Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

I've come too far to go back now - Sharona

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/06/2017
» Messages : 290
» Pseudo : Flo
» Avatar : Trevor Wentworth
» Âge : 21
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Mar 15 Aoû 2017 - 19:03 par Nathan Caffrey
Je rigolais doucement quand elle m'annonça que répondre à ma question simplement allait être difficile. Je comprenais totalement ce dilemme. Je n'avais moi-même pas vraiment de chansons préférées, j'en écoutais tellement, et elles étaient totalement différentes selon l'humeur dans laquelle j'étais. Certes, j'avais un petit penchant pour les chansons que nous avions créées avec mon groupe, mais j'étais loin d'être prêt à les partager à qui que ce soit. Même mon père n'avait jamais entendu que des bribes de mélodies. Alors que j'attendais sa réponse, légèrement perdu dans mes pensées, elle détacha ses cheveux avant de faire courir ses doigts dedans, les ébouriffant de façon totalement attirante pour être honnête. Et en la regardant, libérant sa belle et longue chevelure, je réalisais qu'être juste ami avec elle allait être beaucoup plus compliqué que prévu. Elle s'allongea doucement à côté de moi mais le lit était assez grand pour laisser un espace raisonnable entre nos deux corps. Mais cela serait mentir que de dire que mon cœur n'avait pas accéléré face à ce soudain rapprochement. Je gardais mes yeux sur elle alors qu'elle m'expliquait qu'elle aussi écoutait de la musique absolument tout le temps. J'étais heureux de voir qu'elle semblait apprécier un peu tous les genres de musique. Au moins nous étions sur la même longueur d'onde sur ce sujet.
 
-"Puis le dis surtout pas à Nate, mais je suis un peu en mode groupie quand LuSt joue... En même temps, je les connaissais tous les trois avant qu'ils commencent à jouer ensemble, alors je suis pas très impartiale..."
 
Je rigolais doucement en reportant mon attention sur le plafond au-dessus de nos têtes.
 
-"Ton secret est bien gardé avec moi."
 
Alors que la première chanson de ma playlist se terminait, une nouvelle mélodie sortit de mon ordinateur. J'adorais cette chanson et c'était celle que j'écoutais quand j'avais besoin d'un peu d'espoir pour me remonter le moral. Le groupe n'était pas très connu cependant.
 
-"Ca aussi, c'est un super morceau..."
 
Je tournais rapidement la tête vers elle, avec des yeux surpris et un grand sourire sur le visage.
 
-"Tu connais ce groupe ? J'adore cette chanson."
 
Et c'était les petits détails comme cela qui faisaient que j'appréciais encore un peu davantage Sha sans même qu'elle ne s'en rende compte. Je ne le réalisais même pas vraiment moi-même. Et nous restâmes un petit moment silencieux, écoutant ce morceau que nous apprécions tous les deux. Avant qu'elle ne reprenne la parole.
 
-"Mmmh... Ton instrument préféré ? Je vois que t'as une guitare, t'en joues aussi ?..."
 
Je jetais un rapide coup d'œil machinal à la guitare posée près du lit, oubliée contre le mur depuis bien trop longtemps. J'avais essayé mainte et mainte fois d'apprendre à en jouer par moi-même, mais je n'avais pas le talent et pas le temps de le faire tout seul. Et je n'avais pas assez d'argent pour me payer des cours. Marlon devait m'apprendre mais après son accident, je comprenais tout à fait qu'il n'ait plus vraiment la tête à cela. Au final, je ne savais jouer que des accords de base, pas très impressionnants.
 
-"Oh non, je ne sais pas en jouer. C'est mon instrument préféré par contre et un pote devait m'apprendre mais au final ça s'est pas fait. C'est juste un cadeau de mon père. Il devait la donner à mon frère parce que lui sait en jouer mais..."
 
Je me stoppais rapidement, réalisant trop tard que j'avais parlé du seul sujet que je ne voulais pas aborder. Après un coup d'œil involontaire à la photo de mon frère et moi sur le mur, je reportais rapidement mon attention sur Sharona. Avec un peu de chance elle ne relèverait pas cette dernière remarque, ni la soudaine tristesse dans mon regard. 
 
-"J'espère pouvoir l'utiliser un jour."
 
Je posais mes mains sur mon estomac, jetant un coup d'œil à la fenêtre. La pleine lune trônait magnifiquement dans le ciel nocturne et je souris à la vue devant moi. J'avais rarement le temps de me poser et d'apprécier les simples et belles choses de la vie comme un beau ciel de nuit. Je reportais rapidement mon attention sur Sha.
 
-"Tu préfères le jour ou la nuit ?"
 
Je n'avais jamais l'occasion d'apprécier ni l'un ni l'autre, soit occupé à travailler, soit trop fatigué pour rester réveiller tard ou pour me lever assez tôt. Mais l'ambiance de la nuit avait quelque chose de plus mystérieux et plus majestueux que j'aimais particulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Mar 15 Aoû 2017 - 22:14 par Sharona K. García-Brown
Son rire... C'est drôle comme ça me fait plaisir de l'entendre. Et ça me donne un ordre d'idée quant au fait que je dois pas être la seule à avoir du mal à répondre à la question. Je me rends par contre absolument pas compte que le fait que je me détache les cheveux a un effet certain sur lui. Mais à vrai dire, outre le problème qu'on a évoqué juste avant, j'ai un peu de mal à me rendre compte de ce genre de choses... A part les lourdauds comme celui qui nous a soulé l'autre jour, mais là, c'est un autre registre, et qui me dégoûte plus qu'autre chose, soyons clairs. Quand je m'allonge à mon tour sur l'autre partie du lit, en revanche, je peux pas dire que ça me laisse complètement indifférente, et j'ose clairement pas le regarder de peur de lire sur son visage l'impact que ça peut avoir sur lui. Je m'attache plutôt à répondre à sa question, et pour le coup, je parle... un peu trop. Un truc que je fais, parfois, quand je suis assez en confiance et que le sujet est ou assez passionnant ou suffisamment peu sensible pour que j'y parvienne. Avec une pointe d'humour en mentionnant le groupe de Nate, Rika et Kaspar, mais sans manquer de sincérité toutefois : ils déchirent tous les trois sur scène, on voit qu'ils aiment ça en prime, et qu'il y a une bonne dynamique dans leur formation.

-"Ton secret est bien gardé avec moi."
 
Ca l'a fait rire, un peu, et moi je souris. Je suis contente qu'on arrive à retrouver une conversation à peu près normale, malgré tout. Je sais pas si je pourrai faire mieux à l'avenir - à vrai dire, j'espère un peu quand même, un peu beaucoup, même - mais à défaut, ce qu'on a là, ce soir, c'est déjà quelque chose de très positif à mes yeux, et dont j'ai vraiment pas envie de me priver. J'ai pas eu besoin de tourner la tête vers lui pour comprendre que le fait que je connaisse le groupe dont le morceau venait de prendre le relais l'a surpris.

-"Tu connais ce groupe ? J'adore cette chanson."
-"C'est le genre de morceau qui redonne un peu de courage..."
 
Et il y a des fois où on en a bien besoin... On est resté tous les deux silencieux, à écouter le morceau en question, donc, jusqu'à ce que je pose à mon tour une question, et je suis son regard comme il le pose sur sa guitare.
 
-"Oh non, je ne sais pas en jouer. C'est mon instrument préféré par contre et un pote devait m'apprendre mais au final ça s'est pas fait. C'est juste un cadeau de mon père. Il devait la donner à mon frère parce que lui sait en jouer mais..."

Pas besoin d'être Einstein pour comprendre que s'il se stoppe net, c'est que c'est un sujet sensible, et je peux pas m'empêcher de faire le parallèle avec ma relation avec Kassie. Inexistante jusqu'à il y a un an. Et un peu complexe encore aujourd'hui. J'ai encore suivi son regard vers la photo où je l'avais identifié en arrivant. Mais je ne pose pas de question. Je me contente simplement de suivre le fond de ma pensée à ce sujet.

-"Les relations avec la famille, c'est pas toujours simple. Et non, je vais pas te poser de question à ce sujet."

Je me fends même d'une pointe d'humour qui déguise pourtant pas très bien ma propre amertume.

-"Après faudrait que je parle de la mienne pour être équitable, et je crois bien qu'on plomberait grave l'ambiance là..."

Je hausse les épaules, même si ainsi allongée, ça ne doit pas être très visible. La guitare, donc. Sujet pour le coup sensible, mais si on s'en tient à l'instrument en lui-même et à la musique en occultant d'où il vient, on devrait s'en sortir.

-"J'espère pouvoir l'utiliser un jour."
-"Je te dirais bien de demander à Nate ou Rika, mais à force, tu vas avoir l'impression que je te renvoie dans leurs pattes en permanence..."

J'en reste là, pour le coup. Je suis quand même presque sûre que, si Nate a pas le temps ce qui m'étonnerait moyen, Rika serait tout à fait d'accord - le mec m'a fait un roscon l'an dernier parce que j'en trouvais pas alors qu'on se connaît pas tant que ça, seulement parce qu'il est le best de Tyler quoi... 

-"Tu préfères le jour ou la nuit ?"
-"Mmmmh..."
 
Il me faut un petit instant de réflexion, quand même, parce que je vois des avantages et des inconvénients aux deux...

-"Je dirais la nuit quand même. Mais je kiffe le soleil, alors forcément, j'hésitais un peu... Mais la nuit... C'est calme, t'as pas du monde partout, archi-pressés, en mode fourmilière, et puis même s'il y a les "matinées" c'est plutôt la nuit qu'on va au cinéma, voir des spectacles genre pièces de théâtre ou autres, ou des concerts..."

Ou autres, ouais... Comme les musicals ou les ballets, hein... Je passe ça sous silence, en revanche, ça aussi, ça peut devenir un sujet sensible. Du coup comme il y a une question à laquelle j'ai plus ou moins déjà répondu à l'instant pour ma part, j'ai pas trop à chercher la suivante.

-"Ta saison préférée ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/06/2017
» Messages : 290
» Pseudo : Flo
» Avatar : Trevor Wentworth
» Âge : 21
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Mer 16 Aoû 2017 - 16:21 par Nathan Caffrey
Il semblait y avoir un certain nombre de sujets qu'elle comme moi n'étions pas vraiment prêts à aborder. Et la famille trônait clairement en première place de ceux-ci, ce que sa prochaine phrase confirma.
 
-"Les relations avec la famille, c'est pas toujours simple. Et non, je vais pas te poser de question à ce sujet."
 
Et j'en étais reconnaissant même si je ne lui dis pas à voix haute. Je sentais dans cette remarque et dans sa voix tellement de sous-entendus. Une pointe curiosité s'éleva en moi, mais je savais que ce n'était pas le genre de conversations que nous allions avoir d'un moment. Ou même peut-être que nous ne l'aurions jamais.
 
-"Après faudrait que je parle de la mienne pour être équitable, et je crois bien qu'on plomberait grave l'ambiance là..."
 
Je lui jetais un coup d'œil, à temps pour la voir hausser les épaules. Certainement un faux signe d'indifférence. Même après avoir passé le plus clair de ma vie à prétendre que ma relation avec mon frère ne m'affecterait plus jamais, je savais que c'était loin d'être le cas. Mon cours de pensées revint rapidement au sujet actuel, à savoir ma guitare. Que je ne savais malheureusement pas utiliser.
 
-"Je te dirais bien de demander à Nate ou Rika, mais à force, tu vas avoir l'impression que je te renvoie dans leurs pattes en permanence..."
 
Je n'avais jamais adressé la parole à ce Rika qu'elle venait de mentionner, mais je connaissais Nate. Il m'avait déjà donné un job au bar, et même s'il était adorable et qu'il accepterait sûrement de m'apprendre, je ne voulais pas le déranger encore davantage. Je suppose que je devrais attendre encore un peu avant de savoir jouer.
 
-"Je demanderai peut-être à Nate, à l'occasion."
 
Après la musique, la conversation dériva sur un tout autre sujet, la lune m'ayant inspirée. Elle m'informe qu'elle préférait la nuit et je souriais parce qu'encore une fois, nous avions un point commun. Encore un de ses petits détails. 
 
-"Ta saison préférée ?"
 
Je réfléchis quelques secondes à la question, pesant le pour et le contre de chaque saison. Je me tournais légèrement sur le côté pour faire face à Sha. J'espérais que ce simple geste ne la mettrait pas mal à l'aise mais j'avais tendance à préférer regarder les gens avec qui je discutais plutôt que le plafond. De toute façon, j'espérais qu'elle savait que jamais je ne tenterai de rapprochements qu'elle ne voulait pas. Je jetais par la même occasion un coup d'œil à mon radio réveil, constatant qu'il était déjà tard. Mais cela n'avait pas d'importance, j'avais envie que cette soirée ne se finisse jamais, que Sha reste ici, que nous continuions à en apprendre un peu plus l'un sur l'autre. J'en avais assez d'être seul toutes les soirées, toutes les nuits. Tout le temps tout seul. 
 
-"Je dirais l'été. J'aime le soleil et la chaleur et puis les gens sont de meilleurs humeurs quand il fait beau."
 
Je lui souris, me perdant un peu dans l'observation de son visage avant de reporter mon attention sur le plafond. J'aurais tellement aimé pouvoir contrôler mes sentiments, les mettre sur pause jusqu'à ce que Sha soit prête. Si jamais elle devait l'être un jour. Parce que chaque seconde passée avec elle me faisait réaliser à chaque fois un peu plus que je n'arriverai pas à la sortir de ma tête. Et c'était quand même compliqué. J'oubliais un peu le cours de notre petit jeu de questions, perdu dans mes pensées et en train d'écouter la musique sans vraiment y prêter attention. Après quelques minutes de silence, j'allais poser une autre question quand le bruit de tonnerre me coupa dans ma lancée. Je jetais un autre coup d'œil à la fenêtre. La pluie battait fort, les nuages noirs avaient recouverts la lumière de la lune et des éclairs apparaissaient à intervalles réguliers, accompagnés du bruit caractéristique du tonnerre. La chaleur de ses derniers jours en était certainement responsable. Je reportais rapidement mes yeux sur Sha.
 
-"Tu devrais rester ici un peu le temps que l'orage se calme."
 
Je me rendis compte que ma phrase aurait pu laisser entendre beaucoup de choses auxquelles je n'avais même pas penser. D’autant qu’il était déjà très tard et que la plupart des londoniens devaient se préparer à aller dormir. Je ne voulais pas la forcer à rester ici, ou à dormir ici, absolument pas.
 
-"Je veux dire c'est comme tu veux. C'est pour pas que tu sois trempée par la pluie ou que tu tombes malade ou..."
 
Me voilà à parler trop et trop vite, encore une fois. Je rougis légèrement, un peu gêné et lui offrit un sourire timide à la place. Je suis certain qu'elle ne se rendait même pas compte que c'était elle qui avait cet effet sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Mer 16 Aoû 2017 - 22:50 par Sharona K. García-Brown
La famille... C'est censé être un refuge, les gens les plus chers, avec lesquels on peut tout partager ou presque. Ceux qui vous soutiennent dans les moments difficiles, vers qui vous pouvez vous tourner en cas de besoin, pour trouver du réconfort... Mouais... Avec Kassie, ça aurait pu être ça, ça l'était, il y a très longtemps. Aujourd'hui, c'est compliqué. Quant aux autres García-Brown... N'en parlons pas, ça vaudra mieux. Rien que d'y penser, je me crispe un peu. Les seules que je regrette, là-bas sur le continent américain, ce sont la mère et la grand-mère de maman, las abuelitas qui vivent, je suppose, toujours au Mexique. Mais je n'ai pas les moyens de leur rendre visite et puis je craindrais qu'elles ne vendent la mèche à nos parents. Que je n'ai aucune envie de revoir, donc. Et si j'ignore qu'elle est sa situation familiale, je ne peux que comprendre qu'on n'ait pas forcément envie de s'étendre sur le sujet. Un truc que nous avons en commun, manifestement.

Et pas le seul en réalité parce que si je fais le compte, il y a le sport - dont la course - nos goûts musicaux, au moins en partie, et la fréquentation du Lucky Star, au moins... Et le désir de ne pas abuser de la gentillesse de Nate aussi, manifestement. Parce que quand, après qu'il m'a avoué ne pas savoir jouer de son instrument, je lui propose plus ou moins d'en parler au leader de LuSt, c'est plus ou moins par un refus qu'il me répond.

-"Je demanderai peut-être à Nate, à l'occasion."


Ce genre de phrase veut généralement poliment dire "merci, mais non merci". Je vais pas le forcer de toute façon, ça, c'est à lui de voir. C'est juste dommage de laisser sa gratte prendre la poussière, mais mes chaussons de danse font bien pareil alors... Notre petit jeu de questions se poursuit sur le moment de la journée que je préfère, et sa saison favorite, alors qu'il se tourne finalement vers moi. Je me contente de tourner la tête vers lui, mon corps restant orienté vers le plafond, mais comme à chaque fois qu'ils se posent sur eux, mes iris sombres se perdent dans ses grands yeux clairs.

-"Je dirais l'été. J'aime le soleil et la chaleur et puis les gens sont de meilleure humeur quand il fait beau."

Je lui rends son sourire, sans trop me rendre compte qu'il observait mon visage particulièrement. L'été... C'est aussi ma saison préférée, mais comme je viens de le dire, moi aussi j'aime le soleil.

-"J'ai du mal à trouver qu'il fasse jamais vraiment chaud ici... Mais on ne peut pas dire qu'on ait tout à fait le même climat que là d'où je viens. Je suis sûre que la majorité des londoniens supporterait pas la canicule de là-bas... Et ça arrive quand même assez fréquemment l'été. En contrepartie, je suis pas super cliente de la grisaille hivernale d'ici..."

Les vraies chaleurs me manquent, c'est indéniable. Et si la neige en hiver a un côté féérique que j'apprécie, j'hibernerais tellement volontiers sous ma couette toute la saison...

Le silence a régné quelques instants, seulement coupé par la musique émanant de son ordinateur, jusqu'à ce que le tonnerre prenne le relais. Ah... Ca devait bien arriver à un moment ou à un autre, de toute façon. Quand Nate a laissé couler son regard vers la fenêtre, j'ai suivi le mouvement plutôt machinalement, avant de plonger à nouveau mes prunelles dans les siennes comme il s'est à nouveau tourné vers moi.

-"Tu devrais rester ici un peu le temps que l'orage se calme."

J'ai pas le temps de réagir - et à vrai dire, il faut de toute façon quelques secondes à mon cerveau pour additionner deux et deux, là - qu'il rajoute, visiblement embarrassé à en juger par son débit de parole :

-"Je veux dire c'est comme tu veux. C'est pour pas que tu sois trempée par la pluie ou que tu tombes malade ou..."
-"C'est gentil. Je te promets pas de pas m'endormir par contre, d'ici là..."

Je crois que c'est le rouge à ses joues qui me fait penser que ça pourrait sous-entendre plein de choses, auxquelles je n'avais tout d'abord pas pensé, et qui auraient sans doute pu m'embarrasser aussi, face à n'importe qui d'autre. Mais là... Peut-être que c'est le fait qu'il a déjà dormi chez moi, je sais pas trop, mais je lui fais - étrangement - suffisamment confiance pour ne pas vraiment m'inquiéter de ça.

-"Au moins ici y aura pas une frangine en manque d'autorité pour nous en mettre plein la tronche pour rien..."

Moui ça c'était un peu gratuit, mais même si j'adore ma soeur, j'avoue que cet épisode me reste toujours un peu en travers de la gorge.

-"Je vais quand même la prévenir, histoire qu'elle ne s'inquiète pas trop..."

Je suis sûre qu'elle va se poser quarante mille questions quand même, comme si j'étais encore môme. Sauf que cette période-là, elle l'a loupée, elle était je ne sais trop où et moi coincée avec nos vieux. Je me suis redressée pour aller fouiller dans mon sac et en ressortir le téléphone que j'y ai abandonné tout à l'heure, dans le but d'adresser un second sms à Kassie, lui précisant que j'attendais que l'orage passe, et qu'il était possible que je m'endorme, mais qu'elle n'avait pas à s'inquiéter, que tout allait bien, et qu'on en reparlerait demain, si elle voulait, quand je sortirai du diner.

-"Mais faudra quand même que je lui explique que j'ai plus treize ans, un de ces quatre..."

Même si j'ai autant d'expérience sentimentale qu'une gamine de cet âge-là, ok, d'accord, mais on va pas trop s'attarder sur le sujet. J'ai retiré mes baskets, cette fois, avant de me réinstaller un peu plus confortablement sur son lit - mes pieds jusque-là restés en dehors tant qu'ils étaient chaussés - et davantage tournée vers lui.

-"C'est à ton tour, je crois, si tu veux continuer. Mais tu bosses sans doute plus tôt que moi demain, tu veux peut-être arrêter ?..."

Parce que je voudrais pas qu'il arrive en retard ou soit pas en forme au taff demain par ma faute non plus...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/06/2017
» Messages : 290
» Pseudo : Flo
» Avatar : Trevor Wentworth
» Âge : 21
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Jeu 17 Aoû 2017 - 11:43 par Nathan Caffrey
Il ne me semblait pas étonnant que Sha aime également le soleil. Sa peau me paraissait naturellement halée et elle m'avait fait comprendre avant qu'elle affectionnait la chaleur.
 
-"J'ai du mal à trouver qu'il fasse jamais vraiment chaud ici... Mais on ne peut pas dire qu'on ait tout à fait le même climat que là d'où je viens. Je suis sûre que la majorité des londoniens supporterait pas la canicule de là-bas... Et ça arrive quand même assez fréquemment l'été. En contrepartie, je suis pas super cliente de la grisaille hivernale d'ici..."
 
Je rigolais à sa remarque concernant les Londoniens qui ne supporteraient pas la chaleur de sa région d'origine. Je veux bien la croire sur ce coup-là. Dès que nous dépassions les vingt-cinq degrés, j'avais l'impression de me noyer sous la chaleur et que ma peau était en train de brûler. Je voulais lui demander d'où elle venait exactement, mais je me retins. Je n'avais pas envie de partir sur un quelconque sujet sensible par accident. Mais son accent m'intriguait et pour le coup, il détonnait contre le mien, tellement britannique. Mon accent était cependant un peu différent de l'accent londonien, n'étant pas né dans la capitale. En y pensant, c'était quand même une série d'événements qu'aucun de nous deux n'auraient pu prévoir qui ont fait que nous avions tous les deux décidé de déménager ici, et que nous nous retrouvions ici sur ce lit ce soir. Le hasard fait bien les choses des fois. C'était ce à quoi j'étais en train de  penser quand le tonnerre se fit entendre que je proposais à Sha de rester ici le temps que l'orage passe. 
 
-"C'est gentil. Je te promets pas de pas m'endormir par contre, d'ici là..."
 
Pour être honnête il était tard, et j'étais plutôt pas mal fatigué moi-même donc j'aurais pu lui retourner la remarque. D'autant que nous étions confortablement installés sur le lit. 
 
-"Je t'en voudrai pas, t'inquiètes pas."
 
Je lui souris et me redressais un peu pour pouvoir éteindre la lumière de la table de chevet. Il ne faisait pas complètement noir, juste assez de lumière filtrait de la fenêtre pour distinguer la pièce. Les éclairs nous éclairaient de façon irrégulière et j'aimais bien cette ambiance. Et puis la lumière commençait à me donner un sacré mal de tête.
 
-"Au moins ici y aura pas une frangine en manque d'autorité pour nous en mettre plein la tronche pour rien..."
 
Je laissais échapper un petit rire en repensant à cette fameuse nuit où j'avais rencontré sa sœur. Pour sa défense, voir sa sœur rentrer à pas d’heure avec un mec qui tient à peine debout sans tanguer ne devait pas être très rassurant. Ce qui était certain, c'était que je n'avais pas marqué de points positifs auprès d'elle. Je n'avais pas forcément apprécié les remarques qu'elle m'avait faites, Sha non plus apparemment, mais je mettais cela sur le compte de la sœur inquiète et protectrice. Quoi qu'il en soit, j'observais silencieusement alors que Sha lui envoyer un message et je me demandais vaguement si elle était en train de lui confier qu'elle était avec moi. Chez moi. Je n'imagine pas que cela lui fasse très plaisir.
 
-"Mais faudra quand même que je lui explique que j'ai plus treize ans, un de ces quatre..."
 
Au moins sa sœur s'occupait d'elle et même si elle l'étouffait un peu, cela parfait certainement d'un bon sentiment.
 
-"Je suppose qu'elle essaie juste de te protéger. C'est sûrement un peu lourd, mais c'est mignon."
 
Je lui souris alors qu'elle s'installait plus confortablement, enlevant ses chaussures et se tournant plus vers moi. Je pouvais apercevoir les traits de son visage malgré l'obscurité ambiante. 
 
-"C'est à ton tour, je crois, si tu veux continuer. Mais tu bosses sans doute plus tôt que moi demain, tu veux peut-être arrêter ?..."
-"'Non, mon patron est occupé demain matin du coup le restaurant est fermé le matin et le midi, je fais juste le service du soir."
 
Et je dois avouer que cela me faisait plus que plaisir. Pas besoin de se lever à six heures du matin et se dépêcher pour être au restaurant à l'heure. Pas besoin non plus de faire le service du midi, qui était clairement le pire, à courir de droite à gauche en essuyant les remarques de clients mécontents. Surtout que maintenant que Marlon n'était plus là, j'avais encore moins de motivation à venir bosser. Heureusement que mon patron était un ange, sinon je serais déjà tombé en dépression je crois. Je baillais silencieusement avant de remonter mes genoux près de ma poitrine, m'installant encore plus confortablement, faisant face à Sha.
 
-"Mmh... Tu viens d'où ? Parce que ton accent est clairement pas d'ici."
 
Finalement je m'étais décidé à lui poser la question parce que cela m'intriguait vraiment. Et puis j'étais curieux d'en apprendre plus sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Jeu 17 Aoû 2017 - 22:28 par Sharona K. García-Brown
Son rire résonne dans la pièce, et j'imagine qu'il entre dans la catégorie des gens qui supporteraient mal le soleil de chez moi, vu le teint de sa peau. "Chez moi". Ca fait trois ans que ça l'est plus, et pourtant, je me retrouve encore à penser ainsi. Pourtant, chez moi, ça reste la maison d'Albion Close, avec Kassie, Rhi, Bree et Camille. Je suppose que le Texas restera quand même un peu "chez moi", toujours, comme j'y suis née et y ai passé la majeure partie de ma vie... Même si aujourd'hui, il est évident pour moi que je n'y retournerai jamais. Je renie pas ma coloc' avec les filles pour autant, loin de là, parce que j'aime énormément vivre avec elle - même si ça a aussi des désavantages parfois - ça me donne un peu un sentiment de me retrouver en famille - c'est réellement le cas concernant Kassie - et c'est pas vraiment quelque chose qui m'est familier autrement. Je suppose que c'est un peu comme ça pour la plupart des gens... Même quand il y a des choses qu'on préférerait oublier liées à notre lieu de naissance.

-"Je t'en voudrai pas, t'inquiète pas."

Je lui rends son sourire comme il confirme que ça n'est pas grave si je m'endors - et vu qu'il éteint la lumière, je me hasarderais pas à faire un pronostic concernant le moment où ça arrivera. La mention de ma soeur, encore, le fait rire à nouveau, et moi je souris, pas trop fâchée, finalement, qu'on soit à présent dans la pénombre parce que je pense que mon regard est un peu trop fixé sur lui à ce moment-là. Je l'ai détaché de lui pour envoyer un message à ma soeur, cependant, et le temps que je me réinstalle, il est... en train de prendre sa défense ? Okay... C'est... inattendu.

-"Je suppose qu'elle essaie juste de te protéger. C'est sûrement un peu lourd, mais c'est mignon."
-"Ca vient seulement dix ans trop tard..."
 
C'est sorti tout seul, mais je le regrette déjà. Et pendant quelques instants, je garde le silence, fixe un point vide sur le plafond obscur pour ne pas croiser son regard à ce moment-là. Jusqu'à ce que je me décide à reprendre la parole, toujours dans le but de rester sur une conversation plus légère, proposant de continuer son jeu, s'il en avait envie. Et s'il ne devait pas se lever aux aurores, donc, parce que je me souviens bien de son planning plutôt chargé au restaurant - en plus du bar maintenant - et j'imagine qu'il doit se lever tôt demain... ou tout à l'heure.

-"'Non, mon patron est occupé demain matin du coup le restaurant est fermé le matin et le midi, je fais juste le service du soir."
-"Et je commence à quinze heures... Ca va, on est larges..."
 
Je me suis tournée vers lui à nouveau alors, tandis qu'il se recroqueville un peu, ce que je n'ose clairement pas faire pour ma part, même si je passe un bras sous ma tête, histoire de réellement m'installer sur le côté cette fois pour lui faire face.
 
-"Mmh... Tu viens d'où ? Parce que ton accent est clairement pas d'ici."
-"Et il s'entend vachement, ouais, je sais... Ca a beau faire trois ans que je vis ici, je crois que je me ferais jamais à l'accent british..."

Je souris. C'est pas un secret, que je suis pas anglaise, que ce soit mon accent notable dès que j'ouvre la bouche, ou la moitié de ce qu'on peut trouver dans mon sac, de ma carte de séjour à mes papiers américains, il y a un certain nombre de choses qui vendent la mèche. Puis autant j'ai pas l'intention d'y remettre les pieds, autant je renie pas ma patrie pour autant. Juste les cons qui y vivent aussi.

-"Je viens du Texas, aux Etats-Unis. Et il y a effectivement une partie de la population locale qui correspond aux clichés qu'on peut avoir... Et je sais bien qu'il y a des cons partout, mais j'ai l'impression qu'il y en a quand même un peu moins ici..."

Je hausse une nouvelle fois les épaules.

-"Enfin je suis peut-être pas complètement impartiale... Et toi, tu as toujours vécu à Londres ?"

Je suis pas très douée sur les accents anglais. Si j'y réfléchis bien, je dois bien pouvoir remarquer que Nate, Tyler et lui ne parlent pas tout à fait de la même manière, mais je suis incapable de m'en rendre compte s'ils sont pas en train de causer juste devant moi. Sauf quand Tyler reprend l'accent américain, mais ça, je crois que c'est juste si je suis en face de lui...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/06/2017
» Messages : 290
» Pseudo : Flo
» Avatar : Trevor Wentworth
» Âge : 21
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Ven 18 Aoû 2017 - 16:21 par Nathan Caffrey
La remarque de Sha, apparemment involontaire, m'en appris quand même un peu plus sur sa relation avec sa sœur. Elle arrivait dix ans trop tard. Je ne voulais pas m'hasarder sur des choses dont j'ignorais l'intégralité de la situation, mais clairement, elle en voulait à sa sœur de ne pas avoir été là pour elle avant. Et que prendre son rôle de sœur protectrice seulement maintenant semblait plutôt l'agacer. Mais je ne relevais pas cette remarque, je savais qu'elle avait dit cela sans le vouloir et qu'elle ne voulait certainement pas en parler davantage. Du moins pas maintenant, pas tout de suite. De toute façon, elle savait que si un jour elle désirait me parler de quoi que ce soit, je serais là pour l'écouter. Quoi qu'il en soit, nous poursuivîmes notre jeu de questions, apprenant au passage qu'elle ne bossait que tard demain dans la journée. Au moins nous n'étions pas pressés. Je l'interrogeais donc sur sa région d'origine, son fort accent  m'intriguant. Et ce n'était pas peu dire que son accent s'entendait beaucoup comme elle le fit remarquer.
 
-"Je viens du Texas, aux Etats-Unis. Et il y a effectivement une partie de la population locale qui correspond aux clichés qu'on peut avoir... Et je sais bien qu'il y a des cons partout, mais j'ai l'impression qu'il y en a quand même un peu moins ici..."
 
Je l'observais hausser les épaules. En réalité, je ne connaissais pas du tout les autres parties du monde. Je voulais bien lui faire confiance sur ce point, après tout elle avait plus d'expériences avec les individus d'ailleurs que moi.
 
-"Il doit faire super chaud au Texas ! Sinon, j'aime beaucoup ton accent, j'espère que tu vas pas le perdre à force de vivre ici, ce serait dommage."
 
Et puis cela lui apportait une singularité que peu de gens avait, c'était une de ses choses qui faisaient de Sharona la personne qu'elle était. Et une de ses choses que j'aimais. Et derrière cet accent étranger à l'Angleterre se cachait une autre histoire, une autre vie, du vécu. J'aimais bien voir les choses comme cela.
 
-"Enfin je suis peut-être pas complètement impartiale... Et toi, tu as toujours vécu à Londres ?"
-"Non j'ai déménagé ici il y a seulement trois ans. Je suis né à Brighton. Mais pour toi, mon accent doit pas te sembler trop différent."
 
Et pour être honnête, la différence n'était pas flagrante. Il m'arrivait cependant facilement de reconnaître lorsque que quelqu'un était originaire de ma ville natale. Après cela, le silence tomba dans la chambre, seulement troublé par le claquement régulier des grosses gouttes de pluie contre le sol et le grondement du tonnerre. Je réfléchissais à d'autres questions mais mon cerveau commençait à être trop fatigué pour fonctionner. Et ce silence, pas vraiment silencieux finalement, était tout à fait relaxant et ma tête s'enfonçait de plus en plus dans l'oreiller. Et je savais qu'il y avait la personne avec qui je voulais exactement être en ce moment, à côté de moi. Je l'entendais respirer de façon régulière et je souris, parce qu'après tout, elle était là avec moi. Et cela voulait sûrement dire quelque chose. Je ne sais pas combien de temps nous restâmes silencieux comme cela, peut-être une demie heure, mon regard perdu dans le vide, ne se focalisant sur rien en particulier. Après un moment je tournais enfin la tête vers Sha qui elle non plus n'avait pas dit un mot depuis un moment. Je me demandais si elle s'était endormie parce que je n'étais pas loin de l'être moi-même. Je n'avais pas du tout envie de la voir partir maintenant, d'autant qu'il faisait nuit noire à présent.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Ven 18 Aoû 2017 - 23:57 par Sharona K. García-Brown
J'en ai trop dit ou pas assez, je le sais bien, mais je suis soulagée qu'il ne pose pas de question. Un jour, peut-être que je lui expliquerai... Peut-être... Mais pas avant d'avoir éclairci les choses avec ma soeur, je pense, un peu plus, toujours que ce qu'on a mis au clair après l'autre soir. Après tout, c'est elle la première concernée... J'ai toujours pas trouvé comment aborder certains sujets, cela dit, mais ça se saurait si j'étais très douée pour les confidences... A moins que ça ne soit involontaire, comme à cet instant, donc. Un soupir m'échappe. Au moins, on n'a pas d'impératif demain matin, ni l'un ni l'autre, c'est déjà ça. Et si on continue notre petit jeu, je suis pas certaine que ça durera encore très longtemps.

Je réponds à sa question sur mon accent et mes origines, donc, sans trop de difficulté. Mon affection pour le Texas reste mitigée, mais j'ai un passif particulier on va dire...
 
-"Il doit faire super chaud au Texas !"
-"En été, oui, c'est clair... On a entre 25 et 35 degrés à cette période de l'année, mais comme c'est aussi très humide, on le ressent encore plus... Mais je suis habituée, perso... C'est quand ça tombe en dessous de zéro l'hiver que j'ai du mal moi... Déjà en-dessous de 10, ça commence à être compliqué pour moi..."

Je suis un lézard, on va finir par le savoir, ouais.

-"Sinon, j'aime beaucoup ton accent, j'espère que tu vas pas le perdre à force de vivre ici, ce serait dommage."
-"Ca, je crois qu'il y a pas de risque, il a pas bougé d'un iota depuis trois ans..."

J'ai ri, j'avoue. Je sais pas si ça serait si dommage que ça, les gens d'ici aiment pas tous les envahisseurs du nouveau monde, mais bon... De toute façon, y a vraiment peu de risque. J'ai enchaîné sur ses origines à lui, en quelque sorte, presque sûre qu'il était là depuis toujours... mais en fait non.

-"Non j'ai déménagé ici il y a seulement trois ans. Je suis né à Brighton. Mais pour toi, mon accent doit pas te sembler trop différent."
-"C'est marrant, on a dû arriver ici presque en même temps..."
 
Le 20 octobre 2014 pour ma part, et je m'en souviens comme si c'était hier. Mais c'est particulier, j'ai un peu le sentiment que c'était le début de ma vie. Quand je repense à tout ce qu'il s'est passé, depuis que j'ai débarqué à l'aéroport, j'ai du mal à me rendre compte que ça fait trois ans. Ou plutôt, c'est énorme, et c'est tellement peu en même temps... Je refais le tour des différents événements, des quelques semaines passées chez Tyler, du fiasco d'ailleurs de ma tentative de Thanksgiving chez lui, de ma coloc avec Ivana, et la rencontre particulière avec son petit-ami Kaspar, de ma relation avortée avec Nik, et celle florissante de Nate et Ty', du braquage du diner et de l'intervention de Frank, de la grossesse de la jolie rouquine aussi, et de sa fuite, avant que je rencontre Rhi par le biais de Nate, de la mort de Phil, puis celle de Lukas, de mes retrouvailles avec Kassie et de la grossesse insoupçonnée de Rhi... Je me suis pas rendu compte que mes pensées au départ construites ont peu à peu sombré dans le flou cotonneux d'un début de sommeil, mais c'est le léger mouvement induit par le fait qu'il tourne la tête qui m'empêche de parfaitement m'endormir.

-"Je suis pas sûre de rester éveillée encore longtemps..."

Ceci dit d'une plus qu'endormie, avec des pauses intempestives et une certaine lassitude dans la diction : je suis en train de rejoindre les bras de Morphée, clairement, et si mes messages pour Kassie laissaient planer le doute, je crois qu'au fond, il y a bien longtemps que je me suis décidée à pas partir d'ici ce soir.

-"Bonne nuit Nate..."

Je sais même pas si ces mots sont audibles, ou si je les ai pensés très fort dans mon sommeil. Ce que je sais, en revanche, c'est quand je me réveille, j'ai une main qui a bizarrement cherché son contact, malgré tout ce que j'ai pu évoquer plus tôt dans la soirée... Et j'en suis la première surprise...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/06/2017
» Messages : 290
» Pseudo : Flo
» Avatar : Trevor Wentworth
» Âge : 21
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Dim 20 Aoû 2017 - 11:35 par Nathan Caffrey
J'étais étonné d'apprendre qu'elle était arrivée à Londres il y a seulement environ trois ans, comme moi. Je m'étais imaginé qu'elle avait ses marques ici depuis un peu plus longtemps que moi. Comme quoi, nous nous imaginions facilement des choses fausses sur les gens. Et chaque nouvelle information que j'apprenais sur Sha était quelque chose qui m'intéressait tout particulièrement. Après un long moment de silence, je me tournais vers elle pour constater qu'elle était à moitié endormie. Je n'étais pas forcément loin des bras de Morphée non plus.

-"Je suis pas sûre de rester éveillée encore longtemps..."

Je lui souris, en essayant de doucement remonter les couvertures sur nous sans trop la déranger. De toute façon je crois qu'elle était tellement presque endormie qu'elle ne le réalisait pas vraiment. Je voyais ses yeux se fermer de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps à chaque fois, et un petit sourire attendri vint étirer mes lèvres. Je ne savais pas vraiment pourquoi je réalisais cela à cet instant, ni comment une telle pensée m'assailli tout d'un coup, mais je me promis silencieusement de tout faire pour la garder dans ma vie et faire en sorte de lui apporter un peu plus de bonheur. Ne serait-ce qu'un sourire sur son visage en ma compagnie, et je serais heureux.

-"Bonne nuit Nate..."
-"Bonne nuit Sha, repose-toi bien."


Sa voix était à peine chuchotée et c'est sur le même ton que je lui répondis avant qu'elle ne s'endorme vraiment. Je restais allongé sur le côté, lui faisant face et écoutant sa respiration régulière. Je ne sais pas combien de temps je restais ainsi, dans cet état entre l'éveil et l'endormissement, mais lorsqu'inconsciemment sa main vint se poser sur ma taille, c'est tout mon corps qui réagit. Ce simple contact, qu'elle ne semblait pas prête à franchir l'esprit réveillé mais qui prenait le dessus dans son inconscient, sembla m'électriser. Et cela me laissait quand même un petit espoir. Je me disais qu'au fond, peut-être qu'elle avait vraiment envie de plus avec moi et qu'avec le temps, elle trouverait un moyen de se libérer. Je ne posais pas ma main sur la mienne, je ne voulais pas la gêner, même endormie, et je sombrais dans le sommeil comme cela. Je rêvais, un ensemble d'images floues et indistinctes. De Sha, d'elle en train de frapper le gros balourd dans le bar. Son rire, son sourire. J'avais tellement plus de sentiments que je ne pensais. Je grognais quand le soleil du milieu de matinée arrivait à percer mes paupières closes, effaçant les dernières images de mes songes. Je me tournais, enfonçant ma tête dans l'oreiller pour tenter de bloquer la lumière mais je savais qu'il me serait impossible de me rendormir. Et je me rappelais soudainement que je n'étais pas seul dans mon lit. Je me rallongeais rapidement sur le côté, ouvrant les yeux avec difficulté et lui offrit un sourire encore à moitié endormi quand je vis qu'elle avait les yeux ouverts. Nous étions plutôt proches dans le lit et il faisait une bonne température.

-"Salut... Bien dormi ?"

Je me redressais un peu dans le lit, heureux de voir qu'elle était encore là. Honnêtement, je pourrais vite m'habituer à me réveiller avec ce spectacle plus souvent.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# Re: I've come too far to go back now - Sharona
message posté Dim 20 Aoû 2017 - 23:00 par Sharona K. García-Brown
J'ai pas vu son sourire, j'ai pas vraiment réalisé qu'il remontait la couverture sur nous. Je me souviens à peine lui avoir souhaité bonne nuit, je pourrais pas dire si sa voix en retour était réelle ou provenait de mon rêve. Ce que je sais, c'est que je me suis réveillée avec le bras autour de sa taille et que ce geste fait écho à un souvenir vague de mes songes dans lesquels il apparaissait. Le reste reste flou, parfaitement indistinct, mais ma main sur son corps à mon réveil m'effraie autant qu'elle fait naître une petite pointe d'espoir. Peut-être qu'un jour j'arriverai à faire ça tout à fait consciemment ? Peut-être qu'un jour je serai même capable de plus que ça ? J'espère... mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, je sens une vague de panique m'envahir quand il grogne, dérangé par la lumière, avant de se tourner à nouveau vers moi et me sourire, le regard encore plein de brumes de son sommeil.

-"Salut... Bien dormi ?"

Je suis tétanisée, incapable de répondre, incapable de bouger ma main bien que l'envie furieuse de la retirer se fasse de plus en plus vive. Ce que je fais dès qu'il se redresse, profitant du mouvement que je fais pour me redresser également.

-"Plutôt bien, oui... et toi ?"

Mes mains tremblent sur mes genoux comme je me suis rassise, mais si mon laisser aller nocturne en est la cause, je suis loin de regretter d'avoir passé la nuit ici pour autant. Un sourire étire mes lèvres comme je réalise que j'ai bien du mal à déterminer à quel moment j'ai gagné le pays des rêves.

-"Je me suis endormie comme une masse, hein ?"

Je suppose que c'est le cas... en tout cas c'est l'impression que j'ai. Mais je suis pas sûre que ça me dérange tellement en fait...

-"Hum... euh... merci de m'avoir laissé dormir ici, d'ailleurs, je crois que j'aurais fini au dépôt avec le train sinon..."

Un sourire et je me suis décidée à bouger, plus pour focaliser mon esprit sur autre chose que mes doigts fébriles que quoi que ce soit d'autre. Ça fonctionne pas très bien cependant. Machinalement j'ai attrapé mon téléphone, histoire de vérifier si j'avais des messages, et je me suis alors rendu compte de l'heure qu'il était.

-"Ah oui quand même... Joli score !... Je crois que je me suis plus réveillée après 9h depuis mes douze ans..."

Oui ce matin est clairement une exception... mais je n'expliquerai pas aujourd'hui ce qui a changé à mes douze ans... Je sais pas trop quoi faire à présent, je suis assise au bout du lit, mon téléphone en main, et je me rends compte que j'ai pas croisé son regard depuis que je me suis redressée. Et j'ai beau m'en rendre compte, j'ai toutes les peines du monde à me tourner à nouveau vers lui.

-"Ok... ça se voit que je suis pas à l'aise, hein ?..."

J'essaie de prendre un ton léger, de tourner mon malaise en dérision mais je pense que ça ne fonctionne ni pour moi ni pour lui. Pourtant je voudrais tellement qu'on oublie ça, qu'on ne garde que le souvenir de la fin de soirée, et de cette nuit côte à côte...

-"Je..."

Je sais pas quoi dire en fait. Je veux pas qu'il prenne ça de travers, mais je sais pas comment m'expliquer... Bon Dieu ce que je déteste être comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
I've come too far to go back now - Sharona
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London :: Shoreditch
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-