Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

while hearts beat + hanna

avatar
where no eagles fly
where no eagles fly
» Date d'inscription : 23/08/2014
» Messages : 3860
» Pseudo : like animals:: prideissues (noha)
» Avatar : jamie sexy dornan; the golden torso
» Âge : 34yo, in desperate need of glasses and a new pair of ears.
» Schizophrénie : mister anger issues (stan) ; le squelette (vikander) ; le crado (fernandez) ; gale ( barnes)
# while hearts beat + hanna
message posté Mer 10 Mai - 22:20 par Theodore A. Rottenford

i have lost control over everything, even the places in my head. Son parfum me retenait captif. La lumière traversait mes prunelles, dressant une étoile sous ma paupière qui tremblait. L’image de Jamie se fracturait entre les néons des réverbères. Hanna ou la malédiction ? Je ne voulais plus choisir. L’ignorance était la torture. Je soulevais les yeux. Les nuages se dessinaient dans les voussures écarlates de Londres. Ce n’était qu’un rêve. Une relation passagère. J’étais l’enfant de la pègre. Elle n’était qu’un visage mêlé dans une foule de coeurs. Je pressais les lèvres afin de gouter ses saveurs légères. La chair avait rempli ma bouche alors que sa voix tirait sur les voilages de la chambre. Je la voulais encore. Parce que les cuisses étaient aussi profondes que la nuit. La véritable domination se transformait en jeu sexuel. Je pressais les mains sur le volant. Ma langue lapait les vestiges de son corps. Ce n’était qu’une femme. Mais son parfum était une invocation. Je l’entendais - le halètement mielleux et le sifflement rauque. Son bassin ployant entre les battements de mes cils. Ses épaules chevrotantes dans une demie-mesure, parce que je lui intimais l’immobilité. Je lui interdisais de venir tant que je n’avais pas effleuré son clitoris. Ce soir, il s’agissait du même bar. Les décorations n’avaient pas changé. Et son parfum était toujours là, encré dans ma gorge. Imbibé par le plaisir tourmenté d’un sentiment qu’on refusait de montrer. Je claquais mon talon sur l’accélérateur. Elle me retrouvait au comptoir, près du distributeur de cigarettes. Mon regard ondulait entre les murs. Je ne connaissais pas le froid. Le manque l’avait remplacé. Mes genoux claquaient dans l’obscurité de la rue. Je m’arrêtais un instant, imaginant les courbes aguicheuses et la chevelure rousse. Elle se débattait encore dans mon étreinte. Le délice était plus fort que l’affection. Sa peau se frottait contre ma barbe, laissant une trace humide de son cri strident. Une créature qui mourrait pour s’élever. Un oiseau qui renaissait dans les flammes qui s’éveillaient au creux de mes reins. Les ongles sur ses hanches, je réagissais en glissant la douleur dans ses articulations. Une prise tenace. Une envie de la sentir craquer. J’ignorais la sensation de velours. Mais pour la première fois, je succombais aux revers obscurs de l’anatomie. Je pressais le pas afin de réveiller ma conscience. La porte s’ouvrait sur les rythmes celtiques d’une Irlande lointaine. Je souris en commandant un shot de whisky. Ma silhouette se fendillait entre les meubles afin de la retrouver. Elle était déjà heureuse. L’alcool se distillait dans ses yeux. Il rendait sa couleur plus belle. Je m’installais à ses côtés, mon poignet effleurant le sien. Ma cuisse tombant sur son genou dénudé. Elle portait encore une robe. Le spectre de lumière se réduisait. Et l’espace me rapprochait de son cou. «Tu n’as pas froid?» M’enquis-je en posant ma veste sur ses cuisses. Ce n’était pas un geste chevalier. Je n’aimais pas les regards sur elle - sur nous. Parce que l’espace était peuplé d’ivrognes de Belfast. Et qu’elle était l’une des seules femmes dans les tréfonds. Je me penchais vers son oreille. «Qu’est-ce que tu bois?» J’effleurais son menton sans l’embrasser. Un zeste de citron au coin des lèvres. Une saveur de plus sur le parfum de son jardin secret.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 17/01/2016
» Messages : 2685
» Pseudo : timeless. (bérénice)
» Avatar : holland marie roden
» Âge : thirty years old
» Schizophrénie : flora (m. robbie), victoria (l. collins) & lydia (p. tonkin)
# Re: while hearts beat + hanna
message posté Lun 5 Juin - 13:29 par Hanna W. Stafford
L’air était humide dans l’espace confiné. La fumée épaisse des cigarettes se mélangeait aux rires et aux chants irlandais. Elle s’habituait aux pubs irlandais, à l’ambiance et à l’accent pointu. Sa peau était moite. Ses mèches ondulées collaient à la peau de ses bras, de son dos. L’alcool coulait dans ses veines. Les sourires lui venaient rapidement. La conversation aussi. Elle enchaînait les verres, sans se soucier de son taux d’alcoolémie, qui augmentait aussi rapidement que les minutes. Accoudée au comptoir, elle était engagée dans une conversation houleuse avec cet homme, un irlandais d’une soixantaine d’années. Il voulait lui apprendre quelques insultes. Mais Hanna n’arrivait pas à articuler, n’arrivait pas à prononcer comme il le souhaitait. Il était agacé, alors qu’elle rigolait, et rigolait. Elle avait l’alcool joyeux, Hanna, il la rendait heureuse. Elle se sentait bien. Plus femme, plus libre. C’était une mauvaise habitude. Boire pour oublier. Boire pour se sentir mieux. Elle le savait, avait vu les ravages sur certains patients. Sur des proches. Sur Hal. Rien que pour lui, rien que pour son combat, elle ne devrait pas s’habituer. Mais le pub était enchantant. Sous les voutes, dans des ruelles sombres londoniennes qu’elle n’avait jamais vu avant. Une moue boudeuse se dessina sur ses lèvres, quand son interlocuteur l’abandonna. Ils n’étaient pas nombreux à lui parler. La plupart la regardait sans l’approcher. Pourtant, sa chevelure rousse se fondait dans la masse. Mais ils n’étaient que des hommes, et c’était un univers uniquement masculin. Hanna venait briser la monotonie de leur confort. Son regard se posa sur Theodore. Elle ne l’avait pas vu arriver. Ses dents s’enfoncèrent dans sa lèvre inférieure, alors qu’il se rapprocha d’elle. La veste qu’il posa sur ses genoux lui décrocha un sourire. Elle laissa glisser ses doigts sur son torse. Il était charmant, sous les lumières tamisées. Elle frissonnait encore de sa barbe qui avait caressé la peau délicate de ses cuisses. Elle se sentait encore fébrile et fiévreuse. « J’ai cru que tu m’avais oublié, » souffla-t-elle, ignorant sa question. « Le temps commençait à se faire long sans vous, monsieur Rottenford. Ou monsieur le commissaire ? » Ses doigts s’enroulèrent autour de sa nuque. Un chant celtique entraînant lui montait doucement à la tête. « De la tequila, » déclara-t-elle, le ton amusé. « Je voulais varier les plaisirs, pour changer un peu du whisky. » C’était ironique de boire de la tequila dans un pub irlandais. Alors que les pintes de bière et verres de whisky s’alignaient sur le comptoir, Hanna enchaînait les shots, du sel au creux de la main, et du citron au coin des lèvres. Le goût amer de la boisson glissait facilement le long de sa gorge. Ses lèvres s’entrouvrirent légèrement, désireuses de goûter à nouveau à celles de Theodore. Mais il l’en privait, et Hanna voulait bouder. Elle se leva du tabouret, rattrapant maladroitement la veste, avant qu’elle ne tombe. Il ne fallait pas énerver un maniaque, surtout un maniaque comme lui. Le sol n’était pas très stable, il tanguait légèrement. Mais un sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu’elle lui attrapa la main. « J’ai envie de danser ! Viens danser avec moi. »
Revenir en haut Aller en bas
while hearts beat + hanna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» And we're moving slow, our hearts beat so fast.
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» 07. We Will beat you
» Hanna kadhafi en vie?
» Où lire Pandora hearts?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: La City-