Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #22 !
LC vient d’enfiler sa 22ième version, dont vous trouverez tous les détails par ici.
La chasse aux fleurs.
Une chasse aux fleurs est en cours où mêmes les allergiques peuvent jouer. Plus d'infos.
On a besoin de vous !
Si vous avez des idées, des suggestions ou autre à nous faire par quant à l’intégration sur le forum, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

all the most beautiful things cannot be seen or even touched (w/jake).

avatar
some roses have steel thorns.
» Date d'inscription : 23/08/2016
» Messages : 1163
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : lily james.
» Âge : vingt-sept ans, née le 28 août.
» Schizophrénie : lola barnett (a. debnam-carey) & frieda hawkins (k. bazan).
# all the most beautiful things cannot be seen or even touched (w/jake).
message posté Dim 11 Juin - 5:29 par Briar Rosenwald
perhaps in another life, you are icarus falling. though i am no sun, i am no sea. i am nothing known to you. perhaps in another life, i am freedom worshipping you. ✻✻✻ Il lui avait dit que ce serait une belle après-midi. Qu’ils allaient passer un bon moment ensemble. Cela avait été le cas jusqu’à ce que la voiture s’arrête devant une maison dont elle ignorait l’existence. Ou plutôt qu’elle ne reconnaissait pas. Ce n’était pas un quartier qu’elle reconnaissait, mais Briar s’était dit que c’était un simple arrêt avant qu’ils reprennent la route jusqu’à la maison de ses papas. Évidemment, en voyant que son père coupait le moteur, Briar avait compris qu’elle se mettait le doigt dans l’œil. Assise à l’arrière de la voiture, une bouteille de vin en main, Briar avait simplement compris quelques mots de ce que lui disait Patrick, son beau-père. Alors, suivant ses deux pères, Briar râlait peut-être un peu trop et traînait de la patte pour éviter de se rendre jusqu’à cette maison qui appartenait à cette personne dont elle ignorait l’existence. Pourquoi avait-elle besoin d’être ici ? Briar se serait contenté d’une simple soirée à sa seconde maison avec les deux personnes qui comptaient le plus à ses yeux. Sans le savoir, Briar se faisait avoir. Ils avaient organisé quelque chose sans lui dire présumant qu’elle n’avait rien de mieux à faire. Plus elle avançait, plus elle se rappelait à qui appartenait la maison, mais son cerveau préférait croire que ce n’était pas possible. Ce qui, au fond, était la réalité. Briar n’avait pas une vie bien remplie. La plupart du temps, elle se contentait de rester enfermée chez elle à regarder quelques films ou alors elle aimait visiter les quartiers de Londres qu’elle redécouvrait à chaque fois. Mais ce qui emmerdait le plus Briar, c’était que ses propres parents assument qu’elle n’avait pas une vie occupée. Si c’était elle qui l’assumait, ça lui allait étant donné que c’était sa vie sauf que lorsque c’était deux parents, ça frustrait Briar. Assez pour qu’elle décide de faire l’enfant de huit ans et de bouder un peu juste le temps du trajet entre la voiture et la porte d’entrée de cette maison.
« Madamemoiselle Cavendish ! » S’exclamait Briar, surprise de reconnaître un visage. « Quelle joie de vous revoir. » Dit-elle en essayant d’afficher son sourire le plus sincère. Ça faisait une bonne décennie qu’elle n’avait pas croisée la mère de Jake. Pendant près d’un an, elle considérait cette femme comme une belle-mère puis les choses avaient changé entre Jake et elle. Alors, elle l’appelait par le nom que Briar l’avait connu. Cavendish. Même si ça ne devait plus être celui-là qu’elle portait. Elle n’était pas du tout certaine alors elle y allait par ce qu’elle connaissait après avoir pris la décision de ne pas s’aventurer dans l’inconnu. Du regard, elle cherchait le reste des membres de la famille Cavendish. Briar se rappelait des sœurs de Jake. Sofia et Victoria. Surtout, elle cherchait Jake du regard. S’ils s’étaient laissés en bon terme la dernière fois, ça ne signifiait qu’ils étaient amis aujourd’hui. Ils avaient encore du chemin à faire avant d’avoir une relation d’amitié. D’abord, la confiance. Briar se doutait bien que cette confiance n’allait pas se construire en une seule soirée puisqu’après tout, elle lui avait brisé le cœur. Toujours avec ce même sourire, elle tendit la bouteille à cette femme charmante qu’elle aurait adoré avoir en tant que mère. Rapidement, elles eurent une discussion sur la fameuse question : comment allait la vie ? Briar répondait honnêtement : enseignante au primaire, toujours célibataire à son âge et oui, sa petite-sœur Juliet allait bien puis la maman Cavendish lui donna une coupe de vin et après l’avoir remercié, elle s’aventura dans cette maison qui ne lui était plus autant qu’inconnu. Elle avait passée du temps ici, Briar s’en rappelait. Son regard allait se poser sur les photos accrochées ici et là et elle eut un sourire en coin. Voir Jake, adolescent, c’était comme revenir en arrière.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
all the most beautiful things cannot be seen or even touched (w/jake).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» The artist is the creator of beautiful things
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» beautiful dream

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London-