Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #23.
La nouvelle version vient d'être installée, pour découvrir les nouveautés, c'est par ici que ça se passe.
Beach party !
Tous à Brighton pour une fête, de nuit, sur la plage. Rendez-vous par ici.
Les défis, le retour !
Les défis sont de retour ! C'est le moment de venir jouer. Ça se passe par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

keep your head up, keep your heart strong. (brahms)

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2187
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Dim 16 Juil - 0:58 par Maura Belshaw
Elle avait les mains tremblantes, triturant le pan de son chemisier pour se retenir de passer ses doigts sur son ventre aujourd'hui trop plat et douloureux. Elle avait l'esprit tout autant embrouillé, le souvenir des étreintes de Brahms collées à ses paupières et l'impossibilité de l'oublier. Maura se sentait trop stupide d'être venue ici ce soir, tout en connaissant la douleur qu'elle ressentirait une fois seule, sans lui, dans leur ancien appartement. Elle avait tenu tellement de mois sans ressentir le besoin de l'appeler ou celui de l'apercevoir. Oui, ça l'avait parfois empêché de trouver le sommeil, lorsqu'elle ressassait pendant les longues heures de la nuit, les derniers jours de sa grossesse, sa séparation avec Brahms et qu'elle ne trouvait aucune réponse à comment soigner son cœur brisé. Mais lui semblait s'en être totalement remis, c'est la sensation qu'elle en avait lorsqu'elle laissait son regard parcourir les traits de son visage. Son front se plissa, de fines rides se formaient au creux de ses yeux lorsqu'il s'écarta avec lenteur de la rambarde de son balcon. Son instinct lui soufflait de s'éloigner, de ne pas rester ici, mais elle savait ce qu'il allait faire. Tout du moins, la policière espérait un rapprochement, quelque chose, n'importe quoi. Elle souffla un rire lorsqu'il mêla ses doigts avec les siens, elle ne réfléchissait pas, comme à chaque fois, et son corps se rapprocha presque instantanément de celui de Brahms, fiévreux, avide d'un contact avec le sien. La brise fraiche de la soirée lui permettait de mieux respirer, garder ses idées claires avant qu'elle ne dérape. « si tu as envie de me voir danser, dansons. » Elle aurait juré avoir vu l'ébauche d'un sourire sur les lèvres de son ex. Il était beau, dans son costume, ses cheveux mal coiffés et ce demi-sourire en coin. Elle ferma les yeux au contact de sa main dans le creux de son dos, lui arrachant un frisson qu'elle aurait aimé retenir et elle tendit le bras pour poser sa main libre sur son épaule. Ils étaient si proches et en même temps tellement loin. L'étreinte ne ressemblait pas à ce qu'ils partageaient autrefois, Maura devait s'interdire de ne pas l'embrasser ou de lui retirer cette cravate qui lui serrait le cou. Elle avait subitement le besoin de sentir Brahms contre son corps, de n'importe quelle manière.  Elle pouvait sentir son cœur battre comme un fou dans le fond de sa poitrine, déglutissant avec difficulté. Lui, comme à chaque fois qu'il dansait, paraissait totalement dans son élément. Comme un poisson au milieu de l'océan. Elle était en stress, Maura, littéralement, comme si c'était son premier rendez-vous. Il continuait à mener la danse, doucement, sans musique, loin des bruits de la ville. Elle rougit légèrement à ce geste, cette proximité à laquelle ils n'avaient plus goûté depuis des mois et son cœur se serra lentement dans sa poitrine. Il ne l'avait plus touché depuis sa fausse couche, parce qu'elle le lui avait interdit. Plus personne n'avait posé ses mains sur son corps, plus personne n'en avait eu le droit. Elle ignorait combien de temps elle resterait ainsi avant de le repousser mais elle se laissa guider entre ses bras. « Est-ce que tu fais ça avec toutes tes élèves ? » Elle marque une courte pause, le temps de chercher ses mots. « ...les emmener danser sur ton balcon. Après, elles restent sûrement dans tes cours parce qu'elles sont folles de toi. » souffla-t-elle en riant. Elle n'avait pas le droit d'attendre de lui que son cœur batte toujours pour elle ou qu'il n'ait eu aucune relation depuis qu'ils s'étaient séparés, mais l'idée ne lui plaisait pas. Ils bougeaient lentement au rythme d'une musique imaginaire. Elle était nulle en danse, Brahms le savait, c'était sa sœur la danseuse, la jolie étoile. Maura possédait deux pieds gauche, aucune coordination, aucun rythme. Elle s'étonnait d'être un jour parvenue à le séduire. Sa main glissa jusqu'à la base de sa nuque, là où elle y laissa ses ongles danser sur sa peau brûlante. Le geste était peut-être déplacé, ils étaient des ex, elle s'efforçait de ne pas l'oublier. « T'as pas peur que je te marche sur les pieds ? Après tu vas encore m'accuser de te laisser des marques. »
Revenir en haut Aller en bas
Dancers don't need wings to fly.
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3410
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Dim 16 Juil - 13:00 par Brahms L. De Bury
Londres leur appartenait. Juchés sur le balcon d'un des plus chics appartement de la ville, ils évoluaient autour d'une danse comme si le monde extérieur n'existait plus, comme si ils étaient les derniers êtres humains de la terre. Brahms n'avait jamais été réellement friand des « danses de salon » comme toutes les autres danses elles ne resplendissaient pas à ses yeux, n'y trouvaient aucun intérêt comme le faisait la danse classique. Mais ça ne l'empêchait pas de mener la danse sur une musique qu'il se créait dans son propre esprit, pour ponctuer ses pas. Il était doué pour la danse de manière générale, mais seulement l'une d'entre elles faisait battre son cœur et faisait le rythme de sa vie. Brahms n'avait aucune idée de pourquoi il avait embarqué son interlocutrice dans une danse, sur le balcon de son appartement luxueux, sans doute aurait-il mieux fait de prendre le carton et de lui intimer l'ordre de rentrer chez elle. Ils ne s'étaient pas revu depuis des mois, il n'avait pas réussi à effacer son visage de ses pensées et il se comportait comme si ils s'étaient vu la veille, comme si rien n'avait changé. Seul l'arrière-goût amer de tristesse et de nostalgie tapait à ses tempes pour lui rappeler qu'il ne devait pas vivre dans le passé, que Maura était son ex. Mais pour l'heure ça ne changeait rien. Il l'entraînait à sa suite, guidant la danse avec habileté. Sans un mot. Seulement la musique dans sa propre tête. Ce fut la voix de Maura qui le tira de ses pensées. « Est-ce que tu fais ça avec toutes tes élèves ? » il fronça les sourcils, décelant comme une pointe de jalousie et de curiosité dans ses propos. Elle cherchait peut-être à savoir si il était de nouveau casé depuis leur rupture. Mais est-ce qu'elle voulait vraiment l'entendre ? Même si ce n'était pas le cas, ils avaient toujours évolué différemment tous les deux, un milieu de vie à l'opposé l'un de l'autre, des métiers qui ne s'associent pas ... voulait-elle vraiment entendre qu'il était en couple avec une danseuse comme la logique des choses le voudrait ? Il leva les yeux au ciel. « ... les emmener danser sur ton balcon. Après, elles restent sûrement dans tes cours parce qu'elles sont folles de toi. » d'un bref mouvement de recul il hésita à lâcher sa prise, à retirer sa main du creux du dos de son ex, à délier leurs doigts mais il n'en fit rien. Il laissa son regard divaguer sur le paysage qui s'offrait à ses yeux, la légère brise s'engouffrant dans ses cheveux, soulevant délicatement ceux de la jolie blonde. « Je ne m’intéresse plus aux femmes. » il marqua une pause avant d'apporter quelques précisions « et je ne m'intéresse pas aux hommes non plus, je te vois venir. » il ne la regardait pas alors qu'il parlait, jugeant soudainement que le paysage qu'il voyait pourtant tous les jours ou presque avait de nouveau quelque chose d'intéressant à lui offrir « il n'y a eu personne après toi. » il resserra légèrement son étreinte autour de la taille de sa nouvelle partenaire de danse. Il y avait une barrière invisible à ne pas franchir, il le savait. Il grimaça en sentant les ongles de la jeune femme sur sa nuque. « T'as pas peur que je te marche sur les pieds ? Après tu vas encore m'accuser de te laisser des marques.  » il baissa son visage vers son ex, diminuant l'écart entre leur deux visages. Brahms retira sa main du dos de la jeune femme, il libéra également ses doigts. A la place il les glissa sur les joues de son interlocutrice comme pour la forcer à soutenir son regard « tu es bête, belshaw. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2187
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Dim 16 Juil - 22:53 par Maura Belshaw
Être dans ses bras lui rappelait leur dernière étreinte, la dernière fois qu'ils s'étaient vus, touchés, embrassés. Ça lui rappelait à quel point ça lui manquait de ne pas l'avoir près d'elle. Elle n'avait jamais cessé de l'aimer, mais Maura le réalisait vraiment que maintenant, en le retrouvant. Même s'il était trop réservé, trop froid, trop exigeant, elle l'avait aimé. Son corps, en sommeil, se réveillait avec lenteur au contact de celui de Brahms, lorsque ses doigts frôlaient son dos. Elle profitait de l'instant, de son touché, de son odeur, parce qu'elle savait, qu'une fois la porte refermée de cet appartement, ils ne se reverraient probablement plus. Elle s'imaginait retourner jusqu'à Camden, s'exaspérer du bruit derrière la porte de son voisin et le retrouver le lendemain matin en compagnie d'une nouvelle femme ajoutée sur sa liste interminable de conquêtes. C'était ça, sa vie, maintenant ; son travail, sa sœur et attendre que son voisin la distrait. « Je ne m’intéresse plus aux femmes. » Elle releva ses sourcils, surprise de cette confidence, cherchant dans les yeux de Brahms un changement qu'elle n'aurait peut-être pas remarqué avant. Ils ne s'étaient ni vus, ni parlés pendant des mois, elle n'avait aucune idée des changements qui avaient pu avoir lieu dans sa vie. Peut-être qu'il était devenu homo, cette hypothèse germait, là, au milieu de ses pensées. Il ne la regardait plus, trop occupé à observer l'horizon. Alors elle tourna naturellement son regard dans cette direction, une demi-seconde, assez pour n'y trouver rien d'intéressant à voir. Elle pouvait sentir son corps se crisper sous ses doigts, Maura,cet imperceptible mouvement de recul dans le seul but de s'éloigner d'elle. « et je ne m'intéresse pas aux hommes non plus, je te vois venir. » Ses lèvres s'entrouvrirent légèrement et elle souffla un rire, continuant de bouger à son rythme. Ils avaient l'air bêtes, elle était persuadée que, si quelqu'un les observait derrière un rideau, il se moquait probablement d'eux. « Mais je n'ai rien dit. » Elle ricanait, parce qu'il avait deviné exactement ce qu'elle s'apprêtait à dire avant qu'il ne lui vole sa réplique. « il n'y a eu personne après toi. » Elle plissa le front, secouant la tête avec douceur alors qu'il resserrait son étreinte autour de sa taille. Ils étaient beaucoup trop proches, elle le réalisait maintenant. Elle devait s'éloigner, mais en était incapable pour l'instant. Elle l'imaginait bien passer des heures entières, peut-être même des journées, dans son école de danse, sans en sortir, avant que quelqu'un ne se décide à le contraindre de rentrer chez lui. Ça l'énervait, elle n'était même pas certaine de savoir pourquoi. Son regard resta posé sur Brahms, il ne lui retournait pas la question, sans doute parce que la réponse était évidente, ou simplement parce que ça ne l'intéressait pas, aussi. « Pourquoi ? Tu devrais. Personne n'est fait pour rester seul. » Il préférait la danse, peut-être même qu'il aimait plus la danse qu'il ne l'avait aimé elle. Elle ne s'était jamais posée cette question, mais ça l'intriguait ce soir. Elle frissonna lorsqu'il retira sa main posée sur son dos pour l'obliger à relever le visage vers le sien. Il avait un effet magnétique qui lui donnait envie de se rapprocher, de réduire à néant les derniers centimètres qui les séparaient l'un de l'autre et de lui dire que c'est lui, qui est bête. Elle recula d'un pas, repoussant ses mains qui la touchaient encore. Ils ne pouvaient plus agir en oubliant leur séparation. Son cœur s'arrêta une seconde et elle observa l'intérieur de l'appartement, la boîte qu'il avait finalement laissé sur le côté. « Il est tard. Je crois que je vais partir. » Elle aurait pu lui parler de milles choses encore, mais elle en était incapable. Il n'était pas si tard, Maura avait même l'impression d'être là depuis quelques minutes seulement. « J'ai trop peur que le voisin débile mette le feu à l'immeuble si je reviens pas. » souffla-t-elle en ricanant. « Ça me fait plaisir de t'avoir revu. »
Revenir en haut Aller en bas
Dancers don't need wings to fly.
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3410
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Lun 17 Juil - 13:30 par Brahms L. De Bury
Ce n'était pas une bonne chose. De danser serrés l'un contre l'autre sur son balcon, à la vue de tous. Il s'en fichait que quelqu'un pose son regard sur eux, c'était sûrement la première fois depuis sa chute qu'il se moquait bien que quelqu'un le regarde danser mais jamais il n'aurait du l'entraîner à la suite alors qu'il éprouvait encore des sentiments pour elle. Brahms était suffisamment stricte et froid pour maintenir une barrière à ne pas franchir, pour ne pas pencher la tête vers l'avant pour permettre à ses lèvres de rencontrer à nouveau celle de son ex. Mais ça restait un jeu dangereux dont il n'aurait jamais du commencer la partie. Il se mordilla la lèvre inférieure en se sentant soudainement idiot d'agir de la sorte. Il savait qu'il était temps de la congédier et que le lendemain il commencerait une nouvelle journée à l'école en mettant dans un coin de sa tête ce qui s'était passé la veille sans jamais revenir dessus, parce qu'il était doué, Brahms, pour jouer les insensibles que rien ni personne ne pouvait atteindre. Il était recouvert d'une forme de carapace indestructible qui le rendait enclin à supporter tous les malheurs qui pouvaient lui tomber dessus sans jamais fléchir, sauf sa chute. Sa chute avait fendue sa carapace pour le clouer sur le sol, le tétaniser à l'idée de remonter sur scène mais elle était son unique faiblesse. Peut-être que c'était débile de résonner comme ça, peut-être qu'il devrait ouvrir son cœur à Maura au lieu de se conforter dans sa façade glaciale et inaccessible. « Pourquoi ? Tu devrais. Personne n'est fait pour rester seul. » il souffla un rire, elle se trompait sur sa personne pour une fois, peut-être que lui était fait pour rester seul au contraire. Toutes les relations qu'il avait eu jusqu'alors avait été désastreuses, même celle avec Maura pourtant la plus aboutie s'était terminée sur un drame alors si, peut-être que lui était fait pour rester seul. Et puis, à quoi bon entretenir une relation amoureuse si il était incapable de faire passer sa copine avant sa passion ? Parce que le problème venait aussi de là, il était incapable de mettre une relation de couple au premier plan de sa vie, il était du genre à planter un voyage de noces pour assister à un ballet russe alors à quoi bon chercher à se caser ? et il y était encore moins déterminé si c'était pour remplacer la douce Maura qui hantait encore ses pensées. « Je ne vis pas seul, je vis pour la danse. » il haussa les épaules « et ça me convient, pour l'instant. » il avait bien envie de la taquiner en précisant que toutefois si elle connaissait des danseuses classiques alors elle pouvait toujours se transformer en cupidon mais ses pensées moqueuses ne franchirent pas la barrière de ses lèvres. Parce qu'il n'avait pas envie de la contrarier plus qu'elle ne l'était. Sous sa pression il relâcha son visage, reculant pour creuser l'écart entre leurs corps. Une danse c'était déjà beaucoup trop, il en avait parfaitement conscience maintenant. « Il est tard. Je crois que je vais partir. » c'était certainement une bonne solution, la plus judicieuse en réalité, elle ferait en effet mieux de rentrer chez elle et de le laisser dans son appartement beaucoup trop grand pour une seul et unique personne, tellement grand que ses invités arrivaient parfois à se perdre. « J'ai trop peur que le voisin débile mette le feu à l'immeuble si je reviens pas. » parfois il se demandait si elle n'était pas avec lui, mais il n'avait jamais formulé cette pensée de peur d'en recevoir une réponse positive, il espérait simplement qu'elle n'avait pas encore succombé au charme - et à la connerie - de ce Leary « Ça me fait plaisir de t'avoir revu. » il inclina la tête sur le côté, retrouvant son air sévère, les lèvres maintenant pincées et dépourvues de toute ébauche de sourire « tu me fuis, Maura. » il marqua une légère pause tout en s'éloignant encore un peu plus d'elle « si t'es venue me voir c'est pour une toute autre raison que ce stupide carton. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2187
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Lun 17 Juil - 16:29 par Maura Belshaw
Ses mains glissèrent lentement sur son ventre trop plat, trop fin. Ses doigts pouvaient encore tracer des cercles sur la peau de son ventre, des lettres, des mots, des dessins imaginaires, avant qu'elle ne prenne conscience de ses gestes et replace correctement son chemisier. Son père lui avait promis que la douleur finirait par disparaître, ou tout du moins, qu'elle s'y habituerait, avec le temps. On lui avait promis quelque chose qui n'arrivait pas. Quelques mois plus tôt elle aurait même obligé Brahms à poser sa main, ici aussi, pour sentir le bébé bouger et elle aurait relevé les yeux vers les siens, avec cette lueur de bonheur qui avait depuis disparu. Elle se préparait mentalement à la douleur de regarder vers Brahms et de ne rien trouver dans le noir de ses yeux. « Je ne vis pas seul, je vis pour la danse. » Cette pensée lui donnait la nausée, une douleur lui traversa la poitrine, comme si quelqu'un appuyait volontairement sur une blessure qui n'avait pas encore cicatrisé. « et ça me convient, pour l'instant. » Elle essayait d'imaginer comment aurait été leur vie, si elle n'avait pas perdu leur enfant, si son corps avait été moins fragile, moins faible, si elle avait pu mener sa grossesse jusqu'au bout. Peut-être que Brahms se serait réveillé au contact du nouveau né, alors peut-être aurait-il compris que la danse ne lui apporterait jamais ce qu'un enfant pouvait lui offrir. Elle souffrait encore de ses mots et de son amour pour la danse, même séparée de lui. Une expression exaspérée traversa ses traits, sans doute parce qu'elle n'avait pas totalement fait le deuil de leur relation. Elle espérait recevoir un appel du commissariat, être assignée dans une enquête particulièrement compliquée, risquée ou dangereuse. Assez pour lui occuper l'esprit, ne plus penser à Brahms et à sa danse classique stupide. Peut-être qu'elle l'avait toujours su, mais aveuglée par son amour pour lui, elle refusait de voir la vérité en face. Elle n'avait plus besoin de partager sa peine avec lui, il n'était plus son partenaire, juste un ex avec lequel elle venait de partager une danse. Elle perdait le fil de la conversation et du temps. Il avait failli être père, elle aurait pu le secouer pour qu'il en parle mais elle n'en fit rien. Elle voulait simplement partir, maintenant qu'elle l'avait revu. « tu me fuis, Maura. » Son cœur loupa un battement lorsque son regard croisa le sien. Elle détailla chacune de ses expressions, retenant son corps qui lui hurlait de s'approcher, de se fondre entre ses bras immenses. Elle resta plantée là, luttant contre cette envie violente qui restait invisible pour ses yeux à lui. Les traits de son visage s'étaient durcis sous son air sévère. Il avait raison, elle prenait la fuite avant de déraper. « si t'es venue me voir c'est pour une toute autre raison que ce stupide carton » Il n'avait pas besoin de le dire, il le savait déjà tous les deux. Elle se tourna vers l'appartement, ses doigts se posèrent avec douceur sur l'encadrement de la porte. Elle fixa un instant le salon rangé à la perfection et un léger soupir s'échappa de ses lèvres avant de tourner le visage vers celui de Brahms. Il se tenait loin, sévère, distant et inaccessible, comme si aucune émotion ne pouvait l'atteindre. Ses doigts connaissaient encore la forme de son visage, les contours de son maigre sourire ou la pointe de son nez. « Vraiment ? Tu penses que je suis venue pour quoi d'autre ? » dit-elle, doucement, croisant les bras sous sa poitrine. « J'avais envie de te voir. J'avais besoin de savoir si tu allais bien. » Elle s'inquiétait pour deux, Maura, depuis le début. Elle s'inquiétait toujours pour tous les autres, mais jamais vraiment pour elle. « Ça ne serait pas raisonnable que je reste plus longtemps ici. Mais je peux toujours prendre le temps de laver mon verre, si tu veux. Tu risques pas de le faire, toi. » souffla-t-elle en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Dancers don't need wings to fly.
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3410
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Lun 17 Juil - 22:25 par Brahms L. De Bury
Il avait repéré ses quelques gestes perdus sur son ventre, elle ne cessait de le caresser comme un automatisme comme si elle espérait que soudainement le bébé y retrouve sais place et que jamais le médecin ne vienne lui annoncer la terrible nouvelle. Mais il ne disait rien Brahms, il n'avait pas envie de la froisser davantage alors il faisait comme si de rien n'était. Il avait mieux vécu la perte de leur enfant qu'elle, il en était sûr maintenant qu'il la voyait. Parce qu'il se cachait derrière un mur invisible comme si rien ne pouvait l'atteindre, il avait toujours su mettre ses sentiments de côté pour la danse. Parce qu'il avait grandit avec cet esprit là. Ses professeurs lui avaient apprit la rigueur, la sévérité et à avoir un mental d'acier parce que comme il le répétait sans cesse à ses élèves il fallait se relever plus fort à chaque chute, même après une blessure, parce qu'une autre personne attendait juste là derrière pour prendre sa place. Et il avait toujours appliqué ce conseil à la lettre. Quand la fatigue engourdissait ses membres il avait enchaîné les répétitions. Quand sa cheville devenait douloureuse il forçait dessus en retombant gracieusement sur le sol. Mais quand les moqueries retentissaient dans son esprit il était tétanisé, il oubliait soudainement tous les conseils donnés à ses élèves. Il avait besoin de la danse pour occuper ses pensées, il ne laissait pas de place pour les vacances parce que tout cela voulait dire prendre le risque de penser à autre chose, quelque chose qu'il ne souhaitait pas. Il poussa un soupir, glissa sa main derrière son cou. Peut-être que c'était ça le problème, il ne prenait pas assez de temps pour lui ; avec l'été particulièrement chaud peut-être qu'il devait prendre un peu de temps pour lui, partir en vacances à la mer ou tout simplement profiter du soleil pour se poser près de la piscine à son château, tout qui pouvait lui changer les idées. Il fut un temps où il aurait proposé à Maura de le suivre. Il reporta à nouveau son regard sur la jolie blonde.  « Vraiment ? Tu penses que je suis venue pour quoi d'autre ? » il haussa les épaules, qu'esperait-il au fond ? qu'elle vienne lui avouer des sentiments qui n'existaient sûrement plus de son côté ? Et pour que cela les mène à quoi ? Il reprendrait la meme vie, peut-être que lassé de croiser son voisin tous les matins il finirait par demander à Maura d'emménager dans son appartement, plus grand que le sien. À nouveau il pensait à étaler sa richesse alors qu'il se l'était interdit depuis sa chute. Il garda le silence. « J'avais envie de te voir. J'avais besoin de savoir si tu allais bien. » il releva la tête vers elle. Depuis leur séparation il n'avait pas franchement montré signe que tout allait bien de son côté, comme il savait très bien le faire il s'était à nouveau plongé dans la danse, peut-être même encore plus qu'avant la rupture. « Qu'est-ce que ça peut te faire ? » il ne cherchait pas à se montrer désagréable avec elle mais il ne supportait pas qu'une personne prenne soin de lui. Il baissa les paupières quelques instants. Elle avait toujours fait passer les autres avant elle-même et lui n'avait même pas été capable de la faire passer avant la danse.  « Ne te préoccupes pas de moi, Maura. Tu as l'air fatiguée, tu te donnes corps et âme pour ton travail depuis ... enfin, depuis quand n'as-tu pas pris de vacances ? » il espérait se tromper, il espérait qu'elle ne mette pas toute son énergie dans son travail mais sur ce point ils étaient semblables, ils devaient occuper leurs pensées et le travail était aussi important pour l'un comme pour l'autre.  « Ça ne serait pas raisonnable que je reste plus longtemps ici. Mais je peux toujours prendre le temps de laver mon verre, si tu veux. Tu risques pas de le faire, toi. » il arqua un sourcil avant de laisser l'ébauche d'un sourire s'imprimer sur ses lèvres « reste au moins dîner, sinon je vais finir par croire que tu sors avec ton voisin. » il marqua une pause « et je ferai l'effort de faire la vaisselle. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2187
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Mar 18 Juil - 10:27 par Maura Belshaw
« Qu'est-ce que ça peut te faire ? » Ses yeux roulèrent vers le le ciel, exaspérée par son attitude. Elle recula encore de plusieurs pas, jusqu'à ce que son dos rentre en contact avec le mur derrière et qu'elle décide de refaire un pas en avant. Ses expressions n'avaient plus aucun secret pour la jeune femme, elle savait encore reconnaître son agacement parce qu'il n'avait jamais supporter qu'elle puisse s'inquiéter pour lui. « Ne te préoccupes pas de moi, Maura. Tu as l'air fatiguée, tu te donnes corps et âme pour ton travail depuis ... enfin, depuis quand n'as-tu pas pris de vacances ? » Elle se figea, ses doigts se resserrant contre ses bras. Son front se plissa sous la colère et une douleur trop familière lui traversa la poitrine. Elle crut, pendant une fraction de seconde, que la souffrance ne s'arrêterait jamais. Parce qu'elle était incapable de chasser ce souvenir de sa mémoire, n'était pas bien certaine d'y parvenir un jour. Elle se sentait nauséeuse, épuisée et le ventre creux pour n'avoir pas beaucoup dormi ni mangé depuis des jours. Elle releva légèrement le visage, les bras toujours croisés sur sa poitrine, lui adressant un regard mauvais et triste. C'était trop dur à supporter, trop pénible à vivre, son cœur pleurait encore la perte de cet enfant qu'elle avait à peine connu, porté tout juste quelques mois avant que la vie ne le lui reprenne. « Ne commence pas Brahms, ça ne te regarde pas non plus si je préfère travailler plutôt que de partir en voyage. » souffla-t-elle sèchement. Elle secoua doucement la tête, jusqu'à fixer son regard glacial dans le sien, parce qu'elle ne cesserait jamais de s'inquiéter pour Brahms, de l'aimer ou de s'épuiser au travail pour s'occuper l'esprit. Ils n'étaient plus ensemble, ils devaient apprendre à tourner la page. « reste au moins dîner, sinon je vais finir par croire que tu sors avec ton voisin. » Son agacement s'évapora lentement, laissant place à un sourire relever le coin de ses lèvres. A nouveau l'image de Cole glissa dans ses pensées et elle leva les yeux au ciel, une lueur moqueuse brillant dans ses pupilles. Elle ferma les paupières quelques secondes, pesant le pour et le contre, un soupir s'échappant de ses lèvres, moins de lassitude que de résignation. Ça l'ennuyait. Il n'avait pas le droit de croire qu'il pouvait encore avoir son mot à dire sur sa vie. Ou simplement d'être jaloux quand lui, il lui interdisait de l'être ou de s'inquiéter. Il ne pouvait pas non plus lui faire des reproches et l'inviter ensuite. « et je ferai l'effort de faire la vaisselle. » Ils dansaient, il l'invitait à rester manger, ils dépassaient des limites invisibles qu'elle regretterait forcément le lendemain. « Tu peux déjà commencer par nous trouver quelque chose à manger. » Elle effectua quelques pas dans sa direction, dans le but de le suivre à l'intérieur avant de s'arrêter brusquement pour lui faire face, posant sa main sur son poignet pour attirer son attention. Ses yeux glissèrent jusqu'aux lèvres de Brahms, puis remontèrent jusqu'à son regard noir. « Qu'est-ce que ça peut te faire que je sorte ou pas avec mon voisin ? Si je réponds oui, tu refuseras que je reste ? » souffla-t-elle, un fin sourire se dessinant sur ses lèvres, en reprenant volontairement ses mots à lui. « Tu refuses que je me préoccupe de toi mais tu fais pas mieux. Tu n'as plus ton mot à dire sur ce que je fais de mon temps libre ou les gens que je décide de voir. » Ils ne pouvaient plus agir comme si ils n'étaient pas séparés depuis des mois.
Revenir en haut Aller en bas
Dancers don't need wings to fly.
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3410
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Dim 23 Juil - 12:49 par Brahms L. De Bury
Il leva les yeux au ciel. Brahms n'aimait pas que les gens se fassent du soucis pour lui, il avait apprit à grandir dans une famille qui même si elle lui avait apporté l'amour dont il avait besoin durant son enfance lui avait également apprit qu'à chaque blessure il devait se relever plus fort sans passer des heures dessus, alors non il n'appréciait pas que son ex petite-amie puisse jouer les « psychologues de comptoir » en sa compagnie. Il était également persuadé qu'elle n'avait pas prit de vacances depuis des mois voire des années « Ne commence pas Brahms, ça ne te regarde pas non plus si je préfère travailler plutôt que de partir en voyage.» il était bien tenté de lui lancer une énième pique sur son travail mais il s'abstient. Il ne comprenait pas comment elle préférait se retrouver dans un commissariat plutôt que profiter de la mer ou de la piscine d'un hôtel cinq étoiles au Maroc. Il croisa les bras sur sa poitrine, elle avait raison ça ne le regardait pas mais de la même manière qu'elle s'était mêlée de sa propre vie, il ne pouvait s'empêcher de répliquer « Mais je maintiens que des vacances te feraient le plus grand bien. » il suffisait de jeter un rapide coup d'oeil sur sa silhouette pour le remarquer et malgré tout elle restait d'une beauté à lui couper le souffle. Il se sentait comme un gamin de quatorze ans dès qu'il posait son regard ébène sur elle, elle était la seule et l'unique à faire tomber sa carapace et le rendre vulnérable. « Mais ne fais pas des essayages de bikini devant Cole, il ne saurait pas se tenir. » un léger sourire étira le coin des lèvres de Brahms, il ne portait pas le voisin de la jolie blonde dans son cœur et éprouvait une forme de jalousie à l'idée de les voir dans les bras l'un de l'autre. Il ferma brièvement ses paupières pour chasser cette image de ses pensées, attendant le verdict de la jeune femme sur son invitation à dîner. « Tu peux déjà commencer par nous trouver quelque chose à manger.» il souffla presque de soulagement, il n'espérait rien venant de sa part certainement pas une nouvelle relation amoureuse, pas dans ces conditions, même si l'idée lui traversait encore actuellement l'esprit alors qu'il la regardait, mais ils n'avaient pas passé de temps ensemble depuis la rupture. Souvent il s'était demandé si il n'aurait pas été préférable de surmonter l'épreuve de la fausse-couche ensemble plutôt que de partir chacun de son côté faire sa propre vie. Il se mordilla à nouveau la lèvre avant de glisser sa main derrière sa nuque. « Je te fais un cocktail pour commencer ? » avec cette chaleur, frôlant presque la canicule, il avait pensé à demander à son domestique d'acheter de quoi faire des cocktail avec ou sans alcool pour se rafraîchir lorsque la climatisation et le ventilateur n'étaient plus assez suffisant pour combattre la chaleur. Il fronça les sourcils en sentant la main de la jeune femme se poser sur son poignet, il baissa la tête vers son visage. « Qu'est-ce que ça peut te faire que je sorte ou pas avec mon voisin ? Si je réponds oui, tu refuseras que je reste ? » il haussa les épaules « Disons que si il est jaloux je préfère éviter qu'il vienne me casser la gueule parce que je t'ai invitée à dîner, mon visage c'est aussi mon outil de travail. Donc ouais, je pourrais revenir sur ma proposition. » parce que De Bury n'avait jamais été friand des hommes violents contre lesquels il était incapable de se défendre, il n'aimait pas la violence qui le faisait grimacer, il préférait prendre la fuite plutôt qu'avoir à utiliser ses poings et du peu qu'il se souvenait de la carrure de Cole il était persuadé n'avoir aucune chance. « Tu refuses que je me préoccupe de toi mais tu fais pas mieux. Tu n'as plus ton mot à dire sur ce que je fais de mon temps libre ou les gens que je décide de voir. » il en serait presque vexé, de sa remarque, mais il se contenta de la balayer d'un geste de la main « Je n'ai jamais eu mon mot à dire là-dessus. » ça ne sonnait pas comme un reproche « qu'est-ce que tu veux manger ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2187
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : remy + danny.
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Dim 23 Juil - 19:09 par Maura Belshaw
Il y avait quelque chose de doux et amer dans ces retrouvailles, comme un jour longuement attendu qui ne serait pourtant pas à la hauteur de ses espérances. Maura n'était pas certaine d'avoir fait le bon choix en venant ici, devant un visage qu'elle revoyait parfois dans ses rêves, imaginait souvent dans son lit. C'était contre-productif aussi de venir le voir et d'espérer passer à autre chose. Elle soupira, un peu plus fort que nécessaire, la gorge nouée par l'émotion et la frustration que les mots de Brahms engendraient sur son humeur. « Mais je maintiens que des vacances te feraient le plus grand bien. » Elle tourna son visage vers la baie vitrée, sa silhouette à peine éclairée par les lumières de la ville et celles de l'appartement. Elle devinait sans mal ses traits tirés par la fatigue, le résultat de travailler autant et de dormir si peu. Elle se détourna rapidement de son reflet, un goût amer dans sa gorge sèche, parce que Brahms sous-entendait, volontairement ou pas, qu'elle avait perdu de son éclat, peut-être même qu'il ne la trouvait plus jolie. Détournant les yeux, elle croisa les bras, dans une tentative de lui montrer son agacement et elle se mordit la lèvre inférieure pour retenir quelques mots qu'elle aurait forcément fini par regretter. « Mais ne fais pas des essayages de bikini devant Cole, il ne saurait pas se tenir. » Il lui donnait encore des ordres. Elle se contenta de lever les yeux au ciel, parfaitement consciente qu'il avait raison à propos de Cole mais elle s'évertuait à être bornée et n'en faire qu'à sa tête. « C'est un ordre ? » souffla-t-elle sèchement avant que ses traits ne se détendent, laissant un sourire étirer ses lèvres. « Je viendrai les essayer devant toi si tu préfères. » Elle haussa les épaules pour se donner une contenance, chasser le tumulte de son cœur et cette vague de chaleur dans le creux de ses membres en imaginant un tel moment se produire. Elle se souvenait encore de l'époque où elle lui tournait autour, rougissait à chaque fois qu'elle le séduisait, ou lorsqu'il il la faisait rire aux éclats malgré elle avec son côté très snob. Lui était probablement immunisé contre la moindre courbe de son corps fatigué, elle ne lui faisait peut-être même plus aucun effet alors qu'il côtoyait à longueur de journée le corps parfait de jolies danseuses. Elle frissonna, résistant cette fois à l'envie de regarder dans sa direction, pour ne pas avoir à supporter le poids de son regard sévère et froid. « Je te fais un cocktail pour commencer ? » Elle acquiesça, tirant sur l'ourlet de ses manches pour les relever jusqu'à ses coudes. Malgré la légèreté de son chemisier, elle était brûlante, Maura, étouffant sous la chaleur accablante que subissait Londres depuis plusieurs jours. Elle regrettait presque de ne pas avoir enfilé une robe de son dressing et roula sa deuxième manche avec plus de violence que nécessaire, à en faire rougir la peau de son bras, parce que les mots de Brahms l'agaçaient encore. « On est un couple très ouvert, il ne dira rien, ne t'inquiète pas. Ton visage n'a rien à craindre. » Elle ne comprenait pas à quoi il jouait, elle ne comprenait pas non plus comment Cole parvenait à l'ennuyer aussi profondément même lorsqu'il n'était pas ici. Elle suivit Brahms à l'intérieur de l'appartement, réfléchissant à ce qu'ils pourraient manger, parfaitement consciente que, peu importe son choix, la cuisine immense aurait sans doute les ingrédients dans ses placards. « On commande une pizza ? Ça nous laisse le temps de faire nos cocktails comme ça. » Son regard se posait partout, sur le sol éclatant, les meubles hors de prix et toutes les portes dont elle se demandait si elles conduisaient toutes à des pièces encore plus grandes. « Mais si tu parles encore une fois de Cole, je pars le rejoindre. Je suis pas venue ici pour parler de lui. » Ni pour avoir son image se superposer aux souvenirs ou aux sentiments que Brahms provoquaient chez elle. Elle resta à l'entrée de la cuisine trop grande, trop luxueuse, hésitante. « Toutes les pièces sont immenses ? Où est-ce que tu habites quand tu n'es pas là ? Tu as dit que tu n'étais pas souvent ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Dancers don't need wings to fly.
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 3410
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude c. sycamore (a. skarsgård ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
message posté Hier à 19:01 par Brahms L. De Bury
The beauty of a woman must be seen from in her eyes, because that is the doorway to her heart, the place where love resides. ✻✻✻ La mélancolie se mêlait à son cœur jusqu'à se refléter dans ses mouvements, dans ses paroles. Il regrettait presque déjà son invitation à dîner comme il était content qu'elle l'ait accepté, des sentiments contraires se livraient bataille dans sa tête, dans son organe vital qui battait pour elle dans le creux de sa poitrine. L'envie d'effleurer la peau de la jeune femme tambourinait sur ses tempes comme pour lui rappeler qu'il était loin du temps où il déposait encore ses lèvres rouges dans le cou de son interlocutrice. Il glissa ses mains l'une dans l'autre, dans son dos, comme pour les occuper, ne pas être tenté de les faire glisser le long des bras de la jolie blonde, parce qu'elle avait raison ; il n'était plus en droit d'avoir son mot à dire sur ses fréquentations et ses agissements. La rupture était encore trop présente dans son esprit, lorsque s'extirpant d'un cauchemar à son sujet il remarquait la froideur de son lit, la place libre qui s'étendait immense devant ses yeux, comme la plaie béante dans son cœur qui ne trouvait aucune guérison. « C'est un ordre ? » il plissa les yeux devant la sécheresse de sa voix, détachant ses mains dans son dos pour laisser ses bras rejoindre le long de son corps, il ne donnait d'ordres qu'à ses élèves mais sa voix stricte et sévère laissait planer le doute quant à ses intentions, il était le genre d'homme à ne jamais laisser un sourire barrer ses lèvres rouges, ne laissant aucun signe sur son visage présager d'une éventuelle plaisanterie ou d'une remarque déplacée. « Je viendrai les essayer devant toi si tu préfères. » la boule au ventre venait de réapparaître sous sa peau, à l'idée de revoir la jeune femme vêtue d'un simple bikini, la drague était l'un de ces concepts qu'il ne comprenait pas et qui le mettait mal à l'aise. Maura était une femme ravissante, celle qui avait su capter son attention dès lors qu'il avait posé son regard ébène sur son visage et pourtant rien ne présageait qu'il en vienne à s'intéresser à une flic plutôt qu'à une danseuse. Il balaya l'image de la jeune femme en maillot de bain avant de se mordiller la lèvre inférieure comme un enfant venant de tomber sur une page d'anatomie d'un livre de sciences et vie de la terre. « Je rêves ou tu es en train de flirter avec moi ? » le rouge lui avait soudainement monté aux joues alors qu'il formulait ses pensées à voix haute, ne sachant pas où poser son regard et estimant soudainement que le mur au dessus de son épaule devenait digne de son intérêt « je ne crois pas que toutes les filles ont envie d'essayer des bikinis devant des hommes sans flirter avec eux. » il ne se sentait que plus idiot à donner une explication à ses paroles, au rouge qui embrasait ses joues. La canicule n'était plus la seule à lui donner l'impression de succomber sous l'effet de la chaleur, tel un adolescent échangeant son premier baiser le rouge lui brûlait les joues, plus il essayait de le faire disparaître en pensant à autre chose plus il s'intensifiait. Il se racla la gorge, brièvement. Comme si ce simple geste allait provoquer des miracles. Brahms avait conscience que la situation était gênante et malgré ses joues il s'en accommodait, revivant mentalement leurs premiers échanges, lorsqu'elle tentait d'attirer son attention et qu'il jouait l'indifférence pour garder de son sérieux et de sa sévérité, alors que son cœur ne ressentait que le besoin de lui offrir un baiser. « On commande une pizza ? Ça nous laisse le temps de faire nos cocktails comme ça. » sa voix le tira de ses pensées alors qu'il posait à nouveau son regard sur le délicat visage de son interlocutrice, doutant qu'une seule et unique pizza puisse réellement les rassasier tous les deux. Il glissa sa main dans la poche de son pantalon pour en sortir le dernier iphone et le tendre à Maura, un sourire presque désolé sur les lèvres d'étaler à nouveau sa richesse devant ses yeux « je te confie la tâche des pizzas, celles que tu veux. deux ou trois, t'es une gourmande. Je vais préparer les cocktails. » et il n'allait plus évoquer cole, parce qu'elle avait raison et que lui-même n'avait aucune envie d'avoir son visage de dragueur devant les yeux, il n'avait pas envie d'imaginer les mains de cet homme découvrir le corps de la femme qu'il aimait encore. Il marqua un pas vers Maura, prêt à se diriger vers sa cuisine, avant que la voix de la jeune femme ne vienne à nouveau chatouiller son audition, le stoppant dans son élan, le ramenant à la réalité de sa richesse, la réalité de leurs mondes diamétralement opposés « Toutes les pièces sont immenses ? Où est-ce que tu habites quand tu n'es pas là ? Tu as dit que tu n'étais pas souvent ici. » la boule au ventre se faisait plus douloureuse, est-ce qu'il la dégoûtait avec son argent ? avec ses billets à ne plus savoir quoi en faire. Il déglutit. Parfois il pensait à la simplicité de sa jeune sœur, une simplicité qu'il ne connaissait pas et qu'il était incapable de côtoyer parce qu'il était né avec une cuiller en or dans la bouche, parce que ça lui allait. « Il n'y a personne à déranger alors tu peux visiter, si tu veux. » il lui tournait le dos, comme si il n'assumait pas ses propres paroles, il vivait seul dans un immense appartement qui pouvait accueillir une famille nombreuse, habituellement cette réflexion ne lui posait pas de problème mais il se sentait soudainement honteux de l'avouer à Maura « au château. enfin, je veux dire ... pour ta deuxième question, je vis au château de bury. le terrain de golf me détend et à défaut de danser je pratique toujours l'équitation. »
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
keep your head up, keep your heart strong. (brahms)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
» place your head on my beating heart, (cat)
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» One Piece Strong World 0

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington-