Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Recrutement !
Un recrutement est en cours sur le forum, jusqu'au 20.10. Toutes les infos, par ici.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3109
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
# It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Mer 12 Avr - 19:23 par Marlon D. Wallenstein


   
   Lou-Ann & Marlon
   Quote ou titre du rp

L
e temps était maussade en ce mois de janvier. Il y avait un mois que j'étais sorti de l’hôpital. Un mois et j'avais l'impression que c'était hier. Je me demande pourquoi je suis encore là. J'étais persuadé qu'en me coupant les veines je réussirais à m'en aller, mais il faut croire que j'ai une bonne étoile quelque part. Je trouve ça tout à fait étonnant quand on sait ce que j'ai vécu et tout ce qui a pu se passer avant. Je me demande où elle était passée tout ce temps-là et pourquoi elle ne me laisse pas partir. Si mon frère était arrivé plus tard je serais mort. Je ne sais pas où j'aurais été, mais j'aurais été loin d'ici, loin de mes problèmes et de ma vie si minable. Je marche vers la salle de sport, capuche sur la tête, cigarette au bord des lèvres, sac à dos sur les épaules, on me dit souvent que je ressemble à un adolescent. Je le prends rarement mal parce que j'ai des blessures encrées en moi qui me rappelle trop cette période et quelque part, je vis à travers le passé. J'ai besoin de me défouler, aujourd'hui c'est donc vers la salle de boxe que je me dirige. Il y a un mois que je n'y suis pas venu. J'ai loupé plusieurs séances. Je ne sais pas si l'entraîneur à été au courant mais sûrement. J'ai levé les yeux vers le complexe sportif au moment ou il commençait à pleuvoir. Je suis entré et j'ai déposé mes affaires dans les vestiaires des garçons avant d'aller dans la salle. Les entraînements étaient mixte ici. J'ai aperçus Lou au loin. On s'était rencontré ici, il y a quelques temps. J'avais commencé la boxe en septembre. Elle en faisait depuis plus longtemps que moi et j'étais sur qu'elle me battait à plate coutures. J'ai hoché la tête en guise de bonjour et je suis parti taper dans un des puching-ball. J'ai passé mes nerfs sur lui. Ça me faisait du bien de taper. J'y ai mis un peu trop d'énergie. Je me suis senti vaciller. Le médecin m'avait dit de ne pas faire trop d'effort. J'étais encore faible selon lui. J'avais besoin de reprendre des forces. Il m'avait conseiller de manger de la viande, mais j'étais végétarien alors je n'avais pas écouté ses conseils. Je suis allé m’asseoir à terre et j'ai bu un peu d'eau. Ça allait passer. J'avais l'habitude. J'ai vu Lou me rejoindre. Lorsqu'elle a été à ma hauteur j'ai dit :

« Salut. »


Elle commençait à être habituée par mon manque de vocabulaire. Je ne parlais pas tellement sauf quand j'étais de bonne humeur et c'était rare. Je pouvais avoir de longue conversation, tant que ce n'était pas de moi qu'on parlait. Je me demandais pourquoi elle continuait de venir après toutes ces années. Je ne lui avais jamais posé la question. Je ne lui avais même jamais demandé comment elle avait eu l'idée de commencer les cours. C'était sûrement une passion tardive ou une envie de se dépenser, mais à mes yeux elle était tellement bien faite qu'elle n'avait pas besoin de ça, même si ça gardait en forme et que le sport était bon pour la santé. J'avais l'impression qu'il y avait autre chose, mais je préférais ne pas demander. J'avais mon vieux sweet que je mettais à chaque fois pour le sport. Il commençait à être un peu usé et il était un peu trop court au niveau de la taille, mais heureusement mes poignets étaient dissimulées. Je n'étais pas tellement accro aux derniers vêtements à la mode, je gardais toujours des vieilles fringues, peut-être que j'étais trop sentimental. J'ai regardé Lou, elle était toujours classe et je me demandais comment elle faisait pour être toujours aussi rayonnante. J'espérais qu'elle ne me demande pas comment j'allais. Je n'avais pas envie de mentir mais je sentais que ça serait inévitable. Je me demandais aussi ce que l'entraîneur leur avait dit quant à mon absence, peut-être qu'il n'avait rien dit du tout et je l'espérais.

« Tu as fais beaucoup de combats le mois dernier?»

Je préférais autant demander ce que j'avais loupé. C'était une bonne technique pour ne pas parler de moi tout de suite.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Mar 18 Avr - 23:34 par Lou-Ann M. Busby
- ( marlon & lou' ) - " [flashback] it's been a longtime whitout you my friend. " - Après un an, il y a toujours ces « mauvais » rêves : Une femme qui sort d’une des nombreuses « bouches » du plus vieux métro du monde. Une femme qui marche dans les rues de la capitale londonienne en pleine nuit. Un homme qui l’attrape par le bras. Une femme « prise au piège » par cet homme muni d’une arme blanche. Une femme qui se défait de l’emprise cet homme. Une femme qui sort une arme et la pointe sur cet homme. Une femme qui appuie sur le « bouton » de l’arme. Mais, aucunes munitions ne sort de l’arme. Une femme qui fait à nouveau les manipulations nécessaires. Mais, encore une fois aucunes munitions ne sort de l’arme. Ou bien, une femme connaissant les rudiments d’un sport de combat qui est tout de même incapable de se défaire de l’emprise de cet homme. Dans tous les cas, après cet homme s’approche de la femme. C’est toujours à cet instant là que les pleurs de son enfant d’un an environ ou la sonnerie de son réveil l’en sortent. A chaque fois, son corps se redresse dans son lit dans un sursaut. Un « grand bruit » de respiration l’accompagne. Son rythme cardiaque est rapide. Ses mains sont « victimes » de tremblements tandis que ses doigts sont agrippés au bord de la couverture. Sa respiration est « bruyante » et « saccadée. » Puis, dès que le soleil se lève dans le ciel anglais la journaliste sportive se rend soit au stand de tirs qui se situe au Westfield Stratford City à l’est de la Capitale anglaise soit à la salle de sports qui se trouve dans le centre londonien. Aujourd'hui, c'est la 2ème option.

Après un court trajet sur l’une des 12 lignes dans le transport souterrain le plus ancien au départ d’une des  « bouches » se situant près de son lieu d’habitation dans le quartier résidentiel de Kensington à l’ouest de la Capitale Anglaise à l’une des « bouches » dans le centre londonienne la plus proche de la Salle de Sports. Une fois dans l’enceinte de la structure, la jeune femme fait un arrêt dans les vestiaires dans l’optique de faire le changement de ses vêtements de « ville »  contre  ses vêtements de « sports »  avant d'y déposer son sac à main et son sac de sport dans l’un des casiers mis à disposition des londoniens. Après ça, la journaliste sportive rejoint l’ensemble des autres sportifs plus ou moins « amateurs. »

Au cours de l’entraînement, un jeune homme qui n’est pas venu au cours des 31 derniers jours fait irruption dans la Salle de Sports : Marlon. Cela fait 3 ans qu’ils se connaissent.  Cela fait un mois qu'ils ne se sont pas vus. Cela fait un mois qu'ils n'ont pas eu une quelconque conversation ensemble. Ceci parce qu'il a « disparu » du jour au lendemain ! Du coup, en le voyant arrêter de donner des coups dans un « pauvre » punching ball, Lou Ann fait la même. Alors qu'il s'assoit sur le sol de la pièce afin de prendre quelques gorgées de son eau, la jeune femme le rejoint avec aussi une bouteille d'eau dans les mains. A son « Salut. » la presque trentenaire s'assoit près de lui. Après son, « Salut. » avec un sourire en coin inscrit sur les lèvres, Lou' ouvre le bouchon du contenant en plastique. Avant que ses lèvres ne touchent le goulot le «Tu as fais beaucoup de combats le mois dernier ? » de Marlon entraîne un mouvement d'épaules de haut en bas de la jeune femme suivi d'un, « Quelques uns. »  peu convaincant. Avant son, « Cela fait longtemps que t’es pas venu. » un peu de liquide transparent s’écoule dans la gorge de la journaliste sportive. Ce n’est pas sans une once d’hésitations que le « Tu vas bien .. Si t'as besoin .. » se fraye un chemin hors des lèvres de Lou Ann.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3109
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Ven 21 Avr - 13:05 par Marlon D. Wallenstein
Lou-Ann est rapidement venu me rejoindre. Il y avait longtemps qu’on ne s’était pas vu. Un mois pratiquement. Visiblement le coach ne leur avait rien dit à mon sujet et c’était tant mieux. Je n’avais pas envie de parler de ça. Je n’étais pas encore prêt et je n’étais pas encore vraiment « remis ». J’avais encore des séquelles de ma tentative de suicide. Elle m’a répondu qu’elle avait fait quelques combats, j’aurais aimé qu’elle me parle plus de ce que j’avais manqué plutôt que ce qui suivi. Mon absence n’était pas passé inaperçue. Je me doutais bien qu’elle l’avait remarqué. On passait beaucoup de temps ensemble depuis que je venais ici. J’aimais beaucoup discuter avec elle. Et pourtant je me voyais mal lui dire que j’avais voulu me tuer. J’ai dégluti. Je me suis passé une main sur le visage et je lui ai dit :

« Ouai … j’ai eu un ... des problèmes. »

C’était bien plus qu’un problème. Mes camarades de promos avaient été odieux avec moi et je n’avais pas supporter leurs remarques. Je n’avais pas supporté leur agissement, ils m’avaient poussé à bout. Ils avaient tout fait pour que je craque et j’avais craqué. Je n’étais pas allé en cours quelques jours et j’avais fini par me tailler les veines pensant tout ce qu’ils m’avaient dit, que je n’étais pas normal, que je devrais avoir honte et des tas d’autres horreurs que j’avais déjà entendus auparavant, mais que je ne supportais plus. Je ne sais pas pourquoi mais je sentais que je pouvais lui dire tout ça, qu’elle comprendrait. Je me suis levé et j’ai dit :

« Je préfère qu’on en discute à l’extérieur si ça ne t’ennuie pas. »

Je suis sorti hors de la salle sur le terrain extérieur. On entendait les footballeurs qui s’entraînait. La salle de sport était conséquente, il y avait plusieurs disciplines dont le football. Je n’avais jamais été très fan de ce sport. Je préférais quand je ne devais pas être en équipe. Je me suis assis sur les gradins attendant qu’elle en fasse de même. Je ne savais pas par quoi j’allais commencer. Il y avait à la fois tellement et peu à dire. Je ne savais pas parler de ce qui n’allait pas. Même avec le psy c’était compliqué d’en parler. La plupart du temps c’était lui qui me posait des questions et j’essayais de répondre le plus sincèrement possible. J’ai soupiré et j’ai répondu :

« Je ne sais pas vraiment par où commencer … j’ai eu … Je … disons que je ne me sentais pas vraiment bien. Ça a était une mauvaise période. »

Ce n’était pas vraiment explicite et je me doutais qu’elle voudrait plus de détails. J’ai fermé les yeux et je les ai ouverts plongeant mon regard dans le sien. J’ai fini par relever une de mes manches et de lui montrer une de mes cicatrices au poignet.

« Je sais bien que c’est peut-être un peu excessif … mais ma vie n’est pas vraiment un conte un de fée. Je n’en peux plus. »

C’était la première fois que je parlais vraiment de tout ça à quelqu’un et ça me mettait tellement mal à l’aise. Je savais ce que certaines personnes en pensaient, que c’était lâche, que c’était trop facile de ne pas affronter ses problèmes, mais ils ne vivaient pas vie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Sam 3 Juin - 0:41 par Lou-Ann M. Busby
- ( marlon & lou' ) - " [flashback] it's been a longtime whitout you my friend. " - Au cours des trente et un derniers jours, la jeune femme ne n'est pas rendue à la rencontre du coach de boxe afin d'obtenir des informations concernant l'absence soudaine de Marlon à cause de « x » raisons : n°1. En fonction des semaines Lou Ann n'est pas venue sur le lieu d'entraînement à la même fréquence. Alors, peut être que l'emploi de temps de la jeune mère et de l'étudiant en droit n'étaient pas compatibles. n°2. Même s'ils s'entendent relativement bien depuis qu'ils ont fait connaissance, Lou Ann n'a pas exclu le potentiel départ définitif de Marlon. Après tout, dans ces endroits les personnes viennent un certain temps jusqu'au moment où ce n'est plus le cas à cause de raisons divers. n°3. Certains aléas de la vie quotidienne que ce soit au niveau personnel et/ou professionnel ont un impact sur la réalisation d'activités de loisirs. C'est le cas de l'étudiant à en croire son « Ouai .. J’ai eu un .. Des problèmes. » alors qu'il se passe une main sur le visage en déglutissant. Alors que Lou Ann ouvre légèrement la bouche son  « Je préfère qu’on en discute à l’extérieur si ça ne t’ennuie pas. » l'arrête. Il se lève. Après un acquiescement d'un mouvement de la tête de haut en bas, Lou Ann se lève et le suit jusqu'aux gradins près du terrain.

Assise, les jambes de part et d'autres du banc, Lou Ann pose ses mains sur le bouchon du contenant en plastique se trouvant sur l'espace entre son corps et le corps de Marlon. Avant son « Je ne sais pas vraiment par où commencer .. J’ai eu .. Je .. Disons que je ne me sentais pas vraiment bien. Ça a était une mauvaise période. » il soupire. Presque dans l'immédiat il relève une de ses manches dévoilant des cicatrices sur son poignet. Un « Ma .. Marlon .. » se fraye un chemin hors de ses lèvres à voix basse en même temps que son « Je sais bien que c’est peut-être un peu excessif .. mais ma vie n’est pas vraiment un conte un de fée. Je n’en peux plus. » alors qu'une des mains de Lou Ann redescend la manche. Elle relève le regard vers l'étudiant en droit. « Je ne voulais pas .. Je .. » Une « moue » inscrite sur les lèvres, la journaliste sportive n'avale pas sans mal sa salive. Une de ses mains passe dans ses cheveux bruns, mal à l'aise. « Si tu veux me dire ce qu'il y a eu .. Pourquoi, tu as .. Je suis là. » Elle lui adresse un fin sourire en posant une main sur son épaule. « Mais .. Je ne veux pas que tu te sentes obligé de le faire .. Tu n'étais déjà pas obligé de me montrer, tu sais .. » Elle enlève sa main et la pose à nouveau sur le haut du contenant en plastique où se trouve déjà l'autre. Mais presque aussitôt un « Oh .. J’ai l’impression de t’avoir forcé la main .. Je suis désolée ! » sort de la bouche de Lou Ann qui laisse sa tête tomber en avant et se poser sur l'épaule de Marlon.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3109
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Lun 12 Juin - 19:07 par Marlon D. Wallenstein
Je ne savais jamais comment m'y prendre pour parler de moi, pour parler de ce que j'avais fait. C'était compliqué de faire comprendre ce qui m'était passé par la tête. Je regrettais parfois. Je regrettais aussi d'être toujours en vie. Je me demandais ce qui n'allait pas chez moi, pourquoi les gens ne m'acceptaient pas comme j'étais. Et ça me rendait dingue de voir que je n'étais pas le seul à subir l'homophobie des autres. Je voyais bien que Lou-Ann était surprise, peut-être même choquée, mais j'avais peut-être besoin aussi de lui en parler. Elle me disait que je pouvais lui parler, qu'elle était prête à m'écouter et c'était peut-être ce qu'il me fallait. Elle m'avoua qu'elle avait l'impression de s'être imposée, mais ce n'était pas le cas. Je lui ai donc répondu :

« Non ne t'en fais pas. Je ne t'aurais pas montré si je n'avais pas voulu que tu sois au courant. Je crois que … j'ai besoin d'en parler. Je veux dire … à une amie. »

C'était rare que je me confie et surtout à une amie. Je n'en avais pas des masses, je les comptais sur les doigts de la main, mais c'était peut-être mieux comme ça au fond. On ne pouvait faire confiance qu'à une paire de personnes autant que ça soit les bonnes et je sentais que je pouvais accorder cette confiance à Lou. Je la laisse poser sa tête sur mon épaule. Je ne suis pas très à l'aise avec le contact humain, mais je la laisse faire, parce que ça ne me dérange pas temps que ça.

« Je me suis pas senti obligé tu sais. C'est juste que parfois … il faut que ça sorte. Et puis tu as le droit de savoir. On a passé beaucoup de temps ensemble, c'est normal que je te raconte. »

Je ne sais juste pas comment commencer, comme toujours. Je ne voulais pas l'effrayer non plus. Je savais que ça pouvait faire fuir certaines personnes et ce n'était clairement pas le but.

« Je … je n'ai jamais vraiment été bien dans ma peau. Je pensais qu'en arrivant à la fac ça changeait, que ça ne serait plus ce lycée débile ou j'étais la tête de turc, mais ça été complètement l'inverse. Je ne sais pas comment ils ont su que j'étais gay. Je sais pas pourquoi ils ont continué à s'en prendre à moi, mais il y a eu une fois de trop et … je n'ai pas tellement réfléchis … enfin d'un côté si. Je savais où je voulais aller … alors voilà … mais il semblerait que j'ai eu de la chance. Mon frère est venu nous voir ce jour-là et il m'a trouvé et je suis toujours là. »

Je ne savais pas comment dire les choses autrement. Je ne sais pas si j'ai encore envie d'être là. Je voudrais juste qu'on me laisse tranquille, parce que je ne suis pas différent. Je voudrais que les gens comprenne, mais je n'arrive même pas à m'assumer moi-même, comment les autres pourraient le faire si je n'y arrivais pas ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Ven 18 Aoû - 16:58 par Lou-Ann M. Busby
- ( marlon & lou' ) - " [flashback] it's been a longtime whitout you my friend. " - Une tentative de suicide se trouvait être la raison de l'absence de Marlon au cours de ces trente et un derniers jours à la Salle de Sport. Observant les cicatrices qu'il avait sur les poignets, la jeune femme de presque trente ans se passait a une vitesse extrêmement rapide les images de leurs moments ici des dernières semaines, des derniers mois et des deux dernières années avant son absence. Est ce qu'il y avait eu des signes avant coureurs que Lou Ann et surtout, n'importe quel(s) membre(s) de son entourage - plus proche - aurait dû voir afin d'éviter le passage à l'acte ? Peut être. Après, certaines personnes employant le terme, ' suicide ' ne passeraient pas à l'acte - ou moins - parce qu'ils chercheraient a attirer l'attention de leurs proches. D'autres personnes ne l'employant pas, passeraient plus souvent à l'acte. Au fond, ça n'était jamais pareil selon les personnes. Alors au final, ce qui comptait en cet instant c'était que Marlon était bel et bien vivant. Maintenant, la jeune femme risquerait d'être inquiète à la prochaine absence plus ou moins longue de son ami. Alors que si Lou' n'avait pas su, aucuns changements. Puis, il aurait pu ne pas relever les manches de son gilet. Il aurait pu sortir des excuses banales, à la place. Même si la jeune femme pouvait être là, si besoin. Mais, non. « Non ne t'en fais pas. Je ne t'aurais pas montré si je n'avais pas voulu que tu sois au courant. Je crois que .. J'ai besoin d'en parler. Je veux dire .. A une amie. » Un sourire discret apparut sur ses lèvres. Bien qu'ils se connaissaient depuis deux ans, ils ne se voyaient qu'entre les quatre murs de la Salle de Sport le temps d'une heure ou deux maximum. Mais, ils avaient réussit a tisser un lien, entre eux. « Je me suis pas senti obligé tu sais. C'est juste que parfois .. Il faut que ça sorte. Et puis tu as le droit de savoir. On a passé beaucoup de temps ensemble, c'est normal que je te raconte. » Elle releva la tête de l'épaule de Marlon. « Ça ne t'obliges à rien, tu sais. » Elle fit un mouvement d'épaules de haut en bas. A cet instant, la journaliste sportive se rendit compte qu'au final il comptait faire le récit des problèmes qui l'avaient conduit à cet acte alors qu'il n'était pas au courant de son agression qui avait eu lieu juste avant qu'ils ne se rencontrent. Normal. Mais, il poserait peut être des questions a un moment. En tout cas, pourquoi est ce que Marlon avait fait ça ? « Je .. Je n'ai jamais vraiment été bien dans ma peau. Je pensais qu'en arrivant à la fac ça changeait, que ça ne serait plus ce lycée débile ou j'étais la tête de turc, mais ça été complètement l'inverse. Je ne sais pas comment ils ont su que j'étais gay. Je sais pas pourquoi ils ont continué à s'en prendre à moi, mais il y a eu une fois de trop et .. Je n'ai pas tellement réfléchis .. Enfin d'un côté si. Je savais où je voulais aller .. Alors voilà .. Mais il semblerait que j'ai eu de la chance. Mon frère est venu nous voir ce jour-là et il m'a trouvé et je suis toujours là. » Elle se mordit la lèvre inférieure, soupirant. « Je suis désolée Marlon. .. Mai, tu ne mérites pas qu'ils s'en prennent à toi .. Alors, tu n'as pas le droit de les laisser gagner ! » Elle posa sa main sur l'une des épaules de l'étudiant.  « Alors s'il te plaît ne te fait plus jamais de mal à cause de quelques personnes, d'accord ? » Elle sourit, retirant sa main. « Pourquoi est ce que tous les hommes mignons et gentils sont gays, hein .. » Elle rit légèrement.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3109
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Mar 12 Sep - 22:18 par Marlon D. Wallenstein
Je n'avais pas prévu de devoir lui dire ce qui m'était arrivé. J'évitais le sujet, mais j'avais envie qu'elle le sache. Je n'avais pas beaucoup d'amis et je me disais donc que c'était ce qu'il y avait à faire. Je ne voulais pas qu'elle me fuit. Je ne voulais pas qu'elle pense qu'elle n'était pas importante à mes yeux. Et puis j'avais besoin de parler. J'avais besoin de me confier à quelqu'un. Je ne l'avais pas vraiment fait. Je ne voulais pas imposer ça à mon frère. Il avait déjà trop de soucis à penser et puis je n'avais pas envie de remuer le couteau dans la plaie.

« Je ne me force pas. J'ai besoin de parler. Je n'ai pas eu l'occasion de beaucoup le faire. »

Je lui ai donc raconté ce qui c'était passé. Je n'aimais pas repenser à ça et j'avais envie de laisser ça derrière moi mais j'avais besoin de vider mon sac même si c'était douloureux de repenser à tout ça. Je n'avais pas envie qu'elle ai pitié. Je n'avais pas envie qu'elle me trouve trop … triste, trop pathétique. Je savais que ça ne serait pas le cas. Elle n'était pas de ce genre là. Je la connaissais assez pour le savoir. J'ai acquiescé quand elle m'a dit que je ne devais pas les laisser gagner, que je ne devais plus m'infliger ça. Je l'ai regardé et je lui ai répondu :

« Je sais, j'ai compris que ce n'était pas la solution … enfin je crois. Je voulais juste … je n'étais pas bien. Je n'ai pas vraiment d'excuses … et j'ai compris que ce n'était pas la solution, que j'avais fait du mal à ma famille. Je crois que mon frère m'en veut un peu même s'il comprend mes raisons qui m'ont poussé à faire ça, mais il en a vu beaucoup trop. »

Il m'avait retrouvé dans un mauvais état et ce n’étais pas la première fois alors forcément il en avait peut-être marre, mais cela dit ça ne changeait pas le fait qu'il soit inquiet pour moi et qu'aujourd'hui il prenait soin de moi. J'ai serré la main de lou dans la mienne et je n'ai pas pu m'empêcher de sourire à sa remarque. J'étais flatté qu'elle me trouve mignon. J'étais aussi amusé par sa phrase.

« Je ne sais pas, mais ils ne sont pas tous forcément gentils. »

J'avais connu des gars qui étaient même tous sauf gentil, quoi qu'il en soit je savais qu'elle posait cette question de façon générale. Je l'ai regardé et j'ai fini par lui dire :

« Assez parler de moi. Qu'est-ce que tu as fait toi pendant tout ce temps ? »

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Dim 1 Oct - 13:03 par Lou-Ann M. Busby
- ( marlon & lou' ) - " [flashback] it's been a longtime whitout you my friend. " - Bien qu'ils se connaissaient depuis deux ans, ils ne se voyaient qu'entre les quatre murs de la Salle de Sport le temps d'une heure ou deux maximum toutes les semaines. Ils ne se voyaient jamais en dehors. Pourtant, ils se considéraient - quand même - comme des amis. Mais, Marlon n'avait pas besoin de lui faire le récit de ou des raison(s) qui l'avait conduit a faire un passage à l'acte en s'ouvrant les veines des poignets il y a un mois. « Je ne me force pas. J'ai besoin de parler. Je n'ai pas eu l'occasion de beaucoup le faire. » Lou Ann fit un mouvement de la tête de haut en bas, acquiesçant. Certaines personnes avaient besoin de faire part a un moment du mal être qui les habitait a leurs proches. Apparemment, il en faisait partie. D'autres personnes, n'avaient pas besoin de le faire que ce soit avec des inconnus comme des professionnels ou a leurs proches. Comme, Lou Ann. Après tout, chaque personne vivait le mieux possible le ou les situation(s) traumatisante(s) et se ce qui en découlait à sa manière. Si après son agression, Lou' avait prit un rendez vous chez un psychologue avec en plus, des cours de tirs et la boxe, Marlon n'avait vu que tentative de suicide comme solution de replie face a l'harcèlement de certaines personnes a son égard a cause de son orientation.  Il devait prendre conscience qu'il ne devait absolument pas le refaire : aucunes intentions négatives de certaines personnes ne méritaient que les personnes cibles de ces dernières pour x ou y raisons décident de s'ôter la vie. Dans son cas, Marlon avait le droit d'être gay. Ils n'avaient pas besoin de connaître le sexe de la personne avec qui il couchait ou avec qui il avait une relation sentimentale. Même, ils n'avaient pas besoin de connaître le sexe de la personne avec qui il aimerait s'unir par les liens du mariage ou avoir des enfants. En fait, ils n'avaient pas le droit de juger les choix de vie  des autres sous prétexte que ça sortait du cadre du modèle traditionnel. « Je sais, j'ai compris que ce n'était pas la solution .. Enfin je crois. Je voulais juste .. Je n'étais pas bien. Je n'ai pas vraiment d'excuses .. Et j'ai compris que ce n'était pas la solution, que j'avais fait du mal à ma famille. Je crois que mon frère m'en veut un peu même s'il comprend mes raisons qui m'ont poussé à faire ça, mais il en a vu beaucoup trop. » Lou Ann fit un mouvement d'épaules de haut en bas, avec une légère grimace inscrite sur les lèvres. « Je suis sure que personne t'en veux, tu sais. » En fait, Lou Ann ne savait pas ce que pouvait ressentir des parents ou des membres d'une fratrie en apprenant ou en voyant que l'un d'eux ou l'un de leurs enfants avaient fait une tentative de suicide. Mais a son avie, le sentiment dominant chez ses parents ou son frère ne devait pas être de la colère a son égard. Mais, la peur et l'inquiétude de le perdre, non ? En tout cas, Lou' prit le parti de détendre l'atmosphère avec une phrase - bien que fausse -employait quand même souvent par la gente féminine : pourquoi les hommes mignons et gentils sont gays ? Il y avait peut être des variantes qui existaient. Il sourit. « Je ne sais pas, mais ils ne sont pas tous forcément gentils. » Lou Ann fit un nouveau mouvement de la tête, acquiesçant. « Ouais, c'est vrai .. » En même temps, ça ne serait pas possible que tous les hommes hétérosexuels soient moches et violents et que tous les hommes homosexuels soient mignons et gentils. Il y en avait un mélange dans les deux camps. Pareil concernant les femmes, hein. Bref. « Assez parler de moi. Qu'est-ce que tu as fait toi pendant tout ce temps ? » Lou Ann fit un nouveau mouvement d'épaules de haut en bas. « Tu sais, ma vie tourne autour de mon travail et de mon fils alors .. » Autant dire qu'en un mois, il n'y avait pas grand chose a dire. « Je ne suis même pas venue très souvent ici, non plus. Et puis sans mon coach personnel, ce n'était plus pareil. Alors je suis contente que tu sois de retour ! » Elle lui sourit. Evidemment, Lou' parlait de lui. Après tout faire du sport seule ce n'était pas drôle, quand même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3109
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
# Re: It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
message posté Mer 4 Oct - 16:57 par Marlon D. Wallenstein
Il y avait longtemps que je n'avais pas parlé à quelqu'un. C'était peut-être ça qu'il me fallait. Je parlais au psy, mais ce n'était pas pareil et je n'aimais d'ailleurs pas y aller, ça me rappelait quand j'y allait il y a dix ans de ça. Je me sentais pas vraiment à l'aise, comme à chaque fois que je devais évoquer les raisons qui m'avaient poussés à vouloir mettre fin à mes jours et je n'avais pas forcément envie d'en reparler avec des inconnus. C'était différent avec des amis et comme je n'en avais pas énormément, je n'étais pas mécontent d'avoir croisé Lou-Ann et je me disais que j'aurais du lui en parler plutôt, mais en dehors du club de sport on ne se voyait pas tant que ça.

Je ne suis pas aussi sur d'elle, je pense réellement que mon frère m'en veux. C'est encore lui qui m'a trouvé et je me doutais qu'il avait du encore avoir peur de me perdre. On n'avait pas parlé tellement de tout ça et en même temps, je ne cherchais pas à lui parler plus que ça, pas tant qu'il ne voulait pas d'explications, même si c'était peut-être à moi d'aller le voir en premier.

« Je ne sais pas, je pense que si, c'est … en réalité c'est la deuxième fois qu'il me retrouve. J'ai eu le même genre de problèmes quand j'étais au lycée et je ne pensais pas que ça se reproduirait. Il faut croire que je n'ai pas eu de chance, mais je regrette d'avoir essayer à nouveau. »

J'ai baissé les yeux. Je regrettais de ne pas avoir pris le temps de plus réfléchir où me confier à quelqu'un. J'avais été lâche et j'espérais que ma famille me le pardonnerait. Je leur en faisais voir de toutes les couleurs.

Je me suis intéressé alors à elle, maintenant que je m'étais livré, j'avais besoin qu'on passe à autre chose et de savoir aussi ce que j'avais manqué, en un mois il peut se passer tellement de choses.

« J'espère que ce n'est pas que à cause de moi que tu n'es plus venu et je suis content aussi d'être là. On va pouvoir sérieusement reprendre l'entraînement. »

Je lui ai souris. J'avais envie de passer à autre chose, de tourner la page et j'étais près à tout faire pour oublier ça, même si je savais au fond que je ne pourrais pas oublier. Ça resterait dans un coin de ma tête, sans doute un long moment, le principale c'était que j'étais bien là et que j'avais appris de mes erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
It's been a longtime whitout you my friend feat Lou-ann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
Page 1 sur 1
» rose ~ with or whitout you
» SEPTEMBRE ◮ whitout.. -terminé-
» Heather - I lost myself longtime ago
» Militaires 3/3
» What about playing chess?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-