Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)

avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.
» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 5618
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Sloan & Oliver.
# Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Mer 15 Mar - 16:30 par Rachel Montgomery
Friends... they cherish one another's hopes. They are kind to one another's dreams. ✻✻✻ Je me réveille en sursaut, confuse, et ne sachant plus où je me trouve. Il me faut quelques secondes pour me souvenir que je suis dans mon bureau, et pour réaliser que j'ai dû m'assoupir un moment. Comme souvent ces derniers temps. Je suis légèrement vaseuse, et l'envie de me rendormir et vraiment tentante. Mais à la place, je m’étire tout en baillant. Je ne sais pas quelle heure il est, ni combien de temps je me suis endormie. J'ai vraiment du mal à contrôler mon corps en ce moment, ce qui en devient un épuisant, et un poil énervant. Je m'étire une nouvelle fois, avant de regarder l'heure sur mon téléphone, quinze heures trente-quatre. J'me suis endormi une bonne demi-heure, et j'espère vraiment que personne ne m'a vu. Ce n’est généralement pas très bien vu de s’endormir au travail, enceinte ou pas. Le réveil est difficile, et je prends note mentalement de ne plus m’endormir de la sorte en plein milieu de l’après-midi, d’autant plus que j’ai mal au cou. J’essaie de faire disparaître la douleur en m’auto massant, mais cela n’a pas vraiment grand effet. En revanche, il y en a un, ou une, qui semble d’attaque, vu les coups de pieds que je ressens. Je pose une main sur mon ventre dans l’espoir de le calmer, mais rien à faire. Tant pis, il va me falloir faire avec, jusqu’à ce que cela passe. Je me lève, pour aller aux toilettes, ayant une nouvelle fois envie de faire pipi.  C’est insupportable, j’ai l’impression de passer mon temps à faire cela, plus manger et dormir. Trois activités qui semblent prendre tout mon temps en ce moment. L’envie d’un café, et d’une cigarette, me fait envie, mais bien évidemment je ne peux faire ni l’un, ni l’autre. Comme tout un tas de chose. Parfois, j'ai vraiment hâte que tout soit terminé, ne serait-ce que pour fumer une cigarette, et boire un verre de vin. Mais dans l'ensemble je suis vraiment heureuse d'être enceinte. Surtout que cela sera peut-être la seule et unique fois, alors je suis bien décidée à en profiter au maximum. Il me faut d’ailleurs de nouveaux vêtements, tellement je me retrouve à l’étroit dans mes habits de tous les jours. Ma jupe qui m’était trop grande, serait presque trop étroite désormais, et c’est la même chose avec presque toute ma garde-robe. Tout en me lavant les mains, je constate que mes cheveux sont légèrement en bataille, comme pour trahir ma sieste improvisée. J’essaie tant bien que mal de remettre de l’ordre, tout en étouffant un bâillement. Je m’écouterais je retournerais finir ma sieste. Seulement, je ne suis pas sûre que ce soit apprécié.
Le reste de l’après-midi se passe sans problèmes, mais je suis bien heureuse quand je peux enfin partir. En ce moment, j’ai un mal fou à me concentrer sur mon travail, ce qui ne m’était encore jamais arrivé auparavant. Dans l’ascenseur, je réalise que je n’ai pas vraiment envie de rentrer tout de suite, surtout pour me retrouver seule. Non, à la place je décide plutôt de passer voir Walt. Nous ne sommes pas vus depuis un moment, principalement parce que je ne fais pas grand-chose ces derniers temps, c’est donc l’occasion idéale de remédier à cela. Je ne suis cependant pas sûre que me rendre dans un bar soit la meilleure idée qui soit, étant donné que je pourrais tuer pour un verre d’alcool, mais tant pis, je prends le risque. Et puis, il me faut parfois bien moins que cela pour avoir envie de tuer quelqu’un. Par exemple les personnes qui veulent à tout prix toucher mon ventre comme si cela était quelque-chose d’exceptionnel. Je ne sais pas s’ils s’imaginent que cela va leur porter chance, ou bien s’ils pensent que cela me fait plaisir, mais c’est tout le contraire. Je ne comprends pas pourquoi cela attire autant de monde. Surtout les hommes, ce qui franchement n’a aucun intérêt. Je n’avais jamais fait attention à cela avant. Il semblerait que leurs rapports entre les gens changent, quand une femme enceinte est impliquée. Si j’apprécie les changements de mon corps, et les attentions de mes proches, j’ai en revanche beaucoup plus de mal aves les inconnus. La plupart se sentent d’en l’obligation de me parler de ma grossesse, ou de la leur, ou de me donner des conseils. Cela je m’en moque totalement. Je suis contente pour moi, et je suis toujours heureuse de sentir le bébé bouger, mais je ne me sens pas obligé d’en avertir tout le monde, ou de partager cela avec la Terre entière. Les gens ne semblent plus avoir aucune retenue, ce qui n’est absolument une chose que j’avais prévu. J’entre dans le bar d’un pas décidé, tout en essayant de repérer mon ami. Chose qui ne tarde pas à arriver. « Si je te donne un énorme pourboire, tu me sers un verre de vin ? » Je sais d’avance que je n’ai aucune chance, d’autant plus que je ne le boirais pas, mais boire sans alcool depuis des mois, ce n’est franchement pas l’extase. Sans attendre, je m’installe ayant mal au dos, et aux jambes. Encore un aspect que je n’apprécie pas.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre du mois
membre du mois
» Date d'inscription : 12/10/2014
» Messages : 16772
» Pseudo : cléa/molette.
» Avatar : garrett hedlund.
» Âge : vingt-neuf ans.
» Schizophrénie : hal + swann + bugsy.
# Re: Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Dim 19 Mar - 21:10 par Walt Fowler
Pour la première fois depuis un moment, le bar était plutôt calme. Même s'il se plaignait souvent du chaos qui régnait parfois dans le bar, surtout les soirs de week-end, mais il s'ennuyait quand aucun client ne venait le distraire. Les femmes étaient quelconques, pas de match de foot à la télévision à regarder, la soirée promettait d'être longue si elle continuait sur la même lancée. Pendant que son employé était en train de s'occuper des quelques clients présents, Walt était tranquillement assis derrière le bar à siroter une bière tout en préparant son entraînement de foot du lendemain. Peu importe comment se passait sa vie, entraîner des enfants était toujours une bouffée d'air frais qu'il attendait chaque semaine avec impatience. Il acceptait de faire des horaires pas possible pour faire tourner le bar, à condition qu'il ne manque à aucune de ses obligations de coach. Après avoir fini ce qu'il avait à faire, il commence un peu à tourner en rond, il aurait bien laissé son employé tout seul pour la soirée, mais après les problèmes de vol qu'ils avaient eu avec la précédente barman, il ne préférait pas retenter l'expérience. Il avait bien trouvé les sudokus et les mots croisés étranges de Danny, mais il s'énervait à peine une minute après avoir commencé. Il se lance alors dans tout ce qui lui passe sous la main pour s'occuper, une partie de fléchettes avec des clients, le ménage et même le compte des bouteilles. Certes, il n'avait pas le temps de voir grand monde avec ses horaires démentiels, mais il pouvait toujours proposer aux gens de venir le voir. La perspective d'un verre gratuit était un argument imparable dans la plupart des cas. Après avoir essuyé des refus de la part de Julian et Rhys, ses doigts hésitent un long moment sur le prénom de Rachel. Depuis qu'il avait avoué à Remy son implication dans la grossesse de la rousse, les choses étaient toujours tendues et il esquivait tout ce qui pourrait ramener Rachel sur le tapis. Il effaçait même les textos, bien que très banals qu'il échangeait avec son amie, dans la crainte que Remy tombe dessus et lui fasse une crise de jalousie. Dans le feu de l'action, lorsqu'il essayait de sauver son couple, il avait dit qu'il pourrait arrêter de voir l'avocate si elle le voulait, mais il en était capable, il ne pouvait pas tourner le dos à une amie sans raison valable (la jalousie de sa copine n'en étant vraiment pas une). Toute cette histoire de grossesse avait pris des proportions qu'il n'avait pas imaginées, mais il ne reprochait absolument rien à Rachel, c'était lui qui s'était proposé en écoutant que son bon cœur. Aucun retour en arrière n'était possible, alors cela ne servait vraiment à rien de ruminer sa décision sans cesse. Il était occupé à essuyer des verres derrière le bar quand une chevelure flamboyante attire tout de suite son attention. Un grand sourire se placarde sur son visage en reconnaissant Rachel, comme si ses prières avaient été entendues, quelqu'un venait le sortir de son ennui. Sa grossesse commençait véritablement à se voir et devenait plus concrète dans l'esprit de Walt, un bébé était en train de grandir dans son ventre. « Si je te donne un énorme pourboire, tu me sers un verre de vin ? ». Il explose de rire, pas étonné le moins du monde par sa requête. Vu son amour pour ses cigarettes et pour son vin, elle devait vivre un véritable calvaire. Les femmes étaient beaucoup plus courageuses que les hommes. Si les rôles avaient été inversés, il aurait craqué au premier match de foot qu'il aurait regardé sans être en mesure de boire une bière. « Nope, mais je peux te servir un super cocktail sans alcool, y'en a qu'on une couleur presque similaire à du vin, ça pourrait faire illusion. ». Par principe, Walt n'essayait jamais de refourguer des cocktails sans alcool aux clients, on ne venait pas dans un bar comme le sien pour boire un jus de fruit. Sa mine était penaude de devoir lui imposer cela, mais il serait un piètre ami s'il lui servait son verre de vin sans broncher. « Raconte moi tout, t'as la chatte en chaleur ? Tes boobs ont grossi ? ». Tandis qu'il débite ses bêtises, il se penche au-dessus du comptoir pour essayer d'apercevoir sa poitrine et de se rendre compte par lui-même. Malheureusement, ses vêtements l'empêche d'avoir une vue dégagée. Ce qu'il pouvait voir clairement, c'était le ventre bien visible qui avait pris du volume depuis la dernière fois qu'il l'avait vu. « Des news sur le sexe ? J'attends toujours de savoir pour lui acheter tout un tas de cadeaux inutiles qui vont te rendre folle. ». Il avait tout un tas de questions à lui poser, il s'apprête à se saisir de sa bière pour prendre une gorgée, mais se ravise au dernier moment, en soutien pour Rachel et sa sobriété forcée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.
» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 5618
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Sloan & Oliver.
# Re: Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Lun 20 Mar - 15:05 par Rachel Montgomery
Friends... they cherish one another's hopes. They are kind to one another's dreams. ✻✻✻ Allez dans un bar, alors que je ne peux pas boire d’alcool, je me demande si je n’aime pas me faire du mal. Seulement ce n’est pas de ma faute si Walt travail ici, et si c’est l’endroit le plus facile pour pouvoir le voir. Ma sobriété n’est que passagère, j’ai déjà prévu de fêter la naissance de cet enfant avec de l’alcool, beaucoup d’alcool et des cigarettes. J’ai l’impression d’être horrible, mais vraiment se priver de certaines choses pendant neuf mois, ce n’est quand même pas facile. Sans parler du reste. Si j’apprécie globalement être enceinte, étant bien décidé à en profiter au maximum, je déteste devoir aller aux toilettes toutes les demi-heures, le mal de dos, les nausées et les privations pour les choses principales. Je pourrais trouver tout un tas d’autre-chose, mais quand je sens le bébé bouger dans mon ventre, je me dis que tout le reste n’a pas d’importance. Encore quelques mois, et tout sera oublié, du mois je l’espère. J’ai envie de croire ma mère pour le coup, vu le nombre que nous sommes, je suis presque sûre qu’elle a raison. Mais cela n’empêche pas, que je trouve dommage d’être ici et de ne pas pouvoir commander un verre d’alcool, ou plutôt un verre de vin. Je commence à vraiment avoir une grande admiration pour Peter qui fait cela depuis des années maintenant. « Nope, mais je peux te servir un super cocktail sans alcool, y'en a qu'on une couleur presque similaire à du vin, ça pourrait faire illusion. » Je grimace rien qu’à l’évocation d’un cocktail sans alcool. Malheureusement je n’ai pas vraiment le choix, ce qui me fait pousser un soupir. « Ils n’en ont pas le goût aussi par hasard ? » Je suis à un stade où je pourrais presque tuer pour une gorgée de vin certain jour. J’ai toujours eu l’habitude de décompresser avec les mauvaises journées avec un verre de vin, hors je n’ai pas encore trouvé une solution de remplacer, en général je reste seulement de mauvaise humeur. Heureusement que je vis seule. « Sers-moi un truc sans alcool. N’importe quoi. » Je suis moins regardante que le vin, sur les cocktails. Je n’aurais jamais pensé que cela serait aussi difficile, et encore c’est pire pour les cigarettes. Une fois assise, j’enlève ma veste pour la poser à côté de moi. « Raconte moi tout, t'as la chatte en chaleur ? Tes boobs ont grossi ? » Sans avoir le temps de répondre, je le vois se pencher, sans aucun doute pour constater par lui-même. Walt tout craché. Je ne peux m’empêcher de sourire, même si je doute qu’il y ait une énorme différence. J’ai l’impression d’avoir grossi au niveau du ventre sans aucun doute, et au niveau des cuisses, mais pas vraiment pour le reste. Pas les bons endroits de toute évidence. « Je sais pas. J’ai pas l’impression que ça se pas stock aux bons endroits. » Je ne peux m’empêcher de regarder ma poitrine pour essayer de voir, mais sans vraiment grand résultat. Un peu sans aucun doute, mais rien d’exceptionnel. « Pour le reste, non rien de plus que d’habitude. Il paraît que ça ne devrait plus tarder. » Et après toutes les différentes histoire que j’ai pu entendre, je n’ai pas vraiment hâte d’en passer par là. Surtout étant célibataire, et sans personne pour pouvoir m’aider dans ces moment-là. « D’ailleurs si tu connais quelqu’un d’intéressé, n’hésite pas à m’en faire part. » Sait-on jamais. Je suis peut-être enceinte, mais cela n’empêche pas d’en profiter. Encore faut-il pouvoir trouver quelqu’un d’intéressé. « Des news sur le sexe ? J'attends toujours de savoir pour lui acheter tout un tas de cadeaux inutiles qui vont te rendre folle. » Je sais d’avance que cela ne sert à rien de dire quoique ce soit, puisque rien ne le fera changer d’avis. Je le connais suffisamment pour le savoir. Et je sais aussi qu’il ne sera pas le seul. « Tu risques d’attendre un moment. » Je lui adresse un léger sourire. « Je n’ai pas voulu savoir. Ça sera donc une surprise. » Parfois j’ai envie d’appeler pour finalement savoir, mais au final je préfère le découvrir à la naissance. Je n’ai pas vraiment de préférence, et tout ce qui m’importe c’est qu’il soit en bonne santé et que tout ce passe bien pour nous deux. Le reste, peut bien attendre. Ma mère n’a pas eu l’air de cet avis, comme beaucoup de personnes qui ne semblent pas comprendre pourquoi attendre pour savoir. « Et toi alors ? Toujours avec ta copine, ? » Le mot me fait bizarre à dire à Walt, je ne suis pas vraiment habituée. C’est presque étrange de savoir que de nous deux, c’est lui qui est dans une relation, ordinaire ou non. Définitivement le monde ne tourne pas rond.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre du mois
membre du mois
» Date d'inscription : 12/10/2014
» Messages : 16772
» Pseudo : cléa/molette.
» Avatar : garrett hedlund.
» Âge : vingt-neuf ans.
» Schizophrénie : hal + swann + bugsy.
# Re: Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Sam 8 Avr - 20:09 par Walt Fowler
Si Walt s'y connaissait bien en bébé et en enfant, il était beaucoup moins au point sur ce qui se passait chez les femmes pendant leur grossesse. Tout ce qu'il savait c'est qu'elles n'avaient pas le droit de fumer, de boire, de manger des sushis et qu'elle était très très hormonales, comme si elles avaient leurs règles non stop pendant neuf mois. De ce qu'il pouvait voir, Rachel était toujours plus ou moins la même, elle n'avait même pas essayé de lui arracher la tête lorsqu'il avait essayé de mater ses seins. Sur ses ordres, il commence à lui servir un verre de cocktail, ainsi qu'un pour lui, histoire qu'elle ne soit pas obligée d'être à la diète toute seule. Il suffit que Rachel laisse entendre qu'elle pourrait être intéressée pour rencontrer quelqu'un et le cerveau de Walt se met à fumer. Depuis qu'il n'était plus célibataire, il ne pouvait plus draguer pour lui-même, mais il s'amusait beaucoup à trouver des partenaires pour ses amis. À part Danny, il ne connaissait aucune autre femme attirée par les femmes également. Néanmoins, il voyait passer des clientes potentiellement lesbiennes à longueur de temps et il ne louperait pas l'occasion de les envoyer dans la direction de Rachel si jamais. Bon, il n'était pas convaincu que le look femme enceinte soit vraiment attirant, mais il pouvait toujours essayer. Malgré ce qu'elle disait, il voyait mal Rachel se tapait des relations d'un soir, alors qu'elle était enceinte. « Tu risques d'attendre un moment. ». Il fait mine d'être profondément déçu, mais il pouvait bien attendre encore quelques mois pour découvrir le sexe du bébé. « Je n'ai pas voulu savoir. Ça sera donc une surprise. ». Walt fronce les sourcils, pas certain de vraiment comprendre pourquoi elle voudrait attendre pour le découvrir. La grossesse était déjà bien assez pleine de surprises sans en rajouter, mais il s'abstient d'en rajouter encore davantage. Il dépose le verre pour Rachel sur le comptoir, avec comme décoration un petit parasol ridicule, il fallait bien ça pour égayer une boisson sans alcool. « Et toi alors ? Toujours avec ta copine, ? ». L'utilisation du mot copine est tout aussi perturbant pour lui que pour Rachel apparemment. Même s'ils n'étaient pas passés loin d'une séparation à cause du bébé-gate, Walt pouvait toujours l'appeler sa copine. Néanmoins, il n'avait aucune envie de faire culpabiliser Rachel d'une manière ou d'une autre, il ne voulait pas qu'elle découvre que sa grossesse était la cause d'une dispute permanente avec Remy. « Ouais, d'ailleurs faut que je te montre une photo ! ». Aussitôt, il s'empresse de sortir son téléphone de sa poche et de se mettre à la recherche d'une photo de l'australienne présentable, il réalise rapidement qu'elle est dénudée sur la plupart. Il arrive finalement à en trouver une convenable selon ses standards. Il colle ensuite le portable sous le nez de Rachel pour qu'elle puisse voir par elle-même Miss Australie en maillot de bain. « Avoue tu mouilles un peu. ». Son sourire est joueur, il n'était absolument pas gêné que sa copine puisse plaire à d'autres que lui. Elle avait été élue Miss Australie, alors il savait pertinemment qu'elle plaisait au plus grand nombre. « Si je te montre sa photo, c'est pas pour que tu te masturbes en pensant à elle ce soir... ». Cette fois, il est un peu plus gêné et hésite quelques secondes sur la manière de formuler sa pensée sans en dévoiler trop. Pour se laisser quelques secondes de répit, il porte son verre de cocktail à sa bouche pour prendre une longue gorgée. Bon, mais manquant clairement d'alcool. « Si jamais tu vois cette personne sur la photo dans la vraie vie, tu t'appelles pas Rachel, Brenda, le prénom à la con de ton ex, ce que tu veux, mais pas Rachel. C'est pour ta survie ! ». Pour quelqu'un qui ne voulait pas lui dévoiler ce qui s'était passé avec Remy, il en avait peut-être trop dit, mais il ne voulait pas prendre de risques. Il savait à quel point l'australienne était jalouse et il n'avait aucune idée de comment elle réagirait si elle se retrouvait face à face avec Rachel. Walt devait avouer que sa copine avait réagi de manière beaucoup plus excessive qu'il ne l'avait anticipée, elle avait quand même été loin en lui demandant s'il comptait la quitter pour se mettre avec Rachel. « Mes potes l'appelle le bébé Bluetooth. ». Son regard tombe sur le ventre de son amie et Walt ne peut s'empêcher de se demander à quoi il ressemble, quelle taille il a. Sans doute qu'il était un peu plus excité par cette grossesse, qu'il ne l'aurait été pour celle de quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.
» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 5618
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Sloan & Oliver.
# Re: Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Jeu 11 Mai - 23:23 par Rachel Montgomery
Friends... they cherish one another's hopes. They are kind to one another's dreams. ✻✻✻ Deux verres sans alcool, Walt avec une copine, le monde a vraiment tourné fou. Je n’aurais pas pensé cela possible de se voir, sans aucun de nous deux ne boive, mais j’apprécie le geste. C’est déjà assez difficile de ne pas pouvoir le faire pendant neuf mois, encore plus dans un bar, alors voir Walt suivre le mouvement, rend les choses un peu plus supportables. Un peu. Le vin me manque quand même, pas autant que la clope, cela dit. J’avais cru avoir pensé à tout, tout bien calculé, mais s’était sans prendre en compte ma dépendance à la cigarette. Tout comme je ne pensais pas avoir autant envie de vin, à moins que ce ne soit la grossesse qui me donne encore plus envie. Je ne saurais pas vraiment dire. Je prends le verre, un peu à contre cœur, heureusement ce n’est pas mauvais, cela manque juste d’alcool. « Ouais, d'ailleurs faut que je te montre une photo ! » Je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée qu’il puisse avant quelqu’un dans sa vie. Une vraie relation, sérieuse et tout le reste. Ça en est presque choquant quand on connaît Walt, mais s’il est heureux, c’est après tout le principal. Je suis curieuse de voir la photo, histoire de pouvoir arrêter d’imaginer à quoi elle pourrait ressembler. De toute façon, je crois que tant que je ne les aurais pas u ensemble, je n’arriverais pas vraiment à y croire. Comme pour le Père Noël. En attendant la fameuse photo, je joue avec mon petit parasol qui semble triste de se retrouver dans ce cocktail, comme je le comprends. Sans avoir le temps de me préparer, voilà que me je me retrouve le portable de Walt devant le visage. Je recule ma tête légèrement, pour pouvoir mieux voir. Elle est loin d’être moche. « Avoue tu mouilles un peu. » Sa remarque me fait sourire, c’est du Walt tout craché. « Si je te montre sa photo, c'est pas pour que tu te masturbes en pensant à elle ce soir... » Je lève les yeux au ciel, en l’entendant parler. Comme si c’était le cas à chaque fois que je vois une fille. Mon dieu, ça serait vraiment invivable. De toute façon c’est plus facile de paraître joli sur une photo. Non, que je doute qu’elle soit moche en vrai. « J’essaierais de me retenir, mais je te promets rien… » Je regarde encore la photo un instant, exprès. « Avec les hormones, c’est difficile de se contrôler. » Ce qu’il ne devrait pas peiner à comprendre, même sans les hormones. Je bouge légèrement pour mieux m’installer, mais c’est peine perdue. Aucune position ne semble être la bonne en ce moment, je fini toujours pas avoir mal quelque part. « Si jamais tu vois cette personne sur la photo dans la vraie vie, tu t'appelles pas Rachel, Brenda, le prénom à la con de ton ex, ce que tu veux, mais pas Rachel. C'est pour ta survie ! » Je fronce les sourcils. Qu’est-ce qui s’est passé ? Vu notre discutions de la dernière fois, je suppose qu’il a fini par lui en parler, et vu sa remarque cela ne s’est sans doute pas très bien passé. « T’as fini par lui en parler ? » C’est plus une affirmation qu’une question, mais peut-être que j’aurais le droit d’en savoir un peu plus comme cela. Mon avantage c’est que je n’ai de compte à rendre à personne. Je ne suis pas en couple, personne ne semble être intéressé pour que ce soit le cas, ce qui me laisse libre comme l’air. Libre de faire un bébé toute seule, avec un peu d’aide. En revanche, ça doit être plus compliqué pour lui. Il aurait pu refuser cela dit, alors je ne vais pas trop culpabiliser à cause de cela. Surtout, qu’il a déjà rempli sa part, et que je n’attends rien d’autre venant de lui. Je n’ai pas envie que mon bébé, soit cause de dispute, ou de prise de tête de mon côté. Bien au contraire, c’est quelque-chose que j’attendais depuis longtemps, et je ne peux que me réjouir à cette idée. C’est le cas, à chaque fois que je le sens bouger, à chaque fois que j’achète quelque-chose pour lui, à chaque échographie, à chaque fois que j’y pense… Il n’y a pas que des bons côtés, mais j’essaie de vraiment me focaliser sur le positif dans tout cela. « Mes potes l'appelle le bébé Bluetooth. » J’éclate de rire à cette idée. C’est loin d’être le cas pour moi. « Crois-moi, quand il me donne des coups, il est tout sauf bluetooth. » Je grimace à cette pensée, avant de boire une nouvelle gorgée. « Parfois je me demande s’il me déteste pas, à frapper aussi fort. » Bien sûr que non, du moins je ne crois pas, mais je dois reconnaître que par moment, c’est tout sauf agréable. Et bien évidemment, en ce moment il doit dormir, puisque c’est le calme plat. « Tu sais ce que je déteste ? Devoir boire ce cocktail à la con. » Il est bon, mais ça manque franchement de vin.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre du mois
membre du mois
» Date d'inscription : 12/10/2014
» Messages : 16772
» Pseudo : cléa/molette.
» Avatar : garrett hedlund.
» Âge : vingt-neuf ans.
» Schizophrénie : hal + swann + bugsy.
# Re: Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Lun 29 Mai - 14:03 par Walt Fowler
Le monde ne tournait vraiment pas rond. Il était dans une relation de couple et Rachel se retrouvait à élever un bébé toute seule. Depuis qu'il avait annoncé à Remy son implication dans la grossesse de son ami, il n'était plus aussi certain de sa décision de ne pas faire parti de la vie de cet enfant. Après tout, il avait toujours rêvé d'avoir des enfants et absolument pas d'être en couple. Puis, le connaissant, il finirait par tout foutre en l'air avec l'australienne pour une raison ou pour une autre, c'était presque inévitable. Il avait déjà frôlé la catastrophe à l'aéroport, mais il avait été prêt à dire n'importe quoi pour la retenir. La vérité, c'est qu'il était effrayé de ne pas être capable de refréner ses éléments paternels à la naissance du bébé. Rachel était son amie, il ne comptait pas disparaître de sa vie simplement pour se préserver. « T'as fini par lui en parler ? ». Il hoche la tête tout en faisant tourner son verre entre ses doigts, pas certain de ce qu'il était prêt à lui divulguer. Il préférait de loin changer la conversation vers la réaction de ses potes qui était bien plus drôle à son avis. « Crois-moi, quand il me donne des coups, il est tout sauf bluetooth. ». Cette simple phrase lui fait plus de mal qu'il n'aurait plus l'imaginé, parce qu'il imagine déjà le bébé en mini footballeur dans le ventre de sa mère. Il aimerait pouvoir être capable de toucher son ventre comme tous les autres pères et de connaître cette sensation lui aussi. Il jalousait Rachel, parce qu'il ne pourrait jamais faire un bébé tout seul. Peut-être qu'il laissait passer sa seule chance pour une femme avec qui il n'était pas certain de passer le reste de ses jours. Son envie d'avoir des enfants finirait par le rattraper tôt ou tard et il ne voulait pas être vieux quand ce jour arriverait. Il ne voulait pas être un de ces pères fatigués par la vie qui sont incapables de faire du sport avec leurs enfants ou qui refusent de jouer avec eux en permanence. Il voulait l'expérience totale. « Parfois je me demande s'il me déteste pas, à frapper aussi fort. ». Cela ne devait pas être facile pour Rachel de vivre cela toute seule. De n'avoir personne à ses côtés pour partager ses doutes. Personne pour la rassurer en cas de coup de mou. Alors, Walt était obligé de la rassurer lui-même. « Je suis sûr qu'il est juste super excité de pouvoir sortir de son petit cocon pour rencontrer sa maman. ». Il essaye de lui adresser le sourire le plus rassurant possible. Qu'un bébé donne des coups n'avait rien d'anormal après tout, dans son esprit c'était un signe qu'il était en bonne santé et dynamique. « Tu sais ce que je déteste ? Devoir boire ce cocktail à la con. ». Cette fois, il explose de rire, pas du tout surpris de sa remarque, surtout vu ce qu'elle lui avait dit en arrivant dans le bar. Pour en remettre une couche, il porte son propre verre à ses lèvres et fait une grimace très exagérée. « On est deux ! Faudra se plaindre au barman. ». En l'occurrence lui-même. Ne pas boire d'alcool était un faible prix à payer pour toutes les joies qui l'attendait dans le futur, mais il pouvait comprendre que la difficulté de la grossesse puisse faire oublier cet aspect. « Rachel, faut que je te demande un truc... ». Cela ne lui ressemblait pas de tourner autour du pot comme ça, mais il fallait qu'il demande, sinon il continuerait à se tracasser avec ça. Il aimait savoir qu'elles étaient les possibilités qui s'offraient à lui avant de prendre une décision. « Je sais que je t'ai dit que je voulais pas avoir de rôle dans la vie de cet enfant... ». Rien que de le dire lui paraissait stupide, alors qu'il rêvait si intensément d'en avoir, c'était d'ailleurs pour cela qu'il n'avait pas hésité une seconde à aider Rachel. Pour qu'elle puisse réaliser son rêve. « Je pense que j'ai menti et que j'essayais juste de protéger ma relation. ». Sa décision avait été uniquement prise dans le but de ne pas faire fuir Remy, car il savait qu'elle ne voulait pas d'enfants. Sauf qu'il ne se voyait pas passer sa vie à sacrifier ses désirs pour faire plaisir à une autre personne. Ce n'était pas comme ça qu'une relation de couple saine fonctionnait de toute façon. Oubliant un instant que son verre ne contenait absolument pas d'alcool, il le finit d'une traite sans que cela ne lui donne plus de courage. « Je me demandais si ta proposition d'avoir un rôle tenait toujours ? Ou si j'avais définitivement raté le coche ? ». Avant de prendre des décisions sur son avenir, il avait besoin d'avoir des certitudes sur ses options.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.
» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 5618
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte, Jamie, Sloan & Oliver.
# Re: Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
message posté Mar 30 Mai - 13:48 par Rachel Montgomery
Friends... they cherish one another's hopes. They are kind to one another's dreams. ✻✻✻ Visiblement je n’en saurais pas plus sur le sujet. Je n’ai pas envie de le forcer à m’en parler s’il n’en a pas envie, mais si je suis censé ne pas donner mon véritable prénom, ce que la nouvelle n’a pas dû être bien prise. Ce qui, dans un sens, et complétement compréhensible. Je ne peux m’empêcher de rigoler, quand il me parle du surnom donné au bébé par ses amis. Il est vrai que cela représente pas mal la situation, du moins de son côté. Du mien je ressens tout, et parfois ce n’est pas des plus agréables. « Je suis sûr qu'il est juste super excité de pouvoir sortir de son petit cocon pour rencontrer sa maman. » Je crois plutôt qu’il aime me faire souffrir, pour que je n’oublie pas sa présence. Ce qui ne risque pas d’arriver puisque plus le temps passe, et plus je deviens énorme. Bientôt je ne pourrais plus voir mes pieds et j’aurais besoin d’assistance en permanence. Ce qui n’est pas de chance, puisque je suis seule. Et bien sûr l’alcool ne peut pas m’aider à supporter tout ça, puisque je ne peux pas en boire. Parfois, je me demande comment on peut avoir envie de remettre ça. Cela dit, il n’y a pas non plus que des mauvais côtés. « On est deux ! Faudra se plaindre au barman. » Sa remarque me fait rire, même si malheureusement il ne peut rien de plus pour moi. Je bois donc une gorgée, plus pour m’occuper que par réellement envie. Je n’aurais jamais cru possible d’être dans un bar, et de ne pas avoir envie de boire ma boisson. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû beaucoup plus en profiter avant de démarrer tout ça. « Rachel, faut que je te demande un truc... » Je relève immédiatement la tête, surprise par ses paroles. Généralement Walt est du genre à aller droit au but, et non à s’interrompre comme ça. Heureusement que je suis déjà enceinte, sinon je pourrais croire qu’il a changé d’avis pour m’aider. Je lui adresse un sourire, avec un vague signe de tête pour qu’il continue de parler. « Je sais que je t'ai dit que je voulais pas avoir de rôle dans la vie de cet enfant... » Alors c’est donc ça. Je suis un peu étonnée, sans l’être vraiment. Je sais qu’il a lui aussi envie d’avoir des enfants, mais il semblait être sûr de sa décision de ne pas faire partie de la vie de ce bébé. « Je pense que j'ai menti et que j'essayais juste de protéger ma relation. » Ça aussi, j’avais cru le comprendre. Ce qui à mon avis risquait fort de ne pas marcher. On ne peut pas être dans une relation, et faire d’aussi gros sacrifice. Avec le temps, cela doit vraiment commencer à peser. « Je me demandais si ta proposition d'avoir un rôle tenait toujours ? Ou si j'avais définitivement raté le coche ? » Je suis quand même un peu sonnée, parce qu’il faut reconnaître que je m’attendais pas à cela. Je suis aussi curieuse de savoir ce qui a pu le faire changer d’avis, lui qui semblait vraiment sûr de sa décision. J’ai aussi besoin de quelques secondes pour réaliser ce que cela impliquerait. « Et bien… » Ça en fait des choses. Je termine mon verre cul-sec, comme lui auparavant, mais hormis un léger goût sucré, ça ne m’apporte rien. Je suis à mon cinquième mois de grossesse, et jusqu’ici j’ai dû me débrouiller toute seule, puisque je n’avais pas le choix, mais est-ce que c’est vraiment ce que j’ai envie de faire jusqu’à la fin de ma vie ? Et puis sans Walt, je n’en serais peut-être pas là, et je serais franchement égoïste de finalement l’exclure. « Oui, ça tient toujours. » Après tout, c’est aussi techniquement son enfant, ce qui serait donc ridicule de ne pas le laisser avoir un rôle s’il le veut vraiment. Peut-être que cela risque de compliquer un peu les choses, et tout ne sera pas forcément facile, mais j’ai toujours été pour qu’il puisse s’investir s’il le voulait. « Qu’est-ce qui t’as fait changer d’avis finalement ? » Et pourquoi maintenant ? Je lui tends mon verre vide, pour qu’il me remette la même chose, faute de pouvoir boire autre chose. « Bouge pas, je reviens. Je dois encore aller aux toilettes. » Encore une chose, dont je me passerais bien, mais malheureusement je n’ai pas le choix. Il me faut du temps pour descendre du tabouret, du temps pour marcher, du temps pour tout. Je n’ose pas imaginer ce que cela sera vers la fin. Après avoir terminé, je me passe de l’eau sur le visage, encore un peu étourdie par ce qu’il vient se passer. Je m’installe de nouveau, tout en réfléchissant. « Je ne risque pas ma peau, avec tout ça ? » Parce que j’ai cru comprendre que sa copine n’avait pas très bien accueilli la nouvelle, alors maintenant qu’il voudrait s’investir, je ne voudrais pas me retrouver dans une situation compliquée. J’ai déjà bien assez à faire de mon côté.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Life is tough enough without having someone kick you from the inside. (Walt)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London-