Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

(Abigail & Romane) falling down the stairs.

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 29/05/2014
» Messages : 198
» Avatar : Beyoncé Knowles.
» Âge : beauté éternelle.
# (Abigail & Romane) falling down the stairs.
message posté Jeu 15 Juin - 19:02 par Destiny Tynged
Falling down the stairs.



Vous (Abigail) êtes pressée et tout en marchant, vous êtes en train d'envoyer un message pour prévenir de votre retard, tout en jetant un œil à votre chemin. Arrivent les escaliers, que vous gérez habituellement sans aucun soucis, mais manque de chance, aujourd'hui ce n'est pas le cas. Vous trébuchez et dans votre chute, vous vous accrochez à ce que vous pouvez, à savoir à l'inconnue (Romane) devant vous. Non seulement, vous tombez, mais vous l'entraînez avec vous. Félicitations, vous l'avez mise de mauvaise humeur.

Il n'y a pas d'ordre défini dans ce RP. Ce RP est issu du système RP est aveugle 2.0.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 3682
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : /
# Re: (Abigail & Romane) falling down the stairs.
message posté Mer 28 Juin - 18:32 par Abigail E. Reynolds
falling down the stairs
Romane
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.

Non, vraiment pas la période. Abigail ne savait plus quoi faire de ses dix doigts depuis quelques temps. Après le contrat avec un merchandising Harry Potter c'était le vide intersidéral, et elle s'ennuyait ferme. Elle commençait même à se demander si elle ne devait pas voyager. Partir à New-York, par exemple. Retourner sur les podiums. Son agent était vraiment trop sélectif, par rapport au début de sa carrière. Il lui répétait sans cesse que "Non, ce petit contrat n'est pas pour toi. Tu es bien trop réputée, bien trop douée, bien trop chère il n'accepteront jamais.", et Abigail de lui rétorquer toujours que ce n'était pas le cas, et qu'elle voulait juste travailler et s'occuper l'esprit. Dans sa solitude immense, c'était quelque chose d'essentiel si elle ne voulait pas devenir folle. Ou alors, il lui restait encore l'option d'adopter un petit animal. Elle n'y avait jamais vraiment pensé, mais le manque de tout dans sa vie pourrait peut-être être comblé par cela...

Ce jour-là, Abigail faillit tomber de son canapé quand elle reçut l'appel de son agent, qui lui annonçait qu'un club réputé de photo à Kensington avait besoin d'un modèle expérimenté pour un workshop avec un photographe dont la partenaire avait annulé au dernier moment. Ni une ni deux, elle fonça sous la douche, se prépara de façon minime car son agent lui avait précisé qu'une maquilleuse ainsi qu'une coiffeuse seraient présentes, et quitta son domicile en vitesse. En entrant dans l'ascenseur qui la mènerait au bas de sa résidence, elle se demanda si elle ne devait pas plutôt se rendre à pieds au studio, qui n'était qu'à quelques centaines de mètres de chez elle. La brune regarda ses pieds chaussés de talons compensés et ses fines jambes dénudées sous une jupe fleurie, et acquiesça plus pour elle que pour la personne qui entra dans l'ascenseur au même moment. Elle y parviendrait bien plus vite que si elle appelait son chauffeur personnel, ou un taxi.

Elle se mit en marche sous le soleil de plomb, ses lunettes de soleil vissées sur son nez. Elle n'en démordait quasiment jamais, de peur de se faire reconnaître par un badaud qui passerait par-là et qui pourrait être un féru de mode. En général, Abigail détestait qu'on l'embête à cause de son métier, et ne comprenait pas comment des gens pouvaient être fan d'un simple mannequin, dont la beauté et le charisme sont les seuls atouts qu'il possède. Elle s'engagea dans une petite rue car elle savait qu'au bout il existait un petit raccourci pour passer sur un pont qui surplombait une route. Elle l'avait déjà emprunté pour aller dans une épicerie française non loin. Marchant le plus vite possible sans ruiner ses pieds, elle se saisit de son téléphone afin d'envoyer un message à son agent et le prévenir qu'elle arrivait, mais elle vit qu'il lui avait déjà envoyé quelque chose. Il lui rappelait de ne pas traîner, et que lui était déjà sur les lieux. Abigail l'aimait beaucoup, mais il se mettait bien trop la pression. Après tout, elle ne faisait qu'un remplacement, un peu de retard n'allait pas mettre le workshop du photographe en péril.

Abi commença la montée de la vingtaine de marches qui menaient au pont à la fin de la rue, tout en tapant sa réponse à son agent. D'habitude, elle n'avait aucun souci à se dépêcher dans des escaliers, mais là elle n'avait pas les yeux dessus... Elle trébucha sans comprendre comment et, surprise, se mit à chuter. Ses mains s'agrippèrent à la première chose qui passait près d'elle, comme un réflexe de survie. Il s'agissait d'une longue jupe, et cela tira la femme qui la portait légèrement vers le bas, qui chuta à peu près de la même manière qu'Abigail, à savoir les genoux en premiers dans les escaliers. Le mannequin émit un cri de surprise au même moment, déboussolée par ce manque d'équilibre.

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 26/01/2016
» Messages : 5466
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Didonato
» Âge : Twenty Nine, Née un 29 février.
» Schizophrénie : La jolie militaire (e. stone) & la rousse rebelle (s. turner) & la jolie mère célibataire (b. lively)
# Re: (Abigail & Romane) falling down the stairs.
message posté Lun 17 Juil - 14:30 par Romane L. Fetherstonhaugh
Falling down the stairs
EXORDIUM.
La journée me semblait longue et interminable. Comme si le temps avançait au ralentit et que les secondes mettait une éternité à s’écouler. Non pas que j’étais pressée d’être le soir même mais je n’allais pour une fois, éviter l’ennui. S’il y a bien une chose que je ne supporte pas dans la vie, c’est bien de m’ennuyer. Je déteste restée assise à ne rien faire, mise à part attendre que le temps passe. Depuis quelques jours je n’avais pas de rendez-vous. Après tout ce sont les vacances. Et quand cette période arrive, je me remets toujours en question, hésitant même à changer d’orientation professionnelle. Et quand les affaires reprennent, je me demande pourquoi j’ai eu cette mauvaise idée de vouloir arrêter.

En attendant je devais occuper mes journées et les activités sont limitées. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’avais nettoyé mon appartement. Etant une jeune femme assez maniaque c’est toujours avec une grande minutie que je range l’endroit qui m’héberge. Mais aujourd’hui, il n’y avait plus une seule poussière à enlever et je me devais de trouver autre chose à faire. Les boutiques ? Encore une activité dont je me suis bien lassée. Je n’avais pas vraiment de limite budgétaire et c’était donc facile pour moi d’acheter tout ce que je voulais et à force je devais reconnaître que je me lassais vraiment. Je pouvais toujours m’entraîner au violon mais le soir même j’avais déjà rendez-vous avec une amie musicienne elle aussi pour jouer un duo et l’aider à s’entrainer pour un examen. J’avais déjà hâte d’y être et rien que l’idée de voir une tête connue me rendait le sourire. J’en avais marre d’avoir pour une vue, les murs blancs de mon appartement.

D’ici quelques semaines je devais quitter le pays et retourner dans mon pays natal pour rendre visite à ma famille. Chaque année, c’est la même routine. J’avais encore quelques temps avant de pouvoir fouler le sol australien mais je ne pouvais prendre le risque de faire mes réservations trop tard. Surtout que cette année j’avais dans l’idée de faire un détour par la Nouvelle-Zélande pour m’offrir quelques jours de vraies vacances loin de ma routine et de ma famille. Suite à quelques soucis l’année passée avec ma réservation je préférais ne plus passer par internet mais de me rendre dans une agence de voyage. Cela me couterait sans doute un peu plus cher mais au moins je suis certaine d’éviter toute sorte de problèmes.

J’enfilai alors rapidement une veste, mon sac à main sur l’épaule je sortis ensuite dans la rue. Tout était calme et c’était à se demander si on se trouvait bien dans la capitale de l’Angleterre. Mais de temps en temps ça faisait du bien de voir des rues calmes et désertes de tout le « brouhaha » quotidien. Habituellement je prenais le taxi pour voyager dans la ville mais cette fois je décidai d’utiliser mes jambes et d’aller à pied. J’allais bien vite apprendre à mes dépends que c’était une mauvaise idée. En effet. Alors que je montais les escaliers qui menaient à la rue suivante je me retrouvai rapidement les genoux posés sur la marche supérieure. Je ne sais pas vraiment ce qu’il s’était passé mais j’avais senti une force tiré sur le bas de ma jupe. En essayant de comprendre ce qu’il venait de se produire je vis une demoiselle à ma hauteur et compris rapidement. La colère commença à monter en moi. « Non mais vous n’auriez pas pu faire attention ! » Mais c’est quoi ces gens qui ne font attention à rien ? Je tentai de me redressez, inspectant ma jupe et espérant qu’elle ne l’avait pas abîmée mais une tâche s’était produite là où mes genoux s’était posés à terre quelques instants auparavant. « Il manquait plus que ça ! » Comme je suis maniaque pour mon appartement, il en va de soi que je le sois aussi pour mes vêtements et l’allure que je dégage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 3682
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : /
# Re: (Abigail & Romane) falling down the stairs.
message posté Mar 25 Juil - 16:19 par Abigail E. Reynolds
falling down the stairs
Romane
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.

Abigail ne prit pas tout de suite la peine de s'inquiéter pour la personne qu'elle avait entraîné avec elle dans sa chute malencontreuse. Non, ce qui lui venait à l'esprit immédiatement, c'était son téléphone, ainsi que l'état de ses genoux qui avaient atterri avec plus ou moins de violence sur le rude bitume des escaliers qu'elle montait en écrivant une réponse pour son agent. Alors que la femme à la jupe lui demandait si elle ne pouvait pas faire attention, Abigail se releva un peu et se mit à parcourir des yeux les escaliers autour d'elles deux. Où était passé son fichu téléphone...? Elle l'avait lâché en s'agrippant à la jupe de la jeune femme devant elle, et l'avait clairement entendu tomber. Il n'avait pas pu dévaler plusieurs escaliers... si ? Elle se retourna, pendant que la femme qu'elle avait entraîné dans sa chute disait "Il ne manquait plus que ça". Abigail ne fit pas vraiment attention à elle, toujours à chercher son téléphone des yeux. Enfin, elle le vit, quelques escaliers plus bas. Elle descendit rapidement les quelques marches qui la séparaient de lui et le récupéra en soupirant. Il n'avait rien. Même pas une égratignure ou une rayure sur le grand écran. Elle releva ensuite la tête et reporta son attention sur la femme qu'elle avait entraîné dans sa chute. Ah, oui, il fallait s'excuser maintenant... Ce n'était pas le fort d'Abigail, mais il fallait qu'elle avoue que se raccrocher à la jupe de cette inconnue l'avait clairement empêchée de finir menton en premier sur les escaliers.

- Je suis vraiment désolée... assura Abi d'une voix qu'elle voulut la plus gentille possible.

En baissant légèrement les yeux à la hauteur de la jupe de la femme qui s'était retournée, Abigail vit qu'une tache s'était formée au niveau d'un des genoux. Cela lui rappela qu'elle devait faire attention à l'état des siens, surtout qu'elle portait une jupe courte. Elle ouvrit ses yeux grands comme des billes et baissa la tête, pour constater que ses deux genoux avaient pris tout le poids de son corps durant sa chute et qu'ils étaient bien égratignés. Elle ne ressentait aucune douleur et prit cela pour l'effet de l'adrénaline. En se lamentant, Abigail laissa son buste choir légèrement en avant et elle se mit à épousseter ses deux genoux, toujours son téléphone en main.

- Je suis tellement maladroite quand je ne fais pas attention... supplia-t-elle, plus à l'attention de ses genoux qu'à l'inconnue dont elle venait certainement de gâcher la journée.

Comme elle s'y attendait, les minuscules lambeaux de peau et les petites taches de sang qui couvraient ses genoux ne partirent pas même après l'époussetage. Elle allait se faire réprimander en arrivant au studio, car cela nécessiterait de la retouche supplémentaire pour peu que les élèves du photographe décident de travailler sur du portrait de plein pied. Quelle poisse !

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 26/01/2016
» Messages : 5466
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : Emily Didonato
» Âge : Twenty Nine, Née un 29 février.
» Schizophrénie : La jolie militaire (e. stone) & la rousse rebelle (s. turner) & la jolie mère célibataire (b. lively)
# Re: (Abigail & Romane) falling down the stairs.
message posté Mer 26 Juil - 15:38 par Romane L. Fetherstonhaugh
Falling down the stairs
EXORDIUM.
Même si l’ennui s’était emparé de moi, je me sentais bien. Il faisait beau et malgré tout c’était bien agréable de prendre l’air. Une brise légère empêchait la chaleur de prendre possession de toute la ville. Et c’est préférable de pouvoir respirer plutôt que de se sentir asphyxié par une chaleur étouffante. Certes, je proviens d’un pays où je suis habituée à ce qu’il fasse chaud mais je suis surtout habituée à ce je puisse respirer sans problème, même quand je fais la crêpe, allongée sur la plage. Tout en marchant, je regrettais de ne pas avoir pris mon ipod avec moi. Je croisais que très peu de personnes mais la plupart me fatiguait. À part glousser comme des poules et faire du bruit pour rien, elles avaient juste oublié qu’il était aussi possible dans la vie de se taire. Je ne supporte pas les gens et vu la société actuelle, ce n’est pas prêt de changer. J’aurais préféré oublié tout ça, au son d’une belle balade ou tout autre son qui pouvait m’éviter de faire face à la société.

Je rêvais déjà à mes futures vacances alors que je n’avais pas encore pris le temps de les réserver. Les choses allaient bientôt changer. D’ici quelques heures, tout serait prévu dans son intégral et je n’aurai plus qu’à espérer que le temps passe plus vite. J’avais juste envie de changer d’air. Puis ma famille me manquait, même si je refusais de l’admettre.

Je me dépêchais de monter les marches qui mènent à la rue suivante. Etant assez sportive, j’avançais plus vite que la majorité des autres londoniens. Je dépassai même une autre jeune femme et j’allais très vite le regretter. Je ne sais pas comment ni pourquoi mais elle me fit tomber et mes genoux cognèrent violemment sur la marche supérieure à celle où je me trouvais. Vue de l’extérieur, la position devait bien faire rire car je donnais l’impression d’être à l’église, comme dans de vieilles années où l’on priait encore à genoux. Je mis quelques instants à comprendre la situation et me relevai aussitôt ne supportant pas être ridicule aux yeux des autres patients. Ma fierté est quelque chose à laquelle j’accorde beaucoup d’importance. « C’est facile d’être désolée une fois que le mal est fait ! » Impossible de garder mon calme, ma voix était froide et ne donnait aucune de faire la conversation.

Comme il fait beau, j’avais opté pour une jupe de couleur claire et les traces foncées à hauteur de mes genoux étaient impossibles à cacher. Seul le lavage en machine serait ma seule option. Je devais, pour cela rentré chez moi et j’avais le temps d’être complètement humiliée aux yeux des gens que j’allais croiser. « Faut peut-être éviter de sortir de chez vous si vous êtes autant maladroite! » Je penchai ma tête en me regardant. « J’ai l’air de quoi maintenant ? » Demandais-je en la regardant. Certes je n’avais pas opté pour un regard très amical. A ce moment même où je posai les yeux sur elle, je vis les tâches de sang à hauteur de ses genoux. Et le sang et moi ça fait deux. Je ne mis pas longtemps à sentir que j’allais à tout instant, peut-être m’évanouir. Le sang a toujours cette mauvaise conséquence sur moi. J’agrippai rapidement la rambarde la plus proche histoire de prendre appui et ne pas rester dans le vide face à mes vertiges.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 3682
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : /
# Re: (Abigail & Romane) falling down the stairs.
message posté Dim 13 Aoû - 22:15 par Abigail E. Reynolds
falling down the stairs
Romane
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.

La méchanceté dans la voix de la femme qu’elle avait accidentellement bousculée pétrifia Abigail, qui ne sut pas tout de suite comment réagir. D’abord, elle lui lança qu’il était plus facile d’être désolée une fois que le mal était fait, ce à quoi le mannequin n’eut de coeur à répondre. Certes, elle se doutait que la personne qu’elle avait fait tomber n’allait pas lui lancer des fleurs, mais il n’était pas si compliqué de se montrer compréhensive. Surtout qu’elle ne se retrouvait qu’avec deux taches sur sa jupe, ce qui n’était pas du tout le cas d’Abigail… Son corps étant son outil de travail principal, elle devait absolument en prendre soin. Et pile le jour où elle en avait besoin, un coup de malchance l’avait faite l’abîmer. Vraiment sa veine.

Alors qu’elle s’inquiétait pour ses deux genoux, toujours son téléphone miraculé en main, Abigail leva la tête d’un mouvement sec, ce qui lui fit presque mal à la nuque. L’agressivité de la femme lui rappelait celle dont elle-même était capable de faire preuve dans ses plus mauvais jours. Quelques années auparavant, ce genre de ton et de remarques faisaient son quotidien. C’est en partie grâce à son caractère de cochon qu’Abigail s’était fait un réel nom dans le milieu de la mode, mais les cochons ne font pas long feu dans ce genre d’étable s’ils ne s’adaptent pas très vite à la nourriture donnée. Et sa nourriture, à elle, c’étaient ses contrats. Les photographes se montrant de moins en moins enclins à vouloir travailler avec Miss Reynolds, le mannequin avait dû modifier complètement sa personnalité, et surtout énormément prendre sur elle.

Seulement, cela ne semblait pas du ressort de la jeune femme qu’elle avait malencontreusement entraîné dans sa chute aujourd’hui… Juste après avoir levé la tête, Abigail ouvrit grand la bouche en fronçant les sourcils, outrée par les propos de l’inconnue.

- Oh ça va hein ! railla-t-elle, en sifflant presque comme un chat. Ca ne vous est jamais arrivé de trébucher sans le vouloir ? Vous êtes si parfaite que cela ?

Abigail savait bien que ces questions rhétoriques n’allaient qu’envenimer la situation, aussi elle décida d’avancer de quelques marches afin de s’y asseoir. Elle devait à tout prix essuyer tant bien que mal ses deux genoux, afin d’éviter toute réprimande lorsqu’elle arriverait au studio. Peu lui importait la femme bousculée, c’était son travail avant tout.

La brune se saisit de son petit sac à main, et avant de se mettre à la recherche d’un paquet de mouchoirs en papier, y déposa son téléphone. Elle n’avait même pas terminé son texto à l’attention de son agent qui devait maintenant être furieux de ne pas avoir des nouvelles de sa protégée… Elle était désormais réellement en retard pour ce shooting, et deux fois plus embêtée que si elle avait chuté seule. Quelle drôle d’idée, aussi, de se rattraper à quelqu’un… Elle n’avait même pas choisi la personne la plus compréhensive qui fut.

- Ce ne sont que des taches. Ca ne vous tuera pas, fit Abigail en levant à peine les yeux en direction de la jupe de la femme près d’elle, sa main droite toujours dans son sac à main.


© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
(Abigail & Romane) falling down the stairs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» La mythologie de Falling Angels
» Abigail Blackson, la petite fille du Diable...
» Falling skies feat. Vasilisa Hope
» Wyatt, Triple H, and Sister Abigail..
» Abigail Storm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith-