Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Something just like this (Rachel-Mary)

Guyliner.
En ligne
avatar
Guyliner.

» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 2908
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 36 ans.
() message posté Sam 18 Nov - 2:14 par Ethan I. Hemsworth
SOMETHING JUST LIKE THIS
Amanda & Rachel-Mary & Ethan

Some wounds run too deep for the healing. ✢✢✢ Trois appels manqués. A la seconde où je passai la porte de mon bureau, je me jetai sur mon portable, comme à mon habitude, cette fois plus rapidement encore après qu'on m'ait bipé. Si le temps en compagnie des enfants s’écoulait rapidement, je ne supportais pas d’être séparé de ce petit engin à l’intérieur des chambres stériles. Parce que j’avais peur. Peur qu’Amanda m’appelle et que je ne réponde pas. Peur de ce moment tant redouté et qui m’arrivait enfin. Je pensais à elle, à Ava, et j’imaginais le pire. C’était plus fort que moi. L’écran pas encore complètement allumé, ma stagiaire entra en trombe, le teint livide, le souffle coupé, comme si elle m’avait couru après sur des kilomètres. Peut-être qu’elle l’avait vraiment fait. « Monsieur Hemsworth… votre… votre femme... » Ma tête vrilla aussitôt sur le portable, faisant immédiatement le lien entre le nom inscrit sur l’écran et les paroles de la jeune femme. Dans des circonstances plus réjouissantes j’aurais pensé à Charlotte, me rappelant que la dernière fois qu’un subordonné avait prononcé cette phrase l'air aussi paniqué que moi, ma ‘’femme’’ c’était révélée être ma belle-soeur. Ouais, dans d’autres circonstances je m’en serai amusé. Je la coupai alors qu’elle n’avait même pas fini sa phrase. « Merci Meluzine. » Pas besoin d’en entendre plus. J’avais compris. Dans toute ma panique et ma maladresse, je manquai de la bousculer au passage, filant déjà à tout allure dans les couloirs. J’essayais d’assembler les pièces du puzzle dans ma tête alors que ma motricité me lâchait, revenant à plusieurs reprises sur mes pas quand je me rendais compte que j’avais pris la mauvaise direction. Je connaissais pourtant le chemin jusqu’au service pédiatrique par coeur, l'effectuant plusieurs fois par jours. Mais cette-fois c’était différent. J’avais compris en voyant les appels manqués que le docteur Davis ne m’avait pas bipé pour une urgence purement professionnelle. Ce bip qui m’encourageait à revenir à mon bureau plus vite. Ce bip qui mettait tous mes sens en alerte. Puis ces appels d’Amanda m'indiquant qu’il ne s’agissait pas de n’importe quel gamin mais de ma fille. Il me fallait réaliser que quelque chose arrivait à ma fille en ce moment même, l’impact de chacun de mes pas affolés m’en faisant prendre conscience. Elle est avec Rachel, tout va bien. Elle est avec Rachel, tout va bien (…) À peu près tout ce que mon cerveau était capable d’enregistrer. Jurant intérieurement et priant tous les dieux imaginables pour que je n’arrive pas trop tard, je déboulais devant son bureau en évitant de justesse une infirmière. Un simple « Bonjour, c’est ma fille à l’intérieur. » balancé en toute hâte et ça suffisait pour que je m’autorise à lui passer devant. Il fallait que ce soit mon visage qu’Amanda voit en premier, et pas celui d’une infirmière venue emmener sa fille je ne sais où. Elle attendrait. Il le fallait. « Je suis là, ça va aller. » Je reprenais à peine mon souffle, usant de toute mes forces pour reprendre contenance. J’avais dit ça sans même la regarder, avant même d’analyser où Amanda se trouvait dans la pièce, parce que je savais avant même de la voir qu’elle n’irait pas bien. Je ne voyais pas comment il pouvait en être autrement. « Bonjour docteur. » Docteur… sûrement idiot de l’appeler ainsi, alors que Frank me parlait d’elle tous les jours, alors que je connaissais des détails de sa vie privée, alors que nous travaillions ensemble depuis des mois. Seulement j’ignorais si elle était prête à se montrer plus familière, même après les discussions amicales que nous avions partagées. « Est-ce qu’Ava est… » Je voulais demander ce qu’elle avait, pourquoi sa mère et moi nous retrouvions ici mais l’urgence était de savoir si elle était là. Qu’aucune infirmière n’était passée avant moi. Le rideau de l’espace consultation valsa tout d’un coup, dévoilant la silhouette de ma fille. Elle se retrouva sur mes genoux, grimpant à moitié sur ceux de sa mère en même temps sans que je ne sache si je l’avais attirée jusqu’à moi ou si elle m’avait sauté au cou. Tout ce dont j’étais sûr, c’était la force avec laquelle je la serrais. Aucune infirmière au monde n’aurait pu la déloger de mon étreinte. J’ignorais encore pourquoi elle était là mais j’admirais l’énergie qui animait son corps apparemment malade. Aucun doute qu'avec sa langue bien pendue je l’apprendrai bien assez tôt « Madame Davis a dit que c’était moi le capitaine. » J’haussai un sourcil, en direction de ma fille d’abord, dubitatif, puis en direction du docteur, défiant. « Ah oui ? Il faudra que je te provoque en duel dès que tu seras rétablie alors. Il ne peut y avoir deux capitaines sur le même navire ! » Mon affection pour le monde de la piraterie n’était un secret pour personne. Pour Rachel-Mary non plus qui, comme pas mal de membres du personnel médical, m’avait vu me balader en costume du parfait flibustier plus d’une fois. Si je ne savais rien de ce que le médecin lui avait raconté, je savais que n’importe quelle référence à un pirate avait séduit ma fille. Et rien de plus normal si elle jugeait plus utile de me partager cette information en premier. « Le docteur Davis t’a dit ce qui te faisait mal ? » Question lancée en l’air, elle était destinée à Ava bien sûr, mais je pariai que Rachel prendrait les devants. Quand le verdict tomba, je ne savais pas trop si je devais être soulagé que ce ne soit qu’une crise d’appendicite très courante ou effrayé à l’idée qu’elle devait se faire opérer. « Tu sais Rachel-Mary est le meilleur médecin de tout l’hôpital. De toute l’Angleterre même ! Alors elle va t’enlever cette vilaine appendice les doigts dans le nez et quand tu te réveilleras tu nous montreras ta super cicatrice de capitaine. » Des mots visant à rassurer ma fille mais aussi sa mère à côté d'elle. Tous mes efforts et ma concentration se focalisaient sur un seul objectif : ne rien laisser paraitre. Agir comme si ce n’était rien du tout. Paraitre sûr de moi. Ava était loin d’être idiote, elle devait bien voir l’état second dans lequel se trouvait sa maman, et en connaissait très bien la raison. Je devais être fort pour deux.

Quand l’infirmière l’emmena au bloc et qu’il nous fut impossible de l’y suivre, je me tournai vers Amanda. Je la connaissais. Quelque chose c’était passé. Ça n’allait pas, malgré tout ses efforts pour le cacher. Quelque part ça me rassurait, nous savions encore lire l’un dans l’autre. J’attrapais sa main, l’attirant vers moi, passant un bras derrière sa taille comme pour l’aider à tenir debout. Mon geste valait mieux que tous les mots que j’aurais pu lui dire. Encore quelque minutes à tenir bon et nous pourrions nous assoir pour prendre notre mal en patience. Comme si ça aiderait... D’un coup je sus, en la voyant ainsi, ce n’était pas de la panique ni un soulagement qui m’envahissait, mais de la colère. Pourquoi c’était-elle infligée ça ? Affronter sa phobie des hôpitaux seule ? Pourquoi ne m’avait-elle pas prévenu avant ? Ma fille avait mal au ventre au point de se faire opérer et je le découvrais dans le chaos. Je serrais les dents, tenant bon pour la simple raison que je ne voulais pas laisser transparaitre quoi que ce soit devant Rachel-Mary. Je n’avais pas envie de justifier mon absence au rendez-vous médical, ni mon retard, non plus qu’Amanda justifie son malaise apparent. Au fond, je voulais juste la serrer dans mes bras, cacher ma tête dans ses longues boucles blondes jusqu’à ce que l’opération finisse. Mais cette foutue colère m’en empêchait, me donnant davantage l’envie de cogner dans un mur pour la faire passer.

✢✢✢
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Best blondie sissy ever.
avatar
Best blondie sissy ever.

» Date d'inscription : 23/08/2016
» Messages : 541
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Jennifer Morrison
» Âge : 35 ans
» Schizophrénie : Maya M. Scott, Samael G. Pellegrino et Milo K. Wendling
() message posté Dim 19 Nov - 14:26 par Amanda E. Hemsworth


Something just like this
Bien que produisant de gros efforts pour conserver un semblant de lucidité, Amanda sentait bien que ça n'allait pas. Elle ne se sentait pas bien de part sa présence ici et l'évolution de la situation concernant sa fille n'arrangeait rien. Pour couronner le tout, la jeune femme se figurait que malgré son apparente cordialité, elle tapait sur les nerfs du médecin. Et tandis que son enfant, absolument par perturbée le moins du monde par le diagnostique de l'appendicite, petite chose tout de même assez importante, tout du moins dans la vie du pékin moyen. Quels parents ne montraient pas des signes d'inquiètudes à ce genre d'annonce ? D'autant plus que cette nouvelle information intervenait de façon aussi brusque que surprenante. Depuis quand l'inflammation de l'apendice survenait-il ainsi, sans que le patient eu montré le moindre symptôme ? N'aurait-il pas fallut s'inquiéter de ce phénomène extrèmement rare ? Docteur House lui-même aurait prit soin de vérifier que cela ne cachait pas autre chose de plus grave. Mais avec Madame Davis, on était apparement loin du compte...Quoi qu'il en fut, l'esprit de l'assistante était trop encombré de différentes informations pour être capable de faire le tri et de noter l'absurdité ou tout du moins l'incohérence de certaines choses. L'australienne écouta donc distraitement la discussion de la petite Ava et de son interlocutrice. Puis, elle ce décida finalement à sortir un instant de la pière pour tenter de prévenir son mari. Elle se devait de le tenir au courant, parce qu'il s'agissait de sa fille. Parce qu'elle espèrait aussi...Encore et finalement, que peut-être, il serait en mesure de la soutenir. Ne parvenant cependant pas à le joindre, elle se résigna. Il faudra faire sans, songea-t-elle en retournant auprès de la fillette. Comme elle revenait bredouille, le chirurgien annonça qu'elle s'en occupait. Elle aura en effet peut-être plus de succès. "C’est le Dr Davis. Bipez-moi Ethan Hemsworth, je veux qu’il vienne immédiatement au bureau de pédiatrie. " Après avoir raccrochée, elle s'intéressa de nouveau à la maman et lui sourit. "Ici, c’est la manière la plus efficace de convoquer quelqu’un. " Elle hocha brièvement la tête en réponse. L'important était qu'il eu le message, pour venir ensuite dès que possible. Toujours aussi nerveuse, l'ancienne avocate ce permis de demander d'avantage d'informations quant à l'opération. "C’est une banale intervention de routine qui ne dure qu’une ou deux heures grand maximum. Aujourd’hui, les méthodes sont moins invasives. Auparavant, on faisait une incision longue sur le bas ventre à droite, mais maintenant, nous procédons par cœlioscopie par le nombril. Ava n’aura que trois minuscules petites traces. Une pour la sonde qui enverra de l’air, l’autre pour la caméra qui me permettra de voir l’intérieur, et la troisième pour retirer l’appendice. C’est absolument sans risque et les cicatrices partent très bien. Je vais d’ores et déjà vous prescrire une crème cicatrisante que vous pourrez appliquer aussitôt que j’aurai retiré les points la semaine prochaine." Essayant de retenir un maximum d'infos utiles, la blonde ce concentra là dessus. Ce qui l'aidait d'une certaine façon  à ne pas perdre pieds. « Bonjour docteur. »  Soudainement, la porte s'ouvrit, il était là. La vague de soulagement qu'elle attendait, ne vint néanmoins pas. L'angoisse refusait de s'en aller.  « Est-ce qu’Ava est… »  Même avec toute sa bonne volonté, Amanda se retrouva dans l'incapacité de répondre aux interrogations d'Ethan, aussi laissa-t-elle ce soin au docteur Davis. Cela relevait de son travail après tout. « Madame Davis a dit que c’était moi le capitaine. » Il haussa un sourcil à l'adresse de sa fille d’abord, dubitatif, puis en direction du docteur, défiant. « Ah oui ? Il faudra que je te provoque en duel dès que tu seras rétablie alors. Il ne peut y avoir deux capitaines sur le même navire ! » Madame Hemsworth quant à elle, observa la scène sans y participer, spectatrice. « Tu sais Rachel-Mary est le meilleur médecin de tout l’hôpital. De toute l’Angleterre même ! Alors elle va t’enlever cette vilaine appendice les doigts dans le nez et quand tu te réveilleras tu nous montreras ta super cicatrice de capitaine. » Cherchant à rassurer inutilement l'enfant, pas plus inquiétait que de coutume, la lèvre inférieure d'Amanda trembla légèrement. Elle aurait souhaitée esquisser un sourire, se montrer aussi solide, mais elle ne pouvait pas. Et lorsqu'il fut temps d'emmener sa fille, de la lui prendre, elle eu toutes les peines du monde à ne pas s'accrocher désespérément à ses bras. Elle sursauta finalement au moment où l'irlandais saisit sa main. Elle réalisa par la suite qu'ils se trouvaient tout deux dans le couloir. Lasse, elle se laissa tomber sur un siège en plastique à sa portée. "Je...Je suis désolée" annonça-t-elle la gorge sèche et une mine sans doute épouvantable. "Je pensais...C'était une visite de routine normalement, ça devait bien se passer." Elle marqua une pause et se prit la tête entre les mains. " Elle ne se plaignait de rien, vraiment. Pas de symptômes rien...Mais...peut-être que j'aurais du déceler quelque chose..." Secouant la tête, elle chercha dans ses souvenirs des signes avant coureurs, des indices qui aurait pu l'aider.  
– CODED BY CERSEI –


@RacheL-Mary Parker-Davis @Ethan I. Hemsworth[/b][/i]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 241
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Dim 19 Nov - 22:00 par Rachel-Mary Parker-Davis


Something just like this


Si Rachel n’était pas du tout inquiète pour le sort d’Ava dont elle avait qu’elle maîtrisait la situation, elle l’était d’autant plus pour sa maman Amanda qui semblait au bord du malaise de seconde en seconde. L’américaine était chirurgien pédiatrique et elle était toujours intérieurement scandaliser de remarquer que les parents lui donnaient bien plus de travail que leurs adorables bambins. Elle avait donc fait biper Ethan pour qu’il les rejoigne et soit mis au courant de la situation après l’échec de la pauvre Mme Hemsworth qui n’avait pu atteindre que la messagerie. Et finalement, sa méthode avait fonctionné, Ethan était arrivé, en trombe. Heureusement qu’elle n’avait pas dit « de toute urgence », parce qu’il avait débarqué comme si on allait amputer sa fille d’une jambe. Aussitôt, elle tâcha de le rassurer par un sourire, mais l’anxiété se sentait dans sa voix lorsqu’il demanda Ava. La fillette vint d’elle-même voir son papa.

-Bonjour Mr Hemsworth. Comme je l’expliquais à votre épouse, Ava souffre d’une crise d’appendicite que j’ai mise en évidence avec une échographie. Il arrive parfois, assez rarement toutefois, qu’aucun symptôme ne soit présent. Certains enfants sont plus endurants à la douleur et la fièvre et parfois infime, ce qui était le cas ici. Votre petite Ava est une battante.

Ethan tâcha alors de rassurer sa fille qui semblait en pleine maîtrise de ses moyens, contrairement à la mère qui paraissait être dans un état second. Le regard de la pédiatre alla de la petite et son père à la grande blonde qui semblait pâlir à vue d’oeil. Pourtant, l’américaine avait fait son maximum pour lui faire comprendre que ce n’était qu’une opération de routine, rien de bien alarmant, que c’était pris à temps et qu’au vu de ses compétences, elle pouvait réaliser l’intervention les yeux fermés tout en tricotant une écharpe… même si elle ne savait pas tricoter. Ethan alla en ce sens, faisant comprendre à sa petite qu’elle était entre les meilleures mains possibles, et Rachel se douta que ces propos avaient sans doute pour but de rassurer la mère. Elle sourit à tant de compliments, c’était vraiment gentil de sa part.

-L’infirmière va arriver d’une minute à l’autre, capitaine Ava. Comme je te l’ai dit, elle va te faire prendre une douche spéciale avant d’enfiler ton costume de capitaine de vaisseau et ensuite je te rejoindrai.

A peine eut-elle le temps de finir que l’infirmière pédiatrique toqua à la porte et entra sur l’ordre de Rachel. Ava disparut avec elle et la chirurgienne invita les parents à sortir également. Heureusement, il n’y avait plus de consultations pour ce matin, sans quoi elle aurait dû les reporter.

-Bien, je vais me préparer pour l’intervention et je reviendrai vous voir pour vous donner de ses nouvelles et vous dire quand on la montera dans sa chambre. Ça va aller ? Demanda-t-elle à l’attention d’Amanda qu’elle voyait de plus en plus pâle.

Elle lança un regard plein de compassion à Ethan qui devrait se montrer fort pour deux. Elle finit par les laisser tous les deux pour rejoindre la salle de préparation où elle mit une charlotte sur sa tête et se lava les mains et les avant-bras jusqu’au coude avant qu’on lui enfile une blouse stérile. La fillette était déjà là, allongée sur la table d’opération. Rachel entra dans le bloc, son masque sur le visage et alla parler un peu à Ava pour la rassurer avant qu’on ne l’endorme. L’opération se déroula le plus normalement du monde et la pédiatre s’appliqua comme toujours à faire des points les plus petits possibles pour que la cicatrice soient minimes. La fillette n’aurait quasiment rien. Ava fut ensuite emmenée en salle de réveil tandis que l’américaine jeta ses gants, sa charlotte et sa blouse de bloc pour aller rejoindre les parents et les aviser de la situation qui était on-ne-peut plus normale.

 
– CODED BY CERSEI –

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Something just like this (Rachel-Mary)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: Great Ormond Street Hospital
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Hail Mary Pass !
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Rachel Draan
» Marie Morgane (Mary Morgan) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-