Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)

avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
message posté Lun 6 Mar - 13:48 par Tulasi N. Kapoor
it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep.
Peter & Tulasi

Then stop trying to throw logic at nightmares. Sometimes the monsters are real, Anita. Sometimes they're real and the only way to defeat them is to be the bigger monster.. ✻✻✻ Elle avait cette désagréable impression d'être suivie depuis plusieurs minutes, c'en était particulièrement oppressant. La sensation d'être épiée devenait omniprésente et pourtant elle ne distinguait personne dans la pénombre, dès qu'elle se retournait elle n'assistait qu'au spectacle désolant que lui offrait plusieurs poubelles entassées dans une ruelle vide. Elle ne distinguait pas le moindre col de manteau, pas le moindre bout de visage, pas la moindre main ni la pointe d'une chaussure dépassant de derrière le mur, absolument rien qui ne pouvait justifier qu'elle se sentait épiée, suivie. Et pourtant Tulasi s'évertuait à accélérer le pas pour rejoindre son domicile, même si elle n'avait aucune idée d'où elle se dirigeait, cette ruelle elle ne la reconnaissait pas. « Tulasi chérie, attends nous. », elle aurait du prendre la fuite en courant mais elle se stoppa net pour faire face à trois personnes qu'elle connaissait depuis des années maintenant, ses parents et son mari. « Nous sommes venus te chercher, tu rentre avec nous à Delhi. », la jeune femme fit quelques pas en arrière en voyant sa famille s'approcher avec hâte « non, je ne veux pas ! je ne veux pas », les doigts serrés de son mari autour de son poignet lui faisaient un mal de chien, il serrait beaucoup trop fort alors qu'elle se débattait en vain pour s'échapper de son emprise, elle ne voulait pas retourner en Inde. Cherchant une issue de secours, elle tourna la tête, focalisant son regard sur une personne qui venait d'apparaître miraculeusement « Peter, aide moi ! », puis le néant. 
La jeune indienne se réveilla en sueur, la respiration haletante, elle venait de faire un cauchemar, elle essayait de se le répéter en boucle mais elle restait paralysée au fond de son lit, son souffle maintenant coupé, en proie à une profonde panique. Depuis quelques temps ces cauchemars au sujet de sa famille devenaient de plus en plus nombreux, se répétant presque toutes les nuits, mais elle continuait de se persuader qu'ils ne finiraient pas par devenir réels, jamais, elle était en sécurité maintenant qu'elle était à Londres. ou pas. Peut-être que ses parents savaient qu'elle se trouvait dans la capitale du Royaume-Uni, et peut-être étaient-ils déjà dans le premier avion pour venir la chercher. « Peter. », elle se souvenait de l'avoir appelé dans son cauchemar, il était le seul à pouvoir lui venir en aide, elle ne savait pas comment mais elle était persuadée qu'il était le seul. Il était toujours là pour elle, non ? Complètement déboussolée, sans faire attention à son réveil qui affichait trois heures  du matin passé, elle se contenta d'enfiler un long manteau par dessus sa nuisette et des escarpins avant de sortir de son appartement et de grimper dans sa voiture. C'était idiot, elle aurait mieux fait de se rendre dans sa cuisine, de prendre un verre d'eau et de tenter de retrouver un semblant de calme plutôt que se mettre dans tous ses états juste à cause d'un cauchemar, mais quand ledit cauchemar concernait sa famille elle ne pouvait s'empêcher de paniquer, la peur venait la ronger. Arrivée devant le domicile de son ami, elle tambourina à la porte sans songer une seule seconde qu'elle allait le tirer de son sommeil « Peter, ouvres moi ! »
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


@Peter Montgomery
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5636
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
message posté Dim 12 Mar - 7:40 par Peter Montgomery
You learned to run from what you feel, and that's why you have nightmares. To deny is to invite madness. To accept is to control. ✻✻✻ La lumière de la lampe de chevet éclaire d’un halo la chambre et le livre ouvert. Sur les lignes noires, se déroule l’histoire d’un hobbit parti vivre une aventure incroyable pour sauver le monde. On peut y lire les rencontres qu’il fait, les maladresses qu’il collectionne, et surtout le courage dont il fait preuve. Cela faisait des années que Peter avait envie de relire les livres du Hobbit et du Seigneur des Anneaux, sans jamais se lancer par manque de temps. Il les avait pourtant dévorés au lycée, mais il pouvait y passer la nuit entière, ou tout un weekend. A une époque où il n’avait pas autant de responsabilités, voire aucune. Finalement, il avait sorti le premier tome de son placard, une nuit d’insomnie, et il avait commencé à lire, petit bout par petit bout, dès qu’il a un peu de temps devant lui.
Embarqué dans les aventures de Bilbo, Peter n’entend pas les petits pas derrière la porte, et sursaute quand celle-ci s’ouvre soudainement. Beth passe la tête dans l’entrebâillure, et Peter sourit en poussant un soupir. Elle est censée dormir depuis longtemps déjà, surtout qu’elle a école demain. Mais elle n’arrive pas à dormir, qu’elle dit d’une petite voix. Pas besoin qu’elle le dise, Peter sait ce qu’elle veut. « Allez viens. » Pas besoin de lui dire deux fois. La petite fille grimpe dans le lit, directement sous la couette. Peter referme le livre après y avoir mis un marque-page. Il aurait pu continuer de lire encore un moment, mais tant pis. Il appuie sur l’interrupteur, et vient envelopper sa fille entre ses bras rassurants. Elle ne tarde pas à s’endormir, et il la rejoint rapidement.
Ce sont des bruits sourds qui le tirent du sommeil. Doucement d’abord, puis tout d’un coup. Il se redresse, essayant de savoir d’où vient le bruit. Incapable de le savoir, il finit par se lever, sans allumer la lumière. Il referme doucement la porte pour éviter de réveiller Beth, toujours endormie. Ce n’est qu’une fois dans le couloir qu’il comprend qu’il s’agit de quelqu’un qui frappe à la porte. Ou plutôt, qui tambourine. Il regarde l’heure sur la télévision en passant dans le salon. Un peu plus de trois heures du matin. Il croit entendre une voix aussi, mais est bien incapable de savoir qui cela pourrait bien être. Surtout si tard. Ou tôt, ça dépend du point de vue. Pieds nus, simplement vêtu d’un pantalon de toile et d’un t-shirt, Peter atteint finalement la porte. Il garde la sécurité, et entrouvre seulement la porte d’abord. « Tulasi ? » S’étonne-t-il, avant de rabattre la porte pour l’ouvrir entièrement. Il se frotte l’œil, se demandant s’il n’est pas en train de rêver. Presque, il comprendrait qu’un dragon ou Gollum débarque derrière elle. Mais non, c’est juste Tulasi. « Qu’est-ce  que… ? Qu’est-ce que tu fais là ? » Pas facile de formuler une phrase entière alors qu’il est tiré des bras de Morphée. Il est surpris de la trouver ici, mais la surprise laisse place à l’inquiétude alors que son esprit encore embrumé déchiffre l’expression sur son visage. Elle a peur. « Entre, ne reste pas là. » Elle non plus n’est pas très habillée, et a peut-être réveillé les voisins. Mieux vaut qu’elle entre, surtout si elle ne va pas bien. Peu importe l’heure qu’il est.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
message posté Sam 18 Mar - 15:28 par Tulasi N. Kapoor
La peur s'était emparée d'elle sans qu'elle ne puisse riposter, lorsqu'il s'agissait de sa famille elle n'arrivait pas à lutter contre les sentiments désagréables qui s'emparaient de son esprit, elle était incapable de faire le vide dans sa tête et de réfléchir de manière logique. Ce n'était pourtant qu'un cauchemar et elle en avait parfaitement conscience, mais il lui avait parut si réel, si plausible, parce que le soucis résidait dans le fait que ce cauchemar pouvait se réaliser du jour au lendemain, il leur suffisait de trouver son adresse. Elle était sur Londres depuis plusieurs mois maintenant mais ça ne l'empêchait pas d'être plus tranquille, parfois elle ne pensait pas à eux, quand elle était occupée entre autre, et elle faisait tout pour s'occuper le plus possible, mais la nuit elle était seule, les cauchemars la tirait de son sommeil laissant la peur s'infiltrer dans sa vie. Alors qu'elle se trouvait devant la porte de chez Peter, elle se trouvait soudainement idiote à hurler à une heure pareille, elle allait le tirer de son sommeil simplement parce qu'elle n'était pas capable de canaliser ses peurs. L'idée de faire demi-tour lui avait traversé l'esprit mais elle restait sur le pas de la porte, attendant que son ami vienne lui ouvrir la porte, incapable de faire un pas en arrière. Un soupir de soulagement s'échappa de ses lèvres en voyant la porte s'entrouvrir « Tulasi ? », la jeune femme ferma les yeux quelques secondes pour calmer sa respiration, elle n'était plus seule maintenant que son ami acceptait de lui ouvrir la porte, et pourtant elle avait toujours du mal à retrouver un semblant de calme « Qu’est-ce  que… ? Qu’est-ce que tu fais là ? », bonne question. Lui dire la vérité, qu'elle était juste incapable de contrôler ses peurs c'était un peu pathétique non ? Elle se sentait pathétique à l'avoir tiré des bras de Morphée, elle devait apprendre à gérer toute seule plutôt que devoir compter sur quelqu'un d'autre pour chacun de ses petits problèmes « Entre, ne reste pas là. », ne se faisant pas prier, elle pénétra dans l'appartement de Peter, rassurée d'être dans un endroit clos dans lequel personne ne pouvait venir la chercher et l'emmener de force.
Épuisée, et sentant les larmes couler sur ses joues, elle se jeta dans un premier temps dans les bras de son ami, sans donner d'explications. Elle était à bout de nerf, simplement à cause d'un cauchemar, ou plutôt quelque chose qui la hantait au point de ne plus trouver le sommeil, et une fois trouvé de la tirer de son sommeil avec brutalité.  « Désolée. », elle de détacha du corps de Peter en baissant la tête avant de reprendre la parole  « désolée de débarquer à cette heure-là​. », c'était complètement idiot, elle en avait parfaitement conscience. Il allait la prendre pour une folle et elle ne pouvait même pas le nier, elle venait quand même le déranger en pleine nuit à cause d'un cauchemar.  « Je ... J'ai fais un cauchemar. », elle releva la tête vers son interlocuteur  « ils finiront par me retrouver Peter. » Elle ne simulait pas sa peur, elle ne voulait pas retourner en Inde, tout du moins pas de cette manière, pas en retrouvant la vie qu'elle y menait aux côtés d'un mari pour lequel elle n'éprouvait pas le moindre sentiments, simplement du dégout. Elle ne voulait plus avoir à se forcer de faire quoique ce soit, à commencer par sourire et faire semblant d'être heureuse, pas après la vie qu'elle menait dorénavant à Londres. Réveiller son ami pour un cauchemar était enfantin, mais ses peurs fondées et elle ne voyait personne d'autre que lui pour lui venir en aide. « Tu ne les laissera pas m'emmener, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5636
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
message posté Ven 28 Avr - 14:26 par Peter Montgomery
You learned to run from what you feel, and that's why you have nightmares. To deny is to invite madness. To accept is to control. ✻✻✻ Encore à moitié dans les bras de Morphée, Peter n’a pas le temps de se pousser pour laisser entrer Tulasi que celle-ci vient l’enlacer. Il baisse la tête pour l’observer, mais elle a enfoui son visage contre son torse. Il sent les sanglots secouer son corps régulièrement mais il ne dit rien. Il se contente d’être l’épaule sur laquelle pleurer et, de son autre bras, il referme la porte derrière eux, avant de venir tapoter le dos de son amie. On ne peut pas dire qu’il soit réellement à l’aise, mais ça lui importe peu. Si Tulasi est ici, c’est qu’elle a besoin de lui. Et il compte bien être là pour elle, peu importe ce qui lui arrive.
« Désolée. » Dit-elle finalement en s’écartant de lui. « Désolée de débarquer à cette heure-là. » Peter secoue la tête, balayant ses excuses. D’accord, il aurait préféré qu’elle passe un peu plus tard. Ou plus tôt selon le point de vue. Mais il ne lui en veut pas de l’avoir réveillé. Il est simplement curieux de savoir ce qu’elle fait là, à cette heure-ci. Si elle est venue jusqu’ici en pleine nuit, c’est qu’elle doit avoir un problème, mais il ne veut pas la brusquer avec une question. Il sait que cela peut empirer le problème. Il le sait, il l’a lui-même vécu. « Je ... J'ai fais un cauchemar. » Si ces mots pourraient surprendre dans la bouche d’une femme adulte et parfaitement mature, Peter n’est pas étonné d’entendre Tulasi les prononcer. « Ils finiront par me retrouver Peter. » Même si elle a échappé à ses démons, ceux-ci continuent de la poursuivre, sans qu’elle ne puisse rien faire pour changer ça. Au vu de son métier, c’est sans doute étonnant. Ou peut-être que ça la rend encore meilleure. Après tout, on ne peut pas toujours contrôler ces pensées qui nous hantent, et encore moins quand celles-ci s’invitent dans nos rêves. Tulasi a sans cesse cette peur que sa famille la retrouve, et qu’elle soit forcée de retourner à cette vie dont elle n’a jamais voulu. Même si elle est parvenue à s’échapper, elle se sent toujours piégée. Et c’est là toute la tragédie de la nature humaine. Les souvenirs, qui restent toujours en nous, quoi qu’on fasse. « Tu ne les laissera pas m'emmener, hein ? » Face à la détresse de Tulasi, Peter ne peut que vouloir la protéger. De sa famille mais aussi de ses souvenirs. « Hors de question. » Même s’ils parvenaient à la retrouver, il ne voit pas comment ils pourraient la forcer à revenir. Elle ne leur appartient pas, et, en impliquant les autorités et quelques associations féministes, tout serait sûrement résolu. Mais il s’agit de sa famille, malgré tout. Et c’est sans doute ce qui rend tout ça plus compliqué. « Ils ne te trouveront pas Tulasi. Tu n’as contacté personne là-bas, hein ? » Vu à quel point elle peut être paranoïaque, ça l’étonnerait, mais couper les ponts avec tout ce qu’elle a toujours connu n’est pas toujours facile. « Et puis tu sais que je suis là pour te défendre. J’suis peut-être pas très doué en boxe mais j’ai plein de couteaux dans ma cuisine et je sais m’en servir. » Pour faire la cuisine, bien entendu, mais il essaye de la rassurer avec une plaisanterie. Il faut qu’elle réalise que ce n’était qu’un cauchemar, et ça peut prendre quelques temps pour qu’elle se calme complètement. « Tu veux boire quelque chose ? Une tisane, un jus de fruit, de l’eau ? »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
his love roared louder  than her demons
his love roared louder
than her demons
» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3103
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : la magnifique priyanka chopra
» Âge : trente-et-un ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
message posté Lun 29 Mai - 17:35 par Tulasi N. Kapoor
Elle se sentait parfaitement stupide dans cette situation, tout était grotesque, elle ne pouvait pas débarquer chez les gens, aussi amis avec elle soient-ils, pour un simple cauchemar et pourtant son corps était toujours parcouru de quelques petits tremblements, les larmes coulaient encore sur ses joues alors qu'elle retrouvait petit à petit sa respiration, dans les bras de Peter. Il avait toujours été plus ou moins son pilier depuis son arrivée à Londres et une vie entière ne lui permettrait sans doute jamais de le remercier comme il se devait, encore une fois elle avait débarqué chez lui en plein milieu de la nuit parce qu'elle n'avait jamais su vers qui se tourner. Elle avait songé, pendant un temps, à consulter un professionnel, pas un psychologue parce qu'elle les tenait en horreur, mais un de ses collègues psychiatres, l'idée lui avait effleuré l'esprit, brièvement, avant qu'elle ne la balaye d'un revers de la main, elle ne pouvait se permettre d'être suivie pour des cauchemars, c'était ouvrir une porte à ses concurrents, elle ne voulait pas perdre sa place. Et puis, pour entendre quoi ? C'était idiot de consulter pour des cauchemars, non ? Comme elle se trouvait idiote d'avoir débarqué en larmes chez son ami. Néanmoins sa voix la rassurait un petit peu, sa présence encore plus. Il ne semblait pas fâché de s'être fait tirer du sommeil à une heure aussi matinale et sans doute pourraient-ils en rire quelques mois plus tard, autour d'un verre, parce que c'était le genre de situations dont il valait mieux en rire des mois après que d'en pleurer, aussi parce que ça voudrait dire que personne n'était venue la chercher, l'enlever de la capitale pour la faire monter dans un avion direction l'Inde. « Hors de question. » elle se laissa aller à un petit sourire, un tout petit sourire, camouflé par ses cheveux qui retombaient devant son visage, mais il était quand même là, au bord de ses lèvres et c'était presque un miracle de la voir sourire dans ce moment là. Elle était pas habituée à sourire Tulasi, ces derniers temps, elle se forçait parce qu'elle était psychiatre et parce qu'elle aimait aider les autres mais elle avait pas l'habitude de demander de l'aide, elle, alors elle souriait pour donner envie de sourire, pour cacher ses blessures surtout, mais ce sourire-là il était sincère, Peter avait réussit à lui arracher un sourire, à la rassurer « merci. » C'était pas grand chose mais c'était le minimum qu'elle pouvait lui donner, un simple merci, parce qu'il était là pour elle, même à cette heure-là, mais elle savait qu'il ne pourrait pas être toujours là, qu'elle ne pouvait pas débarquer chez lui toutes les nuits, que si son mari venait demain, à trois heures du matin à son appartement pour la forcer à repartir, il en saurait rien avant plusieurs heures, peut-être jours, mais pour l'instant il était là et c'était suffisant. « Ils ne te trouveront pas Tulasi. Tu n’as contacté personne là-bas, hein ? » elle secoua la tête de gauche à droite, elle était bien trop stressée pour contacter quelqu'un dans son pays natal, qui de toute manière ? Certainement pas ses parents ni son mari, c'était hors de question, c'était se jeter tout droit dans la gueule du loup, ses ami(e)s connaissaient sa situation, ils comprenaient sa décision et même si elle aurait aimé avoir de leurs nouvelles elle ne pouvait se le permettre, ses parents n'étaient pas dangereux mais ils savaient obtenir des informations, elle ne voulait pas leur faire subir cela alors non, elle n'avait contacté personne. « Et puis tu sais que je suis là pour te défendre. J’suis peut-être pas très doué en boxe mais j’ai plein de couteaux dans ma cuisine et je sais m’en servir. » elle lui asséna une petite tape sur le torse en rigolant, doucement pour ne pas réveiller la fille de Peter, qu'est-ce qu'il pouvait être bête parfois, il ne songeait pas réellement à tuer quelqu'un avec ses couteaux ? Il était beaucoup trop gentil pour cela de toute façon « t'as envie de tester la viande humaine en sauce ? » elle haussa les épaules avant de continuer « chacun ses goûts. » c'était de l'humour douteux mais au moins elle commençait à se détendre et à retrouver du calme, elle en avait besoin, et la présence de Peter l'aidait grandement dans ce sens. « Tu veux boire quelque chose ? Une tisane, un jus de fruit, de l’eau ? » adorable, il était tout simplement adorable et elle en était gênée de profiter de son hospitalité, quelques minutes de plus après elle partait, c'était ce qu'elle se disait, juste le temps de retrouver complètement son calme « je veux bien une tisane, merci. » tout ça pour un simple cauchemar, peut-être qu'elle devait songer à suivre une thérapie du sommeil, à défaut d'être suivie par un psychiatre, ça ne pouvait que lui faire du bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5636
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
message posté Mar 13 Juin - 14:42 par Peter Montgomery
You learned to run from what you feel, and that's why you have nightmares. To deny is to invite madness. To accept is to control. ✻✻✻ Peter n’a jamais rien vécu qui ressemble, de près ou de loin, à ce qui est arrivé à Tulasi. Il n’a jamais été forcé à faire quelque chose par ses parents, comme Tulasi l’a été. Il n’a jamais dû fuir tout son univers pour pouvoir vivre une vie normale, une vie où il serait libre de faire ce qu’il veut. Il ne peut pas imaginer ce qu’elle ressent, pourquoi elle en fait toujours des cauchemars, mais ce qu’il peut faire, c’est être là pour elle. Peu importe qu’il soit trois heures du matin et qu’il travaille demain – ou aujourd’hui d’ailleurs. Peu importe qu’elle ne lui donne que peu de détails. De tout ça, Peter se fiche pas mal, tant que Tulasi est en sécurité, et va bien.
Il ignore si la famille de Tulasi pourrait vraiment la retrouver, ou s’ils la recherchent toujours, ou s’ils pourraient vraiment l’emmener aussi facilement que ça, mais il sait que la peur n’est pas toujours rationnelle. Surtout quand elle vient s’inviter dans nos rêves. Alors même s’il ne comprend pas ses peurs, Peter veut les apaiser, les faire disparaître. Pour cela, il essaye de la rassurer, bien sûr, mais aussi de la faire penser à autre chose. Il ne faut pas qu’elle reste là-dessus, sinon elle va continuer d’y penser, encore et encore. Pour cela, Peter fait une plaisanterie, ce qui ne rate pas, car il parvient à faire rire Tulasi. Ça fait plaisir de la voir déjà un peu plus détendue, moins effrayée. « t'as envie de tester la viande humaine en sauce ? » Il ne faut pas non plus exagérer. Déjà qu’il aurait du mal à s’attaquer à un autre être humain, à moins que ça soit pour se défendre, il ne va pas se mettre à les cuisiner non plus. « chacun ses goûts. » La voir plaisanter, ça rassure Peter. Ses peurs, elle sait les oublier, ne plus les écouter, depuis le temps. Le problème, c’est qu’elles ne sont jamais bien loin. « Ew, non merci. J’ai jamais parlé de les manger, c’est toi qui pense à des trucs bizarres. » Il a beau être curieux gastronomiquement parlant, pas à ce point.
« je veux bien une tisane, merci. » Peter sourit, avant de lui faire signe de le suivre dans la cuisine. Ici, ils pourront parler plus fort sans prendre le risque de réveiller les autres occupantes de l’appartement. Peter n’a pas entendu Hayley rentrer, elle devait travailler tard, mais il sait qu’elle est là et ne voudrait pas la réveiller. Il prépare l’eau chaude, puis sort le nécessaire du placard. « Je te laisse choisir le parfum. » Dit-il en posant la boîte devant elle. Lui, n’a pas tellement envie d’en boire. Pour l’endormir, ça fonctionne mais généralement, il doit se lever en pleine nuit pour aller aux toilettes. Mais ça devrait aider Tulasi à se calmer complètement. « Si tu veux dormir là, je ne peux te proposer que le canapé. Le lit de Beth risque d’être un peu trop petit pour toi. » Il comprendrait parfaitement qu’elle n’ait pas envie de rentrer chez elle ce soir, et qu’elle préfère ne pas être seule. « Tu sais que tu es toujours la bienvenue ici. »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
it's hard to wake up from a nightmare if you aren't even asleep (peter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» Sweet Nightmare} Manni
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» Wake me up...
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» SO WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER.24/07 à 02h56

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: Chinatown-