Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).

she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3319
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (k. bazan).
# the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
message posté Sam 24 Juin - 4:17 par Lola Barnett
you were the stars that filled my heart, but now that you’re gone, i’m just an empty sky. ✻✻✻ Lola n’allait pas mentir : elle avait mal. Elle ne s’était pas attendu à ce que sa rupture soit aussi douloureuse. Elle ne s’était pas attendu à ce que la solitude soit aussi difficile. Mais elle avait mal. Assez mal pour ne pas avoir envie de faire quoique ce soit. Assez pour s’apitoyer sur son sort. Assez mal pour ne pas accepter la solitude une autre nuit. Assez pour envoyer un sms afin de lui demander si elle pouvait dormir près de lui, cette nuit. La douleur était présente et Lola était dans l’incapacité de l’endurer encore plus longtemps. Elle ne voulait pas l’endurer. Ce qu’elle voulait était simple : Lola désirait que sa peine s’efface pour laisser place au bonheur parce que même si elle avait passé de bons moments près d’Elay, leur rupture était comme une coupure. Ça ne faisait pas assez longtemps pour qu’elle passe à autre chose ou pour qu’elle soit dans la capacité de mettre le tout derrière elle afin de continuer à avancer, le menton haut. Pour une fois, Lola ne se mentait pas. Elle n’allait pas bien et bien qu’elle ne l’admît pas aux autres, le plus important était qu’elle se l’admette à elle, en premier. Il était impossible pour Lola de conserver cette information pour elle seule et sa première idée était d’en parler à Shiraz. Sauf que Shiraz lui poserait trop de questions. Même qu’elle irait à aller demander à Elay et ce, même si Lola lui disait qu’ils s’étaient séparés d’un accord commun. Annoncer la nouvelle à Levi serait trop dure, il serait comme Shiraz : il lui poserait des questions dont elle n’avait pas le goût de répondre. Alors, elle l’avait dit à Alexander en premier. Lui qui avait eu le cœur brisé une fois. Il comprendrait sa peine. Il était la seule personne qui ne lui poserait pas des millions de questions sur cette séparation soudaine. Peut-être qu’il lui demanderait simplement le pourquoi. C’était assez simple : la vie d’Elay était trop rapide pour Lola. Sa notoriété était trop présente. C’était trop difficile à gérer pour une jeune femme de vingt-deux ans.
Alors, Lola patientait devant le pub où Alexander bossait depuis un bon moment. Elle y avait mis les pieds qu’une ou deux fois. Encore une fois, la raison était simple : Lola n’aimait pas l’alcool et préférait largement passer son temps dans un petit café ou dans une salle de cinéma. Les pubs, ce n’était pas pour Lola. Sauf ce soir. Parce que ce soir, elle était devant cet immeuble inconnu avec une seule personne à l’intérieur : Alexander. Lorsque le dernier client était sorti, elle avait pu entrevoir qu’il était seul. Un rapide coup d’œil à sa montre lui indiquait qu’elle était cinq minutes en retard. Il lui avait dix vingt-trois heures. Il était vingt-trois heures et cinq minutes. Sauf que Lola était devant l’établissement depuis une bonne dizaine de minutes. Elle avait vu des gens sortir complètement éméchés. Elle avait eu le temps d’apercevoir quelques couples sortir qui paraissaient amoureux l’un de l’autre. Ceux-là, elle les avait détestés. Ils étaient trop heureux. Ils vivaient trop leur amour au grand jour. Ce qu’au fond, Lola ne connaissait pas réellement. Son histoire avec Elay avait toujours été sous le radar bien que les dernières semaines, ils s’étaient de plus en plus montrés ensemble. Maintenant, c’était du passé. Ils devaient avancer chacun de leurs côtés. Lola avançait lentement, oui, mais elle savait qu’un jour, elle irait bien. Que les choses allaient se mettre en ordre. Poussant un soupir, Lola s’était motivée à avancer jusqu’à la porte qu’elle tirait d’une main et qu’elle entendit se refermer derrière elle dans un son trop évident. « C’est moi, Alex. » Lâchait Lola en s’avançant un peu plus afin de pouvoir apercevoir Alexander.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 03/03/2017
» Messages : 240
» Pseudo : tearsflight / marine
» Avatar : douglas booth
» Âge : twenty-two
» Schizophrénie : Jake & Riley & Peter & Diana
# Re: the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
message posté Sam 1 Juil - 17:20 par Alexander Levinson
she reminded me of the sea ; the way she came dancing towards you, wild and beautiful, and just when she was almost close enough to touch she’d rush away again. ✻✻✻ Plein rush hour. Les commandes arrivent de chaque côté, certains clients s’énervent, et le bruit règne dans le bar. Tout ça, et Alex ne parvient pas à rester concentré. Ce qui lui vaut quelques remarques de sa collègue et supérieure. Pourtant, il essaye vraiment de s’y mettre, mais dès qu’il a une petite seconde où son esprit n’est pas occupé par une bière à servir ou un shaker à secouer, il repense à ce message qu’il a reçu plus tôt dans la journée. En fait, à plusieurs messages, mais l’un d’eux a davantage retenu son attention. Il a toujours du mal à y croire. Et il n’a pas le temps de penser à tout ce que ça implique, qu’il est appelé par un nouveau client, et encore un autre, et ainsi de suite.
Finalement, le bar se vide, doucement, puis jusqu’à la fermeture. Alex doit terminer de ranger seul ce soir, car sa collègue a un rendez-vous, mais ça ne le dérange absolument pas. Il sait que ça fonctionne dans les deux sens, et qu’elle ferait pareil s’il le demandait. Alors qu’il met les chaises sur les tables, les bouteilles dans les étagères, qu’il compte la caisse, et nettoie le comptoir, il a tout le temps de réfléchir aux messages envoyés par Lola. Pas facile de savoir quoi en penser. Il mentirait s’il disait ne pas être heureux d’avoir appris cette nouvelle. C’était ce qu’il avait espéré depuis que Lola lui avait annoncé sa nouvelle relation amoureuse. Mais le mal est fait. Leur relation, à eux, a été altérée. Même si ça s’est un peu amélioré avec le temps. Alex aurait préféré que toute cette histoire n’ait jamais existé, ç’aurait été plus simple. Il regrette ces derniers mois passés sans Lola dans sa vie. Présente, mais pas vraiment. Présente, mais sans que rien ne soit pareil. Un peu comme deux étrangers. Et Alex avait détesté ça, plus que tout. Surtout quand tout allait si bien auparavant. Maintenant, la question qui se pose, c’est : les choses peuvent-elles redevenir comme avant ? Et Alex espère sincèrement que la réponse est positive.
Alors qu’il termine de nettoyer le sol, Alex sursaute lorsqu’il entend la porte. Pourtant, c’était volontairement qu’il ne l’avait pas fermée, mais il n’a pas l’habitude d’être dérangé quand il range. « C’est moi, Alex. » Il se redresse derrière le comptoir, un léger sourire aux lèvres. Elle arrive au bon moment, il termine tout ce qu’il faut pour la fermeture. « Referme derrière toi, la clé est sur la porte. » Dit-il avant de ranger le balai dans le placard. Il verrouille la caisse et bouge deux ou trois objets pour les remettre à leur place, avant de rejoindre Lola de l’autre côté du comptoir. Il a la curieuse impression d’être gêné, de ne pas savoir quoi lui dire. « Tu veux boire quelque chose ? » Bonne façon de briser la glace, de supprimer cette distance qui semble s’être imposée entre eux. « C’est moi qui offre, ça posera pas de soucis. Faudra juste faire la vaisselle après. » Petit détail, parce que tout le reste est déjà propre. « Enfin ne me demande pas une bouteille trop chère non plus, certaines valent plus que ce que je gagne en six mois. » Il sait bien que ce n’est pas le genre de Lola, c’est surtout pour faire de l’humour. Tentative pas forcément très réussie.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3319
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (k. bazan).
# Re: the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
message posté Dim 2 Juil - 5:02 par Lola Barnett
you were the stars that filled my heart, but now that you’re gone, i’m just an empty sky. ✻✻✻ Pourquoi avait-elle l’impression d’entrer en terrain inconnu ? Comme si elle n’avait pas sa place ici. Lola aurait aimé ne pas se sentir aussi étrangère dans cet endroit, elle aurait aimé trouver sa place dès la minute où ses pieds avaient franchi la porte d’entrée du bar parce que c’était un terrain connu pour Alexander. Ça ne l’était pas pour Lola. Elle n’était pas une habituée ou même une étrangère qui y entrait pour la première fois et se sentait à la maison. Ce n’était pas comme à la maison, c’était tout le contraire. « Referme derrière toi, la clé est sur la porte. » Très lentement, elle se retournait pour faire face à la porte et chercher la clé sur la porte. Une minute. Une bonne minute s’était écoulée avant que ses yeux trouvent cette fameuse clé et d’une main trop faible, elle verrouillait derrière elle, refusant l’entrée à n’importe qui. Maintenant, c’était Alexander et elle. Tous les deux, seuls. Pour la seconde fois depuis son anniversaire. Sauf que cette fois, c’était différent. Tout était différent, maintenant. Il n’y avait pas une variable de plus. Elay ne faisait plus parti du tableau. À nouveau, c’était Alexander et elle. Comme avant. La seule différence était que les choses ne reviendraient jamais comme avant.
Puis, silencieusement, elle s’avançait jusqu’au bar avant de prendre place sur un des tabourets disponibles. La décision avait difficile. À droite, au milieu ou un peu vers la gauche ? Où devait-elle s’installer ? Quelle place était la meilleure ? La place où elle se trouvait présentement ne plaisait pas à Lola alors elle avait une envie pressante de changer de tabouret, mais se retenait de le faire maintenant qu’Alex l’avait rejointe. « Tu veux boire quelque chose ? » La voix d’Alex lui parvenait jusqu’aux oreilles et Lola s’essayait à une tentative de sourire même si elle savait qu’elle ne pourrait pas duper Alex. Il était au courant de ce qui se passait dans sa vie. Le premier, pour l’instant. Levi allait certainement être le prochain. « Je croyais que tu m’attendais avec un mojito ? Je vois que Monsieur Levinson ne tient pas sa promesse de m’accueillir avec un verre, je suis déçue. » Répondit-elle en déposant son menton à l’intérieur de sa main. « C’est moi qui offre, ça posera pas de soucis. Faudra juste faire la vaisselle après. » Lola entendait les mots d’Alexander, mais n’y faisait pas attention. Ça rentrait par une oreille pour ressortir aussitôt de l’autre. « Enfin ne me demande pas une bouteille trop chère non plus, certaines valent plus que ce que je gagne en six mois. » Bienvenue dans la réalité qu’était être un adulte. « Une simple bière fera l’affaire, Alex. Je n’ai pas besoin d’une boisson chic ou dispendieux… Mon but n’est pas de te ruiner. » De toute manière, elle n’était pas venue pour boire. C’était juste un surplus. Elle était venue parce que Lola espérait que la présence d’Alexander lui ferait du bien. Lui ferait oublier pendant quelques instants la tristesse dans laquelle elle était. Non, elle ne voulait pas oublier Elay. Lola ne le détestait pas. Ils s’étaient séparés d’un accord commun, mais Lola mentirait si ça ne faisait pas mal. Toutes les histoires d’amour faisaient mal. Celle-ci n’était pas l’exception à la règle.
« Alors, c’est le fameux bar ? Il a l’air de bien marché, tu dois recevoir de bons pourboires des clientes. » Le fait que le mot soit au féminin n’était pas voulu. Lola avait simplement prononcé les mots de cette manière sans s’en rendre compte. Son index glissa le long du verre, y laissant une marque après le passage de son doigt. Puis venant de nulle part, Lola laissait échapper un rire nerveux avant que ses yeux se braquent sur Alexander. « J’ai une idée, okay ? On ne parle pas de ma situation et tu essaies de me changer les idées, d’accord ? » Elle le regardait toujours en attendant une réponse de sa part. Lola le connaissait assez pour savoir qu’il lui poserait des questions. Des questions auxquelles Lola n’avait pas la tête de répondre. « Si en retournant à la maison, j’ai un sourire, je t’achète une pizza et je te laisse copier sur un éventuel devoir. » Alexander avait toujours réussi à lui redonner le sourire, peu importe la situation. Était-ce toujours le cas ? Lola l’espérait.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 03/03/2017
» Messages : 240
» Pseudo : tearsflight / marine
» Avatar : douglas booth
» Âge : twenty-two
» Schizophrénie : Jake & Riley & Peter & Diana
# Re: the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
message posté Dim 2 Juil - 16:20 par Alexander Levinson
she reminded me of the sea ; the way she came dancing towards you, wild and beautiful, and just when she was almost close enough to touch she’d rush away again. ✻✻✻ Alex n’avait à peine eu le temps de commencer à s’adapter à cette nouvelle situation, que déjà, elle change à nouveau. D’un côté, ça l’arrange, parce qu’il n’avait pas envie de s’adapter à la présence d’Elay. Il n’avait pas envie que Lola parte avec lui, qu’elle préfère passer du temps avec son petit ami qu’avec Alex. Il n’avait pas envie de la partager en fait, tout bêtement. Mais dès lors qu’il y pense, il réalise à quel point c’est ridicule. Lola n’a jamais été sienne, tout comme il ne lui a jamais appartenu. C’était ridicule. Mais d’un autre côté, il sait que tout a déjà changé. Que ce revirement de situation ne va pas permettre un retour en arrière, simple et sans complications. Il est trop tard pour ça. Mais Alex espère quand même, contre toute logique.
« Je croyais que tu m’attendais avec un mojito ? Je vois que Monsieur Levinson ne tient pas sa promesse de m’accueillir avec un verre, je suis déçue. » Le mojito. Mince, avec tout ça, il s’était tellement concentré sur d’autres messages qu’il en a oublié sa promesse. « Monsieur Levinson... Arrête, on dirait que tu parles à mon père. Et c’était pour te laisser choisir ton poison. » Alex ignore si Lola veut boire pour noyer le chagrin, pour aller mieux l’espace d’un instant. Lui, c’était ainsi qu’il avait réagi mais rien ne dit que Lola en fera de même. Il ne sait même pas ce qu’il s’est passé, et ne sait pas s’il doit poser la question ou non. Par messages, elle avait été très évasive. Parfois, il vaut mieux penser à autre chose, plutôt que de ressasser sans cesse. Et puis si elle veut se plaindre de la rupture, Alex n’est pas sûr de vouloir entendre ça. Il n’est pas sûr de vouloir entendre que son cœur est brisé. « Une simple bière fera l’affaire, Alex. Je n’ai pas besoin d’une boisson chic ou dispendieux… Mon but n’est pas de te ruiner. » Il sourit, parfaitement conscient de cela, tout en sortant rapidement deux verres, qu’il remplit de bière, en se penchant par-dessus le comptoir. Une bière, ça lui va parfaitement. Et c’est moins long à préparer qu’un quelconque cocktail.
« Alors, c’est le fameux bar ? Il a l’air de bien marché, tu dois recevoir de bons pourboires des clientes. » Il est un peu surpris de la remarque de Lola. Il y a longtemps qu’il ne lui parle plus de ses conquêtes, ou des techniques de drague un peu foireuses qu’il met parfois en place. Elle ne prend plus part à tout ça, depuis que leur amitié n’en est plus tout à fait une. « Ça dépend des soirs. Le mieux, c’est quand on a une bachelorette party. Des fois, elles sont déçues qu’il n’y ait pas de strip-tease, mais elles donnent quand même les meilleurs pourboires. » Ce n’est pas vraiment le genre du bar. Et pas vraiment le genre d’Alex non plus. Il faut dire qu’il n’est pas très bon danseur. « J’ai une idée, okay ? On ne parle pas de ma situation et tu essaies de me changer les idées, d’accord ? » Au moins, il est fixé. Il ne posera pas de questions là-dessus, même si ça le démange un peu. Il devra se contenter de savoir qu’elle est célibataire maintenant. Ce qui l’arrange au fond. Peut-être peut-elle redevenir sa Lola, maintenant qu’elle n’est plus avec Elay. « Si en retournant à la maison, j’ai un sourire, je t’achète une pizza et je te laisse copier sur un éventuel devoir. » Il aurait bien une idée pour la faire sourire à coup sûr. C’était même elle qui avait proposé ça, en lui demandant s’ils pouvaient dormir ensemble. Mais il ne sait pas si elle était sérieuse, ou s’il doit accepter. Est-ce vraiment une bonne idée ? Pour l’instant, il préfère ne pas s’aventurer sur ce terrain. « Avec des anchois la pizza, hein ? » Il précise, comme si c’était nécessaire. Il adore ça, et Lola le sait pertinemment. Qu’elle l’autorise à copier un devoir est plus étonnant, parce qu’elle a toujours peur que le prof le remarque. Elle préfère l’aider, plutôt que de lui donner le travail tout fait. Il boit une gorgée de bière, avant de se tourner sur le tabouret, pour être face à Lola. « Bon alors… » Il essaye de trouver quelque chose de drôle qui lui serait arrivé récemment, mais c’est le blanc total. « Arrête de me fixer comme ça, tu mets trop de pression sur mon humour irrésistible. » Pas facile de trouver de quoi faire rire quelqu’un, quand c’est la personne en question qui le demande. « Mais j’accepte le défi. Pas juste pour la pizza promise, mais surtout pour voir ton joli sourire. » Une nouvelle gorgée de bière, pour essayer d’oublier cette petite gêne installée entre eux. « Tu bossais aujourd’hui ? » Autant commencer par une conversation simple. Il n’a pas dit qu’il devait la faire rire immédiatement, il a toute la soirée pour ça.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 3319
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : vingt-deux ans (née le 7 mai).
» Schizophrénie : briar rosenwald (l. james) & frieda hawkins (k. bazan).
# Re: the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
message posté Mar 4 Juil - 5:15 par Lola Barnett
you were the stars that filled my heart, but now that you’re gone, i’m just an empty sky. ✻✻✻ Dix secondes, elle avait une jambe croisée. Dix secondes plus tard, elle laissait pendre cette même jambe dans le vide. Cinq minutes après, Lola passait une main dans ses cheveux. Peu importe sa position, Lola n’était pas confortable. Une part d’elle n’avait pas envie de rester assise, cette partie d’elle avait envie de bouger, de faire quelque chose de son existence. Quant à l’autre moitié, elle était bien à rester, à pleurnicher sur son sort. « Monsieur Levinson… Arrête, on dirait que tu parles à mon père. Et c’était pour te laisser choisir ton poison. » Ses mains se levèrent dans les airs tandis que sa bouche murmurait un désolé silencieux. Lola se rappelait très peu du père d’Alexander. Tout ce dont elle se rappelait était, qu’en effet, Lola l’appelait de cette manière et qu’il était barman comme Alexander. Son poison s’appelait l’alcool, pour ce soir. Autrefois, il portait ton prénom, Alexander. Non, son but n’était pas d’oublié ou pour combler le trou causé par sa rupture et que les gens comblaient avec l’alcool. Lola ne buvait pas jusqu’à l’excès. Lola affrontait ses douleurs, faisait face à ses problèmes et gérait ses tristesses.
Certes, il y avait des problèmes qu’elle gérait très mal, mais elle survivait tout comme elle survivrait à sa rupture. Ça lui faisait encore drôle de dire sa rupture. Habituellement, c’était celle des autres et Lola était une spectatrice. Elle n’était pas celle qui avait un rôle principal. Comme maintenant. Lola était l’actrice. Alexander le spectateur. Depuis quelques temps maintenant. Spectateur de son histoire d’amour. De sa rupture. Il avait eu droit à l’exclusivité. Éventuellement, Alexander aurait droit à ses pleurs même si elle aurait préféré éviter qu’il la voie malheureuse. « Ça dépend des soirs. Le mieux, c’est quand on a une bachelorette party. Des fois, elles sont déçues qu’il n’y ait pas de strip-tease, mais elles donnent quand même les meilleurs pourboires. » Pendant moins d’une minute, Lola s’imaginait la scène dans sa tête. Elle s’imaginait la future mariée et ses demoiselles d’honneurs criant à toutes les cinq secondes, buvant et demandant un strip-tease à Alexander. Et même si elle ne devrait pas, Lola jalousait un peu les clientes. Elle n’avait plus le droit d’être jalouse de le voir flirter avec d’autres femmes. Cette place ne lui était pas réservé. Cette place ne lui avait jamais appartenu. Cette place ne lui appartiendrait jamais. Pourtant, quelques fois, Lola l’avait convoité. Avec beaucoup d’envie avant de revenir sur Terre et de se rappeler que c’était peut-être trop demandé.
« Avec des anchois la pizza, hein ? » Lola levait les yeux au ciel. Alexander et son amour des anchois sur une pizza, c’était un détail qui perturbait encore un peu Lola. « Bien sûr, je te connais assez pour savoir que tu manges pour des raisons inconnues la pizza que si elle a des anchois. » Répondait Lola, secouant la tête. Pour les nombreuses fois où ils avaient partagé une pizza, Lola savait les goûts d’Alexander. « Bon alors… » Et Lola patientait gentiment, assise sur le tabouret, une bière dans les mains. « Arrête de me fixer comme ça, tu mets trop de pression sur mon humour irrésistible. » Un autre jour, elle aurait rigolé. Avec ces quelques mots, Alexander aurait réussi à lui redonner le sourire. Pas ce soir. Ce soir, il lui arrachait juste un simple sourire d’une seconde. Ce soir, elle semblait avoir une armure en acier contre l’humour. Sauf que cela ne l’empêchait pas de tourner le dos à Alex quelques secondes pour le laisser réfléchir. « Mais j’accepte le défi. Pas juste pour la pizza promise, mais surtout pour voir ton joli sourire. » Lola imitait Alex en portant le verre à ses lèvres pour boire une gorgée de bière. Évidemment, Alexander savait comment s’adresser à la gente féminine, elle aurait dû se douter. « Tu bossais aujourd’hui ? » Comme un enfant de deux ans, Lola continuait de faire pivoter le tabouret en secouant la tête. « Non. En fait, je devais, mais j’ai appelé malade pour la première fois depuis le début. » Elle ne s’imaginait pas entrer au boulot avec une peine de cœur. Déjà que sortir lui avait tout pris. C’était juste qu’Alexander lui avait dit qu’ils seraient tous les deux. Qu’il n’avait pas refusé sa requête qu’elle puisse dormir avec lui justement pour éviter la solitude. « Tu imagines la scène ? Moi qui doit remettre les billets avec le mascara qui coule et les yeux bouffis ? On se serait bien moqués de moi. » Le tour à Lola de s’essayer à l’humour, de se faire rire elle-même avec ses propres bêtises. « Tu as une pièce ? On va choisir une chanson sur le jukebox… C’est trop silencieux, ça manque d’ambiance. » Son pied résonnait contre le plancher, sa main empoignait le bras d’Alexander pour l’apporter jusqu’à ce jukebox. « On fait jouer quoi ? Whitney Houston ? Elvis Presley ? C’est quoi ta chanson lorsque tu dois faire un strip-tease aux femmes en chaleur et sur le point de se marier ? C’est quoi la meilleure chanson pour oublier qu’on a le cœur brisé ? » Un sourire innocent apparaît sur son visage, son attention sur les choix.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 03/03/2017
» Messages : 240
» Pseudo : tearsflight / marine
» Avatar : douglas booth
» Âge : twenty-two
» Schizophrénie : Jake & Riley & Peter & Diana
# Re: the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
message posté Sam 15 Juil - 14:53 par Alexander Levinson
she reminded me of the sea ; the way she came dancing towards you, wild and beautiful, and just when she was almost close enough to touch she’d rush away again. ✻✻✻ Ce que Lola ressent en ce moment, Alex le comprend. Il l’a connu, et aurait espéré qu’elle ne le vive pas. A vrai dire, il aurait préféré qu’elle ne tombe pas amoureuse, ainsi pas de rupture. Mais tout ça ne le concerne pas. Ça n’a rien à voir avec lui, ni avec eux deux. Alex ne sait pas pourquoi l’histoire entre Lola et Elay s’est terminée et il n’est pas sûr de vouloir le savoir. De toute façon, elle lui a demandé de lui changer les idées, pas de continuer à parler de tout ça. Et cela, il peut parfaitement le comprendre. Quand on traverse ça, on veut pouvoir passer à autre chose, pas rester coincé sur ce qui fait mal. Et pour avancer, Alex avait fait le choix d’éviter de s’imposer une telle souffrance une seconde fois. A quoi bon ? Certes, il y a toujours des moments heureux, mais ceux-ci deviennent amers après la fin. Après que tout se soit écroulé.
Alors si Lola veut se changer les idées, il peut l’y aider. Ou tout du moins essayer. Surtout s’il y a la promesse d’une pizza avec. « Bien sûr, je te connais assez pour savoir que tu manges pour des raisons inconnues la pizza que si elle a des anchois. » Une passion que la plupart des gens ne comprennent pas. Mais comment peut-on ne pas aimer ces petits poissons sur la pizza ? Alex ne comprendra jamais. « J’suis pas si difficile que ça, voyons. Mais si j’peux choisir, autant prendre ce que je préfère. » Une philosophie de vie qu’Alex applique à de nombreuses situations. Parfois à tort malheureusement. Parce que ce n’est pas parce qu’on aime faire quelque chose que c’est bien pour nous. Que c’est raisonnable. Bien sûr, c’est sa relation avec Lola qui lui vient en tête. L’époque où ils partageaient le même lit, simplement parce qu’ils le désiraient, sans réfléchir aux conséquences. Mais Alex ne sait toujours pas s’il aurait été capable de prendre une autre décision, même en sachant comment ça allait se terminer. S’il aurait su être raisonnable. « Non. En fait, je devais, mais j’ai appelé malade pour la première fois depuis le début. » Rien d’étonnant à cela. Alex en avait fait de même il y a quelques temps. Pas le cœur à aller travailler, même si ça aurait pu lui changer les idées. Il boit une gorgée de sa bière, en observant Lola bouger sur son tabouret. Ce soir, elle semble ne pas tenir en place, c’est plutôt l’inverse d’habitude. « Tu imagines la scène ? Moi qui doit remettre les billets avec le mascara qui coule et les yeux bouffis ? On se serait bien moqués de moi. » Il sourit, non pas pour se moquer de Lola mais plus parce qu’il est content de voir qu’elle garde son humour, même en le retournant contre elle-même. « Ça dépend c’est pour quel genre de film. Film d’horreur, ça aurait pu le faire, tu mets dans l’ambiance. » Il connaît assez bien Lola pour savoir qu’elle ne le prendra pas mal. Tout comme elle le connaît assez pour savoir qu’il plaisante. Au moins une chose qui n’a pas changé.
« Tu as une pièce ? On va choisir une chanson sur le jukebox… C’est trop silencieux, ça manque d’ambiance. » Elle semble plus encline à faire la fête qu’à déprimer dans son coin. Tant mieux dans un sens. Ça, Alex peut l’y aider. Même si pour le coup, c’est lui qui a du mal à faire abstraction de l’information qu’elle lui a donné plus tôt. Mais il la suit tout de même jusqu’au jukebox, tout en sortant son portefeuille pour y chercher une pièce. « On fait jouer quoi ? Whitney Houston ? Elvis Presley ? C’est quoi ta chanson lorsque tu dois faire un strip-tease aux femmes en chaleur et sur le point de se marier ? C’est quoi la meilleure chanson pour oublier qu’on a le cœur brisé ? » Il n’y touche presque jamais à cette machine, presque personne ne l’utilise en fait. Il y a toujours une musique de fond quand le bar est ouvert, donc pas besoin d’en rajouter. Le jukebox fait plus office de décoration qu’autre chose, sauf ce soir. « Tu veux ton strip-tease en fait ? Ça devrait te redonner le sourire tellement j’serais ridicule. Tu connais mes capacités de danseur je crois. » Il parcourt un peu les chansons proposées, jusqu’à en trouver une qui lui paraisse adaptée. Eye of the tiger. De quoi bien se défouler. « Bon j’ai pas de punching-ball mais il paraît que boxer, ça fait du bien au moral. » Et le voilà qui commence à frapper dans l’air en rythme avec la musique, attendant le début des paroles pour se mettre à chanter à tue-tête.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» the moon only glows when kissed by the sun (w/lolex).
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: The Queen's Head-