Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

she wore moonlight like lingerie (w/matteo)

she wore a smile like a loaded gun.
avatar
she wore a smile like a loaded gun.

» Date d'inscription : 11/05/2017
» Messages : 372
» Pseudo : violent delights. (morgane)
» Avatar : sophia anna bush
» Âge : vingt-neuf si tu demandes, mais trente-trois en réalité
» Schizophrénie : la blonde qui veut percer dans le droit mais qui n'y arrive pas (van halen)
# she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Sam 20 Mai - 22:23 par Sofia O. Cavendish


≈ ≈ ≈
{she wore moonlight like lingerie}
✰ w/matteo

Les stations de métro défilent les unes après les autres et se ressemblent toutes. Les yeux rivés sur mon smartphone, je ne fais pour autant pas attention au flux habituel de passager qui montent et qui descendent de ma ligne. D’un coin de l’oeil, je reconnais les couleurs sombre de ma ligne de métro. Je reconnais et réussis même à distinguer les différentes stations, même si d’après la plupart des personnes qui empruntait le métro tous les jours, toutes les stations se ressemblaient. Mais j’avais habité la capitale depuis toujours et emprunté les couloirs carrelés depuis que ma mère avait estimé que j’étais capable de prendre le métro seule. Je compte alors encore trois stations alors même que les portes se referment, laissant un bruit sourd s’échapper. Toute ma concentration est alors fixée sur le tri de mes mails : professionnels ou non, là était tout le soucis. On m’avait bien dit de me créer deux boîtes différentes, mais on avait sous-estimé ma capacité à oublier l’existence de la boîte mail non professionnelle. sofia.cavendish27@gmail.com suffirait à tout le monde, collaborateur, membre du parlement ou même la reine d’Angleterre en personne. Si tant est que j’arrivais à ouvrir un mail (ou plutôt à ne pas l’oublier) les autres ne seraient pas non plus perdue avec douze millions d’adresses mail. Parce que certes, j’étais capable de les oublier, mais si jamais mon frère ou ma soeur voulait m’envoyer un mail, ils seraient capables de l’oublier. Mon frère, Jake. Son prénom me rappelle alors que je l’ai pas regardé sa rubrique aujourd’hui. Je commence alors à ouvrir l’application du journal. Mes mains se mettent presque à trembler lorsque je me rends compte que j’ai failli à mon devoir de grande soeur super investie qui ne s’intéressait au sport que parce que c’était son frère qui en parlait. C’était pire que d’avoir un gosse. Presque stressée, je manque de rater ma station. Je me faufile entre les personnes qui s’entassaient dans le métro, espérant ne pas voir les portes se fermer sous mon nez. In extremis, je sens les portes automatiques qui se referment derrière moi. Ouf. Mes talons hauts frappent le sol alors que mes yeux sont rivés sur le smartphone, encore et toujours. Presque comme un automatisme, comme si mes pieds n’étaient plus réellement relié à mon cerveau, je sors de la station et me dirige tout doucement, scotchée sur mon téléphone, vers mon appartement. Ah mon, appartement, home sweet home, doux cocoon. On m’avait laissé le champ libre pour le décorer et je m’y étais donné à coeur joie.
Je tends le bras pour mettre ma clé dans la serrure. Comme quand on croit qu’il y a une marche de plus, mon bras fait un grand élan dans le vide. Je lève alors les yeux de mon téléphone, me laissant alors face à une situation différente de celle de ma typique soirée à la maison. Les clés tombent alors de mes mains, et la bouche m’en tombe presque. Au sol, se trouve toutes nos affaires. Les cadres sont décrochés des murs, les meubles sont renversés. Sans pour autant constater le reste des dégâts, mes doigts tapent sans hésitation le numéro de la police.

Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Lun 22 Mai - 2:26 par Matteo Brown
she wore moonlight like lingerie ✻✻✻ Alors que je pensais que ma journée de travail était finie, mon collègue arriva dans mon bureau pour me signaler un cambriolage au North London. Étrange façon de voler en début de soirée, ou alors ça s'est passé plus tôt dans la journée. Ces gens sont forts, ils vous espionnent en général et savent exactement quand intervenir, quand la voie est libre. Je n'ai pas d'autre choix que de répondre présent. Il est vrai que je préfère les enquêtes plus croustillantes mais ceci fait aussi partie de mon métier. Je ne peux pas toujours m'occuper de cadavres et des scènes de crime sanglantes. J'ai donc soupiré, retroussé mes manches, et j'ai quitté mon bureau. Je mis ma veste de détective sans oublier mon badge, mon arme à ma ceinture en cas de pépin et j'ai suivi quelques policiers pour se rendre à l'état des lieux. J'ignorais totalement qui habitait là. Le plus souvent, les voleurs s'en prennent aux personnes âgées. Allez savoir pourquoi. Ils n'ont peut-être pas toujours leur esprit, ils entendent mal, ils sont pus fragiles. Et disons que s'il y a une confrontation, on sait qui en sortira vainqueur.
Arrivé au lieu du crime, je frappais à la porte d'entrée avec mes hommes derrières. Ouais, ici c'est moi le boss. Les lumières du gyrophare de la voiture de patrouille se reflétait dans les fenêtres. Il faisait anormalement silencieux dans ce coin du quartier. La porte s'ouvrit enfin et je présentai directement mon badge à la demoiselle qui avait le visage caché. « Détective Brown, du Metropolitan Police Service. On nous a signalé un cambriolage. »  dis-je très distinctement comme si j'avais l'habitude de répéter ce speech. Je m'aventurai sans invitation dans sa demeure et je n'avais pas encore reconnu son visage. Je remarquais quelques dégâts, tandis que mes hommes commencèrent à enquêter avec leurs lampes magiques spéciales, leurs gants pour prendre les empreintes et tout le tralala. Moi j'étais plus là pour poser des questions et prendre notes aux dires de la victime. « Si vous le permettez, j'aurais quelques questions à vous po... » le dernier mot fut ravaler. La jeune femme venait de se mettre dans un coin de lumière et je pouvais parfaitement reconnaître son visage parmi cents femmes. J'écarquillais les yeux, je les fermais, puis je les rouvrais en me grattant la tempe. Je crois que c'est bien elle. Sofia, ma Sofia de quand j'étais qu'un gamin au Lycée avec qui j'ai eu ma première relation amoureuse, et disons, ma première relation secrète. J'ai dû mal à réaliser. J'ai au moins beuguer pendant deux minutes. Il est difficile de rester professionnel dans un moment pareil. Pourtant, il le faut. J'ouvris mon petit porte-papier et je déposais mon bic sur la feuille. « Votre nom s'il vous plaît. » demandai-je presque maladroitement. Bah oui mais c'est comme ça la procédure. Nom de la victime, l'heure, l'endroit, l'objet. Je me sentais tout bonnement ridicule tout à coup. Je savais que c'était Sofia Cavendish, et je ne me suis pas entraîné à avoir l'expression optimale lorsque je la rencontrerai dix ans plus tard.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
she wore a smile like a loaded gun.
avatar
she wore a smile like a loaded gun.

» Date d'inscription : 11/05/2017
» Messages : 372
» Pseudo : violent delights. (morgane)
» Avatar : sophia anna bush
» Âge : vingt-neuf si tu demandes, mais trente-trois en réalité
» Schizophrénie : la blonde qui veut percer dans le droit mais qui n'y arrive pas (van halen)
# Re: she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Lun 22 Mai - 10:46 par Sofia O. Cavendish


