle grimaça et je riais. « C'est pas bon hein? T'as pas la tête d'une buveuse de bière. » Je lui fis un clin d'oeil, accompagné d'un grand sourire charmeur. Je la laissais accéder au buffet et l'écoutais. Je cherchais des yeux la vodka et la bouteille de jus de canneberge. Je lui servais donc un verre et lui tendis en répondais : « Marché conclu. » M'éloignant du buffet, j'allais observer la vue. Elle me suivait mais resta quelques secondes en retrait. Finalement, elle me rejoignit, et je souriais, légèrement. J'appréciais déjà sa compagnie. Las de jouer les séducteurs, je lui demandais s'il elle s'ennuyait, elle aussi ici. Je jetais un regard derrière nous. L'ambiance n'était pas à son maximum. Il manquait l'insoucience, la liberté. Que des gens coincés. Elle parla. Plus longtemps que je ne l'aurai cru, et je l'écoutais, attentivement. « Je suis du même avis que toi. » Soupirais-je. Je n'aimais pas faire semblant. Je le faisais au quotidien, pour cacher les conséquenes de la maladie. J'en avais assez de me présenter, de raconter ma vie à des gens qui en réalité, s'en foutait. Je ne voulais pas être le mec tremblant, et pourtant je me rendais toujours à ces soirées. Parce que quelque part, je défiais mon corps. Je voulais voir si je saurai être normal l'espace d'une soirée. Je tournais la tête vers elle et lui sourit. « Si ça peut te rassurer, ces filles là ne sont pas intéressantes. La preuve, c'est à toi que je parle ce soir. » Je la regardais longuement, espiègle. Elle était jolie. Et son prénom tout autant lorsqu'elle se présenta à moi. Je serrais délicatement sa main et regardais moi aussi le ciel étoilé. Peu importe la tournure de la soirée, c'était une jolie rencontre, sur ce toît. J'avais désiré un peu d'insouscience ce soir. Et c'est ce que j'avais trouvé, cette nuit, en compagnie de cette jolie demoiselle. J'avais voulu laisser derrière les soucis, et n'être que Solal. C'est ce que je tentais de faire régulièrement, mais parfois, les poids étaient trop lourds et je me comportais comme un animal. Je n'attendais pas les présentations, les échanges, les rires, j'embrassais. Parce que ce que je désirais en vérité, c'était m'endormir dans les bras de quelqu'un. Je voulais me sentir désiré, et aimé. Et je voulais briser des coeurs, parce que cela empêchait que l'on brise le mien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3363
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (a. ren).
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Sam 15 Avr - 3:09 par Lola Barnett
it was a night to remember we were hanging up on the roof someone got knocked out and in came the boys in blue and you said, "Bye," I said, "Bye"; some of that made the news i just, i just can't, can't take my mind off you. ✻✻✻ « C’est pas hon hein ? T’as pas la tête d’une buveuse de bière. » La raison était simple : Lola ne buvait pas de bière. Ou même de l’alcool. Encore une fois, la raison était simple : elle savait que ça faisait faire aux gens. L’image de son père qui revient à la maison puant l’alcool, c’était un souvenir qui restait en mémoire pour toujours. En tout cas, c’était resté dans celle de Lola. Elle pouvait encore se rappeler des journées où sa mère lui disait d’aller jouer à l’intérieur avec son jumeau pour éviter que les crises de colère de leur père tombent sur leurs épaules frêles. « C’est parce que je ne suis pas une buveuse de bière. J’essaie de me fondre dans la masse. » Car, c’était comme ça qu’on se faisait des amis, semblait-il. L’explication était plutôt simple. La bière dégoûtait Lola, mais la plupart du temps, elle faisait un effort. Toutes ses gorgées s’accompagnaient d’une grimace. Avec le temps, les gens faisaient moins attention à sa grimace. Sauf lui. Lui, il l’avait remarqué. Ça ne lui avait pas échappé. « Marché conclu. » Alors, sa mission était de le sortir de l’ennui et inversement. Pour le moment, il réussissait mieux qu’elle.
Son regard se perdit à l’horizon. Ses oreilles captaient toujours le son de la musique beaucoup trop forte. Parfois, elle arrivait à entendre des éclats de rire, des bouts de discussion. Mais c’était seulement lorsqu’elle se forçait à écouter. Ce qui n’était pas du tout le cas. Dire que dans une autre réalité, elle serait toujours à la maison, devant son écran de télévision à regarder un film culte en mangeant du popcorn. Dans un autre univers, peut-être que c’était le cas. Se confiant sur comment elle se sentait par rapport aux soirées, Lola réalisa qu’elle avait beaucoup parlé. Peut-être un peu trop. Peut-être qu’elle s’était trop confié. Ça lui arrivait parfois de parler plus longtemps que le temps requis. Ça devait être chiant de l’écouter. « Je suis du même avis que toi. » Arquant un sourcil, elle fut surprise de l’entendre être en accord avec elle. Pour des raisons inconnues, Solal ne lui semblait pas du genre à s’emmerder aux soirées. Même qu’il devait bien se fondre dans la masse alors que ce n’était pas le cas de Lola. Elle n’était pas antisociable juste limité quant au nombre d’amis qu’elle avait besoin. « Si ça peut te rassurer, ces filles là ne sont pas intéressantes. La preuve, c’est à toi que je parle ce soir. » Pivotant le visage, elle le regarda à son tour. Le fait qu’il la regarde aussi longuement gênait un peu Lola. Finalement, elle pouffa de rire. « Je ne suis pas très intéressante, non plus. On a tendance à me désigner l’étiquette d’ennuyante. » Ou alors d’emmerdeuse parce que Lola, elle ne possédait aucune honte à corriger les gens lorsqu’ils ont torts. Même qu’elle semblait y prendre plaisir, parfois. Jemma lui avait répété à de nombreuses reprises que les gens n’aimaient pas forcément cela. Ce qui dérangeait Lola. Pourquoi faudrait-elle qu’elle change pour plaire aux autres ? « Je suis ennuyante, mais jolie alors dans la tête des mecs, ça compense sur mon côté ennuyant. » Oui, elle se moquait délibérément de tous les mecs qui l’accostaient en soirée basé sur son joli minois. « Alors, qu’est-ce qu’une fille comme moi doit faire pour te sauver de l’ennui ? Je suis dans l’inconnu, là. » Avait-elle dit en passant une main dans ses cheveux, repoussant ceux-ci de son visage.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Sam 22 Avr - 12:35 par Solal D. B. Fitzgerald
it was a night on the rooftop
Solal & Lola

Partout où j'allais les gens m'aimaient. Pour ma bonne humeur, ou pour ma franchise, je marquais les esprits parce que je n'étais pas comme les autres. Parce que je restai un mystère incroyablement ancré dans mon temps. J'étais la jeunesse, la jeunesse en mouvement, à la recherche d'aventure. Mais j'étais à la fois humain, conscient du temps qui s'écoulait et des démons qui m'entouraient. J'aimais, je haissais. J'accostais ou envoyer chier. C'était l'un ou l'autre, mais il y avait toujours quelque chose qui faisait qu'on ne m'oubliait pas. Ce soir, j'aurai pu choisir les fêtards et danser sur le canapé, la bière à la main. Mais je n'étais pas ce Solal là. Pas ce soir. Je regardais Lola et souriais. Elle voulait faire comme tout le monde. Je n'avais pas à la juger, je comprenais. Moi aussi je souhaitais être comme tout le monde. Je lui souriais et répondis : « Y'a rien de bien à être comme eux... » Je tournais la tête et regardais les invités parler, danser et s'amuser. Comme si de rien n'était. Comme si tout le monde était ami avec tout le monde. Comme si rien ne pourrait jamais les séparer. Je soupirais. Il suffisait de peu pour que la soirée tourne mal. Comme toutes les soirées. Ces gens profitaient, comme j'avais tant de fois déjà profité des autres. Je regardais l'horizon. Lola me sauvait déjà de l'ennui. Elle me sauvait de l'envie de finir torché pour oublier que les choses n'allaient pas. Elle était différente, et sa différence avait attiré mon regard. Je l'écoutais parler, et je souris. Le coeur battant. C'était ce genre de soirées que j'appréciais le plus. J'aimais parler, et pas juste embrasser. « Ennuyante? Non, tu es intriguante, Lola. » La repris-je en apportant ma bouteille à mes lèvres. J'apportais un joint déjà roulé à mes lèvres et l'allumais. Ca oui, elle était jolie. Je ne pouvais le contester. Je m'apprêtais à répondre lorsqu'elle me demanda ce qu'elle devait faire pour me sauver de l'ennui. Un sourire espiègle s'empara de mon visage et je tirais une nouvelle latte sur mon joint. Lentement, je m'approchais d'elle jusqu'à ce que nos visage ne soient plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Je lui souris et passais une main dans ses cheveux avec douceur. « J'attends toujours mon baiser, tu sais... » Je lui souris et embrassais lentement sa joue, puis je m'éloignais d'elle et repris ma bouteille de bière. Je ne voulais pas la vexer, ni la brusquer. La balle était dans son camp c'était à elle de décider, désormais. Je regardais de nouveau l'horizon, et tentais d'y percevoir les suites de ces avances. Je la sentais fébrile. Elle allait craquer, je le savais. Je baissais le regard. Et encore une fois, j'allais me montrer odieux avec elle, une fois que j'aurai eut ce que je désirais. Mais je ne pouvais m'en empêcher. J'avais besoin d'oublier dans ses bras, mais je ne pouvais me permettre de m'attacher. Je soupirais et tirais une nouvelle fois sur mon joint. C'était toujours la même rengaine. Le même schéma.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3363
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (a. ren).
