Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

sometimes, despite all your best choices, fate wins anyway. (vince)

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2324
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: sometimes, despite all your best choices, fate wins anyway. (vince)
message posté Dim 7 Mai - 23:11 par Maura Belshaw
Elle avait les doigts un peu tremblants, l'image de Vincent collée contre ses paupières, et l'arôme de son odeur imprimé dans son esprit. Il ne comprenait vraiment rien. Elle ne pouvait pas rester là, désirer un baiser, passer la nuit dehors et le retrouver le lendemain comme si la nuit n'avait été qu'un rêve. L'irrégularité de son rythme cardiaque ne l'aurait pas effrayé, si Vince n'était pas la cause de son trouble. Il s'approcha de quelques centimètres, effleura son épaule, sans même qu'elle en ait réellement conscience. Elle se tenait si près de lui, que Maura redoutait déjà les réactions de son propre corps et il l'attira sous son bras, sans douceur, avec violence, pour l'entrainer vers les arbres, puis vers les buissons plus petits qui les cachaient des allées du parc. Elle pressait ses doigts autour de sa veste, soufflants des soupirs agacés entre ses lèvres. Et elle trouva le courage de le suivre, parce qu'elle agissait toujours sans réfléchir, Maura. Comme ça, sous l'impulsion. Son regard croisa celui de Vince à l'instant où il évoqua Bernie. Il avait l'air chouette. Pour le peu qu'elle savait de cet homme. « On a pas de pizza pour Bernie. » souffla-t-elle en croisant à nouveau son regard. Il voulait donner à manger à son ami sans avoir le repas à lui offrir. Elle lâchait prise peu à peu, se retirant de son étreinte pour reculer, s'éloigner de lui et retrouver le calme de son cœur. « Après je t’emmène danser. Promesse de Junkie. » Elle plongea son regard dans le sien, y cherchant la sincérité, la vérité, la loyauté, quelque chose. Il continuait de marcher à travers les buissons sans faire attention aux branches qu'il relâchait sur son passage. Elle s'en prit une en plein milieu du visage, avalant une feuille dans son malheur pour la recracher plus loin, passant le revers de sa main sur sa bouche pour en essuyer les traces. Elle était dégoûtée Maura. Elle sursauta légèrement quand Vince s'arrêta après les roses. La lune était leur seul lumière. Seule, dominant tout l'espace. « C’est pas une vraie soirée. Si tu ne fais un effort. » Il raconte n'importe quoi et dans l'instant, Maura est tentée de le secouer pour qu'il revienne à la réalité. « Je te supporte depuis presque deux heures. Tu en demandes toujours trop. » Elle recula jusqu'à sentir l'écorce d'un arbre dans son dos. Vince était fou, mais ce soir, elle était prête à le suivre partout. Elle se mordit la lèvre, violemment, essayant de penser à autre chose qu'à ses lèvres à lui. L'idée de l'embrasser encore une fois lui traversa l'esprit, revivre ce moment mais en beaucoup mieux. Ses yeux se posèrent à nouveau sur sa bouche et Maura regretta d'être si faible, ce soir. Mais elle chassa l'idée de son esprit aussi vite qu'elle s'y était incrustée. « Essaie l'une de tes prières magiques, peut-être que je finirais par vouloir danser avec toi ou peut-être que des pizzas vont apparaître devant nous. » C'était Lyanna la danseuse, celle qui avait tout eu à la naissance. La beauté, le don pour la danse, la grâce, le talent. Maura n'avait pas eu grand chose, à peine de quoi faire un pas devant l'autre. Sans réfléchir, elle s'approcha de Vince pour prendre ses mains dans les siennes, glissant ses doigts à travers les siens pour les mêler les uns aux autres. « Est-ce que tu sais danser, toi, au moins ? » Elle posa une main sur son épaule, guidant celle de Vince jusqu'à sa taille. Sans musique, ça paraissait trop étrange. Mais lui, il était bizarre, il entendait sûrement des mélodies raisonner jusque dans sa tête lorsque Maura, elle, n'entendait rien. Ils ne bougeaient pas, mais elle se tenait contre lui comme si ils s'apprêtaient à danser. « C'est l'homme qui est supposé guider la femme. Je suppose que tu seras la femme. » Elle le taquinait, encore, comme d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
elephant heart with a big trunk

» Date d'inscription : 10/04/2016
» Messages : 1022
» Pseudo : like animals :: prideissues (noha)
» Avatar : shiloh hellyeah fernandez
» Âge : 3* piece of diam
» Schizophrénie : julian (stan) ; theodore (dornan) ; lyanna (vikander) ; gale ( barnes)
# Re: sometimes, despite all your best choices, fate wins anyway. (vince)
message posté Sam 20 Mai - 0:51 par Vince D. Stafford

we’re a different sort of thief here. deception and misdirection are our tools. we don’t believe in hard work when a false face and a good line of bullshit can do so much more. Un soir, toutes les filles t’appartiennent, puis tu réalises que tu n’en veux qu’une seule. Rien ne semblait plus désirable que Romy. C’était bizarre de l’envisager autrement. Ma meilleure amie. Ma moitié - mon acolyte. Je souris en m’inclinant vers le récif de fleurs. Les pétales m’accueillaient étrangement au milieu des feuillages. Je me sentais envahi par les senteurs de mon enfance, ces années si merveilleuses et profondément familières. Je frémis en effleurant les branches du jardin. Le sang affluait dans ma tête. Mes pensées devenaient fulgurantes. Et tout à coup, je sentais la pression de ses lèvres sur ma bouche. La chaleur de son étreinte m’étouffait dans un nuage désireux de liberté. Maura n’était pas ordinaire. Sa silhouette semblait sourire sur les trajets boueux du parc. Elle suffoquait dans une marche inverse, soupirante et avide d’insouciance, mais son coeur était prisonnier du code pénale et des conneries législatives. Elle voulait tellement être flic, elle en oubliât d’être humaine. Comme nous. Comme Romy. Je marchais sur le petit sentier de cailloux. Mes semelles crissaient, bordant nos silhouettes muettes jusqu’au bout de l’allée. Je montais sur un tronc. Ma main égarée dans l’obscurité se tendait pour effleurer son profil. Son visage s’illuminait, comme un millier de guirlandes de Noel. Grand Dieu, je détestais la comparaison. Je détestais les fêtes et les rassemblements religieux. Mais c’était vrai, cette fois. Maura était aussi belle qu’un sapin chargé de décorations et d’étoiles. Son sourire s’étiolait sous mes yeux. J’étais perdu dans des rêveries empruntes de nostalgie amoureuse, de délires psychotiques. La drogue m’éloignait de la réalité. Elle me sauvait de l’envie sexuelle. Parce qu’une fois la poudre inhalée, la queue descendait. C’était une question de métaphysique. J’ignorais sa remarque sur la Pizza. Bernie ne chipotait pas pour la bouffe. Je lui donnais toujours un rail ou un joint. La nourriture de l’âme. Le concept était trop complexe. Je haussais les épaules afin de m’extirper des branches qui se penchaient vers mes joues. Maura tirait la tronche - comme toujours, il s’agissait toujours de porter ce masque d’indifférence, d’être stricte et intolérante à la douleur. Son addiction prenait la forme de la méfiance, de la coquille qui recouvrait ses prunelles bleues. « Je te supporte depuis presque deux heures. Tu en demandes toujours trop. » Je m’esclaffais en me hissant sur mes talons. Ma poitrine vacillait vers la lune. Toutes ses lumières étaient argentées. Elle s’épandaient sur mes prunelles rosées par l’amertume. Je voulais prendre l’envol. Sauter hors de mon corps pour atteindre le ciel. Maura était pleine de ressentiments et de sarcasmes. Je joignis les mains sur mon menton pour prier, telle que le demander. Mais la seule chose qui risquait d’apparaitre était mon érection. Spécialement lorsqu’elle ondulait de cette manière. Sa main se crispait sur mon épaule. Je bougeais lentement, pris de vertiges et d’émotions. Je ne voulais pas suivre les sonorités de la nuit. Mon coeur chavirait sous l’effet de l’errance. Je me languissais de la prochaine dose. Je savais déjà qu’elle était meilleure. Parce qu’il y avait toujours une suite à la folie. «C'est l'homme qui est supposé guider la femme. Je suppose que tu seras la femme. » Je marmonnais en sifflotant un air populaire. Je connaissais le rythme, même dans l’absence de mon saxophone. Mes ongles bougeaient sur les plis de sa veste, portés par les mouvements du musicien. Mes bras étaient pris de désespoir. Je fouillais entre les mailles du tissu, cherchant le réconfort dans l’étreinte matérielle. Le souvenir de la gay parade me revenait. Je revoyais l’insigne et ses couleurs ocres, l’agitation de la foule et de ses fanfares. Les mains de Romy s’étaient posées sur moi avec cette délicatesse. Elle voulait me réveiller. Elle criait alors que je perdais connaissance. Ce soir, je ne voulais pas survivre. L’OD m’enlaçait dans un souffle salutaire. Je clignais des yeux en posant ma tête sur sa tempe. «Je m’en fiche d’être une fille. Si je pouvais avoir des seins, je me tripoterais moi même. Et des fois je me mettrais un doigt pour savoir ce que ça fait.» Je devenais vulgaire. J’esquissais un sourire narquois en l’empoignant par le dos. Je la guidais dans une valse violente. Nos jambes rasaient le sol dans une vitesse affolante. J’étais essoufflé au contact de son cou. Son parfum troublait ma vision. Je m’arrêtais afin de la toiser. «Pourquoi t’as jamais voulu de moi ?» Demandais-je en la fixant droit dans les yeux. Elle se mordillait la bouche - Elle m’embrassait. Puis elle me rejetait. C’était tellement cliché, même pour une poulette. Je me fichais de la vérité. Seules les actions comptait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2324
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: sometimes, despite all your best choices, fate wins anyway. (vince)
message posté Dim 28 Mai - 19:47 par Maura Belshaw
Elle entendait à peine le bruit de la circulation de la nuit derrière les grilles du parc. Elle devinait uniquement la silhouette de Vince qui se dessinait sous ses doigts dans la lueur de la lune. En début de soirée, elle aurait donné n'importe quoi pour partir retrouver Hal et s'éloigner de Vincent avant qu'il ne l'ennuie avec ses remarques salaces. Désormais elle recherchait la présence de l'avocat, sans vraiment comprendre les réactions de son corps qui la poussait toujours un peu plus vers lui, vers la chaleur de ses lèvres. Elle ne savait pas faire dans la demi-mesure, Maura, ni se contenter d'un peu. Elle passait d'un extrême à l'autre avec agilité. Il n'existait aucun milieu dans son univers, pas de gris, juste du noir, du blanc, flic ou civile, amour ou haine, tout ou rien, joyeuse ou triste, l'envie ou l'absence d'envie. Elle partageait ses addictions et ses habitudes entre deux catégories parfaitement distinctes et elle passait de l'une à l'autre sans vraiment le voir. L'agacement que Vince provoquait d'habitude chez la policière disparaissait sous ce qu'il lui faisait ressentir ce soir, et elle bascula ; de l'absence d'envie, à l'envie ; avec aisance, en une fraction de seconde. Un seul regard, ses doigts brûlants contre sa hanche et elle oubliait tout le reste. Pour ce soir. Elle acceptait toute l'attention, tous les gestes que Vince était prêt à lui offrir, se plongeant, de tout son corps, dans cette soirée qui finirait toujours trop tôt à son goût. Il approcha son visage contre le sien, son front sur la peau de sa tempe et elle dû se retenir pour ne pas basculer et accélérer le contact entre leurs corps. Elle cessa seulement de respirer, les battements de son cœur secoués dans un frisson. « Tu es Vince Stafford, fille ou mec, je suis certaine que tu passes déjà tout ton temps à te tripoter. » Elle souffla un rire, un ricanement doux qui s'échappa d'entre ses lèvres, ses mèches blondes frôlant rapidement sa joue. Elle ressentait l'envie de s'approcher encore plus de lui, de briser les derniers centimètres qui les éloignaient l'un de l'autre jusqu'à ce qu'il commence à valser. Elle n'amorçait aucun mouvement pour se dégager de son étreinte, elle préférait rester à proximité de Vince, danser dans le silence du parc. La liberté filtrait à travers chacun de ses gestes, de son habileté à valser. Il la faisait craquer, il la troublait avec sa proximité et sa nonchalance. Sa liberté était sa plus belle qualité. Tout devenait plus beau à ses côtés, plus drôles, plus simples, sans contrainte. Sa main sur sa peau, elle courba son dos pour en prendre la forme. La sensation était chaude, rassurante. Elle s'étonnait de ressentir un tel sentiment en présence de Vince. Il n'avait jamais eu rien de rassurant. Sa question la troubla et elle marqua une pause, comme pour se laisser le temps de réfléchir à sa réponse. « Là, j'ai envie de t'embrasser. » Avec douceur, ses pouces glissèrent contre ses joues. Son expression reste sérieuse jusqu'à ce qu'un sourire colore habilement ses lèvres. Elle se livrait au loup, elle connaissait Vince, il fanfaronnerait sûrement. Elle plissa les paupières, le prénom de Romy tourbillonnant au milieu de ses pensées, comme pour la rappeler à l'ordre de ne pas le faire. Elle coinça sa lèvre entre ses dents, fixant la bouche de Vince avant de relever les yeux vers les siens. Elle était obsédée par ses lèvres, pas la façon qu'elles avaient de bouger sans avoir le droit d'y toucher. Sa main glissa habilement sur le t-shirt de Vince pour le tirer vers elle, son torse rencontrant le sien avec chaleur, et elle pencha la tête, délicatement, troublait par son odeur, sa bouche, lui. « C'était pas le bon moment, voilà tout. Et ça l'est toujours pas maintenant que tu as une copine. »
Revenir en haut Aller en bas
sometimes, despite all your best choices, fate wins anyway. (vince)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» United By The Fate, partenariat
» fan club de Fate (idée de michiyo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London-