Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

[HOT] Edgar and Howard in the sky with diamonds

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Lun 14 Aoû - 11:14 par Edgar Anderson


Edgar & Howard

in the sky with diamonds

Ces derniers mois avaient été les plus immobiles qu'Edgar ait jamais connu. Lui, l'éternel hyperactif, toujours en mouvement, toujours sur le point de faire quelque chose, d'aller quelque part, s'était retrouvé cloué à l'hôpital comme un insecte sur une planche.
Ça lui avait modérément plu.
Ses semaines d'hôpital avait été réduites à vivre de l'espoir pathétique, à chaque fois que la porte s'ouvrait, de voir débarquer Howard. Enfin pas Howard en particulier bien sûr, n'importe quel visiteur un peu distrayant, Howard avait juste marqué des points en lui filant à manger la première fois et maintenant Edgar espérait qu'il recommencerait… Rien de personnel.
Puis il avait eu le droit de sortir de la Chambre de l'Ennui, sauf qu'il l'avait fait sur des roulettes ridicules dans ce fauteuil ridicule, poussé comme un infirme par sa cousine qui avait trop pitié de lui pour se moquer ouvertement – c'est dire. Sa nouvelle vie sans jambes lui avait fait découvrir un truc capital. Un fauteuil roulant, c'est l'horreur. Zéro maniabilité. Lent à crever. Fatigant pour les bras. Le moindre trottoir devenu un obstacle insurmontable. Et les escaliers, on en parle des escaliers ?!
Incapable de se lever et d'humeur si sombre qu'il s'était transformé en trou noir émotionnel aspirant toute la positivité des gens qui l'approchaient, Edgar s'était vite retrouvé seul et désœuvré. Le dernier point avait vite été résolu, néanmoins.
Il s'était installé à temps plein dans son bureau (l'immeuble, moderne, était tout à fait équipé pour l'accueillir, lui et son stupide fauteuil, ce qui n'était pas le cas de son appart au 4e sans ascenseur…). Et il avait réfléchi. Beaucoup. Dessiné, pas mal. Trituré des bidules et des machins, dans tous les sens.
Deux mois de travail acharné, sans distraction, quelques ratages, et un prototype qui avait failli lui exploser à la figure plus tard, Edgar tenait enfin sa plus grande réalisation.
(Son patron avait hurlé en voyant la facture, notamment pour le chalumeau à souder et les chenilles.)
Mais peu importait, car Edgar était désormais doté d'une vitesse et d'une maniabilité sans précédent depuis son accident.
Son nouveau fauteuil, électrique et doté d'une vitesse de pointe de plus de 30 kilomètres heure, était monté sur un étrange système de deux couples de trois roues reliées par des chenilles qui le rendait quasiment tout terrain, capable de monter même des escaliers. Edgar s'était violemment gamellé plusieurs fois avant de réussir à équilibrer le fauteuil pour qu'il ne bascule pas en arrière dans les escaliers. (Il y avait notamment eu une rapide excursion aux urgences, qui lui avait valu la furie renouvelée de Candice ainsi que la toute récente coupure qu'il avait au front).
Histoire d'avoir toujours ce dont il avait besoin sur lui, Edgar avait inclus un petit coffre sous le siège, d'une contenance parfaite pour deux bouteilles et quelques paquets de clopes. Il avait aussi un crochet pour fixer ses béquilles télescopiques sur le côté - on lui avait enlevé un de ses plâtres et malgré la faiblesse de sa jambe libre, il parvenait désormais à esquisser un ou deux pas en béquilles.
Bref, Edgar avait pensé à tout. La prochaine version de son engin incluerait un espace de stockage plus grand et une glacière pour garder les bières au frais - s'il ne se faisait pas virer de son atelier par son patron, qui n'avait pas l'air convaincu que le brevet de cette invention les rendrait riches.

L'autre occupation d'Edgar avait été l'organisation de l'enterrement de vie de garçon d'Howard. Ce dernier avait été assez inconscient pour lui laisser carte blanche... Hé bien, il ne serait pas déçu.
Ce samedi matin alors qu'il attendait Howard au coin de sa rue, Edgar était de l'humeur la plus éclatante qu'on lui ait vu depuis longtemps.
Ne pouvant caser son invraisemblable fauteuil dans un taxi, Edgar était venu en camionnette, ce qui ajoutait encore à son impression de commettre un enlèvement. Après tout, l'idée était d'embarquer Howard jusqu'a l'aéroport, puis de lui bander les yeux pour le mettre dans un avion dont il ne connaîtrait la destination qu'a l'arrivée.
Pour l'heure, Edgar faisait des allers-retours sur le trottoir, impatient.
Finalement, Howard fit son apparition.
« Enfin ! » s'exclama-t-il juste pour la forme.
Sentant le regard d'Howard s'attarder sur le très étrange et modérément esthétique engin qui le portait, Edgar irradia la fierté :
« Je te présente l'EdMobile ! »
Il fit un tour sur lui-même à toute vitesse pour en démontrer la maniabilité.
« Bref, monte là-dedans, sinon on va être à la bourre, fit-il en indiquant l'arrière de la camionette. Et non, tu ne sauras pas où on va... Mais tu me fais confiance n'est-ce pas ? »
Sourire carnassier.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Jeu 17 Aoû - 16:05 par Howard Taylor

 
 
Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard
Ces derniers mois, Howard n'avait pas eu le temps de s'ennuyer une seule seconde ! Il avait été débordé à orchestrer minutieusement son mariage et pour la première fois de sa vie, ses parents semblaient enclin à faire quelques concessions pour le plus grand bonheur de leur fils et de sa fiancée (car les règles étaient les suivantes désormais : ce qui était à lui était aussi à elle désormais!). Les Taylor avaient claqué bien des liasses de billets pour que tout soit parfait et les Poirier mettaient également la main à la patte, excités par le mariage de leur fille, en Angleterre qui plus est ! Tout était fin prêt, tout sauf peut-être Howard finalement... Il n'était pas habitué à tant de gesticulation autour de lui, toute cette attention concentrée sur sa vie privée et quelques fois, la situation devenait tout bonnement insoutenable. L'avantage, c'était qu'il avait trouvé une parade parfaite pour échapper à la pression collective, sans avoir à inventer le moindre mensonge. Il rendait visite au moins trois fois par semaine à son témoin de mariage à l'hôpital quand son emploi du temps le permettait. Malgré tout, les Taylor craignaient que le-dit témoin ne soit pas d’aplomb pour assurer son rôle le jour J, c'est pourquoi ils ne cessaient de persuader Howard de se rabattre sur quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'autre.... Non, non ! Il ne voulait personne d'autre ! D'ailleurs ça ne semblait vraiment pas nécessaire car Edgar semblait se porter de mieux en mieux et ses progrès étaient remarquables. A chaque nouvelle visite, l'anglais éprouvait une fierté singulière pour l'homme que les infirmiers appelaient entre eux « la princesse au petit pois ». Howard avait supposé qu'ils se moquaient gentiment de ses petits caprices de frustration et sur ce coup là, le brun était plutôt d'accord avec eux ! Ah c'était clair que pour le futur époux aussi c'était plus simple de taquiner son ami plutôt que de lui faire part de l'admiration qu'il lui portait.

Voilà qu'il n'était plus qu'à une semaine du mariage, déjà ! Bien sûr que le temps était passé trop vite et que ça l'angoissait, mais à vrai dire... Ce samedi matin rien ne l'effrayait davantage que la journée qu'il allait devoir affronter aujourd'hui. Edgar, de nouveau dans la nature, impatient et intenable comme une bête sauvage, lui avait organisé un traditionnel enterrement de vie de garçon. Enfin... « traditionnel » n'était pas exactement le mot qui dépeignait au mieux tout ce qu' Howard s'était imaginé jusque là. Comment pouvait-il se préparer pour une telle occasion ? Il savait quand porter un costume, pour quelles célébrations le nœud papillon était de rigueur, il savait aussi quelles couleurs accorder en fonction de l’événement, mais cette fois... Il joua donc la sobriété pour changer, il en avait sa claque de porter son costume de mari parfait pendant que deux couturières acharnées l'ajustaient directement sur lui. Ce matin il adopta un petit look casual chic qui ne lui ressemblait pas du tout et qui lui donnait même des airs prématurés de père de famille.A peine la porte de sa demeure refermée, il aperçut Edgar au bout de la rue, confortablement installé dans son fauteuil roulant. Alors qu'il s'était imaginé devoir le pousser toute la journée, Edgar accomplit devant ses yeux hébétés un numéro assez incroyable.

« Je te présente l'EdMobile ! », vociféra-t-il fièrement dans un ballet de déplacements mécaniques prouvant l'autonomie quasi illimitée du nouveau fauteuil roulant 2.0 d'Edgar ! Quelque part entre l'hilarité, l'ahurissement et l'admiration, Howard fit le tour de l'engin, perplexe. Bon sang, c'était réellement lui qui avait bricolé ça ? De toute évidence, parce qu'aucun médecin digne de ce titre n'aurait pu lui recommander un tel bolide ! Il y avait même un crochet sur le côté sur lequel étaient fixées ses béquilles télescopiques : du grand art !

« Bref, monte là-dedans, sinon on va être à la bourre. »


Ah...Ce n'était que maintenant qu' Edgar désignait le véhicule, qu' Howard remarqua la grossière camionnette derrière lui.Il n'était pas sérieux là, si ? Parce que monter à l'avant avec pour seul chauffeur un type en fauteuil roulant c'était une chose, mais grimper dans le coffre comme un animal qu'on charge, c'était tout de suite moins drôle !

« Et non, tu ne sauras pas où on va... Mais tu me fais confiance n'est-ce pas ? »

Euh... Moyen/bof ! Surtout avec ce sourire malsain épinglé sur son visage qui avait retrouvé tout son naturel et sa mobilité.

« Ma maman m'a interdit de monter dans le véhicule d'un inconnu... », bafouilla le brun dans une voix anormalement fluette et enfantine. Il reprit plus sérieusement :

« Non mais attends là... Tu crois que je vais monter DANS la camionnette de mon plein gré, tu... Tu es sûr que tu veux me faire vivre un truc agréable aujourd'hui ? », demanda-t-il, le sourire aux lèvres. Maintenant qu'il y songeait... Quelque chose d'agréable, rien ne le garantissait ! Formidable !

« Puis attends, tu vas pas conduire là, si ? », hésita-t-il en ouvrant tout de même la lourde porte du véhicule. Il lui suffit d'une seconde pour remarquer la présence d'un type derrière le volant. Inconnu au bataillon mais Howard préférait lui faire confiance à lui plutôt que de laisser les béquilles d' Edgar appuyer sur les pédales... C'était pas le moment pour mourir! Et puis bon... C'était vrai qu'Edgar avait du beaucoup réfléchir pour lui organiser cette journée (peut-être sympa) spécialement pour lui, c'était sans doute le moment pour Howard de se montrer reconnaissant et de monter dans cette poubelle !

« Bien ! T'as gagné, je grimpe ! », s'exclama-t-il, vaincu, en s'efforçant de dissimuler un sourire provoqué par une impatience et une excitation évidente qui s'emparait de lui à chaque fois qu' Edgar était animé par une nouvelle folie. Il toqua trois coups brefs contre la taule pour annoncer qu'il était prêt. Petite grimace à son ami à ses côtés à l'arrière.

C'était parti... En route !

 
CODE BY MAY


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Jeu 17 Aoû - 20:29 par Edgar Anderson
Bon. La première étape du plan (et peut-être, d'ailleurs, celle qui avait le plus de chances d'échouer) avait réussi : Howard était venu, de toute évidence pas suffisamment terrifié par la perspective d'un week-end où Edgar aurait eu carte blanche sur l'organisation.
Bien sûr, il n'aurait pas été lui-même sans avoir manifesté un peu d'hésitation :
« Non mais attends là... Tu crois que je vais monter DANS la camionnette de mon plein gré, tu... Tu es sûr que tu veux me faire vivre un truc agréable aujourd'hui ? »
Agréable ? Howard s'avançait beaucoup trop là... et parut s'en rendre compte, vu la tête qu'il afficha. Edgar le laissa tergiverser en lui roulant autour avec un sourire de hyène. Il faisait confiance à l'anglais pour finir par se décider, Howard se laissait toujours embarquer une fois qu'il était face à lui.
« Bien ! T'as gagné, je grimpe ! »
Satisfait, Edgar le suivit à l'arrière de la camionnette et cala son fauteuil pour la route. La destination ayant été convenue à l'avance, le véhicule démarra sans attendre.
La route passa vite. Edgar avait entrepris de narrer avec force gesticulations et exagérations ses dernières péripéties d'inventeur fou - incluant un chalumeau récalcitrant et des sourcils brûlés.
Lorsqu'ils arrivèrent à l'aéroport, Edgar reprit son air maléfique et annonça :
« Tu ne sors pas tant que tu n'as pas les yeux bandés... »
Il savait déjà que ça ne plairait pas à Howard, mais pas question de lui spoiler leur destination avant d'avoir décollé.
Lorsqu'il eut réussi à convaincre l'anglais de se laisser attacher un bandeau sur les yeux, Edgar lui prit la main pour la poser sur le dossier de son fauteuil et recommanda :
« Accroche-toi là, je vais te guider ! »
Ils passèrent les contrôles en un temps record - Edgar n'allait pas se priver des passages en priorité que lui offrait son tout nouveau statut d'handicapé - et se retrouvèrent bientôt installés dans l'avion.
« C'est bon, t'es re-autorisé à voir » concéda Edgar, grand seigneur.
Alors qu'enfin l'avion commençait à s'ébranler et à se diriger vers la piste de décollage, la chef de cabine annonça :
« Bienvenue à tous les passagers à bord de ce vol en direction d'Amsterdam. »

La durée du vol vit l'excitation d'Edgar aller crescendo. Partir à l'aventure avec Howard, c'était toujours génial. En plus, ça faisait longtemps qu'ils ne l'avaient plus fait - ce voyage devait être l'événement le plus excitant qu'ait connu Edgar depuis bien des mois...
Lorsqu'ils atterrirent, Edgar ne tenait plus en place. Il était déjà venu à Amsterdam quand il était étudiant et en gardait des souvenirs certes brumeux et fragmentés, mais dans l'ensemble formidables. Il avait hâte de voir la tête d'Howard quand il sentirait l'odeur de beuh qui régnait dans tout le centre-ville, et quand il verrait les vitrines du quartier rouge. Il se rappelait aussi de deux-trois coins sympas (qui n'impliquaient ni femmes ni drogue, Howard pourrait s'y remettre de ses émotions).
« On a un vol retour demain midi, signala-t-il. Ça nous laisse le temps de visiter un peu (doux euphémisme pour décrire les projets d'Edgar) et de dormir demain matin... »
Une fois de plus, ils passèrent les contrôles avec une rapidité déconcertante - bénies soient les jambes défaillantes d'Edgar -, et se retrouvèrent dans un taxi direction le centre-ville. Edgar jeta une carte touristique sur Howard.
« Tu veux voir des trucs en particulier ? »
Histoire de se faire pardonner pour le quasi-enlèvement et le bandage d'yeux, Edgar avait l'intention de commencer la journée gentiment par une visite touristique tout à fait civilisée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Ven 18 Aoû - 17:22 par Howard Taylor

 
 
Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard
La trajet était parsemé de dos-d'âne mais passa à la vitesse de l'éclair. A peine arrivés, alors que l'excitation prenait de plus en plus de terrain, Edgar se tourna vers le brun pour lui attacher un bandeau sur les yeux.

« Tu ne sors pas tant que tu n'as pas les yeux bandés... »

L'anglais pouffa d'exaspération. Egar avait vraiment tout prévu ! Les yeux bandés c'était quand même pousser le bouchon un peu loin, mais il se laissa faire sans être vraiment certain de supporter ce soudain aveuglement. Il ne savait pas où l'américain avait déniché ce bout de tissu mais c'était frustrant : il était si opaque qu'il n'y avait aucun moyen de tricher, plus d'image, nouvelles dimensions. Bizarre. Comment allait-il pouvoir marcher droit en évitant soigneusement de ne pas se défigurer contre un mur à une semaine de son mariage ? Edgar guida ses mains sur ce qui lui sembla être le dossier du fauteuil roulant.


« Accroche-toi là, je vais te guider ! »
, bingo !

Franchement, chaque pas supplémentaire était une victoire pour Howard qui avançait, incertain, dans une réalité totalement différente de la sienne. Il devait avoir l'air d'un sérieux débile avec son bandeau sur les yeux, poussant un handicapé, boitillant comme un infirme. Merveilleux tableau !

Peu de temps après s'être éloignés du camion, Howard entendit une multitude de sons auxquels il n'avait jamais vraiment prêté attention jusque là : la discrète sonnette d'alerte de l'ouverture des portes vitrées automatiques, le brouhaha ambiant, de gros objets lourds qui roulaient sur du plastique, mais aussi des bips stridents qui lui rappelaient étrangement ses visites à l'hôpital auprès d' Edgar. Sans avoir vraiment le temps d'analyser l'environnement dans lequel il se trouvait, Howard fut assit en un rien de temps sur une matière molle, bien plus confortable que l'arrière de la camionnette. C'était à cet instant précis qu' Edgar lui retira son bandeau et qu'il se retrouva dans...

« C'est bon, t'es re-autorisé à voir »

Un avion ?! Comment n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Ce qui avait le plus surpris Howard en premier lieu, c'était la facilité déconcertante avec laquelle ils avaient réussi à passer tout les systèmes de sécurité parce que... D'aussi loin qu'il s'en souvienne, le seul jour de sa vie où il avait pris l'avion, il avait du passer par un tas d'étapes fastidieuses avant d'enfin poser ses fesses dans l'appareil. Certes Edgar avait brandit son jocker de grand blessé, mais ils n'avaient pas du tout été emmerdés ni à la sécurité, ni au contrôle d'identité. Peu importe parce que son attention se concentra maintenant sur cette surprise de malade qu'Edgar avait planifié. Son visage s'illumina comme un bouquet final de feu d'artifice alors qu'il jouait comme un gamin à toucher à tout : la bouche de sa ceinture, la climatisation, les lumières au dessus de leurs têtes, les magasines sur le siège avant...

« Bienvenue à tous les passagers à bord de ce vol en direction d'Amsterdam. »


Amsterdam ? Les Pays-Bas ?? Pourquoi pas après tout ! Howard n'y avait jamais mis les pieds et n'avait pourtant jamais encore entendu son ami lui parler de cette ville. Il y avait quoi de beau à visiter là-bas ? Oh peu importait de toute façon, tout serait beau, tout serait grandiose ! Le brun faisait entièrement confiance à Edgar sur ce point : s'il prenait la peine de prendre l'avion en fauteuil roulant, c'était qu' Amsterdam devait valoir le détour ! Il se frotta les mains d'impatience en gratifiant le blond de grands sourires de remerciements.

A l'arrivée, le jeune Anderson lui annonça qu'ils reviendrait du pays des merveilles le lendemain mais qu'entre temps ils auraient largement de quoi profiter.

Dans le taxi, Edgar lui balança au visage une carte déjà bien abîmée, en lui demandant ce qu'il voulait voir en premier.

« Wow euh... Bah je sais pas je connais pas, mais ça a l'air magnifique ! », s'exclama-t-il en fermant la page Google image de son téléphone. Il parcouru les différentes activités culturelles et touristiques proposées en légende sur le dépliant et à chaque nouvelle suggestion, Howard s'extasiait davantage, brûlant d'impatience.

« Oh ! Regarde on peut faire du bateau, se balader dans le centre, ou alors visiter leTuschinski (atroce prononciation), ou... Oh ! Ou ce soir on peut s'incruster dans une soirée privée, regarde ils disent que l'entrée est souvent secrète et faut fournir un mot de passe ! », légèrement glauque, mais c'était pas si loin de son monde finalement ce genre de petites soirées privées et sélectives... « Parait qu'il y a le meilleur bar d' Europe dans cette ville, le Tales and Spirits, et... Coffee shop ? C'est quoi, un genre de vieux café typique ? Tu penses que leur café est meilleur qu’en Angleterre? », demanda très innocemment Howard, complètement à côté de la plaque. Franchement il n'avait jamais entendu parler de la réputation d' Amsterdam alors il n'était pas au bout de ses surprises...

« Tu préfères quoi ? »
, questionna-t-il en tendant la carte à son pote tout en scrutant par la fenêtre.


 
CODE BY MAY


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Ven 18 Aoû - 22:27 par Edgar Anderson
L'enthousiasme d'Howard tira un sourire à Edgar, qui le regardait s'extasier plutôt que de regarder ce qu'il pointait sur la carte.
Jusqu'à ce que...
« Coffee shop ? C'est quoi, un genre de vieux café typique ? »
Edgar s'étouffa avec sa propre salive et lutta très fort pour ne laisser échapper ni sa toux ni son rire. Malheureusement, Howard continuait d'aggraver la situation :
« ... Tu penses que leur café est meilleur qu’en Angleterre ? »
Noooooon. Il... Il était sérieux ? Il existait donc quelqu'un, au 21e siècle, qui n'avait jamais entendu parler de l'une des principales attractions d'Amsterdam ?
Edgar se ressaisit avec effort et répondit, d'un ton très sérieux :
« Ab-so-lu-ment. Il faut que tu goûtes ! On ira tout à l'heure. Les pâtisseries sont très sympa aussi... »
Réussirait-il vraiment à faire avaler un space cake à Howard sans que ce dernier se doute de rien ? ... Tant d'innocence, c'était confondant.
Lorsque l'anglais lui demanda ce qu'il préférait visiter, Edgar se reconcentra sur la carte, essayant de faire cadrer les petites icônes des lieux touristiques avec ses propres souvenirs morcelés.
« Hmmpf... On n'a qu'à improviser ! » décida-t-il assez vite, bien trop impatient pour lutter contre son habituelle tendance au manque d'organisation.
Il jeta un coup d'oeil dehors et, l'endroit lui paraissant sympa, indiqua au chauffeur de s'arrêter. Edgar déboula dehors et huma avidement l'air néerlandais (bien trop pur, ils n'étaient pas encore assez près des coffee shops).
« C'est parti ! » s'écria-t-il joyeusement.
De l'autre côté de la rue se trouvait une espèce de palais brun et beige avec deux tourelles pointues. Une banderole à l'entrée représentait quelques tableaux probablement célèbres et une inscription qu'Edgar lut Rkjhghjkmuseum, ou quelque chose comme ça.
« N'essaie même pas de m'emmener là-dedans » prévint-il, juste au cas où.
Si jamais Howard s'avérait allier à son amour pour les vieux bouquins chiants et la vieille musique nulle celui pour les vieilles peintures moches, ce n'était pas sur Edgar et sa fibre artistique inexistante qu'il pourrait compter pour l'accompagner dans un musée.
« J'crois qu'on tombe sur le centre-ville en suivant l'eau » estima Edgar en se dirigeant vers le canal qui longeait la rue.
Il y avait du monde, et Edgar ajouta à sa liste mentale d'améliorations pour son fauteuil l'installation d'un klaxon assez tonitruant pour lui dégager le passage.
« Ah, tant que j'y pense ! »
Il sortit un papier chiffonné de sa poche et le tendit à Howard.
« C'est là qu'on crèche ce soir... Je te donne l'adresse au cas où on soit séparé - peu probable - ou que j'oublie - très, très probable. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Mar 22 Aoû - 13:52 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard
« Hmmpf... On n'a qu'à improviser ! C'est parti ! », décréta Edgar dans toute sa spontanéité. L'improvisation, cela convenait parfaitement au jeune Taylor. Le taxi déposa les deux compères dans un endroit très agréable qui avait déjà des allures de vacances à l'autre bout du monde, alors que bon, techniquement... Oh bah quand même ! Ils passèrent devant des musées qui devaient probablement être fascinants, mais Edgar n'était pas de cet avis

« J'crois qu'on tombe sur le centre-ville en suivant l'eau », super ! Qu'ils fassent ça alors ! Malgré la foule qui grouillait tout autour, le paysage était splendide ! Les canaux, tous ces petits ponts jonchés de pots de fleurs, les bateaux, la forme atypique des appartements colorés, les lampadaires en fer, les vélos harnachés à chaque coins de rue... Le sourire candide et ravi du brun se creusait à chaque détour, il tenait à observer chaque détail pour qu'il en garde autant d souvenirs que possible.

« Ah, tant que j'y pense ! C'est là qu'on crèche ce soir... Je te donne l'adresse au cas où on soit séparé ou que j'oublie », souligna Edgar en lui tendant un morceau de papier froissé où était griffonné une adresse à la va-vite.

« Qu'est-ce que c'est ? Tu as réussi à trouver un hôtel, ah oui ? », deux chambres ? Douche à l'italienne ? Peignoir en coton ? Petit déjeuner ? Néons dans la salle de bain ? Produits de beauté en flacons ? Oh bah oui, minimum... !

« Bah dis donc c'est vrai qu'il est rapide ton petit bolide ! », s' étonna Howard en slalomant entre les touristes jusqu'au centre ville.

« Tu es déjà allé à Amsterdam ? Est-ce que c'est une grande ville ? Peut-on en faire le tour en une seule journée ? », autant de questions dans sa bouche que d'impatience dans ses pas. Soudain, Howard s'arrêta net. Ça y est, le centre ville était à porté de semelle !

« Ma parole mais c'est pire que New York ! »
, s'écria-t-il, naïvement, n'ayant jamais vu New York et en se contrefichant des origines américaines d'Edgar.

« On fait quoi, on fait quoi ? On fait quoi ?! », s'extasia-t-il en regardant partout.

CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mar 22 Aoû - 17:44 par Edgar Anderson
 

Juste après avoir confié à Howard l’adresse de leur refuge pour la nuit, Edgar se fit la réflexion qu’il risquait d’éveiller les soupçons d’Howard en laissant entendre qu’il ne serait possiblement même plus en état de lire une adresse d’ici ce soir.
« Qu’est-ce que c’est ? Tu as réussi à trouver un hôtel, ah oui ? »
Ouais… Enfin, il s’y était pris deux jours plus tôt quoi (mais il y avait pensé, ce qui était en soi un exploit). Du coup, il ne savait pas spécialement à quoi s’attendre, d’autant qu’il ne s’était pas attardé à lire les détails de la réservation. Mais bon, ça ferait sans aucun doute l’affaire.
« Bah dis donc c’est vrai qu’il est rapide ton petit bolide ! »
Edgar sourit fièrement et ne put s’empêcher d’ajouter :
« Et encore, il est pas au max ! »
Il mourait d’envie de faire la démonstration de la vitesse de pointe de l’Edmobile, mais malheureusement avec ces innombrables badauds, c’était compromis pour le moment.
Howard embraya avec des questions sur Amsterdam auxquelles Edgar répondit joyeusement.
« Ouais, je suis venu avec des potes de l’uni… Y’a longtemps ! »
À l’époque où le petit Anderson était encore un petit étudiant innocent. Bon ok, peut-être pas innocent. Mais étudiant. Il n’avait même pas encore rencontré Howard, tiens.
« C’est pas très grand non… Ça tourne un peu en rond, ajouta-t-il dans une tentative maladroite d’expliquer la structure concentrique du centre-ville, fait de canaux et de rues parallèles construits en demi-cercle en partant du port. C’est super cool ! Surtout le soir. »
S’il n’avait pas été cloué en position assise, il aurait sûrement fait littéralement des bonds d’excitation à l’idée d’Amsterdam le soir (Amsterdam le soir avec Howard).
La taille des rues diminuant et la densité de canaux augmentant trahirent qu’ils étaient arrivés dans le centre-ville.
« Ma parole mais c’est pire que New York ! »
Edgar, qui n’y avait mis les pieds qu’une fois mais se rappelait plus de buildings vertigineux que de maisons historiques au bord de canaux fleuris, lui jeta un regard perplexe – avant de manquer se faire renverser par un vélo pressé. OK, peut-être que niveau circulation, la folie était la même qu’à New York – en remplaçant les voitures par ces exaspérants vélos venus de partout, conduisant comme des fous et s’arrogeant la priorité absolue sur le reste du monde.
« Rappelle-moi d’apprendre à dire "connard de cycliste" en néerlandais… » grogna Edgar.
« On fait quoi, on fait quoi ? On fait quoi ? »
Il leva le nez dans l’espoir de capter les arômes familiers qui le guideraient vers un coffee shop, mais ses narines captèrent un fumet de nourriture à la place. Oh, bah ça ferait l’affaire aussi.
« On mange » répondit naturellement Edgar en se dirigeant vers un stand de hot-dogs très opportunément placé.
Après avoir pris deux sandwiches pour lui et en avoir placé un dans les mains d’Howard sans lui demander son avis (au pire, Edgar finirait sa part, ce ne serait pas la première fois), l’américain s'estima satisfait, et ils repartirent au petit bonheur la chance dans les rues.


Quelques heures plus tard, le duo avait parcouru quelques kilomètres et sillonné tous les points d’intérêt de la ville à l’exception du quartier rouge, qu’Edgar avait pris soin d’éviter pour ne pas ruiner la surprise avant que la nuit tombe et que la rue prenne tout son, hum, charme. Ils s'étaient perdus une fois ou deux et avaient évité de peu quelques collisions avec des fous à vélo, mais dans l'ensemble, ils avaient surtout beaucoup ri.
« Bon, c’est l’heure d’une petite pause, qu’en dis-tu ? »
Très innocemment, Edgar fit rentrer Howard dans un coffee shop. L’endroit était d’apparence fort sympathique, mais il y régnait une odeur définitivement suspecte.
La carte, faite de noms aussi prometteurs que Amnesia Haze, Strawberry Skunk et autres Crazy Bubba, amplifia l’intérêt d’Edgar.
« Une préférence ? » s’enquit-il en s’amusant de la perplexité grandissante d’Howard.
Il ne tarda pas à aller commander, et bientôt le serveur vint leur apporter deux boissons (histoire de continuer à prétendre qu’ils étaient là pour un délicieux café amstellodamois), deux muffins (innocents uniquement en apparence), et un joint de taille impressionnante (Jamaica Pride de son petit nom).
« Est-ce que c’est pas le meilleur goûter du monde ? » s’extasia Edgar en s’emparant du joint.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Mer 23 Aoû - 15:36 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard
Comme Howard s'y était attendu, ce n'était pas la première fois qu' Edgar visitait Amsterdam et comme il l'avait également imaginé, ils auraient vite fait d'en faire le tour en une journée. Oh, mais pas de panique parce que visiblement, la ville recelait encore bien des splendeurs insoupçonables, à en croire Edgar.

« C’est super cool ! Surtout le soir. », affirma-t-il dont la voix exaltée frisait l'excitation totale.

Bien, en attendant patiemment que la nuit opère, il comptait bien profiter de tout ce que le jour avait à offrir. Après avoir tenté d'insulter un cycliste en néerlandais, Edgar, ou plutôt son estomac exigent, émit une suggestion.

« On mange », encore ?! Mais n'avait-il pas déjà déjeuné ce matin ? Howard n'avait pas vraiment faim, mais accepta poliment le grotesque hot dog qu' Edgar lui avait collé dans les mains sans qu'il ne puisse donner son avis. Va pour le hot dog alors... ! Après manger, ce fut le(s) meilleur(s) moment(s) de la journée d' Howard ! Enfin... Pour l'instant car s'il en croyait l'américain, il n'avait pas fini d'apprécier la visite ! Ils s'étaient baladés partout, avaient sillonné les ruelles piétonnes aux charmes singuliers et avaient retrouvé cette complicité d'antan, que demander de plus !

« Bon, c’est l’heure d’une petite pause, qu’en dis-tu ? »

Voilà une idée qui ne manqua pas de plaire à Howard ! Il avait assez usé ses semelles et commençait à être franchement crevé ! Le fameux coffee shop d'en face semblait d’ailleurs diablement pousser à la consommation, en tout cas il semblait fort bien accueillant ! Il franchirent le seuil a et aussitôt une (très) forte odeur de chanvre envahit leurs poumons. Howard arqua un sourcil, l'air suspicieux. Il était certes né Taylor, mais cette odeur il la connaissait bien. Il dévisagea son ami mais ce dernier resta imperturbable. Impossible qu'il n'ai rien remarqué, c'était lui qui l'avait initié aux affres de la Marie-Jeanne (et également à toutes autres substances illicites...).

« Une préférence ? », demanda innocemment le blond en lui tendant la carte des spécialités.

Amnesia Haze, strawberry stunk, crazy bubba..., hum cela ne disait rien qui vaille à l'anglais. Il avait la sensation d'être tombé dans le terrier du lapin blanc d' Alice et commençait sérieusement à suspecter un trafic douteux. Après mures réfléxions et bien qu'il n'était pas friand de pâtisseries, il se laissa volontiers tenter par un muffin qui avait l'air appétissant et une tasse de leur fameux et si incontournable café ! A peine cinq minutes plus tard se dressaient sur la table devant leurs yeux ébahis (surtout ceux d' Howard), deux muffins, une tasse de café et... C'était un joint ?! Sérieux ? Malaise... En tout cas ça en avait l'allure, la consistance et l'odeur ! (ça expliquait d'ailleurs bien des mystères...).

« Est-ce que c’est pas le meilleur goûter du monde ? », piailla gaiement Edgar qui se laissait gagner par l'accueil chaleureux des néerlandais... Howard saisit le joint dans ses doigts hésitants qui soupesaient l'étrange marchandise.

« Mais... C'est une blague ?, balbutia-t-il, franchement effaré comme s'il avait vu un fantôme.- C'est toi qui l'a corrompu ou persuadé ? », c'était la première idée presque plausible qui lui avait traversé l'esprit, Edgar savait se montrer très persuasif parfois... Seulement il ne tarda pas à remarquer qu'ils n'étaient pas les seuls « privilégiés » du café !

« Dis-moi que je rêve ! Oh douce mère de Dieu... », jura-t-il dans une petite moue d'hébétement. - Mais que fais la police ? », beugla-t-il dans une interjection qui sonnait comme un film ou un rap.

Soudain il pouffa de rire. Un rire franc et massif entre la nervosité et la béatitude, il avait simplement le cul entre deux chaises, entre deux sentiments aux parfaits antipodes.

« Mais... On peut fumer, ici ? J'veux dire... Non attends, meilleure question ! Est-ce que c'est réellement la maison qui offre ça ou c'est juste parc que le type est un gros hippie ? », demanda-t-il en tentant du même coup d'avaler une gorgée de café qui n'était franchement pas si extraordinaire que ça. Déception.

« Mouais, tu m'as raconté n'importe quoi à propos du café, il est banal ! Je vais me cantonner à mon bon vieux thé local moi, hein ! Mais ça.... », il agita le joint sous le nez d' Edgar en oubliant bien vite les deux adorables muffins qui s'impatientaient sur la table...

CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mer 23 Aoû - 21:41 par Edgar Anderson
L'enthousiasme d'Edgar face à ce très sympathique goûter sembla n'être pas contagieux. Pourtant c'était healthy, il y avait plein de verdure dedans !
« Mais... C'est une blague ? »
Edgar se composa un air innocent. Ben quoi ?
« C'est toi qui l'a corrompu ou persuadé ? »
Il aurait en effet été très fier d'avoir réussi à convaincre le serveur de lui rouler un joint par la seule force de sa langue bien pendue, mais malheureusement, Edgar devait admettre que non, son seul effort avait été de choisir une variété d'herbe dans la carte bien fournie.
Howard, devenu tout blanc, remarqua enfin qu'il y avait d'autres fumeurs attablés dans la salle.
« Dis-moi que je rêve ! Oh douce mère de Dieu... »
Agité d'un rire silencieux, Edgar ne parvint pas à répondre.
« Mais que fais la police ? »
Ça y est, les larmes lui montaient aux yeux.
Soudain, Howard éclata d'un rire incertain et Edgar le rejoignit à gorge déployée. Il aurait dû filmer sa tête, histoire de pouvoir se repasser à l'envi le lent chemin vers la compréhension de l'anglais déboussolé.
« Mais... On peut fumer, ici ? J'veux dire... Non attends, meilleure question ! Est-ce que c'est réellement la maison qui offre ça ou c'est juste parc que le type est un gros hippie ?
- On ne fume pas ici, on déguste ! précisa Edgar avant de pointer la carte. Regarde le choix qu'il y a ! C'est comme le vin (enfin, probablement), suivant l'origine et la variété le goût change... »
Bon, Edgar n'était clairement pas un grand connaisseur, mais il savait quand même reconnaître quand on se foutait de lui sur la qualité de l'herbe. Et là vu l'odeur du joint, ce n'était clairement pas le cas.
« Mouais, tu m'as raconté n'importe quoi à propos du café, il est banal ! Je vais me cantonner à mon bon vieux thé local moi, hein ! Mais ça.... 
- Tsss tsss tsss, c'est juste que tu sais pas le boire. Fume plus et tu vas voir, au bout d'un moment le café devient succulent ! » promit Edgar.
Pour sa part, il vida les trois quarts du sucrier dans sa tasse et touilla vigoureusement le café devenu quasi solide.
« Passe-moi ça » réclama-t-il en se réappropriant le joint sur lequel il s'empressa de tirer.
Très vite, Edgar arbora le sourire du ravissement.
« C'est quand même vachement meilleur que ce qu'on trouve à Londres... s'extasia-t-il avec emphase. Tu trouves pas ? »
Il tendit l'objet de délices à Howard et s'intéressa à son muffin. Une bouchée lui suffit pour en engloutir la moitié. Moui, c'était pas mal. Enfin, l'arrière-goût était tout de même hautement suspect, l'anglais ne serait jamais dupe. Une deuxième bouchée et le muffin avait disparu. La bouche pleine, Edgar arrosa le tout d'une grande rasade de café sur-sucré. Excellent, excellent. Il avait eu d'assez mauvaises expériences avec des space cakes ; ces petites choses mettaient longtemps à faire effet, si bien qu'il était facile d'en manger beaucoup, très vite, puis de se retrouver à terre sans préavis une ou deux heures plus tard. Mais bon, Edgar n'aurait pas été Edgar s'il avait laissé de simples gâteaux l'emporter sur lui - il retentait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Jeu 24 Aoû - 10:24 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard

Ils riaient aux éclats, se moquant allègrement de la touchante naïveté d'Howard. L'anglais n'avait finalement pas eu tort de confier cette journée à son vieux pote!

« On ne fume pas ici, on déguste! Regarde le choix qu'il y a! C'est comme le vin, suivant l'origine et la variété, le goût change... »

Normalement, quand on pratique un métier comme celui d' Howard, on risque vite d'être blasé de tout et de ne plus se laisser facilement atteindre, mais là, il était clairement sidéré que ce genre de délire arrive "dans la vraie vie!". C'était franchement dingue, on aurait presque dit un rêve assez chouette qu'Edgar lui aurait raconté au réveil d'une soirée! Il l'entendait déjà s'extasier: « Non mais tu imagines? Servir de ma beuh dans un café! », dément! D'ailleurs, parlons-en de leur prétendu café! Pas meilleur que partout mais comme Edgar le fit brillamment remarquer, après la fumette, il changerait sûrement d'avis. Oh oui, il deviendrait sans doute moins exigent et plus enclin à faire des compliments!

« Passe-moi ça! Ordonna Edgar en tirant sur la marchandise. - C'est quand même vachement meilleur que ce qu'on peut trouver à Londres, tu trouves pas? »

Howard allait départager les deux pays: il fuma à son tour. En fermant les yeux, il attendait patiemment que l'herbe et son arôme si particulier emplisse sa gorge et ses poumons, puis il expira la fumée dans une expression de pur délice.

« Je crois que c'est même mieux que le sexe...!  », c'était hautement discutable, mais Howard ne se formalisa pas pour sa propre familiarité. Il admira plutôt Edgar croquer généreusement dans son muffin, à pleines dents. Ses canines d'ivoire se plantaient dans la gâteau mou comme des crocs d'animal dans la chair d'une proie... Mieux que le sexe, hein?! Oui enfin, tout était relatif, mais...

« Comment tu peux encore manger alors que y'a de la Marijuana à foison ici?! », sa façon de prononcer "Marijuana" était affligeante.

« C'est si bon que ça? J'voudrais pas mourir idiot...», dit-il avant de goûter aussi.  À peine une bouchée engloutie, il grimaça.

« Mais ça un goût bizarre, non? Je crois que j'ai tellement le goût du joint dans la bouche que mes papilles refusent de faire la mise au point! », imagina bêtement le type qui n'avait jamais prétendument entendu parler d'Amsterdam avant aujourd'hui. Il finit son muffin n'avait pas un goût si atroce que ça en fin de compte!

« Je profite que Valentine ne soit pas là parce que... Bon c'est pas qu'elle soit fermée comme ma famille paternelle, mais je ne suis pas certain qu'elle verrait ce festin d'un très bon œil! Oh... Peut-être que si! », ce qui était triste c'était qu'il n'en était pas sûr. Il ne la connaissait peut-être pas si bien que ça finalement... Valentine Poirier n'en était pas à son premier joint et ce n'était pas ce qui allait la froisser. En revanche, imaginer son fiancé stone au coeur d'Amsterdam à la tombée de la nuit avec ce qu'elle avait déjà imaginé du personnage d'Edgar, c'était tout autre chose! Mieux valait raconter que son pote l'avait invité dans une thalassothérapie, non! Ben non, il détestait ça, quelle idée!

« J'sais pas ce que je vais encore pouvoir inventer pour la rassurer! », pouffa-t-il en tirant sur le joint. Le mensonge c'était un péché, non? Si dans l'Évangile selon Saint Paul, l'Apocalypse chapitre 22, verset 15. Hum... Il ne savait plus bien là, Il mélangeait tout. Howard voulait être à Amsterdam, pas dans son église, pas encore... 

« C'était une idée lumineuse de venir ici, du grand Edgar! », s'enthousiasma le brun en levant les bras, alertant tout le café.
CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
[HOT] Edgar and Howard in the sky with diamonds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Europe
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
» Howard Shore
» Howard Keynes
» LES POEMES DE ROBERT E HOWARD
» ROBERT ERVIN HOWARD
» Bryce Dallas Howard avatars 200x320 pixels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-