Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).

En ligne avatar
Be yourself, everyone else is already taken.
Be yourself, everyone else is already taken.
» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 40627
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel, Sloan & Oliver.
# Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
message posté Dim 12 Mar 2017 - 17:07 par Charlotte R. P. Adams
That's the problem with drinking, I thought, as I poured myself a drink. If something bad happens you drink in an attempt to forget. If something good happens you drink in order to celebrate. And if nothing happens you drink to make something happen. ✻✻✻ Je pensais vraiment en avoir terminé avec tout cela. En arrêtant de boire il y a maintenant bientôt dix ans, je pensais que c’était pour de bon. Que je n’aurais plus ce problème, plus ce besoin absolu de tout oublier avec un verre. Plus de soucis. Mais j’ai appris avec les années que non, ce n’était pas aussi facile. Que l’envie de boire était encore là, tout le temps du départ, et puis moins au fur et à mesure. Enfin, en théorie. Parce que depuis quelques temps, l’envie est là, constamment, incessante et il devient de plus en plus dur de lutter. Pourquoi faire de toute façon, si cela est toujours aussi difficile des années plus tard. Pourquoi ne pas boire, ne pas oublier le temps de quelques heures, et se sentir mieux. Je sais aussi que cela ne serait qu’une illusion, que rien n’aura changé, mais oublier l’espace d’un instant est une pensée tellement attirante. Je lutte seule depuis maintenant trop longtemps, pour encore parvenir à avoir assez de volonté et ne pas craquer. Je suis faible, je le sais, mais arrivé à ce stade, cela ne me dérange même plus. De toute façon, le résultat est le même au final, l’envie d’un verre est encore présente. J’essaie quand même de penser à autre chose, de me concentrer sur la fin de mon trajet, et du fait que d’ici moins de dix minutes je serais chez moi. Plus en sécurité, qu’il sera peut-être plus facile de faire autre chose. Ou bien le fait de me retrouver seule, sera pire. Ayant encore un peu de volonté, et de bon sens j’essaie d’appeler Peter. Je m’en veux de le mêler à cela, mais je ne sais pas vers qui d’autre me tourner. Cela ne me semble pourtant pas juste de faire encore une nouvelle fois appel à lui, surtout sachant qu’il a vécu tout cela auparavant. Seulement, il m’est totalement impossible d’appeler Amanda, ou même mon frère, je ne supporterais pas de les inquiéter. Encore moins, de voir une nouvelle fois que je les déçois. Non, c’est totalement au-dessus de mes forces. Par le passé je n’ai même pas eu l’envie de demander de l’aide, ce qui est déjà un énorme progrès. Mais ce n’est pas assez. Malheureusement, je tombe sur son répondeur, et je préfère ne pas laisser de message. Pour quoi dire de toute façon. Je finis par sortir du métro, à quelques arrêts de chez moi, pour prendre l’air. J’ai l’impression d’étouffer, il me faut de l’air. Je tente une nouvelle fois de l’appeler, mais sans plus de résultat. Et maintenant quoi ?

Pourquoi avoir lutté pendant si longtemps ? Je ne me souviens même plus de pourquoi j’avais arrêté de boire dans un premier temps. Mes problèmes ne me semblent désormais plus si important, voir totalement ridicule, tandis que l’alcool commence doucement, mais sûrement à faire effet. À quoi bon lutter, si c’est pour se retrouver misérable au final ? Autant faire passer le tout avec un verre. Ou plutôt deux, avec celui-là. Je suis totalement incapable de me contrôler une fois que j’ai commencé, et pour dire la vérité, je n’ai absolument pas envie d’essayer. Cela ne sert à rien de toute façon, surtout que l’envie est toujours là. Autant plonger, au moins plus rien ne semble être important. Les soucis, l’anniversaire de ma fausse-couche qui arrive à grand pas, le fait de savoir Elijah ici, et tout le reste. Plus rien ne me paraît aussi grave, alors que je termine mon deuxième verre. Je retrouve des sensations, des habitudes que j’avais oubliées depuis longtemps. Je commande un nouveau verre, encore un. Plus je bois, et plus la vie me paraît belle. J’avais oublié combien tout semble allait mieux avec de l’alcool. C’est une chose qu’ils ne nous rappel pas aux alcooliques anonymes. Non, ils nous parlent du fait qu’il ne faut pas boire, que cela entraîne tout un tas de problèmes. Mais j’ai l’impression d’avoir plus de problèmes en étant sobre, que maintenant. Là tout de suite je me sens bien. Plus joyeuse, plus insouciante, mieux. Mon téléphone sonne, et il me faut un peu de temps pour parvenir à le sortir de mon sac. Si bien que je manque l’appel la première fois. Mais aussitôt il sonne de nouveau, pour laisser apparaître le nom de Peter. Je me souviens vaguement avoir essayé de l’appeler plutôt, ce qui me semble être il y a maintenant des heures. Je n’arrive pas à faire attention à ce qu’il me dit, si bien que je parviens tout juste à lui dire où je me trouve. Je raccroche, avant de boire mon verre d‘une traite. Je commence à avoir chaud, et la tête qui tourne, mais cela ne m’empêche pas d’en commander un autre. J’enlève ensuite mon gilet, avant de me diriger aux toilettes. Le sol ne cesse de bouger, ou bien ce sont mes jambes qui ne marchent plus droit, je ne sais pas vraiment. Je parviens à faire ce que j’ai à faire, sans trop de problème, pour revenir et trouver Peter. « Peter ! » J’ai presque encore oublié qu’il m’a appelé il y a peu. Je ne comptais pas avoir de la compagnie ce soir, mais j’aime bien Peter. J’essaie tant bien que mal de rejoindre ma place, sans tomber ce qui est plus difficile qu’il n’y paraît. « Qu’est-ce qui t’emmène dans le coin ? » Lui aussi, il a besoin de boire pour oublier ?

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5680
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
message posté Mer 15 Mar 2017 - 11:15 par Peter Montgomery
They burnt her wings so she rose from the ashes with new ones. Wings of flame; burning brighter with every move she made. ✻✻✻ « J’peux mélanger ? » Avec un sourire, Peter place la cuillère en bois dans la main de Beth. En cuisine, il a toujours du mal à déléguer, mais étrangement, il adore cuisiner avec sa fille. Il lui transmet ainsi un peu de sa passion, et c’est toujours plus intéressant que de jouer à la dinette ou aux petites voitures. Même si Peter ne s’en plaint pas non plus. Simplement, pouvoir passer du temps avec elle, tout en cuisinant, c’est combiner deux choses qu’il adore faire. Peu importe que la cuisine soit pleine de farine, et que la pâte du gâteau soit pleine de grumeaux. Ici, ce n’est pas ce qui compte. Tout ce qui importe, c’est le moment présent, c’est le sourire fier sur le visage de Beth.
Une fois le gâteau mis au four, Peter quitte la cuisine, laissant un peu de temps à Beth avant d’aller au bain. Celle-ci retrouve rapidement ses poupées, et Peter sourit en observant la scène. Il remarque alors que son téléphone, posé sur la table basse, fait de la lumière, indiquant qu’il a raté un message ou un appel. Ce n’est pas rare qu’il ne s’en rende pas compte, puisqu’il est loin d’avoir toujours son téléphone sur lui. Il observe l’écran. Deux appels manqués de Charlotte. Devrait-il s’inquiéter ? Sans attendre, il déverrouille le téléphone et presse quelques boutons pour rappeler Charlotte. Les sonneries se succèdent, dans un écho assourdissant, jusqu’au répondeur. Peter raccroche, avant d’essayer à nouveau. Elle ne l’aurait pas appelé pour rien. Cette fois, elle décroche dès la première sonnerie, mais il a du mal à comprendre ce qu’elle dit. Il y a du bruit derrière elle, et sa voix est différente de d’habitude. Ou bien est-ce parce qu’il ne l’a jamais trop entendue au téléphone ? Elle lui donne une adresse, le nom d’un lieu, qui pourrait être un restaurant, ou bien un bar, et la communication est vite coupée. Il devrait y aller, pour s’assurer que tout va bien pour Charlotte. Surtout qu’il sait ce qu’elle traverse en ce moment, même si elle ne lui en a pas reparlé depuis la fois où elle était venue chez lui.
Au bout de deux minutes à se demander ce qu’il doit faire, Peter finit par appeler Rachel. Hayley étant encore au travail, c’est le plus logique, et sa cadette est ravie d’accepter de s’occuper de Beth ce soir. Depuis l’annonce de sa grossesse, elle passe encore plus de temps avec sa nièce, même si Peter ne veut pas non plus abuser. Mais ce soir, c’est exceptionnel. Et peut-être que ça ne sera rien, et qu’il sera vite rentré. En un court trajet en voiture, il dépose Beth chez Rachel, s’excusant à nouveau, sans donner de véritable raison. Il ne saurait pas comment lui expliquer. Et rapidement, il reprend la route, pour aller jusqu’à l’adresse indiquée par Charlotte. Il se gare à proximité, et découvre que c’est bien ce qu’il craignait. Il s’agit d’un bar. De plus en plus inquiet, Peter pénètre à l’intérieur, cherchant Charlotte des yeux. « Peter ! » Finalement, c’est elle qui le trouve. Il n’a pas besoin d’en voir plus, il sait qu’elle a bu de l’alcool. Elle tient à peine debout, et a les joues toutes rouges. « Qu’est-ce qui t’emmène dans le coin ? » Il l’aide à s’assoir sur le tabouret, sans savoir comment agir, ou même réagir. Il n’a jamais géré ce genre de choses. Il n’est pas parrain, parce qu’il a peur que ça soit trop de responsabilités. Il ne s’est jamais lié à quelqu’un d’autre aux réunions, sans doute pour contenir cette part de lui, pour qu’elle reste à part du reste. Mais ce soir, il est en plein dedans, et il ne peut qu’agir. Ou au moins essayer. « Tu m’as appelé, je t’ai rappelée. Tu te souviens pas ? » Vu l’état dans lequel elle est, ça n’a rien de surprenant. « Qu’est-ce qui s’est passé ? » Plutôt que de la disputer – ce que Peter aurait du mal à faire – il préfère poser des questions. Elle a cédé à ses démons, malheureusement. Et à cet instant, dans ce bar bondé, aux odeurs fortes et à l’ambiance tamisée, ceux de Peter ne lui ont jamais paru aussi proches.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne avatar
Be yourself, everyone else is already taken.
Be yourself, everyone else is already taken.
» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 40627
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel, Sloan & Oliver.
# Re: Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
message posté Mer 15 Mar 2017 - 18:37 par Charlotte R. P. Adams
That's the problem with drinking, I thought, as I poured myself a drink. If something bad happens you drink in an attempt to forget. If something good happens you drink in order to celebrate. And if nothing happens you drink to make something happen. ✻✻✻ Je n’arrive plus à me souvenir de pourquoi est-ce que j’ai tant voulu arrêter de boire la première fois. Pour ma famille, ma sœur plus particulièrement et pour ma nièce, mais est-ce qu’au final cela en valait la peine. Je n’ai pas l’impression que les choses aient changés, ou que ma vie soit meilleure désormais. Mon mariage n’a pas tenu la route, celui de ma sœur non plus, même s’il y a encore de l’espoir pour elle. Tout ce que je pensais être dernière moi, est revenus d’un seul coup sans prévenir, ne me laissant pas le temps d’essayer de me protéger. Non, le retour d’Elijah a ravivé bien trop de souvenirs, des souvenirs douloureux. Je ne pensais pas que des années plus tard, la douleur serait toujours aussi violente, comme si cela s’était passé il y a quelques jours, et non une dizaine d’années. Alors pourquoi faire semblant, pourquoi avoir arrêté de boire, si au final le résultat est le même. La douleur toujours aussi violente, l’envie de crier, de pleurer, ou de disparaître lorsque cela refait surface. Je ne me suis jamais réellement autorisé à repenser à tout cela, fuyant l’Australie pour venir à Londres, dans l’espoir de prendre un nouveau départ. Cela a marché, parce que je me suis concentrée sur autre chose. Ma sobriété, mon blog, mon mariage, ma sœur, Ava, ma famille, et moi dans tout cela, je me suis oubliée. Alors forcément, tout est revenu d’un coup, parce que je n’ai jamais réellement fait mon deuil, et que je refuse même l’idée d’y penser. C’est beaucoup trop. Trop douloureux, trop difficile, trop de souvenirs, trop. C’est à cela que j’ai pensé en buvant mon premier verre, à quoi bon avoir arrêté, si c’est pour être aussi misérable aujourd’hui. L’alcool ne résoudra pas mes problèmes, de ça j’en suis parfaitement conscience, il me faudra bien plus, mais pour quelque temps, ça rendra le tout plus supportable. Comme si mes problèmes étaient moins importants, moins nombreux, moins douloureux. Tout passe mieux avec de l’alcool. Au deuxième, tout me semble ridicule, pourquoi m’inquiéter pour si peu. Je n’ai plus envie de penser, d’être réaliste, de garder les pieds sur Terre, j’ai besoin d’oublier. De penser à autre chose, de ne plus être moi-même, d’être quelqu’un d’autre. Et l’alcool fait parfaitement l’affaire. J’en viens même à oublier pourquoi je suis entrée ici en premier lieux. Tout me semble si dérisoire.
L’espace d’un instant je suis surprise de retrouver Peter lorsque je reviens des toilettes. Il me faut quelques temps, et beaucoup de concentration pour me souvenir qu’il m’a appelé, ou que je l’ai appelé, je ne sais plus vraiment. J’essaie de faire attention à ne pas tomber, pour revenir à ma place, et j’ai vaguement conscience que Peter à m’assoir. « Tu m’as appelé, je t’ai rappelée. Tu te souviens pas ? » Je hausse les épaules en guise de réponse, ce qui n’en ai pas une. Quelque-chose me dit que maintenant qu’il est là, je ne vais plus vraiment pouvoir boire. « Qu’est-ce qui s’est passé ? » Il semble vraiment vouloir savoir, ce qui pourrait presque être sympathique. « Je sais plus vraiment. » J’ai vaguement conscience d’avoir eu une mauvaise journée, ou semaine, et que boire m’a semblé être la meilleure chose à faire pour oublier. Et cela a marché, ou presque. Pas encore totalement, mais ce n’est qu’une question de temps. « Mais je sais que ça va beaucoup mieux désormais. » Il me semblait avoir commandé un autre verre avant de partir, mais dans le doute je fais signe au barman. J’ai l’impression que je ne pourrais pas assez boire pour être complètement satisfaite. C’est un sentiment bien trop familier. Cette impression que rien n’est jamais assez bien, que tout le monde est bien mieux, que la vie des autres est plus belle, mieux réussi, et moi derrière. Dans la famille, j’ai toujours l’impression d’être celle qui a tout raté, même si on ne cesse de me répéter que non. Mais je vois bien les regards qu’ils se lancent quand il est question d’alcool, ce sur quoi il n’avait pas totalement tort, ou bien lorsqu’il s’agit des enfants. Tout le monde semble désolé pour moi, et je déteste cela. Je n’ai besoin de personne pour me rappeler combien j’ai gâché ma vie. « Tu veux quelque-chose ? C’est moi qui offre. » Je manque de tomber de mon tabouret, et me rattrape in-extremis. Je dois avouer que dans mes souvenirs je tenais beaucoup mieux l’alcool que cela. Mais ça doit être comme le vélo, ça va finir par revenir. « Tu sais, t’es pas obligé de rester. Ça va. » Maintenant bien mieux, tout à l’air si drôle et fascinant, comme si je redécouvrais la vie. Je ne voudrais pas l’empêcher de faire ce qu’il a à faire, ou qu’il m’empêche de continuer à boire. Pourquoi faire de toute façon, ça ne rendrait pas les choses mieux. Je n’ai de toute façon pas l’intention de m’arrêter maintenant, il est trop tôt, et je ne suis pas encore complètement insensible, signe que je n’ai pas encore assez bu.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5680
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
message posté Sam 1 Avr 2017 - 13:27 par Peter Montgomery
They burnt her wings so she rose from the ashes with new ones. Wings of flame; burning brighter with every move she made. ✻✻✻ Depuis qu’il est sorti de son enfer personnel, Peter a tendance à éviter ces petits enfers qu’on trouve à tous les coins de rue, appelés ‘bars’. Ces lieux où l’alcool coule à flot et où il craint la tentation que cela peut représenter. Bien sûr, travaillant dans la restauration, il n’a pas d’autre choix que d’accepter de voir passer du vin sous son nez. Ne pas servir d’alcool dans un bistrot à inspiration française serait stupide, tout simplement. Mais depuis qu’ils ont ouvert le Beth’s Bistrot, Peter n’a jamais eu de soucis. Il lui arrive même d’afficher au menu quelques plats cuisinés avec de l’alcool, même s’il délègue la préparation dans ce cas. Même aujourd’hui, il a peur de faiblir un jour, de craquer face à la tentation.
Cela fait au moins un an qu’il n’a pas mis les pieds dans un bar, alors qu’il en appréciait l’ambiance, lors de soirs de compétitions sportives par exemple. Mais les odeurs sont trop fortes et, la dernière fois qu’il était entré dans un pub, il s’était aussi senti à part. Comme s’il n’avait plus rien à faire ici. Pourtant, ce soir, il y rentre sans hésitation. Juste le temps de bien vérifier l’adresse, puis il chercher Charlotte des yeux dans l’endroit aux lumières tamisées. Bien sûr, il a peur de ce qu’il va trouver. Si elle est ici, c’est qu’elle a laissé ses démons gagner, ou qu’elle est sur le point de le faire. S’il espère pour la deuxième solution, il constate bien rapidement une fois qu’elle l’a trouvé qu’elle a, effectivement, craqué. Et pas qu’un peu, puisqu’elle peine même à tenir debout, et ne semble pas se souvenir de lui avoir parlé au téléphone. « Je sais plus vraiment. » Elle lui avait fait part de ses souffrances, de ce qui la hantait, et des peurs qu’elle avait de recommencer à boire. Déjà en octobre, elle avait été sur le point de craquer, mais ils n’en avaient pas reparlé depuis. Ils s’étaient croisés plusieurs fois, surtout au restaurant, mais le sujet n’était pas revenu sur le tapis. Alors Peter avait pensé que ce n’était que l’affaire d’un soir, une envie qui avait aussitôt disparu. Et il s’en veut de s’être trompé. Peut-être aurait-il pu davantage l’aider. Ou peut-être pas, il n’en sait rien. « Mais je sais que ça va beaucoup mieux désormais. » Cette sensation, Peter la comprend. Une fois qu’on a commencé à boire, tout semble aller mieux, comme par magie. Jusqu’au moment où l’effet s’estompe, et où tout est pire. Et c’est sans doute pour ça qu’on recommence aussitôt, inlassablement. Pour annihiler cette sensation de mal être profond. Pour oublier tout ce qui ne va pas. Sauf que ça n’est jamais que temporaire.
« Tu veux quelque-chose ? C’est moi qui offre. » Debout à côté de Charlotte, il remarque qu’elle manque de tomber, avant de se rattraper à son tabouret. La voir ainsi lui paraît étrange. Comme si ça ne faisait que lui montrer son futur à lui, un futur auquel il ne peut pas échapper, peu importe ses efforts. Charlotte a fait des efforts pendant dix ans, et, aujourd’hui, elle est de retour à la case départ. A quoi bon ? Mais non, il la connaît la réponse à cette question. Il a une raison de faire tous ces efforts. « Tu sais, t’es pas obligé de rester. Ça va. » Un instant, Peter se demande pourquoi elle l’a appelé. Pour qu’il craque avec elle, puisqu’elle lui offre même un verre ? Pour ne pas être seule ? Ou bien était-ce un appel à l’aide. Un appel à l’aide dont elle ne se souvient plus, maintenant que tout semble aller mieux. « Je préfère rester, si ça ne te dérange pas. » Dit-il en s’asseyant sur le tabouret à côté. Il ignore la marche à suivre, mais a l’impression d’avoir récupéré une responsabilité qu’il a toujours refusée. Mais pas une seule seconde il n’envisage de repartir et de laisser Charlotte derrière lui. Elle a besoin d’aide, elle n’en est simplement pas consciente. Et c’est pour ça qu’il ne sait pas ce qu’il doit lui dire. Il ne veut pas, et ne peut pas, lui faire la leçon. Tout comme il ne veut pas la brusquer. Mais il voudrait au moins pouvoir la faire sortir d’ici, avant que son état n’empire encore. « Par contre, je n’ai pas soif. » Il pourrait tout à fait commander quelque chose sans alcool mais il n’en a pas envie. Il n’a pas envie de s’éterniser ici. Il espère que Charlotte ne va pas commander autre chose et décide qu’il vaut mieux la tenir occupée en discutant, pour éviter qu’elle n’y pense. Alors il dit la première chose qui lui vient. « Comment s’est passée ta journée ? » Sujet banal, et presque déplacé quand il sait comment sa journée se termine mais peut-être qu’il pourra mieux comprendre. Et parler du problème de façon détournée. « Moi, j’ai failli me faire attaquer par le chien d’une cliente au restaurant aujourd’hui. Heureusement qu’un serveur a réussi à rattraper la laisse, sinon il aurait fait de sacré dégâts en salle. Je ne comprendrais jamais pourquoi les gens emmènent leur animal au restaurant, encore plus quand il est si peu dressé. » D’ordinaire peu bavard, Peter raconte un événement finalement peu signifiant de sa journée, dans l’espoir d’être un peu plus à l’aise dans cette atmosphère qu’il voudrait quitter au plus vite.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne avatar
Be yourself, everyone else is already taken.
Be yourself, everyone else is already taken.
» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 40627
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel, Sloan & Oliver.
# Re: Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
message posté Ven 5 Mai 2017 - 15:12 par Charlotte R. P. Adams
That's the problem with drinking, I thought, as I poured myself a drink. If something bad happens you drink in an attempt to forget. If something good happens you drink in order to celebrate. And if nothing happens you drink to make something happen. ✻✻✻ Pourquoi avoir arrêté, alors que tout est beaucoup plus marrant avec de l’alcool ? Je ne sais vraiment plus, et je ne compte pas répondre à cette question ce soir. Non, ce soir j’ai plutôt envie de boire, et de profiter. J’ai même l’impression d’être beaucoup plus marrante et plus intéressante avec un peu de l’alcool dans le sang, que lorsque je suis sobre. Non, ma vie est chiante. J’ai l’impression d’être chiante, toujours à être responsable, à ne pas vouloir inquiéter les gens, à prendre sur moi. Ce soir, j’aurais plutôt envie de dire à ma sœur qu’elle a fait une connerie en quittant l’Australie avec Ava sans dire un mot à son mari. Qu’ils devraient essayés de se remettre ensemble, au lieu d’être aussi gêné l’un avec l’autre. Je devrais aussi appeler Milo et lui dire, que ses efforts ne servent à rien, qu’il reste toujours le con qui a décidé de la fin de notre mariage. Ou encore Elijah pour lui avouer que le voir est tellement douloureux, que si j’en suis là c’est en parti sa faute. Peut-être que je devrais. Je me sentirais sans aucun doute beaucoup mieux après. Peut-être pas demain, mais ce soir oui. Et est-ce que ce n’est pas le plus important au fond. Être heureuse maintenant, et ne pas se préoccuper du reste. Toutes ses choses que j’aimerais dire en temps normal, mais que je ne fais pas pour ne pas blesser les autres. Seulement au final je fini par tout garder pour moi, et c’est moi qui en souffre le plus. Sinon, je n’en serais pas là. J’en ai bien conscience. Si je ne gardais pas tout pour moi, je n’aurais surement pas eu besoin de boire ce soir, et de vouloir oublier ma vie. Cela fait des semaines que je garde cela pour moi, je n’ai même pas encore osé avouer à Amanda que j’avais revu Elijah, pour qu’elle ne s’inquiète pas pour moi, et au final je suis là à boire. Trop, ou pas encore assez je ne sais pas vraiment. Mais tant que je tiendrais debout, pourquoi m’arrêter. Je ne suis plus à un verre près ce soir de toute façon. Et qu’importe si Peter est là, il est libre de partir s’il le souhaite. « Je préfère rester, si ça ne te dérange pas. » Ou pas apparemment. Mais je n’ai pas besoin de baby-sitter, ni qu’il me fasse la morale. Pour une fois, j’aimerais bien pouvoir ce que je veux, sans qu’on me le reproche. « Par contre, je n’ai pas soif. » Je hausse les épaules, tant pis pour lui. Je ne sais plus si j’ai appelé le barman, et dans le doute j’essaie de faire signe, avant d’être interrompu par Peter.
« Comment s’est passée ta journée ? » Je fronce les sourcils, totalement confuse par sa question. Qu’est-ce que cela vient faire là ? De toute façon, je ne vois pas ce que ma journée vient faire là, et puis je ne me rappel pas. Ou plutôt, je n’ai pas envie de m’en souvenir. Toutes mes journées sont mauvaises et difficile en ce moment. « Moi, j’ai failli me faire attaquer par le chien d’une cliente au restaurant aujourd’hui. Heureusement qu’un serveur a réussi à rattraper la laisse, sinon il aurait fait de sacré dégâts en salle. Je ne comprendrais jamais pourquoi les gens emmènent leur animal au restaurant, encore plus quand il est si peu dressé. » À essayer d’imaginer la scène, voilà que je me mets à rigoler. Ça n’a rien de vraiment drôle en réalité, mais j’ai l’impression qu’il vient de me raconter l’histoire la plus amusante du monde. J’en viens à manquer de souffle, ce qui m’oblige à arrêter un moment. J’ai désormais chaud en plus du reste, et j’en viens à enlever mon pull, avant de faire signe pour enfin avoir ce foutu verre. Devant la tête du barman, je me doute que le résultat en face de lui ne doit pas être très beau, mais j’en fou complètement. Je veux juste un verre. Plus d’alcool, pour moins de soucis. Ce n’est quand même pas si compliqué. « On parlait de quoi déjà ? » J’ai un trou de mémoire. Qu’est-ce que Peter fait ici de toute façon. Les choses sont un peu floues, sans parler de la chaleur, et du fait que je ne suis plus habituée à boire autant. Il ne manquerait plus que je finisse malade en plus du reste. Ça ne serait qu’une chose de plus parmi le reste de toute façon. Rien ne va depuis quelques temps, alors pourquoi ne pas en rajouter. C’est toujours ainsi, non ? Quand on croit avoir touché le fond, il y a toujours pire. « Je crois que j’ai besoin d’air. » Je ne crois pas que ce soit normal que la pièce tourne autant, non ?

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim
» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 5680
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Riley & Diana & Alexander
# Re: Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
message posté Ven 26 Mai 2017 - 11:53 par Peter Montgomery
They burnt her wings so she rose from the ashes with new ones. Wings of flame; burning brighter with every move she made. ✻✻✻ Face à la détresse de Charlotte, Peter ne sait que faire. Il sait bien qu’il ne peut pas la laisser seule, mais il ne sait pas non plus comment l’aider. Il n’a jamais connu ce genre de situation. Du moins, pas du côté de la personne sobre, qui veut aider. Mais Charlotte ne veut pas être aidée, pas pour l’instant. Il le voit bien, parce qu’elle a l’alcool heureux et que, pour l’instant, ça efface tous ses problèmes. C’est demain que tout sera différent. Quand les effets de l’alcool auront disparus et qu’elle devra se demander si elle doit boire un nouveau verre, pour retomber dans un cercle vicieux mais sécurisant et facile, ou si elle veut arrêter à nouveau. La deuxième solution demande toujours plus d’efforts et, face à tout ça, Peter se demande si c’est utile de se battre. Si, dans tous les cas, on finit par sombrer à nouveau, à quoi bon ? Mais la réponse à cette question, il la connaît, et c’est pour cela qu’il tient, qu’il ne cède pas face à ses vieux démons. S’il se bat, c’est pour Beth et son futur. Mais voir que ça ne devient pas plus facile avec le temps, malgré les dix années de sobriété de Charlotte, ça a tendance à le démoraliser.
Difficile de trouver comment l’aider quand toutes ces pensées lui traversent l’esprit. Il sait qu’elle ne veut pas entendre des reproches, ni des pensées moralisatrices. Pour avoir été à sa place, Peter est conscient qu’il n’y a rien de pire, et qu’elle risquerait de ne plus vouloir l’écouter ou lui adresser la parole. Alors à la place, il lui parle de sa journée, en espérant qu’elle se confiera sur la sienne, et qu’il pourra comprendre ce qui l’a poussée à venir jusqu’à ce bar ce soir. Il se doute que c’est aussi à cause de ce qui lui est arrivé récemment, puisqu’elle lui avait déjà confié son envie de boire, mais peut-être s’est-il passé un élément déclencheur aujourd’hui. Pour pouvoir l’aider, il faudrait déjà qu’il puisse comprendre. Enfin en détails. Mais il n’est pas certain qu’elle veuille en parler, pas ce soir. Il est surpris lorsqu’elle éclate de rire après qu’il lui ait raconté son histoire. Elle est de bonne humeur au moins. A vrai dire, il ne sait pas s’il l’a déjà vue d’aussi bonne humeur. Mais il n’est pas assez stupide pour croire les apparences. Si l’alcool sait cacher les problèmes, l’effet ne dure pas. Ne dure jamais assez longtemps. Son anecdote n’était pas si drôle que ça, mais il faut un moment pour que le fou rire de Charlotte cesse. « On parlait de quoi déjà ? » Elle doit avoir beaucoup trop bu pour oublier si facilement des choses qui viennent de se passer. Tout comme elle avait oublié l’avoir appelé. « De rien d’important. » Dit-il en souriant doucement. Il est inquiet et quelque peu désemparé avec tout ça, et ne sait pas ce qu’il peut faire. Être là pour elle ce soir n’est pas chose facile. Surtout quand la tentation est si proche de lui. Mais il préfère ne même pas y penser. Il ne peut pas craquer, et ne compte pas le faire. Même si ça a l’air facile, même si ça rend heureux, même si ça fait oublier ses problèmes.
« Je crois que j’ai besoin d’air. » Peut-être que Charlotte ne réalise pas encore qu’elle a besoin d’aide, mais c’est un premier pas. Une fois qu’ils seront dehors, ça ira mieux. Ou peut-être pas. Parce que ça sera dur pour Charlotte, surtout demain matin. Il n’ose pas imaginer sa réaction, en réalisant qu’il avait cédé face à l’alcool, même le temps d’une soirée. Mais il n’est pas là pour la culpabiliser, c’est justement tout ce qu’il ne souhaite pas. « Appuie-toi sur mon bras, on va sortir un peu. » Propose-t-il, l’entraînant un peu plus rapidement que prévu lorsqu’il voit le barman revenir avec le verre commandé par Charlotte. Autant éviter qu’elle soit distraite à nouveau par l’alcool. Les pas vers la porte sont laborieux, et heureusement qu’il la soutient, sans quoi elle serait sans doute tombée. Finalement, il pousse la porte et l’air frais contraste avec l’ambiance de l’intérieur. Ça fait un bien fou. Peter l’aide à s’appuyer contre le mur, remontant au passage les manches de son manteau sur ses bras, avant d’en faire de même avec le sien. « Qu’est-ce qu’il fait froid ! » Frissonne-t-il, sans bien savoir quoi dire à Charlotte. Il l’observe, essayant d’évaluer son état, effrayé à l’idée qu’elle encore trop ivre, mais aussi à l’idée qu’elle dessaoule rapidement. Il lui proposerait bien de la ramener chez elle, mais a peur qu’elle ne se braque et ne reparte à l’intérieur. Il préfère ne pas prendre de risque, laisser Charlotte décider, et simplement essayer de l’influencer dans la bonne direction. Pour reprendre le bon chemin. Le chemin escarpé, avec des rambardes bancales et un précipice de l’autre côté. Pas le chemin tranquille au bord de la mer. Non, ça serait trop simple.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Drinking is fun ! It makes me feel horrible and sexy ! (Charter).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Somethin’ ‘bout you makes me feel like a dangerous woman.
» MARLÓN makes me feel good • l. bernardini
» everything that kills me makes me feel alive ✤ (madge)
» Maël | Everything that kills me makes me feel alive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London-