Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Welcome to the FireHouse BFF(F)

membre du mois
En ligne avatar
membre du mois

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 690
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
# Welcome to the FireHouse BFF(F)
message posté Dim 9 Juil - 22:49 par Frank Turner
Frank & Ethan Welcome to the FireHouse BFF(F)Je n'aime pas les gens ! Et si l'on s'arrêtait à cette réplique, l'on pourrait aisément croire que je suis du genre pas sociable ! Je vous concède une part de vérité dans cela. Il est vrai, que je ne suis pas le genre de type que l'on sort avec entrain. D'ailleurs rare sont ceux qui me sortent. Je suis à Londres depuis une vingtaine d'années environ et pour tout, vous avouez, je me suis fait peu de véritables amis. Toujours adepte de l'approximation, je vous dirais qu'on peut les compter sur les doigts d'une main (la gauche). C'est encourageant hein ? Après si l'on ajoute les collègues et autres, bien sûr que le cercle social s'agrandit, mais pour moi ça ne compte pas. Je n'accorde du temps qu'aux victimes et à mes amis et comme eux sont peu nombreux, je suis forcé de reconnaître que mon boulot a une place plus conséquente sur ma vie privée. Ma vie est si palpitante, je vous jure ! Quoique ces derniers temps l'ironie tente à disparaître, au profit d'un emploi du temps assez chargé. Ça commence par la fusillade. Pas de morts, juste une bande d'adolescents en panique pour la plupart et quelques petites blessures. Sans réfléchir, j'ai dégainé la cape de super-héros et me suis précipité à l'intérieur. Mes collègues parlent d'inconscience, d'héroïsme pour pallier à un manque de reconnaissance…Je les emmerde tous autant qu'ils sont à penser que je ne suis qu'une tête brûlée en mal de sensations fortes. Des vies étaient en danger, le temps de la réflexion était un luxe que nous ne pouvions nous payer, alors j'ai foncé. La balle s'est logée dans mon épaule, rien de grave. Bon de vous à moi, j'ai douillé sévère et je douille encore pas mal. Je remercie toutefois l'inventeur de la Vicodine et un collègue concilient qui m'en a apporté il y a peu. Ne manquant pas de me sermonner d'avoir quitté l'hôpital comme un voleur. Ai-je oublié de préciser que j'en ai fait qu'à ma tête, encore une fois ? Vous l'aurez compris, les ordres ce n'est pas mon truc, mais je peux toutefois me prémunir de la moindre attaque et vous dire que si j'ai mis les voiles, c'est pour la bonne cause. Et si toutefois, j'ai encore quelques détracteurs, je les emmerde tous autant qu'ils sont. C'est dit !

Mon visage porte encore les stigmates des coups. Rien de bien méchant que l'on se rassure, une coupure à l'arcade sourcilière gauche et à une lèvre inférieure. De nous deux, c'est l'autre connard qui a pris le plus. Quel autre connard me diriez-vous ? Hey, je ne vais quand même pas tout vous servir sur un plateau doré. Un peu de suspens que diable ! Disons que j'ai cassé la gueule à un pervers narcissique et que je peux me féliciter d'avoir encore joué les héros, sauf que cette fois, je m'en balance totalement. Mon esprit est ailleurs pour ne rien, vous cachez et à cet instant, c'est de la présence d'un ami dont j'ai besoin et pas n'importe lequel. Ethan Hemsworth ou mon BFFF. Ne cherchez pas à comprendre, c'est un code entre nous et mieux vaut ne pas comprendre croyez-moi. Ce type est un ami, non que dis-je, c'est mon pote, l'un des doigts de ma main gauche. On s'est rencontré il y a plus d'un an, mais passé la petite embrouille de moto (oui, je n'aime pas que l'on approche ma bécane d'un peu trop près) et les quelques verres que je lui ai ensuite payé, j'ai compris très rapidement que ce gars deviendrait un pote, le genre qui pourrait aisément me faire sortir malgré mon caractère d'ours mal léché. Le genre que l'on se plaît à nommer bro en toute circonstance. Le genre que l'on appelle quand rien ne va. Bon, j'avoue que rien ne va, mais que par le biais des quelques sms que nous avons échangés, je n'ai rien laissé paraître. J'ai encore un peu de fierté quand même.Je ne suis pas ce genre de personne de toute façon. L'excuse d'un bœuf entre pote et d'une aide pour des travaux achevés serait suffire pour le faire débarquer. Ça et une bonne bouffe doublée d'une bonne boisson cela va de soit.

Oui, les travaux étaient achevés depuis quelques jours. Rachel désireuse de me faire une petite surprise, avait fait appel à des professionnels pendant ma courte convalescence pour terminer les travaux, me délestant ainsi de cette charge devenue, pesante, je le confesse. La firehouse était donc à présent terminée. L'ascenseur du bas fonctionnait à merveille. La cuisine à l'américaine me rappelait sans cesse mon chez-moi américain. L'îlot centrale, où la belle promesse de soirée conviviale lorsque le mode « sociable » sera activé. Tout était parfait, à sa place, mais il manquait quelque chose…quelqu'un. Rachel avait mis les voiles le lendemain de la soirée de cauchemar, 48 h auparavant. Depuis je n'avais que très peu de nouvelles. Le strict minimum dira-t-on, mais pas assez pour moi. La savoir dans un hôtel, loin, sans protection, ne me rassurait pas, vraiment pas du tout. Mais je devais m'y faire, c'était sa décision. Mon portable vibra à nouveau, me sortant aussitôt de mes pensées confuses. Une fois encore mon BFFF me pondit un roman, qui eut l'effet de me faire sourire aussitôt. Sacré Ethan, je ne pouvais ne pas lui répondre, c'était évident.

« Aller le BFFF, ramène-toi avec le matos, je t'attends avant le coucher du soleil. C'est connu, les meilleures bières se sirotent avant le coucher du soleil. Et c'est quoi cette histoire d'opération secrète avec tonton Ethan ? Bowie n'a rien voulu me dire… Mouais te connaissant, j'ai de quoi flipper. Aller à toute. Le code de l'entrée, c'est 2829. Oui, j'ai un digicode pour moi tout seul. Le summum de la branchitude hein ?! Par contre, n'aie crainte, j'ai un peu la gueule dans le cul + mon plâtre, on peut dire que je ne suis pas très swagg. Faudra faire avec. Mes amitiés à Madame ! »

J'ai pressé la touche « envoyée » sans prendre le temps de me relire. Puis, non sans difficulté, j'ai quitté mon Oxford, un vieux fauteuil club en cuir marron, style vintage que j'ai payé une blinde, mais dans lequel mon cul aime se poser. Puis, je me suis dirigé vers mon tourne-disque, y ait glissé sans surprise « Ashes to ashes » de Bowie attendant patiemment l'arrivée d'Ethan à qui j'avais beaucoup de choses à raconter.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Welcome to the FireHouse BFF(F)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith-