Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)

avatar
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.

» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 43354
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel & Sloan.
# Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Mar 22 Aoû - 15:48 par Charlotte R. P. Adams
An intimate relationship is not necessarily a physical relationship. Rather, it is a trusting, close friendship with another person in which one can be honest without fear of rejection. ✻✻✻ L’été, la saison des vacances, du soleil, de la chaleur, des sorties entre amis, et toutes ses activités qui me plaisent en temps normal. Seulement, ces derniers mois, j’ai l’impression que rien n’est normal. Le début de l’année a été difficile, et cela se ressent encore au mois d’août. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti cela, depuis des années en vérité. J’ai cru, à tort, que mes problèmes étaient derrière moi, qu’avec le temps les choses iraient mieux. Mais il m’a bien fallu constater que non, ce n’était pas le cas. Je recommence à peine à me sentir mieux, plus moi-même, mais j’ai bien du mal à reprendre réellement ma vie en main. Je n’ai rechuté qu’une fois, une seule et unique fois, et cela me hante encore. Je ne parviens toujours pas à comprendre comment j’ai pu me laisser avoir une nouvelle fois. Je devrais mieux savoir désormais, mieux me contrôler, et ne plus avoir ce réflexe ô combien stupide de vouloir régler tous mes problèmes avec de l’alcool. Cela n’a pas arrangé les choses, bien au contraire. Je me sens beaucoup plus stupide depuis. Les vieilles habitudes ont la vie dures apparemment, et ceux peut importe le nombre d’années. Je replace une mèche de cheveux en arrière, tout en terminant ma séance de yoga. Je n’ai jamais été du genre très assidu, mais depuis quelques temps, il ne passe pas un jour sans que je le pratique. Cela m’aide, et je me sens plus calme après, satisfaite, et fière de moi. Ce n’est pas un sport très agressif, mais cela me correspond réellement bien. Après avoir fait mon dernier enchaînement, je m’allonge sur mon tapis pour souffler un peu. Je suis épuisée, mais je me sens tellement mieux maintenant. Kit-Kat en profite pour venir s’installer et se faire caresser. La maison est calme, silencieuse, ce qui est apaisant. Cela ne dure pas, mon chat semble plus d’humeur à jouer au final, et je suis obligée de me relever avant qu’il ne finisse par me griffer par mégarde. Je jette un coup d’œil à mon téléphone pour regarder l’heure principalement, et ne prend pas la peine de lire mes notifications. J’ai besoin de moment pour moi, et seulement moi. Je n’ai plus envie de passer après les autres, cela n’a rien donné de bon. La douche me fait du bien, et ce n’est seulement qu’une fois après avoir enfilé une robe que je ne me décide à regarder vraiment mon téléphone. Quelques mails, un message de ma sœur, et quelques notifications facebook, et instagram. Je regarde le texto d’Amanda avant le reste, et hésite à sortir comme elle me le propose. Je ne me fais plus confiance, pas après avoir bu de nouveau, mais je ne peux pas non plus rester enfermée en permanence chez moi, comme je le fais depuis un moment. Il fait beau, et je reconnais que cela serait dommage de ne pas profiter un peu de l’été. Avec ma jumelle je ne risque rien, et aller boire un café en fin de journée, ne devrait pas constituer un grand risque. D’autant plus, que je n’ai pas eu envie de boire de l’alcool depuis cette fameuse soirée. J’ai encore bien trop honte de comment elle s’est déroulée. Pour m’éviter de changer d’avis, je décide de terminer de me préparer et de sortir tout de suite. Le soleil ne peut pas me faire de mal, et cela fait un moment que je dois passer acheter un livre. Londres est encore plus animé que d’ordinaire, à cause des touristes qui profitent de leurs vacances sûrement, ainsi que des Londoniens qui profitent du beau temps. Je flâne dans les rues, avant de m’arrêter devant un coiffeur. L’idée de couper mes cheveux, très longs, pour passer un changement radicale me tente depuis maintenant plusieurs semaines. Je n’ai encore pas osé, par peur de regretter, mais l’idée est toujours là. Avant la rentrée, ça serait le moment idéal, j’ai vraiment besoin de changement dans ma vie. Cette rechute m’a au moins permis de le comprendre. Ma vie n’est pas exactement satisfaisante telle qu’elle est. Je sais que tout ne va pas changer du jour au lendemain, mais j’ai la réelle impression d’être sur la bonne voie. Finalement, après avoir hésité plusieurs minutes, je me décide à entrer. Les cheveux, ça repousse, et il y a toujours les extensions si les choses ne vont pas. Cela me prend plus d’une heure, mais le résultat en vaut largement la peine. J’ai du mal à me reconnaître, mais je ne peux m’empêcher de me regarder dans chaque vitrine que je croise. Je suis impatiente de voir la tête que fera ma jumelle en me voyant ainsi. Pour le coup, il sera plus facile de nous différencier. Soudainement, je m’arrête de marcher. Je ne connais que trop bien la personne qui se dirige vers l’endroit où je me trouve. Peter. Impossible de le croiser, je prends soin de l’éviter depuis des semaines maintenant, ce n’est pas pour le croiser comme cela, dans la rue. Réflexe stupide, mais je ne suis plus à ça près, j’essaie de me cacher derrière les cartes postales, espérant qu’il passe son chemin sans me voir. Je compte sur ma nouvelle coupe de cheveux, pour qu’il ne fasse pas attention, où bien qu’il pense qu’il s’agit d’Amanda. Je ne suis pas prête à lui parler de nouveau, j’ai encore beaucoup trop honte.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 6177
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Diana & Alexander
# Re: Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Sam 2 Sep - 11:21 par Peter Montgomery
When you live in the dark for so long, you begin to love it. And it loves you back, and isn’t that the point? You think, the face turns to the shadows, and just as well. It accepts, it heals, it allows. But it also devours. ✻✻✻ En cette fin d’été, Peter rentre à peine de vacances. Une coupure plus que nécessaire avec sa vie de tous les jours et avec le stress qui va avec. Il était parti avec Beth dans le sud de la France, tout prêt de la mer, et ils avaient majoritairement passé leur temps à ne rien faire et à profiter du soleil. Aller se baigner avec une bouée énorme, profiter des vagues pour faire du bateau, se promener, jouer au ballon. Recommencer. Une routine s’était installée et les vacances avaient été une véritable bouffée d’air frais. Les parents de Peter les avaient rejoints, pour quelques jours, après être allés rencontrer le fils de Rachel et les couvrir tous les deux de cadeaux. Malgré tout ça, Peter n’avait pas su décrocher complètement de son travail. Difficile quand on adore celui-ci et surtout quand il implique de telles responsabilités. Souvent, il profitait de la sieste de Beth pour appeler son remplaçant, prendre des nouvelles et donner quelques conseils ou consignes. C’était plus fort que lui. Mais ces deux semaines de vacances lui avaient fait un bien fou.
Le souci quand on rentre de vacances, c’est qu’on a tendance à devoir courir partout. Le ménage partout dans l’appartement, les courses pour remplir un frigo vide, gérer le retour au travail, organiser un système de garde pour Beth tout en anticipant sa rentrée à l’école. Tout d’un coup, ça peut faire beaucoup. Mais Peter prend les choses une par une, et ça avance ainsi, petit à petit. Ainsi, il a l’impression de s’en sortir, et de ne pas être débordé tout le temps. Le Beth’s Bistrot n’a pas changé pendant son absence. Quelques nouveaux habitués qu’il rencontre avec plaisir, mais en dehors de ça, il a très rapidement retrouvé sa routine. Et les complications semblent s’être calmées. S’il passe plus de temps que prévu au restaurant, c’est seulement pour rattraper le retard pris dans la gestion pendant son absence. Parfois, il se dit qu’il devrait vraiment embaucher quelqu’un pour s’occuper de l’administratif, surtout qu’il n’aime pas ça du tout. Mais il hésite face à cette dépense en plus, surtout qu’il parvient à peu près à gérer. Peut-être que si les choses se stabilisent pendant les prochains mois, il se lancera. Le retour de Graham ne semble pas être au programme pour l’instant, et une aide côté gestion pourrait lui être bénéfique.
Alors qu’il quitte le restaurant, Peter se souvient qu’il a quelques courses à faire avant de rentrer chez lui et de relever Lola de ses fonctions de baby-sitter. Heureusement pour lui, elle avait accepté de venir dès que nécessaire. Avec le départ d’Hayley pour le nord du pays, la nouvelle maternité de Rachel et les vacances de Danielle, Peter ne peut pas compter sur ses sœurs comme il le fait d’habitude, et comme il l’a fait depuis le début de l’été. Cette semaine, il fait donc appel à Lola, qui s’avère être une super baby-sitter, que Beth adore. Logiquement, elle ne lui en voudra pas s’il rentre une demi-heure plus tard. Avec le beau temps, elles sont sans doute sorties toutes les deux, le parc en bas de chez Peter est idéal l’après-midi, en partie à l’ombre pour éviter d’avoir trop chaud ou de prendre des coups de soleil.
Après une première boutique pour acheter le cartable repéré par sa fille, et aussi une trousse en plus parce qu’il la trouve mignonne avec les dessins de chats – animaux qu’elle adore – Peter dépose ses achats dans sa voiture, avant de repartir de l’autre côté de la rue, vers une boutique spécialise dans les épices venus du monde entier. En voulant cuisiner l’autre soir, il avait réalisé qu’il n’en avait plus beaucoup, et qu’il était plus que temps de refaire ses réserves. Il marche d’un bon pas dans la rue quand, tout à coup, il croit reconnaître une silhouette. Il s’arrête, et revient en arrière de quelques pas. « Charlotte ! » Elle se trouve derrière un présentoir de cartes postales – certaines un peu grivoises d’ailleurs. Mais… un peu différente. « J’ai failli ne pas te reconnaître. C’est sympa, ta nouvelle coupe de cheveux. » Et il le pense, ça lui va vraiment bien. A moins qu’il se trompe et qu’il s’agisse en fait de la sœur jumelle de Charlotte. Maintenant qu’il y repense, il se souvient qu’elle lui en avait parlé. Enfin s’il s’agit de sa sœur, elle le lui dira, il y aura un petit moment gênant et voilà. Rien de dramatique.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.

» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 43354
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel & Sloan.
# Re: Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Dim 3 Sep - 11:06 par Charlotte R. P. Adams
An intimate relationship is not necessarily a physical relationship. Rather, it is a trusting, close friendship with another person in which one can be honest without fear of rejection. ✻✻✻ Pour beaucoup l’été est synonyme de vacances, ainsi que de voyages, ce que j’aurais peut-être dû faire. Partir quelques temps pour me reposer, changer de paysage, recharger mes batteries et toutes ses choses que l’ont fait en vacances. Mais j’ai décidé de rester à Londres, afin d’essayer de reprendre une routine bénéfique après ses derniers mois. Jusqu’ici cela ne me semble pas trop mal, ma vie semble avoir repris son cours normal, bien que j’essaie quelques changements. Il est temps que j’arrête de me cacher derrière le travail, ou que j’apprenne à me faire un peu passer avant les autres. Ce n’est pas encore naturel chez moi, et cela me demande des efforts parfois, mais je pense que c’est en bonne voie. Je ne peux pas passer ma vie à passer après tout le reste, sinon je vais finir par rater plein de choses. Inutile d’aller de nouveau voir un psychologue, comme le voulait ma mère, je sais très bien pourquoi je fonctionne ainsi depuis toutes ses années. Il m’a été plus facile de me concentrer sur mon travail, ou ma famille que de m’occuper des choses importantes dans ma vie. Il est plus facile d’enfuir ses sentiments, que de les ressentir. Malheureusement, il y a peu la perte de mon bébé, ma fausse-couche, mon alcoolémie et tout le reste a refait surface de façon violente. Impossible de tout enfouir comme avant, impossible d’oublier, et de faire comme si cela n’était pas arrivé, ou pas important. J’ai l’impression de tout juste avoir fait mon deuil, des années plus tard. Désormais mon but est d’aller véritablement de l’avant, pour que cela ne refasse pas surface encore une fois. Je ne peux pas dire que je suis guérie, parce que je me méfie toujours de moi quand il s’agit d’alcool, mais après la dernière fois, je n’ai pas envie d’être de nouveau ridicule de la sorte. Plus jamais si possible ça serait réellement bien. Voilà pourquoi j’ai fini par entrer chez ce coiffeur, pour couper court dans tous les sens du terme. Une nouvelle coupe, un nouveau départ. Tout ne sera pas régler aussi rapidement, j’en ai bien conscience, mais il fait bien que je commence quelque part. Bien évidemment, j’ai déjà commencé, mais je pense que cette fois-ci c’est une bonne façon de le montrer aux autres, et surtout de me prouver à moi-même que je peux y parvenir. J’ai vraiment hâte de voir la tête d’Amanda quand elle réalisera que nous ne sommes plus identiques, difficile de se faire passer l’une pour l’autre après ça. Je ne lui avouerais pas, mais c’est aussi légèrement pour cela, que j’ai choisi de couper les cheveux, me démarquer de ma sœur. Nous avons toujours été parfaitement identiques, nos parents nous habillées pareil étant plus jeune, et il nous est arrivées de continuer une fois plus grande. Pour beaucoup nous différencier est difficile, et si c’est amusant, parfois c’est aussi un peu vexant. Comme si nous ne faisions qu’un, et non deux personnes différentes. C’est pour toutes ses raisons, qu’il est temps que j’effectue des changements dans ma vie. Je ne veux plus passer après les autres, ou venir forcément en lot. J’ai besoin d’être moi, et de devenir la personne la plus importante de ma vie. Mais il me reste encore du travail, et en apercevant Peter plus loin, je me rends compte que je ne suis pas encore totalement prête à tout. Je l’évite depuis quelques temps maintenant, m’étant contentée d’un simple message pour le remercier de m’avoir ramené chez moi, depuis rien. Quand je repense à cette soirée, j’ai beaucoup trop honte, et je n’ai pas forcément envie d’y repenser. Alors, comme une enfant prise en flagrant délit, je fini par essayer de me cacher derrière des cartes postales. Ce n’est pas la meilleure cachette du monde, mais je n’ai pas eu le temps de trouver mieux. « Charlotte ! » Et mince, c’est raté. J’hésite un instant à me faire passer pour ma jumelle, mais mon but était qu’on ne puisse plus nous confondre. Ça serait un peu hypocrite de jouer le jeu encore une fois, après tout ça. « Oh… Tient, salut. » Prétendre ne pas l’avoir vu est une bonne idée, même si je sens déjà le rouge me monter aux joues. J’aurais préféré qu’il ne me reconnaisse pas, ou mieux ne pas le croiser. « J’ai failli ne pas te reconnaître. C’est sympa, ta nouvelle coupe de cheveux. » Ah oui, ça, j’ai déjà oublié bien trop perturbée de le croiser. Machinalement j’essaie de passer une main dans mes cheveux, avant de toucher le vide. Je ne suis pas encore habituée à les avoir si court. « Merci.» Je suis gênée, et je n’ai qu’une envie, m’enfuir, mais je crois que cela ne ferait qu’amplifier ma gêne de me sauver de la sorte. Cependant, il ne doit pas être très difficile de constater que je ne suis pas à l’aise, et pour cause je ne parviens pas à oublier les propositions totalement déplacées que j’ai pu lui faire la dernière fois. « Tu rentres de vacances ? » Question stupide, je le sais très bien, puisque j’ai pu aller au Beth’s bistrot sans risquer de le croiser.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 6177
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Diana & Alexander
# Re: Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Mer 13 Sep - 18:19 par Peter Montgomery
When you live in the dark for so long, you begin to love it. And it loves you back, and isn’t that the point? You think, the face turns to the shadows, and just as well. It accepts, it heals, it allows. But it also devours. ✻✻✻ La routine est quelque chose qui revient vite. Toujours. Depuis quelques années, c’est ainsi que Peter fonctionne, inlassablement. Avoir une routine fixée permet d’avoir des repères, de ne pas penser à ce qui ne va pas et aux tentations que cela pourrait entraîner. Malgré une routine assez bien fixée, chaque journée reste unique. Un équilibre pas toujours facile à trouver, car une routine installée empêche la plupart des surprises. Mais dans son métier, chaque journée est différente, tout en étant la même. Les clients sont différents, les événements en cuisine ne se déroulent jamais de la même façon, Beth a toujours quelque chose de nouveau à raconter. C’est par les détails que la vie de Peter n’est pas monotone, et tout cela lui convient parfaitement. Ainsi, il est heureux et ne laisse pas de place pour les égarements. Pour les pensées négatives.
Petit à petit, les choses évoluent. Cette année, Peter s’est permis de prendre de vraies vacances, de quitter le restaurant, sa source première d’occupation, pendant plus de trois jours. Chose qui n’était encore jamais arrivée. Et il n’avait même pas eu besoin d’y réfléchir. Ou tout du moins, pas par rapport au risque de broyer du noir sans avoir quelque chose pour occuper le plus clair de sa journée. C’était plus par angoisse concernant le restaurant sans lui. Mais finalement, tout s’était bien passé. Peter avait pu profiter de vacances à la mer avec sa fille, et tout s’était bien passé. Quelques visites, mais ils avaient passé la plupart de leur temps en maillot de bain et tongs, toujours partis pour la plage la plus proche, que ça soit pour construire des châteaux de sable ou pour jouer dans les vagues. Et quand il y repense, ça lui manque à Peter, même s’il n’a pas tellement le temps de s’attarder là-dessus, avec tout ce qu’il a à faire pour le retour. De quoi être impatient pour les prochaines vacances en tout cas. Même s’il est encore loin d’y réfléchir.
Une routine se retrouve vite, même après une absence, et Peter en est ravi. Ça lui permet de gérer petit à petit tout ce qu’il a à faire, le retard qu’il a pris dans la gestion administrative du restaurant, les nouveautés, la rentrée de Beth qui arrive à gérer. Cette routine qu’il apprécie tant lui évite les surprises, même si l’objectif est surtout d’éviter les mauvaises surprises. Heureusement, il arrive tout de même que de bonnes surprises se glissent dans son quotidien. C’est le cas aujourd’hui, lorsque Peter tombe sur Charlotte par hasard, alors qu’il allait simplement faire une course imprévue. « Oh… Tient, salut. » Il y a un moment que leurs chemins ne se sont pas croisés. En fait, depuis que Peter avait trouvé Charlotte dans un bar, complètement ivre. Il avait bien essayé de la recontacter depuis, et avait espéré la croiser à une réunion des alcooliques anonymes – même s’il n’a pas encore eu le temps d’y aller depuis son retour –  mais il n’avait eu aucune nouvelle. Ce qu’il peut comprendre, bien sûr, mais il aurait quand même apprécié avoir une réponse à ses messages, même rapide. « Merci.» Le changement de coupe est radical, mais ça lui va vraiment bien. Ses cheveux ondulés ne descendent pas plus bas que ses épaules et Peter a l’impression que ça la rajeunit. Ou en tout cas, elle semble différente de la Charlotte qu’il connaît. Peut-être un changement pour tourner la page. Mais Peter ne posera pas la question. Ce n’est pas un sujet qu’on aborde ainsi. Mieux vaut attendre qu’elle en parle, si elle le souhaite. « Tu rentres de vacances ? » Peter passe une main dans ses cheveux, se faisant la réflexion qu’il devrait aller chez le coiffeur lui aussi. Pendant l’été, ses cheveux ont eu le temps de pousser, mais rien de trop dramatique encore. « Mon bronzage me trahit ? » Il y a longtemps qu’il n’avait pas bronzé ainsi, même si ça reste ridicule à côté de certaines personnes. Ses gènes canadiens font qu’il est souvent le plus blanc sur la plage, même après une semaine. « Beth et moi sommes partis à la mer, dans le sud de la France. » Le soleil a beau briller à Londres aussi, ce n’est pas la même chose, surtout quand on travaille. Pas vraiment le temps d’en profiter comme on voudrait. Mais c’est ainsi, il faut bien que les vacances se terminent. « Et toi alors ? Tu es partie quelque part ? » Demande-t-il, sans oser aborder son état depuis la dernière fois qu’ils se sont vus. Peut-être lui donnera-t-elle quelques indices, de façon détournée.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.

» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 43354
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel & Sloan.
# Re: Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Jeu 14 Sep - 18:05 par Charlotte R. P. Adams
An intimate relationship is not necessarily a physical relationship. Rather, it is a trusting, close friendship with another person in which one can be honest without fear of rejection. ✻✻✻ Si en temps normal croiser Peter ne m’aurait pas dérangé, aujourd’hui j’aurais préféré éviter. Depuis la dernière fois, j’ai fait en sorte que cela n’arrive pas. Quand je repense à cette soirée j’ai beaucoup trop honte pour supporter de rester en face de lui. Non seulement je m’en veux d’avoir fini par craquer de nouveau et boire, mais en plus il a dû assister à cela. Je ne me souviens plus de tout, mais impossible d’oublier que je lui ai proposé de coucher avec moi, ce qui suffit à me donner envie de m’enfuir. Ça n’aurait jamais dû se produire, mais ce n’était pas moi, pas réellement. Et pourtant, tout me semblait plus facile, plus libérateur, moins contraignant. Mais je sais aussi que faire subir cela à mon entourage est une raison suffisante pour ne plus recommencer. Sans parler de la honte, et du fait d’avoir été malade le lendemain. Je n’ai jamais réellement remercié Peter d’être resté avec moi ce soir-là, m’étant contentée d’un vague message quelques jours plus tard pour lui donner des nouvelles. Depuis plus rien, préférant l’éviter que de revivre une situation gênante. Je pensais vraiment ne plus jamais revivre ce genre de situation, où la honte est tellement présente qu’il m’est impossible de penser à autre chose. C’est exactement ce que je ressens en ce moment même. Quand je repense à ce que j’ai osé lui proposer, à la façon dont je me suis comportée, j’ai envie de fuir et de ne plus jamais lui donner de nouvelle. Réaction très peu mature je le reconnais, mais plus facile que d’assumer ma soirée de rechute. Seulement je ne peux pas me permettre de partir, parce que je voudrais quand même pouvoir le remercier, sans aborder réellement le sujet, ce qui est bien évidemment impossible. Alors en attendant, j’essaie d’aborder n’importe quel sujet, les vacances d’été par exemple. « Mon bronzage me trahit ? » C’est vrai qu’il a l’air d’avoir pris un peu de couleur, mais je sais surtout qu’il est parti ne l’ayant pas croisé dans son propre restaurant durant cette période. « Beth et moi sommes partis à la mer, dans le sud de la France. » Je ne connais pas du tout, n’ayant jamais été en France, mais il me semble avoir entendu que c’était charmant. J’aurais moi aussi bien eu besoin de partir quelques jours en vacances cet été, pour quitter un peu la ville, changer d’air, pourquoi pas partir à la mer et me faire bronzer. À la place je suis restée à Londres, a essayer de reprendre ma vie en main avec plus ou moins de succès. « Ça a l’air sympa. Vous avez passé de bonnes vacances ? » J’essaie vraiment de concentrer sur la conversation actuelle, et ne pas penser à mes soucis sans trop de succès. Je suis incapable de faire comme si de rien n’était. Non seulement je m’en veux d’avoir craqué après toutes ses années de sobriétés, mais je m’en veux d’autant plus d’avoir embarqué Peter là-dedans. « Et toi alors ? Tu es partie quelque part ? » Je n’ai pas osée de peur de fuir, et de ne plus vouloir rentrer. Je suis encore au stade où j’essaie de retrouver un semblant de vie, et ne plus me laisser contrarier par mes soucis d’alcool. « Non, pas encore. On a prévu de profiter de l’été Australien avec Amanda. » Et de ne pas subir l’hiver Londonien pendant ce temps. Un cadeau d’anniversaire pour nous deux, pour rentrer chez nous quelques jours et se changer les idées. Nous en avons réellement besoin toutes les deux. Le voyage est prévu dans deux mois, ce qui me laisse le temps de retrouver un certain équilibre dans ma vie, avant de partir à l’autre bout du monde. Je ne suis pas rentrée chez moi depuis des années, je n’en ai plus vraiment l’utilité maintenant que ma jumelle se trouve aussi ici. Je joue un instant avec une de mes bagues pour éviter de devoir regarder Peter, et pour éviter le léger silence qui est en train de s’installer. Je sais que je dois dire quelque-chose, le remercier ou lui demander d’oublier, mais ce n’est pas facile. Je ne peux pas non plus faire comme si rien ne c’était passé, parce que cette rechute a entraîné tout un tas de remise en question, et de changements. « Je voudrais te remercier. Par rapport à l’autre fois… Pour… Tu sais. » Je n’ose pas en parler directement, parce que j’ai encore trop honte de mon comportement. Je n’aurais jamais dû demander de l’aide à Peter, ni l’entraîner dans mes problèmes. D’ordinaire je préfère pourtant me débrouiller seule, mais je n’ai jamais eu d’ami qui pouvait me comprendre sur ce point non plus.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I can't drown my demonsthey know how to swim
I can't drown my demons
they know how to swim

» Date d'inscription : 11/07/2015
» Messages : 6177
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Michiel Huisman
» Âge : trente-quatre ans
» Schizophrénie : Jake & Diana & Alexander
# Re: Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Sam 23 Sep - 11:01 par Peter Montgomery
When you live in the dark for so long, you begin to love it. And it loves you back, and isn’t that the point? You think, the face turns to the shadows, and just as well. It accepts, it heals, it allows. But it also devours. ✻✻✻ Après leur dernière rencontre, Peter s’attendait forcément à être un peu gêné en présence de Charlotte. Il s’agit tout de même d’un sujet important mais qu’il n’ose pas aborder. Il sait que ça peut être un sujet sensible, mais aimerait bien savoir comment elle va depuis. Il l’avait aidée, elle l’avait remercié mais ça ne veut pas dire qu’ils doivent s’arrêter là. Après tout, ils sont amis et Peter s’inquiète véritablement pour elle, pour sa possible rechute. Il ne sait pas si elle s’est relevée rapidement ou non, et n’ose pas poser la question directement. Et puis il y a quelques détails de cette nuit-là qu’il n’a pas envie d’aborder non plus. Sinon la conversation pourrait rapidement devenir gênante. Tant qu’il ne sait pas de quoi se souvient exactement Charlotte, autant ne pas prendre de risque.
Alors, au lieu d’aborder le sujet qui paraît évident, ils commencent par échanger des banalités, se donner quelques nouvelles récentes. C’est plus simple ainsi, et ça fait plaisir à Peter de voir Charlotte. Ça lui avait paru étrange de ne pas avoir de nouvelles pendant ces quelques mois, alors il est heureux de la croiser aujourd’hui, même si c’est par hasard. « Ça a l’air sympa. Vous avez passé de bonnes vacances ? » Pour Peter qui a été habitué dans sa jeunesse à beaucoup voyager, ce n’était que ces vacances-là qui lui avaient fait réaliser que ça lui avait manqué. Il connaissait déjà la France, pour avoir travaillé dans des restaurants à Paris et à Bordeaux, mais n’avait encore jamais visité la côte sud, et ça lui avait beaucoup plu. Pour le prochain voyage, il faudra qu’il trouve un nouveau lieu à découvrir, tout en réfléchissant par rapport à Beth, que le séjour leur convienne à tous les deux. Quand on a un enfant, il faut toujours accepter quelques compromis. « Très bonnes oui. Je crois que Beth a autant hâte que moi pour les prochaines. Si ce n'est plus ! » Elle n’a qu’une hâte : retourner à la mer. Il faut dire que la Méditerranée n’a rien à voir avec la mer qu’ils peuvent trouver à une heure de voiture d’ici. « Non, pas encore. On a prévu de profiter de l’été Australien avec Amanda. » Il hoche la tête, heureux de savoir qu’elle a des projets. C’est important. Surtout qu’elle semblait vraiment mal l’autre soir. Quand on revient à l’alcool après tant d’années de combat, c’est que ça ne va vraiment pas. Même si Peter ignore ce qui l’a poussé à boire à nouveau, il se doute que ça devait être assez grave. « C’est sympa ça, ça promet de belles vacances. Tes parents habitent toujours là-bas, ou vous partez à l’aventure ? » Peter a toujours eu envie de retourner en Australie mais les billets d’avion sont loin d’être gratuits. Il a beau avoir un peu d’argent de côté, il ne se voit pas dépenser autant d’argent pour un voyage, pas dans l’immédiat. Mais Charlotte étant originaire de là-bas, c’est différent.
« Je voudrais te remercier. Par rapport à l’autre fois… Pour… Tu sais. » Par ces mots, elle rompt le silence, qui s’était installé pendant quelques secondes. Peter voit bien qu’elle est gênée à l’idée d’aborder cette fameuse nuit. Il peut comprendre sa réaction mais estime qu’elle n’a pas de raison de l’être. La faiblesse est humaine et ce qu’elle a pu faire ce soir-là a été fait sous l’influence de l’alcool. « Pas besoin de me remercier, tu aurais fait pareil pour moi. » Peter espère sincèrement ne plus jamais se retrouver lui-même dans cette situation, mais il sait que ce n’est pas toujours aussi facile. Après avoir vu Charlotte sombrer après dix ans de sobriété a tendance à l’inquiéter pour le futur. « Tu… tu vas mieux alors ? » Niveau subtilité, on repassera. Mais il n’y a pas vraiment de façon facile de demander à quelqu’un si elle a arrêté de boire.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.
Sometimes, my body feels like a burial ground for all the people I should have become.

» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 43354
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Jennifer Morrison.
» Âge : 35yo.
» Schizophrénie : Jamie, Rachel & Sloan.
# Re: Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
message posté Sam 23 Sep - 19:03 par Charlotte R. P. Adams
An intimate relationship is not necessarily a physical relationship. Rather, it is a trusting, close friendship with another person in which one can be honest without fear of rejection. ✻✻✻ Je sais qu’à un moment donné il faudrait bien évoquer le sujet, qu’il faudra que l’on parle de la dernière fois. Seulement, je n’en ai pas envie, je ne veux pas repenser à cette soirée, pas en présence de Peter. J’ai déjà suffisamment honte quand je repense à cela toute seule. J’aurais préféré éviter Peter, même si cela est étrange de ne pas l’avoir vu ou avoir parlé avec lui depuis un moment. Mais comment est-ce que je pourrais agir normalement en sa présence, après ce qui s’est passé l’autre fois. J’aurais préféré me trouver seule en ayant cette rechute, peut-être que cela aurait été plus dangereux, peut-être que j’aurais plus bu, ou fait n’importe quoi. Je sais que sans sa présence la soirée aurait pu être totalement différente, et peut-être même pire. Mais cela n’efface pas se sentiment de honte, et cette gêne que je ressens en sa compagnie. Même parler de ses vacances, ne parvient pas à m’aider. J’aurais envie de m’enfuir, et attendre quelques semaines, ou mois pour lui parler à nouveau. Ce ne serait aucun doute pas correct, il n’a fait que m’aider, et il est vraiment un bon ami. J’essaie de prendre de ses nouvelles, parce que je suis quand même curieuse de savoir ce qu’il a fait de son été, mais impossible d’oublier la dernière fois que nous nous sommes vus pour autant. « Très bonnes oui. Je crois que Beth a autant hâte que moi pour les prochaines. Si ce n'est plus ! » Certaines personnes aiment partir en vacances, ce qui n’est pas vraiment mon cas. Je n’aime pas beaucoup quitter Londres étant habituer à ma petite routine, mais je reconnais que parfois changer d’air peut faire du bien. Je compte d’ailleurs là-dessus pour nos prochaines vacances avec Amanda. Quelques jours en Australie, chez nous où nous allons pouvoir avoir un deuxième été. Quelques jours rien qu’à nous, seules, loin de nos problèmes et de notre quotidien. Pour une fois, je suis assez impatiente de partir, ayant bien besoin de fuir la capitale anglaise quelques temps. « C’est sympa ça, ça promet de belles vacances. Tes parents habitent toujours là-bas, ou vous partez à l’aventure ? » Rien de nous imaginer partir à l’aventure j’ai envie de rigoler. Ce n’est absolument pas notre genre, je ne peux pas partir sans avoir planifié le voyage à peu près correctement. Je laisse peut-être très peu de place à l’imprévu, mais j’ai eu suffisamment de choses imprévues ces derniers mois. « Nos parents sont ici, mais il nous reste de la famille là-bas. Ce qui est quand même plus pratique pour partir quelques jours. » J’ai encore quelques amis aussi, mais après toutes ses années je ne sais pas si cela serait évident de les revoir. Ma vie est désormais à Londres, et même si nous sommes restés en contact nous nous sommes éloignés avec le temps. De toute façon ce séjour est pour passer du temps toutes les deux, et essayer de ne plus trop penser à nos problèmes. Ce qui à mon avis n’est pas gagné. Elle ne peut pas oublier les problèmes dans son mariage, tout comme je ne peux pas oublier que j’ai fait une rechute. Surtout pas maintenant, avec Peter en face de moi. Je me sens gênée de ce qui s’est passé, et coupable d’avoir fait la morte durant tout ce temps. Il ne mérite pas cela, surtout pas après s’est montré un véritable ami. Mais c’est ainsi, je préfère culpabiliser dans mon coin pour le moment, recommençant tout juste à reprendre ma vie en main. Je ne peux pas tout régler d’un seul coup malheureusement. « Pas besoin de me remercier, tu aurais fait pareil pour moi. » Je ne sais pas. Est-ce que j’aurais été capable de l’aider comme il l’a fait. Ou bien est-ce que j’aurais trouvé cela trop dur. Difficile d’arriver à combattre ses propres démons, quand une personne est en train de sombrer. Rien que pour cela je ne pourrais jamais assez le remercier. Il aurait pu fuir, ou trouver cela trop dur, mais il n’a pas hésité et ne m’a pas abandonné. Ce qui me fait me sentir encore plus mal. Je n’ai pas envie de lui infliger cela, ni qu’il s’inquiète pour moi, même si c’est probablement trop tard. « Tu… tu vas mieux alors ? » Je me sens tellement coupable. Mais il n’y a pas totalement eu que du mauvais avec cette expérience, même si j’aurais préféré me rendre compte de certaines choses sans. « Oui. Enfin ça revient doucement.» Je ne veux pas entrer dans les détails, parce que ce n’est pas juste de lui faire part de mes problèmes encore une fois. « Je suis désolée que tu ais dû supporter cela. » Désolée d’avoir partagé mes problèmes avec lui, alors qu’il n’avait rien demandé. Désolée d’avoir été faible aussi, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Je suis l’unique responsable de tout.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London
Page 1 sur 1
» Failure is simply the opportunity to begin again. This time more intelligently. (Peter)
» Steve Begin
» I.5 . let's the hunt begin! venez jolies victimes ~
» Opportunity cost of conflict
» Signature de contrat - Steve Begin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-