Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.

avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1836
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Ven 12 Mai - 22:23 par Breena A. Donnelly
crazy little thing called love

Chaque chose qui peut nous arriver dans la vie a un côté positif, il suffit de le trouver.

~Flash Back~


Je ne parviendrais jamais à oublier ce jour noir! Il était environ 02 heures du matin, lorsqu’un agent de la police vint frapper à ma porte ! Quand on policier vint chez vous à une heure aussi tardive, ce n’était jamais bon signe ! En effet, il n’était pas là pour vérifier si tout allait bien chez moi, il était là pour m’annoncer une bien triste nouvelle. Il y avait eu une descente de police cette nuit-là et Aleksi en faisait partie ! Mais ce n’était pas le plus important ! Il y avait eu une explosion et ils y avaient eu des victimes dont deux agents de la police. Et malheur pour moi, mon fiancé en faisait partie. Lorsque la nouvelle percuta dans mon cerveau, j’eus l’impression que le monde s’effondrait sous mes pieds ! D’ailleurs c’est ce qui se passait car je manquais de m’évanouir et le policier me rattrapa juste à temps. Le temps que je mis à assimiler la nouvelle et à reprendre mes esprits, me parut être une éternité. J’avais du mal à croire ce que je venais d’entendre, au fait que je ne verrais plus l’homme que j’aimais, celui avait qui je devais passer le restant de ma vie.

La période qui avait suivi fut des plus pénibles. Les premiers jours, je n’étais qu’un zombie, je n’avais envie de rien, ni manger, ni aller travailler ! Bref, mon seul ami était mon lit ou mon divan. Si je n’avais pas eu ma meilleure amie auprès de moi, je crois que je me serais totalement effondrée. Tous les jours, elle passait près de moi, m’apportait de quoi manger, me tenait compagnie. Elle me soutenait et m’aidait à avancer jour après jours. Elle et mes parents avaient fortement présent et un très bon soutien.

Cela dura pendant quelque mois avant que je ne commence à remonter la pente ! Mais il n’y avait pas un jour ou je ne pensais pas à Aleksi ! Pourtant la vie continuait et je devais revivre et continuer à avancer.

La vie continuait et je ne pensais pas si bien dire ! En effet, quelque mois après la mort d’Aleksi, un petit bébé était venu montrer le bout de son nez ! Oh je vous entends déjà et je vous rassure ce n’était pas mon petit bébé, mais celui de ma meilleure amie. Oui je sais, c’est étonnant car je n’en avais pas parlé auparavant ! Ben c’était tout simplement parce que je l’ignorais et c’était aussi le cas de Rhiannon ! Elle ne savait pas qu’elle était enceinte ! Cela s’appelait le déni. Au début, j’en voulais à ma meilleure amie de m’avoir caché la bonne nouvelle, mais je dû reconnaitre qu’elle ignorait jusqu’au jour de l’accouchement, qu’elle avait un petit être dans son ventre !

J’avais, le jour J, remarqué à quel point Rhiannon était perdue, et ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait ! Comment pouvait-on mettre au monde un enfant alors qu’on ne savait pas qu’on l’attendait ! Ce jour là, je me promis d’être toujours là pour mon amie et son bébé ! Que je ne l’abandonnerais jamais et que je serais là à chaque fois qu’elle en aurait besoin ! Tout comme elle avait été là pendant les mois précédent.

~Au jour d’aujourd’hui.~

On était samedi et je ne travaillais pas. J’avais de la chance d’avoir des collègues et un directeur compréhensifs ! Ils m’avaient laissé le temps de revenir et me soutenaient durant mon chemin d’après deuil. Comme je ne travaillais pas, j’avais proposé à Rhiannon de venir prendre le déjeuner à la maison. Et pour cela, je décidais de préparer un bon déjeuner sain et léger. De la laitue, du poulet, du maïs, des tomates cerise, des morceaux d’ananas et des crevettes et une bonne sauce cocktail pour accompagner tout cela.

« Hum cela à l’air bien bon et ma sauce cocktail est parfaite ! Maman serait bien fière de moi. »

Je n'étais pas très douée pour préparer des sauces, que cela soit de la mayonnaise ou autre. Maintenant que tout était prêt et se trouvait au frais dans mon réfrigérateur ! Il ne manquait plus que mes invités. Qui ne devait plus tarder à arriver.
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 15/06/2015
» Messages : 1038
» Pseudo : Anne
» Avatar : Emily Bett Rickards
» Âge : 27 ans
# Re: Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Sam 13 Mai - 5:55 par Rhiannon O'Connor
Ce sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis
Breena & Rhiannon

Je me rappellerais toujours le jour où j’avais eu l’appel de Breena pour m’annoncer ce qui était arrivé à Aleksi. Je n’avais pas perdu une seconde pour me rendre chez la jeune femme, abandonnant le travail que j’étais en train d’effectuer sur mon ordinateur, oubliant presque de l’enregistrer avant d’appeler un taxi pour m’y déposer. Encore aujourd’hui j’avais du mal à croire qu’elle avait perdu l’homme qu’elle aimait et avec qui elle allait se marier, mais après ces quelques mois elle commençait enfin à reprendre le dessus. Les premières semaines j’avais passé mes journées à ses côtés, rentrant chez moi pour prendre une douche, me changer et dormir quelques heures quand je ne restais pas avec elle pour la nuit. Ses parents prenaient la relève afin que je puisse me reposer et avancer un peu dans mes traductions car malgré tout je dépendais de ce travail pour payer le loyer et les factures et je ne pouvais pas me permettre de retard sur les dates où je devais les rendre. Mais même de chez moi, j’étais en contact presque constant avec la brunette pour lui montrer que j’étais là pour elle si elle en avait besoin. Je cuisinais presque tous les jours que ce soit de chez elle ou de chez moi afin de m’assurer qu’elle continuait de se nourrir et si je ne faisais pas la cuisine j’arrivais avec des repas à emporter que je récupérais sur le chemin pour me rendre chez elle. Je n’étais pas toujours sûr de trouver les bons mots pour réconforter ma meilleure amie, mais je m’assurais de toujours l’écouter et de la prendre dans mes bras pour la laisser pleurer sur mon épaule si elle en avait besoin.

Avec le temps, j’avais commencé à y passer un peu moins de temps tout en continuant de venir tous les jours. Elle commençait doucement à remonter la pente et m’avait assuré qu’elle pouvait passer une partie de la journée par elle-même. Les premiers jours j’avais eu du mal à ne pas y retourner dès le réveil, mais je savais que je ne pouvais pas être à ses côtés à chaque minute et il fallait que je me remette la tête dans mes contrats si je voulais pouvoir assurer les dates auxquelles je m’étais engagée et de nouveaux contrats étaient arrivés depuis et je me devais de commencer à me plonger dans leur traduction également. Travailler de chez soi avait des avantages et j’aimais pouvoir aménager mon emploi du temps comme je le souhaitais sans avoir à me justifier auprès d’un patron.

Les trois derniers mois pourtant je n’avais plus eu l’occasion de venir la voir aussi souvent, les rôles avaient changé et c’était la brunette qui venait me rendre visite quand elle le pouvait afin de me soutenir et de passer du temps avec moi. L’arrivée de Camille avait chamboulée la vie que je menais jusqu’à présent et si cela avait été un choc pour moi comme pour mes proches, je ne regrettais pas d’avoir pris la décision de garder le bébé que j’avais mis au monde alors que j’ignorais être enceinte jusqu’à l’accouchement. Ce n’étais pas facile tous les jours, je m’en voulais encore de ne pas m’être rendu compte qu’elle était là et de ne pas avoir pu faire suivre la grossesse, les médecins avaient beau chercher à me rassurer sur le fait qu’elle allait bien et que cela pouvait arriver bien que rare, mais si il y avait eu des complications ou qu’elle était malade à cause de ce que j’avais pu faire les neuf mois de ma grossesse je savais que je m’en voudrais toujours. Heureusement elle était en bonne santé et grandissait normalement pour son âge, il me restait certaines choses à figurer concernant ce nouveau rôle mais pour le moment je le prenais au jour le jour et faisait de mon mieux pour l’élever toute seule.

Samedi matin, j’avais passé la matinée en pyjama profitant de la sieste de Camille pour faire un peu de rangement avant d’aller prendre une douche et de me préparer pour aller rendre visite à ma meilleure amie. La météo commençait enfin à s’améliorer, j’en profitais pour choisir une tenue un peu plus printanière et finalement comme la petite puce ne se réveillait pas je m’installais à mon ordinateur pour avancer un peu dans mon travail. Je sortais finalement du livre que j’avais la responsabilité de traduire au moment où j’entendais les pleures de Camille qui m’indiquaient qu’elle était réveillée et avait probablement faim. Je m’installais avec elle dans le fauteuil que j’avais installé dans ma chambre à cet effet et la laissait téter tranquillement.

Une fois que nous étions toutes les deux prêtes j’appelais un taxi afin d’arriver chez Breena plus rapidement étant donné que j’étais déjà en retard sur le planning de ma journée. Quand nous arrivions enfin je toquais avant d’ouvrir la porte avec la clé que ma meilleure amie m’avait confié quand je venais la voir tous les jours.

« Hey ! Nous sommes-là ! Ca sent bon dis-donc par ici ! »

Je me dirigeais vers la pièce d’où j’entendais la brunette me répondre après avoir sorti ma princesse de son écharpe de portage que j’avais toujours avec moi et des vêtements que je lui avais mis pour la garder au chaud à l’extérieur. Je retrouvais finalement ma meilleure amie et la serrait contre moi avec le bras que j’avais libre.

« Comment ça va ? Tu as besoin d’aide avec quoique ce soit ? »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1836
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Jeu 18 Mai - 19:35 par Breena A. Donnelly
crazy little thing called love

Chaque chose qui peut nous arriver dans la vie a un côté positif, il suffit de le trouver.

Lorsque j’avais accepté la demande en mariage d’Aleksi, je m’étais imagine passer le restant de ma vie à ses côtés. J’avais imaginé le jour de notre mariage, moi dans une robe blanche, lui dans un élégant smoking, nos amis et amies autours de nous pour célébrer non union! Mais au lieu de cela, au lieu de fêter notre mariage, c’était ses funérailles que j’avais du célébrer ! Pourquoi ? Pourquoi me l’avait on reprit sitôt ? Pourquoi la vie agissait-elle ainsi avec moi ? N’avais-je pas le droit d’être heureuse ? Mon frère, mon confident s’était éloigné de nous, je n’avais plus de nouvelles de sa part et maintenant c’était l’homme que j’aimais qui disparaissait de ma vie ! Mais lui s’était pour toujours ! Je ne le reverrais plus jamais !

Les moments qui avaient suivis la mort d’Aleksi avait été douloureux ! Mais, dans mon malheur j’avais pu compter sur mes proches, qu’il s’agisse de mes parents ou de ma meilleure amie ! Même si ils faisaient tous du mieux qu’ils le pouvaient, il me manquait quelqu’un, Aleksi, certes, mais aussi mon frère ! Mais ignorant ou il était, je ne pouvais pas le contacter.

Je ne pensais pas à l’époque être capable de remonter la pente ! Je n’avais plus envie de rien ! Mais c’était sans compter ma meilleure amie qui ne me laissait pas le temps de m’effondre sur moi-même. Surtout deux après la mort d’Aleski. En effet, elle m’avait appelé un jour en pleine nuit via un ami à elle. Cette dernière se trouvait à l’hôpital. Déjà rien que cela m’avait fait flippé surtout que ce n’était pas elle que j’avais eu au bout du fil. Mais le service dans lequel la jeune femme se trouvait était quelque peu interpellant ! Elle se trouvait en gynécologie ! Durant tout le trajet m’amenant auprès de ma meilleure amie, toute sorte de raison de sa présence me passait par la tête. Mais jamais ce que j’allais découvrir ne m’était venu à l’esprit !

En voyant le petit être que Rhiannon venant de mettre au monde, j’eu du mal à le croire ! Mon amie ne m’ayant jamais rien dit, c’était une chose difficile à avaler ! Après la surprise ce fut un sentiment de trahison qui m’avait envahi ! Comme ma meilleure amie avait-elle pu me cacher une chose pareille ! Pourquoi ne m’avait-elle pas dit qu’elle était enceinte. A cause du fait que je venais de perdre l’homme que j’aimais ? Il avait fallu qu’elle m’explique au moins trois fois qu’elle ignorait qu’elle attendait un enfant avant de se retrouver ici pour mettre au monde une jolie princesse.

D’ailleurs en parlant de jolie princesse, cette dernière n’allait plus tarder à arriver avec sa maman ! Je ne me trompais pas car j’entendis qu’on frappa à ma porte et qu’on entra. Je ne m’étais pas déplacé car je savais que Rhiannon avait encore les clefs de mon chez moi.

« Coucou les filles, je suis dans la cuisine. Ben tu me diras si c’est aussi bon. »

Je terminais de ranger les quelques petits trucs qui trainaient encore dans la cuisine, lorsque ma meilleure amie arriva.

« Je vais bien, merci et vous deux comment allez-vous ? Non cela ira j’ai fini. »

Au passage je déposais un doux baiser sur le front de Camille. J’étais heureuse de les voir toutes les deux.

« Si on allait s’installer au salon ? D’ailleurs tu veux boire quelque chose ? »
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 15/06/2015
» Messages : 1038
» Pseudo : Anne
» Avatar : Emily Bett Rickards
» Âge : 27 ans
# Re: Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Sam 20 Mai - 5:50 par Rhiannon O'Connor
Ce sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis
Breena & Rhiannon

Les trois derniers mois étaient passés à une vitesse incroyable, j’avais toujours encore du mal à réaliser que j’étais maman et qu’une autre vie dépendait de moi. Du jour au lendemain j’avais dû apprendre à m’occuper d’un bébé dont j’avais la charge à temps complet, ce n’était pas comme les baby-sitting que j’avais pu faire étant plus jeune où je pouvais rendre les enfants aux parents quand ils rentraient et refuser l’opportunité de gagner un peu d’argent de poche si je voulais faire autre chose de mon samedi soir. Dans tous les cas, le plus jeune des enfants que je gardais quand j’étais adolescente avait deux ans je n’avais donc pas de vrai expérience avec des nouveau-nés.  J’avais des amis qui avaient des enfants et avaient eu l’occasion de les aider un peu lors de visites, mais rien ne pouvait comparer à ce que je vivais depuis trois mois. J’avais tout appris sur le tas en plus des livres que je lisais ou des recherches que je faisais en ligne quand Camille dormait. Heureusement j’avais été bien entourée, que ce soit à l’hôpital ou à mon retour dans la vie réelle ! Je n’étais pas sûre que j’aurais été capable d’assumer cette petite princesse qui n’avait rien demandé à personne si je n’avais pas eu le soutien de mes proches et que je n’avais pas eu une bonne équipe médicale pour me guider quand le résultat de ma présence à l’hôpital avait été confirmer. J’avais encore un bout de chemin à faire pour accepter le fait de ne pas m’être rendue compte que j’avais été enceinte pendant neuf mois, encore aujourd’hui je ne comprenais pas comment cela avait été possible et m’en voulait de ne pas avoir pu faire suivre cette grossesse comme il se devait. J’avais de la chance d’avoir un mode de vie plutôt sain et de ne pas être du genre à sortir et boire toutes les semaines sans modération, Camille était en bonne santé et c’était ce qui m’importait le plus.

Pour notre première sortie qui ne consistait pas à aller faire des courses ou se promener pour prendre un peu l’air, nous étions invitées chez ma meilleure amie. Sortir nous faisait du bien à toutes les deux mais avec la météo anglaise jusqu’à présent je me contentais du stricte nécessaire et je préférais que mes amis ou ma famille viennent me voir chez moi afin de baisser les risques pour la petite puce de chopper quelque chose. Mais maintenant que le printemps arrivait enfin et que le soleil montrait à nouveau le bout de son nez j’avais accepté avec plaisir l’invitation de Breena ! J’avais cependant prit un taxi afin d’y arriver plus vite et de pouvoir passer autant de temps que possible avec la brunette surtout que nous étions déjà en retard par rapport à l’heure que j’avais donné à ma meilleure amie. Il nous avait fallu le quart du temps que si j’avais décidé de marcher ou de prendre les transports en commun et après avoir ouvert la porte par moi-même je rejoignais la brunette dans la cuisine où elle me répondait être alors que nous annonçait !

« Je suis sûre que ce sera parfait ! »

Je n’avais aucun doute que l’odeur qui flottait dans la pièce était en accord avec le goût que cela allait avoir au final quand nous allions le déguster ! Un sourire flottait sur mon visage, il n’y avait rien de mieux que de passer mon samedi avec ma meilleure amie et la princesse qui me comblait malgré les circonstances de sa naissance, c’était un cadeau tombé du ciel.

« Nous allons très bien ! Même si j’avoue que je serais contente quand elle fera des nuits complètes ! »

Camille se réveillait toujours à multi-reprise au courant de la nuit, d’après ce que j’avais pu trouver comme information plus que la généralité des bébés de son âge, mais ils étaient tous différents et je ne m’inquiétais pas plus que cela pour le moment. Je libérais la puce de l’écharpe dans laquelle je la portais tout en répondant à la jeune femme. Je hochais la tête à sa suggestion concernant le séjour où elle nous proposait de nous installer.

« Tu as du jus d’orange, de pommes ou quelque chose dans le genre s’il te plait ? »

Je n’avais jamais été très porté sur les sodas ou l’alcool même si je me le permettais pour des occasions spéciales, mais maintenant que j’allaitais et que je nourrissais ce que je mangeais à ma princesse je faisais plus attention à ce que je mangeais ou buvait. J’attendais que la brunette nous serve à boire avant de la suivre dans le salon où elle déposait les verres sur la table basse.

« Tu veux faire un câlin à ta filleule ? »

Je n’étais pas sûre de pourquoi j’avais posé la question à la jeune femme, mais c’était principalement pour utiliser la dénomination que nous utilisions généralement pour l’enfant dont on était parrain ou marraine. Je n’avais pas encore abordé le sujet de baptiser Camille jusqu’à présent. Après sa naissance je m’étais principalement concentrée sur assumer cette nouvelle responsabilité à laquelle je n’étais pas prête et un baptême n’était pas ce qui me préoccupait en premier, mais ces derniers jours j’y avais beaucoup pensé et j’avais attendu de venir voir ma meilleure amie pour lui en faire la demande. Il était logique que ce soit elle qui remplisse ce rôle, elle était ce qu’il y avait de plus proche d’une sœur à mes yeux et si il devait m’arriver quelque chose un jour je savais qu’elle prendrait soin de ma princesse comme si elle était la sienne.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1836
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Mer 24 Mai - 20:31 par Breena A. Donnelly
crazy little thing called love

Chaque chose qui peut nous arriver dans la vie a un côté positif, il suffit de le trouver.

Je ne sais pas où j’en serais, ni dans quel état je serais, si je n’avais pas eu Rhiannon et la naissance surprise de sa fille. Le fait que Camille était arrivée alors qu’on ne s’y attendait pas, m’avais permis de me changer les idées, de m’occuper l’esprit ! Grace à elles deux, j’avais repris goût à la vie et continuer à avancer. Seule ? Oui et non ? Avec ce que j’avais vécu 5 mois plus tôt, je savais que je n’étais pas seule, que je pourrais toujours compter sur le mien et surtout sur ma meilleure amie. Mais en même temps, j’étais seule, je n’avais plus une personne qui partageait sa vie avec la mienne. En tout cas pour le moment ! Mais on n’était pas là pour retomber dans la mélancolie ! J’avais de la visite aujourd’hui et tout devait être parfait avant l’arrivée de mes deux invitées.

J’avais préparé de quoi manger pour Rhiannon et moi, ben oui, Camille était encore trop petite pour manger un repas comme nous ! Le temps qui s’était écoulé entre le moment où j’avais terminé de préparer le repas et celui où la jeune maman entra fut plus court que je ne l’avais pensé. J’étais heureuse de les voir. Une fois que je les avais saluées, j’avais proposé de nous rendre au salon où on serait plus confortablement installées. En entendant mon amie me dire que tout sera parfait, je ne pus que sourire. Elle avait toujours confiance en moi quand il s’agissait de cuisine.

« Oh, elle ne passe pas encore ses nuits ! Elle boit encore pendant la nuit ? »

Je ne m’y connaissais pas vraiment dans les bébés, mais je savais qu’ils devaient boire souvent au début ! Mais je m’inquiétais aussi pour mon amie, on voyait qu’elle était fatiguée et j’espérais que cela allait s’arranger pour elle et qu’elle allait enfin passer de bonnes nuits reposantes. Sur le chemin qui nous menait au salon, je lui avais demandé si elle voulait boire quelque chose.

« Alors, j’ai du jus d’orange, du jus de pomme bio et du jus de pomme-cerise. Tu as donc le choix. Qu’est-ce qu’il te ferait plaisir ? »

Je n’étais pas quelqu’un qui mangeait ou buvait bio. Mais en ce qui concernait le jus de pomme, j’avais eu l’occasion d’en goûter une fois en me rendant au supermarché et franchement, je l’avais trouvé meilleur que le jus de pomme traditionnel. Maintenant, ce n’était pas le cas de tout le monde. Alors oui je sais, pour une personne vivant seule, j’avais pas mal de sorte de jus de fruit et ce n’était pas les seules boissons softs que j’avais ! Mais comme je savais que Rhiannon préférait ce genre de boisson, j’avais décidé de choisir différentes sortes de jus de fruits ! Comme la jeune maman n’arrivait pas à choisir, j’avais opté le jus de pomme. Je nous servais deux verres avant de le déposer sur la table basse.

Je décidais de laisser le fauteuil à mon amie et j’allais aller m’installer dans le sofa lorsque Rhiannon me proposa de prendre ma filleule dans les bras ! Euh j’avais entendu ce qu’elle venait de me dire ? Je la regardais un peu abasourdie !!!

« Euh ma quoi ? Attends une minute, tu as bien dit ma filleule ? J’ai pas halluciné ? »

Elle venait de me demander indirectement si je voulais être la marraine de Camille ! Mais bien sûr que oui ! Elle ne savait pas à quel point sa demande me rendait heureuse et fière ! J’allais être la meilleure de marraine pour la petite princesse, comme j’essayais d’être la meilleure des amies pour sa maman. Mais pour savoir que j’étais d’accord, je devais peut-être le lui dire.

« Euh si j’avais, je serais très honorée d’être sa marraine ! Et je veux bien la prendre dans mes bras. Si ma jolie princesse veut bien venir près de sa marraine. »

On pouvait lire la joie sur mon visage, joie qui était également dans mon cœur.
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 15/06/2015
» Messages : 1038
» Pseudo : Anne
» Avatar : Emily Bett Rickards
» Âge : 27 ans
# Re: Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Jeu 8 Juin - 12:23 par Rhiannon O'Connor
Ce sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis
Breena & Rhiannon

J’étais des plus heureuse de passer cette journée avec Breena et Camille. Le besoin de sortir commençait doucement à se faire sentir. Je ne restais pas enfermée à proprement dit, il fallait bien que j’aille faire des courses ou que j’emmène la puce à ses rendez-vous chez le docteur mais ce n’était pas vraiment sortir pour le plaisir de sortir, c’était simplement pour s’occuper des nécessités. Il arrivait même souvent que Sharona m’appelle alors qu’elle faisait ses courses pour savoir si j’avais besoin de quelque chose ou alors mes parents se proposaient de les faire pour moi. Cela me gênait parfois de dépendre d’eux mais pendant la saison des virus, dont nous sortions à peine, je voulais éviter d’exposer ma princesse à des maladies si je le pouvais. Et je sentais bien que cela faisait plaisir à mes parents de m’aider tout en leur donnant une excuse pour venir nous voir. Quand j’avais décidé de partir pour l’Australie pour retrouver ma famille biologique j’avais bien senti qu’ils avaient peur que cela change nos relations et que je m’éloigne d’eux pour me rapprocher de ces personnes que je ne connaissais pas encore, à l’époque du moins J’avais essayé de les rassurer que même si j’avais besoin d’en savoir plus sur d’où je venais et qui étaient ces personnes qui m’avaient donné la vie, je ne cherchais en rien à les remplacer et qu’ils seraient toujours mes parents d’abord mais il y avait toujours ce doutes qui les remplissaient surtout quand j’avais mis plusieurs semaines à leur dire que j’étais rentrée à Londres. Mais depuis ce moment-là nous étions plus proches que jamais et malgré la surprise ils avaient accueilli leu première petite fille avec un grand plaisir et se comportaient en grands-parents gâteaux comme on pouvait l’espérer !

Toujours était-il que me retrouver chez ma meilleure amie était exactement ce dont j’avais besoin à ce moment précis ! La discussion s’était rapidement tournée vers le petit être qui se trouvait dans mes bras et sa routine.

« Non pas encore. Plusieurs fois même ! J’avoue que je suis heureuse de pas avoir à me lever pour préparer un biberon. »

L’allaitement avait des avantages et celui de pouvoir prendre la petite puce dans mes bras quand elle se réveillait pour ses repas nocturnes n’en était pas des moindres. Je pouvais simplement la prendre dans mes bras, la laisser téter et la reposer dans son berceau que j’avais placé juste à côté de mon lit pour le moment. Si je lui donnais le biberon cela voudrait dire avoir à me lever, vérifier le niveau d’eau dans le biberon, le réchauffer et ensuite y rajouter la quantité de lait en poudre pour celle de l’eau avant de pouvoir enfin le donner à Camille. Avec tout ça j’avais le temps de me réveiller complètement et après ça je me connaissais assez pour savoir que je n’allais pas réussir à me rendormir directement. J’étais fatiguée mais j’arrivais à gérer, de plus j’essayais de dormir quand elle dormait autant que possible, ou du moins de m’allonger et me reposer afin de reprendre des forces. Mais ce n’était pas toujours facile, car même si le free-lance avait ses avantages, si je m’arrêtais de travailler trop longtemps je ne gagnais pas d’argent à côté et ayant eu beaucoup de dépenses imprévues avec l’arrivée de Camille je me devais de reprendre le travail un peu plus sérieusement dès maintenant. Je me retrouvais donc plus souvent devant mon ordinateur que dans mon lit quand elle faisait ses siestes ou jusqu’à son premier réveil, j’avais eu la chance de pouvoir prolonger les délai pour la plus grande partie des traductions sur lesquelles je travaillais actuellement mais cela ne pouvait pas durer éternellement. Mais je ne m’inquiétais pas encore et je savais qu’avec un peu d’organisation je pouvais réussir à respecter tous les engagements que j’avais tout en profitant des premiers mois de Camille.

J’écoutais attentivement les propositions de boissons faites par ma meilleure amie, mais c’était tout simplement impossible de choisir entre les trois jus de fruits qu’elle proposait. Que ce soit celui à l’orange, le pomme bio ou le pomme-cerise tout me tentait. J’étais presque heureuse de ne pas avoir eu à subir toutes les fringales que les femmes enceintes subissaient souvent car je savais que j’aurais pris le double de mon poids en mangeant tout ce dont j’avais envie. Mais je savais que ce n’était pas l’idéal pour un bébé de ne pas recevoir ce dont il avait besoin et je m’en voulais de ne pas avoir fait plus attention que cela les neufs derniers mois même si je ne pouvais pas deviner ce qui se passait dans mon corps alors que je n’avais aucun symptômes ou signes liés à une grossesse.

« Je te laisse choisir ! »

Une fois que la brunette ait versé le jus de son choix dans les verres je la suivais jusqu’au salon où nous allions pouvoir nous asseoir et profiter d’un moment juste toutes les trois si on comptait Camille qui était plutôt calme pour le moment ce qui n’était pas toujours le cas. Je n’avais pas vraiment à me plaindre de ma princesse même si ce n’était pas tous les jours faciles d’être seule à l’élever ! Heureusement j’avais le soutient de mes proches qui faisaient leur possible pour m’aider ne serait-ce que pour de petites choses, mais je voulais le faire par moi-même autant que possible ayant pris la décision de l’élever. Je m’installais dans le fauteuil du séjour de ma meilleure amie avant de lui demander si elle voulait bien être la marraine de Camille, même si j’avais utilisé un moyen détourné de le faire. Le regard de surprise et sa réaction me comblait de joie et je hochais la tête en réponse à sa question.

« Non, tu n’hallucines pas, j’ai bien dit filleule ! »

Elle était la personne dont j’étais le plus proche, et n’ayant pas de sœurs qui puissent remplir ce rôle, c’était la première personne en qui je me voyais confier ce rôle si particulier. Si il devait m’arriver quelque chose je voulais que ce soit une personne en qui j’avais entièrement confiance et qui allait aimer Camille autant que moi-même qui en ait la charge. Je n’en avais pas parlé avec mes parents directement pour le moment, mais je savais qu’ils seraient d’accord avec moi, depuis que la mère de Breena avait commencé à travailler pour mon père et donc que nous nous étions rencontrées nous passions tout notre temps chez l’une ou chez l’autre et elle faisait partie de la famille. Il était donc certain que mes parents soient ravis de ma décision, j’étais très proche d’eux, encore plus depuis que j’étais rentrée de mon voyage en Australie et que nous ayons bien discuté de tout ce qui avait pu se passer et leur opinion sur mes décisions concernant Camille me était très importante à mes yeux. J’espérais qu’un jour, très lointain, ma relation avec Camille allait être aussi bonne que celle que j’entretenais avec les miens même si ne partagions pas le même sang.

« Merci, tu es la première personne à qui j’ai pensé pour jouer ce rôle et la personne idéale pour le remplir ! Bien sûr qu’elle veut aller faire un câlin à sa marraine. »

Je me relevais pour déposer la petite princesse dans les bras de ma meilleure amie avant de me réinstaller dans le fauteuil les bras libre cette fois et de prendre une gorgée du jus de pomme, bio, qu’elle m’avait servi. Je devais avouer qu’il était exceptionnellement bon. J’observais la brunette avec ma princesse dans ses bras et ne pouvait m’empêcher de sourire à les voir toutes les deux. J’étais heureuse de voir que ma meilleure amie remontait enfin la pente et que la naissance de Camille avait eu l’air de lui donner une raison d’avancer plutôt que de s’enfermer dans son chagrin.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1836
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
message posté Mar 20 Juin - 22:16 par Breena A. Donnelly
crazy little thing called love

Chaque chose qui peut nous arriver dans la vie a un côté positif, il suffit de le trouver.
Chaque fois que je pouvais passer du temps avec Rhiannon, on pouvait être certain que je serais de très bonne humeur et que je passerais de très chouettes moments. On parlait beaucoup toutes les deux, et à force on pourrait penser qu’à la longue on n’aurait plus rien à nous dire, mais ce n’était pas le cas. Et maintenant qu’une petite princesse était venue combler notre duo, on avait toujours quelque chose à dire ! Et nos conversations étaient plus joyeuses maintenant. Puis entre nous, on n’avait pas tout le temps besoin de se parler pour qu’on se comprendre.

Quand Rhiannon venait me voir, je n’avais qu’une hâte qu’elle soit là avec Camille. J’étais un peu comme une petite fille qui attend de recevoir son cadeau de Noël. En fait je crois que même si j’étais très heureuse de voir ma meilleure amie, le fait de pouvoir voir sa fille, me rendait encore plus heureuse ! La voir grandir, évoluer, me permettait de m’occuper l’esprit et de ne plus penser, pendant un moment, au deuil qui m’avait frappé.

« C’est étrange que la puce ne dorme pas encore toute ses nuits ! Si ma mémoire est bonne, tu l’allaite à la demande non ? »

Je pensais que maintenant, les temps entre chaque tétées devait être plus espacé, et que la jeune maman pouvait passer de meilleures nuits ! Mais à l’entendre, ce n’était pas encore le cas. J’espérais que Camille allait vite passer ses nuits et que Rhiannon allait pouvoir se reposer, car à la longue, elle serait vite sur les rotules. Entre son boulot et la petite demoiselle il y avait de quoi faire. Maintenant heureusement pour elle, qu’elle ne devait pas se lever pour préparer le biberon.

Elle m’avait laissé le choix de la boisson et elle avait bien fait car j’avais opté pour un délicieux jus de pomme bio. Et en plus d’être très bon, il apportait des vitamines. Ce qui, soit dit en passant, ne serait pas négligeable pour Rhiannon. Bon ce n’était pas énorme, mais c’était déjà cela.

On avait continué notre discussion tout en revenant au salon où on s’installa. Je n’avais pas imaginé la direction que prendrait notre conversation ! En effet, lorsque mon amie me demanda si je voulais prendre ma filleule dans mes bras ! Oui elle avait bien utilisé ce terme au lieu du prénom de l’enfant ! J’avais comme on pouvait s’en douté, était surprise par cela ! Il m’avait fallu un bon moment avant de capter ce qu’elle me voulait ! Devenir marraine allait être une première pour moi. Ben oui, ce n’était pas par Nolan que j’allais le devenir, en tout cas dans un avenir proche. Alors devenir la marraine de ce magnifique ange qui est en plus la fille de ma meilleure amie, c’était la plus belle chose qui pouvait m’arriver depuis le drame. Grâce à elle, j’allais pouvoir continuer ma route et aller de l’avant. Mon esprit allait pouvoir être occupé par de plus belles idées, souvenirs et autres que ce qu’il l’occupait depuis des mois !

« Ah ben tu me rassures en me disant que je n’hallucine pas ! Tu fais de moi, une personne heureuse. »

Je lui avais surement déjà dit, mais c’était tellement vrai. Je l’aimais déjà temps ce petit être que je savais que je serais une très bonne marraine, que je ferais tout pour être toujours là pour elle.

« C’est un grand honneur pour moi que tu m’ais choisie comme marraine. Cela me touche énormément que tu me fasses autant confiance. »

Je lui souriais lorsqu’elle me déposa Camille dans les bras. Lorsque cette dernière fut bien installée, je lui déposais un tendre baiser sur le front et lui murmura à l’oreille.

« Tu peux et tu pourras toujours compter sur moi ! Je serais toujours là pour toi et ta maman.»

Je redressais la tête et mon regard se porta sur la jeune femme qui se trouvait près de moi et lui souriait. Je lui étais reconnaissante car grâce à elle, et elle le savait, j’avais de quoi m’aider à remonter la pente.
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres ... [ft lost comets]
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis - Casey et Robert
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)
» [Théorie] Pourquoi Entei Raikou et Suicune sont ils shiny dans le film 13 ?
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith-