Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Come on, you drink like a little girl (Jake)

avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 24/04/2016
» Messages : 1069
» Pseudo : endless wildones
» Avatar : arielle vandenberg
» Âge : 28 years of pizzas
» Schizophrénie : babi j. costigan (o.wilde)
# Come on, you drink like a little girl (Jake)
message posté Sam 25 Fév - 0:18 par Romy J. Teller

i'm gonna get all uncomfortable and probably male some stupid joke Les années avaient passé, mais nous étions tous les mêmes. Au fond. Quelque part. Personne ne change. Il suffit d'un sentiment, d'une vision pour nous plonger dans le passer. Pour revivre les moments et voir les images se succéder sous nos yeux. Ce soir, nous en étions conscients. Nous y sauterions les deux pieds joins dedans. Et j'avais hâte. Hâte de retrouver celle que j'étais. Parce qu'elle cette Romy là n'avait pas le coeur comprimé par l'amour. Par l'attente d'un être qui pourrait tout chambouler. Le soleil n'est jamais seul. Il est toujours suivi de nuage. Je levais le visage vers le ciel en plissant les yeux pour regarder la boule de feu. Je cherchais les nuages dans les cieux incertains. Et il suffisait que je tourne la tête vers la droite pour les voir arriver sur leurs montures blanches. Le ventre arrondis. Je soufflais en secouant la tête. Le vent venait secouer mes boucles blondes pour oublier. L'espace d'un instant. D'une soirée. Je serrais les bretelles de mon sac à dos en espérant voir son visage sortir à travers la fenêtre, mais je ne voyais que la fumée. Je soupirais en ouvrant le coffre de la voiture. Je jetais mes affaires à l'arrière avec une nonchalance indéniable puis je me mettais en route. Tant pis pour toi Vince. T'es con je montais le son de la musique et lorsque je perçu la mélodie du saxophone, je souriais sans m'en rendre compte. C'est lorsque j'entraperçus mon reflet dans le rétroviseur que je fronçais les sourcils, comme me persuader à moi-même que j'étais capable de lui en vouloir et de l'oublier. D'un geste brute, je jetais la clé usb dans la boite à gant et mit une station de radio au hasard. C'est sur une chanson populaire que j'arrivais au lieu de rendez-vous. Jake était déjà là. Propre sur lui. L'allure sculptural adossait contre le mur avec deux cafés à la main. Je riais en me garant. Avait-il si peur que mon intervention l'entraine de nouveau dans les couloirs blanchâtres de l'hôpital ? Je claquais la porte du coffre en enfilant mon sac à dos sur mon épaule. J'espère que ce café et pour moi et que tu n'attends personne d'autre. Sinon je risquerais de te jeter des cacahuètes dessus. Je suis une fille dangereuse tu sais soufflais-je en haussant la tête, l'air convaincu. Mais je ne l'étais pas. Mes mots n'avaient aucune crédibilité. Je déposais un baiser sur sa joue tout en prenant le gobelet fumant entre mes doigts. Il était bientôt 17heures, mais j'avais besoin de sentir l'effervescence de la caféine couler dans mes veines. Mais qu'est-ce que t'as mis dedans. Ca arrache je fis les gros yeux en avalant la gorgée. Ce n'était certainement pas du café. Mais de l'alcool. Monsieur avait déjà l'âme en fête Essayerais-tu de fausser la mise.T'es qu'un tricheur Cavendish je tapotais son torse, mais je pris une nouvelle gorgée. Crame moi les neurones, je t'en pris. Comment tu veux que je me serve de ce que dame nature m'a donné pour attirer des voitures. Je fais pas le trajet jusqu'au campus à pied. Sinon tu me portes sur ton dos. je lui fis un clin d'oeil en m'approchant de la chaussez. Lèves la tête. Sors les pecs. On sait jamais. De nous jours, les gens sont ouverts à tout, attends j'ai une idée, ça devrait les attirer je cherchais ma bouteille d'eau dans mon sac pour en renverser sur son tee-shirt blanc, laissant entrevoir le dessein de sa musculature. même moi je m'arrêterais. Rends-moi fière. C'est pour le bien de la collectivité. J'suis attendue moi à cette soirée .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.
» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 12553
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : 30, didn't have a choice
» Schizophrénie : Riley & Peter & Diana & Alexander
# Re: Come on, you drink like a little girl (Jake)
message posté Dim 26 Fév - 17:08 par Jake O. Cavendish
Whenever people agree with me I always feel I must be wrong. ✻✻✻ Alors qu’il relit en diagonale sa conversation par sms avec Romy, afin de retrouver l’heure de rendez-vous, il ne peut s’empêcher de sourire. Malgré les piques qu’elle lui lance sans arrêt, et auxquelles il ne manque pas de répondre, Jake est heureux que Romy soit de retour dans sa vie. Comme avant. Le temps a passé depuis l’époque où ils étaient ensemble à l’université, mais elle ne semble pas avoir changé. Romy est toujours Romy. Et Jake a l’impression d’être à nouveau le Jake de l’université quand il est avec elle. Ou même quand il l’écoute à la radio, quand il pense à l’allumer quand il est chez lui à l’heure de diffusion. Ou simplement au travers de quelques sms. Romy est Romy, et sa folie et ses conneries avaient manquées à Jake. Même s’il est hors de question de le lui avouer. Il en entendrait parler pendant des années.
Arrivée en avance au point de rendez-vous, et constatant que Romy n’est pas encore là, Jake décide d’entrer pour commander les cafés avant qu’elle n’arrive. Deux cafés noirs, sans tout ce que Starbucks peut trouver à rajouter, alors que le café suffit. Une fois dehors, un gobelet dans chaque main, Jake regarde à droite, puis à gauche. Toujours pas de Romy en vue. Et il a une idée en tête à laquelle il n’a pas tellement envie de résister. Il superpose les gobelets pour en ouvrir un, et faire couler un peu de whisky de la flasque qu’il avait emporté pour plus tard. Dans l’autre, il en met un peu plus, le réservant à Romy. Puis il range la flasque, et reprend sa position, adossé contre le mur adjacent au café. Comme si de rien n’était. Avec Romy, mieux vaut attaquer dès le début, et avoir plusieurs coups d’avance. Il l’a appris, à ses dépens, à l’université. Que ça soit en soirée, ou même parfois dans les couloirs entre deux amphis.
Heureusement, les cafés n’ont pas le temps de refroidir qu’il aperçoit Romy arriver. Il se redresse quand elle arrive à son niveau. « J'espère que ce café et pour moi et que tu n'attends personne d'autre. Sinon je risquerais de te jeter des cacahuètes dessus. Je suis une fille dangereuse tu sais. » S’il ne la connaissait pas, il pourrait croire qu’elle tient à tout prix à l’empoisonner. Après tout, elle a déjà essayé le faire, même si ce n’était pas volontaire. « Qui aurait pu croire que de si terribles menaces puissent sortir d’une si jolie bouche ? » Romy a beau être féminine en apparence, il suffit qu’elle parle pour que cette impression change. Elle n’a rien d’une femme normale, et c’est sans doute pour ça que Jake l’apprécie tant. Jake lui tend le gobelet qui se trouve dans sa main gauche, et l’observe avant de commencer à boire. La surprise dans son regard ne tarde pas. L’effet qu’a l’alcool quand on ne s’attend pas à en boire. « Mais qu'est-ce que t'as mis dedans. Ca arrache. » Il sourit, avant d’en boire une gorgée à son tour. En effet, c’est fort. Mais autant bien commencer la soirée. Surtout que la réunion d’anciens élèves risque de ne pas être très animée. Jake n’avait pas prévu d’y aller, avant que Romy le lui propose. Il avait reçu l’invitation, et l’avait posée quelque part, sans s’y attarder. « Essayerais-tu de fausser la mise.T'es qu'un tricheur Cavendish. » Tout de suite. Il en a mis dans son gobelet aussi, donc ce n’est pas de la triche. « Je pensais juste qu’un irish coffee te ferait plaisir. » Au goût, ce n’est pas terrible comme mélange, mais ça fait son effet.
« Comment tu veux que je me serve de ce que dame nature m'a donné pour attirer des voitures. Je fais pas le trajet jusqu'au campus à pied. Sinon tu me portes sur ton dos. » Cela n’aurait-il pas été plus simple de se retrouver là-bas ? Mais Jake n’est pas du genre à refuser un défi. Encore moins quand celui-ci est proposé par Romy. C’est son honneur qui est en jeu. « Lèves la tête. Sors les pecs. On sait jamais. De nous jours, les gens sont ouverts à tout, attends j'ai une idée, ça devrait les attirer. » Il n’a pas le temps de réagir qu’elle sort une bouteille de son sac et l’asperge d’eau. « Hééé ! » Le printemps a beau arriver, il ne fait pas non plus si chaud. « Même moi je m'arrêterais. Rends-moi fière. C'est pour le bien de la collectivité. J'suis attendue moi à cette soirée. » Il avait presque oublié à quel point Romy pouvait être chiante quand elle s’y mettait. D’un côté, c’est lui qui a lancé les hostilités, mais il est certain que ça ne l’aurait pas arrêté. « Si tu voulais me voir à poil, suffisait de demander Romy ! » Forcément qu’il peste un peu, mais ça ne dure pas longtemps.
Rapidement, il se met sur le bord de la route, lui aussi, et tend son pouce pour faire signe aux voitures. Il n’a pas fait ça depuis des années, et, miraculeusement, il ne faut pas longtemps avant qu’une voiture ne s’arrête. La fenêtre se baisse, et Jake se penche vers le conducteur. Un homme, forcément. « Bonjour ! On doit aller à l’université, au nord de Londres. Vous nous emmenez ? » Autant rester sobre pour l’instant. « Pas ma direction, désolé. » Jake tourne la tête un instant, se demandant s’ils se sont mis du bon côté de la route pour ça. Il n’en sait rien, il n’a jamais fait de stop en plein centre de Londres. Ça doit être assez inédit. « Vous pourriez faire un effort ! Ma copine, là, elle saura vous en remercier. Elle est très douée de ses dix doigts. » Il désigne Romy, et l’homme la détaille depuis son siège. Jake espère qu’il refusera, parce que ça serait vraiment étrange sinon. Et il ne voudrait pas non plus faire ça à Romy. La voiture redémarre, sans réponse supplémentaire. « Il faut croire qu’il n’a pas aimé ce qu’il a vu. Je t’avais pourtant dit de sortir ton décolleté. » Dit-il en haussant les épaules. « Pourquoi on ne prend pas un taxi ? » Ça irait nettement plus vite.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 24/04/2016
» Messages : 1069
» Pseudo : endless wildones
» Avatar : arielle vandenberg
» Âge : 28 years of pizzas
» Schizophrénie : babi j. costigan (o.wilde)
# Re: Come on, you drink like a little girl (Jake)
message posté Sam 11 Mar - 23:21 par Romy J. Teller

i'm gonna get all uncomfortable and probably male some stupid jokeLes années n'avaient pas effacé mes habitudes. L'aiguille semblait s'arrêter sur le cadran lorsqu'il s'agissait d'arriver à l'heure convenue et comme par magie, le temps recommençait à courir une fois que j'arrive. Je cours après le temps, je suis loin de tout. On m'appelle l'ovni  Les cheveux au vent, l'allure droite et conventionnelle, je posais mon regard vermeille sur sa stature impressionnante. Jake était déjà là, c'était son habitude à lui. Etre à l'avance. A l'heure. Il semblait libre, soucieux d'aucunes contraintes. D'un pas léger et rieur, je me postais à ses côtés. Sans aucune gène, j'attrapais l'un des gobelets encore chaud. Le café était notre dope l'odeur des grains torréfiés s'enlisait dans mes narines avec voluptés et la rudesse de l'hiver ne semblait plus aussi froide. « Qui aurait pu croire que de si terribles menaces puissent sortir d'une si jolie bouche ? » je souriais en me penchant pour le bousculer d'épaule à épaule. et qui aurait cru que mes lèvres d'obsédereraient encore aujourd'hui. Faut passer à autre chose mon vieux riais-je en embrassant la douceur de l'instant dans un clin d'oeil. Si nous nous étions éloignés après les bancs de la faculté, notre relation n'avait pas changé. Elle était intacte, emplit de taquineries et de rires. Mes journées et mes nuits auraient été ternes et taciturnes sans son sourire plein de dents. Me fait pas ton regard qui tue comme tchikita. T'as pas les cheveux longs comme Nikita. soufflais-je en secouant ma chevelure blonde sans un élan de féminité qui filait sur mon derme. Autant dire que ce genre de démonstration n'était pas pour moi. Alors, je me retournais pour tenter d'éjecter les quelques mèches qui s'étaient coincées dans ma bouche avec discrétion. Try again  ce genre de parade n'était pas pour moi également. Je pris une longue lampée de café mais l'acidité du liquide me pris par surprise. Je portais une main contre ma gorge pour soulager la brûlure passagère. « Je pensais juste qu’un irish coffee te ferait plaisir. » je tournais le visage vers le sien en toussotant. j'étais pas prête pour ça.  alors je pris une autre gorgée avec un regard emplit de défit Je constate que t'as pas changé. T'es un petit joueur  d'une main sûre, j'allais chercher sa flasque dans la poche intérieure de sa veste. Il était ce genre de personne. Prévisible.
Outre la question de l'alcool, nous avions une mission. Arriver à la faculté, sain et sauf, si possible, avec toutes nos dents. Bien sûr, prendre une voiture, le bus, un taxi aurait été trop simple. Nous étions des journalistes, l'action courrait dans nos veine. Bien entendu, le facteur chance n'était pas étrangé à notre bonne fortune. J'attrapais ma bouteille d'eau, le bouchon entre les doigts, je fis couler la Cristaline sur son tee-shirt. Sa musculature saillante apparaissait à travers le tissu et je pris un instant pour apprécier l'oeuvre de dieu. Je te remercie toi là haut « Hééé ! Si tu voulais me voir à poil, suffisait de demander Romy !  » je lui fis un clin d'oeil en haussant une épaule, le visage posait dessus. C'est le seul moyen que j'ai trouvé, je suis une grande timide tu sais. Puis me dis pas que tu payes un abonnement exorbitant à la salle pour cacher tout ça, maintenant, soit beau et tais-toi. Je m'occupe du relationnel. C'est fait pour ça une si jolie bouche pour autant, Jake prenait les devants. Je pris une nouvelle gorgée de café et encore une fois je fus surprise par l'alcool. Cette fois-ci, j'avais peut être forcée sur la dose. mais que jeunesse se fasse comme on dit ses essais n'était pas concluant. Un petit sourire se dressait sur le coin de mes lèvres. Les hommes auront toujours besoin des femmes. Conquérante, j'approchais en posant ma main sur le bras de Jake pousse-toi je gère « Vous pourriez faire un effort ! Ma copine, là, elle saura vous en remercier. Elle est très douée de ses dix doigts. »   mes ses si jolies lèvres s'étaient ouvertes avant que je ne prenne le relais. J'agitais mes doigts dans un vil espoir, mais le conducteur était déjà parti. « Il faut croire qu'il n'a pas aimé ce qu'il a vu. Je t'avais pourtant dit de sortir ton décolleté. Pourquoi on ne prend pas un taxi ? » je levais les yeux au ciel tout en terminant mon café. parce que ça serait trop simple. dis-je comme si cela était une évidence. Laisses faire l'experte babe  je lui tendis le gobelet vide pour tirer sur mon tee-shirt et trafiquer mon soutien gorge pour donner une allure plus pulpeuse à ma poitrine. Je me postais sur la route en tendant le pouce à qui veut bien le voir. Une voiture s'approcha alors du trottoir sur lequel nous étions posté. La vitre descendit, je me penchais en passant une main dans mes cheveux, cependant, je remontais tout le matériel en voyant la passagère Bonsoir monsieur, madame.  Je sais bien ce que vous vous dites. Encore des auto-stoppeurs. Mais monsieur, aujourd'hui je fais appel à votre bonté. A votre coeur. Vous voyez cet homme qui a l'air un peu perdu. On s'enfuit au nom de l'amour et dans la précipitation nous avons tout oublié. Argent, papiers, notre avenir repose sur vos épaules. S'il vous plait, nous avons besoin d'aller à l'université.  je papillonnais des cils et c'est la femme du conducteur qui pris la parole Montez. On va vous mener. Philippe, je t'interdis de râler. Si tu prenais exemple sur leur fougue, on économiserait des séances chez la sexologue. je regardais Jake en faisant les gros yeux, mais au moins nous avions réussi. Come on baby.  La femelle a réussi   et d'un mouvement de tête, je l'invitais à prendre place. Racontez-moi tous les jeunes. J'adore les histoires d'amour. l'espace d'un instant, je fis les gros yeux, puis j'attrapais la main de Jake dans la mienne Je t'en pris Jake, tu la racontes si bien



hs: désolé pour la référence, je me respecte pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.
» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 12553
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : 30, didn't have a choice
» Schizophrénie : Riley & Peter & Diana & Alexander
# Re: Come on, you drink like a little girl (Jake)
message posté Sam 29 Avr - 17:44 par Jake O. Cavendish
Whenever people agree with me I always feel I must be wrong. ✻✻✻ Les années ont passées, mais, entre eux, rien n’a changé. Quand il est avec Romy, Jake est à nouveau celui qu’il était quand il avait vingt ans. Il se laisse entraîner dans la folie de la jeune femme, et rien ne pourrait lui faire davantage plaisir. Parce qu’il savait à l’avance qu’elle allait attaquer fort – et il avait raison – il avait anticipé un coup d’avance. Le café qu’il lui donne contient de l’alcool, et il s’amuse de la réaction de Romy. « j'étais pas prête pour ça.  Je constate que t'as pas changé. T'es un petit joueur » Bien sûr, elle contre-attaque en venant lui prendre sa flasque, mais il n’empêche qu’il reste fier. Il a réussi à la surprendre, il n’a pas perdu la main finalement.
Sauf qu’il ne faut pas longtemps pour que ça soit le tour de Romy de le surprendre, en l’aspergeant d’une bouteille d’eau entière. Mais comment aurait-il pu s’y attendre ? Il faudrait se méfier de tout quand il est avec elle. Il ne sait pas s’il a perdu l’habitude ou bien si c’était toujours ainsi avec elle. Mais ça ne le dérange pas. Pire des cas : il risque un rhume. Rien de dramatique. Et s’il se plaint, c’est avec le sourire, et conscient que Romy ne changera jamais. Et en ça, il est reconnaissant. « C'est le seul moyen que j'ai trouvé, je suis une grande timide tu sais. Puis me dis pas que tu payes un abonnement exorbitant à la salle pour cacher tout ça, maintenant, soit beau et tais-toi. Je m'occupe du relationnel. C'est fait pour ça une si jolie bouche » C’est tout Romy. Elle lui fait des compliments, tout en restant elle-même. En soi, ça pourrait lui faire plaisir. Ça fait toujours plaisir quand quelqu’un remarque ses abdos, même s’il ne les travaille pas pour ça. Sauf qu’il faut aussi qu’il prouve à Romy qu’il n’est pas que ça. Son premier essai pour convaincre un conducteur ayant accepté de s’arrêter est plutôt catastrophique. Enfin c’était la faute de l’homme aussi. Sûrement marié ou effrayé que Romy soit une prostituée. Ou les deux. Le résultat est le même, la voiture repart, et Jake a raté son coup. Et il n’a pas le temps de faire une autre tentative que, déjà, Romy prend le relai. Il ne faut pas longtemps pour qu’une autre voiture s’arrête, et Jake observe Romy changer de stratégie quand il s’avère que la passagère est une femme. Au lieu de montrer sa poitrine, elle invente une histoire à l’eau de rose. Il ne peut se retenir de lever les yeux au ciel quand ça fonctionne. Forcément, il faut que ça soit elle qui réussisse. Il n’a pas fini d’en entendre parler.
« Come on baby.  La femelle a réussi » Et voilà que ça commence déjà. Ils montent dans la voiture et, à peine celle-ci redémarre-t-elle que la passagère les interroge sur leur histoire, visiblement frustrée par sa relation à elle. « Je t'en pris Jake, tu la racontes si bien » C’est elle qui invente qu’ils sont en couple, et c’est à lui d’en rajouter, bien sûr. En vérité, ça l’amuse, et surtout s’il peut se venger un peu. Parce que finalement, ce n’est que ça entre eux deux ; des vengeances perpétuelles. Un cercle vicieux duquel ils ne veulent pas sortir, même s’ils seraient sûrement assez matures pour le faire maintenant. Mais ce n’est pas l’objectif. Avec Romy, Jake profite de pouvoir être immature. De ne pas être l’adulte qu’il a dû devenir. « Oh c’est pas bien compliqué comme histoire. Au départ, j’étais avec sa sœur, et puis j’ai craqué. Pourtant, sa sœur est plus belle, mais vous savez, l’alchimie, ça s’invente pas. Du coup, sa sœur nous déteste, mais on ne choisit pas qui on aime hein ? » Commente-t-il, un sourire aux lèvres alors qu’il passe un bras autour des épaules de Romy. Pas facile de faire une histoire pas trop moche tout en se moquant d’elle. « Quand l’amour frappe à notre porte, comment résister ? » Et le voilà qui frotte doucement sa tête contre celle de Romy. Le mari n’a pas l’air bien convaincu, mais sa femme, si. Au moins une. « Vous avez de la chance de vous être trouvés. L’important, c’est votre amour, ne laissez pas la société vous dire que c’est mal. Ou votre sœur, elle finira bien par trouver son amour elle aussi. » Le pire, c’est qu’elle y croit complètement. Sa vie doit vraiment manquer de piment, pour qu’elle s’investisse autant. « Et surtout, ne laissez pas la flamme s’éteindre. Après, ça sera trop tard… » Elle lance un regard à son mari, et celui-ci lève les yeux au ciel. Ça ne doit pas être facile tous les jours chez eux. « Oh non, ne vous inquiétez pas pour nous. Ma Romy a un appétit sexuel… j’vous raconte même pas. Je suis un homme chanceux. » Mince, voilà qu’il lui fait presque un compliment. Il faut bien vendre leur histoire, le temps que la voiture les amène à destination. « Vous savez, c’est mon anniversaire aujourd’hui. Je ne sais même pas où elle m’emmène au final, mais je suis sûr de ne pas être déçu. » Autant que Romy participe un peu, il fait tout le boulot là.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Come on, you drink like a little girl (Jake)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» Businessmen they drink my wine, Plowmen dig my earth[Topic sons of]
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster-