Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

memories from the past (peter)

avatar
Modératrice
Modératrice
» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1291
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-six ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : shiraz m. monroe (t. oman) , solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & charlie o. maas-cahill (f. gustavsson)
# memories from the past (peter)
message posté Lun 6 Mar - 21:00 par Kenzo A. Armanskij
Memories from the past
Peter & Kenzo

✻✻✻ Elle était partie. Elle s'était abandonnée. Ma main ne cessait de guetter les vibrations de mon téléphone. J'attendais constemment des nouvelles. Qu'elle me dise que tout allait bien. Qu'elle allait revenir. Qu'elle pensait encore à moi, peu importe l'endroit où elle se trouvait. Alexandra Wood-Bower s'était tirée. Elle avait fait ses valises, et s'était évanouie. Dans l'oubli. Après treize ans d'amitié, ma meilleure amie m'avait quitté. Je voulais la haïr de m'avoir abandonnée, la détester pour n'avoir pas pris le temps de connaître mon enfant. Mais je n'y parvenais pas. Elle supportait depuis trop longtemps. Elle luttait contre la maladie depuis trop longtemps. Je voulais juste qu'elle soit heureuse. Et s'il fallait qu'elle me quitte pour cela, alors j'étais prête à tout accepter. J'étais prête à tout, pour elle. Pourtant, je ne parvenais pas à aller bien. J'avais perdu mes repères. J'avais constemment besoin d'elle, constemment besoin de sa force. Pour être forte. J'avais tout affronté à ses côtés. Elle avait ressentit l'absence de mes parents, l'abandon de ma soeur, la grossesse inattendue, le deuil, le non-retour. La mort. Elle avait tout affronté, et avait ajouté mes fardeaux aux siens. Elle avait été forte pour deux, forte pour moi. Elle m'avait sauvé la vie, elle avait egayée mes jours. Elle m'avait ouvert le coeur. J'avais une confiance aveugle en elle, et je savais que là-bas, elle allait mieux. Je l'espérais du moins.
Elle était partie. Mais un autre était revenu. Aux vibrations, j'avais espéré une fraction de seconde que le numéro inconnu soit celui de ma disparue. Mais c'était celui d'un autre disparu. J'avais décroché, le coeur plein d'espoir, et je l'avais senti éclater. Un sourire était apparue sur mes lèvres. Il "allait bien". Du moins, il respirait encore. Will Montgomery. Mon ami d'enfance. Celui avec qui j'avais passé de nombreuses heures au lycée. Et qui s'était perdu. Dans la drogue. Il se trouvait quelque part entre Edimbourg et Glasgow, et voyageait régulièrement à travers le royaume-uni. On parla quelques minutes, pendant lesquelles il me racontait ses dernières aventures. Il avait empli mon coeur de joie, et de souvenirs. Je l'écoutais attentivement, puis il me questionna à mon tour. Je lui parlais de Louis, et de l'histoire qui gravitait autour. Puis on raccrocha. Je restais quelques secondes, silencieuse, à reprendre mon souffle, et mes esprits. Puis j'avais composais le numéro de Peter. Je pris pour prétexte l'envie de le voir et lui donnais rendez-vous à Soho. Une heure s'était écoulée, depuis l'appel, et je me trouvais là, assise à une terrasse de café. Rapidement, je vis sa silhouette se dessiner au loin. Il n'avait pas changé. Je souris et ouvrais les bras. « Comment tu vas? » Avant que je t'achève. Je me souvenais ce jour, où il était venu me chercher au lycée parce que son petit frère avait disparu. Mes soupçons sur l'addiction de Will s'étaient concrétisés. J'avais eut peur de trop l'inquiéter pour rien à lui donner les vraies raisons de cette rencontre. Je m'asseyais ensuite et il en fit de même. Je commandais une bière, même s'il était seize heures. J'avais besoin de courage. Je le laissais commander et sortais une cigarette de mon paquet. Je l'allumais et le regardais. Avec mon éternel sourire aux coins des lèvres. Je n'avais pas envie de briser cette joie qui s'était formée en moi. Cette joie de retrouver à la fois Will, et Peter.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5709
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: memories from the past (peter)
message posté Lun 13 Mar - 11:27 par Peter Montgomery
Hours are like diamonds, don't let them waste, time waits for no one, no favours has he, time waits for no one, and he won't wait for me ✻✻✻ Les légumes rissolent sur le feu, un gratin cuit au four et la viande saignante attend son accompagnement. Le service est presque terminé, si bien que les choses sont calmes en cuisines, et Peter en profite pour répondre aux questions d’un apprenti, qui s’interroge sur la suite de sa carrière. Celui-ci est doué, surtout pour son jeune âge mais n’est pas certain que ça soit sa vocation pour autant. Peter lui explique son parcours, parce que la cuisine n’était pas sa première vocation. Se serait-il tourné vers les fourneaux s’il avait pu devenir nageur professionnel comme il en rêvait quand il était jeune ? Sans cette blessure qui l’avait contraint à changer ses plans, en serait-il au même point aujourd’hui ? Il conseille au jeune cuisinier de voyager, comme lui l’avait fait, pour découvrir le monde, toutes ses cultures et gastronomies. Ou bien d’explorer d’autres voies, qui pourraient l’intéresser aussi. Bien sûr, Peter préférerait qu’il reste dans son restaurant, parce qu’il lui est d’une aide précieuse, mais il ne saurait lui en vouloir s’il voulait partir. Alors que la dernière assiette part vers la salle, Peter est surpris d’entendre son téléphone sonner. Il le garde rarement sur lui quand il est en cuisine, parce que les personnes voulant le joindre d’urgence appellent directement au restaurant en général, mais il a dû oublier de le sortir de sa poche aujourd’hui. Comme il n’est pas occupé à cuisiner, il le sort de sa poche, un peu étonné de voir le prénom de Kenzo s’afficher, et décroche.
Une petite heure plus tard, après avoir quitté le restaurant, plus tard que la fin de son service, comme toujours, Peter rejoint Kenzo à la terrasse d’un café qu’elle avait choisi. « Comment tu vas? » Il sourit, un peu gêné lorsqu’elle l’enlace. Peu importe la personne, un tel contact le dérange toujours un peu, même s’il fait l’effort. Kenzo et lui n’ont jamais été très proches, puisqu’elle était l’amie de son frère avant d’être la sienne. Et puis ils s’étaient perdus de vue, jusqu’à récemment. Avec le temps qui a passé, il la voit différemment, bien sûr. Elle n’est plus l’adolescente qui l’avait aidé à retrouver son frère, alors qu’il était au bord de l’overdose dans un motel près de la mer. Aujourd’hui, elle est une femme, une mère, et leurs conversations ne tournent plus autour de Will, comme ç’avait pu être le cas il y a des années de ça. Bien sûr, il plane toujours au-dessus d’eux, parce que voir Kenzo lui rappellera toujours son frère, et ses problèmes. « Bien et toi ? » Demande-t-il en s’asseyant face à elle. Un serveur arrive rapidement, et il commande un café, alors que Kenzo demande une bière. « Louis va bien ? » Ajoute-t-il, bien conscient que la santé de son enfant est ce qui compte le plus pour un parent. Il est bien placé pour le savoir. Il commence par faire la conversation, sans pouvoir s’empêcher de se demander s’il y a une raison particulière à l’invitation de Kenzo aujourd’hui.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modératrice
Modératrice
» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1291
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-six ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : shiraz m. monroe (t. oman) , solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & charlie o. maas-cahill (f. gustavsson)
# Re: memories from the past (peter)
message posté Mer 29 Mar - 21:21 par Kenzo A. Armanskij
Memories from the past
Peter & Kenzo

✻✻✻ J'avais le sentiment que ma vie tournait en rond. C'était sans cesse des adieux, puis des retrouvailles. J'en avais assez d'attendre après la vie. J'en avais assez d'attendre le retour d'Alexandra, d'attendre des nouvelles de Suzon. D'attendre un signe de mes parents. Ils ne m'avaient jamais, pourtant j'attendais encore qu'ils s'intéressent à moi. Qu'il s'intéresse à ma vie, à mes échecs, à mes réussites. A mon fils. Je voulais que Louis ai des grands parents, des grands parents capables de l'aimer presque tout autant que ses parents. Il aurait ceux de Zola. Mais il n'aurait pas les miens. Il n'aurait pas l'amour de la femme qui a porté sa mère pendant neuf mois. Comme elle, je n'avais pas aimé mon bébé les premiers mois. Mais ça n'avait duré que quelques temps. Je m'étais accrochée à cette vie naissante, à la matérialisation concrète de notre amour, à Zola et moi. Oui, je continuais d'attendre car je ne pouvais faire autrement. Malgré l'évidence, je continuais d'aimer ma mère, car cet amour était indéniable. Et j'en avais conscience. Ils ne comprenaient pas, car quelque part, ils étaient dénués de toute humanité. De tout attachement. Je soupirais et regardais mon téléphone. Je n'avais pas choisi ma "famille", mais j'avais choisi mes amis. J'avais choisi des gens capables de me donner des nouvelles, même après des années. Je m'étais tourné vers ceux qui m'étaient loyaux. Will avait appelé. Après des années, il était revenu vers moi. Il m'avait contacté et réchauffé le cœur par la même occasion. Et presque sans réfléchir, j'avais à mon tour appelé un ami de longue date. Son frère, Peter. Une heure plus tard, je m'installais à cette terrasse de café. Bientôt, je le vis arriver. Trop enthousiaste sûrement, je l'avais serré dans mes bras. Je me rendis compte de sa gêne et m'écartais. Au fond, je ne le connaissais pas tant que cela. Mais le revoir m'avait fait oublié les conventions. Il s'installa et commanda un café. J'eus un sourire. C'était la femme qui commandait la bière. Il me répondit qu'il allait bien et je répondis en pinçant les lèvres et en hochant la tête. Je cherchais un moyen de lui parler de Will, d'aborder le sujet. Alors j'esquivais quelque peu la question. Je fus légèrement surprise lorsqu'il me demanda des nouvelles de mon fils, et je souris, niaise. C'est vrai, j'étais maman désormais. « Il a la pêche, on le voit toutes les semaines avec Zola, donc c'est super. Et Beth, ça va ? Elle doit avoir bien grandit ! » D'un seul coup, j'avais pris dix ans. Mais je m'en foutais. C'était ça ma vie, désormais. Parler des enfants et du bon vieux temps. Lorsque la serveuse revint avec nos commandes, je tirais une nouvelle fois sur ma cigarette et me penchais en avant. Je pris une longue inspiration, décidée à parler mais je croisais son regard et lançais : « Et le travail? Je pense que je viendrai te voir avec Zola dans la semaine pour y manger. On a prit quelques jours... Enfin j'ai pris quelques jours de congé pour m'occuper du petit. » Je souris et m'entourais de mes bras. Je n'aimais pas mentir. De toute manière, je ne savais pas faire semblant. J'étais brut de pomme comme on dit. Naturelle au possible. Je tirais une nouvelle bouffée sur ma cigarette et levais les yeux vers lui. Je ne voulais pas ressasser de mauvais souvenirs. Mais c'était son frère, et il était normal qu'il sache. Je n'étais pas la meilleure placée pour savoir comment agir en famille. Je n'avais jamais eut de famille. Sauf celle que je me créais petit à petit, aux côtés de Zola.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5709
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: memories from the past (peter)
message posté Sam 6 Mai - 11:08 par Peter Montgomery
Hours are like diamonds, don't let them waste, time waits for no one, no favours has he, time waits for no one, and he won't wait for me ✻✻✻ Volontairement, Peter laisse peu de choix à l’imprévu dans sa vie. Il apprécie avoir une routine qui ne change que peu, des moments qu’il retrouve chaque jour. D’abord, il sait que c’est important pour un enfant d’avoir un rythme ainsi défini. Mais en vérité, c’est principalement pour lui qu’il fait ça. Pour s’éviter de mauvaises surprises qui pourraient survenir. Il ne prend que peu de risques, pour éviter une chute trop brutale. Bien sûr, l’ouverture du restaurant avait été un risque, un gros risque même. Mais il l’avait pris, parce que c’était son rêve. En dehors de ça, il ne bouleverse rien dans sa vie, et se contente de la vivre doucement. Il ne se rend même pas compte des routines qu’il prend, car la question ne se pose même pas. Et il apprécie tout ça. Il apprécie les petits déjeuners avec Hayley et Beth. Il apprécie d’accompagner sa fille à l’école et de revenir la chercher dès que ses horaires le lui permettent. Il apprécie faire un arrêt au parc lorsque le soleil est de sortie. Il apprécie avoir toujours les mêmes horaires au restaurant, et pouvoir cuisiner ce qu’il aime, sans réelle contrainte. Il apprécie de voir sa famille de temps en temps. Il apprécie tout ça, et il estime qu’il a des raisons d’être heureux. Même s’il pourrait toujours l’être plus, il l’est déjà suffisamment. Pourquoi demander plus quand ce qu’il a lui convient ?
Fut un temps, voir Kenzo aurait constitué un imprévu dans sa vie. La revoir, il y a quelques mois, avait été étrange, parce qu’elle avait ramené avec elle des souvenirs de Will et de son échec vis-à-vis de son petit frère. Tout comme l’arrivée de Sara l’avait fait. Malgré son absence qui continue de durer, Will reste toujours présent, en quelques sortes. Mais finalement, Kenzo s’était fait sa petite place dans la vie de Peter. Ils se voient de temps en temps, sans que le sujet ait besoin de tourner autour de Will. Après tout, ce n’est pas parce qu’ils se sont rencontrés grâce à lui qu’ils ne peuvent pas parler d’autres choses aujourd’hui.  « Il a la pêche, on le voit toutes les semaines avec Zola, donc c'est super. Et Beth, ça va ? Elle doit avoir bien grandit ! » Peter sourit, heureux que tout se passe bien pour la famille de Kenzo. Il sait que la situation est compliquée, mais ça va finir par s’arranger. Peut-être était-ce cela qui les avait fait se rapprocher aujourd’hui. Le fait qu’ils soient parents tous les deux. Kenzo n’est plus une adolescente avec qui il n’avait comme point commun qu’un frère partant à la dérive. « Elle ne s’arrête jamais de grandir, oui. Et elle va très bien, elle est toujours ravie d’aller à l’école. » Peu importe que tout aille bien, peu importe le temps qui passe, ça fait toujours bizarre à Peter de la voir grandir si vite. Il ne peut rien faire pour ralentir le temps, il le sait bien, alors il essaye de profiter au maximum de chaque instant passé avec elle. « Et le travail? Je pense que je viendrai te voir avec Zola dans la semaine pour y manger. On a prit quelques jours... Enfin j'ai pris quelques jours de congé pour m'occuper du petit. » Peter sourit alors que leurs boissons arrivent à la table. Il remercie la serveuse, avant de se retourner vers Kenzo. « Ça serait avec plaisir. Je vous ferais un prix d’amis. » Il peut bien faire ça. Surtout que ce genre de geste reste assez exceptionnel, donc pas de risque que ça cause des problèmes financiers pour le restaurant. « Tout va bien sinon. On affiche même complet certains soirs, ça fait plaisir. » La réussite du restaurant fait toujours plaisir à Peter. Ils arrivent à bien gérer les dépenses et recettes, et font même pas mal de bénéfices certains mois. Il verse deux sachets de sucre dans son café, et le fait tournoyer avec sa cuillère. « T’as prévu des trucs spéciaux avec Louis ? Il doit être content de pouvoir passer du temps avec toi comme ça. » Dit-il en souriant. Du fait de la demande Kenzo de se voir aujourd’hui, il ignore si elle veut lui parler de quelque chose de spécial, et il préfère ne pas demander de peur de la vexer. Surtout que ça ne le dérange absolument pas de discuter des dernières nouvelles.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modératrice
Modératrice
» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1291
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-six ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : shiraz m. monroe (t. oman) , solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & charlie o. maas-cahill (f. gustavsson)
# Re: memories from the past (peter)
message posté Ven 12 Mai - 20:29 par Kenzo A. Armanskij
Memories from the past
Peter & Kenzo

✻✻✻ Le temps était passé depuis le temps où Will et moi séchions les cours de maths pour fumer des pétards sur le parking du lycée. Il avait été le seul avec qui j'avais accepté de fumer, et il était celui pour qui j'avais arrêté. Je n'oublierai jamais le jour où Peter était venu me chercher en cours pour partir à la recherche de son petit-frère. L'inquiétude. La culpabilité. Je n'avais jamais aimé les effets de la drogue, mais j'avais aimé ces instants avec mon ami. Le seul pour qui je n'avais jamais été un poids mais plutôt un soulagement. Ensembles, nous avions refait le monde à une époque où nous n'y comprenions rien, à ce monde. Alors que la connerie adolescente nous avait exclu de la norme. Nous avions été des parias, mais ensembles, nous avions déambulé dans un monde qui n'appartenait qu'à nous. Parce qu'on se comprenait, les autres n'avaient pas le pouvoir de nous atteindre. Même s'il y avait Alexandra, elle n'avait pas vécu les années lycée à mes côtés. Will, si. Et sans lui, tout aurait été différent. Sans lui, je n'aurai pas eut d'ami. Personne sur qui compter, personne prête à sécher pour éviter la moindre larme. Il n'y avait pas d'affection, mais un respect commun. Et un réel attachement. Nous avions grandit ensembles, parce que sans trop savoir comment mes parents étaient parvenus à plaire aux siens. A devenir amis avec eux. Nous avions grandit ensembles, et cela nous avait lié ce premier jour de rentrée en seconde. Je souriais tout en serrant le cendrier entre mes mains. J'étais émue de revoir Peter car le revoir me rappelait l'importance qu'avait eut son frère. Lorsqu'il avait sombré, je n'avais pas suivit. Et il ne m'en avait jamais voulu de ne pas l'avoir appelé. Car j'avais toujours rappelé. Car je répondais toujours à ses nouvelles lorsqu'il m'en donnait. Comme aujourd'hui. Mais c'était difficile d'avouer à Peter que j'avais eut des nouvelles de son frère, et pas lui. Je baissais les yeux, et tentais de cacher ma gêne. Il me parlait de Beth et le sourire revint. Finalement, ce n'était pas nos blessures communes qui nous avait rapproché avec Peter, mais plutôt nos heureuses surprises : nos enfants. Je souriais, parce que j'avais fini par m'en sortir moi aussi. Il restait un espoir pour Will. Il restait toujours de l'espoir. « C'est super. Tu as de la chance de la voir grandir. » Je souriais, sincèrement. Je regrettais ces années manquées avec Louis, mais ce n'était rien, ce n'était rien comparé au bonheur de l'avoir retrouvé. Malgré tout. Je passais une main dans mes cheveux et commençais à boire ma bière lorsque la serveuse vint la déposer sur la table. Je regardais Peter, alors qu'il parlait, et tentais de rester concentrer sur ses paroles. Mais je ne cessais de me répéter que je devais lui dire. Que je devais tout lui avouer. Mais comment? « T'inquiètes pour le prix, je gagne bien ma vie maintenant. Et c'est super, je suis heureuse pour toi Peter. » Je lui souris à nouveau et tirais une bouffée sur ma cigarette. Je la regardais quelques instants, en me demandant lorsque je l'avais allumé. Puis je haussais doucement les épaules et en aspirais une nouvelle bouffée. Il me demandait si j'avais prévu des choses avec Louis. Je souris, idiote : « C'est... Parfait. Il sait que je suis sa mère, il l'a deviné. Il est super intelligent, j'en reviens pas! Ben le procès est un Juin, je suis certaine d'avoir sa garde. Donc on va pas tarder à choisir la décoration de sa chambre. Puis j'aimerai bien l'emmener à Glastonbury cet été. Un de ses copains lui a montré comment marchait youtube du coup depuis il regarde des lives, sans arrêt. » Je me figeais alors, surprise d'avoir parlé autant, d'un coup. Avoir un enfant c'était une autre vie. Une expérience unique que j'étais heureuse de vivre. Je le voyais chaque jour grandir un peu plus, s'intéresser à de nouvelles choses. Il avait toujours une nouvelle chanson à machouiller de sa voix cassée. J'avais mis au monde un enfant merveilleux. C'était presque trop beau. Je regardais à nouveau Peter. Je voulais contenir l'illusion encore quelques minutes. Juste encore un peu.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5709
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: memories from the past (peter)
message posté Jeu 8 Juin - 17:37 par Peter Montgomery
Hours are like diamonds, don't let them waste, time waits for no one, no favours has he, time waits for no one, and he won't wait for me ✻✻✻ Kenzo et Peter ont, tous les deux, bien changés. Rien à voir avec ceux qu’ils étaient à l’adolescence, quand leur seul point commun était une inquiétude profonde et partagée pour la santé de Will. C’était ce qui les avait réunis à l’époque, alors qu’il ne la connaissait que très peu, après l’avoir seulement croisée une ou deux fois lors d’événements au lycée où il n’était plus. Aujourd’hui, leur relation n’a plus rien à voir avec Will. S’il avait créé le début, aujourd’hui il n’en fait plus partie. De toute façon, il ne fait plus partie du tout de la vie de Peter depuis un moment déjà. A son plus grand regret, mais malheureusement, il ne peut rien faire pour changer cela. C’était le choix de Will, et Peter avait trop longtemps essayé de le faire changer d’avis, en vain. S’il devait s’inquiéter sans cesse pour son frère, il irait sans doute très mal. D’autant qu’il n’a aucune idée de l’endroit où il peut être aujourd’hui.
Maintenant, Kenzo et Peter ont d’autres points communs, des sujets de discussion qui font qu’ils sont devenus amis. Pas de grands amis non plus, ça serait exagéré. Peter n’en a pas beaucoup non plus. Mais il sait qu’il peut discuter avec Kenzo, tout simplement. Et ça fait toujours plaisir de la voir, même si son appel l’avait un peu surpris. En général, ils peuvent attendre plusieurs jours avant de se voir. Là, ce rendez-vous avait semblé urgent. Et ça inquiète un peu Peter, même s’il fait de son mieux pour ne pas le montrer. « C'est super. Tu as de la chance de la voir grandir. » Peter acquiesce, souriant. C’est vrai que c’est une chance que Kenzo n’a pas eue avec Louis. Il n’est pas trop tard pour commencer, mais le temps qu’elle a perdu, elle ne le récupèrera jamais. « T'inquiètes pour le prix, je gagne bien ma vie maintenant. Et c'est super, je suis heureuse pour toi Peter. » Il tire une véritable satisfaction à voir que le restaurant fonctionne comme il le voulait. Lui qui avait quelques doutes, ne regrette plus du tout de s’être lancé. Il est épanoui dans sa vie professionnelle, et familiale. Que demander de plus ? Sachant que sa vie sentimentale, c’est un choix qu’elle reste si calme. S’il était un peu fou, Peter pourrait même s’aventurer à dire qu’il est heureux, ou presque. « Ce n’était pas pour faire la charité. Tant qu’à posséder le restaurant, autant en faire profiter ses amis. » C’est une règle de base, Peter ne fait jamais payer plein tarif à quelqu’un qu’il connaît et apprécie. Heureusement, il n’a pas d’amis qui abuseraient de sa gentillesse, jusqu’à l’amener à la faillite.
« C'est... Parfait. Il sait que je suis sa mère, il l'a deviné. Il est super intelligent, j'en reviens pas! Ben le procès est en Juin, je suis certaine d'avoir sa garde. Donc on va pas tarder à choisir la décoration de sa chambre. Puis j'aimerai bien l'emmener à Glastonbury cet été. Un de ses copains lui a montré comment marchait youtube du coup depuis il regarde des lives, sans arrêt. » Peter sourit en écoutant Kenzo parler de son fils. Il voit bien qu’elle est heureuse, et il en est ravi pour elle. Il boit une gorgée de son café, en l’observant fumer sa cigarette. « Tu dois être impatiente pour le procès. Si tu as besoin d’un soutien moral, je peux essayer de venir avec vous. » La situation ne doit pas être évidente, même si le dénouement paraît évident. Mais ça reste stressant, peu importe les certitudes et la logique. Peter pourrait comprendre qu’elle voudrait avoir du monde avec elle. Ou même témoigner en sa faveur, il ne sait pas exactement de quoi sera fait le procès. « Tu n’as pas peur avec la foule à Glastonbury ? » Peter avait fait le festival il y a de cela quelques années, et ne s’imagine pas y emmener Beth. Trop de monde, surtout que beaucoup, comme lui à l’époque, sont là pour boire, s’amuser et danser. Pas vraiment le genre d’endroit où il voudrait voir sa fille. « Enfin il est grand tu me diras. Et c’est vrai que, si c’est qu’il veut à tout prix, ce n’est pas évident de dire non. » Kenzo a sans doute déjà pensé à tout, il doit y avoir des compromis à trouver pour emmener un enfant dans un festival, comme ne jamais le lâcher du regard et ne pas aller trop près de la scène, où la foule est trop dense pour s’y retrouver. « C’est super en tout cas, tu as l’air vraiment heureuse, ça fait plaisir à voir. » Il sourit, sincère, se demandant toujours si elle a quelque chose d’autre à lui dire. En attendant, il boit une nouvelle gorgée, et mange le chocolat qui accompagnait son café.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
memories from the past (peter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» It's better not to torture yourself with memories from the past | Derek T. Appleton
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Il y a une vie après Peter Jackson.
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Retep

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho-