Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

I'm on highway to hell - Cole

membre du mois
avatar
membre du mois

» Date d'inscription : 10/05/2017
» Messages : 769
» Pseudo : rose/ MillionEyes
» Avatar : paul wesley
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Marlon
# I'm on highway to hell - Cole
message posté Lun 26 Juin - 23:15 par Tom N. Johnsson
Il était tard encore une fois. J'avais fini plutôt et j'avais traîné un peu dans les rue, je ne voulais pas rentrer. Je n'avais plus vraiment de chez moi de toute manière. Maya ne voulait plus me voir chez elle et au fond je comprenais ça, mais ça me faisait mal. Je ne savais pas où j'allais atterrir alors je traînais, je me baladais, j'allais boire des café, parfois de l'alcool lorsque la nuit tombait. J'avais de plus en plus de mal à gérer mon addiction. Ça devenait compliqué, j'avais l'impression d'en avoir besoin souvent. J'avais de plus en plus de mal à trouver le sommeil. Je devenais de plus en plus accroc et le pire c'est que ça ne me dérangeait pas, ça me maintenait en vie. J'avais l'impression une fois que je me droguais que je pouvais tout faire alors je continuais, de toute manière personne ne m'en empêchait. J'avais rendez-vous avec mon dealer ce soir. Je suis allé à Camden. Je lui ai envoyé un message et il est venu. Il m'a refilé ma drogue et je lui ai donné quelques infos que j'avais eu par mon poste et un peu de fric. Je ne payais pas plein pot comme je le renseignais et que c'était risqué. C'était notre accord. Il m'a fait comprendre qu'il avait un autre client après moi et que je devais m'en aller. Je n'ai pas insisté et j'ai commencer à marcher mais l'autre client était déjà là. J'avais déjà vu son visage quelque part mais pas moyen de me rappeler vraiment où. Et puis mon dealer à fini par me dire que je pouvais rester. Son autre client était soit disant un type intéressant. Je sentais que j'allais devoir encore jouer de mon statut de flic. J'ai regardé l'autre et j'ai lancé :

« Un type intéressant? Je ne peux pas protéger tout le monde mais il y a des exceptions. En quoi je pourrais-être utile ? Qu'est-ce que tu trafic?»

Je demandais par principe, même s'il valait mieux que je ne sache pas ce qu'il faisait. Je me suis donc ravisé et je lui ai dit :

« Oh puis je m'en fou de ce que tu fais. »

J'ai levé les yeux au ciel. Je ne savais pas pourquoi je faisais tout ça au fond. C'était dans une ruelle comme ça qu'on m'avait tiré dessus et sans doute qu'un jour ça risquait de recommencer. Heureusement que je cachais bien mon jeu, mais je risquais gros, très gros, si un de mes collègue l'apprenait je pouvais être radié et ma vie serait fichue, mais j'avais trop besoin de cette drogue et si je voulais l'avoir je devais pactiser avec l'ennemi, quel qu'il soit.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 12/10/2016
» Messages : 7384
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : luke grimes
» Âge : trente-cinq ans
» Schizophrénie : tulasi n. kapoor (p. chopra) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: I'm on highway to hell - Cole
message posté Dim 2 Juil - 14:08 par Cole Leary
De la consommation personnelle. Theodore avait interdit le trafic de drogue depuis qu'il était aux commandes de la mafia irlandaise et ce n'était pas Cole qui allait se risquer à outrepasser ses ordres, il avait encore en tête ses mots concernant la décision de Baibin de désobéir, ses mots mais aussi les gestes. Mais il ne pouvait mettre fin à sa consommation personnelle. La drogue avait endormie son cerveau, l'avait rendue débile. Pourtant il gérait son business d'une main de maître et se révélait être plus sournois et intelligent qu'il ne voulait bien le laisser paraître mais les faits étaient tout de même présents : la drogue avait mangé des parties de son cerveau. Il divaguait souvent, Cole. Il se perdait dans ses pensées, parfois il était impossible de retenir son attention. Parce qu'il était devenu incapable de se concentrer. Même les fesses de ses danseuses n'arrivaient plus à le captiver aussi long qu'autrefois, ses yeux se perdaient sur les bouteilles d'alcool derrière son bar, avant de se poser sur ses factures, rien ne captait durablement son attention. C'était la drogue, il le savait. Mais il en redemandait, toujours. Et il se trouvait actuellement en présence de son dealer, et d'un autre client. Celui juste avant lui. Cole n'aimait pas trop voir les clients de son dealer, pas que celui-là ne lui inspirait pas confiance mais apparemment il était flic, et Cole ne portait pas vraiment les flics dans son cœur. « Un type intéressant? Je ne peux pas protéger tout le monde mais il y a des exceptions. En quoi je pourrais-être utile ? Qu'est-ce que tu trafic? » il espérait vraiment avoir une réponse ? peut-être que le dealer avait confiance parce qu'il le protégeait mais Cole ne le « connaissait » que depuis quelques secondes et il était hors de question pour lui de se confier à ce type. Et puis, il ne savait pas franchement comme il pouvait réagir. Sauver la peau d'un dealer en le protégeant c'était une chose, c'était risqué, mais ce n'était que de la drogue. Protéger un mafieux signifiait protéger la mafia dans son intégralité et si ce flic avait certainement beaucoup à y gagner, il avait également beaucoup à perdre. Alors protéger le mafieux qui prostitue ses danseuses c'était peut-être trop demander pour un flic, aussi ripou pouvait-il être. Et ce dernier semblait l'avoir bien comprit. « Oh puis je m'en fou de ce que tu fais. » Cole leva les yeux au ciel. Il se demandait pourquoi leur dealer avait décidé de les faire se rencontrer, ils ne semblait rien avoir en commun. Sauf si le flic voulait venir des strip-teaseuses. « Si je vous disais ce que je fais, vous ne me croirez pas. » parce que ça serait certainement trop beau pour un flic - un vrai, pas un comme lui qui jonglait avec les magouilles - de démanteler un réseau de proxénétisme et de remonter jusqu'à la mafia « j'aide les hommes à tromper leurs femmes. » un sourire mielleux étirait ses lèvres « ce n'est pas illégal, l'infidélité, monsieur l'agent. »
Revenir en haut Aller en bas
membre du mois
avatar
membre du mois

» Date d'inscription : 10/05/2017
» Messages : 769
» Pseudo : rose/ MillionEyes
» Avatar : paul wesley
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Marlon
# Re: I'm on highway to hell - Cole
message posté Mer 5 Juil - 18:48 par Tom N. Johnsson
Je ne savais pas pourquoi mon dealer nous avait fait rencontrer. J'avais toujours son adjectif en tête. Intéressant. Il pouvait bien être le parrain que ça m'était complètement égal désormais. Si au début de ma carrière j'envisageais de changer le monde en devenant flic, aujourd'hui j'étais descendu de mon étoile et j'avais découvert que c'était beaucoup moins brillant que ce que j'espérais. Ils m'avaient laissés tombé là-bas. J'étais tombé et personne ne voyait rien. C'était un peu de leur faute si j'allais si mal aujourd'hui et je me fichais de les décevoir. Je n'avais même plus envie de faire ce job, mais ça me donnait une bonne position et j'avais un salaire correct. Je n'allais pas tout quitter sur un coup de tête. Je finirais bien par accepter tout ça, même si c'était dur. Je ne trouvais plus l'envie d'aller bosser chaque matin. Je ne me souvenais même pas de certains de mes collègues et je détestais mon coéquipier. Non, vraiment j'y allais parce que j'avais besoin de faire quelque chose, mais pas pour le respect de la loi ou pour mon pays. J'ai haussé les épaules quand il m'a dit que je ne le croirait pas s'il me disait ce qu'il faisait. J'en avais rien à faire. Il pouvait faire ce qu'il voulait, ça ne me regardait pas. Je ferais comme si je ne l'avais jamais rencontré de toute manière. J'ai sorti une cigarette et je l'ai allumée. J'avais besoin de nicotine, j'avais besoin de drogue, d'alcool, toutes ces substances me permettaient de me sentir mieux, pour un temps … je savais que ça ne serait que provisoire. Il m'expliqua qu'il aidait les hommes à tromper leur femme. Il y avait plusieurs possibilités de le faire et je préférais autant ne pas savoir comment il faisait ça. Il m'a dit que ce n'était pas illégal. J'ai haussé les sourcils, bien sur, ce n'est pas illégal … et je suis le pape. J'ai répondu en tirant une bouffée sur ma cigarette :

« Je m'en fous. Je n'ai pas besoin de savoir ce que tu fais. Moins j'en sais, mieux ça sera. Juste que … si jamais tu as besoin, puisqu'il te connaît et que tu sembles être quelqu'un … d’intéressant … je pourrais t'être utile … on ne sait jamais. »

Je m'étais ma mains au feu que ses activités n'étaient pas légales. Sinon mon dealer ne nous auraient jamais présentés. Il connaissait tous les malfrats de Londres. Il en faisait même partis. J'aurais pu tous les arrêter, mais je n'en avais plus rien à faire. Je n'avais plus grand chose à perdre de toute manière et je ne craignais pas d'être pris. J'étais discret et avec ce qui m'était arrivé on ne se doutait pas que je devenais pourri. Je devenais aussi pourri que les gens que j'arrêtais.

« Et appelle moi Tom. Monsieur l'agent ça fait trop série Américaine et trop vieux aussi. Je ne suis pas un vieux croûton. »

Je lui ai proposé une clope. Je ne savais pas s'il en prendrait une mais c'était comme ça qu'on faisait connaissance, en partageant de la nicotine.
Revenir en haut Aller en bas
Modérateur
avatar
Modérateur

» Date d'inscription : 12/10/2016
» Messages : 7384
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : luke grimes
» Âge : trente-cinq ans
» Schizophrénie : tulasi n. kapoor (p. chopra) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: I'm on highway to hell - Cole
message posté Sam 15 Juil - 16:47 par Cole Leary
Il glissa sa main derrière sa nuque comme si il éprouvait une forme de malaise à se retrouver dans cette situation. De manière générale Cole faisait tout ce qui était en son possible pour éviter les flics avec qui il n'entretenait pas de bons rapports. Certains plus « flexibles » que d'autres n'hésitaient pas à faire affaire avec la mafia irlandaise mais en principe Cole ne se mêlait que très rarement à leurs histoires, ayant trop peur que l'un d'eux se retournent brusquement contre son business. Il jeta un regard en biais vers son dealeur. Si il avait bien comprit la situation le flic qui se tenait devant lui était son client, au lieu de lui passer les menottes et de l'emmener tout droit derrière les barreaux. Il baissa quelques secondes ses paupières comme pour s'assurer qu'il ne se trompait pas, qu'il ne rêvait pas. Malgré les paroles de son dealeur il ne pouvait s'empêcher de se méfier sur les intentions de l'un et l'autre de ses interlocuteurs ; il avait entendu bien assez d'histoires traitant de taupes et de pièges. Et rien ne lui prouvait qu'il n'était pas tombé dans une piège. Que son dealeur ne se retournait pas soudainement contre lui. Il avait allumé une cigarette ce qui fit grimacer Cole. Son interlocuteur avait cette allure désinvolte des flics ripoux, une allure qui ne déplaisait pas à Cole en réalité, c'était le genre de personne avec qui il pouvait faire affaire, avec qui il allait peut-être même faire affaire. Si le dealeur ne lui tendait pas un piège alors il avait certainement orchestré cette rencontre pour une bonne raison. « Je m'en fous. Je n'ai pas besoin de savoir ce que tu fais. Moins j'en sais, mieux ça sera. Juste que … si jamais tu as besoin, puisqu'il te connaît et que tu sembles être quelqu'un … d’intéressant … je pourrais t'être utile … on ne sait jamais. » il croisa les mains sur son torse, la discussion prenant soudainement une tournure intéressante à ses yeux. Même si il avait plus ou moins déjà un contact dans la police, officiant plutôt comme détective privé que comme véritable agent des forces de l'ordre - il n'allait certainement pas dire non à un peu de soutien, mais son interlocuteur ne le connaissait que depuis quelques minutes et le « business » de Cole était bien plus dangereux que celui de la drogue. « Pourquoi vous feriez ça ? » il plissa les yeux, laissant quelques secondes de silence planer au dessus de leur tête avant de reprendre la parole « je ne vend pas de la drogue, ce que je vend pourrait détruire votre carrière. » il haussa les épaules « ce que je suis et ce à quoi j'appartiens pourrait détruire votre carrière. » parce que ses collègues ne devraient apprendre sous aucun prétexte qu'il faisait affaire avec un mafieux, si tel était son choix. Il fit claquer sa langue en observant le visage de son interlocuteur. « Et appelle moi Tom. Monsieur l'agent ça fait trop série Américaine et trop vieux aussi. Je ne suis pas un vieux croûton. » un léger sourire glissa sur les lèvres du proxénète alors qu'il sortait une cigarette du paquet que lui tendait son nouvel « allié », qu'il l'allumait et la portait à sa bouche. Il laissa la fumée camoufler quelques instants son visage.  « Cole Leary. » leary, peut-être que ce nom piquant allait résonner aux oreilles du flic, peut-être que le nom de la deuxième famille la plus riche de la mafia irlandaise allait titiller l'ouïe de son interlocuteur et qu'il allait comprendre qu'il n'avait pas affaire à un petit dealeur de pacotille. « En sachant cela, vous êtes toujours partant ? »
Revenir en haut Aller en bas
membre du mois
avatar
membre du mois

» Date d'inscription : 10/05/2017
» Messages : 769
» Pseudo : rose/ MillionEyes
» Avatar : paul wesley
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Marlon
# Re: I'm on highway to hell - Cole
message posté Jeu 20 Juil - 21:04 par Tom N. Johnsson
J'ai haussé les épaules, pourquoi je faisais ça? C'était stupide oui, mais je ne pouvais pas oublier que c'était de leur faute si j'avais failli être tué et je ne comptais pas en rester là. Je ne pouvais pas revenir et faire comme si de rien était. Je changeais peut-être de camp mais ce n'était que justice. Je Il faudrait bien qu'ils paient tôt ou tard, tout ceux qui avaient été là et qui n'avaient rien fait. J'ai haussé un sourcil quand il m'a dit que ce qu'il vendait pouvait détruire ma carrière et que ce qu'il était aussi. Qu'est-ce qu'il cachait donc? J'étais curieux de savoir tout à coup. Je suis d'abord resté sans voix quand il m'a dit qui il était. Cole Leary. Leary. Et je me suis rappelé pourquoi j'avais déjà entendu ce nom et pour cause, il était assez connu dans notre milieu et pas pour les bonnes raisons. Sérieusement? J'avais devant moi un Leary, un mafieux irlandais. Je n'ai pas pu m'empêcher de rire. J'espérais qu'il ne le prenne pas mal, mais c'était trop beau pour être vrai. Il avait fallut que je tombe sur un mafieux. Il avait raison, ça pouvait détruire ma carrière, mais ce n'était pas à ça que je pensais. Je connaissais leur réputation et je n'avais pas envie qu'ils s’immiscent de trop dans ma vie privée. Maya avait déjà assez de soucis comme ça sans que je ne lui en rajoute en plus … mais je ne l'avais pas rencontré par hasard et partir maintenant serait stupide de faire demi-tour, ce n'était pas grâce aux miens que j'allais mieux … ils n'en avaient jamais eu rien à faire. Je lui ai tendu la main :

« Si on me demande je dirais que je n'ai jamais entendu ce que tu viens de me dire, quant à mes raisons … disons qu'à cause d'eux j'ai perdu deux ans de ma vie. S'ils n'avaient pas débarqué en avance les choses auraient été différente, mais ils m'ont abandonnés là-bas. On abandonne pas un des siens, je crois que ça marche aussi comme ça chez vous non?»

Je ne connais pas très bien le milieu mafieux, mais de ce que j'en ai entendu quand on s'attaque à un membre on s'attaque à tout le groupe, c'est comme un essaim en quelque sorte. C'était comme ça que je voyais les choses en tout cas. Je ne savais pas exactement ce que je cherchais, ni ce que je voulais me prouver, mais ça ne pouvais pas être pire de toute manière. J'avais fait parti des bons, je pouvais aussi faire partis des mauvais s'il le fallait et il le fallait puisqu'on m'avait trahi. La vengeance est un plat qui se mange froid et tous les moyens sont bons pour y parvenir, même les pire.
Revenir en haut Aller en bas
I'm on highway to hell - Cole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
» I'm on the highway to hell ♦ Myndi & Tyler
» Seth A. FARHELL ♠ I'm on the highway to Hell
» D4 ➺ highway to hell (Sagitta, Aloysius, Serena, Skyler, Jubilee & Amelya)
» Louiséa & Kenneth, highway to hell.
» MAKSEZIA ; « highway to hell »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town-