Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

[Flashback - Birkbeck College] Dancing through life ♐ Brahms

En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# [Flashback - Birkbeck College] Dancing through life ♐ Brahms
message posté Lun 14 Aoû 2017 - 0:37 par Sharona K. García-Brown
Juin 2017

Quand j'ai vu l'intitulé de l'intervention externe qu'on devait avoir cette semaine, j'ai juste été transportée. La danse, ça a toujours été toute ma vie, et même si je ne plus vraiment la pratiquer, ça reste... ça reste la danse, rien ne pourra remplacer ni égaler ça. Et quand j'ai vu le nom de l'intervenant, je suis restée bloquée plusieurs minutes sur l'annonce.

- Sérieux Jay, confirme-moi, c'est qui l'intervenant de cette semaine ?

Il m'a regardée comme si j'étais une extraterrestre.
Jay, c'est le pote de l'université. Le mec avec qui je cause de pas grand chose à part des cours, mais... Voilà. Il me raconte sa life, on s'échange des infos quand on en a besoin, bosse en binôme quand c'est nécessaire et... Voilà. Et c'est très bien comme ça. En tout cas, moi ça me va comme ça, et ça a pas l'air de lui déplaire non plus. Même si parfois, je sens bien qu'on est à des années-lumière l'un de l'autre.
Jay, c'est le mec qui vise surtout l'écriture scénaristique, là où moi je me dirige largement plus vers la mise en scène. On se complète pas mal, pour le coup, même s'il a parfois un côté un peu trop nonchalant qui m'agace. Ca reste un mec adorable, qu'est toujours prêt à me filer un coup de main ou à me couvrir si vraiment je peux pas venir à un cours, et je suis franchement bien contente de l'avoir dans ma promo.

Mais là, quand il me regarde comme ça, j'ai envie de le secouer comme un prunier. Je sais que je suis pas comme ça d'habitude, me regarde pas comme si tu me reconnaissais pas, t'as juste aucune idée de ce que ça représente, là, pour moi, que CE danseur étoile vienne nous faire un cours. En même temps, il risquait pas de savoir, je lui en ai jamais parlé. Et résultat, de ce moment-là jusqu'au cours en question, j'ai été excitée comme une puce et super impatiente - déjà que la patience n'est pas ma qualité première - si bien que parfois, je crois bien que je l'ai saoulé à lui demander ce qu'il pensait que ça allait donner. La place du ballet au théâtre, ça lui passe au-dessus, forcément...

*

Le jour J, ça a été pire encore et je suis arrivée en avance dans la salle de classe désignée. Je me suis installée sur le côté, contre un des murs de la salle, Jay m'a rejointe peu après, en me demandant si ça y était, maintenant qu'on était là j'étais calmée.

- Même pas en rêve...

Il a eu l'air dépité, mais n'a rien ajouté. Et quand le cours a commencé, quand il est entré, c'est rien de dire que j'ai direct été captivée. Je crois bien que j'ai jamais participé autant à un cours de l'année, et pourtant, si on en croit les professeurs, je suis une élève attentive et appliquée. Mais là, c'est un tout autre niveau, et si je sais pas comment mes interventions, mes questions que je tâche de rendre pertinentes, sont perçues par le prof du jour, je suis bien loin de m'empêcher de les poser, et mon enthousiasme, autant que ma connaissance de la scène et de la danse sont sans le moindre doute évidents.

A la fin du cours, je suis restée en retrait, laissant les gens partir, quelques personnes poser une ou deux question et s'éclipser, et quand Jay m'a lancé un regard interrogateur, j'ai secoué la tête. Il a levé les yeux au ciel, mais je crois bien qu'il avait déjà compris que je sortirais pas tout de suite de la salle. J'ai attendu qu'il n'y ait plus personne pour m'approcher du bureau, un peu timidement, j'avoue. A mon niveau, c'est un peu comme si... un fan d'Harry Potter rencontrait Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint ou J.K. Rowling, je crois.

- M. De Bury ?

Une fan face à son idole, je suis sûre que c'est à ça que je ressemble à cet instant. Le genre de groupie que j'ai toujours détesté. En moins hystérique, peut-être - et heureusement. Je suppose qu'il a pas enregistré mon nom pendant le cours, cependant ; même si j'ai beaucoup ouvert ma gueule, j'étais pas la seule, et on était surtout nombreux.

- Je m'appelle Sharona García-Brown... Je voulais...

Je voulais quoi au juste ? Pourquoi je suis là, face à lui, en fait ? Je vais pas lui demander un autographe - même si ça me dérangerait pas d'en avoir un, bien loin de là - et il a sans doute pas grand chose à faire avec une petite étudiante lambda...

- Je voulais juste que vous sachiez que j'ai été ravie de votre intervention ici... Je savais que vous aviez arrêté la scène, je savais pas que vous étiez devenu prof...

Et si évidemment, je suis triste de le savoir loin des planches parce que c'était clairement sa place - et que je sais à quel point ça peut être frustrant - je suis super contente qu'il soit là aujourd'hui, j'aurais jamais eu l'occasion de lui adresser la parole, sinon, sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dancers don't need wings to fly.
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 4020
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude sycamore (m. ventimiglia ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: [Flashback - Birkbeck College] Dancing through life ♐ Brahms
message posté Dim 3 Sep 2017 - 17:52 par Brahms De Bury
And those who were seen dancing were thought to be insane by those who could not hear the music. ✻✻✻ Ce matin là il s'était demandé ce qui s'était passé dans sa tête pour accepter d'être intervenant, il était professeur à la royal ballet school mais ses élèves, plus jeunes, n'avaient tout simplement rien à voir avec des étudiants. Bizarrement tout cela le stressait au même titre que ça l'énervait parce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il allait pouvoir leur raconter, parce qu'il savait si l'un d'eux évoquait sa chute il ne pourrait contenir sa colère ; de ça il en avait fait part à leur professeur et il espérait qu'il avait mit ses élèves au courant de ce sujet « fâcheux ». Quitter la scène était quelque chose de particulièrement douloureux pour un danseur ou un comédien, la quitter pour cause de blessure était terrible mais il fallait s'y résigner, lui avait quitté la scène parce que son égo surdimensionné l'empêchait d'y remonter, parce qu'il ne supportait plus le regard des gens qui n'attendaient qu'une seule et unique chose : qu'il se prouve à lui-même que sa chute n'était qu'une parmi d'autres, qu'elle n'était que le début d'une longue série. Comme à son habitude il s'était vêtu élégamment d'un costume avec une cravate, faisant ressortir à nouveau ses origines bourgeoises plutôt que sa carrière de danseur étoilé. Il était entré dans la salle de cours, la tête haute, ce désagréable air hautain luisant sur son visage, l'homme charismatique et sûr de lui, celui que rien ni personne ne pouvait ébranler, il cachait sa souffrance derrière un manque flagrant d'expression, derrière sa sévérité. Et il avait parlé. parlé. parlé. Sans trop savoir si ce qu'il disait intéressait les élèves. En en repérant deux ou trois particulièrement attentifs, qui posaient de nombreuses questions. Sûrement les meilleurs de leur promotion, qu'il s'était dit. Mais au fond que pouvait-il leur apprendre par la parole ? La danse elle se vivait sur scène, à travers des répétitions, pas par des mots et une rapide biographie dite par un homme dont la fierté en avait prit un coup trois années auparavant. Et le cours s'était finalement terminé, les élèves s'étaient évaporés dans les couloirs. Peut-être pas tous. « M. De Bury ? » il se retourna vers la jeune femme qui venait de l'interpeller mais resta silencieux, attendant qu'elle reprenne la parole, Brahms était du genre à ne jamais parler pour ne rien dire et il trouvait idiot de répondre « oui » à cette question alors que de toute évidence elle connaissait son identité puisqu'elle venait d'assister au cours et que, de toute manière, elle semblait tellement déterminée à lui parler que même avec un « non » elle aurait été capable de continuer quand même. « Je m'appelle Sharona García-Brown... Je voulais... » il gardait le silence, contemplant les traits du visage de la jeune femme comme si il essayait de déterminer ce qu'elle valait sur scène « Je voulais juste que vous sachiez que j'ai été ravie de votre intervention ici... Je savais que vous aviez arrêté la scène, je savais pas que vous étiez devenu prof... » elle le connaissait donc d'avant, d'il y a environ trois années, elle connaissait le danseur étoile de paris, celui qui rameutait la foule à l'opéra de paris, l'expert ballets dont la difficulté en rebutait plus d'un. Un léger rire nerveux s'échappa de sa gorge. « A la royal ballet school. » il croisa ses bras sur sa poitrine « je suis surpris que tu me connaisses pour mes talents de danseur, ces dernières années on me connaît plutôt pour être un professeur intransigeant et très sévère. »
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.
I walk this empty street on the boulevard of broken dreams.

» Date d'inscription : 07/10/2014
» Messages : 761
» Avatar : Nickayla Rivera
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && R.i.K.a
# Re: [Flashback - Birkbeck College] Dancing through life ♐ Brahms
message posté Dim 3 Sep 2017 - 22:49 par Sharona K. García-Brown
Je sais pas quel est son ressenti, et à vrai dire, je sais pas où il en est de tout ça. Quand j'ai dû arrêter de danser, j'ai un peu délaissé la presse spécialisée sur le sujet, alors que je collectionnais les abonnements et articles concernés auparavant. Et quand j'ai claqué la porte de la grande maison familiale à Houston, il y a trois ans, j'ai complètement laissé ça de côté. Alors évidemment, quand les gros titres parlent d'un danseur étoile, mon attention est attirée, mais je ne cherche plus tellement l'information de moi-même, et pour cause : ça me rappelle trop vivement que ce monde ne m'appartiendra plus jamais. Mais de voir ce danseur-là, vêtu comme un aristocrate intervenir ici, ça réveille tellement de choses... Tellement de souvenirs, bons ou douloureux, d'une part. Et cette flamme passionnée, d'autre part, celle que je croyais éteinte, étouffée par la blessure, mais qui n'avait manifestement fait que se terrer dans l'ombre, attendant la moindre étincelle pour revenir briller, plus fort encore.

Et elle était là, aujourd'hui, cette étincelle : dans la silhouette droite et digne qui nous faisait face, dans les propos professionnels qu'il nous tenait, malgré le masque froid qu'il arborait. Ce n'est pourtant pas cette sévérité et cet air hautain sur son visage qui m'impressionnent, ce qui transparaît dans mon ton de voix comme je m'adresse à lui à la fin du cours, mais bel et bien sa carrière passée et son palmarès. Je sais bien que dans la classe, la plupart de mes camarades ne réalise pas qui il est, et sans doute que pour beaucoup, même le savoir ne changerait rien parce que ça ne les intéresse sans doute pas, ou peu. Mais pour moi, être face à un des danseurs que j'ai juste adulé pendant des années, c'est indescriptible.

Et son rire me glace le sang : j'ai l'impression désagréable d'être une de ces gamines attardées qui font le pied de grue à la sortie des concerts ou des hôtels où séjournent leurs idoles. Comme un enfant pris en faute, je sens mes doigts qui se nouent, crispés les uns sur les autres. Pourquoi je suis venue lui parler, au fait ?

« A la Royal Ballet School. Je suis surpris que tu me connaisses pour mes talents de danseur, ces dernières années on me connaît plutôt pour être un professeur intransigeant et très sévère.
- Oh... mais cette partie-là, je risque pas de la connaître, j'ai pas la chance d'être à la Royal Ballet School... Puis en danse classique, on arrive à rien sans être intransigeant. »

Et je l'aurais jamais, cette chance - et le fait que je considère que ça en soit une est sans doute remarquable -, d'une part parce que mon dossier n'y sera jamais accepté, parce que je n'aurais jamais les moyens de me le permettre, d'autre part, et puis de toutes les manières... Pour ça, il faudrait que je puisse encore danser. Un soupir m'échappe. C'était le seul cadre où je me montrais pas complètement réfractaire à l'autorité, le seul endroit où je pouvais m'astreindre à une discipline de fer sans rechigner.

« En revanche... Ca va vous sembler ridicule, mais il y a quelques années, je rêvais qu'un jour, je serais sur la scène de l'opéra Garnier avec vous... »

Je hausse les épaules. C'était un rêve d'ado, de petite fille, presque, c'était dans une autre vie. J'ai un peu honte de l'admettre, mais je suis déjà ridicule, donc, à venir l'enquiquiner à la fin de son intervention, je suppose que je suis plus à ça près. Et puis je crois que la petite fille que j'étais a pas du tout envie de laisser partir une de ces idoles, comme ça, sans rien dire de plus.

« C'était un joli rêve... Dans une autre vie... »

Quand j'étais encore une petite américaine qui passait le plus clair de son temps sur des pointes et des planches. Mais je suis plus cette petite fille depuis longtemps. J'ai beau n'avoir que vingt-trois ans, il y a une partie de moi qu'est déjà usée par les blessures de la vie, résignée et... blasée. Si je suis ici aujourd'hui, c'est qu'elle n'a pas encore complètement dévoré toute passion, tout enthousiasme, mais... chaque rappel de ce que j'ai perdu, chaque nouvelle blessure lui donne plus d'ampleur, et quelque part, je crains le jour où il ne restera que cette lassitude et cette mélancolie.

« Enfin vous avez dû en avoir plein d'autres des gamines qui vous ont dit ce genre de choses... »

Parce que c'est bien ce que je suis, là, face à lui, n'est-ce pas ? Et il a certainement mieux à faire que d'écouter les propos décousues d'une ancienne danseuse qui aura jamais été pro et redansera sans doute plus jamais.

« Je... hum... vous avez sans doute autre chose à faire cela dit, je veux pas vous déranger non plus... Je voulais juste vous remercier d'être intervenu aujourd'hui. Je sais pas pour mes camarades, mais pour ce qui me concerne, si je devais retenir qu'une chose de cette année, ça serait clairement les deux heures qui viennent de passer... »

Ca lui fait sans doute une belle jambe, mais pour moi, ça restera un moment inoubliable, clairement. A défaut de pouvoir danser avec quelqu'un comme lui un jour, j'aurai au moins eu la chance d'avoir assisté à un de ses cours, et ça, ça n'a pas de prix. Et là, je me dis qu'il faudrait sans doute que je m'en aille, que je le laisse tranquille mais... mais je reste plantée comme une cruche parce que passer la porte de la salle, c'est mettre fin à un truc dont j'aurais pas osé rêvé, enfin plus depuis des années maintenant, et j'en ai pas du tout envie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dancers don't need wings to fly.
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 4020
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (l. grimes) + jude sycamore (m. ventimiglia ) + ashleigh strugatsky-joyce (a. bergès-frisbey)
# Re: [Flashback - Birkbeck College] Dancing through life ♐ Brahms
message posté Mer 20 Sep 2017 - 14:05 par Brahms De Bury
And those who were seen dancing were thought to be insane by those who could not hear the music. ✻✻✻ Brahms se hissa sur le bureau sans pour autant cesser d'écouter la jeune femme qui se tenait devant lui, c'était un concept assez bizarre de voir une sorte de « fan » ; il s'était toujours douté que sa carrière avait fait le tour du monde et que, sans doute, des personnes aimeraient lui ressembler mais jamais il ne s'était posé la question de savoir si il avait des « fans » parce que pour lui ce genre de choses étaient réservées à des célébrités telles que brad pitt, leonardo dicaprio ou encore justin bieber. Mais certainement pas à Brahms De Bury, le danseur déchu. Mais au fond ce genre de mots lui faisaient plaisir, lui ravivaient le coeur et lui arrachaient quelques sourires sur des lèvres pincées depuis bien longtemps. « Oh... mais cette partie-là, je risque pas de la connaître, j'ai pas la chance d'être à la Royal Ballet School... Puis en danse classique, on arrive à rien sans être intransigeant. » il inclina légèrement la tête sur le côté, elle avait l'air d'être une élève sérieuse qui faisait une tâche sans rechigner, c'étaient des personnes comme elles qu'il aurait aimé avoir dans son cours de danse classique, des personnes passionnées et prêtes à tout pour réussir. Non pas qu'il insinuait que ses actuels élèves étaient dépourvus de talent mais la plupart du temps ils étaient là grâce au compte bancaire de papa et maman plutôt que pour un quelconque talent. « En revanche... Ca va vous sembler ridicule, mais il y a quelques années, je rêvais qu'un jour, je serais sur la scène de l'opéra Garnier avec vous... C'était un joli rêve... Dans une autre vie... » bizarrement ça lui donnait un sacré coup de vieux alors qu'il était encore jeune, mais d'un côté ça l'intéressait : pourquoi cette jeune femme qui avait tant rêvé de se retrouver à ses côtés avait finalement renoncé à son rêve ? Il existait de nombreuses raisons pour abandonner un objectif, par exemple lui refusait de remonter sur scène depuis sa chute parce que la peur du regard des autres lui paralysait les membres. « Alors pourquoi je ne t'ai jamais eu comme partenaire à l'Opéra Garnier ? » le reste de ses paroles ne l'intéressait pas Brahms, pas qu'il se fichait complètement de la voir si heureuse de l'avoir eu comme intervenant et même qu'il en était particulièrement touché mais pour le moment il était concentré sur sa question et attendait patiemment une réponse.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
[Flashback - Birkbeck College] Dancing through life ♐ Brahms
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: « Bloomsbury Colleges »
Page 1 sur 1
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-