Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Un partout, la balle au centre ft. Edgar Anderson

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Ven 14 Juil 2017 - 11:13 par Howard Taylor

"I wanna be drunk when I wake up
On the right side of the wrong bed"

Franchement le deal était enfantin : soit Edgar se calmait, soit tout allait s'arrêter là. Howard avait autre chose à faire que de courir derrière un type lunatique ! Alors... ?

« Pas trop tôt ! », PAR-FAIT ! A peine le volte-face d' Howard amorcé, Edgar le retint par le bras.

« Attends une minute... Non mais tu t'es vu ?! »


Le contact lui fit l'effet de centaines de cloques chauffées à blanc sur toute la surface de l'épiderme. Dans une grimace de douleur, Howard tenta de se déloger mais l'américain serrait de toutes ses forces.

« Ne me TOUCHE pas ! », hurla Howard sans l'écouter. « Tu ne vois pas que tu me fais mal, espèce de crétin ! », grommela-t-il sans qu' Edgar ne lui prête la moindre espèce d'attention. L'anglais ne supportait plus ses doigts sur sa peau, c'était pire encore que quand son père posait sa main caleuse sur son épaule devant des clients. Pire que de sentir cette ombre peser encore sur lui pendant des heures.

« T'es vraiment qu'une putain de drama-queen ! », Il y avait de l'idée et de l'innovation dans ses insultes, fallait le reconnaître !


« C'est toi qui m'écoeures, avec ton... ton putain de cinéma, là ! », aboya-t-il alors qu' Howard tentait inlassablement de se défaire de l'emprise du blond. Que pouvait-il bien répondre à cela de toute façon ? Edgar n'avait pas terminé de l'accabler, le croque-mort le savait parce que ses yeux luisaient encore de haine, sa bouche était impatiente et la pression sur son bras était toujours intense. Howard attendait de pouvoir en placer une, c'était comme cela que fonctionnait la communication humaine, monsieur Fawkes le lui avait dit en séance.

« Pauvre chéri, huit mois sans que je te parle ? Mais tu aurais pu venir me voir toi-même je te signale ! »

Il en était totalement exclu, mais merci pour l'invitation Anderson ! A vrai dire, durant ce laps de temps, Howard aurait sans doute préféré se baigner dans une piscine de scorpions plutôt que de rendre visite à Edgar, mais c'était un détail !

« La vérité, c'est que j'ai une vie, moi, alors tu m'excuseras de ne pas toujours avoir le temps de me coltiner un putain de boulet handicapé social et geignard ! »

Contre toute attente, Howard visage bouffit par les larmes, cils mouillés, éclata de rire. Oh... Edgar voulait frapper là où ça faisait mal, c'était ça ?  Dommage qu' Howard savait bien jouer à ce jeu là lui aussi et que quand il s’agissait de gagner, tout était autorisé. Il adressa un sourire faussement complice, un sourire qui suintait le venin de vipère. Howard mordit dans sa lèvre avant de verser de l'huile sur le feu.

« Edgar, voyons...J'ai pourtant souvenir que tu ne t'en plaignais pas trop de ton boulet handicapé social et geignard la dernière fois, hum ? », ses yeux se firent plus grave et son sang en ébullition sous sa peau l'incitait à continuer.

« Et puis... Tu ne devrais pas m'appeler ainsi... Ben oui, tu auras l'air de quoi toi, après, face à tous ces curieux intimement convaincus que tu bandes pour moi ?! »... Est-ce qu'il avait réellement dit ça ?! Soudain, son visage se décomposa, il avait été trop loin cette fois. Comment avait-il pu ne serait-ce que PENSER un tel mot ? C'était comme si sa hargne, sa déception et sa culpabilité avaient pris les commandes du pôle de son cerveau qui gérait la parole, Howard était pris au piège par son impulsivité. C'était affreux d'avoir dit ça, déjà parce que des images indésirables remontaient à la surface, mais aussi parce que sa bouche brûlait atrocement. Il aurait voulu la désinfecter à l'acide pour avoir prononcé un tel affront à sa dignité. C'était maintenant qu'il avait diablement besoin de sa pilule bleue !

Malgré son désarroi flagrant, il tenta de se donner une contenance pour ne pas perdre la face, il fallait tenter d'assumer maintenant.

« T'as de sérieux problèmes avec ça, Edgar et tu devrais vite te faire soigner avant que Sarah ne se rende compte de quelque chose... », outch... Là c'était certain, il venait de signer son arrêt de mort.

W.B

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Ven 21 Juil 2017 - 15:23 par Edgar Anderson
La colère d’Edgar le rendait oublieux. Ils étaient au beau milieu d’un lieu public, tout près d’une foule – heureusement confinée dans les gradins –, juste sous le nez des agents de sécurité et de quiconque sortait des gradins pour une raison x ou y ? Il se trouvait maintenant dangereusement proche de celui qu’il s’était appliqué à garder éloigné de ses pensées pendant des mois ? Il était en train de couper la circulation d’Howard tandis que la fureur lui faisait serrer son bras de plus en plus fort ? Il ne s’en rendait plus vraiment compte. Tout ce qui lui importait, c’était de faire redescendre Howard de son stupide piédestal de… de drama-queen, voilà, comme il venait d’ailleurs de le lui signaler. Tant de théâtralité dans la manière qu’avait eue Howard de finir sa tirade, ça avait achevé de le faire sortir de ses gonds.
 Il ne savait pas trop quel genre de réaction il avait espéré suite à ses paroles venimeuses. (Peut-être, dans un monde imaginaire et parfait, qu’Howard disparaisse, pfuit, ainsi que les hectotonnes d’emmerdements qu’il ramenait avec lui.) Probablement pas ce rire à moitié cinglé.
« Edgar, voyons… J’ai pourtant souvenir que tu ne t’en plaignais pas trop de ton boulet handicapé social et geignard la dernière fois, hum ? »
Edgar se raidit. La dernière fois ? Il savait déjà qu’il n’allait pas aimer la suite.
 « Et puis… Tu ne devrais pas m’appeler ainsi… Ben oui, tu auras l’air de quoi toi, après, face à tous ces curieux intimement convaincus que tu bandes pour moi ?! »
Edgar lâcha brusquement Howard – sa main serait mieux employée à lui démolir le nez plutôt qu’à lui tenir le bras. Il serra le poing mais interrompit son geste avant de le lui avoir écrasé dans la figure. A la place, il recula d’un pas, la révulsion l’emportant sur l’instinct de violence primaire.
Une fureur blanche, aveuglante, l’avait saisi, lui coupait le souffle. Le dégoût sur son visage n’était même pas feint ; les derniers mots d’Howard faisaient remonter une nausée viscérale.
Tu. Bandes. Pour moi. Si les mots résonnaient une seule fois de plus dans sa tête, il allait vomir.
« T’as de sérieux problèmes avec ça, Edgar et tu devrais vite te faire soigner avant que Sarah ne se rende compte de quelque chose… »
La mention de Sarah eut le mérite de le faire sortir de sa nimbe de rage pure. Sarah n’était pas le souci, il ne doutait pas de l’avoir convaincue qu’il bandait pour elle. Huh.
« Pff… Te fais pas d’illusions. J’étais tellement défoncé, la dernière fois, que j’aurais pu bander pour une chèvre. »
Malgré son souffle rendu court par la fureur, un infini mépris suintait de ses paroles.
« Enfin, moi au moins, je me laisse pas prendre le cul, reprit-il avec une expression d’extrême dégoût. (Il avait à peine besoin de se forcer, la nausée provoquée par les paroles d'Howard était restée virulente.) D'ailleurs elle en penserait quoi de ça Bonnie, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Mar 25 Juil 2017 - 8:05 par Howard Taylor

"I wanna be drunk when I wake up
On the right side of the wrong bed"

La haine se distillait doucement dans les veines d' Howard, goutte par goutte la colère imbibait ses organes vitaux et noyait toute trace de compassion dans son organisme. Il avait laissé les mots dépasser sa pensée, il le savait, mais Edgar l'avait vraiment cherché cette fois ! Malheureusement, l'expression de révulsion sur le visage du blond garantissait à l'anglais qu'il n'allait pas en rester là.

« Pff… Te fais pas d’illusions. J’étais tellement défoncé, la dernière fois, que j’aurais pu bander pour une chèvre. »

Ben voyons..., songea Howard en croisant les bras d'un air renfrogné. Le dernier embryon d'estime de lui-même qu'il entretenait se vexa qu'une bique puisse hypothétiquement lui faire concurrence, mais il n'en montra rien. Il laissa la hargne le gagner juste un peu plus pendant qu' Edgar ouvrait à nouveau la bouche.

« Enfin, moi au moins, je me laisse pas prendre le cul ! D'ailleurs elle en penserait quoi de ça Bonnie, hein ? »
Il cligna les yeux, stoïque. Est-ce qu'il s'agissait d'une manipulation de son esprit ou bien Edgar Aderson avait vraiment osé ?  Quelques secondes de réflexion suffirent pour se convaincre que ses tympans ne l'avaient pas trompé... Howard ne savait pas s'il était en train de rougir ou de blêmir, mais ce qui était certain c'était qu'il ne se sentait clairement pas dans son assiette. Cette fois la drogue n'allait pas lui sauver la mise et justifier ses actes de violence. Pas d'ecstasy ni de Morison mais l'amertume et juste Edgar dans son détestable polo blanc de nouveau riche ! La première partie de sa phrase tournait dans sa tête sans qu' Howard ne puisse cesser le supplice. C'était comme si ses plaies avaient pondues à l'intérieur. Comme si cette nuée d'insectes grouillait sous sa peau, des larves par milliers qui finissaient d'infester son sang.

« … C'est... C'est toi qui m'a fait ça... », chuchota-t-il d'un ton si faible qu'il n'était pas certain de s'être fait comprendre. Un instant seulement sa colère s'était éteinte pour laisser place à la déroute la plus totale. Il se repassait le film atroce de leur dernière rencontre pendant que les traits de son visage se tordaient dans une expression d'horreur flagrante. C'est quand ses yeux troublés se reposèrent sur ceux d' Edgar, intelligemment planqués derrière ses affreuses Ray-Ban, qu' Howard ouvrit à nouveau la porte à la rage, qui grattait la terre comme un cheval de course impatient.

Sa mâchoire se contracta, si bien que ses muscles saillants se dessinèrent très distinctement sur son visage, il avait l'air d'un chien enragé qui allait mordre. Avec une fougue qu'il n'aurait jamais imaginé ressentir en cette sombre période de dépression, Howard se rua sur l'américain et enveloppa son cou de ses deux mains meurtrières. Il sentait très distinctement le sang d' Edgar bouillir sous la pulpe de ses doigts, l'ivresse de la haine lui montait directement au cerveau. Ses mains avaient déjà manipulé, réparé tant de cadavres qu'il savait très exactement où se trouvaient les veines qu'il fallait sectionner pour vider un corps de sa réserve de sang. L'ongle du pouce fermement enfoncé sur la jugulaire d' Edgar, Howard grognait de rage à quelques centimètres seulement de son visage.

« Redis-moi ça encore une seule fois, et je te jure que je te tue... », aboya Howard, sonné par ses émotions. Il allait l'étrangler, par Lucifer, il allait réellement le buter s'il...-

« HOWARD. JAMES. TAYLOR ! », brailla une voix stridente et féminine derrière son épaule. Son sang se glaça d'un seul coup, il n'avait pas besoin de se retourner pour reconnaître les cris apeurés de sa propre mère. Aussitôt, il lâcha Edgar et recula. Il nageait au beau milieu de ses pires cauchemars, il ne manquait plus que la présence de son père pour que l'horreur soit complète !

« Je peux savoir ce que vous faîtes ? Qui est ce jeune homme ? Vous m'aviez pourtant assuré que vous alliez chercher vos médicaments, pas brutaliser un pauvre garçon sur le parking ! ».

Il allait vomir, c'était sûr. Il jeta un œil à Edgar, impuissant, puis affronta le regard de Meredith.

« Mère ! Je... J'y allais mais... Il... Enfin... », bredouilla-t-il tandis qu'il sentait clairement ses jambes se dérober sous son poids. Il avait comme des bouffées de chaleur qui brouillaient son audition et sa vision. Sentant qu'il allait perdre connaissance, Howard se retint au mur derrière lui et souffla bruyamment pendant que son corps s'affaissait dangereusement.

« ça.. ça suffit. Stop. », murmura-t-il, ne sachant pas à qui il s'adressait exactement, sans doute aux forces du mal qui s'abattaient sur lui toutes en même temps par ce beau matin ensoleillé sur Londres.
W.B

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mar 25 Juil 2017 - 21:15 par Edgar Anderson
Touché.
Edgar pouvait le dire à l'instant de flottement qui suivit sa dernière attaque, à la manière dont lentement le visage d'Howard se décomposa.
« … C'est... C'est toi qui m'a fait ça... »
Toujours vibrant de fureur, Edgar choisit d'ignorer ces mots - rien qu'un murmure, à peine plus qu'un souffle. Il était bien trop déterminé à faire - chèrement - payer à Howard ses derniers commentaires pour s'appesantir sur sa propre cruauté. Une indicible rage l'avait saisi après les détestables assertions de l'anglais à propos de "la dernière fois", et ne faisait que s'amplifier, aveuglante, oppressante à l'en laisser presque haletant. Il n'avait plus pour seule ligne de mire que la chute de l'Ennemi - Howard. Dans cet état, aucun coup n'était trop bas pour Edgar. Il ne se rappelait pas avoir jamais senti une telle aversion pour quelqu'un, un tel désir de destruction.
Tout à coup, les mains d'Howard furent sur sa gorge. Il ne l'avait pas vu venir ; l'anglais en revanche ne perdit pas son temps pour se mettre à serrer. Une douleur perçante naquit dans son cou, et il lui fallut un instant pour comprendre que cela venait des ongles d'Howard. Mais qu'est-ce qu'il foutait ? Il essayait de l'égorger avec les ongles ?!
« Redis-moi ça encore une seule fois, et je te jure que je te tue... »
S'il avait été plus calme, Edgar l'aurait sûrement trouvé convaincant. Pour l'heure, tout ce qu'il pensait c'était Rêve toujours abruti, c'est MOI qui vais te tuer !! Et le fait qu'il soit tellement en mauvaise posture qu'il ne pouvait pas même articuler ces mots n'entamait en rien sa détermination. Edgar avait viré au cramoisi tandis que son oxygène se raréfiait, mais ça ne l'empêchait pas de s'agripper aux poignets d'Howard, essayant de les éloigner de sa gorge sans se priver de les labourer de ses ongles.
Au point où ils en étaient, mieux valait pour Howard qu'il parvienne à mettre sa menace à exécution, parce qu'Edgar n'attendait que la première occasion pour lui sauter dessus et lui éclater la tête.
« HOWARD. JAMES. TAYLOR ! »
Stupéfait, Edgar sentit Howard le relâcher brusquement et reculer. Mécaniquement, il avança, menaçant, tout à ses projets d'agression qui allaient enfin pouvoir se réaliser, mais ne fit qu'un pas avant que le brusque retour de l'air entrant librement dans sa gorge le stoppe. Il se sentait mal.
« Je peux savoir ce que vous faîtes ? Qui est ce jeune homme ? Vous m'aviez pourtant assuré que vous alliez chercher vos médicaments, pas brutaliser un pauvre garçon sur le parking ! »
Occupé à reprendre sa respiration et à se masser la gorge pour en évaluer les dégâts, Edgar ne manqua pourtant pas ces paroles tout à fait déconcertantes, venant d'une dame plus âgée qu'eux qui s'était mystérieusement matérialisée près d'eux.
Lorsqu'Howard prononça le mot "Mère", tout s'éclaira. Voilà donc la mythique Mrs Taylor... En d'autres circonstances, la rencontre inopinée l'aurait beaucoup amusé. Dans l'immédiat, son humeur ne lui permettait pas tout à fait de l'apprécier.
Les termes de "pauvre garçon" que la mère d'Howard avait employés pour le qualifier ne lui avaient pas échappé et il rebondit en affirmant sans vergogne, tel l'innocence personnifiée :
« Il m'a sauté dessus ! »
Se faire étrangler lui avait cassé la voix, ce qui ajoutait fort à-propos à son image de victime. Avec un bonus son ton choqué, Edgar se trouvait plutôt convaincant dans son rôle d'innocent attaqué.
Pendant ce temps Howard s'affaissait misérablement contre le mur, mais Edgar était encore loin d'être assez calmé pour s'en inquiéter.
« Je pourrais porter plainte, vous savez ! Il a de sérieux problèmes... »
T'as de sérieux problèmes avec ça, Edgar, résonnait en écho dans sa tête la voix d'Howard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Mer 26 Juil 2017 - 14:38 par Howard Taylor

 
"I wanna be drunk when I wake up
On the right side of the wrong bed"

Le priver d'oxygène ? Trop long.
Le brûler vif avec la flamme de son briquet ? Contraignant
Lui coller une balle entre les deux yeux ? Manque de matériel
Le pousser dans un précipice ? Terrain non approprié
Lui trancher la gorge ? Salissant quand même...

Tellement d'idées tentantes pour enfin être débarrassé une fois pour toutes du parasite Anderson qui bourdonnait dans sa vie, tellement de possibilités qu'il pourrait facilement maquiller (au sens propre comme au figuré d'ailleurs!). Dommage qu'il n'ai pas eu plus de temps pour mettre un plan en exécution, dommage que sa mère soit arrivée avant qu'il ne se découvre l'étoffe d'un tueur, trop bête!
Wait… SA MÈRE ?!

Howard n'en revenait toujours pas de s'être débrouillé à se faire prendre en flagrant délit par Mrs Taylor. Son pouls battait à plein régime alors que son dos raflait doucement contre le mur qui soutenait son poids. Cauchemar, Seigneur, CAUCHEMAR ! Allez, allez Howard ça va aller, tout ira bien.

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen


… Dieu n'était jamais là quand il avait besoin de lui nom d'un chien ! Meredith s’acharnait à obtenir des réponses et son temps de réflexion n'était clairement pas illimité.

« Il m'a sauté dessus ! »
, s'écria le traître d'Edgar avec une petit voix de chaton qui apprend à miauler.

Il restait juste assez de forces à l'anglais pour lancer au blond un regard chargé de haine. Pendant que le visage horrifié de Mrs Taylor se décomposait, Edgar en rajouta une couche.


« Je pourrais porter plainte, vous savez ! Il a de sérieux problèmes... », menaça-t-il en se massant la gorge.

Bon sang mais il cherchait sérieusement à se faire tuer ou quoi, lui ?!

« T'as aucune preuve que c'est moi Einstein ! Tu viens de te frotter la gorge en effaçant toutes mes empruntes ! », brailla Howard en prenant bien soin d'éviter le regard scandalisé de sa mère qui accourait soudain vers la pauvrevictime.

« - Oh Seigneur non, je vous en prie, c'était un malentendu ! » ah bah oui, pas question de ternir le nom des Taylor avec un casier judiciaire ! « Veuillez je vous prie excuser mon fils, il est... Il est particulièrement dérangé en ce moment. Quand il ne prend pas ses médicaments il devi

MÈRE ! », hurla Howard, excédé d'entendre cette stupide rengaine.
Ses yeux restaient rivés sur les doigts de sa génitrice, qui agrippaient fermement les épaules d' Edgar. Dans son ventre vrombissait une colère aveuglante. LACHE-LE !, s'entendait-il braire avant qu'il ne s'offusque de l'origine de cette nouvelle fureur. Les mains fermes et suppliantes de Mrs Taylor piégeaient l'américain telles deux araignées agiles qui tissaient leur toile autour de leur proie.

« Je vous prie de bien vouloir m'excuser, mais je peux encore m'exprimer par moi-même ! »

Lâchant délicatement Anderson, Meredith se retourna d'une lenteur extrême, affichant sur son visage ridé avant l'heure, un air estomaqué.

« Howard... Pour qui me prenez-vous exactement ? Faut-il que je mettre les points sur les « i » ? Vous allez de ce pas vous excuser à ce garçon ! ».

Ce garçon..., c'était juste à gerber d'entendre sa mère qualifier Edgar de la sorte. C'était comme ça qu'elle appelait les gosses qui chantaient à la Messe ! Dommage qu'il ne craignait pas sa mère autant que son père... D'ailleurs elle avait tout aussi peur que lui face à Mr Taylor, alors tant qu'elle n'oserait pas rapporter cette petite scène à l'intéressé, il se fichait pas mal de son insolence. Il toisa Edgar de la tête aux pieds.

« M'excuser, mais de quoi ? », s'emporta Howard qui n'avait jamais osé hausser le ton devant sa famille, et qui commençait à mal vivre le fait qu' Edgar se trouve en présence de sa mère. Il se releva d'une traite quand ses jambes comprirent qu'il serait bien mal venu de flancher maintenant en prenant le risque que le blond lui raconte un tas de choses inconvenantes !  

« T'es vraiment qu'un gamin... Même pas capable de se défendre tout seul... J'ai de la peine pour toi... Qu'est-ce que tu vas faire maintenant, hein ? Dans quels jupons vas-tu aller te cacher?», se désola faussement Howard dont la poitrine se resserrait dangereusement en comprimant ses poumons.

 
W.B

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mer 26 Juil 2017 - 19:11 par Edgar Anderson
Objectif réussi - il avait réussi à s'attirer l'inquiétude de la mère d'Howard, ne serait-ce que parce qu'elle serait bien embêtée s'il mettait ses menaces à exécution. A Howard qui braillait qu'il n'avait aucune preuve, Edgar se contenta d'adresser un regard sévère. Comme si j'allais aller voir les flics, triple buse. Tous les désastres qui tomberaient sur la tête de l'anglais après ses détestables assertions devaient n'être causés que par la main d'Edgar lui-même - et de préférence immédiatement. Il y tenait, sans cela la revanche ne serait pas assez savoureuse. Et il la voulait, cette revanche...
Edgar ne s'attarda pas à fusiller Howard du regard, la priorité étant de ne pas perdre le soutien de Mrs Taylor. Laquelle avait les deux mains sur ses épaules et l'air profondément désolé.
« ... Veuillez je vous prie excuser mon fils, (Hilarant) il est... Il est particulièrement dérangé en ce moment. (Pas qu'en ce moment, songea méchamment Edgar) Quand il ne prend pas ses médicaments il devi... »
Un rugissement d'Howard mit fin à cette savoureuse scène d'excuses. L'anglais réussit à récupérer l'attention de sa mère, et Edgar ne fut pas fâché d'être libéré de l'emprise de Mrs Taylor sur ses épaules. Il avait beau jouer les victimes avec une certaine délectation, il avait classé depuis longtemps les parents d'Howard dans la catégorie "détestables personnages" - pour toutes les fois où il avait pu voir les traces plus ou moins visibles de leurs sévices sur l'anglais et son comportement. Si furieux contre Howard qu'il soit, ce n'était pas pour autant qu'il en appréciait pas davantage sa génitrice.
« Vous allez de ce pas vous excuser à ce garçon », finit par exiger Mrs Taylor, ce qui lui tira un rictus moqueur.
Allez, excuse-toi donc... le provoquait son expression à moitié narquoise (l'autre moitié était encore paralysée par la fureur). Il faudrait bien plus que des excuses pour faire décolérer Edgar, cependant. De toute façon, ce n'était pas près d'arriver.
« M'excuser, mais de quoi ? »
Oulala ce ton... Autant pour l'image de bon fils respectueux qu'Howard s'employait à donner !
« T'es vraiment qu'un gamin... Même pas capable de se défendre tout seul... J'ai de la peine pour toi... Qu'est-ce que tu vas faire maintenant, hein ? Dans quels jupons vas-tu aller te cacher ? »
Edgar serra la mâchoire devant cet air faux parfaitement exaspérant. Bien que, une fois de plus, l'impact de son poing dans la figure d'Howard lui paraisse une option particulièrement alléchante, il choisit de répondre dans le même registre mielleux.
« Ce que je vais faire ? répéta-t-il, son faux sourire dérivant rapidement vers le fiel. Hum... Puisque tu aimes tant reparler de "la dernière fois", je vais sûrement partager tes exploits avec la charmante dame que tu engueules depuis tout à l'heure. Je suis sûr que ça la... fascinerait. »
Il avait parlé avant de réfléchir. Conscient que la présence de Mrs Taylor lui donnait un certain ascendant sur Howard, il n'avait juste pas résisté à sauter sur l'occasion de l'exploiter.
Maintenant il en avait trop dit, il s'était coincé lui-même, et il se retrouva à enfoncer le clou, dans une fuite en avant qui allait le mener beaucoup, beaucoup trop loin :
« Quelqu'un n'est pas si bon chrétien que ça, hum ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Mer 26 Juil 2017 - 21:55 par Howard Taylor

"I wanna be drunk when I wake up
On the right side of the wrong bed"

C'était assez triste en fin de compte parce que pour la première fois de sa vie, Howard avait réellement la sensation de maîtriser la situation. Enfin, la première fois non, pas vraiment. Il excellait dans son travail, mais mise à part ses devoirs professionnels, en société il avait toujours été incapable de dominer quoi que ce soit. Maintenant, malgré sa mine affreuse creusée par la fatigue et la maladie, il se sentait fier de lui, et grand. La victoire ne fut que de courte durée, Edgar était un adversaire redoutable et là il sortait l'artillerie lourde pour le faire ployer.

« Ce que je vais faire ? »
, ouh... Ce ton n'annonçait rien de bon. Howard se sentait déjà descendre de son piédestal. « Hum... Puisque tu aimes tant reparler de "la dernière fois", je vais sûrement partager tes exploits avec la charmante dame que tu engueules depuis tout à l'heure. Je suis sûr que ça la... fascinerait. »

Le cadavre conservé dans le la chambre froide de la cave de la maison avait sans doute meilleure allure que lui actuellement. Howard devint... Livide. Un sentiment de panique intense le torpilla jusque dans les orteils quand sa mère fronça les sourcils d'un air interrogateur. Pris à la gorge, sans défense, Howard fit marche arrière et abandonna jusqu'à sa dignité pour qu' Edgar l'épargne. Derrière le dos de Mrs Taylor, l'anglais suppliait des yeux son assaillant, une moue d’affliction sur les lèvres, les grands yeux luisants d'espoir et de terreur et sa tête qui ne cessait de mimer un « non » catégorique comme si c'était le seul mouvement qu'il était désormais capable de faire. Son cœur n'avait jamais oh grand jamais battu aussi fort, pas même... « la dernière fois » ! Était-ce la meilleure technique d'intimidation qu' Edgar lui avait jamais joué ? Probablement, mais Howard n'en aurait pas fichu sa main au feu pour autant, à moins que ça ne le persuade de se taire ! Ses yeux aux iris délavés demandaient pitié, mais le supplice n'était pas terminé, Howard allait payer sa condescendance...

« Quelqu'un n'est pas si bon chrétien que ça, hum ? »

Il n'allait pas osé, si ? Howard mordit dans la chair de sa lèvre inférieure pour essayer de faire réagir ses muscles, mais rien n'y faisait : il était paralysé. L'attaquer par sa foi à laquelle il s'était toujours rattaché pour ne pas devenir fou, c'était vraiment mesquin... Edgar savait pertinemment où et comment frapper et malgré la grimace que ce constat tirait à Howard, le blond le connaissait bien. Malgré sa peur qui lui mordait les tripes, le croque-mort brûlait d'une curiosité malsaine, il voulait savoir si le grand Anderson bluffait ou non. Le voir perdre ses moyens face à sa famille aurait été un spectacle savoureux à ses yeux, mais il lui était impossible de s'en réjouir de sitôt, occupé à se demander comment riposter.

« Tu... - » n'es qu'un poison dans une veine! « - Tu... C'est plutôt inconvenant dans la bouche du petit préféré de Satan, non ?... », pitié le but c'était que sa mère reprenne son parti puisqu'elle était clairement la balle qu'ils s'envoyaient tous les deux pour marquer le point final.

« Toi qu n'a jamais mis les pieds dans une église, tu as le toupet de me dire ce qu'est ou non un bon chrétien ? », il le pensait sincèrement même si sa voix déraillait un peu sous le poids du risque qu'il venait de prendre.

« - De quoi parle-t-il, Howard ? Vous me faîtes très peur... Ne me dites pas que vous avez fumé du chanvre... ? », siffla Mrs Taylor, scandalisée.

Très franchement, en tant normal Howard aurait pu éclater de rire face à ce quiproquos, mais la situation d'urgence ne le lui permettait pas. Même son père ne lui en aurait certainement pas tenu rigueur d'avoir fumer autre chose que ses clopes habituelles, par contre... Son père avait signé son certificat d'internement à l'hôpital psychiatrique et Howard n'avait pas envie d'y retourner... Il devait frapper plus fort qu' Edgar et puisque ce dernier l'attaquait directement par le point faible, autant s'en servir pour retourner ça contre lui.

« N'écoutez pas les propos délirants d'un pécheur de la pire espèce... », ça lui allait bien de dire ça alors que comme l'avait si subtilement souligné le blond avant que sa mère n'arrive, il lui avait laissé bien trop de... Libertés avec son corps.

« Vous vous souvenez sans nul doute de ce passage très précis de la Bible, mère ? Particulièrement ce qu'il s'est passé à Sodome au temps de Loth ? »
, bredouilla Howard qui luttait pour ne pas s'effondrer. C'était quitte ou double : soit il s'accusait tout seul, soit il réussissait son coup !  

« Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. Lévitique chapitre dix-huit, verset 22... », murmura Howard qui de plus en plus sentait le sol se dérober sous ses pieds, notamment devant les traits de Mrs Taylor qui allait sans doute faire une rupture d'anévrisme ou quelque chose comme ça.  

« Cet homme a tenté de me corrompre avec ses pratiques sexuelles dégradantes, je ne suis qu'une simple victime infortunée ! », il n'avait bien évidemment aucune preuve de ce qu'il avançait, mais il s'en était tellement convaincu au cours de ces derniers mois qu'il arrivait presque à être crédible finalement...


W.B

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Jeu 27 Juil 2017 - 18:09 par Edgar Anderson
L'attaque était perfide. Et terriblement efficace ; Howard se décomposa, et Edgar commença à se sentir un peu mieux. Voilà, enfin, il reprenait la main. Faire des révélations fracassantes à Mrs Taylor ne l'intéressait pas tant que voir la détresse sur le visage de l'anglais. Bien fait, bien fait.
De son côté, la mère d'Howard affichait une perplexité assez réjouissante. Bientôt elle allait poser des questions, et Howard achèverait de se décomposer. Il l'avait bien cherché, de toute façon. C'était lui qui les avait poussés sur ce terrain-là, c'était à lui d'y chuter maintenant.
« Tu... Tu... »
C'est ça, bégaie, panique.
« C'est plutôt inconvenant dans la bouche du petit préféré de Satan, non ?... »
C'était loin d'être la pire insulte qu'on ait pu lui lancer et Edgar ne prit pas même la peine de réagir.
« Toi qu n'a jamais mis les pieds dans une église, tu as le toupet de me dire ce qu'est ou non un bon chrétien ? »
Howard avait raison, le concept de bon chrétien lui passait au-dessus de la tête. Mais il savait aussi que c'était important pour l'anglais, c'était un coup facile. Et efficace, manifestement.
« - De quoi parle-t-il, Howard ? Vous me faîtes très peur... Ne me dites pas que vous avez fumé du chanvre... ?
- Bien pire » répliqua Edgar à voix basse, pour le plaisir de faire paniquer Howard de plus belle.
C'était à son tour de regarder l'anglais avec défi, le regard demandant : et maintenant, qu'est-ce que TU vas faire ?
« N'écoutez pas les propos délirants d'un pécheur de la pire espèce... (Hum, c'était incroyablement faible comme contre-attaque.) Vous vous souvenez sans nul doute de ce passage très précis de la Bible, mère ? (Vraiment ? Il aller se lancer dans l'analyse de textes religieux maintenant ?) Particulièrement ce qu'il s'est passé à Sodome au temps de Loth ? »
Sodome.
Si faible que soit sa connaissance de la bible, Edgar avait déjà entendu ce nom-là.
Il n'allait quand même pas...
« Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. Lévitique chapitre dix-huit, verset 22... »
Il n'avait quand même pas...
« Cet homme a tenté de me corrompre avec ses pratiques sexuelles dégradantes, je ne suis qu'une simple victime infortunée ! »
... osé.
Il y eut un blanc d'une lourdeur immense. Edgar avait le souffle coupé, incapable de déterminer ce qui le dominait entre stupeur et fureur. Mrs Taylor n'avait pas l'air plus capable de réagir.
Ils se ressaisirent en même temps, résultant en une cacophonie d'exclamations difficilement discernables.
« Je vous demande pardon ?! »
« Immondepetitbâtard ! »
Après cette explosion spontanée, Edgar serra les poings, très fort.
Ce crétin d'Howard avait achevé de s'enferrer tout seul. Ce qui aurait été tout à fait distrayant s'il n'avait pas piégé Edgar avec lui.
Salopard.
Cancrelat.
Sombre merde.
Insulter mentalement Howard était malheureusement bien moins soulageant que lui taper physiquement dessus.
Bon.
Il allait falloir contre-attaquer.
« "Tenté" ? » répéta-t-il, les guillemets perceptibles à son ton.
La rage rendait sa voix méconnaissable.
« Vous... Qu'avez-vous fait ? »
Tiens, Mrs Taylor aussi avait changé de voix, sauf que la sienne partait dangereusement dans les aigus. Elle les regardait alternativement, mais c'était sur Edgar que se pointait son doigt un peu trop accusateur.
Il se tourna vers celle qui était bien la seule raison pour laquelle il n'était pas actuellement en train de réduire Howard en bouillie.
« Il m'a demandé de le prendre » cingla-t-il.
Ce qui était vrai. Et s'il n'avait pas résisté une seule seconde c'est juste qu'il était totalement stone. En fait, tout s'éclairait - c'était lui, la victime d'Howard !
Mrs Taylor blêmit brusquement, les yeux écarquillés, puis passa au verdâtre. Elle chancela sur ses jambes juste assez longtemps pour qu'Edgar, qui était juste à côté d'elle, ait le réflexe de l'attraper pour freiner sa chute. Il lui évita de justesse de se frapper la tête contre le sol tandis qu'elle tombait littéralement à la renverse.
Elle bougeait encore et aurait probablement repris ses esprits en quelques instants, mais ça n'empêcha pas Edgar d'accuser :
« Et en plus d'être un détraqué sexuel tu es un matricide, bravo ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Jeu 27 Juil 2017 - 20:57 par Howard Taylor

"I wanna be drunk when I wake up
On the right side of the wrong bed"



« Immondepetitbâtard ! »


C'était assez malvenu de le traiter de « bâtard » devant Mrs Taylor, mais Howard n'allait pas relever cette insulte ! En revanche, ce qui lui restait scotché sur la rétine c'était le visage éperdu de sa propre mère qui semblait pâlir de plus en plus. Ses tentatives pour rejeter la faute sur Edgar ne fonctionnaient pas aussi bien qu'il l'avait prévu mais pendant un court instant, l'anglais avait quand même la sensation que Meredith éprouvait une certaine révulsion à se trouver en face du blond. One point !

« "Tenté" ? », répéta Edgar pendant que la doyenne de cette conversation essayait de recoller les morceaux d'un puzzle qu'elle ne voulait finalement pas terminer.

« Il m'a demandé de le prendre »  … malaise.
Howard en eut la chair de poule jusque sur ses orteils. La simple idée qu'il puisse avoir suggéré une telle chose le mit dans tous ses états.

« C'est faux ! », hurla-t-il alors que sa mère tombait vraisemblablement dans les pommes. Non mais il fabulait totalement lui ! Jamais de la vie il ne lui avait demandé une telle chose enfin ! … En théorie c'était vrai, au sens strict et théorique, enfin... D'après ses brumeux souvenirs du moins ! Il avait préparé tout un argumentaire en l'espace restreint de cinq secondes et demies, mais Mrs Taylor lui coupa la parole en tombant comme une brique, retenue in extremis par les bras déployés d' Edgar. Le tableau qui s'offrait à lui ne lui inspirait qu'un profond dégoût mais il devait l'avouer : les réflexes du blond étaient bons !

« Et en plus d'être un détraqué sexuel tu es un matricide, bravo ! »
Howard secoua la tête, poings serrés, gorge sèche.

« Elle va très bien ! », pas vraiment, mais elle irait mieux dans une minute ! Ça lui laissait juste le temps de mettre deux-trois choses au clair avec ce menteur !

« Tu as passé ta soirée à interpréter ce que tu voulais bien entendre ! C'est... », le brun jeta un regard à sa mère qui semblait sonnée et n'éprouva pas plus de compassion que ça. Il voulait s'assurer qu'elle était assez secouée pour ne pas relever ce qu'il s'apprêtait à dire. « C'est TOI qui m'a embrassé, encore une fois. C'est TOI qui m'a... », il grimaça « déshabillé. C'est TOI aussi qui a... Ouais ! Fait ça ! Et je t'ai rien demandé ! Ah et puis... Tu as... », là c'était gênant. Il s'approcha un peu trop près pour que surtout des oreilles indiscrètes avec un ADN Taylor n'écoute pas, et souffla à son oreille d'un air rancunier :

« Tu m'as... », comment fallait-il formuler ça ? « Pris dans ta bouche. », textuellement c 'était ça, mais c'était quand même affreusement gênant de l'exprimer. Pour pas que ce constat soufflé contre le lobe d' Edgar ne sonne trop  « ... », Howard ajouta : « Alors oui, t'étais défoncé, comme si c'était la première fois que tu l'étais ! Je te signale au passage que c'était aussi mon cas, c'est pas une excuse ! Et... J'aurais préféré ne pas avoir à me souvenir de ça chaque fois que je tombe sur tes vieilles fringues dans mon placard ! D'ailleurs tu les récupères ou je les balance au feu ! », scène absolument typique d'un vieux couple en crise : Howard faillit vomir dans sa bouche face à cette comparaison que lui suggérait son cerveau.

« Regarde dans quel état tu as plongé mère ! », accusa-t-il pour changer de sujet. Il s'accroupit en face d'elle.

« Mère ? Mère ! Allez, reprenez-vous en mains je vous prie, il ne vaut pas le coup de vous rendre malade ! », c'était clairement l’hôpital qui se foutait de la charité ! D'ailleurs il n'avait pas une pilule à prendre à cette heure-ci au fait ? Boh...


W.B

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Ven 28 Juil 2017 - 17:54 par Edgar Anderson
Edgar gratifia la femme affaissée à ses pieds d'un regard circonspect. Quels nerfs fragiles. Enfin au moins elle n'était pas morte sur le coup, contrairement à ce qu'il avait dit - tant mieux, ç'aurait été déplaisant d'avoir à déplacer le corps. Et puis de devoir expliquer les causes du décès.
Contrairement à sa génitrice, Howard débordait d'énergie - et l'employait à s'acharner sur Edgar à coup d'assertions détestables.
« Tu as passé ta soirée à interpréter ce que tu voulais entendre ! ... »
Et de poursuivre sur sa lancée, énumérant des faits hautement discutables. Bon, pour certains, du moins. Enfin... Et puis zut, il n'y avait pas eu de témoins de toute façon, Howard n'avait aucune preuve de ce qu'il avançait ! Pour autant, Edgar ne répliqua pas. Cette version-là de l'histoire lui déplaisait souverainement, mais peut-être qu'il valait mieux laisser passer l'orage en ignorant l'anglais et sa réécriture éhontée des faits ?
Howard s'approcha soudain de lui, et il se crispa alors que la distance entre eux se réduisait inconfortablement.
« Tu m'as... Pris dans ta bouche. »
Sans trop savoir ce qui, du souffle d'Howard contre son oreille ou de son accusation, l'avait fait réagir, Edgar tiqua violemment et recula de deux pas. Très vite, son expression trahit le goût immonde qui venait de lui emplir la bouche à la mention de ce regrettable écart. Des images bien trop détaillées de ce moment lui revinrent - et du plaisir d'Howard, et... Et il s'en serait bien passé, merci !
Sans lui laisser le temps d'accuser le coup, Howard repartit à l'attaque :
« Alors oui, t'étais défoncé, comme si c'était la première fois que tu l'étais ! Je te signale au passage que c'était aussi mon cas, c'est pas une excuse ! »
C'était probablement la première fois qu'Edgar le voyait aussi véhément - aussi vindicatif. Parler cru n'était pas une spécialité de l'anglais, et c'était peu de dire qu'Edgar s'en accommodait très bien.
« Et... J'aurais préféré ne pas avoir à me souvenir de ça chaque fois que je tombe sur tes vieilles fringues dans mon placard ! D'ailleurs tu les récupères ou je les balance au feu ! »
Cette fois, Edgar leva les yeux au ciel. Il avait gardé ses fringues dans son placard ? Comme c'était touchant. Pour ce qu'Edgar en avait à faire !
« Regarde dans quel état tu as plongé mère ! »
Tandis qu'Howard tentait de manière moyennement convaincante de ramener Mrs Taylor à la conscience, Edgar se laissa submerger par l'exaspération.
« Mais brûle-les ces fringues, j'm'en tape ! Et profites-en pour m'oublier ! Je t'ai assez vu Taylor, tu me degoûtes, alors maintenant, sors de ma vie ! »
Son ton n'avait fait qu'aller crescendo, et il se retrouva à vociférer les derniers mots.
Il en avait assez, plus qu'assez, d'Howard, de tout ce cinéma, de ses stupides yeux bleus, de son ton accusateur, de ses névroses, de son acharnement à remuer des souvenirs sans intérêt - des échos de frissons que réveillaient encore ces souvenirs quand il s'y attardait. Vraiment cette fois, ÇA SUFFISAIT !
Revenir en haut Aller en bas
Un partout, la balle au centre ft. Edgar Anderson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: South London :: Wimbledon
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
» Un partout, balle au centre {ft. Eddie
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Protocole d’entente sur le centre des Cayes (EDH)
» Centre Arthurien
» Centre de perfectionnement Coiffure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-