Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

[Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre

avatar
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.

» Date d'inscription : 06/08/2014
» Messages : 733
» Pseudo : Cookie
» Avatar : Samuel Larsen
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && Sha(ton)
# [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Lun 14 Aoû - 11:33 par Rika Alvarez
Août 2017

- Alors comme ça vous squattez tous les deux chez Suzana... ?

Mes frangins sont incroyables... Comme si notre soeur aîné avait pas déjà assez à faire avec ses quatre mômes tiens ! Voilà qu'elle se coltine en prime un militaire en permission et un ado attardé comme squatteurs pour les vacances. M'est avis que son été n'est clairement pas de tout repos.

- C'était ça où accompagner Papa et Maman au bord de la mer et comment dire...
- Quoi, l'idée de les entendre commenter tout et n'importe quoi en permanence te faisait pas plaisir... ?

Mon petit frère Andrés vit encore à la maison, alors je comprends que suivre nos parents en vacances ne soit pas vraiment de son avis. Ce que je comprends moins, c'est qu'ils ne lui aient pas juste laissé la maison. Bon, sauf que comme Diego est là, j'imagine bien qu'il n'avait pas trop envie de rester là-bas tout seul... Mais Diego quoi... Il pouvait pas revenir à la maison plutôt que de squatter chez sa soeur.

- C'était beaucoup trop tentant de venir embêter Nana...

Genre en lui donnant ce surnom qu'elle déteste ? J'ai ri, j'avoue. C'est mal. Mais je sais comme ils sont proches tous les deux, bien qu'ils passent leur temps à s'envoyer sur les roses. Il lui reproche son caractère dirigiste, elle l'engueule pour son entêtement, mais en vérité, ils sont très proches. Un peu comme Mat' et moi. Preuve en est que notre aînée l'a pas redirigé vers chez nos vieux alors qu'elle aurait très bien pu, en réalité. Et moi, je profite d'une journée avec mes frangins que je vois pas si souvent que ça, finalement. Autant Diego, ça s'explique, il n'est là qu'entre deux missions, autant je dois bien admettre que je suis un peu dans mon monde, et que j'ai pas tellement accordé de temps à Andrés, pas plus qu'à Angeles, qui elle, est partie avec nos parents - "tu rigoles, louper une occasion d'aller me prélasser sur la plage en maillot de bain ? Même pas en rêve. S'ils râlent trop, je mets les écouteurs, c'est tout" - depuis... beaucoup trop longtemps. On se voit aux occasions : à Noël, à la fête des mères, et aux anniversaires mais... C'est peu quand on vit tous ou presque dans la même ville, en réalité. Clairement, c'est Suzana que je vois le plus, ne serait-ce que parce que je garde Rowan régulièrement, après ma jumelle - mais elle, c'est un cas particulier. Et là, alors qu'on déambule dans le centre commercial après avoir mangé un bout dans un fast-food histoire de discuter un peu "entre hommes", puis craqué sur une glace baignée de caramel, je me rends compte que ça me manquait, quand même. J'ai un frère en la personne de Tyler, qu'importe qu'on ne partage pas le même sang, mais ça serait bien que j'oublie pas les autres justement... Et, donc, que je prenne le temps d'aller voir la petite dernière quand elle sera de retour...

- J'ai tellement de mal à me dire qu'Angie va avoir dix-huit ans...
- Justement ! Il faut qu'on en parle tous ensemble...

Evidemment. Diego et Andrés ont évoqué un tas de possibilités pour fêter la majorité de notre blondinette, ils ont promis de faire le point avec Suzana - et il y a toutes les chances pour que ça se fasse chez elle - et moi, de voir avec Mat'. Je crois qu'on a fait le tour du centre commercial quatre ou cinq fois sans vraiment s'attarder sur une boutique ou une autre, et finalement, mes frangins se sont éclipsés : Diego avait promis à Andrés de l'emmener au cinéma, et moi, j'avais peur d'être un peu juste ensuite pour ma répét' avec LuSt. Alors je les ai laissés, et je suis sorti rechercher ma bécane, qui m'attendait sagement à l'extérieur. Juste à côté d'une personne soit très concentrée sur son téléphone, soit perdue au vu de la tête qu'elle tirait...

- Pardon... fis-je en approchant, histoire d'avoir accès à mon bolide...

Je pourrais en pas m'en mêler et en rester là, mais c'est plus fort que moi...

- Tout va bien ? Je peux vous aider peut-être ?...

Au pire, cette personne me dira qu'elle se débrouille très bien toute seule, merci ; au mieux, j'aurais fait ma bonne action de la journée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sois sûr que sous les feux, la vérité est masquée.

» Date d'inscription : 16/03/2017
» Messages : 546
» Pseudo : bermudes.
» Avatar : lili reinhart.
» Âge : 23 yo.
» Schizophrénie : maebh, l'incensible.
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Mer 30 Aoû - 20:58 par Lioba Roy-Stozzi
Lioba est passée de petite gamine de riche à jeune femme forte en quelques heures. Cette nuit, avec Cole. Ce moment. Et depuis, tout est chamboulé. Depuis, tout est différent. Tout. Sa relation avec Navi. Et sincèrement, ses autres relations aussi. Ses amies, ses amis, ses frères.
Ses frères.
Ses frères lui envoient des messages tous les jours depuis qu’elle est partie de Sicile. Et elle répond à chacun d’entre eux. Elle leur parle, à eux. Elle les aime. Eux. A eux, elle en veut pas. Pourquoi elle leur en voudrait, ils ont rien fait. Encore.
Mais Lioba elle s’inquiète. Elle s’inquiète pas pour son plus jeune frère, lui il gèrera probablement sa vie comme il l’entend. Mais le plus âgé, Lioba, elle a peur qu’il ait à reprendre l’entreprise familiale et ça, pour ça, elle s’inquiète. Parce que son père est un homme violent, et que d’après ce que Lioba a compris, il faut qu’il le soit, dans son job, sinon quelque chose manque, sinon ça marche pas. Et Lioba, elle veut pas que son frère devienne violent. Son frère, c’est plutôt un type calme, en général. Son frère, c’est le responsable, celui qui se bat jamais et qu’est là pour dire stop quand une rixe entre frère et soeurs va un peu trop loin.
Et si lui, lui, devient violent. Alors leur famille peut bien finir par vivre sans oxygène au milieu de l’espace temps, ça r’viendra au même.


Alors oui, Lioba, elle s’inquiète. Et ça se sent dans ses messages. Elle le sait. Et son p’tit frère, il s’amuse, et il lui dit. Il lui envoie toujours des messages un peu débiles à la oh t’es chou, tu t’inquiètes pour tes petits frères chhéris. Et souvent, elle a envie d’lui répondre d’aller se faire voir, mais elle le fait pas. Parce qu’il lui manque beaucoup trop. Et qu’elle a pas envie de le blesser, ou d’commencer quelconque argument. Alors elle rigole, ou elle sourit, du moins. Et ils lui donnent des nouvelles de leur père, et de leur mère. Et son sourire, à Lioba, s’évade. Se fâne. Elle veut pas savoir, elle s’en fout. Ils vont bien ? Tant mieux pour eux. Ils vont mal, tant mieux pour tout le reste de monde.

Sauf que Lioba, le message la fait bloquer sur place. Parce que son petit frère, le plus grand des deux, il dit que l’père parle du retour de Lioba. Que bientôt elle devra revenir. Quand son fiancé reviendra aussi. Il dit que tant qu’il est pas de retour, elle a pas besoin de revenir. Que c’est bien, qu’elle est loin des mauvaises fréquentations.

S’il savait. Ah.

Et Lioba, elle entend une voix, qu’elle connait pas. Et elle relève les yeux, vers un type. Gentil. Il s’inquiète de son bien-être, à Lioba. Alors qu’elle est étrangère, autant qu’il l’est lui, pour elle. Alors Lioba sourit. Parce que Lioba est une richos bien élevée. Yeurk. Je vais bien merci. Et elle voit qu’il regarde une moto. Sa moto ? Elle est à vous ? Magnifique. Lioba s’y connait pas plus que ça en bécane. Mais c’était la passion de sa grande soeur, une de ses nombreuses passion du moins. Et son plus petit frère l’a récupéré. Lioba compte plus le nombre de fois où elle a dû attendre que son frère termine de lui parler moto pour lui dire quelque chose, même d’important. Alors Lioba, son sourire s’élargit un peu plus, face à l’étranger. Souvenirs souvenirs.

@Rika Alvarez
Revenir en haut Aller en bas
avatar
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.

» Date d'inscription : 06/08/2014
» Messages : 733
» Pseudo : Cookie
» Avatar : Samuel Larsen
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && Sha(ton)
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Jeu 31 Aoû - 12:11 par Rika Alvarez
Est-ce que je me rends compte que je me trompe complètement de cible, qu'elle n'est pas perdue, mais que c'est complètement autre chose qui la perturbe ? Absolument pas. Pas à cet instant en tout cas. La jeune femme s'est retournée au son de ma voix, et un joli sourire m'accueille.

- Je vais bien merci.

Je hoche simplement la tête, tout à coup mal à l'aise d'avoir mal compris la situation. La blonde est charmante, mon intervention l'importune peut-être, mais elle reste polie, et je suis prêt à tourner les talons et à la laisser vaquer à ses occupations quand sa voix retentit à nouveau.

- Elle est à vous ? Magnifique.

Une seconde de surprise, je suis son regard, posé sur ma moto. Je ne sais pas ce qui l'accaparait autant précédemment, mais elle vient de le passer sous silence pour relancer la conversation, manifestement, et le sourire sur ses lèvres comme elle observe mon engin est évocateur.

- Oh... Euh... Oui, c'est ma bécane. Et... merci. J'y tiens beaucoup.

Et je la bichonne parfois un peu trop. C'est une de mes oeuvres, en même temps, et mes doigts se posent machinalement sur le réservoir orné d'une de mes peintures, ce qui la rend unique et si précieuse à mes yeux. C'est à mon tour de sourire.

- Vous aimez la moto ?...

Question idiote puisqu'elle a lancé le sujet... enfin peut-être. J'ignore évidemment que c'est ou c'était la passion d'un autre membre de sa famille, pas la sienne. J'ignore tout d'elle, à vrai dire, tout comme elle ignore tout de moi. Je ne me doute pas un instant de la complexité de sa situation, de ses relations houleuses avec ses parents, beaucoup plus harmonieuses avec ses frères. Des relations familiales parfaites, je ne crois pas qu'il y en ait, et des exemples divers, j'en ai plein. Il y a ma famille, et malgré la sévérité de mon père, je pense qu'on s'en sort bien, tous les six. Il y a les relations chaotiques voire inexistantes de Tyler avec les siens. La violence du père de Nate. L'absence des parents de Kaspar. On a tous des passifs différents, des choses à gérer qu'on supporte plus ou moins facilement. Et parfois on est déracinés. Pour ma part, Barcelone me manque, mais ma vie est ici aujourd'hui. J'envisage d'y retourner prochainement, cependant, histoire de renouer avec le pays de mon enfance... Même si mes proches ne vivent plus non plus là-bas.

- C'est pas un modèle très récent, et c'est clairement pas la plus performante en matière d'accélération et de vitesse, mais elle est plutôt robuste et... disons qu'elle m'est fidèle depuis un certain nombre d'années maintenant...

J'y tiens beaucoup, donc, et j'en parle comme s'il s'agissait d'une personne. C'est ridicule, non ?

- Enfin... C'est une façon de parler, hein...

Et je suis très très très mal à l'aise, là, et autant quand je parle de ma bécane, ça ne se sent pas trop, autant à reporter mon attention sur mon interlocutrice, je pense que ça se voit comme le nez au milieu de la figure...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sois sûr que sous les feux, la vérité est masquée.

» Date d'inscription : 16/03/2017
» Messages : 546
» Pseudo : bermudes.
» Avatar : lili reinhart.
» Âge : 23 yo.
» Schizophrénie : maebh, l'incensible.
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Sam 2 Sep - 10:06 par Lioba Roy-Stozzi
Parfois, Lioba pose des questions assez stupides. Bien évidemment que c’est la sienne, de bécane. Le regard qu’il pose sur le bout de ferraille est révélateur. C’est le regard que posait son frère sur les magazines de moto quand Lioba était encore chez eux, en Sicile. Alors elle sourit quand il confirme, elle hoche la tête. Lioba sait pas trop pourquoi elle a engagé la conversation. Probablement parce qu’elle a été élevée comme ça, pour faire la conversation, même sur ce qu’il y a de moins intéressant. Mais Lioba, sur ce coup, ça lui sert. Elle était heureuse de parler à ses frères, mais sortir un peu du passé, c’est bien aussi. Et puis le type face à elle sourit. Et ça, c’est cool. Elle se souvient ô combien elle était heureuse quand quelqu’un lui parlait de peinture dans les soirées mondaines. Parce que c’était pas de la conversation pour la conversation.
Et ces moments étaient rares.
Trop
rares.

Il lui demande si elle aime ça, la moto. Et Lioba sait pas vraiment quoi lui répondre. Parce qu’elle s’y connait pas vraiment en mécanique. Et surtout pas en deux roues. Mais elle aime en parler. C’est un retour du passé dans le présent. Un des rares retours positifs du passé dans le présent. Et elle aime ça, Lioba. Mais Lioba, elle hoche la tête. C’est pas vraiment un mensonge. Mais elle se dit qu’un jour, elle pourra en parler à son frère. Lui dire, t’as vu ? ta grande soeur s’intéresse aussi aux sujets qui t’intéressent. Et le type commence à parler. Alors Lioba sourit. Parce que devant elle, elle n’a pas l’impression d’avoir un étranger, mais son frère. Parce que cet étranger parle de la même façon que lui, lorsqu’il parlait du même sujet. Alors Lioba, elle ose s’approcher un peu du sujet de discussion. Observer. Regarder. Et elle sent le changement de ton dans la voix du type. Quand il parle de sa moto comme d’un humain. Et Lioba réagit pas.

Elle irait pas lui reprocher. Son frère faisait pareil.

T’inquiète pas. Quand mon frère me parle...me parlait des motos, il faisait pareil. Il en parlait comme si elles étaient humaines. J’me souviens, un jour, j’ai tribuchée dessus, je sais plus comment. La première chose qu’il a fait est d’aller voir si elle était pas “blessée” et je le cite. C’était… étonnant, comme expérience.

Et Lioba, elle sourit. Elle rigole un peu même. Doucement. Comme une lady. Parce que les souvenirs c’est beau. Certains le sont en tout cas. Et puis, d’y repenser, de temps en temps, ça peut pas faire de mal, pas vrai ?

@Rika Alvarez
Revenir en haut Aller en bas
avatar
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.

» Date d'inscription : 06/08/2014
» Messages : 733
» Pseudo : Cookie
» Avatar : Samuel Larsen
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && Sha(ton)
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Sam 2 Sep - 23:05 par Rika Alvarez
Ca aurait pu en rester à "non je n'ai pas besoin d'aide - désolé de vous avoir importunée en ce cas" mais... voilà qu'on se retrouve à parler moto. Enfin, je parle moto. Je parle de ma moto, plus exactement, et lui demande si elle aime ça puisque c'est elle qui a lancé le sujet. Elle hoche la tête et mon sourire s'élargit. Bon. Au moins, je passe peut-être un peu moins pour un taré si la personne en face peut au moins comprendre un minimum mon affection pour mon engin. Même si le fait de la personnifier un peu doit rester étrange. Pas suffisamment pour l'empêcher de s'approcher de ma bécane, cependant, de l'observer, et une pointe de fierté brille dans mon regard. Ma moto, j'y tiens presque autant qu'à mes toiles... et pour cause, c'est une de mes toiles. L'option bolide en plus. Tout pour plaire, donc. Même si, là encore, mon attachement peut sembler bizarre. Pas à la blonde auprès de moi, apparemment, ce qui arrange bien mes affaires : je suis pas très à l'aise en société, de base, alors quand ce que je dis ou fais paraît absurde, mon embarras devient plus palpable encore. Là, face à l'inconnue, je me retrouve à discuter plus facilement que je ne l'aurais imaginé de prime abord, et je repousse un peu le moment de rejoindre les gars pour la répét. J'enverrai un message à Nate si je vois que je suis un peu juste, mais allez, c'est pas tous les jours que je peux partager ma passion pour mon engin, d'autant moins depuis que je vois presque plus Isaac.

- T’inquiète pas. Quand mon frère me parle...me parlait des motos, il faisait pareil. Il en parlait comme si elles étaient humaines. J’me souviens, un jour, j’ai tribuchée dessus, je sais plus comment. La première chose qu’il a fait est d’aller voir si elle était pas “blessée” et je le cite. C’était… étonnant, comme expérience.

Je note l'usage du passé. J'ose pas relever, cependant, de peur de toucher un point sensible. L'anecdote me fait sourire en revanche. Je note le tutoiement aussi, et ça me va. On doit pas avoir plus de quelques années d'écart, et le vouvoiement implique une distance qui m'aide pas vraiment à être à l'aise. Tant mieux, donc.

- Alors il est pire que moi ton frère. Je me serais d'abord inquiété pour ma soeur... Mais ensuite j'aurais pas fait mieux !

J'ai ri, j'avoue. Je me visualise tellement face à une maladresse de Matea, inquiet d'abord de sa santé à elle, avant de me diriger vers ma bécane et de la bichonner ensuite.

- Il t'a déjà emmenée ?

Peut-être que ça l'intéresse pas, remarquez... Peut-être qu'elle a peur, et qu'elle a jamais accepté. Ou peut-être qu'elle en profite dès qu'elle peut. Ma jumelle est plutôt de la première option, elle a rien contre, mais ça l'intéresse pas plus que ça, elle monte avec moi pour le côté pratique quand c'est le cas, mais elle a son vélo et sa voiture le reste du temps. Ca n'empêche que j'ai l'habitude de conduire avec un passage - souvent Tyler - et que je me demande sans arrière-pensée en réalité si c'est le cas de son frère. Ca pourrait être interprété comme une proposition, cela dit, mais je m'en rends compte qu'après coup, et comme je sais pas si j'ai envie qu'elle le prenne comme tel ou non, je m'abstiens de revenir sur mes propres propos. Si elle le prend comme une offre, elle répondra comme elle le voudra, et je suivrai. Si elle le prend seulement comme une façon de faire la conversation, je suivrai aussi. Je prends pas d'initiative sur ce coup-là, mais ça m'évite d'avoir à statuer sur ce que je préférerais, et que je ne parviens pas vraiment à faire pour l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sois sûr que sous les feux, la vérité est masquée.

» Date d'inscription : 16/03/2017
» Messages : 546
» Pseudo : bermudes.
» Avatar : lili reinhart.
» Âge : 23 yo.
» Schizophrénie : maebh, l'incensible.
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Dim 3 Sep - 14:31 par Lioba Roy-Stozzi
Lioba s’attendait pas à s’arrêter, et vraiment pas à se mettre à parler moto avec un total inconnu. Mais ça la dérange pas, elle le ferait pas sinon. Ca la fait sourire, même. Et en ce moment, elle a besoin de sourire. Ses parents savent pas encore qu’elle a pas l’intention de rentrer. Et quand ils le seront, elle pourra s’estimer heureuse si elle reste vivante et en bonne santé. Lioba, elle sait pas tout, elle le sait. Et de ce qu’elle sait, ses parents font peur. Lioba, elle est débile un peu aussi. Il lui suffirait de réfléchir un peu. Ou de demander à Cole. Mais elle le fait pas, parce qu’elle y pense pas. Il lui répond qu’il est probablement pire que lui. Oui. Son petit frère est sérieusement atteint. Mais ça la faisait rire, Lioba. Elle s’amusait à lui faire peur. A lui dire que sa moto était cassée ou autres idées qui pouvaient possiblement le rendre fou de rage. Et elle se réjouissait du résultat, à chaque fois.

Il rigole. Et quand il sourit, il lui fait penser encore un peu plus à son petit frère. Alors que l’inconnu est probablement plus vieux qu’elle. Et elle se rend compte qu’il la tutoie. Et elle se rend compte qu’elle l’a tutoyé. Automatiquement, sans s’en rendre compte. Comment elle tutoierait son frère.

Et il pose une question l’inconnu. S’il l’a déjà emmené, son frère. Lioba, elle se souvient trop bien de l’air sur son visage, de ses cheveux tellement longs qu’elle devait les coincer sous le casque pour pas avoir peur qu’ils se coincent dans des rouages. Mais c’était pas son frère. Parce que lorsque son frère a eu son permis, lorsqu’il a enfin pu rouler, Lioba était déjà partie dans la rue, à se droguer, à boire, à revenir shootée à trois heures du matin. Et son frère était là, l’attendait.
C’était sa soeur. Avant qu’elle parte. Qui l’emmenait. Parfois.

Lui non. Ma soeur oui. Grande soeur. Elle me disait toujours qu’il fallait pas que je passe trop de temps devant mes toiles. Qu’il fallait que je sorte. Alors elle me traînait dehors, me mettait sur la moto, et démarrait. Plusieurs fois on a fait ça. La sensation me manque.

Elle regarde l’étranger. Elle sait pas pourquoi Lioba, c’est aussi facile de lui parler. Elle parle pas comme ça de sa famille, jamais aussi facilement. En général, elle raconte tout en peinture. Peintures qu’elle garde dans sa chambre, bien précieusement. Mais là, c’est différent. Et ça la soulage, Lioba, d’en parler. Alors elle en profite. Elle observe de nouveau la moto, et en fait le tour, en observant les différentes parties. Sa soeur, et ensuite son frère, ils pensaient que Lioba les écoutaient pas quand ils lui parlaient de moto, mais elle écoutait, Lioba. Elle écoutait. Et elle a tout retenue. Et le fait de s’en rendre compte, ça la fait sourire. Un nouveau souvenir qu’elle partage avec eux. Grâce à eux.

@Rika Alvarez
Revenir en haut Aller en bas
avatar
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.

» Date d'inscription : 06/08/2014
» Messages : 733
» Pseudo : Cookie
» Avatar : Samuel Larsen
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && Sha(ton)
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Lun 4 Sep - 21:23 par Rika Alvarez
J'imagine pas les souvenirs que je fais remonter à la surface. Je vois bien son air un peu attendri, parfois, mais j'ai aucune idée de ce qui se cache derrière. Et mes questions sont plutôt innocentes, pour le coup, sans que je ne me doute une seconde de tout ce qu'elles remuent.

- Lui non. Ma soeur oui. Grande soeur. Elle me disait toujours qu’il fallait pas que je passe trop de temps devant mes toiles. Qu’il fallait que je sorte. Alors elle me traînait dehors, me mettait sur la moto, et démarrait. Plusieurs fois on a fait ça. La sensation me manque.

Sa soeur, donc. C'est sa soeur qui l'emmenait, mais son frère qui lui parlait moto en permanence. J'avoue, j'ai un peu de mal à situer, mais comme je ne veux pas paraître trop indiscret - déjà que -
et l'abreuver d'une tonne de questions - déjà que-bis -, je garde le silence, hoche simplement la tête. Ce qui ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, en revanche, c'est la mention de ses toiles.

- Tu peins aussi ?

L'intérêt se lit certainement sur mon visage, dans mon regard, dans le ton de ma voix. Elle a une affection particulière - même si familiale - pour la moto, et elle peint ? Je peux pas m'empêcher de me demander s'il y a d'autres points communs entre cette fille et moi, et je peux juste pas en rester là. Je devrais pas m'imposer, je suis jamais trop sûr de comment ça va être perçu, et je voudrais pas qu'elle me prenne pour un gros lourd, mais je peux pas non plus garder le silence, parce qu'elle touche, clairement, sans le savoir, à un sujet plus que sensible.

- Je peux te demander quel genre de peinture tu affectionnes ? Ca doit te paraître un peu bizarre que je te demande ça comme ça, pardon, mais... je suis peintre, aussi, alors forcément, ça m'intrigue... Et je sais pas si on peut vraiment passer trop de temps devant ses toiles... Enfin... C'est pas tous les jours que je rencontre quelqu'un qui partage cette passion, encore moins par hasard comme ça, et je sais pas trop ce que je suis censé dire ou pas et...

Je parle trop, trop vite, ma main vient se perdre dans mes cheveux. Je suis pas à l'aise. J'aime pas parler de moi, j'ai l'impression d'être toujours à côté de la plaque. Mais j'aime trop la peinture, le ressenti quand mes pinceaux se posent sur la toile, la satisfaction quand le résultat finit par me convenir, même la frustration quand je reste bloqué devant une toile blanche, ou quand je ne parviens pas à représenter ce que mon esprit visualise pourtant parfaitement. C'est dans mes toiles que mes émotions se révèlent, et un peu dans la musique, aussi, même si c'est plutôt le domaine de Nate. Mais parler, ça n'est pas mon domaine, ça ne l'a jamais été, ça ne le sera sans doute jamais.

- Et je veux pas te déranger non plus, alors si t'es pressée ou quoi, je comprendrais hein... Juste...

Juste quoi ? Bah non en fait je sais pas. Je dois avoir l'air complètement crétin.

- La peinture, pour moi, c'est... Comment dire... Ca a toujours été quelque chose de très personnel et... solitaire, si on peut dire. Les gens autour de moi se montrent compréhensifs et ils sont contents pour moi que je puisse aujourd'hui en vivre à peu près, mais... c'est pas quelque chose qu'ils ressentent, tu vois ?

Peut-être que pas du tout. Peut-être qu'elle fait partie d'une grande famille d'artistes, et qu'ils s'encouragent les uns les autres, partagent leurs ressentis et leurs idées - quoi que si sa soeur la détachait de ses toiles, peut-être que non. Ou peut-être qu'elle cache ce pan de sa vie à son entourage, de peur de leur réaction face à une activité que certains ne considèrent pas comme une profession, mais comme un passe-temps - avec souvent un sous-entendu assez péjoratif. Ou peut-être, juste, qu'ils s'en fichent... J'en sais rien, et ça ne me regarde sans doute pas, mais je reste curieux quant à son passif, me demandant s'il est semblable au mien ou non... Je sais bien que c'était la peur qui motivait mes parents, que je réussisse pas, que je puisse pas subvenir à mes besoins, mais ça n'empêche que ça laisse des traces, et même si aujourd'hui ça va mieux, je sais que je suis pas près d'oublier ce que j'ai ressenti à l'époque.

Je suis loin de me douter à quel point les choses sont autrement plus compliquées pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sois sûr que sous les feux, la vérité est masquée.

» Date d'inscription : 16/03/2017
» Messages : 546
» Pseudo : bermudes.
» Avatar : lili reinhart.
» Âge : 23 yo.
» Schizophrénie : maebh, l'incensible.
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Jeu 7 Sep - 18:12 par Lioba Roy-Stozzi
Lioba elle est contente d’être là et de lui parler. Ca la calme. Et elle écoute tout ce qu’il lui dit avec attention. Parce que ça la rappelle son frère, sa soeur aussi parfois. Bref, ça lui rappelle sa famille. Et celle qui lui manque. Pas son père, pas sa mère, non. Non elle pense pas à eux face à cet inconnu. Elle pense à sa fratrie. Et elle lui parle même de sa peinture. Ce qu’elle fait rarement. Jamais même quoi. Donc qu’elle en parle soit étonnant. Et lorsqu’il lui répond, elle entend le “aussi”. Et Lioba comprend qu’elle a eu beaucoup de chance de le rencontrer lui. Il peint aussi. Et Lioba, elle a l’impression de jamais perdre son sourire face à lui. Alors elle hoche la tête. Oui, elle peint. Elle fait ça le plus clair de son temps même.

Et l’inconnu il continue à parler. De la peinture, de ses sensations. Lioba hoche la tête, de temps à autre. Parce que oui, oui. Elle est d’accord en général. Elle aussi elle pense qu’on peut jamais passer trop de temps devant une toile. Elle non plus, elle a pas l’habitude de croiser des gens qui partagent sa passion. Et il lui pose des questions, mais LIoba sait pas vraiment comment y répondre. Quel genre de peinture elle affectionne ? Un peu de tout, elle préfère le figuratif, mais pour dire vrai, elle est à un niveau où elle comprend, ou essaye de comprendre, toutes les formes de peintures différentes. Elle n’est plus, comme elle l’était avant, à dire que Picasso, c’est moche, parce que ça représente rien.

Elle trouve toujours ça moche, mais elle essaye de comprendre le message, le pourquoi du comment Picasso a peint comme ça et pas autrement. Donc elle saurait pas quoi répondre à la question de l’inconnu. Donc elle répond pas. Et il continue de parler de toute façon, donc elle a pas besoin de répondre, juste d’écouter.

Puis il arrête de parler, et Lioba s’approche d’un pas de lui. Pas trop, juste assez pour le regarder dans les yeux. Je vois très bien oui. Mes toiles, c’est des moments importants de ma vie, que je peins. Mes peintures, c’est un peu ma pensine à moi. Mon journal. Sauf que j’y met pas de commentaires. Juste des faits. Ca me rappelle par quoi je suis passée quand je les regarde. Et aussi étonnant que ce soit, ça m’aide à avancer.

Elle pose sa main sur la moto et passe doucement son pouce dessus. Elle est belle cette moto. Et Lioba, elle sait déjà ce que dirait son frère si il la voyait.
Dis. Est-ce que tu penses que je pourrais envoyer une photo de ta moto à mon frère ? Ca pourrait le rendre dingue de pas être à ma place, et je t’avoue que je suis assez enthousiaste à l’idée de l’embêter un peu.

Elle sait pas Lioba, s’il va accepter. Mais cette rencontre, quelque part, elle la touche. Et Lioba a une idée précise de ce qu’elle commencera à peindre ce soir, en rentrant chez elle.

@Rika Alvarez
Revenir en haut Aller en bas
avatar
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.
cause I'm a painter and I want to paint you a lovely world.

» Date d'inscription : 06/08/2014
» Messages : 733
» Pseudo : Cookie
» Avatar : Samuel Larsen
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Mini-Nate && Sha(ton)
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Sam 9 Sep - 8:48 par Rika Alvarez
La fille a pas l'air mécontente, là, face à moi. J'ai beau être très peu à l'aise - ça se voit - et pas trop savoir ce que je dis, elle sourit. Et ça me rassure un peu, parce que je voudrais pas qu'elle parte en courant, c'est pas mon but d'incommoder les gens, et encore moins quand je me trouve face à quelqu'un qui partage ma passion pour la peinture. Je sais pas ce que je dois penser de son mouvement pour se rapprocher, de ses grands yeux qui se plongent dans les miens. Ca me laisse sans voix, subitement, et je la fixe à mon tour, détaille les traits de son visage, comme si je voulais les graver dans ma mémoire. Peut-être pas "comme si", d'ailleurs.

- Je vois très bien oui. Mes toiles, c’est des moments importants de ma vie, que je peins. Mes peintures, c’est un peu ma pensine à moi. Mon journal. Sauf que j’y mets pas de commentaires. Juste des faits. Ca me rappelle par quoi je suis passée quand je les regarde. Et aussi étonnant que ce soit, ça m’aide à avancer.

Je souris à mon tour, hoche la tête. Je vois très bien ce qu'elle veut dire, j'ai à peu près la même chose dans mon atelier. Il y a des toiles qui se vendent, de temps en temps, et j'ai quand même eu la chance d'avoir eu quelques expositions sympas grâce à mon ex, et une vitrine de choix au LuSt - merci Nate, même si j'étais quand même vraiment pas super à l'aise à l'origine - mais il y en a, aussi, qui resteront clairement ad vitam aeternam dans ma collection personnelle. Ou dans l'appart de Tyler. Celles-là sont parfois moins figuratives, certaines un peu abstraites représentent plus des ressentis qu'autre chose et ne parlent qu'à moi, je crois. Et puis il y a une myriade de portraits, plus ou moins mis en scène... Je suppose que je suis définitivement très attiré par la plastique humaine. Mais à vrai dire, je me suis jamais trop posé de question sur le pourquoi du comment. Pour ce qui me concerne en tout cas. J'entends bien les messages véhiculés par les grands peintres, même quand la toile en elle-même me laisse, moi, complètement froid. Je suis moins client parce que ma peinture - un peu comme la sienne manifestement - est le miroir de mes émotions, et clairement moins dirigée à véhiculer des messages plus politiques que certains grands noms de la peinture, et parce que j'ai toujours été plus dans le ressenti que la réflexion, mais je comprends. C'est juste que ça se retrouve pas vraiment dans mes toiles, et que mon affinité avec celles des autres dépend plus des sensations que de l’intellectualisation qu'on peut en faire.

Et puis la fille est admirative devant ma bécane, et ça aussi, ça me laisse pas indifférent. Je la vois poser la main dessus, en caresser doucement la peinture. C'est pas juste un moyen de locomotion pour elle, et ça aussi c'est notable, parce que, hors motards, c'est rare que d'autres la considèrent autrement.

- Dis. Est-ce que tu penses que je pourrais envoyer une photo de ta moto à mon frère ? Ca pourrait le rendre dingue de pas être à ma place, et je t’avoue que je suis assez enthousiaste à l’idée de l’embêter un peu.

J'ai ri. Peut-être la réaction la plus spontanée et naturelle que j'aie pu avoir depuis que je me suis approchée d'elle.

- Je t'en prie, vas-y ! Je voudrais pas t'empêcher de taquiner tes frangins...

Je ferais tellement la même chose si je savais que ça embêterais Matea, juste pour la faire rager, juste parce que je sais qu'elle monterait direct au créneau - et c'est bien pour ça que c'est drôle. Je l'ai laissée faire, pour le coup, avant de lui proposer d'en rajouter une couche.

- Tu veux monter ? Je peux te prendre en photo dessus, si tu veux...

Je peux même l'emmener faire un tour, à vrai dire. J'ai pas envie de couper court à cette conversation, j'ai pas envie de la voir partir sans espoir de la revoir, parce que cette fille et moi, on a trop de choses en communs que je peu de gens partagent. Et je me rends compte que ça fait genre un quart d'heure qu'on cause mais que je sais même pas son prénom, ni elle le mien.

- On m'appelle Rika, au fait...

Comme un cheveu sur la soupe, mais tant pis. J'ai dit que j'étais pas doué pour les relations sociales, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sois sûr que sous les feux, la vérité est masquée.

» Date d'inscription : 16/03/2017
» Messages : 546
» Pseudo : bermudes.
» Avatar : lili reinhart.
» Âge : 23 yo.
» Schizophrénie : maebh, l'incensible.
# Re: [Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
message posté Mar 19 Sep - 17:21 par Lioba Roy-Stozzi
Il rit, le type. Et ça la fait sourire Lioba. Peut-être que lui aussi est heureux de parler avec elle, comme elle l’est, elle. C’est pas fréquent les rencontres comme ça, surtout en ce moment, alors que la Sicilienne pige plus grand chose à sa vie. Ou peut-être qu’elle la comprend bien mieux qu’elle ne l’a jamais comprise avant. Un père qui bat ses employés dès qu’ils font un pas de travers et qui veut absolument marier sa première fille à un “bon parti”. Une mère qui fait rien pour empêcher ça. Qui regarde les différents tableaux de massacre se dérouler sous ses yeux sans réagir. Oui. Lioba comprend sa famille maintenant. Elle ouvre enfin les yeux. Elle comprend enfin que pour sa propre sécurité, physique autant que mentale, elle devra jamais remettre les pieds en Sicile. Même l’Italie pourrait sembler trop proche de cette famille de fous barbares. Et Lioba, elle se sent coupable aussi, oui. De laisser ses frères. Mais elle a moins peur pour eux, elle sait pas trop pourquoi. Elle a jamais vu son père avoir des gestes violents ou menaçants envers eux. Alors elle s’inquiète moins. Pas du tout, ce serait exagéré, mais elle considère qu’ils peuvent se défendre seuls.

Elle l’espère.

Oui, ça. Ou alors elle s’enfuie. Peut-être qu’elle a trop peur d’aller à leur rescousse aussi. Mais ça, elle se l’avouera pas, bah non. Non. Ca ferait d’elle une plus mauvaise soeur qu’elle ne l’ait déjà. Ca fera d’elle exactement la même chose que sa grande soeur. Une soeur qui les a abandonné à leur pauvre sort.

Quand l’inconnu lui répond, Lioba est encore en train de sourire. Et sa réponse la fait plisser les yeux aussi. Il la comprend l’homme, et ça lui fait tellement plaisir. De trouver quelqu’un d'inattendu, à qui parler. Parce qu’elle a pas grand monde à Londres. Elle a Navi, oui. Mais dire qu’elle “l’a” est un grand mot, et bien futuriste. Y’a Cole, qu’est le point de départ de tout. Mais à part eux deux, vraiment. Sa cousine, sa grand mère.

Ses toiles.
Son job.
Les bus.

Donc la rencontre avec le jeune homme lui fait du bien. Beaucoup de bien.
Lioba se dépêche de sortir son portable et de mitrailler la bécane. Elle les envoie toutes en rafales à son frère. Et son sourire s'évanouit, quelques secondes, lorsqu’elle se dit qu’elle les aurait bien envoyé à sa soeur aussi. Mais qu’elle a pas son numéro. Et qu’elle sait pas où elle est. Elle pourrait être en Inde pour ce qu’elle sait.
La rencontre inattendue se remet à parler. Avec une proposition aussi inattendue que lui.

Puis il se présente, enfin.
Lioba. Qu’elle répond, calmement. Ravie. D’être là, de l’avoir rencontré lui plutôt que quelqu’un d’autre. De pouvoir sourire calmement sans avoir peur de rien. Ravie de tout ça. Grâce à lui. A ce Rika.

Tu veux bien que je montes dessus ? Vraiment ?
Lioba, elle se souvient des balades, elle se souvient de l’air dans ses cheveux, et son sourire heureux se transforme. Un sourire plein de souvenirs. Un sourire un peu peiné, un sourire d’enfant de dix ans.

@Rika Alvarez
Revenir en haut Aller en bas
[Westfield Stratford City] Needing help ? ☾ Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London :: Stratford
Page 1 sur 1
» [Exemple] Kompany (Man City) libre de tout contrat
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-