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Jeu 27 Avr - 4:56 par Lola Barnett
it was a night to remember we were hanging up on the roof someone got knocked out and in came the boys in blue and you said, "Bye," I said, "Bye"; some of that made the news i just, i just can't, can't take my mind off you. ✻✻✻ Peut-être qu’il avait raison, Solal. Qu’il n’y ait rien de bien à être comme les autres même si, parfois, ça peut faciliter l’intégration. De toute manière, Lola aimait bien penser d’elle qu’elle se trouvait dans une autre catégorie. Dans tous les cas, Lola pouvait affirmer que Solal avait sa propre catégorie. Avec l’énergie qu’il dégageait, son attitude. Il n’était pas comme les autres. Ce n’était pas elle la personne la plus intrigante de la soirée; c’était lui. Il avait une certaine attitude qui lui était propre. Une délicatesse aussi qu’il ne dissimulait pas, mais aussi un certain je-m’en-foutiste que les autres ne possédaient pas. Que Lola ne possédait pas. Qu’elle ne posséderait jamais. Lola s’inquiétait souvent des autres. Pas au point de se préoccuper des avis quant à sa personnalité. Lola était celle qu’elle était, ça s’arrêtait là. Mais Solal, lui ? Il était intéressant. « Ennuyante ? Non, tu es intrigante, Lola. » C’était discutable, Lola l’admettait. Au moins, une personne ici la trouvait intrigante et non ennuyante. Elle faisait des progrès. Bientôt, les gens allaient voir en elle une fille géniale. Ce qu’elle était, bien sûr, mais qu’elle dissimulait sous une carapace un peu antisociable. Froide aux premiers abords pour s’éviter des blessures qui étaient incapables de cicatriser plus tard. Après avoir vu bien des gens de son entourage souffrir, Lola ne voulait pas souffrir. Du moins, pas à cause de gens qui ne le méritaient pas. Face à lui, elle attendait une réponse, sourcil arqué. Lola tenait à remplir sa part du marché. Le sauver de l’ennui. C’était ça, leur marché. Solal remplirait bien la sienne maintenant c’était à son tour de le sauver. En attendant, elle tapotait sur son verre de son index. Un tic qu’elle cessa de faire en le voyant s’approcher d’elle, lentement. Il avait cette odeur qui dérangeait Lola dans la vie de tous les jours, mais qu’elle semblait accepter sur Solal. Du regard, elle suivait le moindre de ses mouvements. Sa main qui passait dans ses cheveux doucement, son visage près du sien. « J’attends toujours mon baiser, tu sais… » Tiens, il parlait encore de ce baiser. Comme si c’était tout ce à quoi il pensait depuis qu’elle le lui avait refusé tout à l’heure. Solal était tenace, elle lui accordait bien cela. Tant mieux pour lui. Immobile, elle le laissa embrasser sa joue de cette lenteur. Puis, elle cessa de le regarder en le voyant retourner à sa bouteille de bière. Les lèvres pincées, elle reposa son regard sur Solal qui regardait l’horizon. Être photographe, elle l’aurait pris en photo dans le simple but de capturer ce moment pour toujours. Juste pour pouvoir se remémorer cet instant avant que son cerveau l’efface de sa mémoire. Mais Lola n’était pas photographe. Prendre une simple photo bonne était un exploit pour Lola. Elle pensait à autre chose parce que, pour une fois, elle ignorait ce qu’elle devait faire. Pour se donner du courage, elle boit une gorgée du mélange et diminua la distance entre Solal et elle. Une main sur sa joue, une autre sur son torse, elle se colla à lui et lui donna ce qu’il semblait attendre depuis tout à l’heure. Ses lèvres sur les siennes, elle l’embrassa cinq secondes avant qu’un sourire s’affiche sur son visage. « Tu devrais me ramener à la maison. » C’était une affirmation. Solal allait probablement accepter sans que ça soit bizarre ou même sans y réfléchir deux minutes.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 742
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-cinq ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) & shiraz m. monroe (t. oman)
# Re: fb/ solal + it was a night on the rooftop.
message posté Mar 2 Mai - 18:58 par Solal D. B. Fitzgerald
it was a night on the rooftop
Solal & Lola

T'es qu'un connard. Une phrase qui se répétait, quotidiennement, au fond de ma tête. Je l'avais tant de fois entendu, tant de fois provoqué. C'était plus facile de me faire haïr pour ce que je n'étais pas. C'était plus simple de me séparer de mes conquêtes après une nuit d'échanges corporels. Je me nourrissais de leur saveurs pour avoir la force de passer les jours. D'avancer, toujours, imperceptiblement vers la mort. Trop de gens tenaient à moi. Trop de gens s'inquiétaient pour moi. Je ne parvenais plus à supporter ce trop plein d'attache. J'allais devoir leur dire adieu, et je redoutais plus que tout le moment de ces aurevoirs. Je ne voulais pas mourir. Et je voulais vivre. Créer des liens, avoir des amis, m'avait donné la force de continuer. De ne jamais faiblir alors que mes jambes s'apprêtaient à lâcher. Je vivais pour et par eux. Je relevais les yeux vers Lola. Elle n'était qu'une conquête comme une autre, mais j'appréciais cette discussion nocturne. J'appréciais la bulle que l'on s'était construite. Nous étions à l'extérieur de l'action, à l'extérieur du monde, car nous n'avions pas la force de faire semblant. Au fond, je ne la voulais pas tant dans mon lit. Je pouvais passer la soirée à discuter, et m'endormir paisiblement seul, car j'avais trouvé quelqu'un à qui parler. Quelqu'un qui semblait me comprendre alors même qu'elle ne me connaissait pas. C'était apaisant. Reposant. Mais je restai Solal le tombeur. Si je n'étais pas un connard, j'étais, sans aucun doute, un grand séducteur. Je la testais, réclamais mon baiser, et je la sentis fébrile à mes côtés. Elle était sur le point de craquer, et j'eus raison d'y croire. A peine avais-je avalé ma gorgée de bière que je la sentis se rapprocher de moi. Elle posa une main sur ma joue, l'autre sur mon torse, et bientôt, elle m'embrassa. Je serrais son corps contre le mien, et me délectais de ce baiser. Jackpot mon pote! J'eus un sourire espiègle lorsqu'elle me suggéra de la raccompagner. Pour ce soir, c'était gagné. Mais je ressentis une pointe de tristesse au fond du coeur. Elle ne méritait pas que je la jette le lendemain. Je n'avais pas envie qu'elle soit un nom de plus sur mon tableau de chasse. Une autre femme souillée. Pourtant, pourtant je l'avais repris dans mes bras, pour échanger encore un baiser. Juste un autre. Je me sentais faiblir, mais je voulais résister. Or, j'étais un homme. Faible. Bourré de vices. Accro au sexe. Et bientôt, je pris sa main et la tirais jusqu'au bar en douceur. J'attrapais une bouteille de vodka au passage et la cachais sous mon blouson. Puis je quittais l'appartement, la main de Lola toujours dans la mienne. Je me tournais vers elle : « J'ai pas de pyjama, c'est pas grave si je dors tout nu? ». Je gloussais, fier de ma connerie, et m'engouffrais dans l'ascenceur. Je reposais ma main sur sa joue, et repris nos baisers. Plus intensément. Elle était douce, cette Lola. J'eus un sourire et me figeais alors. « T'as déjà fait du skate? » Demandais-je en arrivant dehors. Je jetais le skate que j'avais récupéré dans l'entrée avant de partir et grimaçais. Le gros naze. Mais je n'attendis pas sa réponse et lui fis signe de grimper sur mon dos. Je la tins fermement contre moi et montais sur le skate. Je roulais doucement, mais sûrement. Alors que nous roulions dans les rues de Londres, je tournais la tête vers elle et demandais : « Pas trop flippée? » Je ris à nouveau. C'était une belle soirée.
Revenir en haut Aller en bas
fb/ solal + it was a night on the rooftop.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho-