Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.

avatar
MEMBRE
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1927
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
() message posté Dim 24 Sep 2017 - 20:18 par Breena A. Donnelly
crazy little thing called love

Chaque chose qui peut nous arriver dans la vie a un côté positif, il suffit de le trouver.
Depuis l’arrivée de Camille, Rhiannon avait changée, en bien je précise ! Je la trouvais plus souriante, confiante en elle ! Elle rayonnait de bonheur et cela me faisait grand plaisir. Ces derniers mois, je n’avais pas toujours trouvé ma meilleure amie bien heureuse. Il fallait dire que Noam était revenu dans le coin et cela l’avait troublé ! Mais c’était sans compter sur le fait qu’elle avait pris une bonne décision, une grande décision, celle que Noam ne ferait plus jamais partie de sa vie ! Et c’était bien le cas, enfin si on pouvait le dire.

On dit souvent que c’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis. Lorsqu’Aleksi disparu brutalement, je savais que je pourrais compter sur ma meilleure amie ! On avait toujours été là l’une pour l’autre, quand cela allait bien comme quand cela allait mal, et tout cela depuis notre adolescence. Et cela fut vérifier. Même si je savais qu’elle serait là pour moi, j’avais quand une crainte que le fait qu’elle avait Camille et qu’elle n’aurait pas assez de temps à me consacrer si j’avais besoin d’elle et en même temps, je ne voulais pas non plus l’ennuyer et être un fardeau pour elle ! Mais ma meilleure était et serait toujours là pour moi !

« Tu sais l’arrivée d’un enfant change beaucoup de chose chez une personne. Et franchement, j’ai toujours su que tu serais une bonne mère. »

Même si elle a été prise de cours, je savais qu’elle ne baisserait les bras et qu’elle serait une maman parfaite ! Puis elle savait qu’elle pouvait compter sur moi et d’autres amis qu’elle avait. En l’entendant me confirmer qu’elle serait toujours là pour moi, je ne pus que lui sourire.

Rhiannon n’avait pas pu s’empêcher de rire lorsque je lui avais demandé ce qu’elle comptait faire si on voulait faire une soirée entre fille. Mais en entendant sa réponse, je ne pus à mon tour réprimer mon sourire. Ses parents devaient servir à quelques choses !

« Rho tu es gentille avec tes parents ! Je suis certaine qu’ils seront heureux de s’occuper de Camille pendant qu’on en profitera un peu. »

Les parents de la jeune femme étaient des personnes adorables et seraient de très chouettes grands parents pour ne pas dire des grands parents gâteaux. Après avoir discuté de Camille, du fait que j’avais accepté d’être sa marraine, le sujet de conversation changea et se porta sur moi ! Je savais qu’en me demandant comme j’allais, Rhiannon souhait être certaine que j’allais bien et que je remontais la pente. J’allais mieux, mais ce n’était pas encore top ! Je ne voulais rien caché à ma meilleure amie et je lui avais donc dit la vérité ! Elle avait raison, Rome ne s’était pas fait en un jour ! Il me faudrait du temps pour redevenir sereine et n’avoir plus cette tristesse en moi ! Je devais avancer et continuer ma vie. Mais je ne savais pas pourquoi, même si j’avais toujours eu du soutient que cela soit avec mes parents et ma meilleure amie, il y avait quelque chose, ou plutôt quelqu’un qui me manquait,… mon frère Nolan ! Il m’avait fortement manqué depuis tout ce temps, mais au moment de la mort de mon fiancé, cela avait été encore plus fort ! Mais je préférais garder cela pour moi. Surtout que ma meilleure amie venait de me faire une drôle de proposition !

« Une colocation avec toi, Sharona et sa sœur ? Euh, à part toi, je ne connais pas les deux autres miss. Tu penses que cela passerait entre nous, car l’air de rien l’idée est tentante ? »

Oui l’idée de la colocation était très bonne, car me retrouver toute seule dans cet appartement, était par moment dur et me retrouver avec d’autres personnes pouvait être plus agréable.
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 15/06/2015
» Messages : 1215
» Pseudo : Anne
» Avatar : Emily Bett Rickards
» Âge : 27 ans
() message posté Ven 27 Oct 2017 - 0:43 par Rhiannon O'Connor
Ce sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis
Breena & Rhiannon

Les premières semaines après l’accouchement avaient été difficiles, j’avais plus d’une fois pensée que j’avais pris la mauvaise décision et que j’aurais dû la faire adopter après l’accouchement pour lui donner des parents qui souhaitaient un enfant depuis longtemps. Mais quelque chose m’avait stoppé à chaque fois que cette pensée me passait par la tête, probablement le fait que j’avais été adopté moi-même, et que si je n’échangerais mes parents adoptifs contre mes parents biologiques pour rien au monde, j’avais grandi en me sentant différentes des autres enfants et me demandant pourquoi mes parents biologiques n’avaient pas voulu de moi. Je ne regrettais pas de ne pas avoir pris de décision drastique car même si la fatigue était toujours présente et que ce n’était pas tous les jours faciles grâce au soutien et à l’aide de mes parents et de mes meilleurs amis j’avais fini par accepter les circonstances entourant la naissance de Camille et le fait qu’en l’espace d’un instant j’étais devenu maman.

« Merci, mais je n’aurais pas pu le faire sans vous. Que ce soit toi, Mohan, Sha’ ou mes parents. »

Je leur étais et serais toujours reconnaissante de tout ce qu’ils avaient fait pour moi les derniers mois, car même si j’insistais pour en faire le maximum par moi-même car je ne pouvais pas toujours compter sur eux pour le faire pour moi, je savais que je pouvais les appeler à tout moment ne serait-ce que pour parler et pour me conseiller quand j’en avais besoin, ce qui arrivait souvent depuis le mois de février. Sans eux les choses seraient probablement totalement différentes et je ne serais pas la mère que Camille mériterait d’avoir. Il y avait un dicton qui disait que cela prenait un village d’élever un enfant et je pensais parfois que c’était véridique, surtout quand on avait pas la chance d’avoir un compagnon à ses côtés pour le vivre ensemble. Mais je ne regrettais pas la décision de ne pas contacter Noam pour lui annoncer la naissance de Camille.

Je ne pouvais m’empêcher de plaisanter à la question de ma meilleure amie concernant qui allait s’occuper de ma princesse si on décidait de sortir un jour. Mais même si j’en faisais une blague je savais que mes parents seraient heureux de la prendre pour une soirée et même le lendemain si je leur demandais de me rendre ce service. Ils avaient été fantastique quand je les avais appelés de l’hôpital avec la nouvelle et s’étaient précipités à mon chevet pour rencontrer leur première petite-fille et se proposaient de la prendre dès qu’ils en avaient l’occasion même si je leur assurais que je m’en sortais très bien. Je n’étais pas à l’aise avec l’idée d’avoir Camille loin de moins pour plus de quelques heures, mais une fois qu’elle serait plus grande et faisait ses nuits j’étais sûre que j’allais profiter de leur offre pour prendre un peu de temps pour moi.

« Ils seront même plus qu’heureux de le faire. Ils m’ont déjà demandé plus d’une fois quand est-ce qu’ils allaient pouvoir l’avoir pour le week-end. J’ai de la chance d’avoir des parents comme les miens. »

Si il y avait une chose dont j’étais certaine et que je ne remettrais jamais en doute, c’était que je pouvais compter sur mes parents et qu’ils seraient toujours là pour moi et Camille même si ils n’étaient pas d’accord avec mes choix, ce qui était rarement le cas. Ce qui n’était pas le cas avec celle qui m’avait mis au monde qui n’avait pas hésité à me dire que j’aurais dû faire adopter ma princesse quand elle a appris la nouvelle. Ses paroles me sont restées en travers de la gorge un moment et je n’ai pas hésité à lui répondre que je ne prenais pas la porte de sortie la plus facile dès qu’un obstacle se mettait en travers de mon chemin et depuis je limitais les contacts et ne lui parlais que si elle me contactais d’abord. Elle avait dit regretter m’avoir abandonné, mais je n’y croyais plus, et préférais m’entourer des personnes positives dans ma vie et qui me soutiendrais toujours.

J’avais finalement cherché à m’assurer que ma meilleure amie se remettait doucement et que tout allait bien de son côté. Je n’avais jamais vécu ce qui lui était arrivé avec la mort d’Aleksi mais j’avais vu ce que ça lui avais fait et j’aurais tout fait pour lui empêcher tous ces maux. Heureusement elle avait l’air de remonter la pente doucement même si je doutais que ça allait prendre du temps. C’était l’une des raisons pour laquelle j’avais demandé à Sha’ si elle voulait bien que j’offre à la brunette de s’installer avec nous quand nous allions déménager dans les prochains mois. Il ne me restait plus qu’à le proposer à Bree’ ce que je venais de faire.

« Je ne connais pas Kassandra non plus, mais il n’y a pas de raison que ça se passe mal. Sharona est super comme colocataire et on s’entends très bien, je suis sûre que ce sera le cas pour toi aussi. Je dis pas qu’il n’y aura pas des choses sur lesquelles nous ne serons pas toutes d’accord, mais on est adultes, on pourra en discuter toutes ensemble. Si c’est tentant dis oui, ce serait génial d’habiter ensemble ! »

Je croisais les doigts pour qu’elle accepte, je ne pouvais imaginer mieux comme colocation que d’avoir ma meilleure amie avec moi en plus de Sharona. J’espérais juste que ça allait se passer tout aussi bien avec la sœur de ma colocataire actuelle, mais je suis sûre qu’on pouvait trouver un terrain d’entente, ce n’était pas comme si nous allions avoir à partager une chambre, nous allions donc chacune avoir notre espace.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Se sont dans les moments les plus durs que l'on peut compter sur ses vrais amis.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
» On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres ... [ft lost comets]
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis - Casey et Robert
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)
» [Théorie] Pourquoi Entei Raikou et Suicune sont ils shiny dans le film 13 ?
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-