Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

someone to stay + flora

avatar
fade me away, i won't ever be the same

» Date d'inscription : 08/05/2017
» Messages : 148
» Pseudo : like animals ; noha
» Avatar : bbarnes
» Âge : 32.
» Schizophrénie : julian (stan); theodore (dornan); lyanna (vikander); vince (fernandez)
# someone to stay + flora
message posté Jeu 11 Mai 2017 - 21:11 par Gale Wheeler

i miss him in waves and tonight i’m drowning. he left me fending for my life and it feels like you’re the only one who can bring me back to the shore alive. Le rythme se perdait au fond de ma gorge. Je fermais les yeux sur les néons de la rue. L’obscurité se dressait comme un voile opaque sur mes prunelles. Je marchais pour respirer. Je marchais pour échapper au goudron. Mais l’espace m’enfermait dans les façades grises de la galerie marchande. Le souffle brûlait ma bouche. Je voulais crier et laisser la douleur. Mais le bruit me rappelait l’échec - le renoncement à tout ce que j’avais espéré. Le conseil refusait de revenir sur la décision. On me retirait le droit d’exercer la médecine. Il y avait un millier de raisons. Il fallait stopper la furie. J’étais malade et fragile. Mes pensées devenaient instables. La guerre m’avait rendu aigri - si je ne respectais pas les règles de l’éthique, je n’avais plus de place. Le vice naissait dans les buées de mon haleine, dansant à chaque instant entre les saveurs fruitées et la pointe du poignard qui se creusait dans mon corps. Le diabète chronique. Le diabète dépendant. Je saignais dans la nuit. La blessure invisible qu’on ne voyait pas. Le rêve esquissé qu’on ne comprenait pas. Et mes yeux n’étaient plus rien. Des abysses du passé, imprimés sur le cadavre de mon père. Je pouvais l’entendre. Rafael, sauve-moi. Mes mains tremblaient dans mes poches. Je ne pouvais pas le ramener. Je n’avais pas la force de pomper l’air dans ses poumons pour lui insuffler la vie. Putain, il avait crevé comme un chien. Pendant des années, il n’avait fait que mourir sur la chaussée. J’avais huit ans. Mais j’étais grand maintenant, j’avais le pouvoir de changer les choses. Je pouvais extraire l’agonie des autres. Ma mâchoire se serrait autour de la cigarette. Je ne voulais pas de la médaille d’honneur et des discours de remerciements. Je ne voulais pas vivre comme ça. Les flashs s’allumaient sur le chemin. je m’arrêtais devant la vitre d’un magasin. Ma joue était douloureuse. Maman m’avait giflé. Parce que la vérité ne lui plaisait pas. Mon envie de tomber lui faisait peur. Elle me détestait d’avoir grandi comme ça ; dans l’ombre d’un homme qu’elle avait aimé, avec ses traits et son attitude. Je lui ressemblais trop. Elle en étouffait la nuit. Elle en pleurait encore. Rafael, tu vas te faire tuer. Peu importait. Je traînais mes jambes jusqu’aux faubourgs. Le quartier résidentiel s’étendait dans la clarté des lampadaires. Je humais le parfum de la liberté avant d’escalader les marches. La porte était figée contre mon poing. Je frappais pour briser le silence. Elle est ma personne - ma soeur. J’observais sa silhouette à travers le bois. J’imaginais sa marche élégante et l’emprunte de ses bras autour de mon coeur. Depuis des années, elle avait soulagé le vide qu’ils avaient laissés. Tous. Je déglutis alors que sa chevelure apparaissait dans la pénombre, aussi lumineuse qu’une constellation dans le ciel. Je me penchais sans un mot. Je posais ma tête sur son épaule, ma bouche sur son oreille. Je voulais murmurer mais il y avait la fatigue - le vertige et le symptôme que je refusais de traiter. Mon kit d’insuline était dans mon sac mais je le laissais tomber pour m’affaler à ses côtés. « On me redonnera pas mon poste. » Soufflai-je d’une voix chevrotante. Elle connaissait ce regard et cette déception. La première fois que je l’avais vu, on m’avait offert une chance. Une rédemption. On m’avait demandé ce que je voulais devenir. Et à part, jouer dans le grand jardin, je ne désirais qu’une seule chose : devenir médecin. Mais ce soir encore, on me retirait un fragment de mon âme.
Revenir en haut Aller en bas
someone to stay + flora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» Flora Hallscreek
» BUT I'LL ONLY STAY WITH YOU ONE MORE NIGHT - 9 JUIN, 2H24
» sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington-