Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

memories from the past (peter)

avatar
A flower had killed, once.
A flower had killed, once.

» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1437
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-six ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : shiraz m. monroe (t. oman) , solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodevan h. andrews (r. pattinson)
# Re: memories from the past (peter)
message posté Ven 8 Sep 2017 - 13:47 par Kenzo A. Armanskij
Memories from the past
Peter & Kenzo

✻✻✻ Le temps filait trop vite. Hier encore nous étions des enfants, et demain, nos enfants se retrouveront à notre place. Le coup de vieux commençait, car nos vies avaient changé. Car nous avions franchit la frontière entre ce qui nous séparait de nos parents : avoir des enfants. Cela faisait trop longtemps que je n'avais pas vu Peter, et notre conversation le démontrait bien : je n'avais toujours pas abordé le sujet qui m'avait poussé à l'appeler. Mais malgré tout, j'étais heureuse de ces retrouvailles car elle me rappelait à quel point le temps filait vite. Mais aussi tout ce que j'avais traversé et surmonté. Je hochais la tête à sa remarque. Oui, sacré coup de vieux. J'eus un sourire au coin des lèvres et lui annonçais la date et l'heure du procès. Je le regardais noter sur son téléphone et hochais la tête, reconaissante lorsqu'il m'annonça qu'il pourrait se libérer. Je détournais les yeux, émue. Emue et touchée qu'il songe à m'aider dans ce procès. Mes amis n'étaient pas nombreux, mais tous m'aimait assez pour témoigner avec le coeur. J'affichais un léger sourire puis me grattais la gorge avant de boire une nouvelle gorgée dans ma pinte de bière. Et nous repartions dans les souvenirs, dans ce que nous étions désormais en comparaisant de l'avant. J'affichais un grand sourire à son idée. Oui, l'aventure était une bonne idée, mais Louis était encore trop jeune pour supporter les longues heures de marche ou de voiture, et les endroits peu confortables. « Il est encore trop jeune, il ne pense qu'à jouer avec ses dinosaures... Mais pour dans deux ou trois c'est une très bonne idée... » Je ris doucement à mes mots et le regardais, reconnaissante. Après un court voyage dans le passé, nous en revenions au présent et Peter me questionna sur ce que je souhaitais faire d'autre. Je le regardais, hésitante et presque honteuse et répondis doucement : « Ouvrir ma propre gallerie d'art et vivre de mes toiles... » En soit, c'était possible. Helga m'avait de nombreuses fois poussé à me lancer, Zola n'avait jamais cessé d'y croire, Alexandra m'en avait offert la possibilité avec ce local. Mais j'avais toujours peur, toujours peur d'échouer et de briser cette stabilité bien trop nécessaire pour y renoncer. « C'est trop incertain pour le moment. Alors j'essaye de me tourner vers la critique d'art. Mais mon chef me pousse à écrire, et j'ai eut la possibilité de participer à un scénario de film, mais le réalisateur a disparu du jour au lendemain... » Je soupirais. L'écriture avait toujours été un moyen de libération, mais je n'y avais jamais songé comme métier. Aujourd'hui on m'en offrait la possibilité et j'étais bien tenté. Mais ce n'était pas mon rêve d'enfant, ça ne l'avait jamais été. Peu à peu, je m'éloignais de mes rêves sans être sûre de faire le bon choix, et je craignais de le regretter un jour. Mais je ne pouvais pas tout faire. Je passais une main dans mes cheveux bruns et ajoutais : « A vrai dire je suis un peu perdue. Depuis que j'ai retrouvé Louis, j'ai l'impression que tout est possible alors je ne sais plus quels choix faire. » Je le regardais un sourire au coin. C'était ironique, mais c'était réel. J'avais tant manqué de possibilités pendant trop longtemps, et aujourd'hui, tout semblait au bout de mes doigts. Juste là. Mais il suffisait d'un faux pas pour casser cet équilibre, et pour tout faire foirer.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 6337
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-cinq ans
» Schizophrénie : Jake & Diana & Alexander
# Re: memories from the past (peter)
message posté Mer 27 Sep 2017 - 15:17 par Peter Montgomery
Hours are like diamonds, don't let them waste, time waits for no one, no favours has he, time waits for no one, and he won't wait for me ✻✻✻ « Il est encore trop jeune, il ne pense qu'à jouer avec ses dinosaures... Mais pour dans deux ou trois c'est une très bonne idée... » Peter sourit. Ce ne sont que des petites conversations, des détails qui ne veulent pas dire grand-chose mais ça lui suffit pour voir que Kenzo est heureuse dans son rôle de mère. Il a toujours du mal à se dire qu’elle est vraiment maman, surtout que la situation est particulière, mais elle semble s’épanouir plus que jamais dans ce rôle. Tous deux ont traversé beaucoup de choses depuis l’époque où ils n’étaient que deux adolescents, mais finalement, ils ont trouvé un équilibre, chacun à leur façon. « C’est super ça, je suis sûr qu’il adorera. Et puis des dinosaures, ça peut toujours s’emmener en voyage. » Bon tout dépend la taille des jouets, mais ça doit être faisable. Peter ne sait pas à partir de quel âge il pourra emmener Beth pour des vacances à l’aventure, sans réel plan, mais il a hâte, tout en étant un peu effrayé à cette idée. Mais peut-être qu’avec le temps, il réussira à davantage se laisser aller et profiter de tout ça, sans être inquiet sans arrêt. Il s’est déjà beaucoup amélioré depuis la naissance de Beth, où il paniquait pour le moindre éternuement ou minuscule bobo.
« Ouvrir ma propre gallerie d'art et vivre de mes toiles... » Peter s’en veut un peu de ne pas savoir ça, mais peut-être le sujet n’est-il jamais venu entre eux. Il comprend que Kenzo hésite à se lancer là-dedans, c’est un domaine où il est assez difficile de gagner sa vie. Et quand on a un enfant à charge, prendre des risques est plus compliqué. « C'est trop incertain pour le moment. Alors j'essaye de me tourner vers la critique d'art. Mais mon chef me pousse à écrire, et j'ai eut la possibilité de participer à un scénario de film, mais le réalisateur a disparu du jour au lendemain... » Au moins, elle essaye différentes choses, c’est bien pour trouver ce qui lui plaît, avant de se lancer dans son rêve. « A vrai dire je suis un peu perdue. Depuis que j'ai retrouvé Louis, j'ai l'impression que tout est possible alors je ne sais plus quels choix faire. » Cela, Peter peut parfaitement le comprendre. Avoir un enfant permet de regarder vers l’avenir, mais encore faut-il oser construire cet avenir. Et bien sûr, cela passe par une carrière stable, mais qu’on aime tout de même. Un compromis à trouver. « Tu vas réussir à trouver ta voie, j’en suis sûr. Parfois, ça peut prendre un moment mais au moins, tu es ouverte à tout, c’est important. Et si jamais j’entends parler d’opportunité dans ces domaines, je te le dirais. Enfin sauf par de possibles clients au restaurant, je ne vois pas trop comment je pourrais t’aider. » Mais le cœur y est, n’est-ce pas le principal ? « Le principal, c’est que tu sois heureuse dans ce que tu fais. » C’est peut-être un peu gnian-gnian mais c’est vrai. Peter a toujours eu du mal à comprendre ces personnes qui font un métier qu’elles détestent. Tant qu’à y passer la moitié de sa semaine, autant aimer ça. « Il faudra que tu me montres tes toiles, peut-être que certaines pourraient venir décorer le Beth’s bistrot en attendant l’ouverture de ta galerie. » Bon il ne faudrait pas qu’il déteste ou que le style jure avec le restaurant, mais il ne pense pas prendre trop de risque avec cette proposition.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
A flower had killed, once.
A flower had killed, once.

» Date d'inscription : 27/05/2014
» Messages : 1437
» Pseudo : .KENZO (Louise)
» Avatar : kaya scodelario
» Âge : vingt-six ans depuis le sept novembre.
» Schizophrénie : shiraz m. monroe (t. oman) , solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodevan h. andrews (r. pattinson)
# Re: memories from the past (peter)
message posté Jeu 28 Sep 2017 - 17:12 par Kenzo A. Armanskij
Memories from the past
Peter & Kenzo

✻✻✻ Ces retrouvailles avec Peter se passaient à merveille. Deux amis d'enfance qui ressassaient le passé en le comparant au présent. Avec lui, je me rappelais que tout n'avait pas été si noir chez mes parents. Il y avait eut ces après-midi de bonheur en compagnie d'amis, où mes parents étaient trop occupés à bien recevoir pour se soucier de moi. C'était une trêve de remarques désobligeantes mais plutôt le seul moment où mes parents venaient à parler en bien de moi pour vanter leurs mérites. Les Armanskij père et mère étaient de beaux hyprocrites, mais ils savaient se faire aimer. J'eus un sourire. Sans le savoir, les Montgomery m'avaient sauvé de nombreuses fois, en particulier Will avec qui j'avais pu m'évader. Me permettre d'être libre et jeune. Louis n'aurait jamais à vivre de telles choses, et j'étais heureuse à l'idée qu'il ai tout de même, lui aussi, des Montgomery dans sa vie. Je ris à la remarque de Peter. Oui les dinosaures, on pouvait les emmener partout. Mais Louis était encore trop jeune. Son intérêt pour la nourriture le désinteresserait de nombreuses choses. Il avait beau être très intelligent, il n'en restait pas moins un enfant. Parfois, il s'enfermait dans son monde et se mettait à jouer comme si le reste n'existait plus. Il avait beau de cette innocence, de continuer à jouer pour accepter les situations difficiles de la vie. Il y avait toujours une méchante belle-mère et une gentille maman dans ses histoires. Je voulais le laisser être enfant et grandir par lui-même. Je voulais attendre qu'il me pose les questions sur le monde qui l'entoure pour le faire voyager. L'adaptation à notre nouvelle vie allait être longue, je ne devais pas le brusquer. Mais Peter avait raison, il allait adorer ça. Je lui souris chaleureusement et apportais ma bière à mes lèvres. Il me questionnait sur mes envies professionnelles et je finis par lui répondre. A ma connaissance, nous n'avions jamais eut cette conversation, et j'étais heureuse qu'elle ai lieu maintenant. Non pas parce que nous nous étions sentis obligés de l'évoquer, mais parce qu'elle était arrivée naturellement. Peter et moi nous connaissions depuis l'enfant, mais nous en étions encore aujourd'hui à faire connaissance. « C'est gentil. Tu as raison, je vais finir par trouver, mais on est tout de suite plus inquiet quand on a un enfant à nourrir. » Je ris doucement. Je n'étais pas très douée lorsqu'il s'agissait d'être drôle, mais je parvins tout de même à lui arracher un sourire. Ses paroles étaient réconfortantes et je les savais sincères. Il demanda alors à voir mes toiles pour peut-être en exposer une dans son restaurante et je restai là, touchée et terrifiée, à le regarder. C'était la première fois qu'on me proposait une telle chose, quand bien même on me poussait depuis longtemps à ouvrir le local pour la vente. Je déglutis et gênée, je répondis : « Je... Si tu veux. Je ne sais pas si ça te plaîra, c'est assez personnel... Mais... Si l'une d'entre elle te dit, elle est à toi. Je peux même en peindre une à ta demande. » Je lui souris et ajoutais, d'une voix douce : « Ca me ferait très plaisir. » Je regardais les passants autour de nous. C'était assez calme, aujourd'hui. Je soupirais doucement et apportais une nouvelle fois mon verre à mes lèvres. Nous n'avions toujours pas parlé de Will, mais Peter avait déjà presque terminé son café, et le temps s'écoulait. J'allais devoir entrer dans le vif du sujet, peu importe les plaies qu'il allait rouvrir.
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
memories from the past (peter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
» It's better not to torture yourself with memories from the past | Derek T. Appleton
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Il y a une vie après Peter Jackson.
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Retep

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-