≈ ≈ ≈
{she wore moonlight like lingerie}
✰ w/matteo

Mon appartement me semblait ruiné. La police contactée, j’avais commencé à constater les dégâts. L’appartement n’était qu’à l’image de ce qu’il pourrait être si mon fiancé -ou plutôt colocataire- n’était pas celui qui rangeait cette appartement. Non, au final, même si j’étais très désorganisée, l’appartement ne pourrais jamais ressembler à ça. Les tiroirs étaient tous ouverts, la télé avait disparu du salon, laissant ce gros vide sur le meuble. Le chien était toujours là, puisque je le vis remuer sa queue pour me saluer, comme si rien ne s’était passé en sa présence même. En même temps, c’était un petit chien, pas un berger allemand dressé pour tuer des cambrioleurs. J’envoie vite fait un message à mon meilleur ami, lui signalant de rentrer au plus vite. Cambriolée. Je n’avais jamais pensé que ça puisse m’arriver : ça n’arrivait qu’aux autres. On allait devoir se racheter une porte, une serrure, une télé et sûrement une tonne de matériel multimédia. Dieu merci, le cloud existait me permettait de ne pas trop me soucier de mes données. Mais tout de même, la radine qui sommeillait en moi se demandait comment elle allait faire pour survivre à toutes ces dépenses. Bien sûr, il y avait les assurances, mais est-ce que ça rembourserait la valeur sentimentale de certains objets ? Je m’aventure dans ma cuisine. Mon domaine, sûrement là où je ne recule pas pour dépenser de l’argent. Mes robots ont disparu. Avec une certaine appréhension, je m’avance vers le renfoncement de la cuisine qui cache ma cave à vin : bien évidemment, celle ci a été vidé de ses meilleurs crus.
Les minutes passées à attendre la venue de la police me paraissent longues. Chaque minute qui passe permet la réalisation d’un autre dégât causé par ces malfrats. Quand ils arrivent en troupeau avec tout leur matériel digne d’un épisode des experts, je me sens alors soulagée. Au moins, ils ont un matériel de qualité et vont peut-être être capable de faire avancer l’enquête.
« Détective Brown, du Metropolitan Police Service. On nous a signalé un cambriolage. »
Je me retourne alors, me demandant si je n’avais pas déjà entendu cette voix quelque part. Sûrement, peut-être. Et puis Brown. Le nom me dit quelque chose.
 « Si vous le permettez, j'aurais quelques questions à vous po… »
Il finit par lever la tête et je me rends alors compte qu’il s’agit de ce Brown. Les années avaient passés et avaient fini par lui donner une barbe. Les traits de son visage s’étaient un peu durci, mais je me doutais que c’était le cas de tout le monde passé l’adolescence. Il avait changé : c’était maintenant un homme. Un vrai. Tout cela me semblait si loin et proche à la fois. Des brides de notre relation me reviennent alors en mémoire ; des rires, des pleurs, des secrets. Je me racle la gorge.
 « Matteo tu vas… »
 « Votre nom s'il vous plaît. » me coupe-t-il alors.
Je fronce les sourcils, surprise de sa réaction et de ce ton autoritaire que je ne le connaissais pas. Ca devait être le badge qui le rendait comme ça.
 « Enfin Matteo, c’est Sofia. Sofia Cavendish. Bah tiens, si quelqu’un m’avait dit que ça serait toi qui s’occuperait de mon ‘cas’ je n’y aurais pas cru. »
Je tentais alors de me souvenir depuis combien de temps nous ne nous étions pas vu. Dix ans ? Moins ? Plus ? L’âge était quelque chose auquel j’avais du mal à me référer pour calculer les choses.
 « T’es devenu policier alors ? »
Et là, je me rappelle presque avec nostalgie (et un peu d’amertume) qu’il n’était encore que lycéen quand je l’avais fréquenté.
Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Ven 26 Mai - 1:35 par Matteo Brown
she wore moonlight like lingerie ✻✻✻ La vie nous fait quand même de drôles de surprises et je le répète encore mais comme le monde est petit. Minuscule même. Quelle était la probabilité que Sofia recroise ma route ? Et vice versa. C'est tout bonnement insensé. Pourtant, quand on y pense, si. Elle habite Londres, j'habite Londres, on s'est rencontré ici, dans cette même ville. On s'est juste perdu de vue. On a juste cessé de se voir tout bêtement car mes parents ont mal vécu cette relation, avec cet écart d'âge entre nous, et aussi parce que Sofia refusait d'être cachée plus longtemps. Si mes souvenirs sont bons. Ou alors elle m'a quitté pour une autre raison. Peut-être qu'elle avait rencontré un homme grand et fort de son âge. Pas un petit gringalet au grandes dents, âgé seulement de dix-sept ans, qui avait essayé de mentir sur son âge. Quand je repense à tout ça, je repense à la souffrance, c'est sur, mais aussi à nos moments heureux. C'était ma première, ma toute première, ce genre d'histoire qu'on oublie pas, qui reste gravée à jamais en nous.
J'hausse les sourcils et regarde mon officier qui ne loupait pas un mot de notre conversation. Je lui faisais signe de déguerpir plus loin, pour me laisser un peu seul avec miss Cavendish. Un denier regard vers cet individu avant de dessiner un large sourire à la demoiselle. « Bien-sûr, Sofia, comment l'oublierai-je ? »  soufflai-je en inscrivant son nom et prénom sur le papier. Cela me fait même bizarre de l'écrire. Je n'ai plus repensé à ce nom depuis bien longtemps. Parfois je me demandais ce qu'elle était devenue mais forcément ça me faisait un pincement au coeur car je l'imaginais dans sa petite famille parfaite avec ses enfants qui courent de partout. « Détective. » rectifiai-je, car je supporte pas qu'on me prenne juste pour un simple poulet qui fait son taffe. J'ai quand même passé des concours et différents tests pour en arriver là. « Mais oui, c'est à peu près dans le même domaine. Sauf que j'essaye de coincer les criminels. » et ça, c'est mon kiffe vraiment. Avant j'avais jamais pensé faire ça mais c'est vraiment une passion, si bien que je n'avais pas le temps pour une copine. Elles sont toutes parties de la maison en remarquant que je préférais dormir au bureau qu'avec elle dans mon lit. « As-tu remarqué quelque chose d'anormal ces derniers temps ? Un coup de fil anonyme ? Quelqu'un qui frappe à la porte sans se montrer ? » c'est con mais c'est comme ça que les voleurs repèrent si la voie est libre ou pas. Ainsi, nous, on peut facilement retrouver l'appel et coincer l'individu. Sauf si c'est quelqu'un qui aime plutôt faire les choses à l'instinct, en improvisant. Je porte mon regard sur elle, je ne la quitte pas d'une semelle. J'essaye de repérer quelques traits de son visage qui ont changés mais pour moi elle reste toujours la même. Je portai mon bic sur mes lèvres et je le coinçais entre mes dents. J'ai tendance à mordiller n'importe quoi quand mon esprit est perturbé. Je ne peux pas être déstabilisé, pas devant mon équipe. Ils ont besoin de moi. Je dois faire fuir cette distraction au plus vite.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
she wore a smile like a loaded gun.
avatar
she wore a smile like a loaded gun.

» Date d'inscription : 11/05/2017
» Messages : 372
» Pseudo : violent delights. (morgane)
» Avatar : sophia anna bush
» Âge : vingt-neuf si tu demandes, mais trente-trois en réalité
» Schizophrénie : la blonde qui veut percer dans le droit mais qui n'y arrive pas (van halen)
# Re: she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Dim 4 Juin - 14:47 par Sofia O. Cavendish


≈ ≈ ≈
{she wore moonlight like lingerie}
✰ w/matteo

C’était bizarre de voir Matteo face à moi. Tellement bizarre. La dernière fois que je l’avais vu, c’était il y a au moins plus de dix ans. Dix années s’étaient donc déjà écoulées depuis que j’avais défait ses mensonges. Et j’avais presque oublier cet épisode de ma vie, mais rien d’impressionnant face à cela : il était tellement rare que je me souvienne de tout ce que je faisais. Mais là, de le voir face à moi, des petits souvenirs me frappaient au fur et à mesure. Bien évidemment, le plus frappant était la maturité physique qu’il avait prit. Il avait conservé son petit regard brillant, mais ses yeux semblaient avoir vu des choses horribles. Un policier, en même temps. L’homme pouvait être tellement violent, tellement dur. Matteo avait du être confronté à toutes les horreurs du monde. Les images qu’on voyait dans les films ou les séries policières me frappent alors : ça devait être pire en vrai. C’était sûrement plus rassurant de se retrouver à enquêter sur un cambriolage, même s’il s’agissait de celui d’une ex avec qui ça s’était mal fini.
« Bien-sûr, Sofia, comment l'oublierai-je ? » dit-il, sans lever la tête et en griffonnant sur un petit calepin.
Il semblait moins doux. Mais encore une fois, l’image que je gardais de lui était celle d’un adolescent qui ne faisait que paniquer pour ses examens de fin d’études secondaires et qui n’avait encore rien vu de la vie. Je ne fais qu’acquiescer, et finis par me poser sur le canapé, attendant la suite de ses questions.
« Détective » me corrige-t-il.
Il en est fier de son grade, apparemment.
« Mais oui, c'est à peu près dans le même domaine. Sauf que j'essaye de coincer les criminels. » continue-t-il.
« C’est marrant moi je travaille avec des criminels. » Je tente alors la blague, lâchant un petit rire pour tenter de détendre cette atmosphère bien tendue. Ne voyant aucune réaction de la part de Matteo, je continue, gênée. « C’était une blague. Parce que je suis dans la politique. Et les pots de vin, tu sais. »
Maladresse aurait pu être mon second prénom, clairement. Mais je me sentais clairement mal à l’aise face à Matteo, face à cette relation passée qui avait mal tournée. Mon chien vient se coller à mes jambes. Malgré toutes les personnes dans l’appartement, il avait décidé de sortir de son terrier et de me faire remarquer que non, il ne faisait pas parti des choses qu’on m’avait dérobé.
« As-tu remarqué quelque chose d'anormal ces derniers temps ? Un coup de fil anonyme ? Quelqu'un qui frappe à la porte sans se montrer ? »
Je réfléchis. En même temps, j’ai l’impression de ne pas souvent être à la maison ces derniers temps.
« On est pas souvent à la maison j’t’avoue. Le soir on a jamais de coup de fil. La seule personne qui aurait pu remarquer quelque chose c’est ma soeur, parce qu’elle passe des fois s’occuper du chien en journée, mais elle ne m’a jamais rien dit donc je suppose que non. »
Je le vois qui mordille son stylo. Sérieusement, je suis encore étonnée de le voir adulte. Comme quoi, il n’y avait que moi qu'il avait trompé en me mentant sur son âge.
« Et du coup, ça fait combien de temps que tu travailles ? Tu aimes ça ? » lui demandais-je, finalement curieuse de savoir ce qu’il devenait.
Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Ven 23 Juin - 0:28 par Matteo Brown
she wore moonlight like lingerie ✻✻✻ Tomber sur Sofia c'est comme relire un vieux souvenir qu'on a laissé dans un coin de sa chambre. Celui qu'on garde secret mais bien précieusement. C'est fou comme en un claquement de doigt, tout remontait à la surface. C'était mon premier amour et pas des plus communs. Elle était plus âgée que moi mais je la trouvais parfaitement à mon goût. Cela devait faire bizarre pour elle de voir que petit Matteo petit kiki d'ado venait maintenant de devenir un homme, fort, aux traits parfaitement dessinés. Je n'ai plus la petite bouille d'ange toute ronde où l'on voyait facilement mes fossettes. Nop, je me suis embelli elle peut le dire. Quand on est ado on est moche, on a un long nez et des grandes oreilles. Sans parler des boutons. Mais bon, faut croire que c'était son kiffe à la Cavendish. Je me demande même si elle était toujours actuellement une cougare. Bah quoi ? Ne me dites pas qu'elle se demande pas si moi j'aime toujours les femmes mûres. Bref, awkward moment. Je décide donc de continuer l'enquête. Je regarde son chien d'un petit sourire puis je reporte mon attention sur mon ex. J'ouvris la bouche mais je perdis vite mes mots en perdant mon regard dans son décolleté. Je me souviens, à l'époque, j'avais la copine avec les plus gros seins. Elle faisait ma fierté. Je crois que je viens de me faire cramer. Je me gratte l'oeil faisant mine d'avoir une poussière à l'intérieur puis je souriais bêtement. Sa blague avec les criminels je l'ai pas trop comprise en fait, trop à l'ouest moi alors je souriais quand même pour lui faire plaisir. Je serai ravi de faire papote avec elle mais le moment est clairement mal choisi. Je notais les informations qu'elle me disait puis je reprenais mon stylo en bouche. Sauf que je l'ai pris par le mauvais côté ce qui veut dire que j'avais de l'encre sur mes lèvres, et mes dents prochainement. « Tu sais ce qu'ils ont volé ? Est-ce qu'il y a quelque chose qui n'est pas à sa place ? » bon là c'est un peu le bordel donc oui y'a des choses par terre mais parfois ils laissent de sacrés indices ces cancres. Sofia continua de s'intéresser à ma vie et ça me donnait presque envie de rougir. Je suis flatté qu'elle s'intéresse à moi comme ça. « Ça fait euh... mon dieu j'ai un goût horrible dans la bouche. » je retire mon stylo et je ne vois même pas les tâches d'encre sur mes doigts. « Je peux avoir un verre d'eau ? » je fais un petit sourire mais vraiment ce sourire il doit ressembler à rien. J'ai envie de cracher mais à part ça je vais jouer l'élégance et boire tiens. Voilà, ça c'est moi qui fait l'abruti devant une jolie fille. Je les fais toutes rêver moi, je suis monsieur l'inspecteur. Là je suis carrément le cadet de mes deux incapable de tenir correctement un stylo entre ses lèvres.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
she wore a smile like a loaded gun.
avatar
she wore a smile like a loaded gun.

