Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

you will tear each other apart and pretend that it is beautiful (rania)

avatar
Some women are lost in the fire.Some women are built from it.
Some women are lost in the fire.
Some women are built from it.

» Date d'inscription : 18/10/2015
» Messages : 4428
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Jamie Chung
» Âge : trente-deux ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Alexander
() message posté Dim 27 Aoû - 12:55 par Diana S. Arnaldi-Collins
Tell me again how Rome burned, how our bodies became the sun - in those moments, with our legs tangled in bedsheets, my fingertips catching rays of light from your skin - Tell me again how our ashes were too holy for this universe to taste. ✻✻✻ Ses mains glissent sur le parquet devant elle, s’éloignant de plus en plus, alors qu’elle peut sentir chaque muscle de son dos et de ses épaules s’étirer. Une musique douce joue en fond sonore, et le soleil s’invite dans l’appartement, venant réchauffer sa jambe droite. Une sonnerie puis plus rien. Diana reste dans sa bulle, continuant sa série d’exercices, à même le sol, alors que le soleil monte doucement dans le ciel. Journée de congé ou non, c’est un rituel qu’elle n’oublie jamais, dès le réveil, avant un petit déjeuner équilibré. Elle étire une jambe en hauteur, puis l’autre. Et enchaîne les exercices, toujours dans le même ordre. Jusqu’à l’arrêt de la musique, toujours en synchronisation avec la fin de son dernier étirement.
Diana se relève, enroule son tapis et le range dans son placard, toujours à la même place. En chemin vers la cuisine, elle prend son téléphone qu’elle a entendu sonner tout à l’heure, et consulte le message reçu. Elle s’arrête net en lisant le nom du contact. Rachel. Rapidement, elle lit le contenu du message, alors qu’elle sent son cœur s’accélérer dans sa poitrine. Rachel la remercie du cadeau qu’elle a envoyé – un set de jeux pour bébé en bois véritable et venant d’une boutique devant laquelle elle salive toujours – et l’invite à venir rencontrer Wyatt cet après-midi. Pas vraiment préparée à une telle invitation, Diana ne sait pas si elle doit accepter ou non. Elle ne pensait pas que son cadeau entraînerait cela. Elle voulait simplement faire plaisir à Rachel, et tant pis si le coût était un peu trop élevé pour un cadeau fait à une ex pour la naissance de son premier enfant. Il n’y a aucune raison qu’elle apprenne le prix après tout. Toujours dans le couloir, Diana finit par taper une réponse rapide, proposant une heure plus précise et demandant où elle souhaitait qu’elles se voient. Rangeant son téléphone dans sa poche, elle continue son chemin vers la cuisine. Alors qu’elle se verse des céréales issues du commerce équitable dans un bol, elle reçoit la réponse. Chez Rachel. Elle n’a pas besoin de demander l’adresse, car elle sait par leurs amies communes que Rachel n’a pas déménagé depuis leur rupture.
Le reste de la matinée, Diana le passe à faire le ménage dans son appartement, y compris les carreaux, particulièrement touchés par la pollution l’été. Parfois, elle voudrait vivre plus loin de la ville, sans doute plus près de la mer mais pas non plus dans une station balnéaire, mais il faudrait aussi qu’elle change de cabinet pour ça. Pouvoir se rendre à son travail sans utiliser aucun transport en commun lui convient parfaitement. Alors pour l’instant, la question ne se pose pas. Même si, pendant l’été, elle se prend à détester cette ville dans laquelle elle est pourtant installée depuis plusieurs années. Lorsque vient l’heure de se préparer, elle hésite longuement devant son placard, pour savoir comment s’habiller. Au moins, quand elle tombe sur Rachel par hasard, elle n’a pas à se poser cette question. Finalement, elle opte pour une jupe fleurie et un top uni, accompagné de ballerines, féminines et plus pratiques sur un vélo. En passant devant un fleuriste, elle hésite à amener quelque chose, mais se dit que ça serait sans doute trop. Elle se rend déjà chez Rachel grâce à – ou à cause de – un cadeau.
Alors qu’elle attache son vélo, elle a une sensation de déjà vu bien trop familière. Et alors qu’elle monte les marches qui la séparent de la porte d’entrée, ça ne s’arrange pas. Elle n’est pas revenue ici depuis bientôt deux ans, depuis qu’elle était venue récupérer ses affaires. Sur la commande de Rachel, la porte s’ouvre, et Diana avance, remplie d’une certaine appréhension. A-t-elle bien fait d’accepter de venir ? Est-ce le lieu qui la dérange ou le fait de découvrir cette famille qu’a formé Rachel. Sans elle. Trop tard pour reculer de toute façon. Arrivée au bout du couloir, elle sonne à la porte de cet appartement qui fut le sien, il y a bien longtemps. Elle attend patiemment, essayant de se ressaisir. Essayant de calmer les battements de son cœur. Et quand la porte s’ouvre, elle présente un sourire à Rachel. « Je suis un peu en avance, désolée. » Dit-elle, à un rythme sans doute trop rapide. En fait, elle n’en sait rien, elle n’a pas regardé l’heure en arrivant.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Dim 3 Sep - 22:33 par Rachel Montgomery
What about us ? What about all the times you said you had the answers ? What about us ? What about all the broken happy ever afters ? What about us ? What about all the plans that ended in disasters ? What about love ? ✻✻✻ Depuis plusieurs jours maintenant j’hésite à envoyer ce message. Je n’ai eu aucun problème à proposer aux gens de venir nous voir, excepté Diana. Je ne sais pas si c’est une bonne idée, est-ce qu’il n’est pas trop tôt pour lui proposer de venir voir Wyatt. Mais ne pas le faire ne ferait que rendre les choses encore plus étranges, sachant qu’elle a en plus envoyé un cadeau. Finalement, en ayant marre d’avoir ce message écrit, mais non envoyé je finis par appuyer sur le bouton avant de poser mon téléphone et de quitter la pièce, comme si cela allait changer quelque-chose. Au moins j’ai une bonne raison de ne pas m’occuper de savoir si elle va répondre ou non, puisqu’il est temps de nourrir Wyatt, encore une fois. Je pensais vraiment être prête, ayant lu une tonne de livres, en plus de toutes les questions que j’ai pu poser à mon entourage, mais au final j’étais vraiment loin, très loin de savoir ce qui m’attendait. Pour autant, je me trouve chanceuse, jusque-là il ne pleure pas énormément, même s’il m’arrive d’avoir du mal à le nourrir. Aujourd’hui je suis toute seule, et je sais que cela ne risque pas de changer avant ce soir, ce qui est aussi la parfaite occasion d’inviter Diana. Je ne voudrais pas en plus l’obliger à tomber sur Walt étant donné qu’ils ne s’aiment pas vraiment. Je dois aussi reconnaître, qu’à force de ne pas beaucoup sortir, je commence légèrement à tourner en rond. Je bien essayé de reprendre un peu la poterie, mais je n’ai jamais eu le temps nécessaire pour cela. Et les moments où Walt prend le bébé, j’en profite pour dormir ou bien sortir un peu. Je n’ose même pas penser à la reprise du travail. Jusqu’ici je peine déjà à prévoir ma semaine, alors difficile de voir plus loin. Je sors Wyatt de son berceau, tout en ne pouvant m’empêcher de sourire comme une idiote. Je ne peux m’empêcher de l’embrasser, avant d’installer dans le fauteuil pour lui donner le sein. Comme toujours la sensation est étrange, mais je m’en sors beaucoup mieux. Après quoi, j’attends qu’il ait fait son rot, avant d’aller regarder mon téléphone, toujours le bébé dans mes bras. Elle accepte de venir et je sens mon que mon cœur s’accélère légèrement, ce n’est pas vraiment la réaction que doit provoquer une amie. Je ne peux pas répondre tout de suite, et dois de nouveau m’installer dans le fauteuil pour réussir à envoyer ma réponse. L’inviter ici n’est peut-être pas le meilleur endroit, mais c’est sans aucun doute le plus pratique pour moi. Tant pis, si cela est l’appartement que nous avions choisi ensemble, hormis une photo il n’y a plus vraiment de trace de Diana. Notre séparation a été déjà été difficile, inutile de garder en plus ce que nous avions choisi ensemble. Une fois Wyatt endormit, je le repose délicatement dans son berceau, avant de prendre le baby phone pour quitter la pièce. Il faut que j’enlève cette photo qui ne devrait plus être ici. Notre première photo dans notre appartement, je n’ai jamais eu le courage de l’enlever même si elle se trouve derrière d’autres photos. Inutile qu’elle puisse voir ça. Après quoi, je range deux, trois affaires qui traînent dans le salon, avant d’ouvrir la fenêtre pour profiter des derniers jours d’été. Il faut aussi que je me change, mon tee-shirt est tâché et ce n’est pas vraiment une tenue pour recevoir quelqu’un. J’enfile une robe, qui a tendance à faire ressortir ma peau un peu trop pâle à mon goût. Il faut dire que je ne suis pas partie en vacances, et qu’hormis les murs de mon appartement, je n’ai pas vu grand-chose. Pour le reste une paire de ballerine, pour ne pas rester en chaussons, avant d’attacher mes cheveux ce qui est assez rare. Je n’ai pas le courage de les laver, ni même de me maquiller. De toute façon le but n’est pas de séduire Diana, et il n’y a rien qu’elle n’a pas déjà vu par le passé. Je finis par m’assoupir, avant d’être réveillée par mon fils qui pleure. Encore légèrement endormie je le sors pour essayer de le calmer. Il faut changer sa couche, ce qui est sans aucun doute ce que j’aime le moins faire. Une fois tout beau, tout propre je le dévore de bisous, avant d’entendre l’interphone sonner. J’appuie sur le bouton, tout en essayant de ne pas être trop nerveuse. Au moins maintenant je ne suis plus seule. J’ouvre la porte près de temps après que la sonnette est retentie, le bébé toujours dans les bras, heureuse d’y trouver Diana. « Je suis un peu en avance, désolée. » Je n’ai sincèrement aucune idée de l’heure qu’il est, n’ayant plus le même rythme de vie. « Ne t’en fais pas, entre. » Je me pousse légèrement pour l’inviter à entrer. Inutile de lui présenter l’appartement, elle le connaît très bien. Une fois la porte fermée, nous allons dans le salon. « Et voici donc Wyatt. » Elle n’a pas pu manquer le bébé, mais je ne sais pas vraiment comment procéder. C’est étrange d‘être ici avec elle, et de lui présenter mon bébé.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Some women are lost in the fire.Some women are built from it.
Some women are lost in the fire.
Some women are built from it.

» Date d'inscription : 18/10/2015
» Messages : 4428
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Jamie Chung
» Âge : trente-deux ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Alexander
() message posté Sam 9 Sep - 19:17 par Diana S. Arnaldi-Collins
Tell me again how Rome burned, how our bodies became the sun - in those moments, with our legs tangled in bedsheets, my fingertips catching rays of light from your skin - Tell me again how our ashes were too holy for this universe to taste. ✻✻✻ Traverser ce couloir à nouveau lui paraît aussi familier qu’étrange. Le sol a été refait, mais c’est le seul changement notable qu’elle remarque depuis la dernière fois qu’elle est passée ici. En dehors de ça, tout semble inchangé. Comme si le temps s’était arrêté. Et pourtant, la vie avait continué et  tout avait changé. Diana était partie vivre ailleurs, d’abord chez de la famille le temps de trouver un appartement à elle, et le temps avait passé. La dernière fois qu’elle était passée dans ce couloir, elle portait différents cartons, et cachait des larmes qu’elle voulait que personne ne voie. Aujourd’hui, c’est dans l’autre sens qu’elle fait le trajet, pour voir comment son ex a su tourner la page, peut-être mieux qu’elle finalement. Diana n’a pas eu de relation sérieuse depuis leur rupture, alors que Rachel vient de commencer la plus sérieuse qu’elle aura jamais ; celle de mère.
Diana a toujours du mal à se dire que c’est réel. Que Rachel a réellement eu un bébé. Pourtant, elle a vu son ventre grossir, elle l’a félicité quand elle lui a appris la naissance, elle lui a envoyé un cadeau qui lui vaut d’ailleurs sa présence ici cet après-midi. Peut-être que ce n’est qu’en rencontrant enfin ce petit bonhomme qu’elle réalisera. Il n’empêche qu’elle angoisse un peu, en attendant que la porte s’ouvre. « Ne t’en fais pas, entre. » Son regard se pose sur le bébé posé dans les bras de Rachel, contre sa poitrine. Elle avance tout de même, un sourire aux lèvres, quand Rachel la laisse passer, puis referme la porte derrière elle. « Et voici donc Wyatt. »  Le petit garçon la regarde aussi, sans doute un peu curieux. Loin de se douter du passé commun des deux femmes. Loin de voir que Diana n’est pas vraiment à l’aise. Elle n’aurait peut-être pas dû accepter de venir. Encore moins ici. C’est étrange d’être ici à nouveau. Elle reconnaît l’agencement des pièces, la couleur de certains murs mais en dehors de ça, il n’y a plus rien. Elles avaient partagé de longs mois dans cet appartement, des moments de tendresse mais aussi des disputes et aujourd’hui, il n’en reste plus rien. Rien d’autre que ce silence un peu gênant, que Diana décide de rapidement briser. « Bonjour petit Montgomery ! » Dit-elle en glissant son index dans le poing du bébé, un grand sourire aux lèvres. Elle adore les enfants, elle doit bien être capable de se concentrer sur celui-ci pour que la situation ne soit pas trop gênante entre elles. « Il a déjà tes yeux, c’est fou. » Et un peu perturbant, il faut l’admettre. Le même regard bleu perçant, si profond qu’on pourrait s’y noyer. Il est là, bien réel. Le fils de Rachel. Et ça ne paraît pas si bizarre finalement. Rachel a toujours été faite pour être mère, il était simplement temps que ça se concrétise. « Comment est-ce que vous allez alors ? » Question simple mais qui paraît logique. Diana n’a pas eu de nouvelles depuis l’accouchement, il est normal de s’intéresser à la nouvelle vie que commence Rachel. Même si ça lui fait toujours un petit pincement au cœur.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Ven 22 Sep - 15:56 par Rachel Montgomery
What about us ? What about all the times you said you had the answers ? What about us ? What about all the broken happy ever afters ? What about us ? What about all the plans that ended in disasters ? What about love ? ✻✻✻ Peut-être que ce n’était pas une bonne idée de l’inviter à venir ici. J’aurais peut-être dû proposer un autre endroit, un endroit plus neutre, ou bien de passer chez elle. L’inviter dans l’appartement que nous avons partagé ensemble fut une époque n’était peut-être pas ma meilleure idée. Je ne voudrais pas qu’elle soit mal à l’aise, et j’ai peur que sa présence fasse ressurgir de vieux souvenirs auxquels il vaudrait mieux ne pas penser. Mais c’était le plus simple pour moi, le plus pratique, et je n’ai pas vraiment réfléchi sur le coup. Lui proposer un autre endroit après, n’aurait fait que rendre les choses encore plus étranges. De toute façon avec Diana, tout est toujours étranges. Et même si cela fait maintenant plusieurs mois que nous essayons d’êtres amies, je ne vois aucune différence. Les battements de mon cœur sont toujours plus irréguliers quand elle est là, et je dois sans cesse faire attention à ce que je dis pour ne pas briser la fragilité de notre relation. Je ne pense pas parvenir un jour à être totalement moi, et à cent pour cent à l’aise avec elle. Nous ne sommes pas faites pour être amies, mais c’est la seule solution pour ne pas la perdre de nouveau, alors j’essaie de faire avec, de m’adapter. Je me dis que cela sera peut-être plus facile aujourd’hui, parce que je ne suis pas seule, parce qu’il y a Wyatt et que je ne peux pas me permettre de faire n’importe quoi. Je ne suis plus seule dans ma vie, et il serait ridicule de prendre des risques pour rien. Il n’empêche que je suis un peu nerveuse quand j’ouvre la porte pour la laisser entrer. C’est étrange de la retrouver ici, et je ne peux m’empêcher de penser un bref instant à la première fois que nous avons visité l’appartement ensemble. À l’époque où nous étions ensemble, et heureuses. Une époque qui me paraît désormais vraiment très loin. Wyatt dans mes bras, semble ne pas être impressionné de rencontrer encore quelqu’un. Entre la famille, et les amis il a déjà rencontré plein de monde, et était dans plus d’une vingtaine de bras différents. « Bonjour petit Montgomery ! » Techniquement il porte aussi le nom de Walt, mais ce n’est pas nécessaire d’en faire la remarque. De toute façon, il ne sert à rien de lui rappeler que Walt est aussi impliqué dans cette histoire. « Il a déjà tes yeux, c’est fou. » Je me mets à sourire. C’est vrai qu’il a les yeux bleus comme les miens, et quelques cheveux roux, ce qui n’est pas une surprise. « Il n’a que les bons côtés de sa maman. » Je ne peux m’arrêter de sourire en le regardant, et j’essaie d’arrêter avant de finir complètement gaga. Parfois il m’arrive de le regarder dormir, juste pour le plaisir de le voir. Il faut dire que je l’ai suffisamment attendu pour en profiter pleinement désormais. Je m’installe le canapé, tout en faisant signe à Diana d’en faire de même. C’est vraiment bizarre de la revoir ici, même si la décoration a complètement changé, et que j’ai changé la disposition du salon. « Comment est-ce que vous allez alors ? » Je ne compte plus le nombre de fois que l’on me poser la question. Mais c’est une question légitime étant donné les circonstances. « Lui ça va très bien. » Moi en revanche, je suis fatiguée, et nerveuse mais simplement parce qu’elle est là, ce que je ne peux pas lui avouer. « Moi, je suis un peu fatiguée. Mais il nous faut le temps de trouver notre rythme. » Ce n’est pas encore facile tous les jours, mais on s’améliore. Je ne peux m’empêcher de poser un bisou sur son front, avant de me concentrer sur Diana. « Et toi, comment tu vas ? » Certes, elle est ici pour le rencontrer, mais il n’y a pas que nous. Je suis toujours aussi curieuse de savoir ce qu’elle peut avoir à raconter, tant que cela ne rentre pas trop dans les détails. Je pourrais supporter beaucoup de choses, mais quand il s‘agit de Diana, cela rend tout de suite les choses plus compliquées. « Est-ce que tu veux boire quelque-chose ? » Même s’il est très étrange d’être ici avec elle, je peux quand même essayer d’être une bonne hôte.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Some women are lost in the fire.Some women are built from it.
Some women are lost in the fire.
Some women are built from it.

» Date d'inscription : 18/10/2015
» Messages : 4428
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Jamie Chung
» Âge : trente-deux ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Alexander
() message posté Sam 23 Sep - 15:24 par Diana S. Arnaldi-Collins
Tell me again how Rome burned, how our bodies became the sun - in those moments, with our legs tangled in bedsheets, my fingertips catching rays of light from your skin - Tell me again how our ashes were too holy for this universe to taste. ✻✻✻ Pour éviter de voir tout un tas de souvenirs liés à cet appartement, Diana fait de son mieux pour se concentrer sur le petit bonhomme dans les bras de Rachel. Il est véritablement adorable et, si elle oublie la sensation étrange à l’idée de se dire que Rachel est désormais maman et a continué sa vie sans elle, elle peut se concentrer sur les beaux yeux du bébé. Après tout, elles se disent amies, donc elle se doit de se réjouir pour Rachel. Elle la connait assez bien pour savoir que c’est quelque chose qu’elle voulait depuis longtemps, et qu’elle doit être ravie de l’arrivée de Wyatt. Et au moins, elle ne fait ça seule, même si l’idée que ça soit avec Walt parait toujours étrange à Diana. Mais ce ne sont pas ses affaires, elle n’a nullement son mot à dire dans tout ça, et doit se contenter de la supporter et de la féliciter. C’est le seul rôle qu’elle peut avoir là-dedans, ce qui n’est pas si mal si on considère qu’il y a un an seulement, elles n’étaient plus du tout en contact. Cette période était sans doute plus simple, mais la vérité, c’est que Diana apprécie la présence, même peu fréquente, de Rachel dans sa vie.
« Il n’a que les bons côtés de sa maman. » Parce que la maman a des mauvais côtés ? De justesse, Diana se retient de prononcer ces mots à voix haute. Faire des compliments au bébé est normal, en faire à Rachel pourrait tout de suite devenir plus gênant. Mieux vaut éviter. « Tant qu’il n’a pas trop pris du côté du papa. » Diana se mord la lèvre, n’ayant pas pu résister. Elle a déjà du mal à voir cet enfant comme étant celui de Rachel, alors penser qu’il partage aussi l’ADN de Walt, c’est assez… perturbant. Mais bon, il faut qu’elle évite d’en parler, elle n’a pas envie d’engager le débat avec Rachel. Elle la suit d’ailleurs, jusqu’au canapé, quand celle-ci l’y invite. Les lieux paraissent complètement étrangers, et pourtant un peu familiers. Une sensation étrange qu’elle ne s’explique pas vraiment. « Lui ça va très bien. » Réponse qui implique qu’elle, ce n’est pas la même chose. En soi, c’est déjà bien. Avoir un enfant en bonne santé, c’est le principal. En pensant à cela, Diana ne peut s’empêcher d’avoir une pique au cœur, en pensant à son bébé qui n’avait pas atteint le terme. « Moi, je suis un peu fatiguée. Mais il nous faut le temps de trouver notre rythme. » Diana hoche la tête, alors que Wyatt tend sa main vers elle. Elle sourit, en glissant son index dans son petit poing. Il est vraiment adorable. Et avec ça, elle pourrait presque oublier la proximité avec Rachel. Se concentrer sur autre chose que son cœur qui s’agite est plus facile quand on regarde un bébé. « Oui, les premières semaines doivent être très fatigantes. Mais tant que vous allez bien tous les deux, c’est le principal. » Dit-elle en relevant trois petites secondes la tête vers Rachel. A travers les nuits agitées et les moments de panique, elle doit adorer être maman. « Et toi, comment tu vas ? » La question l’étonne un peu, parce que ça n’est pas ce qui compte aujourd’hui. Surtout que elle, c’est un peu toujours la même chose. Avant, elle aurait eu certaines anecdotes à raconter à Rachel mais elles n’en sont plus là. « Bien. Tout va bien au travail, même si l’été a été un peu long parfois, surtout quand j’étais presque seule au cabinet. » Contrairement à tout le monde, Diana prend rarement ses vacances en été, en pleine saison touristique. Elle partira sûrement cet automne, mais pas pour profiter de la plage. Elle doit encore s’occuper de choisir quel voyage humanitaire elle fera cette fois, mais le choix est toujours difficile. « Est-ce que tu veux boire quelque-chose ? » A nouveau, elle regarde Rachel, et elle a cette impression étrange d’être entrée dans une petite bulle. Une bulle fragile mais agréable. Où elle pourrait presque penser que rien n’a changé. Et puis Wyatt tire un peu sur son doigt, et la bulle explose et disparaît. « Non merci, ne t’embête pas. » Elle a peut-être un tout petit peu soif, mais rien qui ne puisse attendre. Elles viennent seulement de s’assoir et Rachel doit avoir besoin de se reposer. « Tu sais que tu es trop mignon toi ? » Elle rit, venant chatouiller la joue potelée du bébé. A croire que c’est plus facile de faire la conversation avec un nouveau-né qu’avec son ex. Ou peut-être que Diana en fait exprès pour éviter que toute cette situation la gêne. Le fait que Rachel soit maman. Le fait d’être ici, dans cet appartement désormais étranger. Leur amitié toujours un peu fragile. Tout ça, ça fait beaucoup à gérer.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Dim 24 Sep - 14:58 par Rachel Montgomery
What about us ? What about all the times you said you had the answers ? What about us ? What about all the broken happy ever afters ? What about us ? What about all the plans that ended in disasters ? What about love ? ✻✻✻ Nous nous sommes déjà retrouvées seules plusieurs fois ces derniers mois, mais aujourd’hui j’ai l’impression de ne pas savoir comment réagir. Ni presque quoi dire, ou faire pour ne pas rendre les choses encore plus étranges qu’elles ne le sont déjà. Il est forcément plus difficile d’être ici toutes les deux, que dehors dans un lieu neutre. Avant d’être chez moi, c’était chez nous, ce qui rend complique encore un peu plus la situation. J’aimerais réellement que Diana ne soit pas mal à l’aise à cause de cela, même si je le suis moi-même un peu. Heureusement, il y a Wyatt. Il ne comprend encore pas, il ne sait pas qui est Diana, et ce qu’elle représente, mais je me sens un peu moins seule. J’ai quelqu’un d’autre sur qui me concentrer au lieu de penser à elle, et à nous. Cela reste quand même difficile de ne pas le faire, puisque nous sommes ici, et que je pense que ce n’était définitivement pas une bonne idée. Trop tard désormais pour changer les choses. C’est un peu tout le problème de notre relation, il e t trop pour faire les choses différemment. « Tant qu’il n’a pas trop pris du côté du papa. » Je fronce légèrement les sourcils, peu surprise par sa remarque cependant. Elle n’a jamais vraiment aimé Walt, qui c’est toujours fait un plaisir de le lui rendre. Cela a toujours été un peu tendus entre eux, et bien évidemment cela ne doit pas aider qu’il soit le père du bébé. Pour autant je préfère ne pas relever, ce n’est pas le moment de se disputer pour rien. De toute façon, les choses sont ce qu’elles sont, et elle peut ne comprendre, ou ne pas apprécier, cela ne la concerne pas. Cela ne la concerne plus. J’ai un sentiment de nostalgie de la revoir ici, ce qui me fait mal au cœur. Ce n’est sans aucun doute pas comme cela qu’une amie devrait se comporter, mais il ne s’agit pas de n’importe qui. Il s’agit de Diana. J’essaie réellement de mettre cela de côté, de me concentrer sur Wyatt, et sur notre nouvelle vie, mais c’est assez difficile. Malgré tout elle reste quand même beaucoup trop présente dans mes pensées. « Oui, les premières semaines doivent être très fatigantes. Mais tant que vous allez bien tous les deux, c’est le principal. » C’est vrai, c’est la seule chose qui m’importe réellement, qu’il aille bien. C’était vraiment une de mes angoisses premières, qui ressurgie encore de temps en temps bien évidemment. « C’est exactement ce que je me dis. » Elle me connaît, et sait très bien que je suis du genre à toujours imaginer le pire pour les choses qui sont vraiment importantes. Et celle-ci est sans aucun doute, la chose la plus importante de toute ma vie. Pour changer un peu de sujet, parce que j’aurais l’impression d’être égoïste, et surtout pour ne pas me rappeler combien nos vies sont éloignées désormais je préfère prendre de ses nouvelles. « Bien. Tout va bien au travail, même si l’été a été un peu long parfois, surtout quand j’étais presque seule au cabinet. » J’ai jamais eu ce problème, ne pouvant pas se le permettre, mais je suppose que cela ne doit pas être très pratique. Mais je sais aussi qu’elle adore son métier, ce qui au final a dû l’aider. « Au moins tu n’étais pas embêtés par tes collègues. » Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça, je ne connais absolument pas ses collègues. Je ne sais pas du tout s’ils sont sympathiques ou non. J’ai l’impression d’avoir eu besoin de répondre, pour que le silence ne s’installe pas, parce que je ne sais pas comment le gérer. Pas avec elle. Pas ici. Wyatt semble être le plus détendu de nous deux, et j’aimerais vraiment pour être aussi sereine, seulement ce n’est pas évident quand mon cœur s’emballe à chaque fois un peu plus à cause de la présence de Diana. « Non merci, ne t’embête pas. » Cela ne m’embête pas, ça m’aurait au moins donné une excuse pour quitter un instant la pièce, mais tant pis. J’essaie de m’installer un peu sans trop déranger le bébé ou Diana qui ne peut s’empêcher d’être fixé sur Wyatt. « Tu sais que tu es trop mignon toi ? » Je ne peux qu’approuver, même si je ne suis pas vraiment objective. C’est étrange de voir Diana ici avec lui. Fut une époque où j’aurais pensé que nous aurions des enfants ensemble. À la place de cela, je ne sais pas comment gérer le fait de me retrouver seule avec elle. Parler du bébé semble être la meilleure chose à faire, le plus facile pour éviter que la conversation ne devienne gênante. « Je pourrais passer des heures à le regarder. » Ce que je fais déjà en réalité.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Some women are lost in the fire.Some women are built from it.
Some women are lost in the fire.
Some women are built from it.

» Date d'inscription : 18/10/2015
» Messages : 4428
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Jamie Chung
» Âge : trente-deux ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Alexander
() message posté Dim 1 Oct - 11:02 par Diana S. Arnaldi-Collins
Tell me again how Rome burned, how our bodies became the sun - in those moments, with our legs tangled in bedsheets, my fingertips catching rays of light from your skin - Tell me again how our ashes were too holy for this universe to taste. ✻✻✻ Sans surprise, Wyatt est un bébé adorable. Il a déjà les yeux clairs de sa mère, et quelques cheveux aux teintes rousses sur la tête. Il n’est pas difficile de savoir que Rachel est sa mère. Et, sans cesser de le regarder, Diana essaye d’éviter de penser à ce que son arrivée implique. Rachel a continué sa vie et cet humain miniature qu’elle tient dans ses bras en est la preuve. Dans d’autres circonstances, elles auraient pu former une famille, ensemble. Diana y avait cru, à une époque. Mais les choses avaient fait que ça s’était terminé entre elles avant qu’elles n’en arrivent là. Peut-être était-ce mieux ainsi. Leur séparation avait déjà été assez compliquée, sans devoir rajouter un enfant au milieu de tout ça. Mais, contrairement à d’habitude, