Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

I’m waking up to ash and dust ... feat Nate

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3114
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
() message posté Mar 29 Aoû - 20:51 par Marlon D. Wallenstein
Mon frère avait fini par aller chercher les médecins et il était revenu avant de s'éclipser et de me laisser seul avec Nate quelques minutes. Les médecins étaient arrivés et Nate est allé rejoindre mon frère. Ils auraient pu tout aussi bien rester d'ailleurs, ils faisaient partis de la famille après tout, même si pour Nate c'était plus récent, mais je le considérais aussi comme un frère, depuis que l'avais rencontré il m'avait aidé en beaucoup de choses. J'avais parfois du mal à me dire que j'étais adulte. Je n'étais plus un adolescent puisque j'avais passé dix-huit ans, mais je n'étais pas un adulte non plus puisque j'étais encore jeune et je n'avais même pas une maison à moi. J'étais entre les deux, un adulescent peut être … ce terme me convenait mieux. Quoi qu'il en soit les médecins m'ont expliqués que la drogue s'évacuait de mon système grâce au produit qu'ils m'injectaient dans la perfusion. Ils m'ont dit que je pourrais sortir bientôt et évidement ils m'ont proposé de voir un psychologue étant donné les circonstances. J'ai levé les yeux au ciel d'abord, mais j'ai accepté. Je savais de toute manière que je ne pouvais pas y échapper. Ils sont partis et j'ai demandé qu'ils disent à mon frère et à Nate de revenir dans la chambre. Mon frère a tout de suite demandé « Alors ? Qu'est-ce qu'ils t'ont dit? » Je lui ai donc répondu tout en m'adressant aussi à mon deuxième sauveur qui avait bien le droit de savoir les nouvelles aussi :

« Je pourrais bientôt sortir et … ils veulent que je vois un psy ... »

«Tu as dis oui ? »

« Ouai ... »

« Bien. Je suis content que tu t'en sorte frangin, je vais aller voir maman, tu viendras chez moi quand tu sortiras. Je ne veux pas que tu retournes là-bas. Nate, à la prochaine et encore merci. »

Il est venu m'embrasser sur le haut de la tête comme il le faisait souvent quand j'étais plus jeune et même encore maintenant. Il a serré la main de Nate et il est parti. Je me disais que ça devait être un peu bizarre pour Nate d'entendre ce genre de phrase. Il ne connaissait pas vraiment toute l'histoire et je me suis senti obligé de précisé une fois que mon frère était parti et avant qu'il ne me pose des questions :

« Ma mère a tendance à boire beaucoup, c'est moi qui m'occupe d'elle en générale quand elle rentre et elle aussi pas mal de médicaments à la maison … Ce n'est pas qu'il ne l'aime pas. Il veut juste … que je ne refasse pas de bêtises … »

Je ne savais pas s'il comprenait vraiment quelque chose à ce que je racontais. J'ai donc fini par avouer :

« Je lui avais pris des somnifères et une de ses bouteilles la première fois que ... »

Je n'avais pas vraiment besoin de dire la suite. Nate avait compris ce que j'avais fait, je n'avais pas eu besoin de lui dire. Il ne savait juste pas comment je l'avais fait et au fond ce n'était pas la manière , c'était le fait, même si je le regrettais aujourd'hui. Je savais qu'il ne me jugerais pas là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.

» Date d'inscription : 05/07/2014
» Messages : 2876
» Avatar : Grant Gustin
» Âge : 26 ans déjà...
» Schizophrénie : R.i.K.a && Sha(ton)
() message posté Ven 1 Sep - 21:25 par Nathanael E. Keynes
J'ai absolument aucune idée du temps qu'il a fallu pour que les médecins ressortent de la chambre de Marlon et nous fassent signe, à Miles et moi, nous laissant l'autorisation de le rejoindre. Miles s'est aussitôt approché de son frère, et l'a interrogé directement. Pour ma part, je suis resté en retrait, près de la porte d'entrée.

« Alors ? Qu'est-ce qu'ils t'ont dit?
- Je pourrais bientôt sortir et … ils veulent que je vois un psy ...
- Tu as dis oui ?
- Ouais...
- Bien. Je suis content que tu t'en sorte frangin, je vais aller voir maman, tu viendras chez moi quand tu sortiras. Je ne veux pas que tu retournes là-bas. Nate, à la prochaine et encore merci.
- De rien... Euh... »


Je m'attendais pas à ce que Miles s'en aille aussitôt, et si j'ai froncé les sourcils à la mention de leur mère et au refus catégorique de l'aîné pour que le plus jeune séjourne chez elle pendant quelques temps, c'est l'incompréhension qui se lit sur mon visage quand je me retrouve seul avec le blond, après avoir serré la main du grand frère qui nous laisse seuls. Mais j'ai pas le temps de poser de question - et je sais pas si je l'aurais fait sur ce coup-là - que Marlon prend les devants et m'explique brièvement.

« Ma mère a tendance à boire beaucoup, c'est moi qui m'occupe d'elle en général quand elle rentre et elle a aussi pas mal de médicaments à la maison… Ce n'est pas qu'il ne l'aime pas. Il veut juste… que je ne refasse pas de bêtises… Je lui avais pris des somnifères et une de ses bouteilles la première fois que ... »

Je me suis approché alors, songeant que j'apprends décidément trop de choses en une courte nuit d'été et pas vraiment des choses que je suis ravi de découvrir. A nouveau assis sur la chaise près de son lit que j'ai quittée un peu plus tôt pour laisser les médecins lui parler en privé, je suis revenu lui prendre la main, mais je reste soucieux, je dois bien avouer. Son corps ne gardera pas de trace de tout ça, certes. Mais sa tête et son coeur sont définitivement meurtris et pas que par cette nuit.

« Un cocktail détonant... C'est certainement pas à moi de parler de ça, mais... ta mère se rend compte qu'elle a un problème, au moins ? C'est... Enfin, ne serait-ce que pour elle, mais aussi pour toi, ça serait pas mal qu'elle... arrête tout ça... »

Moui, c'est vraiment pas à moi de prendre cette décision pour eux, clairement, cela dit, je pense pour le coup que c'est une bonne chose que son frère l'héberge quelques temps. Et je peux pas m'empêcher de me demander quel genre de mère continue à garder chez elle ce qui a failli lui coûter la vie de son fils, mais je ferais sans doute mieux de pas la ramener sur les comportements parentaux déplacés...

« J'ai un ami qui a été en cure dans un centre très bien, un peu en dehors de la ville... Si jamais, je peux retrouver les coordonnées... »

Un sourire étire mes lèvres comme je songe à Stan, même si nos contacts sont plus rares maintenant qu'on a tous les deux des vies assez séparées.

« Ca l'a aidé à se sortir de tout ça, et aujourd'hui, il vit de nouveau normalement... Mieux même, il y a rencontré l'homme de sa vie... »

Je pense même pas vraiment exagérer sur ces mots, parce que vu comme il parle de Ciarán à chaque fois qu'on se téléphone, et vu comme ils sont à chaque fois que je les ai vus ensemble, c'était juste impossible de les imaginer l'un sans l'autre...

« Comme quoi parfois, des événements difficiles finissent quand même par apporter de belles choses... »

Et oui, ça c'est censé tenter de l'encourager et le rassurer. Ca a sans doute l'air d'être une phrase toute faite, j'imagine bien, mais il n'empêche que c'est la vérité pour mon pote, alors pourquoi pas pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/07/2014
» Messages : 3114
» Pseudo : Rose
» Avatar : alex petyffer
» Âge : 27 ans 10/07/90
» Schizophrénie : Tom Johnson /Violet Abbot/ Damian Ledovskoï
() message posté Dim 8 Oct - 21:11 par Marlon D. Wallenstein
Je ne suis pas mécontent que mon frère soit parti. Je me sens mal à l'aise dans ce genre de moments. Je sais qu'il veut me protéger et je sais qu'il a aussi beaucoup souffert de mes actions alors je ne veux pas trop lui en faire voir, bien que ça n'est encore pas gagné pour cette fois, mais c'est différent là. Je n'ai jamais voulu ce qui s'est passé, mais ce n'est pas pour ça qu'il à l'air plus rassuré. Je ne suis pas surpris qu'il veuille que je vienne chez lui. J'ai expliqué à Nate pourquoi il ne valait mieux pas que je retourne chez moi. Ma mère avait tendance à boire et ce ne serait pas une bonne idée de me laisser là-bas. J'ai haussé les épaules. Je ne sais pas si elle se rend compte.

« J'ai l'impression que des fois oui et des fois non. On n'en parle pas vraiment en réalité. Je pense qu'elle souffre déjà assez comme ça sans que je lui rabâche sans cesse que c'est une alcoolique. »

J'essaie de la ménager comme je peux, de m'en occuper, même si ça devient de plus en plus difficile. Ça fait parti de mon rôle de fils, même si c'est plutôt l'inverse qui devrait se faire, mais on ne peut pas tout avoir. Elle n'a pas eu de chance non plus avec notre père. Il est parti en nous lui laissant trois enfants à charge, il n'est jamais réapparut. Je peux comprendre qu'elle ait craquée à un moment donné. Elle a travaillé toute sa vie pour essayer de joindre les deux bouts et même avec ça on arrive pas à finir les fins de mois. Je comprends pourquoi elle boit, même si ce n'est pas la solution. Ca me touche en tout cas qu'il s'inquiète pour nous.

« Pourquoi pas, je ne suis pas certain qu'elle accepterait de s'y rendre mais on peut toujours essayer. Et il ne faut pas en vouloir à mon frère tu sais, il essaie juste de me protéger. Je lui en ai fait tellement voir. Entre moi et ma mère il est servi … heureusement que mon autre frère n'est pas comme moi. »

J'aimerais parfois être plus comme mon deuxième frère, lui fait le tour du monde. Il n'a personne en charge et n'a que lui-même à s'occuper. Il voyage, je l'envie énormément. On a toujours été très soudé tous les trois quand on était petit et même avec le temps et avec l'un de nous au bout du monde, on est là les uns pour les autres. Je suis persuadé que dans quelques heures je verrais Mike débarquer, parce que Miles lui aura dit ce qui m'est arrivé. Il restera quelques temps avant de repartir faire son tour du monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.

» Date d'inscription : 05/07/2014
» Messages : 2876
» Avatar : Grant Gustin
» Âge : 26 ans déjà...
» Schizophrénie : R.i.K.a && Sha(ton)
() message posté Sam 21 Oct - 9:00 par Nathanael E. Keynes
Il y a des choses qu'on préférerait ne pas apprendre, j'imagine, sur les gens. Savoir que Marlon a déjà tenté de mettre fin à ses jours n'est pas vraiment une nouvelle que je prends avec joie, loin s'en faut, et on s'en douterait. D'un autre côté, je crois que ça explique aussi, en bonne partie, ce qui transparaît quand il est sur scène. L'émotion qu'il fait passer par le biais des morceaux qu'il chante et joue ne vient pas de nulle part, et il est visiblement capable de se servir de son passif pour faire vivre les morcaux qu'il choisit de présenter sur scène. On ne chante pas une rupture de la même manière quand on a vécu la perte d'un être cher, que lorsqu'on en ignore la douleur. On ne chante pas le deuil de façon aussi poignante si on ignore ce que c'est qu'enterrer un de ses proches. Et on n'exprime pas le mal-être quotidien, qui pourtant fait souffrir tant de gens, quand on n'a rien à regretter. Je comprends mieux, quelque part, pourquoi ses passages sur scène me font autant d'effet. Ecorché vif, c'est l'impression qui me reste, et son bagage familial n'aide manifestement pas. Pas plus que son vécu personnel, et l'événement dramatique de ce soir n'y sera pas indifférent non plus.

Je suis soulagé qu'on soit arrivés, avec Miles, si ce n'est à temps, parce qu'il en restera forcément un traumatisme, au moins avant que l'ordure qui l'a agressé n'arrive à aller trop loin. Je le suis moins de savoir qu'il va lui falloir composer avec une mère alcoolique pour se remettre de tout ça. Et oui, ça m'inquiète, même si ce n'est pas forcément ma place. Est-ce qu'elle sait, au moins, ce qu'elle fait subir à son fils ? Est-ce qu'elle sait, au moins, que ça n'est pas une situation normale ?

J'ai l'impression que des fois oui, et des fois non. On n'en parle pas vraiment en réalité. Je pense qu'elle souffre déjà assez comme ça sans que je lui rabâche sans cesse que c'est une alcoolique.

Je ne dis rien, mais je n'en pense pas moins. Stan souffrait aussi. Et sans doute qu'il a souffert davantage quand il a fallu regarder la vérité en face. Sans doute que je n'ai pas été très délicat, non plus, en le livrant aux forces de l'ordre. Mais je ne voyais plus d'autre solution, et je crains fort que sans qu'on lui force un minimum la main, la mère de Marlon ne parvienne pas d'elle-même à admettre que ça ne se résoudra pas tout seul. Accepter l'idée qu'il y a un problème, qu'on a besoin d'aide, c'est la première étape pour guérir, il paraît. C'est sans doute aussi la plus difficile à franchir. Alors je parle de Stan, parce que je sais que lui s'en est sorti, parce que je me dis que ça peut être un bon exemple... Ca ne fonctionnera peut-être pas, mais ça ne coûte rien d'essayer. Et apparemment, le blond partage cet avis.

Pourquoi pas, je ne suis pas certain qu'elle accepterait de s'y rendre mais on peut toujours essayer. Et il ne faut pas en vouloir à mon frère tu sais, il essaie juste de me protéger. Je lui en ai fait tellement voir. Entre moi et ma mère, il est servi... Heureusement que mon autre frère n'est pas comme moi...
- Je ne lui en veux pas le moins du monde, ne t'inquiète pas. Je crois pas que je réagirais très différemment à sa place, en vérité.

Imaginer ma demi-soeur auprès de mon père et ne pas intervenir ? Vu sa capacité à frapper pour le motif de désaccord le plus minime ? Hors de question.

Je ne savais pas que tu avais un autre frère...

Je l'ignorais, mais au fond, ça ne me regardait pas vraiment en même temps. Mais je fais la conversation, un peu, aussi pour alléger un peu l'atmosphère trop lourde de la pièce. Je suis resté discuter avec Marlon un petit moment, et puis les calmants dans ses veines ont commencé à avoir raison de lui.

Je vais te laisser te reposer. Je repasserai demain, avec les coordonnées du centre, au cas où... Et t'hésites pas si tu as besoin de quoi que ce soit, d'accord ?

Je suis sérieux, ça se voit dans mon ton de voix autant que dans mon regard. Quelques instants plus tard, je sortais de l'hôpital, hésitant à envoyer un sms à Tyler pour le prévenir... et je me suis ravisé. Vu l'heure qu'il était, il dormait certainement déjà profondément, et je n'avais pas envie de le réveiller. Je suis rentré chez lui, cependant, sans faire de bruit, avec tous les efforts du monde pour ne pas le tirer des bras de Morphée. La journée à venir allait être longue, vu mon manque de sommeil, mais je comptais bien me rattraper malgré tout de mon absence de ce soir auprès du mec dont je squatte le lit... Peut-être aussi un peu pour me rassurer quant au fait que, malgré les horreurs, la vie était pas forcément toujours si moche que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I’m waking up to ash and dust ... feat Nate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: The Lucky Star
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Sixtine ♠ i'm waking up to ash and dust
» "I'm waking up to ash and dust" ► Leotie
» ETHAN ✖ I'M WAKING UP, TO ASH AND DUST
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-