Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

you charge me up like electricity (ashleigh)

We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Mer 7 Juin - 16:03 par Matteo Brown
you charge me up like electricity ✻✻✻ Mon regard planté par la fenêtre, je regardais les gens qui marchaient, qui s'évitaient parfaitement pour ne pas se marcher dessus. Personne ne parlait entre eux, même pas un bonjour, tout le monde la tête baissée. Écouteurs, téléphone, chacun d'eux peut-être un criminel. C'est peut-être lui, ou elle. Je soupire. Décidément, je n'arriverai jamais à boucler cette affaire. Je dois juste trouver un dealer et le coincer. Celui qui gère tout, le boss de London City comme ils disent. Moi on me l'a fait pas à moi. J'écrase ma cigarette même pas achevée et je la jette par-dessus bord. Je ne sais pas pourquoi j'ai recommencé à fumer, ça me prend comme ça des fois, quand je suis stressé, mais ça m’écœure plus qu'autre chose. J'ai maintenant cette désagréable odeur en bouche. Je prends alors un chewing-gum que je pique à mon collègue puis je replonge mon nez dans mon travail. Une heure plus tard, je suis toujours au même point. J'abandonne. Il est treize-heure trente, l'heure de manger.
Lors de la pause de midi, je décidais d'aller manger dans le coin de Camden Town. Je pourrai me changer les idées face à la plage et surtout aller manger dans mes restaurants préférés. Je mangeais italien pour me faire plaisir et une fois repu, je quittais le resto pour marcher vers ma voiture. Pensif, je fis quelques pas puis mes pieds restèrent collés au sol. Mes yeux fixèrent une silhouette de l'autre côté de la route, sur le trottoir d'en face. Une fille me tournait à moitié le dos, avec une longue chevelure foncée. Lorsqu'elle montra un peu plus sa tête, je me mordis la joue. C'était Ashleigh, elle était au téléphone. Je n'ai pas envie d'être vu. Je clignais des yeux en fronçant les sourcils puis je m'enfermais dans ma voiture. La dernière fois que je l'avais vue, elle n'avait pas apprécié le baiser que je lui avais offert. Depuis ce jour, j'évitais de la croiser, j'avais même cessé tout contact avec elle. Mais c'était plus fort que moi, cette demoiselle ne me rendait pas insensible. Elle dégageait quelque chose qui me plaisait. Elle était si gentille, si attendrissante. Mais à quoi bon la saluer? C'était pour nous mettre encore plus mal à l'aise. Il était préférable de faire comme si on ne se connaissait pas. Je regardais dans le rétroviseur pour pouvoir reculer et je plissais des yeux en voyant un homme avec une capuche s'en prendre à Ashleigh. Je bondis de la voiture illico presto et traversai la route sans prendre le passage piéton, manquant presque de me faire écraser. Je devais secourir la brune. L'homme suspect essayait de lui arracher son sac des mains et je n'hésitais pas une seconde pour empoigner celui-ci et le mettre face contre terre. Un truc de flic quoi, et c'était aussi pour impressionner Ashleigh, un tout petit peu, c'était plus fort que moi de jouer les héros. «  Rends-lui son sac et présente tes excuses à la demoiselle. » grognais-je en tirant sur sa capuche pour qu'il soit à visage découvert. En attendant que le type puisse s'exprimer, vu qu'il n'arrêtait pas de gémir, je levais mon regard vers Ashleigh qui se tenait debout, à côté de nous. « Tu... tu n'as rien?  » il l'avait peut-être touchée, blessée. J'étais inquiet. Si je n'avais pas été là, je me demandais comment Ashleigh aurait pu s'en sortir.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 03/06/2017
» Messages : 700
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : Astrid Bergès-Frisbey
» Âge : vingt-huit ans .
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + brahms l. de bury (p. niney) + jude c. sycamore (a. skarsgård )
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Mer 7 Juin - 17:24 par Ashleigh Strugatsky-Joyce
« Merde. » elle retira brutalement sa main de son ouvrage alors que la pointe de son aiguille s'était enfoncée dans son doigt, laisser une seule goutte de son sang tomber sur la pièce qu'elle était en train de coudre reviendrait à gâcher des journées de travail. Ashleigh recula en grommelant de la pièce maîtresse commandée par sa troupe de théâtre, une magnifique robe de l'époque du roi soleil et voilà qu'elle se blessait au moment de fignoler le corset. Elle était pourtant toujours minutieuse Ashleigh, elle préférait utiliser ses doigts de fée plutôt que des machines à coudre surtout pour des détails comme celui sur lequel elle travaillait depuis qu'elle avait franchit les portes du théâtre ce matin-là. Ce n'était pas la faim qui lui tiraillait l'estomac qui la mettait dans tout ses états, elle ressassait des sombres pensées comme le baiser partagé avec l'inspecteur brown, une grave erreur selon elle. Mais ce n'était pas qu'une simple erreur, les erreurs elles finissaient toujours par disparaître dans les méandres de son cerveau, Matteo par contre restait inlassablement dans son esprit sans qu'elle ne puisse y donner une raison, elle ne voulait pas admettre une quelconque attirance pour le jeune homme parce qu'elle ne s'estimait pas assez jolie pour qu'il puisse réellement poser son regard sur sa silhouette. Alors elle l'avait repoussé. L'armoire à pharmacie était vide, dépourvue de pansement et de quoi nettoyer sa plaie, elle avait simplement appliqué un simple mouchoir autour de son doigt pour ne pas tacher la robe. « Je vais à la pharmacie. » pas de réponse. Ashleigh était le fantôme de l'opéra, elle entrait et sortait dans le théâtre sans jamais être vue et pourtant son travail était toujours réalisé à la perfection, elle n'aimait pas se faire remarquer, mais elle remarquait les autres et parfois elle connaissait les répliques des pièces bien mieux que les comédiens eux-même. Elle se dirigeait vers la pharmacie lorsque son téléphone portable vibra dans la poche de sa veste, la conversation avec son père dura une dizaine de minutes avant qu'elle ne raccroche et qu'un homme dont le visage était camouflé par une capuche s'approche d'elle. Ashleigh était craintive. Lorsqu'il empoigna son sac elle aurait aimé hurler mais le son de sa voix s'était bloqué dans sa gorge, parce que hurler dans la rue voulait dire attirer l'attention et elle détestait avoir les regards tournés vers elle, mais alors qu'un combat se déclenchait à l'intérieur de son cerveau une tierce personne était arrivé pour mettre l'homme face contre terre. Matteo. « Rends-lui son sac et présente tes excuses à la demoiselle. » elle grimaça, elle entendait son agresseur gémir sur le sol et le son n'était pas agréable à ses oreilles « Tu... tu n'as rien ? » elle leva les yeux au ciel avant de froncer les sourcils l'air visiblement fâchée mais le résultat n'était pas là puisque ce froncement de sourcil lui donnait un air plus mignon qu'énervée. Elle serra instinctivement le mouchoir blanc aux multiples tâches rouges dorénavant - autour de son doigt « j'étais à deux doigts de me débarrasser de lui moi-même. » C'était complètement faux mais elle n'avait pas envie d'être sauvée par celui qui hantait ses pensées, elle avait cette désagréable impression qu'il se moquait d'elle. Il était beau Matteo, sans doute pouvait-il se permettre d'avoir une conquête différente toutes les nuits, elle, elle n'était que la jeune femme timide qui se cachait éternellement derrière quelques mèches de cheveux alors il ne pouvait définitivement pas s'intéresser à elle, sauf si il s'agissait là d'un pari. « Tu peux le lâcher, il a comprit. » parfois elle avait tendance à oublier qu'il était détective et que c'était son métier de mettre les malfrats derrière les barreaux. « Et je ne suis pas en sucre, tout va bien. » le sang qui s'écoulait de son doigt était pourtant la preuve du contraire.
Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Jeu 8 Juin - 11:59 par Matteo Brown
you charge me up like electricity ✻✻✻ Quelle est la probabilité que je la rencontre aujourd'hui à cet endroit précis ? Elle est faible, je pense que c'est juste le hasard. J'aurai préféré la rencontrer dans d'autres circonstances. Ma douce Ashleigh. Qu'est-ce qu'on est devenu ? En un claquement de doigt tout a été différent entre nous. J'ai appris par son regard que je l'avais perdue et mine de rien, ça m'affecte quand même. Je suis pas très démonstratif. On me prend souvent pour un dragueur qui ne montre rien, pas de sentiments, que du blabla. Mais il suffit de regarder l'expression de mon visage quand je vois Ashleigh, à quelques mètres de mois, qui tente de faire partir l'agresseur. Elle ne criait pas mais je voyais la peur sur son visage. Ça m'a fait comme un électro choc. Mon corps agissait déjà à ma place alors que mon cerveau venait à peine de comprendre ce qu'il se passait. J'ai déjà horreur qu'on s'en prenne aux femmes. J'ai déjà traité je ne sais combien de dossiers sur la maltraitance conjugale ou des agressions sexuelles. Ici, ce n'est qu'un vol, mais ça reste de l'agression quoi qu'il arrive. A partir du moment où la personne a posé sa main sur son sac, le fait est là.
J'ai pas réfléchi, j'ai empoigné ce type par le col et son visage a percuté le trottoir. C'est la seule façon dont je pouvais le saisir sans qu'il essaye de s'enfuir. Je vois rouge. Mes dents sont serrées et il m'en fallait beaucoup pour desserrer la pression de mes doigts autour de sa nuque. Je ne comprenais pas ce qu'il me disait car il gémissait surement dans son sang mais il lâcha le sac d'Ashleigh. Sage décision. Sur ce, la miss me lança qu'elle aurait pu s'en débarrasser tout seule, comme si elle n'avait pas besoin de moi. «  Ah oui vraiment ? Et comment ? Tu étais toute crispée. » toute tétanisée à l'idée qu'il lui arrive quelque chose. J'étais curieux de savoir comment elle aurait pu s'en sortir. Peut-être qu'un autre homme serait venu à son secours. J'en sais rien. Parfois je me prends juste pour le héro dans l'histoire alors qu'il n'y a pas que moi qui ai un peu de bonté dans cette ville. Ashleigh me demanda de le relâcher et je le fis sans broncher. Je ne pense pas qu'il ait compris, je pense plutôt qu'il va recommencer mais avec une dent en moins. Ces gens là sont tous des récidivistes. « Je te retrouverai. » il lançai-je au malfaiteur alors qu'il s'éloignait de nous d'une allure assez comique. J'aurais pu l'embarquer là tout de suite mais je ne veux pas me faire passer pour le méchant devant Ashleigh donc je le laisse partir. Mais je finirai bien par le coincer. J'ai enregistré son visage maintenant. Qu'il ne s'avise plus jamais de l'approcher. Je me retournais vers Ashleigh et je regardais son doigt en sang. Pas en sucre hein ? Sans son autorisation, j'attrapais délicatement sa main et je retirai le morceau de papier pour voir la blessure. « J'ai une trousse de secours dans la voiture. Laisse-moi te soigner. » insistai-je en gardant toujours ses doigts prisonniers des miens, tandis que je posais mon regard dans ses yeux verts. Je ne sais pas où elle allait comme ça, à pieds, mais si je peux l'aider, qu'elle accepte. Après je la laisserai tranquille s'il faut. Même pour quelques goûtes de sang inoffensives, je ressens le besoin de la protéger.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 03/06/2017
» Messages : 700
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : Astrid Bergès-Frisbey
» Âge : vingt-huit ans .
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + brahms l. de bury (p. niney) + jude c. sycamore (a. skarsgård )
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Dim 11 Juin - 17:31 par Ashleigh Strugatsky-Joyce
Elle se sentait idiote dans cette situation, lorsqu'elle se retrouvait à la vue de tous en pleine journée elle était complètement démunie, quand elle se regardait dans un miroir elle ne se reconnaissait plus, comment pouvait-elle être à la fois forte et imprévisible lorsque la lune s'élevait haut dans le ciel et faible lorsque le soleil pointait ses premiers rayons ? Elle avait une nouvelle fois fait preuve d'une lâcheté exemplaire, incapable d'appeler de l'aide alors que l'inconnu avait violemment empoigné son sac, la nuit les choses se seraient passées différemment. La nuit elle aurait réglé le compte de ce type sans l'aide de personne, encore moins celle de Matteo. Mais il ne faisait pas nuit et elle se comportait comme une petite colombe blanche blessée, innocente et perdue. Elle baissa son regard sur le malfaiteur quelques instants avant de relever la tête vers son sauveur, elle n'aimait pas l'idée de lui être redevable. « Ah oui vraiment ? Et comment ? Tu étais toute crispée. » il marquait un point mais elle refusait de l'admettre, habituellement elle ne tenait pas tête à ses interlocuteurs mais avec lui c'était différent, il avait réveillé en elle quelque chose qu'elle ne connaissait pas, ce que l'expression appelait des papillons dans le ventre et ça lui faisait peur. Ashleigh était ignorante des sentiments amoureux ou même d'une simple attirance physique, elle laissait ça lorsque la nuit invitait ses mille et une dans le ciel et qu'elle pouvait se permettre d'être quelqu'un d'autre parce qu'elle était dissimulée par les ombres nocturnes. « Je ne suis pas faible. » elle croisa les bras, l'air déterminé. L'esprit de contradiction. Elle se tenait bien droite, le menton légèrement relevé, comme si une soudaine confiance s'était glissé en elle pour lui donner du courage, mais ce n'était que pour prouver à Matteo qu'il se trompait et qu'elle pouvait effectivement se débrouiller sans son aide. C'était faux, mais il devait simplement y croire. Elle le regarda lâcher son agresseur et leva les yeux à l'entente de la menace, il voulait simplement jouer au prince charmant arrivé sur son beau cheval blanc pour secourir la princesse en détresse, sauf que Ashleigh était peut-être en détresse mais était loin d'être une princesse. Un frisson lui parcourut l'échine en sentant les doigts de son interlocuteur parcourir sa main, elle plissa les yeux, déterminée à être de marbre face à ce contact physique. Ce n'était rien, il lui attrapait simplement la main pour regarder l'état de son doigt mais ce simple geste anodin la mettait mal à l'aise. « J'ai une trousse de secours dans la voiture. Laisse-moi te soigner. » elle haussa les épaules, ce n'était qu'un doigt après tout le saignement allait sans doute ne pas tarder à se stopper, elle n'était pas hémophile. Et elle comptait se rendre à la pharmacie qui se trouvait maintenant à deux rues d'ici. Mais elle savait qu'il n'allait pas la lâcher. « Je suppose que je n'ai pas le choix, mh. » Elle plongea son regard dans celui du détective, un léger sourire à peine perceptible se dessinait sur ses lèvres rouges, cachées derrière les quelques mèches de cheveux qui retombaient devant son visage. Elle détourna finalement son regard pour le promener sur les passants, personne ne faisait attention à eux ou même au sang qui s'écoulait de son doigt pour venir s'échouer mollement sur le sol. Cette petite pensée en fit éclore une nouvelle dans un coin de sa tête, personne ne faisait attention à elle dans cette rue et personne n'était intervenu à la suite de Matteo alors pourquoi était-il là, lui ? Elle retira brutalement sa main de la sienne. « Tu m'as suivi ? »
Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Jeu 22 Juin - 1:47 par Matteo Brown
you charge me up like electricity ✻✻✻ Ashleigh se montre assez froide. Trop froide. J'ai l'impression d'avoir fait quelque chose de grave alors que je lui aj juste donné un coup de pouce. Je ne doute pas qu'elle aurait pu s'en sortir sans moi mais elle pourrait au moins avouer que je suis tombé à pic. Peu importe. Elle semblait braquée. Elle n'avait pas l'air d'être contente de me voir en plus. Je suis un peu peiné par ce regard glacial qu'elle me fait, ça me donne presque envie de foutre le camp et de la laisser là. Mais je ne peux pas. Je suis intrigué. Mon ego en a pris un coup lorsqu'elle m'a repoussé après un baiser, mais je suis tout de même là, planté ici même comme un con à m'assurer qu'elle se portait bien. Je suis trop gentil avec les femmes. Je ne devrais pas être comme ça. Je devrais m'en foutre, clairement. J'ai tellement de regrets et à la fois non. Je suis un type vachement compliqué. «  Ce n'est pas ce que j'ai dit. » la coupai-je automatiquement quand elle m'affirme qu'elle n'est pas faible. Pas du tout, je ne le pense pas uen seconde. Elle interprète mal mes dires maintenant. C'est à croire si elle voulait absolument trouver la petite bête pour me pousser encore plus. Malheureusement pour elle, je ne comptais pas la laisser tranquille en remarquant ce sang le long de son doigt. Je suis même étonné qu'elle n'ait pas pris la peine de se faire soigner directement. Sans vraiment lui demander son avis, je la prenais avec moi jusqu'à ma voiture pour la soigner. Je n'ai même pas remarqué ce petit sourire qu'elle m'a fait. Sinon, je lui aurais rendu. Forcément, ça aurait allégé les choses.  Soudain Ashleigh lâcha ma main et me demanda si je l'avais suivie. Je fronçais les sourcils puis je regardais dans la boîte à gant après la trousse de secours. « Super, tu me prends pour un psychopathe maintenant. T'en as d'autres comme ça ? » c'est tout bonnement ridicule. Pourquoi je ferai ça ? Je l'ai vue par hasard et bon ok je suis intervenu car je l'ai observé un court instant mais ça ne fait pas de moi un mec bizarre, pas vrai ? Je préfère quand même me justifier. « C'est pas parce que je t'ai volé un baiser que je veux recommencer. Ne me prends pas pour un animal qui va te sauter dessus. » soufflai-je en retirant le mouchoir de sa plaie pour désinfecter. Evidemment, ça fait mal, et j'ai oublié de lui préciser. Je battais des cils puis je relevais mon regard vers elle d'un : « Désolé. » maladroit. Je prenais ensuite une compresse que j'appuyais délicatement sur son doigt. J'avais les mains qui tremblaient, trop nerveux avec cette situation et, et merde, je me sens complètement con. C'est fou ce qu'elle peut me faire faire, perdre mes moyens, me faire sentir comme une sous merde.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 03/06/2017
» Messages : 700
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : Astrid Bergès-Frisbey
» Âge : vingt-huit ans .
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + brahms l. de bury (p. niney) + jude c. sycamore (a. skarsgård )
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Dim 25 Juin - 13:38 par Ashleigh Strugatsky-Joyce
Elle déglutit. De nouveau la sensation qu'elle éprouvait lorsque son regard se posait sur Matteo ressurgissait à l'intérieur de son ventre, une sensation qu'elle ne connaissait pas et qu'elle ne comprenait pas, tout était beaucoup trop compliqué pour l'handicapée sentimentale qu'elle était. Sa froideur envers son interlocuteur n'était que le simple fruit de la peur qui grondait en elle, parce qu'elle n'avait pas été dérangée par le rapide baiser volé, au contraire, peut-être même qu'elle aimerait reposer ses lèvres sur les siennes mais une barrière invisible l'empêchait de franchir le pas. Ashleigh était le genre de fille modèle, qui faisait la fierté de ses parents, la première de la classe qui ne se faisait jamais remarquer mais qui apportait des bonnes notes, elle avait grandit dans cette optique comme si elle avait été élevée dans un couvent par des bonnes sœurs. Elle n'était jamais le centre de l'attention, elle préférait se terrer dans les coulisses de son théâtre plutôt que de grimper sur la scène, elle paniquait lorsqu'elle sentait de multiples regards se poser sur son visage rougi par la gêne. « Ce n'est pas ce que j'ai dit. » elle leva les yeux au ciel, elle n'avait pas besoin de l'entendre le dire pour le comprendre, il avait volé à son secours comme si il pensait qu'elle était incapable de se défendre, en tout cas c'était de cette manière qu'elle le ressentait. Elle haussa les épaules. Ce n'était pas la peine de débattre sur le sujet, elle n'était pas friande des discussions de sourds. Elle l'avait suivi sans trop rechigner, montrant tout de même une pointe de désaccord parce que le contact physique n'était pas vraiment son fort, surtout avec lui. « Super, tu me prends pour un psychopathe maintenant. T'en as d'autres comme ça ? » elle fronça les sourcils, elle avait le droit de douter, non ? Après tout il avait débarqué comme un preux chevalier pile au bon moment, c'était une sacré coïncidence, elle était en droit de se poser des questions. « Peut-être qu'à forcer d'attraper des psychopathes, tu es devenu comme eux. » elle en doutait fortement, il semblait allait très bien dans sa tête, mais elle restait dans l'optique qu'elle devait l'éloigner d'elle pour faire taire les papillons qui tournoyaient dans son ventre dès lors qu'elle posait son regard sur le visage du jeune inspecteur. « C'est pas parce que je t'ai volé un baiser que je veux recommencer. Ne me prends pas pour un animal qui va te sauter dessus. » ashleigh se mordilla l'intérieur de la joue en repensant à la fameuse scène du baiser, elle se sentait incroyablement conne, comme une adolescente qui craquait sur le capitaine de l'équipe de basket, mais comme à son habitude elle ne pouvait s'empêcher d'être sur la défensive, de piquer. « Hé bien non, tu as certainement d'autres filles bien plus intéressantes à te faire. » ce n'était habituellement pas son langage mais elle ressentait une pointe de jalousie à cette idée, de même que sa remarque l'avait un peu vexée, alors comme ça il ne voulait pas l'embrasser de nouveau ? Au moins elle était fixée. Le désinfectant sur sa plaie lui arracha une grimace « Désolé. » il aurait pu la prévenir, elle était sûre qu'il se vengeait parce qu'elle avait insinué qu'il l'avait suivi. « T'es qu'une brute. »
Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Dim 25 Juin - 14:21 par Matteo Brown
you charge me up like electricity ✻✻✻ Je ne vois pas trop ce que je fais de mal, à part peut-être lui imposer ma présence ? Cela ne lui dérangeait pas avant. Avant nous étions ce qu'on peut essayer d'appeler des amis, mais j'ai tout fait foiré avec ma soif d'envie d'elle et maintenant ce n'est plus pareil. Pourquoi ce n'est plus pareil ? Ça fait mal, même si je ne le montre pas. Ashleigh ne cesse de froncer les sourcils en me regardant, de tirer cette tête comme si j'étais le dernier des cons. Je peux concevoir qu'elle puisse m'en vouloir pour le baiser volé, mais à ce point ? J'ai jamais vu une femme aussi rancunière. Elle ne doit pas recevoir souvent ce genre d'attention d'un homme. C'est pas comme si je l'avais forcée à faire quoi que ce soit. Et lorsqu'elle me sort que je suis devenu un psychopathe comme ceux que je coince derrière les barreaux, ça me cloue sur le sol. J'ai l'impression de recevoir ma gifle du siècle, sans parler du couteau dans mon thorax. «  Qu'est-ce qui te fait penser ça ? » demandai-je calmement, le regard ailleurs, pour ne pas montrer que ça m'a vexé, même si c'était du second degré ou pas. On me lâche pas ce genre de chose. Putain je suis beaucoup trop bête de rester là avec elle. Je ferai bien de sauter dans ma caisse et la laisser là dans sa merde. Elle ne m'a même pas remercié pour tout à l'heure. Alors pourquoi je dois perdre mon temps avec elle ? D'autres filles bien plus intéressantes à te faire. Je l'ai entendu un nombre incalculable de fois ça, cette excuse bidon à laquelle je peux plus y croire. La vérité c'est que j'ai beau être un dragueur dans ma nature ça fait bien trop longtemps que je n'ai plus eu la compagnie d'une femme rien que pour moi, même pour une nuit. Le néant depuis Annabelle. Mais soit, qu'elle croit ce qu'elle veut, je ne vois pas pourquoi je devrais me justifier. Alors je ne réponds pas à cette réflexion, je reste concentré sur ce que je fais. Je m'excuse d'avoir oublié de lui dire que ça allait faire mal et elle me lance que je suis une brute. « Pourquoi tu es si froide ? Qu'est-ce que je t'ai fait ? Si c'est à cause du baiser, je suis désolé, j'aurais pas dû et ça n'arrivera plus mais... ne me déteste pas trop longtemps parce que... j'en ai aucune envie » je soupire et je termine de lui mettre le pansement avant de libérer sa main pour qu'elle puisse s'en aller si elle voulait. Je range les affaires puis je ferme la portière, me mettant face à elle. C'est encore là qu'on se quitte non ? Elle va partir et la prochaine fois que je la verrai ce sera encore par pur hasard. Je déteste ça. Je plonge mon regard dans ses iris et je suis presque embêté de voir qu'une aussi belle créature me fuit. Elle est d'une beauté incroyable, ce n'est pas étonnant si j'ai perdu la tête la dernière fois. « Si tu ne veux plus jamais me voir, tu n'as qu'à me le dire. » et je m'en irai, loin de toi, ne t'en fais pas. J'ai envie de caresser sa peau si douce, même juste l'effleurer de mes doigts. Je ne peux pas expliquer ce que je ressens mais ça ressemble à une déchirure. Quelque chose qui te pèse et que tu peux pas t'en débarrasser si facilement.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 03/06/2017
» Messages : 700
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : Astrid Bergès-Frisbey
» Âge : vingt-huit ans .
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + brahms l. de bury (p. niney) + jude c. sycamore (a. skarsgård )
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Dim 25 Juin - 17:44 par Ashleigh Strugatsky-Joyce
Ce baiser avait tout changé. Entre eux, comme dans sa tête. Parce qu'avant tout était plus simple, il était un simple pote et elle n'était jamais venue à se demander pourquoi des papillons battaient frénétiquement de leurs petites ailes aux creux de son estomac, avant de sentir la présence des lèvres de son interlocuteur sur les siennes jamais elle n'avait ressentit cette sensation. Mais Matteo avait franchit une barrière et ni l'un ni l'autre ne pouvait maintenant revenir en arrière, elle aurait pourtant donné cher pour le faire, très cher. Elle s'était finalement repliée sur elle-même, coupant les ponts avec l'inspecteur, oubliant les potentiels sentiments qu'elle éprouvait à son égard parce qu'elle ne les comprenait pas. Elle baissa les paupières quelques instants avant que la voix de Matteo ne vienne briser le silence pesant qui s'installait entre eux depuis ses accusations « Qu'est-ce qui te fait penser ça ? » Ashleigh ouvrit les yeux pour planter son regard dans celui de Matteo, sa bouche s'entrouvrit mais aucun son ne semblait vouloir en sortir. Elle battit des cils quelques secondes avant de détourner le regard, elle se sentait encore plus stupide maintenant qu'elle l'avait qualifié de psychopathe, comme si la situation n'était déjà pas assez gênante. « Je me fais agresser et comme par hasard tu sors de nul part pour m'aider. » le reste de ses pensées ne franchit pas la barrière de ses lèvres, se mordillant une nouvelle fois l'intérieur de la joue elle s'empêchait de mettre des mots sur l'idée qu'elle se faisait de cette intervention, peut-être qu'il avait organisé tout cela pour remonter dans son estime, pour lui prouver qu'elle avait besoin de lui. Elle n'en savait rien, mais elle avait besoin de le contredire. Elle glissa sa main dans sa chevelure pour éloigner les mèches qui retombaient devant son visage, ce geste se faisait rare chez elle, peut-être qu'au fond elle cherchait à plaire à Matteo, même si elle ne voulait pas se l'avouer.  « Pourquoi tu es si froide ? Qu'est-ce que je t'ai fait ? Si c'est à cause du baiser, je suis désolé, j'aurais pas dû et ça n'arrivera plus mais... ne me déteste pas trop longtemps parce que... j'en ai aucune envie. » elle laissa sa main en suspension quelques secondes avant de laisser son bras retomber le long de son corps, c'était sans doute le moment de le remercier pour le pansement, au lieu de ça elle restait silencieuse. Elle fronça les sourcils. « C'est pas ça le problème. » non, elle n'allait pas lui sortir de phrase bateau, pas lui dire que le problème venait exclusivement d'elle, parce que même si elle le fuyait depuis le baiser, elle ne le détestait pas contrairement à ce qu'il pouvait en penser, elle était simplement en colère. Elle croisa les bras sur sa poitrine, l'air visiblement contrarié, avant de planter son regard dans celui de l'inspecteur. « Tu t'es moqué de moi. » elle marqua une pause, à nouveau les mèches de ses cheveux retombaient devant son visage, sa voix était à peine audible « tu t'es sûrement dis que ça serait sympa de parier avec tes potes que t'allais réussir à embrasser la pauvre et timide ashleigh. et alors, t'as gagné le pari, t'es content. » parce qu'il n'existait pas d'autres raisons pour qu'un garçon aussi beau et charmant vienne déposer ses lèvres sur celle du fantôme strugatsky-joyce, la fille invisible. Personne ne la remarquait, jamais. « Si tu ne veux plus jamais me voir, tu n'as qu'à me le dire. » elle n'en savait rien ash, son cœur avait certainement envie de lui crier de rester mais son cerveau allié à son bon sens lui indiquait qu'elle devait le fuir, avant de s'embourber encore plus dans ses sentiments incontrôlables, parce que ce type il était trop différent d'elle, qu'il méritait certainement plus qu'une petite costumière incapable de se montrer à la lumière du jour, piquant un fard devant une foule de plus de trois personnes, parce que lui il était du genre à se pavaner avec un canon aux seins siliconés. « Tu es trop volage, Matteo. »
Revenir en haut Aller en bas
We could be heroes just for one day
avatar
We could be heroes just for one day

» Date d'inscription : 08/06/2015
» Messages : 4711
» Pseudo : crazy suffering
» Avatar : Sam Claflin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Archie Jefferson (l. hemsworth) & Livia Halliwell (j. lawrence) & Rosie Menard (n. peltz)
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Mar 4 Juil - 11:47 par Matteo Brown
you charge me up like electricity ✻✻✻ C'est quand même dingue de recevoir ça en pleine face. Me prendre pour un suiveur, un traqueur, c'est vraiment me prendre pour un con. Comme si j'avais que ça à faire. D'ailleurs, je devais être déjà dans mon bureau depuis vingt minutes déjà, mais non, je perds mon temps avec elle. C'est pratiquement le cas. J'ai voulu être gentil, je l'ai soignée, je m'efforce d'être au moins un peu respectable avec elle, pour qu'elle se sente quand même bien malgré la proximité, malgré ce que j'ai fait. Mes efforts sont en vain. Rien n'y fait. Je crois qu'Ashleigh me déteste bien et je suis incapable de faire quoi que ce soit pour remédier à cela. Je pourrai lui répondre pour me justifier en lui disant que j'étais au restaurant d'en face et que j'ai vu toute la scène. Mais vous savez quoi ? J'en ai marre. Elle est bornée, qu'elle reste bornée. Très peu pour moi. Quand la miss me dit que je me suis moqué d'elle, je ne peux pas m'empêcher d'étirer mes lèvres et d'éclater de rire. Non mais c'est la meilleure ? C'est moi qui me moque là ? C'est le monde à l'envers. S'il vous plaît, sortez-moi de là où je vais me taper la tête contre la carrosserie de ma belle voiture. Putain, c'est super vexant qu'elle pense ça de moi. Vous entendez ça ? C'est mon ego qui prend des coups. « Tu crois pas que j'ai passé l'âge non ? J'ai pas besoin de faire de pari pour embrasser quelqu'un. » lâchai-je d'un petit rictus en faisant même une petite grimace. D'ailleurs, j'ai jamais été fan de ce jeu. Certes j'étais le plus fort à l'époque, mais ça me finissait toujours sur le dos et j'étais le détesté des femmes. C'est sans doute grâce à ça que j'ai l'étiquette du coureur de jupon sur le dos. Pourtant, j'ai déjà été en couple et j'ai toujours respecté mes petites-amies. Aucune tromperie, aucun dérapage. Me juger comme ça, c'est mal me connaître, et trop facile. Je restais difficilement calme pour l'instant mais Ashleigh a réussit à me sortir de mes gonds. Volage. Pardon ? Ça se lit sur mon visage que je suis à deux doigts d'exploser. Mais m'énerver, ça serait lui donner raison. Alors je soupire. « Et toi tu es trop coincée. Profite un peu de la vie, merde. Arrête de repousser tout le temps les gens car pour finir, plus personne ne te remarquera. » dis-je les dents serrées. Si elle peut être méchante avec moi, alors je peux l'être aussi. Tant pis si ça blesse, tant pis si ça ne lui fait rien. Mon but n'est pas de lui faire mal, je veux juste qu'elle détende son string et qu'elle respire enfin à plein poumons.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 03/06/2017
» Messages : 700
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : Astrid Bergès-Frisbey
» Âge : vingt-huit ans .
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + brahms l. de bury (p. niney) + jude c. sycamore (a. skarsgård )
# Re: you charge me up like electricity (ashleigh)
message posté Mar 11 Juil - 19:04 par Ashleigh Strugatsky-Joyce
Elle croisa les bras sur sa poitrine, l'air contrarié. Elle avait apprécié la compagnie de Matteo, sans doute l'appréciait-elle toujours même si elle ne voulait pas l'avouer mais il avait provoqué en elle quelque chose qui l'effrayait. Et le voir débarquer pour jouer les super-héros n'arrangeait pas forcément les choses. Elle leva les yeux au ciel quelques secondes, discussion de chien et chat tout simplement. Comment pouvait-elle lui parler à cœur ouvert si elle n'était pas capable de comprendre les sentiments contraires qui se bousculaient dans sa tête. Elle n'avait qu'une seule envie c'était de le voir remonter dans sa voiture pour rejoindre son travail, le voir disparaître de sa vue, et reprendre le chemin inverse pour retourner coudre son costume. Mais ils restaient tous les deux plantés là alors que la dispute imminente grondait au dessus de leurs têtes. « Tu crois pas que j'ai passé l'âge non ? J'ai pas besoin de faire de pari pour embrasser quelqu'un. » elle fronça les sourcils, peut-être qu'elle était allée trop loin. Après l'avoir accusé de la suivre, qui plus est. Mais elle ne pouvait s'empêcher de faire des boulettes quand il s'agissait de Matteo, et elle y songeait vraiment ; il était beau Matteo, il devait en avoir des filles à ses pieds et elle savait que c'était un dragueur né alors pourquoi elle ? à part pour se lancer un défi ? « Mais tu dragues tout ce qui bouge ! » et de ça elle en était sûre par contre. Elle avait relevé la tête pour planter son regard dans celui de son interlocuteur. Elle qui s'était levée ce matin en pensant qu'elle allait passer une journée tranquille, jamais elle n'avait songé tomber sur matteo brown qui hantait ses pensées depuis le baiser. Peut-être ferait-elle mieux d'en discuter avec remy, sa meilleure amie était de bons conseils. Elle poussa un soupir. « Et toi tu es trop coincée. Profite un peu de la vie, merde. Arrête de repousser tout le temps les gens car pour finir, plus personne ne te remarquera. » elle ouvrit la bouche quelques secondes avant de la refermer, personne ne lui avait jamais parlé sur ce ton jusqu'alors et c'était douloureux. Peut-être parce que ça venait de lui, tout compte fait. Mais il avait raison, elle était coincée, c'était peut-être ce qui la rongeait de l'intérieur et la poussait à faire des conneries une fois la nuit tombée. Et peut-être qu'elle allait faire fuir tout son entourage, peut-être que c'était même ce qu'elle cherchait. Mais elle était blessée par ses paroles Ashleigh. « Moi je suis coincée ? » elle fit un pas vers son interlocuteur, laissant exploser sa colère « tu te prends pour qui, brown ? » elle mourrait d'envie d'envoyer sa main claquer contre sa joue pour le remettre à sa place mais elle se contentait d'être à quelques centimètres de lui, alors qu'il la surplombait de sa hauteur et qu'elle se sentait ridiculement petite à lever la tête pour essayer de le regarder droit dans les yeux « je préfère être coincée plutôt qu'essayer de me taper tout ce qui bouge, t'as aucune sincérité. »
Revenir en haut Aller en bas
you charge me up like electricity (ashleigh)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Natalia Alianovna Romanova & Charge Me Up like Electricity Jumpstart my Heart...
» You charge me up like electricity (milena)
» [SdA] "La charge du Rohan" – 1000 points
» Charge à partir d'un bâtiment vers la rue.
» La Charge des Mûmakils!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town-