Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.

avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Mer 10 Mai - 22:49 par Lou-Ann M. Busby


I do not have sleep hours to my credit. I paced the apartment all night. I have the cries of your son that resound in my head. Then this is not the time to redo a guard schedule.
Jake & Lou-Ann



Vers seize heures trente, dans les locaux du quotidien britannique « The Times », Lou Ann reçu un appel provenant de l'établissement d'accueil des enfants qui ne sont pas encore en âge d'être à l'école dans lequel est inscrit l'enfant de 2 ans. A en croire l'un des membres de l'équipe au bout du fil, il n'est « pas bien. » Alors, la jeune femme n'a pas d'autres choix que de s'y rendre dès que possible. Après un trajet fait en partie à pieds et dans le transport souterrain jusqu'à l'ouest de la Capitale Anglaise, Lou Ann le récupère en « deux temps trois mouvements. » Une fois les pieds dans l'appartement de Kensington et tel un geste automatique dans ce genre de situation(s), ses doigts « pianotent » un message à son paternel afin d'obtenir la « marche à suivre » en ce qui concerne les prochaines minutes voire les prochaines heures. Jusque vers vingt heures environ, Lou Ann  « maudit » l'urgence des actions des professionnels exerçant dans l'établissement d'accueil des jeunes enfants au moindre signes avant coureurs d'une quelconque maladie. Mais après l'heure là, le « cauchemar » débute pour les 2 Busby .. Aussitôt, ses doigts « pianotent » un nouveau un message à son paternel qui lui indique les médicaments que la jeune femme est en mesure de lui donner en fonction des symptômes de l'enfant et des médicaments présents dans la boîte transparent se trouvant dans l'un des placards de la pièce d'eau. Après l'administration de ces derniers, Lou Ann fait les cent pas dans l'ensemble de l'appartement en observant les minutes qui s'écoulent les unes après les autres sans que les pleurs de l'enfant ne s'arrêtent. Alors, ses doigts « pianotent » un autre message à son paternel en se « plaignant » de l'absence d'un quelconque changement. Mais au final, le garçon fit une micro sieste ..

Après, « rebelote » .. Jusqu'à ce que les 1 ers rayons du soleil apparaissent dans le ciel londonien, Lou Ann a fait les cent pas dans toutes les pièces de l'appartement avec son fils dans les bras lors desquels la toux, les pleurs et le nez qui coule de l'enfant se mélangent à la voix basse de Lou Ann chantant tout son répertoire de comptines. A plusieurs reprises, la mère de trente ans parcourt les contacts de son téléphone portable jusqu'à ce que l'un de ses doigts s'arrêtent sur le « profil » de Jake. Mais à chaque fois, un autre de ses doigts appuient sur le bouton « veille » de l'appareil. Jusqu'à ce que Lou Ann eu l'impression qu'une des nombreuses micro siestes qui a eu lieu vers sept heures trente du matin se maintiennent à plus long terme après une autre prise de médicaments. A ce moment là, la journaliste sportive se rend dans la chambre de Timéo et le pose dans son lit avant de s'en extraire sur la pointe des pieds. Elle ferme la porte le plus discrètement possible. Lou Ann se laisse glisser le long du mur de l'appartement en prenant la tête entre ses mains. Elle prend son téléphone portable et ses doigts « pianotent » un message pour Jake : « Jake .. Je laisse la porte d'entrée ouverte .. Ne sonne pas s'il te plaît. Entre, juste .. » Après, la jeune femme prend un rendez vous chez le médecin dans l'un de ses seuls créneaux restant en espérant ne pas oublier de le dire à Jake afin qu'il l'amène. Maintenant, il faut reprendre du « poil de la bête » alors la paume de ses mains « tapotent » ses joues à plusieurs reprises avant que son corps se lève et se rend jusqu'à la pièce d'eau de l'appartement pour une douche en  « 4 ème vitesse. » Lou Ann enfile un jeans avec des trous, un tee shirt sans manches beige ainsi qu'un gilet en laine. Une fois dans la cuisine, la jeune femme s'assoit à table avec une tasse de boisson chaude entre les mains. Au court d'un instant, ses yeux se ferment alors que sa tête se reposent sur la paume de sa main. Le bruit de la porte d'entrée de l'appartement qui s'ouvre  la fit sursauter légèrement. Elle tourne la tête et aperçoit la relève : un  « Oh Jake, t'es là .. » se fraye un chemin hors de ses lèvres dans un soupir de soulagement.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 13521
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : 30, didn't have a choice
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Dim 28 Mai - 10:57 par Jake O. Cavendish
Change… We don’t like it, we fear it. But we can’t stop it from coming. We either adapt to change, or we get left behind. It hurts to grow. Anybody who tells you it doesn’t, is lying. But here’s the truth: Sometimes, the more things change, the more they stay the same. And sometimes, oh, sometimes, change is good. Sometimes, change is… everything. ✻✻✻ Ce matin, lorsque Jake émerge du sommeil, il se sent encore fatigué. Mais c’est de la bonne fatigue. Une fatigue qui fait sourire, car on sait qu’elle vient d’efforts utiles. Hier soir, tout de suite après avoir quitté les locaux de la BBC, Jake s’était rendu dans un des locaux de l’association d’aide aux réfugiés qu’il a rejoint il y a quelques semaines. C’était en aidant exceptionnellement un ancien collègue aux faits divers que Jake avait davantage découvert cette association, et avait fait le choix de s’y inscrire en tant que bénévole. Si le jeune Jake de vingt ans qui rêvait de changer le monde avait vu ses rêves arrêtés, peut-être qu’aujourd’hui, il peut faire une différence. Peut-être pas changer le monde, et encore moins le sauver, mais il peut agir à petite échelle, aider les personnes qui souffrent de cette guerre, sans pour autant se retrouver confrontés à ses vieux cauchemars.
Hier soir, il avait principalement distribué de la nourriture et des kits de survie à des migrants arrivés depuis peu sur le sol anglais. Avec la plupart d’entre eux, il ne peut communiquer qu’avec des sourires, en raison de la barrière de la langue, mais il voit bien la souffrance sur leur visage. La douleur, mais aussi l’envie de continuer à avancer, à s’en sortir. Derrière eux, ils ont laissé la guerre, parfois aussi des membres de leur famille, des amis, et le futur leur apparaît toujours comme meilleur, même s’ils n’ont pas encore de toit au-dessus de leur tête. Même si leur nouvelle vie est encore en train de se créer. Jake les admire, d’être toujours forts malgré ce qu’ils ont traversé, et c’est la raison pour laquelle il est fier de pouvoir aider, dans la mesure du possible.
Il était resté jusqu’à la fermeture, et était rentré tard chez lui. Et le voilà réveillé par son portable, qu’il avait fixé à l’heure nécessaire pour pouvoir aller chercher Timéo à l’heure prévue. Il se lève, de bonne humeur, et file directement sous la douche, qu’il fait durer un peu trop longtemps. Si bien qu’il a à peine le temps de petit déjeuner. Juste le temps que le café coule, il mange une pomme, et prend le liquide dans un thermos, qu’il boit dans le métro, tout en consultant son téléphone. Il regarde les dernières nouvelles, lorsqu’il est surpris par la vibration signalant l’arrivée d’un nouveau message. Celui vient de Lou-Ann, et il est un peu étonné du contenu. Mais si elle lui demande de ne pas sonner, c’est sûrement pour qu’il soit discret. Ce qui signifie que Timéo doit toujours dormir. Etant presque arrivé à destination, Jake ne répond pas et verrouille son téléphone avant de sortir du métro.
En parcourant les quelques rues restantes, Jake se demande s’il ne devrait pas profiter du sommeil de Timéo pour discuter avec Lou-Ann. Ça fait quelques temps qu’il hésite à lui en parler, et il est sans doute temps de le faire. Il veut éviter toute dispute possible et, de ce fait, n’ose pas forcément dire ou demander tout ce qu’il pense. Mais il va bien falloir oser. Après tout, Timéo est son fils aussi, et il doit pouvoir dire à sa mère que l’organisation qu’ils ont trouvée ne lui convient pas pleinement. Cette impression d’être sans cesse un visiteur le dérange. Il sait que c’est mieux que rien, que ça lui permet d’apprendre à connaître son fils, mais ça ne lui suffit pas. Et plus il y pense, plus il souhaiterait avoir plus que ça. Pouvoir réellement prendre part à la vie de Timéo. Il sait que c’est compliqué, d’abord parce que Lou-Ann et lui ne sont pas ensemble, mais aussi parce qu’elle a été habituée à faire les choses seules depuis sa naissance, mais il veut pouvoir être impliqué autant qu’il le voudrait. Doucement, il pousse la porte d’entrée et découvre Lou-Ann, assise à table, une tasse entre les mains.  « Oh Jake, t'es là .. » Elle a une petite voix, mais il ne relève pas l’information. Parce qu’en même temps qu’il referme la porte derrière lui, le plus discrètement possible, il s’interroge sur la meilleure façon d’aborder son problème. « Salut Lou. » Dit-il avec un sourire, pas tout à fait à l’aise. Peut-être devrait-il attendre pour lui en parler. Mais combien de temps encore ? « Timéo dort encore ? » Il doit venir chez Jake pour les prochaines vingt-quatre heures, et c’est de là que lui vient cette impression de n’être qu’un visiteur dans sa vie. Il le voit peut-être souvent mais c’est toujours au compte-gouttes. C’est sans doute ça pour tous les parents séparés, mais la situation est particulière, car ils sont loin d’être à égalité. Lou-Ann a déjà eu trois ans avec Timéo, alors que Jake ignorait tout de son existence. Et la séparation ne s’est pas faite après la naissance, avec toute une organisation mise en place par une garde partagée. Non, ici, ils s’adaptent au fur et à mesure. « Est-ce qu’on peut discuter un peu, le temps qu’il se réveille ? » Autant se lancer. Après tout, tout pourrait bien se passer, il n’en sait rien.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Mer 7 Juin - 22:56 par Lou-Ann M. Busby

I do not have sleep hours to my credit. I paced the apartment all night. I have the cries of your son that resound in my head. Then this is not the time to redo a guard schedule.
Jake & Lou-Ann



C'est la 1ère fois que la journaliste sportive n'a pas d'autres choix que de gérer la situation ' maladie de Timeo '  une nuit entière sans qu'un membre de son entourage familial ou amical ne soient là afin de prendre la relève de Lou Ann auprès du jeune garçon de temps en temps. Pourtant, lors des nombreuses conversations téléphoniques avec son paternel au cours de la nuit dernière, un « Tu peux venir à la maison, si tu veux. » et un « Je peux venir si tu veux. » ou encore un « Demande à ton - grand - frère. » les occasions furent nombreuses d'accepter de l'aide. Néanmoins, ce fut à chaque fois un « Non, c'est bon. Merci. » de sa part. En fait, la jeune femme a eu « peur » qu'un « C'est Jake que t'aurais dû appeler ! » ou d'un « Est ce que tu l'as prévenu que le p'tit est malade ? »  de la part de ces derniers parce que Lou Ann n'aurait pas eu la « force » de dire une ou plusieurs excuses comme, « T'es déjà là, c'est trop tard pour l'appeler !  » ou « Je ne vais pas l'appeler pour qu'il vienne passer une nuit blanche alors qu'il a Tim' demain. » ou encore « Les couples séparés ne se téléphonent pas au milieu de la nuit pour devenir en l'aide à l'autre à cause d'un rhum. » même si seule dans son appartement ses doigts sont venus à maintes et maintes reprises parcourir le répertoire de ses contacts jusqu'à s'arrêter sur le numéro de téléphone de Jake sans qu'ils n'appuient dessus. Après, Lou Ann n'aurait pas eu ce genre de ' problèmes ' avec l'un(e) de ses amis(es) proches tels que : Sawyer ou Samael. Mais, bien que l'ambiance aurait eu un aspect ' sympa ' vu la situation, le fait que ce soit des bras masculins qui le tiennent, auraient agi tel un ' agent culpabilisant ' parce que la jeune femme sait qu'au fond il n'y a pas mieux que des bras paternels dans ces moments là. En plus, ' bonjour l'angoisse ' si Jake avait appris que l'un des 2 jeunes hommes présents au moment où il vient prendre le garçon aurait pris soin de son fils à sa place. Alors, au final la gestion solitaire fut sûrement la décision la plus raisonnable même si Lou Ann est plus que ' ravie ' d'apercevoir Jake dans l'encadrement de la porte de l'appartement.

Il entre dans l'appartement et ferme la porte en faisant le moins de bruits possibles. Après son « Salut Lou. » il lui adresse un sourire plus ou moins ' naturel ' alors que la journaliste sportive acquiesce d'un mouvement de la tête de haut en bas à son « Timéo dort encore ? » Son regard se pose sur la tasse au contenu devenu froid qui se trouve toujours entre ses mains. Après son « Est-ce qu’on peut discuter un peu, le temps qu’il se réveille ? » la jeune femme fait un nouveau mouvement de la tête de haut en bas suivit d'un « Oui, si tu veux. » avec un léger sourire inscrit sur les lèvres. Lou Ann se lève de la chaise en prenant la tasse aussi. « Tu veux un café ?  » Elle renverse le contenu de sa tasse dans l'évier de la cuisine. « Qu'est ce qu'il y a ? » Elle verse le liquide chaud dans une/les tasse(s) d'une main tandis que l'autre profitant de ce court instant de dos à Jake afin de se ' tapoter ' les joues de l'autre main afin de reprendre du ' poil de la bête ' autant que possible.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 13521
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : 30, didn't have a choice
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Sam 1 Juil - 14:55 par Jake O. Cavendish
Change… We don’t like it, we fear it. But we can’t stop it from coming. We either adapt to change, or we get left behind. It hurts to grow. Anybody who tells you it doesn’t, is lying. But here’s the truth: Sometimes, the more things change, the more they stay the same. And sometimes, oh, sometimes, change is good. Sometimes, change is… everything. ✻✻✻ Le sujet n’est pas vraiment facile à aborder. Jake est parfaitement conscient que Lou-Ann peut mal le prendre, refuser et que tout se compliquerait. C’est la raison pour laquelle il n’a rien dit jusqu’à maintenant, préférant se contenter du peu qu’il a, plutôt que de risquer d’avoir moins encore. Mais la frustration ne fait que grandir, et les non-dits n’aident pas. Il l’avait pourtant constaté la dernière fois, quand il pensait pouvoir se contenter d’un ‘peut-être’, et qu’il avait fini par prendre une décision qui aurait pu tout gâcher. Cette fois, il veut éviter ça, et préfère être honnête avec Lou-Ann plutôt que se taire et le regretter. Maintenant qu’il sait ce qu’il veut, il le veut vraiment et pleinement.
Pour Jake, être un père ne se résume pas à quelques morceaux de semaines, par-ci par-là. Bien sûr, il sait que la situation ne sera jamais idéale. Leur famille n’est pas vraiment conventionnelle, et il ne pourra jamais tout voir de la vie de Timéo. Tout comme il ne pourra jamais récupérer les moments passés. Il sait que rien ne sera jamais normal, mais il voudrait pouvoir s’impliquer davantage. Sans doute est-ce rapide, prématuré. Il n’en sait rien, mais il sait simplement qu’il veut pouvoir passer plus de temps avec Timéo. Et cela doit passer par des discussions qui peuvent ne pas être plaisantes avec Lou-Ann. Pour l’instant, ils ont réussi à discuter sans se disputer, mais rien ne dit que ça va durer. Jake l’espère, bien sûr, mais reste inquiet, et préfère faire attention à ce qu’il dit et comment il le dit.
Il a essayé de se préparer à cette conversation, de savoir comment aborder le sujet sans prendre de risque. Il avait bien essayé de répéter quelques phrases, mais sans parvenir à être convaincu. A quoi bon de toute façon ? Craint-il tant que ça les foudres de Lou-Ann ? Certes, il préférerait que tout se passe bien, mais si ce n’est pas possible, ils le découvriront bien assez tôt. Autant se lancer plutôt que de rester frustré par la situation actuelle. « Oui, si tu veux. » Jake réalise alors seulement que Lou paraît fatiguée. Est-ce le bon moment pour en parler ? Maintenant qu’il est lancé, mieux vaut aller jusqu’au bout. « Tu veux un café ?  » Il secoue la tête, suivant Lou du regard. « Non merci, je viens de finir le mien. » Il a beau adorer ça, il sait aussi qu’il ne faut pas en abuser. Surtout qu’il préfère se concentrer sur autre chose. A savoir ses doigts qu’il observe avec détail, en attendant que Lou-Ann revienne s’assoir. « Qu'est ce qu'il y a ? » C’est elle qui s’impatiente, et ça n’a rien d’étonnant. Il doit se lancer. Il s’éclaircit la gorge avant de commencer. « Rien de grave, je… » Il cherche ses mots un instant, avant de trouver une approche qui lui convienne. « Tout va bien justement. J’adore passer du temps avec Timéo, et je pense que c’est réciproque. J’adore être son père, et je te suis reconnaissant de m’avoir fait cette place. » Au fond, il ne sait pas s’il doit être reconnaissant, ou considérer que c’était la moindre des choses, après lui avoir caché l’existence de Tim pendant trois ans. Mais ce n’est pas le moment de parler de ça. « Mais… j’ai l’impression de ne pas le voir assez… de ne faire que passer dans son quotidien. » Peut-être que, peu importe les changements qu’ils pourraient faire, Jake aura toujours cette impression, car rien ne sera jamais parfait. Mais pouvoir passer plus de temps avec Timéo sera toujours du positif. « Est-ce qu’on pourrait revoir l’organisation ? Pas tout changer, mais en discuter. Peut-être rendre ça un peu moins… saccadé. Ça serait mieux pour Timéo aussi je pense. » Pas facile, ni pour le père ni pour le fils de déjà devoir se dire au revoir alors qu’ils ont à peine passé vingt-quatre heures ensemble. Peut-être est-ce la même chose pour Lou-Ann, après tout.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Mer 30 Aoû - 15:22 par Lou-Ann M. Busby
- ( jake & lou' ) - " I do not have sleep hours to my credit. I paced the apartment all night. I have the cries of your son that resound in my head. Then this is not the time to redo a guard schedule. " - Il secoua la tête. « Non merci, je viens de finir le mien. » Tous les humains habitant sur la planète ont leurs habitudes quotidiennes : Certains court plusieurs kilomètres tous les matins. Certains se lèvent et se couchent toujours aux mêmes heures. Certains mangent toujours les mêmes repas les mêmes jours toutes les semaines. Certains boivent toujours la même boisson lors de l'apéritif tous les midis et tous les soirs. Quant à la jeune femme de trente ans, tous les matins le liquide coulant le long de sa gorge se trouvait être un cappuccino avec un certain parfum et tous les soirs, une tisane à la menthe. Mais dans le contexte actuel, non. Aucunes des deux boissons. A la place, ce liquide à la caféine que Lou Ann devait adoucir avec - au moins - deux sucre afin de l'avaler sans qu'une avalanche de grimaces apparaissaient sur son visage. Enfin, la journaliste sportive n'était jamais capable de ne pas en faire apparaître une - même légère - aux 1ères gorgées. Mais là, Jake n'avait rien vu puisqu'il observait ses doigts. « Rien de grave, je .. » Elle fronça les sourcils tout en approchant la tasse au bord de ses lèvres. En fait, vu que le sujet de la conversation ne pouvait être que cet enfant qui partageait un peu de l'ADN de chacun d'entre eux, heureusement. « Tout va bien justement. J’adore passer du temps avec Timéo, et je pense que c’est réciproque. » Elle sourit, acquiesçant d'un mouvement de la tête de haut en bas. « J’adore être son père, et je te suis reconnaissant de m’avoir fait cette place. » Elle reposa l'objet au contenu encore chaud sur la table. « Euh .. Ouais. » Elle baissa la tête vers ce liquide aux légères vagues dû à ce filet d'air qui se frayait un chemin hors de ses lèvres. En même temps, vu qu'après avoir apprit qu'il était bel et bien son père biologique quelques mois après avoir apprit l'existence de ce jeune garçon, il avait prit la décision d'assurer son rôle, Lou Ann n'avait pas eu de raisons valables de ne pas accepter qu'ils passent du temps ensembles. Au contraire, en fait vu qu'il n'avait pas pu - à cause de ses choix, oui - être avec lui ces deux derniers ans. « Mais .. j’ai l’impression de ne pas le voir assez .. de ne faire que passer dans son quotidien. » Elle prit la tasse de ses deux mains approchant le bord à ses lèvres, buvant quelques - minuscules - gorgées. Là dessus, il n'avait pas tord bien que la journaliste ne tenait pas les comptes du nombre d'heures ou de jours qu'ils avaient eu ensembles depuis cet appel du dix février et encore moins depuis la fête foraine. « Est-ce qu’on pourrait revoir l’organisation ? Pas tout changer, mais en discuter. Peut-être rendre ça un peu moins .. saccadé. » S'ils changeaient d'organisation - tous les weekends et une partie des vacances, un weekends sur deux avec un jour dans la semaine et  une partie des vacances, une semaine chez l'un et une semaine chez l'autre avec le partage des vacances - les changements seraient conséquents dans l'organisation qu'ils utilisaient jusque là. Cela s'approcherait plus d'un total remaniement que de simples trafics dans le planning mis en place. Ceci entraînant des modifications - plus ou moins - conséquents dans leur quotidien a tous les deux en fonction de l'option finale choisit. En d'autres choses : plus de temps libre pour Lou Ann, moins le concernant. « Ça serait mieux pour Timéo aussi je pense. » Une fois encore, là dessus il n'avait pas tord. Ils devaient prendre une décision en pensant aux besoins et au bien être du jeune garçon qui reprenait des forces dans sa chambre après la nuit chaotique qu'ils avaient eu. « Oh, d'accord. Je vois .. » Apparemment, les connexions synaptiques entre ses neurones endormis se faisaient seulement, là. Mais aussi simplement surprise, peut être qu'il aborde ce sujet du jour au lendemain a une heure matinale. Comme par hasard ça tombait aujourd'hui. « Mais, c'est parce que je .. T'as l'impression que je t'empêche de passer du temps avec lui quand tu veux ou .. » parce que ce n'était pas son intention. Au contraire. En fait là, Lou Ann ne savait - même - pas si en dehors des jours déjà prévus il avait déjà voulu rien qu'une fois le prendre à l'improviste. Peut être qu'il ne l'avait pas fait pour x ou y raisons. Surement, elle. Peut être qu'il l'avait fait, Lou' n'avait pas voulu. Qui sait. Enfin, sûrement qu'il voulait juste un système dans lequel il serait plus présent. Aucun rapport avec sa propre personne même s'ils auraient pu faire ça dès la naissance de Tim s'il avait su. «  Je ne peux pas vraiment refuser ta demande. » C'est comme ça que l'un des deux parents faisaient appel a la justice afin d'obtenir des droits sur son ( ses ) enfant(s) parce que l'autre ne le voulait pas. Cela ne faisait que dégrader les relations surtout si ça faisait dans le dos de l'un des deux parents. Même, tout court. « Enfin .. Je n'ai pas non plus envie de le faire, hein. Je te comprends. Mais .. » Au fond, heureuse que son fils est - enfin - un père. «  Tu sais qu'il y a un p'tit monstre qui se cache derrière ce p'tit ange que t'as pendant le peu de temps que tu l'as .. » En fait, Lou' supposait que Tim' se montrait sous ses beaux jours lorsqu'il se trouvait avec Jake parce qu'ils se voyaient vingt quatre ou quarante huit heures seulement. Pas de problèmes majeurs ou mineurs. En tout cas, pas trop de retours là dessus. « Et t'as vu ma tête, ce matin ? » Elle pointa son visage de son index. « Il n'y a pas que des bons moments, loin de là. » Elle soupira légèrement. Mais là, la fatigue prenait un peu le pas parce qu'au final ça n'arrivait pas tant que ça. Certes, il tombait malade mais pas toutes les semaines ou tous les mois. Et, il n'était pas un enfant ' à problèmes ' non plus. « Alors t'es sur que c'est ce que tu veux ? » Elle fit un haussement d'épaules en terminant sa boisson tiède.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 13521
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : 30, didn't have a choice
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Dim 3 Sep - 9:15 par Jake O. Cavendish
Change… We don’t like it, we fear it. But we can’t stop it from coming. We either adapt to change, or we get left behind. It hurts to grow. Anybody who tells you it doesn’t, is lying. But here’s the truth: Sometimes, the more things change, the more they stay the same. And sometimes, oh, sometimes, change is good. Sometimes, change is… everything. ✻✻✻ Après sa demande et ses explications, Jake ose un regard vers Lou-Ann, avant de jouer nerveusement avec ses doigts. Forcément qu’il anticipe un peu sa réaction. Pendant plus de deux ans, elle a eu Timéo pour elle toute seule, sans avoir à se poser de questions. Simplement un peu d’aide de la part de sa famille quand elle en avait besoin, mais Timéo était son fils. Maintenant, il est aussi le fils de Jake. En théorie, il l’a toujours été, même quand un doute subsistait sur l’identité du père, mais la situation a radicalement changé depuis qu’elle a dit la vérité à Jake. Maintenant, Timéo se retrouve partagé entre une maman et un papa, quand il a toujours été habitué à n’avoir qu’une seule figure parentale. Jake s’était pourtant promis de ne jamais imposer ça à son enfant. Il ne voulait pas un enfant qui subisse les conséquences d’une séparation, et se retrouve objet de différends. Il avait toujours pensé qu’il trouverait la bonne personne et qu’ensuite, tout s’enchaînerait dans l’ordre traditionnel. Et qu’il vieillirait avec elle, et avec leurs enfants. Mais dans cette situation, il n’a rien pu faire de tout cela. Il n’a rien contrôlé, et n’a même pas été au courant dès le début. Et c’est sans doute ce qui frustre le plus Jake, même s’il fait de son mieux pour ne pas le laisser paraître.
« Oh, d'accord. Je vois .. » Il relève la tête un instant, pour observer Lou-Ann. Peut-être deviner ce à quoi elle pense. Mais il y a bien longtemps qu’il n’en est plus capable. « Mais, c'est parce que je .. T'as l'impression que je t'empêche de passer du temps avec lui quand tu veux ou .. » Jake est surpris de sa réaction, alors aussitôt, il vient poser une main sur celle de Lou. « Non, bien sûr que non. » Elle n’a jamais refusé les quelques demandes de Jake, simplement il n’ose pas toujours demander. Après tout, ils ont mis en place une certaine organisation et il ne peut pas venir la bouleverser quand bon lui chante. Que ça soit pour le bien-être de Timéo ou pour Lou. C’est pour cela qu’il pense qu’il faudrait une organisation différente. Ils savaient tous les deux que ça ne serait pas évident au début. Jake avait accepté de devenir le père de Timéo en connaissance des faits. «  Je ne peux pas vraiment refuser ta demande. » Se sent-elle forcée ? Ce n’était absolument pas l’objectif. Il voulait simplement pouvoir en discuter, trouver un terrain d’entente. Même s’il est vrai qu’il aurait du mal à comprendre un refus. Certes, elle a l’habitude d’avoir Tim pour elle toute seule, mais c’était parce qu’elle avait refusé de l’informer de sa naissance. Il paraît logique que les choses changent maintenant qu’il sait. « Enfin .. Je n'ai pas non plus envie de le faire, hein. Je te comprends. Mais .. » Jake finit par retirer sa main, l’éloignant de quelques centimètres à peine. Il ne pensait pas que ça serait compliqué. Enfin il appréhendait quand même le moment où il oserait poser la question, mais il ne s’attendait pas à cette réaction. «  Tu sais qu'il y a un p'tit monstre qui se cache derrière ce p'tit ange que t'as pendant le peu de temps que tu l'as .. » Il est vrai que Jake a du mal à imaginer que Tim puisse être difficile par moments. Avec lui, il est toujours tout sourire, entraînant son père à jouer à tout et n’importe quoi. A part quand il se fait mal, ou quand un doudou est porté disparu, Jake n’a jamais vu son fils pleurer ou faire une crise. Vu ce que lui dit Lou, il n’a pas tout vu apparemment. Mais ça n’a rien d’étonnant, comme il l’a rarement plus de quarante-huit d’heures d’affilées.
« Et t'as vu ma tête, ce matin ? Il n'y a pas que des bons moments, loin de là. » Jake l’observe un instant. C’est vrai qu’elle semble fatiguée, mais il ne pensait pas que ça pouvait être par rapport à Timéo. Il a déjà réveillé Jake en pleine nuit, à cause de cauchemars mais rien de dramatique. « Alors t'es sur que c'est ce que tu veux ? » Le teste-t-elle ? Jake n’apprécie pas vraiment le ton qu’elle emploie. Comme si Jake n’était pas prêt pour tout ça. « Qu’est-ce qu’il a fait cette nuit ? » S’enquière-t-il, tout naturellement. Il est difficile d’être père, tout en n’ayant qu’une petite partie des informations. Jake savait que tout cela serait compliqué, mais pas autant. Pourtant, il souhaite vraiment s’investir. « Tu ne crois pas que je sois capable de gérer ? » Il a cette impression étrange qu’elle remet son rôle en question. Pourtant, s’ils en sont là aujourd’hui, c’est de sa faute à elle. Lui, il essaye de s’adapter au mieux possible. Du moins, il en a l’impression. « Je sais bien que tout n’est pas toujours parfait, tout beau. Je ne suis pas stupide Lou. » Il soupire, tout en mettant ses mains sous la table. Il en a marre qu’on le traite ainsi, comme s’il ne savait pas ce qu’il faisait. Peut-être qu’en effet, c’est vrai, mais il voudrait bien pouvoir le découvrir par lui-même. Les erreurs font partie du métier de parent après tout. « Alors oui, je suis sûr que c’est ce que je veux. Je ne veux pas être seulement de passage dans la vie de mon fils. » Il a déjà perdu bien assez de temps pour ça. Mais ça, il ne le dit pas à haute voix. Il relève les yeux vers Lou-Ann. « Je veux vraiment être un parent. Être là pour les moments difficiles, pour chaque étape qu’il franchira, pour le voir grandir, le voir réussir comme le voir échouer. Je veux être un vrai père. » Et par-dessus tout, Jake ne veut pas reproduire les erreurs de son père. Même si celles-ci n’ont rien à voir. Même si c’est Jake qui l’avait repoussé de sa vie, l’empêchant d’être ce père qu’il voulait continuer d’être malgré toute l’histoire avec sa mère. Il trouve ça ridicule de devoir se justifier ainsi. Même s’il a appris sa paternité récemment, c’est vraiment quelque chose qu’il veut faire. Et correctement. « Après, il va falloir qu’on en discute bien sûr, pour trouver la meilleure solution pour Tim comme pour nous. »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre du mois
membre du mois

» Date d'inscription : 09/10/2016
» Messages : 10817
» Pseudo : MOO'
» Avatar : CRYSTAL REED.
» Âge : TRENTE ANS (TREIZE NOVEMBRE MILLE NEUF CENT QUATRE VINGT SIX).
» Schizophrénie : LEVI G. WOODHULL-BARNETT + TANCREDI A. DE CONTI.
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Lun 25 Sep - 20:39 par Lou-Ann M. Busby
- ( jake & lou' ) - " I do not have sleep hours to my credit. I paced the apartment all night. I have the cries of your son that resound in my head. Then this is not the time to redo a guard schedule. " - Il avait l'impression de n'être que de passage dans le quotidien du jeune garçon. En même temps, depuis qu'il avait prit la décision définitive d'être son père après les résultats du test qu'il avait fait, Jake ne l'avait que vingt quatre ou quarante huit heures. Alors, il souhaitait qu'ils revoient l'organisation qu'ils avaient mit en place jusque là. Après tout, il en avait le droit. En plus, le jeune garçon avait rapidement comprit quel lien l'unissait à Jake. En même temps, le mot ' papa ' avait rapidement fait son apparition dans les paroles de la jeune femme en désignant son ex. Puis, il avait - enfin - un père comme les autres enfants. Alors, pourquoi ne pas avoir dit un de ces mots simples - oui, d'accord, pourquoi pas ou si tu veux - indiquant à Jake que Lou' n'y voyait pas d'inconvénients tout simplement ? En plus, bien que de toute manière Lou Ann ne pouvait pas vraiment refuser la demande de Jake, l'envie n'était pas de la partie.  Après tout le poids des décisions concernant Tim' ne dépendraient pas que de ces choix. Il y aurait quelqu'un pour prendre la relève - comme aujourd'hui - en s'occupant de lui. Quand il serait avec Jake, la jeune femme aurait du temps libre, enfin ! Mais non, rien ne pouvait être simple. Il posa une main sur la sienne. « Non, bien sûr que non. » Depuis qu'ils avaient eu les résultats du test, Lou Ann culpabilisait de ne pas avoir voulu le faire avant. Genre à la naissance Timeo parce qu'au pire, bien que Jake n'aurait pas pu être là au moment de sa naissance, il aurait pu connaître son fils tout de suite. Mais moins de ne pas l'avoir mit au courant dès l'annonce de sa grossesse. Pas à cause de lui, non. A cause de l'agression encore trop récente dans son esprit. Enfin, au moins Lou' avait répondu positivement a toutes ses - rares - demandes de prendre Timeo sur des temps non prévus à la base. Ouf. Bien que Jake s'en sortait avec le jeune garçon sans soucis, il n'avait que les bons moments.  Il ne devait pas avoir beaucoup de caprices déboulant sur des pleurs et des cris. Peut être, qui sait. Simple hypothèse, de la jeune femme. En tout cas, il n'avait pas encore eut à vivre l'une des nuits où Tim' était malade, complètement seul. Il enleva sa main. « Qu’est-ce qu’il a fait cette nuit ? » A l'esprit, les 1ers mots qui lui viendraient, seraient : cris et pleurs. Mais, le pauvre, il n'avait pas fait de bêtises a proprement dit. Ce n'était pas de sa faute. « Une nuit blanche .. » A cause de pas mal de toux et de la température soignaient avec les moyens du bords. Voilà, pourquoi il dormait encore. Plutôt, enfin vu qu'il n'avait pas dormit de la nuit. Lou Ann, non plus. Les joies d'être parents, quoi. Du coup, est ce qu'il savait dans quoi il s'embarquait vraiment en voulant avoir Tim' sur des temps plus longs ? Après tout, il y avait des pères qui n'avait leur(s) enfant(s) que les week ends ce qui valait aux quarante huit heures que Jake avait jusqu'à présent. « Tu ne crois pas que je sois capable de gérer ? » Comment est ce qu'il avait fait pour comprendre ça ? Peut être que Lou Ann aussi renvoyait l'impression là. Mais, ce n'était pas ce que la jeune femme voulait lui dire. En plus, Lou' ne le pensait pas. « Je sais bien que tout n’est pas toujours parfait, tout beau. Je ne suis pas stupide Lou. » Même conclusion de sa part. Gloups. Peut être qu'ils devaient se contenter de conversations via messages ou appels parce qu'ils s'en sortaient mieux. Peut être parce qu'en fonction de ce qu'ils faisaient ou de leur état physique etc, ils pouvaient répondre ou non et en plus faire choisir leurs mots plus posément. Enfin, là Lou Ann s'en serait mieux sortit sans être prise au dépourvue ou plutôt avec quelques heures de sommeil en plus.  Il mit ses mains sous la table, soupirant. « Alors oui, je suis sûr que c’est ce que je veux. Je ne veux pas être seulement de passage dans la vie de mon fils. »  Il releva les yeux vers Lou Ann. « Je veux vraiment être un parent. Être là pour les moments difficiles, pour chaque étape qu’il franchira, pour le voir grandir, le voir réussir comme le voir échouer. Je veux être un vrai père. » Apparemment, il ne reviendra pas sur sa décision mûrement réfléchie depuis déjà un certain temps, peut être. « Après, il va falloir qu’on en discute bien sûr, pour trouver la meilleure solution pour Tim comme pour nous. » Peut être qu'ils devaient définir le mode de garde. Genre une semaine sur deux ou, peu importe. Et laisser Jake choisir ses jours ou ses semaines. Ils se consulteraient que pour les vacances ou les fêtes, non ? Histoire d'éviter d'autres possibles soucis entre eux, encore. Non ? « D'accord, Jake. » Enfin. Ils feraient les modifications nécessaires afin qu'il ait plus de temps avec Timeo afin de ne plus avoir l'impression de n'être que des passages. Même si l'un comme l'autre raterait des instants de vie avec le jeune garçon. Normal, comme le faisaient tous les autres parents qui n'étaient plus ensembles. « Ce n'est pas ce que je voulais dire, tu sais .. » Est ce qu'il comprendrait que ça faisait référence au fait qu'il avait comprit que Lou Ann ne le pensait pas capable de gérer Tim' s'il l'avait plusieurs jours d'un coup et qu'il était stupide ? Certainement. « .. Désolée ! » Autant dire qu'après une nuit blanche, la jeune femme était au bout de sa vie. Au point de boire du café alors que d'habitude, jamais ou rarement parce que ça ne se faisait pas de refuser un tasse de quelqu'un qui nous en propose sans connaître nos goûts. « Et tu ne veux pas faire ça maintenant, hein ? » Bien que Lou' comprendrait que Jake ait envie qu'ils revoient l'organisation rapidement, un moment de répit afin de faire un somme ne serait pas de refus. Peut être lorsqu'il le ramènerait ou que Lou Ann passerait le chercher chez lui. Peu importe, en fonction de ce qu'ils avaient prévu quoi à la base. « En plus, j'ai dû prendre un rendez vous chez le médecin parce qu'il est malade .. » Au moins maintenant il comprenait - enfin - pourquoi il avait fait une nuit blanche et la fatigue se lisant sur son visage. Lou Ann prit le carnet sur lequel se trouvait un post it avec l'heure du rendez vous avant de le tendre à Jake. « Ca te dérange pas ? » Une grimace apparut sur ses lèvres. Elle aurait peut être du voir avec lui, plus tôt. Genre avant d'appeler le médecin. C'est juste que Lou' avait voulu avoir quelqu'un au bout de fil dès l'heure d'ouverture afin d'avoir un créneau rapidement.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 13521
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : 30, didn't have a choice
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
# Re: I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
message posté Dim 1 Oct - 15:59 par Jake O. Cavendish
Change… We don’t like it, we fear it. But we can’t stop it from coming. We either adapt to change, or we get left behind. It hurts to grow. Anybody who tells you it doesn’t, is lying. But here’s the truth: Sometimes, the more things change, the more they stay the same. And sometimes, oh, sometimes, change is good. Sometimes, change is… everything. ✻✻✻ « Une nuit blanche .. » Visiblement, Lou ne veut pas lui donner plus de détails, ce qui le surprend un peu. Surtout qu’elle semble vouloir le dissuader de s’investir davantage, alors pourquoi ne pas aller jusqu’au bout ? Peut-être que Jake idéalise la situation, que tout ne se passera pas comme il l’entend et qu’il souhaitera revenir en arrière. Il espère que non, mais il est conscient que ça peut arriver. Après tout, la situation est compliquée et, même si Timéo s’est vite attaché à lui et l’a accepté comme son père, tout cela reste nouveau pour lui. Il a été habitué à ne vivre qu’avec sa mère, qu’avec la famille de celle-ci, et l’adaptation sera peut-être compliquée. Mais jusqu’à maintenant, tout se passe bien. Dès qu’il est chez Jake, Timéo s’éclate, passe son temps à jouer ou à regarder le Roi Lion à la télévision. Il grignote quelques minutes lors du coucher, demande une histoire supplémentaire, ou refuse de manger ses petits pois, mais rien de dramatique. Et rien que Jake ne puisse pas gérer. Enfin jusqu’à maintenant, il a réussi à s’en sortir.
Alors oui, il est un peu vexé que Lou-Ann réagisse ainsi. Il sait qu’il en est capable, pourquoi les autres ne peuvent-ils pas le voir ? Et même si c’est compliqué, il s’adaptera. C’est ça, être parent. Il faut faire ses propres expériences pour apprendre à être meilleur. Tout ça, il tente de l’expliquer à Lou, du mieux qu’il le peut. Ils sont dans des situations complètement contraires. Lou-Ann a eu Timéo pour elle toute seule pendant trois ans, alors que Jake doit rattraper un retard qu’il ne pourra jamais rattraper. Pourtant, ils doivent bien vouloir la même chose au fond : le bonheur de Timéo. Après, c’est logique qu’il ne soit pas facile de se mettre d’accord. Chacun veut passer le plus de temps possible avec Tim, et peut-être ne seront-ils pas d’accord sur certaines décisions dans le futur, mais là aussi, ils ne peuvent qu’apprendre en essayant. « D'accord, Jake. » Sans le contrôler, il laisse échapper un court soupir. Il faut vraiment qu’ils arrivent à discuter calmement, pour que tout ça puisse fonctionner. « Ce n'est pas ce que je voulais dire, tu sais .. » Se serait-il emballé pour rien ? Il n’est pas impossible qu’il ait mal interprété ce qu’elle lui disait, parce que ça a réveillé des choses qu’on lui a déjà dit. On ne devient pas père juste comme ça. D’habitude, on a neuf mois pour s’y préparer, puis on évolue avec l’enfant, doucement. Là, Jake est jeté dans le grand bain, et il a donc eu droit à de nombreux conseils et réactions un peu condescendants. Ce qu’il n’apprécie vraiment pas. C’est à lui de savoir ce qu’il veut, et de faire son possible pour en être capable. Lui dire sans cesse que ça sera difficile, beaucoup de responsabilités et tout ça, qu’est-ce que ça lui apporte ? Tout ça, il le sait déjà. « .. Désolée ! » Il n’est pas certain qu’elle dise la vérité, mais il veut bien la croire. Ça n’apporterait rien de continuer de se disputer là-dessus. « Et tu ne veux pas faire ça maintenant, hein ? » Au départ, c’était ce qu’il voulait mais il voit bien maintenant que Lou est fatiguée, et que ça ne serait pas forcément une bonne idée. Bien sûr, il est pressé mais ça peut attendre quelques jours. « On peut en parler quand tu veux. » Il n’hésitera pas à en reparler si elle oublie, mais pour l’instant, il ne veut pas insister. Mieux vaut en discuter quand ils sont tous les deux en forme.
« En plus, j'ai dû prendre un rendez vous chez le médecin parce qu'il est malade .. » Alors Tim est malade… ce qui explique la nuit blanche. C’est quelque chose que Jake n’a encore jamais vécu, comme beaucoup de choses en fait. Mais il doit bien pouvoir se débrouiller, et faire en sorte que Tim voit son médecin et aille mieux au plus vite. « Ca te dérange pas ? » Après tout son discours, il ne peut pas vraiment refuser. De toute façon, il ne comptait pas le faire. Il ne peut pas choisir d’être le père de Timéo seulement quand ça l’arrange, quand tout est facile. « Pas du tout. Tu as l’adresse ? » sur le post-it qu’elle lui tend, seulement le nom et l’heure du rendez-vous. Il faudrait quand même que Jake connaisse l’adresse du médecin de son fils. « S’il a eu du mal à s’endormir, c’est peut-être dommage de le réveiller maintenant. Si tu préfères, je peux repasser le chercher pour l’heure du médecin, pour que vous puissiez vous reposer tous les deux. » Même si ça veut dire qu’il perd un peu de temps avec Timéo, mieux vaut être logique et le laisser dormir. « Enfin sauf s’il se réveille avant, tu peux m’appeler, bien sûr. » Il serait bien resté jusqu’au réveil de Timéo, d’autant qu’il ne sait pas ce qu’il va faire en attendant, mais il voit bien que Lou-Ann est fatiguée, et il ne voudrait pas la retenir loin de son lit plus longtemps.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
I do not have sleep hours to my credit [..] schedule + Jake.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
Page 1 sur 1
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» [Tyrannia] Hive nerver sleep [Quête]
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» 05. You wont get no sleep tonight ! ~
» Vivre parmi les fantômes... [Sleep =) ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-