» Date d'inscription : 11/05/2017
» Messages : 372
» Pseudo : violent delights. (morgane)
» Avatar : sophia anna bush
» Âge : vingt-neuf si tu demandes, mais trente-trois en réalité
» Schizophrénie : la blonde qui veut percer dans le droit mais qui n'y arrive pas (van halen)
# Re: she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
message posté Mer 2 Aoû - 22:22 par Sofia O. Cavendish


≈ ≈ ≈
{she wore moonlight like lingerie}
✰ w/matteo

Honnêtement, me retrouver face à Matteo, c’était un mauvais scénario de téléfilm de l’après-midi. Deux exs qui se retrouvent dans une situation banale de la vie, dix ans après leur dernier échange. Bien sûr, dans ce téléfilm, les deux eus auraient fini par se côtoyer à nouveau et à retomber amoureux mais dans le cas présent la réalité serait toute différente. Tout d’abord, je ne savais pas si la jeune adulte en moi à l’époque où j’avais fréquenté Matteo avait réellement été amoureuse de lui. J’avais peut-être éprouvé beaucoup de passion à son égard, mais de là à dire amoureuse, il y avait un monde. Au final, j’arrivais même à éprouver des doutes par rapport au fait que j’ai déjà pu éprouver quelque chose qui s’apparente à ce que l’on lit dans les livres et ce qu'on voit dans les films. Peut-être que je m’en étais toujours empêchée, par rapport à ce fichu pacte avec mon meilleur ami. Ah et oui, la bague que je portais à la main gauche était la seconde raison qui empêchait le scénario de téléfilm à l’eau de rose de se produire. Quoi que, comme j’étais en train d’y penser, ça voulait bien dire que ça m'aurait plu qu’un tel scénario se produise dans ma vie. Bah oui, honnêtement, Matteo avait prit en muscle et j’avais toujours eu un faible pour les hommes avec du pouvoir : les politiciens, les policiers…Ouais, remettre le couvert avec Matteo ne serait pas de refus. Physiquement il était passé d’un ado mignon à un bel homme. Alors au lit, peut-être que…
Perdue dans mes pensées, je ne remarque qu’à l’instant qu’en fait, Matteo a les yeux plongés dans mon décolté. Est-ce qu’il serait en train de penser à la même chose que moi ? Est-ce qu’il repense aux ébats -pas au top du top pour être honnête- d’il y a dix ans en arrière.
« Je peux t’aider ? » dis-je presque automatiquement, le coupant dans son admiration pour ma poitrine.
Oui, bon. C’était flatteur de sa part, mais la féministe qui sommeillait en moi avait pris l’habitude de remballer tous les lourds qui s’attardaient trop longtemps sur ma poitrine. Bref. On en revient à mon appartement sans dessus dessous.
« Tu sais ce qu'ils ont volé ? Est-ce qu'il y a quelque chose qui n'est pas à sa place ? » dit-il.
J’ai alors l’impression qu’il ne prête pas attention à ce qu’il y a autour de lui. Rien n’est à sa place. Tout est renversé. Tout est foutu en l’air. J’hésite alors à lui répondre qu’il doit être aveugle pour ne rien remarquer, mais je préfère me taire.
« Euh, mon ordinateur personnel, la télé. Pas mal de trucs électroniques. J’ai pas voulu tout bouger pour voir, vu que vous allez prendre des empreintes mais je suppose qu’il manque des bijoux aussi… »
C’est dérangeant, de voir son appartement comme ça. Tellement dérangeant que ça m'en rendrait presque malade. Ma petite routine, j’y tiens. Et la voilà dérangée par des inconnus à la mord moi le noeud.
Pendant que j’étais occupée à réfléchir, Matteo avait réussi à s’en foutre plein partout.
« Ça fait euh... mon dieu j'ai un goût horrible dans la bouche. Je peux avoir un verre d'eau ? »
Sans le vouloir, je rigole un petit peu.
« Oui bien sûr. »
Je me presse vite fait bien fait à la cuisine, avant de retourner vers lui avec le verre d’eau tant attendu par monsieur.
« L’avantage c’est que je crois pas qu’y ait quelque chose de sentimental qui ait été volé. Et le chien est toujours là donc bon… On va dire que j’ai vraiment de la chance. Entre toi qui s’occupe de mon affaire et ce qu’ils ont volé. »
Ahah.
Rire gêné.
Stop Sofia.
Il n'y a que toi et ton fiancé qui sont au courant que vos fiançailles c’est du flan.
Revenir en haut Aller en bas
she wore moonlight like lingerie (w/matteo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» Le facteur accro à la lingerie féminine...
» LORENZO DI MATTEO #(213) 116 - 1009
» Forum : moonlight city
» Moonlight Sonata
» Edition Panini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town-