Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Back Home | Raina

Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 25/07/2015
» Messages : 13368
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Jean Stone
» Âge : 26 ans, née un 14 février
» Schizophrénie : tessa (s. turner) & willow (e. watson) & eulalie (b. lively) & firmin (j. dornan)
() message posté Lun 13 Fév 2017 - 6:15 par Autumn L. Schoemaker
Back Home
EXORDIUM.
« Bonne soirée les gars. » J’aurais dû ajouter et bon congé mais cela semblait tellement logique que je ne voyais pas pourquoi en rajouter. Nous venions tout juste de rentrer de missions. Deux petites semaines passées à s’entrainer à l’autre bout de l’Angleterre. Nous n’étions pas loin et pourtant. J’avais l’impression d’être partie au bout du monde et pendant une période bien plus longue que celle écoulée depuis mon départ. Je n’avais qu’une hâte : rentrer à la maison et retrouver mon lit. Bien plus confortable que le sol sur lequel j’avais dormi ces derniers temps. Je saluai donc mes collègues d’un signe de main et repris la direction de la maison.

Un sac imposant sur les épaules, je me faufilai entre la foule qui arpentait les couloirs de la station de métro. J’attirais facilement les regards au vu de ma tenue en couleur de camouflage. De plus, je ne suis pas une demoiselle très épaisse et mon sac semblait plus lourd que moi. Avec le temps j’avais fini par ne plus prêter attention aux gens autour de moi. Les regards et les messes basses en ma présence, j’en avais déjà connu beaucoup. Désormais c’est comme-ci, ils en avaient à une autre personne. Je ne me sens plus visée. En prenant soin de ne pas bousculée les personnes autour de moi j’entrai rapidement dans le premier métro qui s’arrêta devant moi. Je trouvai une place où m’installée et posai rapidement des écouteurs sur mes oreilles. J’aime vivre dans un monde où je me sens seule, où je n’ai pas l’impression que des gens gravitent autour de moi.

Le trajet jusqu’au quartier d’Hammersmith me sembla très long. Pourtant c’est tout de même assez rapide. J’ai juste un peu trop hâte d’être à la maison. Quand j’arrivai devant la porte, je sorti la clé de la poche de ma veste et l’ouvris d’un geste rapide. Même quand quelqu’un est présent dans la maison, je préfère que la porte soit toujours fermée à clé. Et Raina a facilement acceptée cette mauvaise habitude que j’ai prise. J’ai toujours peur d’être victime d’un cambriolage et par conséquent, je fais toujours très attention à ce moindre détail. Le pas de la porte franchi. « C’est moi ! ». J’ignore si Raina est à la maison mais ne voulant pas lui faire peur je préfère m’annoncer. Je laisse rapidement tombé mon sac dans l’entrée, ravie d’être de retour à la maison. N’ayant aucune réponse de ma meilleure amie, je me mets donc à sa recherche. Je fis rapidement le tour de la maison mais aucune trace de Raina. Elle était peut-être au travail. Vu son métier, elle n’a pas les horaires les plus faciles au monde. J’ignore toujours quand elle se trouve à la maison ou à son travail. Il me restait encore la salle de bain à visiter. Peut-être qu’elle s’était endormie dans son bain et que pour cette raison, elle ne m’entendait pas l’appeler. Je frappai calmement à la porte. « Raina ! Tu es là ? »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/10/2016
» Messages : 1049
» Avatar : Candice Accola
» Âge : 28ans
» Schizophrénie : Danielle Montgomery l'écolo
() message posté Jeu 16 Fév 2017 - 14:27 par Raina Johnson


     

AUTUMN
&
RAINA
Welcome home, I missed you
Raina était rentrée de son travail depuis peu. Elle avait eu une nuit plutôt agitée pendant laquelle il y avait eu tellement d’incidents que c’était à croire que tout le monde c’était concerté avant qu’elle prenne son poste. Alexis et elle avaient eu le droit à toutes sortes d’histoires mais heureusement, rien de bien grave. Cependant, il semblait qu’il y ait eu un homicide à quelques rues d’une de leurs affaires. Enfin, ce n’était pas de leur ressort puisque ce n’était pas sa patrouille qui avait trouvé le corps alors il n’y avait pas de raison pour qu’ils aillent voir ce qui se passait. Et puis elle n’avait pas tellement envie de voir un mort aujourd’hui. Elle en avait plein les pattes de cette journée qu’elle trouvait longue depuis le début. Heureusement que la compagnie d’Alexis était plus qu’agréable, trop agréable d’ailleurs mais elle n’avait pas vraiment eu le temps de penser à ça.

A peine arrivée chez elle, Raina avait eu besoin de se détendre. Elle se demanda ce qu’elle pouvait bien faire pour se reposer. Elle était parfois du genre coocooning et c’était bien ce qu’elle comptait faire cet après-midi. Autumn n’était pas là alors elle pouvait bien piquer la baignoire sans ce que ça ne la dérange. La jeune femme ne prenait que rarement des bains mais elle avait envie de se prélasser dans une bonne eau chaude et lire. Elle le fit pendant près d’une heure avant de se décider de laisser reposer ses yeux ce qui termina en une sieste non prévue. La jeune femme n’entendit même pas son amie arriver. C’était rare parce que d’habitude, le moindre bruit la tire de son sommeil mais pas là, elle devait vraiment être trop fatiguée pour ça et pourtant, elle avait bien dormi avant d’aller travailler. Il fallait juste croire que cette journée avait été plus éprouvante qu’elle ne l’avait pensé aux premiers abords.

Ce n’est que lorsque la militaire frappa à la porte que Raina se réveilla presque en sursaut. Intuitivement, elle posa la main sur son arme à ses côtés avant de comprendre que c’était Autumn qui était de retour. Elle avait complètement oublié qu’elle devait revenir. Pourtant, elle était pressée de revoir sa meilleure amie. Elle trouvait toujours le temps long quand elle n’était pas là et même si ça ne faisait que deux semaines qu’elle était absente, c’était trop pour elle. On pourrait croire que Raina est possessive mais non, c’est tout simplement parce que la maison est bien plus vide sans elle. Pourtant, ce n’était pas comme si elle est 24h/24, 7jours/7 à la maison. Elle même était pas mal occupée avec son travail. « Autumn ? Oui, je suis là. J’arrive dans deux minutes. » Enfin il lui faudrait plus de temps que ça pour se sécher et s’habiller quand même un minimum mais Autumn était au courant, c’était une expression comme une autre. Près de dix minutes plus tard, elle se retrouvait vêtue prête à accueillir son amie. Chose qu’elle fit en la serrant dans ses bras. C’était une habitude chez Raina. Elle avait tellement l’impression qu’Autumn disparaissait pendant des mois et des mois avec ses missions qu’elle avait besoin d’être sûre que ce soit elle en chair et en os. Enfin, qui d’autre est-ce que ça pouvait être alors qu’elles étaient les seules à avoir une clef de la maison. « Bon retour à la maison. Je croyais que tu ne rentrais que dans la soirée ? » Parce que certes, elle avait oublié son amie mais elle s’était souvenue d’un détail comme ça ou alors c’était elle qui aurait dû travailler ce soir mais on lui avait changer ses horaires ? Elle ne savait plus très bien. « Ca s’est bien passé ? » Non elle n’allait pas lui dire qu’elle avait trouvé le temps long sans elle mais elle le pensait.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 25/07/2015
» Messages : 13368
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Jean Stone
» Âge : 26 ans, née un 14 février
» Schizophrénie : tessa (s. turner) & willow (e. watson) & eulalie (b. lively) & firmin (j. dornan)
() message posté Lun 20 Fév 2017 - 6:25 par Autumn L. Schoemaker
Back Home
EXORDIUM.
Une fois le seuil d’entrée passé, je me sentais déjà mieux. J’aime mon métier et toutes les difficultés qu’il engendre. Mais j’aime bien aussi rentrer chez moi et me poser quelques temps. J’avais hâte de m’allonger sur mon lit ou bien dans le divan, devant un bon film. J’étais fatiguée. Les cernes sur mon visage trahiraient toutes mes tentatives pour prétendre le contraire. Il ne valait mieux pas que je me regarde dans une glace, je finirais par avoir peur de moi-même. Je sentais déjà les reproches de Raina, ils seraient inévitables. Malgré tout j’avais hâte de la voir. Elle m’a manqué. Elle me manque toujours dès que je dois partir. Même que pour quelques jours. C’est rare de trouver des amis, de vrais amis. Mais dès qu’on trouve une amitié aussi précieuse que celle que j’ai avec Raina. La moindre absence provoque vite un manque. Heureusement que l’on vit ensemble. Quand on voit nos métiers respectifs, je ne suis pas sûre que l’on ait du temps pour se voir. Au moins aussi souvent. J’aimais l’idée de rentrer le soir et d’avoir quelqu’un avec qui parler. Parler de tout et de rien.

J’ignorais si Raina était là ou bien si elle travaillait. Je suis très vite perdue dans les jours et les heures, une fois que je pars comme ça. Du coup, je ne me rappelais pas l’horaire de travail de Raina. Elle pouvait très bien être occupée à arpenter les rues de Londres. Dans ce cas, je criais pour rien partout dans la maison. J’arrivai devant la salle de bain. Mon dernier espoir pour qu’elle se trouve dans la maison. Je tapais à la porte, assez fort qu’elle m’entende. Je ne voulais pas non plus paraître agressive en insistant de trop. Après quelques secondes, j’entendis le son de la voix de la jolie blonde. Elle est bien dans la maison. Je ne devrai pas attendre longtemps pour la voir. « Deux minutes ? Je dirais plutôt dix. » Dis-je en riant. En tant que filles, on sait très bien toutes les deux que ça prend du temps même pour s’habiller. J’ajoutai rapidement. « Tu me rejoins dans le salon ? » Je ne voulais pas attendre dans le couloir, tel un poteau. Puis j’avais qu’une hâte, m’asseoir et me détendre. J’étais tellement fatiguée. Sans même attendre sa réponse, je descendis les escaliers pour aller prendre mes aises au salon.

Raina fut rapidement près de moi. Elle me serra dans ses bras pour me saluer. Comme à mon habitude, j’écourtai ce geste. Depuis aussi loin que je m’en rappelle, je n’aime pas les gestes tactiles. Même venant des personnes qui me sont proches. « C’était ce qui était prévu. Mais j’étais trop pressée de te voir. » J’accentuai mes propos d’un charmant sourire. C’était un petit mensonge elle devait s’en douter. J’étais pressée de la voir, mais malheureusement ça n’était pas une raison suffisante pour quitter le travail plus tôt. « On a eu la chance de tout terminer plus vite. Je ne vais pas m’en plaindre, j’étais pressée de rentrer à la maison. » Il faut dire que tout le monde y avait mis du sien, pour tout ranger au plus vite. Et la conséquence fut qu’on était libérés bien plus vite que prévu. Rapidement, je m’allongeai dans le canapé. Quand elle me demanda si tout c’était bien passé. Je n’ai pas la possibilité de parler de tout ce que je fais. Confidences professionnelles obligent. « Oui tout c’est bien passé. D’ailleurs, je suis complètement exténuée. » Je soupirai avant d’ajouter. « Et toi dis-moi tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/10/2016
» Messages : 1049
» Avatar : Candice Accola
» Âge : 28ans
» Schizophrénie : Danielle Montgomery l'écolo
() message posté Sam 25 Mar 2017 - 9:02 par Raina Johnson


     

AUTUMN
&
RAINA
Welcome home, I missed you
Après une journée bien chargée, la seule envie de la policière avait été de se détendre. Si Au-tumn avait été présente, elle lui aurait surement demandé de faire quelque chose ensemble ou alors d’aller manger un bout mais malheureusement pour elle, ce n’était pas le cas. Pourtant, elle aurait eu envie de lui dire qu’il fallait qu’elle lui fasse penser à autre chose qu’à Alexis et à son sourire parfait qu’il lui avait adressé juste avant qu’ils ne se quittent. Le bain avait alors été une solution de remplacement et elle avait même fini par s’y endormir, réveillée seulement par son amie. Elle eut un sourire aux lèvres. Revoir son amie était toujours une bonne nouvelle. Elle lui annonça alors qu’elle arrivait dans deux minutes et bien entendu Autumn lui confirma que dix minutes étaient plus vraisemblables. « Tu es de mauvaise foi je trouve. » Enfin, elle ne pouvait s’empêcher de sourire, se dépêchant avant de des-cendre retrouvée sa blondinette sur le canapé.

Raina savait qu’Autumn n’était pas toujours très à l’aise avec le fait qu’elle la prenne dans ses bras. Cependant, cela lui permettait de s’assurer qu’elle était bien vivante et qu’Autumn n’était pas un fantôme ou esprit qu’elle rêvait. Raina croyait aux esprits et il était vrai qu’à chaque fois que sa meilleure amie partait travailler, elle avait une boule au ventre dû à l’appréhension de recevoir un appel lui disant que son amie n’était plus de ce monde. Autumn avait beau ne pas être en première ligne de mire, tout était possible et Raina ne savait pas comment elle réa-girait. Crirait-elle ? Pleurait-elle ? Probablement un peu des deux mais vu qu’elle n’avait jamais connu une personne chère que la vie avait quitté, elle ne savait pas ce qui se passerait. Alors oui, elle devrait penser au fait que son amie ne soit pas très tactile mais cela lui permettait de se rassurer.

Lorsqu’Autumn lui dit qu’elle était revenue plus tôt parce qu’elle lui manquait, Raina lui tira la langue. Elle connaissait très bien la passion de son amie pour son métier et savait aussi que plus elle restait en mission, mieux elle avait l’air de se porter. « Ce n’est pas bien de mentir mais je t’aime quand même. » Elle demanda naturellement à la blonde si elle allait bien et cette dernière lui retournait la question. Elle aurait eu envie de lui dire que vu qu’elle était toujours amoureuse d’Alexis et que par conséquent, qu’importe ce qui se passait dans sa vie n’était pas forcément super dû au fait qu’il était toujours marié. En même temps, Raina n’avait clairement pas envie de briser le couple de son co-équipier et qu’importe ce qu’elle ressentait pour lui. Ce n’était pas son genre et c’était pourquoi elle tentait du mieux qu’elle pouvait se cacher ses sentiments. De plus, elle ne se doutait pas le moins du monde que ses sentiments puissent être réciproque, pensant innocemment que leur complicité n’était que ça, qu’une complicité entre collègue. « Ca va mieux depuis que tu es là. Tu m’as manqué. » Elle haussa les épaules un instant, imaginant qu’Autumn devait se dire qu’elle connaissait la chanson et que seulement deux semaines étaient pas. « Oui oui, je sais que ça fait que deux semaines mais tu me connais, tu me manque dès que tu passes le pas de la porte. » On aurait pu croire que Raina était en pleine déclaration d’amour. Non, ce n’était pas le cas mais elle avouait souvent à Autumn qu’elle tenait à elle. Elle trouvait ça important et puis vu que ni l’une ni l’autre n’était en couple, elle pensait sincè-rement que cela faisait toujours plaisir de se dire que quelqu’un tenait à soi. « Je suppose que tu peux pas me dire ce que tu as fait ? » Raina connaissait les règles et le fait qu’Autumn ne puisse pas toujours lui dire ce qu’elle faisait. Secret gouvernemental oblige mais elle tentait, on savait jamais.


CODE BY MAY
[
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 25/07/2015
» Messages : 13368
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Jean Stone
» Âge : 26 ans, née un 14 février
» Schizophrénie : tessa (s. turner) & willow (e. watson) & eulalie (b. lively) & firmin (j. dornan)
() message posté Lun 3 Avr 2017 - 9:47 par Autumn L. Schoemaker
Back Home
EXORDIUM.
« Tu es de mauvaise foi je trouve. » Je ne répondis rien à ses propos et légèrement en train de rire, je quittai l’étage pour descendre dans le salon. J’étais contente d’être à la maison. Avec toutes mes missions, j’apprécie vraiment être chez moi. C’est sans doute parce que je n’y vis pas tous les jours que ça me permet d’en apprécier vraiment la valeur. Je ne changerais de métier pour rien au monde mais parfois j’aimerais pouvoir avoir une vie normale dans un endroit où je rentre tous les jours à une heure classique comme peuvent le faire les fonctionnaires. Pourtant je n’aime pas la routine et je me lasserais bien vite de ce genre de vie. On veut souvent quelque chose qu’on n’a pas. Ainsi va la vie.

La majorité des gens ne comprennent pas que je n’apprécie pas les gestes tactiles. Mais c’est plus fort que moi. Quand on me touche, j’ai toujours envie de repousser les gens et même si ça peut vexer, je n’arrive pas à agir autrement. Raina me connaissait et savait donc bien que c’était difficile pour moi. J’étais reconnaissance envers elle ne pas faire durer ces gestes d’attention. Je faisais des efforts et elle en faisait aussi. C’est comme cela que fonctionne les amitiés. La nôtre n’était pas prête de s’arrêter.  « Je ne mens qu’à moitié. Je suis quand même très heureuse de te voir. Je suis aussi contente d’être à la maison. » Tant que je ne passais pas mes journées dans cet endroit, j’aimais profiter de quelques jours de temps en temps. Mais je ne peux pas rester sans rien faire, j’ai besoin d’aller travailler. Je ne lui mentais pas vraiment car c’était agréable de revoir des gens auxquels on tient.

« Donc ça n’allait pas avant ? Dis-moi tout. » Parfois je m’en voulais d’être souvent absente et d’abandonner Raina. Je lui donnais des nouvelles même lorsque j’étais absente mais ça ne la comblait pas. Et si Raina avait besoin de parler, je n’étais pas là pour l’aider. Maintenant que je suis là, je vais pouvoir combler un peu mon absence.  « Je ne vais pas repartir de sitôt donc tu vas devoir me supporter quelques temps. » Du coup, elle va se sentir mieux pendant longtemps. Enfin j’espérais qu’elle n’avait aucun problème. On allait pouvoir rattraper le temps perdu de mes jours d’absence.

Ce n’est pas toujours facile quand je rentre de missions. Je n’ai pas l’autorisation de parler de ce que je fais. Par conséquent je n’ai pas beaucoup de choses à dire et j’ai souvent peur que le conversation ne se passe que dans un sens. Mais Raina comprenait que mon métier comporte de nombreux désavantages. Avec le temps, on s’y fait. « Tu sais bien que je ne peux pas raconter mes vacances. » Dis-je en rigolant sur un ton ironique. « Mais c’est comme souvent, je ne vois que l’intérieur des véhicules et très peu de paysages. En voilà la preuve, je ne suis même pas bronzée. »    
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/10/2016
» Messages : 1049
» Avatar : Candice Accola
» Âge : 28ans
» Schizophrénie : Danielle Montgomery l'écolo
() message posté Jeu 13 Avr 2017 - 12:23 par Raina Johnson


     

AUTUMN
&
RAINA
Welcome home, I missed you
Lorsque sa meilleure amie lui dit que quand même, elle ne lui mentait qu’à moitié parce qu’elle était contente de la voir. Intérieurement, bien qu’elle n’en doute pas, elle était contente et ça lui mettait du baume au cœur. « C’est gentil. Je suis aussi contente de te voir. » Elle lui avoua alors que ça allait mieux depuis qu’Autumn avait posé à nouveau les pieds dans la maison et forcément, cette dernière lui demandait ce qui n’allait pas. La jeune femme ne voulait pas tout de suite se déverser sur sa meilleure amie. Elle était revenue depuis à peine deux minutes et ne voulait pas « l’effrayer ». Elle savait que parfois Autumn ne sentait un peu coupable de ne pas être là pour elle mais elle ne lui en avait jamais voulu. C’était normal après tout qu’elle ne soit pas toujours là pour elle à l’écouter pleurer sur sa vie. Ce n’était pas non plus le genre à trop se plaindre, sa psy était faite pour ça mais elle en parlait aussi à sa meilleure amie qui connaissait quasiment tout de sa vie. Elle avait cependant passé quelques détails sous silence dont peu de personnes étaient au courant et surtout qu’elle ne voulait pas que ça se sache. « C’est surtout que la maison est vide sans toi. Tu sais, je crois qu’on devrait adopter un chien voir deux ou alors toute une famille de chiens. Comme ça, lorsque tu n’es pas là, et bah je ne serais pas toute seule et comme ça, je ne penserais pas à Alexis. » Et voilà, la bombe était lâchée, c’était encore par rapport à Alexis. C’était de plus en plus compliqué de travailler avec lui. Elle développait des sentiments forts pour lui qu’elle ne devrait pas. Il était marié et ce n’était pas quelque chose de possible mais elle n’y pouvait rien, c’était comme ça. Elle n’avait pas choisis des sentiments et lorsqu’elle se retrouvait seule à la maison, indéniablement, elle y pensait. C’est pourquoi, avoir des chiens à la maison serait peut-être une bonne chose mais elle préférait demander à sa meilleure amie avant. Et puis, elle savait très bien qu’une famille entière de chiens ne serait pas gérable. Elles avaient beau avoir un jardin, toutes deux n’étaient pas assez présentes pour en avoir trop. « Ok, je m’emballe un peu là. » Elle sourit. Ce n’était pas la première fois qu’elle pensait à ça mais elle l’avait dit peut être un peu vite sans bien emmener les choses, elle ne savait pas trop.

Lorsque sa meilleure amie lui avoua qu’elle allait rester pendant un moment à Londres, Raina ne put qu’être contente. Elle pourrait enfin profiter de sa meilleure amie pendant un moment. Quant à la supporter, c’était d’une facilité déconcertante. Ce n’était vraiment pas la fille chiante. « Coooooool, c’est pas dur de te supporter. » Elle rit aussi lorsqu’Autumn lui dit qu’elle ne pourrait pas lui raconter ses vacances. La policière savait qu’elle ne pouvait rien dire mais tentait quand même de soutirer des informations, on savait jamais si ça marchait. Et puis, elles travaillaient toutes les deux pour le gouvernement, ça devrait compter pour se raconter leurs travails. « Pfff, je suis sure que même si tu allais dans les Bahamas, tu me dirais même pas le climat. » Raina n’avait jamais été le genre de fille à aimer aller en vacances sur la plage pendant des jours à se pavaner en bikini. Les Bahamas ? Ce n’était pas son truc. Elle y était allée plus jeune lorsqu’elle habitait en Amérique mais ses derniers voyages là-bas étaient des souvenirs très distants voir absent dû à sa consommation importante d’alcool.

« Ouai, va falloir penser à bronzer un peu plus. Enfin je préfère savoir que tu n’es pas trop loin et que tu restes blanche que de savoir que tu as bronzé en Irak. » Elle avait toujours préféré savoir son amie en sécurité plutôt que loin d’elle dans un pays qu’elle ne connaissait pas. La jeune femme n’avait jamais vraiment comprit pourquoi on allait faire la guerre dans ces pays alors qu’en réalité, à part le fait que l’on ait des intérêts économiques, rien ne nous obligeait à nous y rendre ou sinon, on ne le faisait pas pour la population en elle-même. Ce n’était pas qu’elle n’estimait pas le métier de sa meilleure amie ou ceux des soldats en général mais parfois, elle estimait que la cause n’était pas la bonne et ça l’ennuyait. Elle essayait cependant de ne pas y penser. Son amie adorait son métier et c’était au fond le plus important.



CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 25/07/2015
» Messages : 13368
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Jean Stone
» Âge : 26 ans, née un 14 février
» Schizophrénie : tessa (s. turner) & willow (e. watson) & eulalie (b. lively) & firmin (j. dornan)
() message posté Jeu 1 Juin 2017 - 10:44 par Autumn L. Schoemaker
Back Home
EXORDIUM.
Quand on part aussi loin durant quelques temps on est toujours content de rentrer chez soi, de voir des gens qu’on aime. Dès que je vois Raina, je me sens vraiment chez moi et dans ces moment-là, je me sens bien. Parfois, je me demande si je suis capable de vivre en colocation à cent pour cent. Ici comme je pars quand même assez souvent, c’est assez facile de vivre avec quelqu’un. Je suis même très heureuse quand je rentre à la maison. Mais vivre tous les jours non-stop avec une personne c’est totalement différent et n’ayant pas le caractère le plus facile à vivre, ça pourrait poser quelques problèmes. Comme ce n’est pas le cas, je suis vraiment contente de voir ma meilleure amie. Elle aussi, semblait heureuse de me voir.

« Pourquoi pas ! Je ne serais pas contre la présence d’un petit chien avec nous. On peut commencer à chercher si tu le souhaites ? » Ce n’est pas une mauvaise idée, j’y avais déjà pensé mais ne vivant pas souvent ici je ne pouvais pas l’imposer à Raina. La pauvre. Mais si nous sommes toutes les deux d’accord, autant en profiter et se faire plaisir. J’espérais juste qu’on pourrait prendre un petit chiot. Je les trouve tellement mignon et c’est plus agréable de le voir grandir. « Tu veux d’une race en particulier ? » J’étais déjà en train de m’imaginer avec un bébé chien dans les bras. Le plus drôle serait sans doute serait sans doute de lui trouver un petit nom bien sympathique. Mais il y avait plus important pour le moment que mes rêveries sur les petits chiots. Raina semblait avec des soucis avec son coéquipier. Enfin soucis n’est pas vraiment le mot adéquat. « Hum il y a eu du changement avec lui ? » J’avais parfois du mal à suivre et à comprendre son histoire avec lui. Après tout je ne suis pas toujours là pour suivre. Mais dès que je peux, j’essaye d’être présente pour Raina et l’écouter me parler de lui. Au moins je serai fixée sur leur histoire et je comprendrai un peu mieux où ils en sont. Les histoires d’amour ne sont pas vraiment mon fort. Je n’y accorde pas beaucoup d’importance non plus mais j’essaye d’aider mon amie comme je le peux. Je sais très bien que cette histoire est assez compliquée en plus.

Elle semblait ravie que je reste à Londres pour quelques temps. J’avais besoin de vacances et surtout de me retrouver chez moi sans devoir, encore une fois, tout quitter pour « sauver le monde ». Et je pense que passer un peu de temps avec ma meilleure amie, me ferait le plus grand bien. C’était difficile pour moi quand je rentre car je ne peux rien dire de ce que je fais. C’est pourquoi les conversations à mon sujet se finissent bien vite. Raina me fit bien rire avec sa réflexion sur les Bahamas. « C’est certain car crois-moi je pars pas sur des îles paradisiaques y a aucun problème de guerre là-bas ! » Ce serait bien plus agréable de quitter Londres pour aller prendre le soleil plutôt que de faire ce que je fais. Je passe mes journées dans les crasses, les véhicules militaires et les mecs. Beaucoup de filles rêveraient d’être à ma place et de passer toute la journée avec des hommes. Pourtant c’est pas la joie, beaucoup sont un peu « cons » et ils me fatiguent un peu même si l’ambiance est assez sympa. « Dis toi que si je pars pour bronzer, il y a de fortes chances pour que tu sois avec moi, allongée sur une plage au pied des cocotiers ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/10/2016
» Messages : 1049
» Avatar : Candice Accola
» Âge : 28ans
» Schizophrénie : Danielle Montgomery l'écolo
() message posté Mar 6 Juin 2017 - 16:54 par Raina Johnson


     

AUTUMN
&
RAINA
Welcome home, I missed you
Avoir sa meilleure amie comme colocataire était la meilleure chose du monde. Certaines personnes ne pouvaient pas vivre avec leur meilleur ami mais entre Autumn et Raina ça marchait bien, très bien même. Peut-être était-ce aussi dû au fait qu’elles ne se voyaient pas tout le temps non plus. Après tout, Autumn était souvent partie pour son travail et du coup, Raina se retrouvait toute seule. Elle n’en avait jamais voulu à sa meilleure amie mais parfois elle trouvait le temps long sans la voir. Elle avait beau faire de longues heures au travail, cela ne voulait pas dire que de retour à la maison, elle ne se sentait pas seule. Surtout que la personne avec qui elle aimerait se retrouver une fois sa journée finie n’est autre qu’un homme marié et que c’est complètement contraire à ses principes. Elle ne voulait pas briser un couple. Elle avait donc plusieurs fois pensé qu’un chien pouvait être une solution à ce manque de présence mais c’était la première fois qu’elle s’exprimait à voix haute sur le sujet. « Pourquoi pas ! Je ne serais pas contre la présence d’un petit chien avec nous. On peut commencer à chercher si tu le souhaites ? » Raina arqua un sourcil. Autumn était d’accord pour un chien ? Ce n’était pas qu’elle n’aimait pas les animaux, Raina savait que ce n’était pas ça mais elle n’avait pas pensé qu’elle serait d’accord sur le principe. « C’est vrai ? Tu veux bien d’un chien ? » Autumn avait l’air pour puisqu’elle continua sur le sujet. « Tu veux d’une race en particulier ? » Raina réfléchi laissant quelques secondes passer. Elle n’était jamais vraiment allée plus loin que l’idée très lointaine d’avoir un chiot pour penser à une race ou quoique ce soit à son sujet. « J’avoue que je ne sais pas vraiment. J’hésite entre en grand ou un petit. On a de la place pour les deux donc je sais pas vraiment. Tu as une préférence toi ? Tant que c’est pas un caniche, je suis presque d’accord avec tout. » [/color]Raina avait déjà eu une mauvaise expérience avec un caniche et elle n’était pas prête de recommencer. Surtout qu’elle ne trouvait pas ça beau comme chien et pourtant, elle n’était pas difficile à ce sujet là.
Elle avait parlé d’Alexis et savait que sa meilleure amie allait le relever bien qu’elle voyait parfois dans ses yeux qu’elle n’arrivait pas à tout suivre. Au fond, y avait-il vraiment quelque chose à suivre sur une histoire vouée à l’échec dès le début. « Hum il y a eu du changement avec lui ? » « Je suis allée chez lui l’autre jour pour fêter nos deux ans en tant que co-équipier. C’est sa femme qui a proposé que je vienne dîner, je ne pouvais pas refuser tu vois. Sauf qu’apparemment, ils ont des problèmes de couple et que bah c’est pas cool pour eux et en même temps, ça laisse de l’espoir non ? » D’accord ce n’était pas bien de penser de cette manière là et elle s’en voulait vraiment. Il était marié, avait deux petites filles aussi jolies qu’adorable et Johanna était une femme vraiment très gentille. Elle ne pouvait clairement pas penser que quelque chose pouvait arriver si ?

La conversation se décala alors sur le fait que la militaire n’était pas le moins du monde bronzé. Raina pensait que c’était mieux comme ça. Au moins, cela voulait dire qu’elle était en sécurité sous ses machines, enfin tant que l’une ne lui tombait pas dessus mais ça ne serait pas le cas, jamais. Sinon Raina ne sait pas ce qu’elle ferait.   « C’est certain car crois-moi je pars pas sur des îles paradisiaques y a aucun problème de guerre là-bas ! » Il sembla qu’un éclair de génie passa dans son cerveau. « Pourtant, ça pourrait être une idée. On devrait y penser tient. » En réalité, la jeune femme préférait qu’aucune guerre n’existe et que le monde soit un monde pacifiste sans problème mais soyons réaliste, ça ne serait jamais le cas. Et pourtant, qu’est ce qu’elle préférerait savoir son amie en lui sûr. Et puis, il y avait toujours l’Iran ou l’Irak où il faisait chaud avec une guerre en court mais elle refusait que sa meilleure amie aille là bas. Bien qu’elle n’aurait jamais son mot à dire là-dessus. « Dis toi que si je pars pour bronzer, il y a de fortes chances pour que tu sois avec moi, allongée sur une plage au pied des cocotiers ! » Elle sourit. « J’espère bien que je serais avec toi. Sinon je serais super vexée tu le sais ça. On devrait se programmer des vacances dans un pays chaud sur une plage de sable fin. Ca serait le pied justement.» Si elle ne travaillait pas le lendemain, Rain aurait été capable d’acheter deux billets d’avion direction le soleil, le sable et les cocotiers sans la moindre hésitation.


CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 25/07/2015
» Messages : 13368
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Jean Stone
» Âge : 26 ans, née un 14 février
» Schizophrénie : tessa (s. turner) & willow (e. watson) & eulalie (b. lively) & firmin (j. dornan)
() message posté Jeu 8 Juin 2017 - 7:54 par Autumn L. Schoemaker
Back Home
EXORDIUM.
A bien y réfléchir, j’aimais bien l’idée d’avoir un chien. Un peu de vie supplémentaire dans cette maison ne ferait pas de mal, loin de là. Nous vivons seules toutes les deux, sans enfants ni rien et un peu de mouvement ferait le plus grand bien. J’avais juste peur que pendant mes absences et les horaires compliqués de Raina, le chien se retrouve un peu trop souvent tout seul. Et si nous avions un chien, je ne veux surtout pas qu’il se sente rejeter et qu’il soit malheureux. Mais je ne pense pas que nous soyons les seules personnes à avoir des animaux sans pour autant être présentes à cent pour cent à la maison. Il existe toujours des solutions. « Oui bien sûr que je veux bien d’un chien. » Pourquoi ne voudrais je pas. Les animaux sont des êtres assez mignons en général et c’est très difficile de dire non. Surtout que la majorité d’entre eux nous rendent facilement l’amour qu’on leur donne.

J’éclatai de rire quand elle me confia qu’elle ne voulait pas d’un caniche. Pour être franche, je n’étais pas très emballée par ce style de chiens. J’ai toujours la vision de ceux dont les propriétaires les envoient dans des concours de beauté pour chien. Et au final j’ai plus envie de rire quand je les vois, plutôt qu’à les trouver beaux et même les câliner. Je me mis alors à réfléchir sur le genre de chiens que j’aimerais avoir. Je n’avais jamais pris le temps de penser aux animaux que j’aimerais avoir. Jeune, il y en avait souvent dans la maison familiale donc j’étais habituée à une présence animale. Mais de par mon métier, je n’avais jamais imaginé que je pourrais avoir des animaux, vu que je ne suis jamais là. Mais comme je ne vis pas seule, la possibilité d’un animal de compagnie se fait plus réelle. « Hum je ne suis pas fan des très gros chiens. Cependant je n’aime pas non plus les petits du genre des chiwawas, j’aurais trop peur de m’asseoir dessus parce que je ne l’ai pas vu. » Je me mis à rire en visualisant la scène dans ma tête. « Donc il ne reste plus qu’à trouver un chien de taille moyenne. » Dans ma tête je commençai à chercher les genres de chien que j’aimerais bien voir grandir à la maison. J’aimais beaucoup les beagles. Petits ou grands ils ont toujours une belle tête. Les Chow Chow aussi sont de beaux chiens mais à mon avis ils doivent trop perdre leurs poils. Mais comme Raina serait celle qui passerait le plus de temps, autant que ce soit elle qui choisisse.

La discussion finit rapidement par évoluer sur les garçons. C’est tellement classique quand les demoiselles parlent entre elles. Et Alexis, le collègue de Raina devint rapidement le sujet principal de la conversation. Je me demandais où elle en était avec ce garçon. Il est marié et donc la situation est tout de même complexe. A sa place j’aurais bien vite laissé tomber. C’est peut-être pour ça que ma vie sentimentale est désastreuse. « Tu te rends compte qu’il a une famille et que des enfants seront malheureux si le couple lâche ? » Je comprenais devant son espoir qu’elle était vraiment attirée par lui. Mais n’ayant jamais connu mes parents biologiques j’aimerais pouvoir avoir une vraie famille et imaginer qu’ils puissent briser leur famille ne me plaisait pas vraiment. Cependant je voulais que ma meilleure amie soit heureuse et si ça devait être avec son coéquipier, je l’accepterai.

« Il y a déjà assez de zones de conflits dans le monde que pour que les seuls endroits de libertés deviennent l’opposé de ce qu’ils sont…. » Parfois je rêvais à une paix éternelle sur terre. Ou tout serait moins compliqué qu’en cette heure. Je pourrais passer beaucoup plus de temps dans cette ville qu’à l’étranger. « Ca donne trop envie rien que d’y penser. Elles sont programmées quand tes prochaines vacances ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/10/2016
» Messages : 1049
» Avatar : Candice Accola
» Âge : 28ans
» Schizophrénie : Danielle Montgomery l'écolo
() message posté Lun 10 Juil 2017 - 7:19 par Raina Johnson


     

AUTUMN
&
RAINA
Welcome home, I missed you
Avoir un chien était une idée de longue date pour Raina. Elle se disait que ça leur ferrait de la compagnie et étant célibataire que c’était aussi un moyen d’avoir des câlins lorsqu’elle était en manque d’affection. Cependant, elle n’avait jamais osé le proposer à Autumn. Pas que ça lui fasse peur ou qu’elle soit persuadée qu’elle dirait non mais plus parce qu’elle ne savait pas si c’était une bonne idée. L’une et l’autre étaient souvent absentes pour le travail et il y avait parfois personnes à la maison pendant des heures. Peut-être même une journée lorsque Raina était appelée en renfort sur certaines situations. Elle ne voulait donc pas avoir un chien qui se sente seul car ce n’était clairement pas son envie d’avoir un chien malheureux. Elle avait donc parlé plus vite que ce qu’elle avait voulu ou réellement pensé mais était contente qu’Autie soit de son avis. Au moins, elle se sentait moins seule. Le choix du chien était désormais le seul problème qui restait. Raina n’avait pas spécialement de préférence sur quelle race choisir. A part qu’elle n’aimait pas les caniches et les chihuahuas sans poils, tout lui allait plutôt pas mal. Son amie avait l’air un peu plus exigeante ce qui en soit ne la dérangeait pas. Elle rit aussi lorsqu’elle lui dit qu’elle avait peur de s’assoir sur le chien s’il était trop petit. « Pauvres chihuahuas, ceux avec des poils sont mignons mais je peux comprendre. Après, je n’ai pas vraiment de préférence. Il faudra juste que l’on trouve le chien qui nous correspondent le plus ou alors celui sur qui on craquera.» Connaissant la jeune femme, elle était capable de se décider pour un chien puis préférer un autre rien que parce qu’il l’aurait regardé avec ses jolis yeux. Elle s’attachait un peu trop vite parfois, surtout avec les animaux bien qu’elle n’en ait jamais eu, ne se sentant pas vraiment prête pour. Plus jeune elle n’avait pas le temps de s’en occuper, toujours à droite à gauche sur des tournages, désormais, elle avait plus de temps alors pourquoi pas.

Lorsqu’elle parla d’Alexis, Raina secoua la tête. Elle savait ce que ressentait sa meilleure amie. Pas parce qu’elle avait vécu la même chose mais parce qu’elle lui avait expliqué. Elle s’en voulu du coup de lui parler de ça. Elles ne pourraient pas être sur la même longueur d’ondes. « Oui je sais mais j’y suis pour rien sur leur couple semble ne pas aller. » Bon certes, elle n’était pas non plus convaincue. Elle n’y était certes pour rien là-dedans mais il fallait avouer qu’elle se réjouissait un peu de la chose, chose qu’elle savait était mal. Ils avaient des enfants après tout et ne voulait pas briser leur famille. Et puis ce n’était pas de sa faute. « Bon en même temps, j’espère vraiment pas pour leurs petites filles. Elles sont vraiment trop mignonnes et ce ne serait pas cool pour elles qu’ils se séparent.» Elle avait beau avoir des sentiments pour son co-équipier, elle savait que c’était mal, surtout avec deux petites puces qui préféraient que leurs parents restent ensemble.

Elle sourit. Certes la réponse de son amie n’était pas très positive et elle-même le savait très bien. Elles étaient après tout, toutes les deux au-devant des choses même si ce n’était pas au même endroit. « Oui oui mais au moins tu serais moins pâle. » disait celle qui était tout aussi pâle que son amie. Elle n’était pas bronzée le moins du monde mais ça ne la dérangeait pas. Bien que parfois, elle aurait aimé avoir une peau auburn. La conversation dériva alors sur les prochaines vacances qu’elles auraient. Il faudrait qu’elles les passent au soleil. Elle réfléchit lorsqu’elle lui demanda ses prochaines vacances. Elle ne se souvenait pas d’en avoir posé pour le moment. C’était un peu trop chargé avec tout ce qui se passait autour d’eux. « J’avoue que je ne sais pas vraiment. En ce moment, on sait vraiment la veille pour le lendemain si l’on travaille mais je crois que je ne travaille pas quelques jours la semaine prochaine, ça pourrait être déjà ça de pris ? » Partir en vacances juste pour quelques jours ne dérangeait pas Raina. Tant qu’elle pouvait partir et s’arranger avec l’association pour qu’il y ai quelqu’un, tout allait bien. Par contre, il fallait qu’elle pense à regarder quand est-ce qu’elle pourrait avoir plus que quelques jours. Elle espérait que ça ne tomberait pas quand son amie serait de nouveau au travail. Elles ne se voyaient déjà pas tellement mais en plus, ayant toutes les deux des métiers qui étaient plus dû au fait que l’on ait besoin d’elle qu’autre chose, c’était encore moins facile. Elles ne pouvaient pas se dire tient, quand tu es en vacances, je prends aussi les miennes. C’était tellement aléatoire que c’était dommage.


CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Back Home | Raina
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» RAVEN&CLAY ∞ « It's time to go back home »
» Come Back Home ! [pv Morwen]
» Our way back home [Grace]
» [n°7] Back Home
» I'm Back Home... } Regina & Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-