Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

we get what we deserve + lydiam

avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 24/09/2015
» Messages : 1799
» Pseudo : sweetjazz (Priscilla)
» Avatar : kit harington
» Âge : trente-quatre ans (18 avril)
» Schizophrénie : Robin (A.Garfield) & Aiden (T. James)
# Re: we get what we deserve + lydiam
message posté Ven 19 Mai - 16:51 par Liam McAlister

Lydia me rendait faible. Lorsqu’elle posait ses mains sur moi, perdait ses doigts dans mes cheveux, mon corps tout entier vibrait pour elle. Il réclamait, encore et toujours, plus. Lorsqu’elle s’éloignait, mon cœur grondait à l’intérieur de ma poitrine, refusant cette distance. Elle avait cet effet sur moi, depuis le début. Elle me rendait dépendant, de ses caresses, de ses sourires, de ses paroles, de son amour. La rejeter n’avait fait qu’accentuer cette dépendance, que me prouver que je ne pouvais me libérer de son emprise aussi facilement que je l’avais espéré. En m’éloignant, je n’avais fait que flouter mon envie pour elle, mais à son contact, je n’avais pas la force de lui résister. Ses lèvres me narguaient, son regard m’implorait, de m’avancer juste un peu, de briser cette distance qui me torturait tant. Le contact de ses lèvres contre les miennes était électrique, mon cœur sembla manquer un battement, avant de s’emballer dans ma poitrine. J’avais besoin de ça, de ses baisers, pour exister pleinement. La chaleur de son corps me donnait envie de m’accrocher un peu plus à elle, de rester dans ses bras, sans jamais plus les quitter. C’était ici qu’était ma place, ici que je me sentais réellement bien. Mon cœur battait plus fort en présence, trop fort. L’aimer était douloureux, parce que je n’avais pas le droit de ressentir ce que je ressentais pour elle. Je me l’interdisais. Aimer deux femmes n’était pas dans mes cordes, il n’y avait pas de place pour elles deux. Et je n’avais pas envie de choisir, pas ce soir. Un frisson parcourut mon corps lorsqu’elle glissa ses longs doigts fins dans mes cheveux. Ce soir, je voulais être égoïste, retrouver cette passion et cette fougue que seule Lydia réussissait à m’offrir. Mais mes impulsions et mes envies la blessaient. Parce qu’au bout du compte, j’allais m’en aller. Je partirais toujours. Ses paroles résonnèrent dans mon esprit. Maintenant tu t’inquiètes de ce que je ressens ? Ça avait toujours été le cas, seulement elle ne le voyait pas. Elle refusait d’y croire. Et je refusais de lui montrer, au risque de me dévoiler. J’ouvris les yeux lorsqu’elle brisa le contact, éloignant son visage du mien. Mon regard vint se perdre dans la profondeur de ses yeux. « Tu fais quoi si tu réalises que tu te mens à toi-même depuis tout ce temps ? » Je plissai le front, ne sachant que répondre à sa question. Parce que l’éventualité ne m’avait jamais effleuré l’esprit. Je n’étais pas cet homme, jaloux et possessif, qu’elle connaissait. J’ignorais ce qui me poussait à agir ainsi en sa présence, mais je refusais de croire qu’il s’agissait du vrai moi. Je refusais de croire que cette colère et cette violence me définissait. Je ne pouvais pas laisser cette partie de moi prendre le dessus. « Si l’alcool ne faisait que révéler ta vraie nature, si t’es ce gars violent et égoïste tout le temps ? » L’alcool me poussait à agir, à ne pas rester impassible. L’alcool amplifiait mes sentiments, ma colère, ma jalousie. Il rendait mes fantasmes plus réels dans mon esprit. Lydia m’appartenait, son amour m’était réservé. A moi seul. Ma main glissa, pour quitter la chaleur de son corps. Elle n’avait pas le droit de laisser le doute s’emparer de moi, de me laisser croire que je pouvais être cet homme qu’elle décrivait si aisément. « Je suis pas comme ça, Lydia. Je suis pas violent. » Déclarai-je, sans une once d’hésitation dans la voix. « Tu resterais avec moi ? » Je secouai la tête, en reculant d’un pas. « C’est ce que tu veux ? Un homme violent, égoïste et possessif ? » Un rire amer passa mes lèvres. Personne ne désirait ça, pas même elle. « Si j’étais cet homme, je n’aurais aucun scrupule à faire ce que je fais. » Mais la culpabilité m’habitait, depuis le jour où j’avais osé l’imaginer nue dans mes bras. Cette culpabilité était ce qui m’empêchait de laisser mes mauvais côtés l’emporter.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 23/08/2016
» Messages : 1214
» Pseudo : timeless. (bérénice)
» Avatar : phoebe tonkin
» Âge : vingt cinq ans (6 mars)
» Schizophrénie : flora (m. robbie), victoria (l. collins) & hanna (h. roden)
# Re: we get what we deserve + lydiam
message posté Dim 4 Juin - 18:36 par Lydia Hobbs

♢♢♢
/ you love when I fall apart, so you can
put me together, and throw me against the wall /

Elle pouvait voir l’impact de ses mots sur lui. Son visage changeait. Son front se plissait davantage. Son regard changeait. Elle le voyait, elle savait qu’elle avait touché une corde sensible. Quelque part, elle en était fière. Parce qu’elle voulait le faire réagir. Il était venu, se tenait devant elle dans toute sa splendeur. Ses doigts réclamaient la douceur de ses cheveux sur leurs dermes. Ses lèvres voulaient caresser les siennes à nouveau. Elle voulait lui murmurer qu’elle n’avait jamais cesser de lui appartenir, malgré la distance qu’il avait imposé entre eux depuis leur rupture. Elle avait beau être en couple, elle avait beau essayé de tourner la page, ses sentiments restaient inchangés. Toujours les mêmes, toujours constants. Son cœur battait, un peu plus, chaque jour pour lui. Parce qu’il l’avait emprisonné entre ses mains, et qu’elle ne savait pas comment faire machine arrière. Elle n’avait jamais aimé, comme elle l’aimait lui. C’était plus fort, plus intense que n’importe quelle autre relation avant. Alors, elle voulait provoquer des réactions chez lui. Après tout, ce n’était que le juste retour de bâton. Elle fixa son regard sombre, de ses prunelles vertes. Elle pouvait se perdre si facilement dans ses yeux. La profondeur de ses pupilles était captivante. Si noires, si intense. A la hauteur de leur relation. Elle pouvait voir le fond de son être, dans ses yeux. Elle le connaissait si bien. Des effluves d’alcool s’échappaient de son souffle. L’alcool le changeait, faisait ressortir un côté de lui qu’il ne voulait pas voir. Lydia le savait. « Je suis pas comme ça, Lydia. Je suis pas violent. » Elle arqua simplement un sourcil. Les traces qui naissaient à la base de sa nuque, étaient la preuve qu’il se contredisait. Il ne l’était, peut-être, pas de son plein gré. Mais dans le fond, l’alcool ne faisait-il pas que révéler notre vraie nature ? « Donc c’était pas tes mains sur moi y a deux minutes ? » S’enquit-elle, le regard toujours posé dans le sien. Elle s’avança quand il se recula. Machinalement. Sans vraiment le contrôler. « C’est ce que tu veux ? Un homme violent, égoïste et possessif ? » Elle laissa échapper un rire, aussi amer que le sien, aussi nerveux. Parce qu’elle le voulait lui, rien que lui. Dans son intégralité. Avec ses bons, comme ses mauvais côtés. C’est comme ça qu’elle l’aimait, qu’elle le connaissait. Sa possessivité et sa jalousie ne dataient pas d’hier. Depuis le début, il avait imposé Lydia comme lui appartenant. Et elle l’avait laissé. Elle l’avait laissé penser que c’était le cas, et elle avait fini par y croire elle-même. « Je t’aime Liam ! Même con comme ça ! T’as toujours pas compris ? »  S’enquit-elle, secouant doucement la tête. « Si j’étais cet homme, je n’aurais aucun scrupule à faire ce que je fais. » Elle plissa le front, se reculant finalement pour venir prendre appui contre le mur. La culpabilité qui l’habitait était étrangère à Lydia. Elle ne connaissait pas sa femme, n’arrivait pas à ressentir la moindre compassion pour elle. Son égoïsme – similaire à celui de Liam – l’empêchait d’être désolée de lui faire subir ça. Elle le voulait pour elle, rien que pour elle. C’était naïf de penser que l’éventualité pouvait être réelle, un jour. Il lui avait bien fait comprendre. « Alors pourquoi t’es là si tu te sens si coupable ? Pourquoi tu reviens alors que j’essaye de tourner la page et t’oublier ? » Son ton était bas, presque défaitiste. Elle était fatiguée. Fatiguée de devoir se battre avec lui, pour lui. Elle l’aimait, mais ce n’était pas réciproque. C’était douloureux, de la torture pour elle. Sa question était sincère. Pourquoi fallait-il qu’il revienne, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
we get what we deserve + lydiam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
» 03. Where I deserve to be
» Naomi ♦ we accept the love we think we deserve
» 4 ⊱ we accept the love we think we deserve.
» ••• WE ACCEPT THE LOVE WE THINK WE DESERVE ; ZENDAYA ♛
» Elsa ~ We accept the love we think we deserve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho-