Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

And if it ends, can we be friends ? + Rachel

avatar
So let me be and I'll set you free.
.
» Date d'inscription : 03/12/2015
» Messages : 975
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Natalie Dormer.
» Âge : 35 yo. (6/8/83)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) + Samuel A. (j.gyllenhaal)
() message posté Mer 23 Aoû - 11:54 par Indianna L. McCarthy

 
« Après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on a pas eu le temps de vivre. Peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses. »  Guillaume Musso
 

 
Rachel & Indianna

 
Elle venait d'avoir 35 ans. En se regardant dans le miroir ce jour-là, elle n'avait rien ressentit. Elle ne faisait pas partie de ces femmes inquiètes de leur avenir ou de l'avancée des cheveux blancs. Indianna se sentait femme accomplie malgré les années qui continuaient de courir. Néanmoins, elle ne pouvait s’empêcher de remarquer qu'elle s'approchait lentement mais sûrement de la quarantaine. Elle jeta un regard à son fils gentiment endormi dans son lit. Nolan aurait 4 ans à la fin de l'année et elle le voyait pousser un peu plus chaque jour. Elle n'était pas inquiète de le voir s'échapper, elle n'avait pas eut un enfant pour l'enfermer à double tour. Indianna avait plus de 30 ans quand elle avait mise au monde son fils, une grossesse qu'elle n'avait nullement désirée avant de comprendre qu'elle était enceinte. A 35 ans, elle avait une vie plutôt animée mais personne pour la partager, hormis son petit bout et ce gros matou qui avait élu domicile ici. Elle mentirait si elle disait que la solitude ne lui pesait jamais, mais elle s'y accoutumait, comme tout le reste. Elle n'avait jamais été femme à couple. Elle aimait son indépendance, sa liberté, ne dépendre de personne et pouvoir adapter chaque journée à sa guise. Seulement elle ne partageait son lit avec personne, sinon des gens de passage dans sa vie, des amants, des amantes, des personnes qu'elle préférait tenir éloigné de son intimité.

L'été touchait à sa fin, même si la ville était baigné de lumière et de chaleur. Bientôt, Londres reprendrait ses habitudes et la ville fourmillerait de travailleurs. Les touristes n'étaient pas vraiment présents, préférant les plages du sud françaises à la chaleur étouffante de la capitale anglaise. Indianna prépara Nolan pour une balade en ville. Le petit bonhomme était surexcité comme à chaque fois qu'il pouvait courir et se défouler. Il ne cessait de l'impressionner par sa précocité. Bien que volcanique, le petit avait une intelligence impressionnante pour un petit de son âge. Indianna tentait de le stimuler au maximum, histoire de faire de lui un gamin débrouillard. Elle-même avait dû se débrouiller seule assez jeune et cela avait, sans conteste, orienter son mode de vie actuel. Au programme aujourd'hui, une balade à Hammersmith, un quartier qu'Indianna avait peu loisir de fréquenter. La journée était ensoleillée mais les températures plutôt agréables. Vêtue d'un short en jean et d'un débardeur noir, Indianna laissait Nolan marcher devant tout en photographiant ce qu'elle souhaitait. Son appareil ne la quittait jamais. L'été, elle travaillait beaucoup pour les mariages et les baptêmes, aussi elle aimait profiter de ces journées off pour photographier pour elle.  Le petit irlandais agitait ses bras dans tous les sens. Elle le trouvait trop craquant avec sa salopette kaki. Indianna avait grandit avec un père militaire et cette couleur lui rappelait à la fois sa présence mais surtout son absence.

Finalement, leurs pas les guidèrent vers un petit parc ombragé. Indianna trouva l'instant rêvé pour sortir le goûter. On ne pouvait pas dire que c'était une mère exemplaire, mais au moins, elle avait pensé à ça. Assise sur l'herbe fraîche à l'ombre d'un grand arbre, elle sortit de son sac à dos une bouteille d'eau et une brique de jus de fruit. Nolan était déjà entrain de jouer avec d'autres enfants dans l'espace de jeu. Une petite brise vint caresser son visage et l'irlandaise étendit ses jambes nue, basculant sa tête en arrière et fermant les yeux. Elle n'entendit pas les roues d'une poussette s’arrêter à sa hauteur, mais elle reconnue son nom. Indianna ouvrit les yeux et fixa la silhouette qui se tenait devant elle. Une jolie rousse aux yeux clair lui faisait face, tenant devant elle une poussette. « Rachel ? ». Elle était plutôt surprise de la voir mais elle afficha un large sourire et se leva pour saluer officiellement la Montgomery. « Ca fait...une éternité. Comment vas tu ? ».

 
(c) black pumpkin

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Ven 22 Sep - 15:24 par Rachel Montgomery
Sometimes we need to stop analyzing the past, stop planning the future, stop figuring out precisely how we feel, stop deciding exactly what we want, and just see what happens. ✻✻✻ À force de ne rester enfermer dans l’appartement je commence sérieusement à devenir folle. Je n’ose pas sortir énormément non plus apprenant encore chaque jour à m’occuper correctement de Wyatt. Mais j’ai aussi besoin de voir autre chose que les murs de mon appartement, ma famille et Walt. J’ai besoin de contact avec le monde extérieur, ne serait qu’une petite heure. Prendre l’air, profiter un peu du soleil, voir des visages inconnus, sortir dehors tout simplement. J’aurais quand même profité ne pas devoir le faire seule, mais je me retrouve seule avec le bébé, et je n’ai pas envie d’attendre plus longtemps pour mettre le nez dehors. Bien évidemment, j’ai déjà vérifié deux fois que j’avais bien tout ce qu’il me fallait histoire de ne rien oublier et d’être paraît à tout éventualité. Il est plus difficile de sortir avec Wyatt que de plaider dans tout un tribunal. Mais j’apprends encore, tout ne peux pas être parfait. En attendant qu’il se réveille j’en profite pour m’accorder un peu de temps et prendre une douche. Les moments seule sont assez rares quand j’ai le bébé, et je suis plus qu’heureuse de ne pas être toute seule dans l’aventure au final. Je ne sais pas si je parviendrais à tout gérer sans l’aide de Walt finalement. Je sais qu’il y a peu de chance que je reste propre longtemps, mais tant pis, cela fait un bien fou de l’être quelques instants. L’été n’est encore terminé, et je décide d’enfiler une robe, même si ma peau est vraiment blanche. Je ne bronze pas vraiment, mais parfois je prends quand même quelques couleurs, ce qui n’est pas le cas cette année. Je n’ai pas eu vraiment le temps de m’occuper de moi-même. N’ayant pas envie de le réveiller, je me décide à attacher mes cheveux encore mouillés avant de me maquiller légèrement. J’ai l’impression d’être un peu plus moi-même. J’ai à peine le temps de passer sur mon téléphone que les cris de Wyatt m’interrompent. Terminé le moment de tranquillité. Je me lève pour aller dans sa chambre le prendre dans mes bras pour le calmer. J’ai encore du mal à savoir ce qu’il veut, mais je pense ne pas m’en sortir trop mal non plus. Finalement après l’avoir nourri et changé, il semble être plus calme, ce qui m’encourage à sortir de l’appartement un peu. Je suis un peu anxieuse, je n’ai pas fait cela souvent, et c’est la première fois seule, mais nous ne pouvons pas rester enfermés tout le temps non plus. Il y a un parc pas trop loin de la maison, ce qui me semble être une bonne idée pour une petite balade. Je ne pensais pas être un jour aussi heureuse de me promener dans Londres, et pourtant. Je ne peux m’empêcher de regarder Wyatt qui ne semble pas vraiment perturbé puisqu’il est en train de se rendormir. Des enfants jouent, des couples se promènent, des adultes surveillent du coin de l’œil les enfants, et moi je suis heureuse de me retrouver au milieu de tout ce monde. Je marche à l’ombre ne supportant pas vraiment le soleil, tout en observant les gens. C’est au moment où je passe à côté d’une blonde, que je la reconnais. « Indianna ? » Je suis sûre que c’est elle, mais elle ne semble pas faire attention, et je ne voudrais pas l’effrayer. Quand elle ouvre les yeux, je me mets à sourire, ne m’attendant pas à la trouver ici. Ni à la rencontrer tout court en réalité. « Rachel ? » Elle se lève pour me saluer, et je réalise que cela fait vraiment longtemps que nous ne nous sommes pas parlées. « Ça fait...une éternité. Comment vas-tu ? » Elle m’enlève les mots de la bouche. Elle n’a pas changé, elle est toujours aussi jolie. « C’est étrange de se croiser ici. » Ici, ou ailleurs en réalité, je n’avais pas pensé la rencontrer. « Un peu fatiguée, mais ça va bien et toi ? » Je ne sais même pas si elle est au courant pour Wyatt, je ne sais plus vraiment à quand remonte la dernière fois que nous nous parlées, et encore moins vues. Il faut dire que ces derniers mois ont été très prenant. Je suis encore surprise de la trouver ici, mais heureuse. Cela me fait vraiment plaisir de la revoir.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
So let me be and I'll set you free.
.
» Date d'inscription : 03/12/2015
» Messages : 975
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Natalie Dormer.
» Âge : 35 yo. (6/8/83)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) + Samuel A. (j.gyllenhaal)
() message posté Lun 2 Oct - 18:29 par Indianna L. McCarthy

 
« Après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on a pas eu le temps de vivre. Peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses. »  Guillaume Musso
 

 
Rachel & Indianna

 
Elle appréciait ces instants volés, ces moments peu propice au quotidien, loin de la routine. Pourtant, Indianna avait apprit à apprécier de ne rien faire, de jouir des petits instants creux de la vie, qu'assez tardivement. Mais elle n'avait pas toujours connue une telle paix intérieur. Et surtout, elle avait longtemps vécu dans le speed, dans l'adrénaline, craignant à la fois l'ennui et le silence. Elle en avait fait du chemin depuis son école de journalisme et surtout ses missions humanitaire. Elle n'aurait jamais pensé se détendre ainsi dans un parc avec un petit bonhomme à surveiller. En fait, elle n'aurait pas crut avoir un enfant un jour et encore moins buller de la sorte. Indianna appréciait cette nouvelle vie même si elle pouvait être nostalgique par moment. Allongée dans l'herbe, elle s'autorisa à fermer les yeux. Dans le fond, elle savait qu'elle devait surveiller Nolan, ne pas le quitter des yeux, mais elle ne faisait pas vraiment partit de ces mères paranoïaques. Ce n'est pas qu'elle ne croyait pas que le danger existait ou que les pervers n'étaient qu'un mythe, non, mais elle n'avait pas envie de s'enfermer dans des frayeurs. Pour autant, elle pensait avoir largement insisté auprès de son fils sur le fait de parler à des inconnus. Elle était ouverte au dialogue et Nolan était un petit garçon très curieux qui ne craignait pas la nouveauté ou l'aventure, si bien qu'Indianna le laissait jauger l'autre plutôt que de lui faire peur avec ses propres appréhensions. C'était une mère plutôt laxiste sur l'éducation, favorisant celle de la vie à celle qu'on voulait bien nous balancer dans les magasines et livres pour jeunes parents, sans parler des codes de conduite des instituteurs. De plus, elle avait choisi de l'élever seule et donc, elle n'avait aucun compte à rendre à un père potentiel.

Et puis Nolan avait de la voix, assez pour l'avertir à la moindre menace. Il devait sans doute tenir cela d'elle, du moins le souvenir que lui relatait sa mère d'elle enfant. Elle sortit de sa rêverie quand elle entendit son nom. Rachel lui faisait face, rayonnante, surtout avec le soleil qui venait éclairer sa silhouette. Elle était ravie de la revoir, elle l'était toujours quand il s'agissait de personne qui avaient compté, qui avaient partagé avec elle un petit bout d'aventure. « C’est étrange de se croiser ici. » Indianna hocha la tête. Il était vrai que ce n'était pas son quartier, pas vraiment un lieu où elle se rendait souvent. Elle avait choisi de s'y arrêter comme elle aurait pu continuer sa route. Mais Indianna aimait les hasards et les coïncidences, comme croiser Rachel ici, en cette belle journée d'été. « Un peu fatiguée, mais ça va bien et toi ? ». Indianna la trouvait toujours aussi jolie et remarqua à peine ses légères cernes. Cela lui faisait un peu penser au moment où Nolan se réveillait toutes les quatre heures... Si bien qu'elle porta son attention sur la poussette qu'elle tenait devant-elle. Jusque là, elle avait plutôt flashé sur la jolie rousse plutôt que sur le bébé qui l'accompagnait. C'était tout Indianna ça. Même si elle était devenu mère à son tour, elle n'avait pas un instinct très porté sur les enfants des autres. Elle s'était découvert l'instinct maternel plutôt tardivement et elle n'était pas sur que c'était réellement cela. Quant à son désir de maternité, il était arrivé au même moment que l'annonce de sa grossesse. Aujourd'hui, elle était heureuse d'être maman, mais elle devait bien reconnaître que cela n'avait rien eu d'évident ou d'inné en ce qui la concernait. « Ca va, merci... Mais toi, on dirait que tu dors pas beaucoup... », commença-t-elle, prudente, ne voulant absolument pas qu'elle le prenne mal. Surtout que Rachel était une femme sublime, une femme qu'Indianna avait convoité à l'époque, sans doute la raison qui faisait que la poussette était passé en second plan. « C'est le tiens ? », demanda-t-elle finalement en passant sa tête par dessus le toit de la poussette. Maintenant intriguée, elle avait envie de voir ce qui se cachait dessous. Elle découvrit un bébé, plutôt un nourrisson, qui dormait sereinement, ses petits poings serrés contre son torse. Aussitôt, son cœur fondit, comme si le souvenir de son fils au même âge venait se rappeler à elle. « Il est vraiment très beau », ajouta-t-elle. Et elle était sincère. Elle savait que c'était une sorte de norme que de dire ce genre de chose, même si c'était faux. Seulement Indianna n'était pas dans la norme, alors elle disait uniquement ce qu'elle pensait réellement. Elle était sur que c'était un garçon. Elle était peut être pas la mère de l'année, mais pour ça, elle savait reconnaître le sexe d'un bébé.
 
(c) black pumpkin

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Mar 3 Oct - 17:04 par Rachel Montgomery
Sometimes we need to stop analyzing the past, stop planning the future, stop figuring out precisely how we feel, stop deciding exactly what we want, and just see what happens. ✻✻✻ À peine sorti dehors, je me sens déjà mieux. Même si ce n’est qu’une petite promenade, un tour dans le quartier, c’est tout de suite mieux que de rester encore une fois enfermée dans l’appartement. Parfois je suis presque impatiente de reprendre le travail pour voir plus de monde, et éviter la routine. Je ne pourrais absolument pas être une mère au foyer, j’ai aussi besoin d’avoir ma propre vie. Bien qu’en ce moment, celle-ci soit mise sur pause. Hormis m’occuper de Wyatt je ne fais presque plus rien. C’est suffisamment prenant pour ne pas trop m’ennuyer, mais j’ai quand même besoin de plus. Voir du monde, sortir, ne pas organiser toute ma vie autour de lui. C’est peut-être monstrueux de penser ainsi, d’autant plus que je rêvais vraiment d’être maman, mais il me faudra plus que cela. Cela ne change rien au fait que je suis réellement heureuse, et que je changerais rien à ma vie actuelle. J’ai simplement parfois besoin de faire autre chose. Heureusement, je ne suis pas seule, ce qui me permet de souffler par moment, même si je ne peux m’empêcher de m’inquiéter quand je ne suis pas avec le bébé. Tout ceci est assez contradictoire, mais il semblerait que ce soit normal, ce qui m’empêche de me dire que je suis une horrible mère. Je suis toujours en train d’apprendre à m’occuper comme il se doit de Wyatt, et parfois je m’en veux de vouloir du temps pour moi seule. Je suppose que j’ai encore besoin de temps avant d’être parfaitement à l’aise avec tout cela. Pour l’heure, je suis bien décider à profiter de l’extérieur un moment. Les rues sont encore animées ce qui ne tardera pas à être terminé, avec le retour de l’automne. C’est donc le moment idéal pour aller se promener. Quelle ne fut pas ma surprise de tomber sur Indianna. Je ne pensais pas rencontrer quelqu’un pour commencer, mais encore moi elle. Cela fait tellement longtemps que nous ne nous sommes pas vues, que cela est étrange. Je n’en suis pas moins contente, ce n’est pas une rencontre que j’aurais préféré éviter, même si les conditions sont un peu bizarres. Je ne suis sans aucun doute pas à mon avantage, ce qui me préoccupe un instant. Il est de toute façon trop tard pour changer quoi que ce soit. « Ça va, merci... Mais toi, on dirait que tu dors pas beaucoup... » C’est une réalité. J’ai l’impression de passer mon temps à être fatiguée, quand bien même Wyatt passe la plus part de son temps à dormir. Je m’inquiète aussi, de peur de ne pas être à la hauteur ou de mal faire les choses, ce qui parfois m’empêche de dormir quand je le pourrais. Résultat, il est impossible de faire partir mes cernes pour le moment. « Qu’est-ce qui m’a trahit ? » Les cernes, ou le bébé. Je préfère prendre cela à la rigolade, je suis encore en phase d’adaptation. Tout ne peut pas se dérouler parfaitement dès le début. « C'est le tiens ? » Je ne peux m’empêcher de sourire, comme à chaque fois que je pense à ce petit bout qui est mon fils. Je ne suis pas encore habituée, et c’est à chaque fois étrange de l’entendre, mon fils. « Oui, il s’appelle Wyatt. » C’est décidément plus qu’étrange de me retrouver face à Indianna, dans un parc avec Wyatt. Ma vie a tellement changé ces derniers mois, et encore plus depuis la dernière que nous nous sommes vues. C’est d’ailleurs dommage que nous ne soyons pas plus restées en contact. « Il est vraiment très beau » Je ne vais pas la contredire. Pour moi c’est le plus beau des bébés, ce qui est sans aucun doute la réflexion que ce font tous les parents. « Merci. » Partageant la moitié de mon ADN je ne suis pas étrangère à sa beauté. Peut-être qu’en grandissant il ressemblera plus à Walt, mais au moins il risque de concerner ses cheveux roux. Je le prendrais bien dans mes bras, mais je ne veux pas le déranger tandis qu’il dort, ce que lui ne se gêne pas pour faire cela dit. « Qu’est-ce que tu deviens ? » Je suis sincèrement curieuse de savoir ce qui se passe dans sa vie, et de rattraper un peu le temps perdu. Je ne peux pas non plus m’empêcher de me dire qu’elle est encore plus belle que dans mes souvenirs. Peut-être parce que cela fait longtemps, ou bien parce que je n’avais pas eu l’occasion de penser à elle depuis un moment.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
So let me be and I'll set you free.
.
» Date d'inscription : 03/12/2015
» Messages : 975
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Natalie Dormer.
» Âge : 35 yo. (6/8/83)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) + Samuel A. (j.gyllenhaal)
() message posté Jeu 19 Oct - 16:23 par Indianna L. McCarthy

 
« Après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on a pas eu le temps de vivre. Peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses. »  Guillaume Musso
 

 
Rachel & Indianna

 
Autrefois, Indianna ne se serait probablement extasiée devant un bébé. Bien qu'elle les trouvaient mignons, elle les trouvaient surtout inutiles. Ils n'y étaient pour rien, mais il fallait bien reconnaître qu'avant un certain âge, ils étaient totalement dépendant de l'adulte. Et, autrefois, Indianna ne supportait pas d'être attaché à quelqu'un de cette manière. Dépendre de quelqu'un, lui devoir quelque chose, c'était impensable pour elle. Sûrement la raison principale de son célibat aujourd'hui. Parce qu'elle avait eu pas mal d'aventures, mais aussi des histoires plus ou moins sérieuses, sauf qu'elle avait toujours mit un terme avant que cela ne l'accapare trop. La stabilité, quelque part, lui faisait peur. Elle avait besoin de changement, d'action, la simple idée de la routine l’effrayait. Avec la naissance de Nolan, elle avait largement progressé vis à vis de cela, même si cela restait encore fragile. Pour lui, elle faisait des efforts, elle tentait de refréner ses vieilles pulsions. Mais elle ne s’interdisait pas tout non plus. Nolan n'avait pas demandé à naître, certes, mais elle n'allait pas non plus s'abandonner entièrement pour lui. Cela pouvait paraître égoïste, mais ce n'était pas sa vision de la vie et elle n'avait pas envie que Nolan puisse la concevoir ainsi plus tard. En devenant mère, elle avait apprit à être vitale pour quelqu'un, pour un petit bonhomme qui avait besoin d'elle. Elle ne s'en pensait pas forcément capable avant que la sage-femme ne lui pose le petit contre elle. Cette sensation là l'avait marqué, elle qui ne se pensait pas aussi sentimentale. Sentir le corps tout chaud de sa propre chair contre son cœur avait éveillé ce qu'elle ne pensait jamais ressentir. Pour la première fois de sa vie, elle s'imaginait tout donner pour une autre personne, devenir dépendante d'un petit être. Nolan n'avait que 4 ans mais il prenait déjà beaucoup de place dans son univers, alors qu'elle avait soigneusement tout cloisonné autour d'elle avant qu'il ne vienne au monde. « Qu’est-ce qui m’a trahit ? » Indianna émit un petit rire. Elle était bien contente que cette période soit derrière elle. Elle n'était pas sûr d'avoir à nouveau la patience de gérer un nouveau né. Pourtant, elle l'avait fait seule, elle n'avait personne pour la seconder en cas de fatigue. Elle ne connaissait pas la situation de Rachel, mais elle imaginait que la belle n'était pas seule, elle, qu'elle avait choisi quelqu'un de sécurisant et d'aimant pour l'accompagner dans cette aventure.

Indianna était donc soulagé que Nolan soit plus âgé, pour le simple fait qu'il devienne petit à petit plus autonome dans la vie de tous les jours. Il était déjà très actif pour un gamin de son âge et désirait même s'émanciper pour certaines choses du quotidien. Indianna pouvait donc parler avec lui, lui expliquer certaines choses qu'il était en âge de comprendre. « Oui, il s’appelle Wyatt. » Un jolie prénom pensa la belle. Et de toute façon, cela ne regardait qu'elle et le père, finalement. Dans son souvenir, Rachel était homosexuelle, mais peut être avait-elle changé... Après tout, il c'était écoulé un moment depuis que les deux jeunes femmes ne s'étaient pas vu. Indianna coula un nouveau regard vers le petit, endormit. Bien qu'elle soit heureuse d'avoir dépassé le stade des biberons toutes les 4 heures et des couches, elle trouvait le petit trop mignon. Elle avait presque oublié la sensation de tenir un petit être contre elle. Au départ, elle avait eut peur de mal faire mais elle s'était fait confiance, comme pour toutes les étapes de sa vie. Si devenir mère était la chose la plus imprévisible et stressante qu'elle est connue, elle avait vécu des situations bien plus effrayantes que cela. « Qu’est-ce que tu deviens ? » Elle ne savait plus trop à quand remontait leur dernier échange. Néanmoins, elle se souvenait avec tendresse de leurs rencontres, de leurs ébats malgré leur amitié. Les choses avaient changé, visiblement, depuis. Rachel semblait avoir une vie de famille et c'était bien comme ça. Avant d'être amantes, les deux blondes étaient avant tout amies. Et Indianna s'en voulu un peu d'avoir laissé passer tant de temps depuis leur dernière discussion. « Rien de bien nouveau de mon côté. Je travaille toujours comme photographe, j'ai de plus en plus de contrats. Et toi, toujours avocate ? » Et elles furent interrompu par Nolan qui, curieux, était venu voir avec qui parlait sa mère. Il s'approcha, d'abord timidement, de la poussette puis afficha un sourire curieux à Rachel. Sans qu'Indianna est besoin de dire quoi que ce soit, le petit bonhomme lui dit bonjour. « Tu te souviens de Nolan, mon fils ? Je crois qu'il est curieux de savoir ce que tu cache la-dessous », dit-elle en désignant la poussette. En effet, Nolan avait peu l'occasion de voir des bébés. N'ayant pas de cousins, ni de bébé dans son entourage, il en côtoyait peu. Indianna se mit à sa hauteur et le souleva légèrement pour qu'il puisse jeter un œil à l'intérieur. « Et qui est l'heureux papa de ce bébé ? », demanda-t-elle, un brin curieuse. Mais c'était également une question légitime, non ?
 
(c) black pumpkin

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Jeu 19 Oct - 19:13 par Rachel Montgomery
Sometimes we need to stop analyzing the past, stop planning the future, stop figuring out precisely how we feel, stop deciding exactly what we want, and just see what happens. ✻✻✻ Même si mes nuits sont plus courtes, que mes journées sont rythmées par Wyatt, que je sors beaucoup moins, et que je passe mon temps à être fatiguée, je ne changerais tout cela pour rien au monde. Devenir maman était une chose que j’attendais depuis tellement longtemps, que finalement tous les désagréments ne sont pas importants. Ce sont des détails, rien qui ne peut s’arranger, et je suis la plus heureuse. Bien évidemment, ce n’est pas tous les jours évidents, surtout à m’en occuper seule, et parfois je ne vois pas cela aussi positivement. Mais en règle générale ça ne dure pas. Comme aujourd’hui, maintenant que je suis dehors à pouvoir voir autre chose que mon appartement, j’ai l’impression que tout va pour le mieux. C’est encore plus appréciable d’avoir trouvé quelqu’un avec qui discuter. Cela fait bien trop longtemps que nous ne nous sommes pas vus. Il faut dire que je n’ai pas spécialement cherché à prendre de ses nouvelles non plus. Je ne sais pas pourquoi, j’aime beaucoup Indianna pourtant. Enfin, j’ai beaucoup été occupée avec ma grossesse, et puis préparer l’arrivée du bébé. Ensuite j’ai dû apprendre à m’en occuper, et à me débrouiller seule. Cela ne laisse pas beaucoup de temps pour autre chose au final. Mais Wyatt est endormi, et je n’ai rien d’autre que du temps libres. L’occasion parfaite de pouvoir discuter un peu avec elle. Une fois les présentations faites, je l’interroge sur ce qu’elle devient. « Rien de bien nouveau de mon côté. Je travaille toujours comme photographe, j'ai de plus en plus de contrats. Et toi, toujours avocate ? » C’est une bonne nouvelle. Je suis contente que cela marche pour elle. « C’est vraiment super pour toi. Moi, oui, toujours. » Il m’arrive parfois d’avoir envie de travailler durant mon congé maternité tellement cela me manque. Mais quand je commence à penser au moment où je devrais reprendre le travail et laisser Wyatt, je suis angoissée. J’ai pourtant encore le temps de penser à tout cela. De me préparer, et de m’organiser, mais rien à faire, je ne vois pas comment je vais pouvoir y parvenir. L’arrivé d’un petit garçon interrompt notre discussion et je ne me souviens qu’à ce moment, qu’Indianna aussi est maman. Il est adorable, et je suppose qu’il tient cela de sa mère qui l’est tout autant. Il a l’air un peu timide, et je ne saurais dire si c’est ainsi qu’il est, ou si c’est simplement parce qu’il ne me connait pas. Dans tous les cas, il est poli et je trouve adorable sa façon de me dire bonjour. Je lui réponds, avant de regarder mon propre fils, toujours profondément endormi. « Tu te souviens de Nolan, mon fils ? Je crois qu'il est curieux de savoir ce que tu cache la-dessous. » Je hoche la tête pour confirmer que je me souviens, même si je ne l’ai pas vu très souvent. Nous ne nous sommes pas toujours vues simplement pour parler. Cela me semble tellement loin, comme à une autre époque, presque dans une autre vie. Depuis la naissance de Wyatt, tout le reste me semble lointain, ou presque. Afin de les aider à mieux voir, je pousse un peu le toit de la poussette, sans pour autant déranger le petit être qui dort à l’intérieur. « Et qui est l'heureux papa de ce bébé ? » La question qui intrigue tout le monde. Je ne compte plus le nombre de fois que l’on me l’a posé. C’est après tout une question légitime, il a bien fallu l’implication d’un homme à un moment donné. « Il n’y en a pas. » Simplement un coup de main d’un ami, à une amie, mais rien de plus. « Je suis toute seule. » Ce n’est peut-être pas l’idéal, et parfois je me dis qu’être deux serait sans aucun doute plus pratique, mais c’est ainsi. Je ne regrette pas mes choix. Wyatt doit sûrement sentir que l’on parle de lui puisqu’il se réveille à ce moment-là, se mettant à pleurer. Je me penche en avant pour le prendre dans mes bras, essayant de le calmer. Je me trouve assez chanceuse, il ne pleure pas pendant des heures. Généralement j’arrive à le calmer assez vite. « Il a dû sentir que l’on parlait de lui. » J’adresse un sourire à Indianna, tout en essayant de le calmer.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
So let me be and I'll set you free.
.
» Date d'inscription : 03/12/2015
» Messages : 975
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Natalie Dormer.
» Âge : 35 yo. (6/8/83)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) + Samuel A. (j.gyllenhaal)
() message posté Mer 1 Nov - 11:27 par Indianna L. McCarthy

 
« Après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on a pas eu le temps de vivre. Peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses. »  Guillaume Musso
 

 
Rachel & Indianna

 
Il était sûrement de leur âge de fonder une famille. Toute la société abondait dans ce sens. La norme imposait une certaine logique, comme faire des études, décrocher un travail, se marier, devenir propriétaire et ensuite avoir des enfants et même un goldentriever. Tout ce qu'Indianna méprisait autrefois. L'idée même de la famille lui donnait la nausée. Son père était mort quand elle était gamine, mort pour son pays dans un autre. Sa mère avait alors doucement sombré dans la dépression, puis n'avait fait que glisser davantage avec la mort de son fils Connord, le jumeau d'Indianna, quelques années plus tard. A ce moment-là, l'image de la famille avait volé en éclat. Restée seule avec une mère dépressive, Indianna avait ressentit la solitude comme une amie bienveillante. Elle n'aurait pas de famille, elle ne prendrait pas le risque de tout perdre, de finir comme sa mère. Elle, elle voyagerait, elle vivrait à mille à l'heure parce que la vie pouvait être cruelle, qu'elle pouvait se terminer aussi vite qu'elle avait commencé. Cela avait plutôt bien fonctionné au départ. Elle se contentait d'envoyer des cartes postales à sa mère, histoire de lui signifier qu'elle était toujours en vie, mais ne rentrait pas chez elle. De toute façon, elle n'avait plus vraiment de chez elle maintenant que Connord ne l'y attendait plus. Même Ethan avait quitté Belfast pour l'Australie. Elle se sentait libre, attachée à rien ni personne et elle aimait cela. Mais son retour brutal de Somalie avait tout remit en question, aussi subitement que son désir de fuir. Elle était blessé, meurtri, elle n'était que l'ombre d'elle-même. Et c'est la naissance de Nolan qui l'avait guérit, qui fit d'elle une autre, une femme qu'elle n'avait jamais envisagé de devenir. Cette famille qu'elle avait toujours pensé comme un poison devenait aujourd'hui son espoir, sa rédemption.

Pour autant, elle ne se voyait toujours pas vivre avec quelqu'un et encore moins se marier. Si elle avait accepté la présence de Nolan, il restait impossible pour elle d'être attaché à ce point à quelqu'un d'autre. De la même manière, elle n'avait aucune envie d'acheter un bien, même pour assurer une sécurité à son fils. Dans le fond, elle savait bien que Londres n'était qu'une étape dans sa vie, qu'elle finirait un jour ou l'autre par reprendre la route. Son besoin d'évasion faisait partit d'elle, même s'il était resté en stand bye ces dernières années. Mais elle devait reconnaître que sa vie londonienne était plaisante. Elle avait découvert un mode de vie sympathique, plus tranquille que son rythme d'autrefois. Et surtout, elle avait fait la connaissance de personnes incroyables. Elle avait également retrouvé des gens perdus de vue, des amis d'autrefois, des amants, des aventures aussi... Avec Rachel, elle se sentait en confiance. Elle aimait sa présence rassurante, agréable. Nolan se sentait bien également. Indianna avait toujours apprécié sa curiosité, qu'elle trouvait normal pour un enfant. Néanmoins, elle espérait que cela ne le mènerait jamais à des circonstances fâcheuses. Mais elle faisait confiance à son fils pour jauger les gens, au moins autant qu'elle. Son fils observa le petit garçon endormi, Indianna et Rachel en surveillance. Il parut satisfait de ce qu'il avait vu car il retourna aussitôt jouer un peu plus loin. Indianna en profita pour poser la question qui lui brûlait les lèvres. « Il n’y en a pas. Je suis toute seule. » Indianna hocha la tête, entendue. Rachel ne cessait de l'intriguer. Ce n'est pas Indie qui irait lui dire quoi que ce soit et elle devait même reconnaître qu'elle trouvait cela très courageux. Comme elle, Rachel avait fait le choix d'assumer seule son enfant, du moins de ce qu'Indianna en comprenait. Parce qu'il restait aussi la possibilité que le papa soit partit en apprenant la nouvelle ou qu'il est décidé après coup qu'il n'était pas capable d'assurer quoi que ce soit. Dans le cas d'Indianna, elle avait préféré taire l’existence de son fils à son ex car leur rupture avait été plutôt violente et parce qu'il lui avait toujours dit ne pas vouloir d'enfant. C'était sans doute égoïste, cruel, mais c'était ainsi. « Ça marche aussi bien. Regarde Nolan, il est plutôt équilibré pour un gosse qui ne vit qu'avec sa mère, non ? ». Elle ne savait pas vraiment si elle attendait une approbation de sa part. Indianna ne regrettait pas son choix, pas pour l'instant, mais elle savait que Nolan grandirait et qu'il poserait des questions. Ce qu'elle voulait faire comprendre à Rachel, c'est qu'elle était capable d'élever seule son fils et qu'on se foutait bien de ce que la société voulait imposer quant aux couples. Surtout pour deux femmes comme elles, des femmes tournés vers d'autres femmes. « Il a dû sentir que l’on parlait de lui. »  En effet, le petit Wyatt s'agita avant de se retrouver dans les bras de sa mère. Ainsi, Indianna pouvait mieux le voir, sa petite tête contre l'épaule de Rachel. Indianna posa une main rassurante sur sa joue humide, sentant la chaleur d'un tout petit sur sa peau. Puis Nolan revint vers elles, un peu mal à l'aise. Il murmura : « Maman, je dois aller aux toilettes... ». Évidemment. Alors qu'ils étaient pas vraiment à côté de la maison. Et comme elle s'en doutait, son fils ne pourrait pas se soulager dans le coin. Elle commença à regarder alentours où elle pourrait emmener Nolan.
 
(c) black pumpkin

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Mer 8 Nov - 14:28 par Rachel Montgomery
Sometimes we need to stop analyzing the past, stop planning the future, stop figuring out precisely how we feel, stop deciding exactly what we want, and just see what happens. ✻✻✻ Je n’aurais jamais pensé retrouver Indianna dans ces conditions. Être mamans toutes les deux, et se retrouver par hasard, chacune avec notre fils me semble être vraiment bizarre. Il faut aussi avouer que je ne suis pas encore totalement habituée à l’idée d’être maman, cela reste très récent. Même avec les neufs mois de grossesse qui m’ont laissé le temps de me faire à l’idée, sans compter les mois avant, je ne suis pas encore habituée. Ça me semble parfois irréel, alors que Wyatt et bel et bien là. Il va me falloir du temps pour me faire à tout cela de toute façon. Je suis encore à l’étape où j’essaie de me faire à cette idée, que oui je suis bien responsable d’un autre être humain. Pendant ma grossesse, les choses étaient quand même plus faciles. Et maintenant je ne peux cesser de m’angoisser pour rien, ou de me demander si je fais les choses correctement. Est-ce qu’il n’est pas trop tôt pour sortir dehors, est-ce qu’il ne fait pas trop chaud, est-ce qu’il n’est pas encore trop petit. Toutes ses questions qui peuvent sembler stupide, mais que je ne peux cesser de me poser. Je sais qu’il me faudrait du temps, alors en attendant j’essaie réellement de faire de mon mieux. C’est assez difficile, surtout en étant seule. Et j’admire réellement Indianna d’avoir réussi avec Nolan. Cela est plutôt motivant, même si je n’ai jamais eu de doutes qu’une personne seule peut totalement élever un enfant sans problème. « Ça marche aussi bien. Regarde Nolan, il est plutôt équilibré pour un gosse qui ne vit qu'avec sa mère, non ? » Oui, il a l’air des plus heureux. De toute façon, je n’ai jamais douté qu’Indianna est une mère formidable. Pour autant cela reste étrange, sûrement à cause de notre passé. J’ai parfois l’impression que tout est différent depuis que Wyatt est né, alors que cela ne l’est pas tant que ça. Bien évidemment, sa naissance a changé les choses, ma vie, mais cela ne change rien au passé. Et pourtant, j’ai parfois du mal à faire coexister les deux. Sans doute parce que ma vie a changé, que je ne travaille plus pour le moment, et qu’hormis m’occuper de lui je ne fais pas grand-chose. Au final, tout le reste me semble loin. Et parfois, cela me manque, mais je me sens aussitôt coupable par rapport à mon fils. Inutile de dire que je ne suis pas encore bien habituée à toute la situation. « Il faudra que tu me dises comment tu as fait. » Spontanément je ne me serais tournée vers elle pour cela, sans doute parce que je n’y aurais pas pensé. Quand je pense à Indianna, ce n’est pas pour ses capacités de mère, mais plutôt parce qu’elle une magnifique femme. Mais les deux sont loin d’être incompatible. « Je suis parfois déjà totalement dépassée. » Sans aucun doute parce que c’est une des choses les plus effrayantes que je n’ai jamais fait dans ma vie. Même si je changerais mes choix pour rien au monde. Wyatt fini par se réveiller, et je m’empresse de le prendre dans mes bras pour tenter de le calmer. Il m’arrive encore d’avoir du mal à me dire que c’est moi qui est ai fait ça, avec un peu d’aide. Nolan revient vers sa mère, me faisant sourire, visiblement un peu moins joyeux que tout à l’heure. Je ne parviens pas à entendre ce qui lui arrive, mais apparemment cela demande l’attention d’Indianna. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Je ne sais pas si je peux faire quoique ce soit, mais cela ne compte rien de demander. Je suis rapidement informée que le petit garçon a besoin d’aller aux toilettes, et que bien évidemment il n’y a rien dans le coin. À croire qu’il est trop difficile d’en mettre près des parcs et jeux pour enfants. « Je n’habite pas très loin. » Peut-être cinq minutes, mais je ne peux pas faire mieux. Cela sera toujours plus pratique qu’un bar où il faut généralement consommer quelque-chose avant. Je repose Wyatt qui semble calmé, ne laissant pas vraiment le choix à Indianna. « Il y en a pour cinq minutes environ. » J’espère simplement que ce n’est pas trop urgent, auquel cas ce n’est jamais agréable. Je n’ose pas poser la question à Nolan directement, parce qu’il ne semble pas vraiment à l’aise, et que je ne voudrais pas en rajouter.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
So let me be and I'll set you free.
.
» Date d'inscription : 03/12/2015
» Messages : 975
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Natalie Dormer.
» Âge : 35 yo. (6/8/83)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) + Samuel A. (j.gyllenhaal)
() message posté Mer 15 Nov - 12:27 par Indianna L. McCarthy

 
« Après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on a pas eu le temps de vivre. Peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses. »  Guillaume Musso
 

 
Rachel & Indianna

 
Elle savait que sa maternité faisait grand bruit. Sans doute parce que son entourage n'avait jamais vu en elle une mère de famille. Il faut dire que pendant très longtemps, Indianna avait renvoyé cette image, bien volontairement. Des projets, elle en avait plein la tête autrefois et elle en avait même réalisé certains en voyageant, en joignant l'utile à l'agréable. Bien sur, elle n'avait pas visité des pays pour leur splendeur ou pour se faire bronzer en toute inconscience, non. Elle avait investit des états afin de rendre une certaine justice, de venir en aide aux populations les plus en difficultés. Finalement, elle n'avait jamais prit de temps pour elle. Alors comment imaginer qu'elle puisse avoir un enfant et mettre de côté son hyperactivité, son besoin de changement constant ? C'est la vie qui avait fait ce choix pour elle. Paradoxalement, c'est un drame, sûrement le plus désastreux de sa vie, qui lui avait imposé de changer. Même Ethan, son plus vieil ami, son premier amour, avait été surprit de constater qu'elle était devenue mère. Et il la connaissait bien, du moins la Indie d'autrefois, celle qui venait écouter d'une oreille attentive les répétitions de lson groupe de musique. Celui à qui elle avait tourné le dos des années plus tôt, le quittant pour voir autrement, pour changer d'air. Mais à croire que tout le monde avait le droit de changer d'avis, de revoir ses priorités, ses projets de vie. « Il faudra que tu me dises comment tu as fait. » Indianna lui souria. Elle même ne savait pas vraiment. Enfin si, elle savait comment elle l'avait conçu et avec qui, mais pour le reste, elle avait laissé une grande part au hasard. Elle ne s'était pas obligé à faire quoi que ce soit, avait simplement laissé le temps faire son travail. Elle n'était pas vraiment un modèle du genre, pas de celles qu'on aimaient à qui ressembler. Elle côtoyait chaque jour des mères modèles, de celles qui confectionnent des petits gâteaux maison pour le goûter, qui ne manquent jamais de surveillance face à leurs petits. Debra, sa propre mère, était-elle ainsi ? Au début sûrement, avant que les drames ne pleuvent sur sa famille, avant qu'elle ne s’effondre. En tout cas, Indianna n'avait pas de petit manuel de la bonne mère, elle se contentait d'élever son fils comme elle le ressentait. « Je suis parfois déjà totalement dépassée. » Nouveau sourire de la part de l'irlandaise. Elle aimerait la rassurer, mais elle savait que cela serait toujours un peu le cas. « Il est encore petit mais ça ira mieux quand il sera plus autonome, tu verras. Et puis je pourrais toujours te donner quelques idées pour ne pas craquer sous la pression », plaisanta-t-elle. L'adage d'Indianna : ne pas oublier que derrière chaque mère se cache une femme avant tout.

Et en parlant d'enfant, Nolan fait son retour. Elle sait qu'il n'aime pas trop se plaindre, qu'il n'a pas un tempérament de boudeur. Mais là, elle ne peut pas simplement lui demander de patienter. D'ordinaire, elle l'aurait accompagné dans un coin un peu isolé et aurait attendu. Mais si Nolan vient la voir avec cette tête là, c'est que c'est impossible aujourd'hui. Indianna ne cherche pas à insister, elle connaît son fils. Tandis qu'elle cherche rapidement une solution, Rachel intervient : « Je n’habite pas très loin. Il y en a pour cinq minutes environ. » Indianna soupire de soulagement. Elle sait qu'elle aurait trouvé une solution, comme l'emmener dans un bar pas loin, mais la proposition de Rachel est plus avenante. « Tu es sur que cela ne te dérange pas ? ». Elle ne voudrait pas s'imposer. Peut être que Rachel ne dit ça que par politesse après tout. Nolan, quant à lui, fait une grimace suppliante à sa mère, comme s'il avait peur qu'elle change d'avis. Indie n'est pas du genre à s'imposer, ni à être envahissante. Elle s'est toujours débrouillé jusque là. Mais d'un autre côté, elle est heureuse d'avoir retrouvé Rachel et d'avoir fait la connaissance du petit. Et puis elle prenait toujours plaisir à discuter avec une vieille amie. Rachel lui confirme que cela n'est pas un problème. Indianna récupère son sac à dos et tend la main à son fils, qui, soulagé, se détend légèrement. Le petit groupe quitte alors le parc, Wyatt de nouveau installé dans sa poussette. Finalement, Rachel indique son logement et Indianna constate qu'elle n'habitait vraiment pas loin, elle culpabilise déjà beaucoup moins d'user de son hospitalité. « C'est vraiment gentil, merci », dit-elle alors que Rachel ouvre la porte. Nolan, polit, attend que sa mère lui montre où se trouve les toilettes. Il ne veut pas se montrer trop impatient, ce qui est plutôt étonnant venant d'un si jeune garçon. En bonne mère, Rachel saisit le message et lui montre la porte. Nolan lâche alors la main de sa mère et disparaît dans la petite pièce. Indianna laisse alors Rachel s'installer, constatant à nouveau comme elle heureuse d'être débarrassé de la poussette et de tout ce qui va avec. Elle se souvient alors de l'organisation que cela demandait. « C'est sympa chez toi », finit-elle par dire en jetant un regard discret à l'intérieur.
 
(c) black pumpkin

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Mer 15 Nov - 17:59 par Rachel Montgomery
Sometimes we need to stop analyzing the past, stop planning the future, stop figuring out precisely how we feel, stop deciding exactly what we want, and just see what happens. ✻✻✻ « Il est encore petit mais ça ira mieux quand il sera plus autonome, tu verras. Et puis je pourrais toujours te donner quelques idées pour ne pas craquer sous la pression. » Ce n’est pas une mauvaise idée, du tout. Après tout il n’y a aucune honte à avoir besoin de conseils ou d’aide. Je suis encore au stade où je dois apprendre les choses, et surtout comment me débrouiller seule. J’ai beau avoir eu le temps de m’y préparer, de penser à la situation, cela n’a rien à voir avec la vivre. Les choses sont beaucoup plus difficiles, parce qu’elles sont réelles. Et parfois je ne sais toujours pas si je fais les choses comme il se doit. Mais je pense que je ne me débrouille pas trop mal. De toute façon, le plus important est que Wyatt aille bien, ce qui est le cas. Il est évident que toute la situation demande un temps d’adaptation, et que je ne peux pas être au point dès le début. « Je m’en souviendrais. » Je lui adresse un sourire. Je ne sais pas si elle pense réellement, ou si c’est simplement par politesse, mais il est toujours bon de me dire que si j’ai besoin je pourrais lui demander. Pour le moment, j’embête plus souvent mon frère, mais ce n’est pas pareil. Les circonstances ne sont absolument pas les mêmes, et il y a certaines choses que je ne me verrais pas aborder avec lui. Alors oui, peut-être que j’aurais besoin des conseils d’Indianna un jour. Cela nous permettra peut-être de ne pas attendre si longtemps pour nous revoir. Son fils revient à ce moment-là, visiblement un peu mal à l’aise. Et à juste titre. Sans réellement réfléchir je propose mon appartement, qui n’est vraiment pas loin. C’est sans aucun doute le plus pratique, et tant pis si je n’ai pas mis le nez dehors très longtemps. « Tu es sur que cela ne te dérange pas ? » Ce n’est pas grand-chose, et vraiment ça me semble tellement naturel. « Absolument pas. » De toute façon, Wyatt est déjà de retour dans sa poussette, ce qui ne leur laissé pas vraiment le choix. C’est un peu étrange de repartir tous les quatre ainsi, mais en quelques minutes nous sommes en bas de mon immeuble. Rentrer avec la poussette me demande encore quelques efforts, ce qui ralentit légèrement tout le monde. « C'est vraiment gentil, merci. » Ce n’est vraiment pas grand-chose, et je me contente de lui répondre avec un sourire, avant de les laisser entrer. Une fois la porte refermée, j’indique les toilettes au petit garçon avant de le voir se précipiter pour y aller. Je pose le sac rempli d’affaires, avant d’avancer la poussette jusqu’au salon, faisant signe à mon amie de me suivre. Arrive maintenant le moment de changer Wyatt d’endroit, et de ranger tout le reste. Pour sortir si peu de temps, c’est vraiment pénible de devoir encore une fois tout défaire. « C'est sympa chez toi. » Un peu trop encombré d’affaires de bébé à mon goût, mais je n’ai pas encore eu le courage de tout organiser correctement. Il y a encore pas mal de choses pour lesquelles je ne suis pas totalement au point. « Merci. » Je prends Wyatt dans mes bras, ne pouvant m’empêcher de sourire en le regardant. « N’hésite pas à t’asseoir si tu veux. » Maintenant qu’elle est ici, il serait dommage de ne pas en profiter pour continuer de rattraper un peu le temps perdu. Je pousse du pied la poussette, avant de poser mon fils dans son couffin. Il sera bientôt l’heure de le nourrir, mais pour le moment il semble plus d’humeur à dormir, ce qui m’arrange. Je ne peux m’empêcher de me sentir légèrement horrible de préférer qu’il dorme, mais il faut bien reconnaître que c’est quand même plus pratique. Au moins je peux ranger un peu les quelques affaires qui traîne, et surtout replier cette poussette. N’ayant pas le courage d’aller la ranger, je la laisse dans un coin pour le moment. À ce moment-là, Nolan nous rejoint visiblement soulagé, et je me dis que j’ai bien fait de leur proposer de venir. « Vous-voulez boire quelque-chose ? » Je n’en oublie pas moins mes bonnes manières.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
And if it ends, can we be friends ? + Rachel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
Page 1 sur 1
» After the show between friends [Rachel]
» Friends, we need your feedback
» 08. That's what friends are for
» [THEME] Just friends ? [TERMINE]
» Résumé partie 172 : Happy Tree Friends

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-