Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

[HOT] Edgar and Howard in the sky with diamonds

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Lun 4 Sep 2017 - 20:22 par Edgar Anderson
Le bout de ses phalanges contre la peau d’Howard ne voulait plus s’en détacher et se faisait languide. L’anglais lui saisit brusquement le poignet et, après lui avoir fait survoler l’étendue de son torse et de son ventre, déposa la main d’Edgar contre sa ceinture.
« Va-y, t’arrête pas en si bon chemin… »
Oh bah s’il pouvait se rendre utile hein. Il ouvrit le pantalon d’Howard sans protester, presqu’à l’unisson avec Bambi qui s’occupait du sien. (Enfin, elle avait tout de même les mains plus habiles que lui pour cette tâche.)
« Sans rire (dit Howard en riant) j’suis pas certain d’arriver à bander… »
Edgar de son côté… n’avait pas de problème. Il rebascula sur le dos avec le sourire un peu benêt du plaisir à venir et finit tant bien que mal de se débarrasser de son pantalon. Le souffle d’Howard contre son oreille fut le seul avertissement avant que ne s’y déposent ses lèvres. Rendu sensible par les attentions de Bambi, Edgar savoura le contact un peu plus qu’il ne l’aurait dû.
 « Tellement eu peur pour toi, là-bas… Le refais pas. »
Edgar se contenta d’émettre un évasif « Hmm-hmm », pas vraiment enclin à penser maintenant à ce "là-bas". Bambi – qui se consacrait à prouver à Howard que si, il pouvait bander – trouva soudain un point sensible qui fit bondir l’anglais et rire l’américain. Il baissa les yeux sur elle tandis qu’elle redescendait entre les cuisses d’Howard, entr’apercevant ses seins lorsqu’elle bougeait la tête, entre les mèches rousses. Il avait très envie de les toucher, mais se redresser pour les atteindre semblait... difficile. Puis son regard, glissant sur le torse agité par un souffle emballé, resta finalement accroché sur le visage de l’anglais, fascinant dans le plaisir, avec cet air de presque souffrir. Le lit tanguait gentiment, comme s'ils étaient sur un bateau... Non, ils étaient vraiment sur un bateau n'est-ce pas ? Sur le canal... Sur la mer plutôt ; le canal ne bougeait pas comme ça.
Bambi réapparut soudain devant ses yeux et Edgar se laissa avidement embrasser, explorant la bouche de la jeune femme. Lorsque le visage d'Howard apparut entre eux, ils le mêlèrent à leur baiser, le plus naturellement du monde. Une main dans les cheveux roux l'autre dans les cheveux noirs, Edgar se laissa transporter, embrassant l'une puis l'autre sans vraiment de transition. Bambi attrapa la bouche d'Howard pour l'embrasser plus profondément, et Edgar spectateur aux premières loges lécha la joue de Bambi et mordit le cou d'Howard, ou l'inverse peut-être, il ne savait plus, se noyait juste dans les sensations. Des lèvres capturèrent à nouveau les siennes et la mer s'agita de plus belle tandis qu'il allait d'une bouche à l'autre.
Il ne réalisa que Bambi était partie et qu'il ne se pressait plus que contre les lèvres d'Howard que lorsque deux mains retirèrent son caleçon. Un instant plus tard, la rousse lui appliquait une capote avec une impressionnante dextérité. Sans une seconde de pause, elle fondit entre ses jambes, et sa langue glissa sur la chair durcie et terriblement sensible. Edgar rejeta brusquement la tête en arrière, se cambrant au contact de cette bouche qui savait exactement ce qu'elle faisait.
Bambi le délaissa un instant pour administrer le même traitement à Howard, dardant sur eux un regard brûlant entre ses cils. Elle se mit à alterner entre ses deux clients, l'un bénéficiant de sa bouche et l'autre de sa main, puis l'inverse. Edgar la suivait des yeux avec avidité, captivé par le spectacle de leurs membres disparaissant alternativement entre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Jeu 7 Sep 2017 - 18:34 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard

Si Howard n'avait pas été chrétien, il aurait sûrement pu le crier sur tous les toits : « PUTAIN DE BORDEL DE MERDE!!!!! » mais non, pas là, non. Quand bien même Edgar passait sa main dans sa crinière brune et l'attirait vers sa bouche pour le mêler un peu plus à ses baisers fiévreux avec Bambi, non. Pourtant... C'était quand même sacrément tentant quand l'américain planta ses canines dans son cou pendant qu'il s'accaparait les lèvres de la prostituée, mais c'était plus simple de n'y prêter aucune espèce d'attention, hormis un gémissement contre les dents de la rouquine qu'il pouvait très bien tourner à son avantage le jour du Jugement Dernier ! Soudain, alors qu' Howard gardait les paupières fermement scellées pour être bien sûr de pouvoir se défendre de cette nuit là, il sentit qu'un seul jeu de lèvres lui rendait ses baisers et ces lèvres-ci, faisaient du bien... Des petits points blancs dansaient devant ses paupières à force de les garder closes avec autant d'ardeur mais c'était un effort plutôt dérisoire parce qu'au fond, il reconnaissait cette façon vorace et pressante d'embrasser... C'est quand Edgar se cambra en arrière en quittant brutalement sa bouche, qu'il s'autorisa enfin à hisser les paupières. Il observait scrupuleusement le spectacle du blond prendre du plaisir en s'attardant particulièrement sur les veines de son cou qu'il devinait battre à tout rompre sous cette chair, sur le dessin de ses clavicules, sur son menton fin qui disparaissait de sa vue à mesure qu' Anderson penchait la tête. Il se refusa pour l'instant de vérifier de ses propres yeux ce que Bambi lui faisait, mais il en avait une idée assez dérangeante, d'ailleurs il ne tarda pas à en avoir le cœur net quand la dame se pencha vers lui pour le soumettre au même supplice. Il écarquilla les yeux et étouffa un râle de surprise. Ses mains, libres, s'agrippaient à chaque morceau de drap auquel elles avaient accès, c'était franchement diabolique à quel point c'était délicieux ce qui se passait, là, en bas. Petit à petit, Howard laissait à ses yeux l'audace d'observer la scène et malgré le feu d'artifice qui crépitait dans son bassin, ce qu'il voyait était sale, dégradant même et... Oh Seigneur...  Voir Bambi passer d'un membre à l'autre, en revanche, c'était assez... Plaisant. Chaque fois que la bouche glossée recouvrait Edgar, Howard avait la sensation dérangeante d'être lui. C'était comme s'il ressentait les sensations du type qui prenait son pied à ses côtés, plus encore que si la demoiselle s'occupait de lui ! Non, il n'aimait vraiment pas cette sensation, pas du tout. Pas plus que l'idée que finalement, par cette simple et unique bouche, les attributs des deux hommes étaient en contact. A un moment donné, têtes sur le même oreiller, le regard perdu d' Howard croisa celui de son ami. WOW... Ah, non, fausse alerte, c'était Bambi qui s'était remis à lécher son corps ! Toute cette peau blanche à hauteur de ses yeux, c'était indécent... Howard se redressa difficilement et malgré la défaillance momentanée de son centre de gravité, parvint à couvrir le ventre d' Edgar de petits baisers humides. Soudain il avait si faim qu'il aurait pu le dévorer en entier sans même partager... Ses abdominaux, son torse, son cou, l'os de sa mâchoire et enfin sa bouche, tout passait entre ses lèvres. Il ne lui laissait pas vraiment assez de répit pour qu'il puisse respirer convenablement, on ne retirait pas le pain de la bouche d'un affamé... Howard manqua son oreille et chuchota plutôt sur un coin de sa tempe :

« Tu peux pas t'empêcher de me foutre dans la merde... », soupira-t-il en souffrant du plaisir que lui procurait le simple fait de caresser son corps d'homme.

« Fais quelque chose quoi... Regarde-nous... », sa voix était un tout petit peu trop suave et percée de luxure pour avoir réellement envie que la situation s'arrange.


CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Ven 22 Sep 2017 - 21:36 par Edgar Anderson
C'était la plus belle fille du monde, décida Edgar qui ne pouvait se détacher du spectacle fascinant se jouant devant ses yeux. Ou peut-être était ce qu'elle faisait qui était magnifique, il n'était pas bien sûr, juste désespérément captivé. Bambi partageait ses attentions entre lui et Howard. Edgar regarda sa bouche entourer l'anglais, délicieusement obscène, puis sa main, et sa bouche encore ; il s'attarda des yeux sur le ventre pâle sous les mèches enflammées, remonta le long du corps d'Howard, jusqu'à ce que se heurtent leurs regards pareillement égarés.
Soudain les lèvres d'Howard se posèrent sur sa peau, y faisant naître un chapelet de frissons. Étalé sur le lit toujours aussi tanguant, Edgar s'abandonna aux baisers d'Howard - qu'il n'appréciait autant que parce que Bambi avait du bout de la langue rendu tout son corps sensible et affamé de contact.
« Tu peux pas t'empêcher de me foutre dans la merde... »
Même le souffle d'Howard tout contre sa tempe était agréable.
« Fais quelque chose quoi... Regarde-nous... »
Edgar regarda du côté de Bambi et conclut, un peu narquois :
« Moi je trouve que ça va... »
(Il n'arrivait toujours pas à hausser les épaules en position allongée, mais il essaya quand même.)
Sans trop de raison sa main trouva la joue d'Howard, s'y attarda un peu, avant de s'emmêler dans ses cheveux. Le lit était de plus en plus instable, Edgar avait la sensation de basculer d'avant en arrière de plus en plus fort et franchement, qui avait eu l'idée de monter sur ce bateau... Était-ce un bateau d'ailleurs ? Ou juste un matelas flottant ? Il s'accrocha à Howard d'une main, aux draps de l'autre, dans l'espoir de ne pas glisser du lit à la prochaine vague.
Il ne se rendait plus vraiment compte de ce qui se passait autour de lui - des tas de choses qu'il trouvait drôles, et agréables, vraiment agréables. Il se laissa emporter, heureux et stone, le sourire aux lèvres et le corps vibrant de plaisir. Ses lèvres rencontrèrent encore celles d'Howard, une fois, peut-être deux, peut-être plus, ce n'était pas très important. Tout se réduisit à un flou général sans grande importance, dans lequel il surnageait à mi-chemin entre fièvre et hébétement.
Et si, lorsque l'orgasme le fit se tendre brusquement puis soupirer entre ses dents, il avait les yeux fixés sur Howard, ce n'était qu'une coïncidence.

Lorsqu'il eut retrouvé une clarté d'esprit approximative, Edgar se rhabilla comme il pouvait et regagna son fauteuil avec des mouvements dont l'élégance rappelait un cachalot hors de l'eau. Bambi lui avait vaguement proposé son aide mais n'avait pas insisté lorsqu'il avait refusé - le service après-vente ne faisait pas partie de sa fiche de poste de toute façon.
Edgar lui donna sans discuter la somme qu'elle demanda, et ils furent promptement raccompagnés dehors.
« Huh, commenta utilement Edgar. Il n'avait pas encore tout à fait réatterri. [color:004d=4db30f]Un petit verre et on recommence ? »
Ouais, un bon petit shot, ça devrait lui éclaircir les idées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Dim 24 Sep 2017 - 18:06 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard

« Moi je trouve que ça va... »

NON, non ça n'allait pas ! La main d' Anderson s'était posée sur sa joue alors qu'il sondait son regard avec un intérêt dérangeant. Après avoir soupiré d'agacement (pour la forme), Howard s'abandonna au curieux jeu de réflexion de leurs regards. Il détailla scrupuleusement toutes les composantes des yeux d' Edgar : leur forme, leur fatigue, leurs ombres, leurs couleurs...  « Bleus », c'était le premier adjectif qui était venu à l'esprit d' Howard, mais il remarqua rapidement une auréole grise autour de l'iris et même des éclats de jaune près des pupilles, il n'avait jamais remarqué un tel nuancier de couleurs. C'était con, très très con même mais Howard n'était pas franchement certain d'avoir déjà connu quelque chose d'aussi érotique. Pourtant, n'en déplaise au Seigneur, il commençait à collectionner les péchés et les décadences, mais ça, cette sensualité silencieuse valait bien une... Enfin valait bien ce que Bambi était en train de lui faire ! Encore un regard impudent, à peine un tressaillement de sourcil supplémentaire et Howard sentit tout son corps se tendre, se rendre, s'abandonner. Il se cambra légèrement avant de répondre volontiers à la bouche fiévreuse d' Edgar qui quémandait inépuisablement des baisers. L'anglais aspirait avec appétit le souffle saccadé qui mourait dans sa propre bouche. Il embrassait avec passion : il embrassait mal ! Il mordait dans la chair gercée, il buttait contre la range de dents, il léchait maladroitement le pourtour des lèvres...  
C'est quand il reconnu clairement l'orgasme poindre dans les pupilles dilatées du blond, qu' Howard réalisa qu'il avait déjà jouit quelques secondes plus tôt quand Edgar effleurait sa joue ou quand il empoignait ses cheveux, il ne se souvenait plus. Bambi avait bien fait son travail, tout était propre, elle n'avait laissé aucune trace de leurs ébats hormis quelques draps froissés. Alors qu' Howard écrasait ses paumes sur ses yeux pour retrouver un semblant de réalité, il devina qu' Edgar, quant à lui, payait la prostituée après s’être difficilement rhabillé. Quand elle déserta la chambre, un étrange flottement pesa entre les deux hommes, pas vraiment gênant sans doute à cause de l'effet encore actif de la drogue, mais bel et bien là.

« Huh. Un petit verre et on recommence ? »

Howard manqua de s'étrangler avec sa salive.

« On recommence? »
, répéta-t-il en se redressant un peu trop vite en position assise. Toute la pièce tournait : mauvais signe.

« Il... J'ai besoin d'une douche », décida le brun en pointant la salle de bain peu engageante dans le fond de la pièce. Il se hâta de rejoindre la pièce exiguë et retira la chemise qu'il avait ôté une fois de trop à son goût. Alors qu'il allait poser un premier pied dans la douche ridiculement petite, il soupira longuement et le retira aussitôt. Il enroula une serviette autour de sa taille et retourna en trombe dans la chambre en se plantant face à Edgar.

« Je vais me marier », lâcha-t-il, moitié stone, moitié dévasté par la réalité des faits. Il répéta sa phrase sur un ton plus bas, presque un murmure, c'était le maximum vocal dont il était soudain capable alors que ses yeux commençaient à picoter. Comme l'avait fait l’américain juste avant, Howard posa ses deux mains en éventail sur les joues de son futur témoin et se laissa guider par son impulsivité exacerbée par la drogue. Malgré le fait que tout « ça » soit terminé, quelque chose le taraudait, oh trois fois rien, franchement c'était ridicule, c'était juste que...

« Tout ça, ça va finir, n'est-ce pas?... »
, chuchota-t-il en posant une dernière fois sa bouche sur la sienne. Là, juste tous les deux, plus de Bambi, plus de billets sales, un moment volé, un dernier coup de canif dans le contrat qui dura tout de même une bonne délicieuse minute...

« J'suis pas sûr d'y arriver. », au fond, il n'y avait rien de sentimental là dedans c'était plutôt un handicap physique, quelque chose qui allait manquer un peu comme de l'eau ou... de la nourriture, rien de grave ! Il ne pouvait plus se permettre de retomber dans le piège cette fois, il allait faire d'une demoiselle une honnête dame alors... Alors il avait besoin d 'entendre de la bouche d' Edgar que jamais plus ils ne recommenceraient justement, sa bouche, par tous les Saints ! Non. Plutôt non, il ne voulait rien entendre du tout ou, si ! Se laisser convaincre du contraire finalement :  que jamais l' Enfer ne lui laisserait de répit. Il caressa la lèvre inférieure du blond avec la pulpe de son pouce comme pour en imprimer à jamais les contours dans son esprit embrumé.

Un verre. Bien sûr, c'était ça dont il(s) avai(en)t besoin ! Quelque chose à noyer, vite.


CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mar 26 Sep 2017 - 10:15 par Edgar Anderson
« J'ai besoin d'une douche. »
Oula, vu l'allure de la salle de bains, ça paraissait aventureux. Surtout avec le sol qui tanguait comme ça - Edgar ne s'y risquerait pas. A peine Howard eut-il disparu dans la salle de bains qu'il réapparut. Les yeux d'Edgar tombèrent tous seuls sur la serviette qui n'était plus que son seul vêtement.
« Je vais me marier. »
Edgar tiqua et baissa les yeux tandis que revenait l'enserrer la nausée diffuse qui l'avait accompagné ces derniers mois - depuis l'hôpital, en fait. Il s'absorba dans la contemplation de ses genoux, de fort beaux genoux vraiment, enfin, pour autant qu'on pouvait en juger à travers son pantalon. Les mains d'Howard se posèrent soudain sur ses joues, lui faisant redresser la tête.
« Tout ça, ça va finir, n'est-ce pas?... »
Pourquoi est-ce qu'il fallait qu'il remue le couteau dans la plaie en énonçant des banalités ? Évidemment que ça allait finir. Plus d'escapade à trois heures du matin parce qu'Edgar avait soudain besoin d'un complice ; plus de voyage imprévu ; de beuverie et de défonce partagées ; de tentatives foireuses et toujours foirées d'apprendre à Howard à pécho ; de courses pour leur vie devant un mouton enragé ou un veuf offensé... Des lèvres pressantes contre les siennes firent dérailler ses pensées. L'effet Bambi continuait : Edgar se laissa facilement emporter.
« J'suis pas sûr d'y arriver.
- Bah alors ne le fais pas » répliqua Edgar.
Il avait voulu dire cela du ton de l'évidence, mais il y avait aussi, perçant traîtreusement dans sa voix... une demande ? De tous les conseils simplistes dans ce genre qu'il avait pu donner à Howard, c'était bien celui qu'il aurait le plus voulu le voir suivre.
Le fais pas. Te marie pas. L'idée était tellement déplacée qu'il ne pouvait même pas le formuler. S'il te plaît ?
Ils échangèrent un long regard bien trop grave pour la quantité de THC qu'ils avaient tous les deux dans le sang. Edgar sentait la nausée lui enserrer l'estomac et la poitrine, tirer vers le bas le coin de ses lèvres où flottait habituellement un sourire désinvolte. Il n'arrivait pas clairement à définir ce qu'il voulait en cet instant, mais il savait que ça impliquait Howard - Howard non marié - Howard près de lui. Est-ce qu'il pouvait l'embrasser encore ? NON, bien sûr que non, quelle idée, pourquoi il pensait à des choses pareilles.
Il balaya les cheveux d'Howard d'une main et dit, avec une douceur inhabituelle :
« Allez, on s'en va. »
Il y avait quelque chose dans cette chambre qui les rendait tristes et sentimentaux, et Edgar n'aimait pas être triste et sentimental.
Il éloigna la main d'Howard de son visage, un peu à contre-coeur, puis reprit, la voix raffermie :
« On doit bien pouvoir trouver un bar sympa dans le coin ! Par contre, tu devrais changer de tenue si tu ne veux pas te faire sauter dessus par toutes les filles du quartier. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Lun 2 Oct 2017 - 16:06 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard

« Bah alors ne le fais pas.»

Ne pas se marier ? La proposition d' Edgar si naïve et catégorique aurait pu faire rire Howard si dans sa voix, il n'avait pas perçu une amertume évidente. Son habitude à tout envoyer « se faire foutre » se cassait prodigieusement la gueule sous ses yeux dans une simple intonation qui s'apparentait presque à de l'imploration. C'était une expression qu'il n'avait encore jamais soupçonné sur le visage du blond mais elle était bien là, la souffrance, aussi réelle et traître que sa propre douleur. C'était franchement incohérent parce que quand Edgar et lui s'étaient perdus de vue, Howard s'était juré de ne plus jamais ressentir le manque de lui, enfin... Il était tellement furieux, tellement écœuré, que revoir cette moue qui se tordait devant lui en ce moment, lui faisait horreur. Il avait rencontré cette fille splendide et géniale qu'il chérissait tendrement comme l'alibi qui lui ferait obtenir sa carte « sortie de prison », il était BIEN sans Anderson ! Et puis maintenant... Maintenant qu'il était là, et pas seulement là devant lui mais en vie, rescapé des ténèbres, Howard ne savait plus bien... En revanche, ce dont il était sûr, c'était qu'une force irrésistible continuait de le pousser inexorablement contre ses lèvres et il ne pouvait/voulait pas s'y opposer. Embrasser Edgar n'avait pas suffit à apaiser leurs tristesses communes, l'anglais avait même la sensation que c'était pire encore !

« Allez, on s'en va... », souffla Anderson en balayant quelques mèches des cheveux ébouriffés d' Howard. Brrrr qu'il n'aimait pas ce ton, cet air, ça lui fichait le cafard !

« On doit bien pouvoir trouver un bar sympa dans le coin ! Par contre tu devrais changer de tenue si tu ne veux pas te faire sauter dessus par toutes les filles du quartier. »

Howard arqua un sourcil de surprise, c'était comme une claque après la séance émotion ! Il posa les yeux sur son propre corps, pas franchement habillé et comprit soudain la remarque d' Edgar. Le jeune Taylor n'avait jamais été très grand, un mètre soixante-dix tout au plus s'il chaussait ses bottines à talonnettes. Sa peau était livide et lisse comme une poupée de cire et son torse, parsemé de légers hématomes, vestiges de quelques punitions difficiles... ça, attirant ? Les femmes lui sauteraient dessus pour lui passer un t-shirt, oui ! Howard éclata de rire, soudain léger.

« Je crois que j'ai eu ma dose pour la soirée ! Plaisanta-t-il, souriant. - Je crois que l'idée de la douche c'était un peu trop ambitieux ! T'as raison, on va aller boire un truc, j'ai la gorge en feu ! »
.

Howard se rhabilla en vitesse dissimulé derrière l'embrasure de la porte et, poisseux, se donna un peu d'entrain.

« Allez, droit devant jusqu'à ce que le sommeil nous achève ! »

Dehors la nuit était encore chaude, l'été pointait à chaque coins de rue et la multitude de lampadaires traçaient la route à suivre jusqu'au bar que les deux hommes convoitaient. Un concept qui ne manquait pas d'audace : l'Icebar Xtracold ! Un peu de fraîcheur en plein été ! Face au canal, un gigantesque ours polaire les accueillirent avec plaisir alors qu'un videur à ses côtés était carrément chargé de distribuer des doudounes et des gants ! Froid à ce point ? L'idée d'enfiler le blouson d'un inconnu laissa Howard dubitatif mais il ne tarda pas à accepter l'idée quand le baromètre fixé au mur en glace affichait moins neuf degrés. Jamais Howard n'avait vu un truc pareil ! Toutes les parois, des murs au plafond, étaient totalement gelées, une lumière bleutée se reflétait sur la neige solide ce qui amplifiait l'effet caverneux, des verres sculptés à même un bloc de glace et même un espèce de... Squelette de pirate prisonnier dans un mur, vraisemblablement mort de froid ! Par dessus cette ambiance particulière, un brouhaha incessant de basses et de sons électroniques qui vibraient dans la cage thoracique. Valentine lui avait déjà parlé de ce genre de bar dont un des meilleurs se trouvait à Londres, mais il y croyait moyennement.

« Alors là mon vieux, c'est comme si j'me faisais Amsterdam et le Canada en plein décembre dans la même soirée ! »
, s'extasia Howard qui avait toujours préféré les saisons hivernales aux canicules.

Pas certain de tenir plus de trente minutes dans cet igloo bien festif, Howard exprimait malgré tout, un enthousiasme communicatif.

« Je veux absolument boire dans un verre de glace, autant profiter dors et déjà de nos trois consommations offertes pour réchauffer tout ça! »


CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Lun 16 Oct 2017 - 9:12 par Edgar Anderson
Le rire d'Howard allégea soudain l'atmosphère. Edgar sourit avec lui, exhalant doucement la tension qui lui avait enserré la poitrine. Pendant que l'anglais disparaissait pour se rhabiller, il tâcha de se secouer les idées pour se débarrasser de ses pensées parasites.
Non, ce n'était pas le moment de se lamenter sur le mariage d'Howard.
Oui, il était content pour son pote.
Non, il n'avait pas envie de l'embrasser - quelle drôle d'idée. Ni de faire tomber la serviette nouée sur ses hanches - ses oreilles et ses pommettes virèrent au cramoisi.
Sur ce, Howard réapparut, à nouveau décent.
« Allez, droit devant jusqu'à ce que le sommeil nous achève ! »
Voilà, c'était ça l'esprit !
« C'est parti ! » surenchérit Edgar d'une voix de stentor.
À la chaleur d'une enfilade de rues illuminées succéda une subite fraîcheur. Ils venaient d'entrer dans un bar littéralement taillé dans la glace - ambiance bleutée et température polaire. Edgar enfila avec gratitude la doudoune et les gants qu'on lui avait confiés à l'entrée, tandis qu'Howard s'extasiait sur les lieux. L'enthousiasme de l'anglais et les pulsations familières d'une électro vibrante commencèrent à améliorer l'humeur d'Edgar. Après tout, la soirée ne faisait que commencer.
« Je veux absolument boire dans un verre de glace, autant profiter dors et déjà de nos trois consommations offertes pour réchauffer tout ça! »
À cela, Edgar ne pouvait qu'approuver vigoureusement !
« Tu me récupérerais un whisky ? » réclama-t-il parce que, à sa grande consternation, il était plus petit que le comptoir du bar.
Encore une fonctionnalité à ajouter à l'Edmobile : la capacité de surélever le siège pour être aussi grand que s'il était debout.
Une fois le verre de glace entre ses mains, Edgar posa les lèvres sur le rebord avec circonspection. Rassuré de voir que ces dernières ne gelaient pas instantanément, il engloutit son verre en deux gorgées. Peut-être que dans la brûlure de sa gorge se calcineraient les restes du désarroi né dans la chambre de Bambi.
Rasséréné, il tendit le verre vide à Howard pour réclamer un deuxième tour. Lorsqu'il eut obtenu sa nouvelle dose de whisky, il leva son verre en direction de l'anglais.
« A ta dernière nuit d'homme libre ! » célébra-t-il, son impertinence enfin retrouvée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Mer 18 Oct 2017 - 18:45 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard

« Tu me récupérerais un whisky ? », alors ça sera deux whisky ! Howard s'avança ver le bar et hurla sa commande à l'un des deux types emmitouflés derrière leur combinaison où étaient épinglés leurs badges de travail. Il ne tarda pas à obtenir ce qu'il désirait, juste au moment où il brandissait son coupon « boisson offerte », tel un chauffard qui présente son permis de conduire à un policier. Alors que l'Anglais se demandait s'il allait pouvoir poser ses lèvres contre le verre sans geler, Edgar lui, engloutit son breuvage d'une seule traite... WHAT?! Il lui tendit le bloc de glace vide dans l'espoir que son ami le serve à nouveau, comme quand ils avaient l'habitude de siffler une bouteille entière lors de leurs escapades... Aïe, nostalgie qui revient ?

« A ta dernière nuit d'homme libre ! », quel rabat joie ! Howard s'empara du verre en laissant échapper un rire plutôt jaune.

« Tout de suite les grands mots ! J'épouse une fille cool, tu verras... ! », sur ce, il tourna les talons pour récupérer un autre whisky qu'il tendit à Edgar en avalant une gorgée de sien. La musique était assommante et communiquer (qui plus es avec des moufles) devenait difficile. Dans un claquement de dents, Howard s'approcha de l'oreille du blond et mugit :

« On avait plus chaud tout à l'heure ! », ses yeux s'attardèrent sur les lèvres d' Anderson (Dieu seul sait pourquoi, le hasard...), et un désagréable frisson lui mordit l'échine : saleté de température polaire ! Puis... C'était quoi franchement cette remarque idiote ? Fallait qu'il arrête de débiter de telles âneries. L'épisode de la chambre à coucher d' Amsterdam devait rester strictement confidentiel car désormais, Dieu n'était plus le seul Être qu'il craignait. Si sa chouette fiancée apprenait qu'il s'était donné à une autre femme, elle lui ferait une de ces scènes qui le mettrait dans de beaux draps (sans mauvais jeu de mots) ! C'est vrai qu'elle était « cool » comme il l'avait signalé à Edgar (d'ailleurs il aurait pu utiliser un autre adjectif...), elle était franchement amusante, extravertie, ouverte d'esprit, dynamique, le top ! Mais... Si elle avait bien un défaut, c'était sa jalousie légendaire ! Elle avait d'ailleurs failli piquer une crise un matin juste parce que la livreuse habituelle de fleurs avait déposé toute sa commande de bouquets directement dans les bras de son fiancé !
Une nouvelle gorgée d'alcool plus tard, Howard grimaça. Il trouvait son scotch à très mauvaise température mais après tout, tant que l'ivresse faisait son job, ça lui était bien égal !

« Ah oui au fait, je te le dis en toute amitié, la prochaine fois que ça te prends de me droguer sans m'en avertir, tu auras des comptes à me rendre Anderson ! », il n'y avait pas une once de menace dans sa voix, c'était simplement une façon de remettre un peu debout sa dignité. Au fond, c’était pas pire que de fumer de l'herbe en total connaissance de cause en plein enterrement , derrière le mur de la demeure... Il se souvenait alors du jour où Edgar était revenu dans sa vie avec la force d'un boomerang qui percute sa poitrine de plein fouet. Élégant dans son costume ajusté, un sourire narquois sur les lèvres comme s'il l'avait quitté la veille, planté de tout son long devant l'autel...
Howard sourit contre son verre en repensant à sa surprise de l'époque et se glaça l'émail des dents. Au bout de la troisième consommation, il sentit quelques uns de ses membres s'engourdir doucement.

« J'ai bien envie de m'asseoir, dit-il, mal à l'aise de devoir faire le pied de grue face à l'handicap de son ami, - mais j'ai moyennement envie de me geler les fesses ! », réflexion faite, s'asseoir sur un iceberg n'était vraiment pas ce qu'il désirait.

« Ehhhh ! J'ai envie de jouer à un jeu ! », pas un « cap ou pas cap » car avec Edgar c'était perdu d'avance, il l'avait déjà expérimenté... Mais...

« Je n'ai jamais.... Enfreins la loi ! », dit-il en buvant une gorgée. Merci Valentine de lui avoir appris un tel jeu, ça et un tas d'autres trucs qui étonneraient sans doute l'américain ce soir ! Go !

CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 09/04/2016
» Messages : 132
» Avatar : Dane DeHaan
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Ven 10 Nov 2017 - 10:58 par Edgar Anderson
« J'épouse une fille cool, tu verras... ! »
Edgar n'avait pas trop envie de voir, non. Il jeta un regard sévère à l'ambre de son deuxième verre, se remémorant l'unique photo qu'il avait vue de Valentine avec une incontrôlable bouffée d'antipathie. Ça devait son sourire niais, ou sa manière sans-gêne de poser si près d'Howard. Il ne l'avait même pas encore rencontrée qu'elle l'agaçait déjà.
« On avait plus chaud tout à l'heure ! »
Euh... Oui, certes.
« On peut y retourner si tu veux » suggéra Edgar, un petit sourire sardonique au coin des lèvres.
Honnêtement, il n'en avait pas la moindre intention - maintenant qu'il commençait à ratterrir, il n'avait plus aucune envie de se retrouver dans une situation de, hum, nudité avec Howard. Mais il ne pouvait jamais résister à une occasion de faire rougir l'anglais.
« Ah oui au fait, je te le dis en toute amitié, la prochaine fois que ça te prend de me droguer sans m'en avertir, tu auras des comptes à me rendre Anderson ! »
Edgar ouvrit de grands yeux innocents et feignit l'incompréhension sans guère de talent.
« Te droguer, moi ?! s'étonna-t-il. Je t'ai juste fait découvrir les spécialités locales, rien de plus ! »
Il était un brave petit guide touristique, voilà tout.
Edgar sirota son verre en prenant un peu plus son temps cette fois, faisant des pauses pour laisser se réchauffer ses lèvres qui gelaient au contact du verre de glace. La pulsation des basses, les jeux de lumières, la brûlure alcoolisée dans sa gorge, concordaient à lui donner la tête légère. C'était agréable. Il se sentait bien plus en forme.
« Ehhhh ! J'ai envie de jouer à un jeu ! »
Tiens, ça lui rappelait quelque cho... NON, ça ne lui rappelait rien du tout, ça n'était jamais arrivé.
« Je n'ai jamais.... Enfreins la loi ! »
Edgar - qui, rappelons-le, était l'innocence personnifiée - chercha dans ses souvenirs si une telle chose lui était arrivée. S'il ne s'était pas fait prendre ça ne comptait pas, si ? Enfin, il y avait quand même la fois où...
« Hum. Je dois donner mon opinion personnelle, ou celle du flic qui m'a fait perdre mon permis ? »
Très vieille histoire qui remontait à avant son retour à Londres, mais la facilité déconcertante avec laquelle il avait perdu son permis l'avait dissuadé de faire l'effort de le repasser.
Reconnaissant qu'il aurait du mal à convaincre Howard de son respect permanent de la loi, Edgar avala volontiers une grande gorgée de whisky.
Bon. À son tour. Dans la même le même ordre d'idées, il annonça :
« Je n'ai jamais passé la nuit au poste. »
Avant de boire directement une gorgée parce que, euh, peut-être bien que ça lui était arrivé.
Bon, il allait falloir trouver mieux. Le but principal étant bien sûr de faire boire Howard, pas lui-même, il avait intérêt à trouver quelque chose que seul l'anglais avait fait. Autre que faire des trucs à des cadavres, ça c'était trop facile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/12/2016
» Messages : 91
» Avatar : Daniel Radcliffe
» Âge : 26 ans
» Schizophrénie : Non
() message posté Ven 10 Nov 2017 - 13:18 par Howard Taylor


Edgar and Howard in the sky with diamonds
Edgr & Howard

« On peut y retourner si tu veux », suggéra finement Edgar, le sourire aux lèvres. Howard avala de travers sa gorgée de whisky et se contenta de lui rendre son rictus sans pouvoir s'empêcher de rougir (pour sa défense, le froid et la liqueur n'aidaient en rien à la situation!). Y retourner ? Là-bas ? Dans l'antre de l'Enfer ? Ouais, non merci, non, sans façon ! C'était plus agréable d'écouter le blond faussement s'innocenter pour l'avoir drogué sans même qu'il s'en rendre compte !


« Te droguer, moi ?! Je t'ai juste fait découvrir les spécialités locales, rien de plus ! »

Ben voyons !L'anglais se mit à rire et se cogna la dent contre son verre de glace. Aoutch... Pour faire diversion, le croque-mort lança un de ces jeux d'alcool stupides : le but étant bien entendu de faire lever le coude à Edgar, c'était la moindre des choses après son petit tour de passe passe dans le café !

« Hum. Je dois donner mon opinion personnelle, ou celle du flic qui m'a fait perdre mon permis ? », c'était un grand OUI, évidemment que l'américain avait déjà violé la loi !

Après une gorgée chacun, Edgar enchaîna :


« Je n'ai jamais passé la nuit au poste. »
, demanda-t-il en buvant une gorgée.

Oh non, ça, jamais ! Dieu l'en gardait ! Il valait mieux éviter de salir le nom des Taylor s'il ne voulait pas avoir de graves ennuies.

« 1-0, y'a que toi pour te mettre dans des situations pareilles ! Alors hum... Je n'ai jamais... Ouvert la porte aux témoins de Jéhova pour les faire tourner en bourrique ! », il n'approcha même pas les lèvres de son verre mais observa son ami du bout des cils.

Soudain un groupe de jeunes s'approcha dangereusement des deux compères : deux femmes et un garçon qui paraissait à peine plus vieux. Ils avaient tous franchement l'air dans un état d'ébriété avancé mais Howard ne tarderait pas à l'être non plus !

« Salut ! » S'écria le type avec un verre dans le creux de la main.- Ça va les enfants ? » Demanda-t-il d'abord en... Néerlandais? Puis en anglais. Howard était plus surprit par l’appellation « les enfants » que par les différences de langues.

«-  J'm'appelle Tim, et ces demoiselles ce sont... Maggie, présenta-t-il en désignant la blonde, - et...
Zoé ! »
, signala la brunette en venant en aide au type qui avait visiblement la mémoire courte. Howard en bon samaritain introduisit son ami, puis se présenta à son tour.

« Bien... Enchanté les gars ! S'exclama Tim après avoir froncé les sourcils à l'évocation de leurs prénoms. - Vous n'êtes pas d'ici ça se voit ! Les touristes grouillent par ici, c'est aussi le cas des filles ! »

Howard allait répliquer quelque chose jusqu'à ce que les deux filles en question se bécotent sous son nez, ce qui lui coupa tous ses effets.

« Je... Vous... Vous voulez jouer ? On est sur un |i]je n'ai jamais[/i], ça vous tente ? », demanda-t-il en évitant soigneusement de dévisager les amantes.

« Carrément partant, j'suis champion à ce jeu là ! Allez, je ne sais pas où vous en êtes, mais je vais corser un peu le jeu ! Bien... Je n'ai jamais... Prononcer le mauvais nom pendant l'acte ! », petit fou rire général, sauf pour Howard, bien entendu. Les filles se regardèrent du coin de l’œil et burent une gorgée, de même pour Tim et Edgar... ? Petit regard discret vers lui, l'air de rien.


CODE BY MAY


Revenir en haut Aller en bas
[HOT] Edgar and Howard in the sky with diamonds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Europe
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
» Howard Shore
» Howard Keynes
» LES POEMES DE ROBERT E HOWARD
» ROBERT ERVIN HOWARD
» Bryce Dallas Howard avatars 200x320 pixels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-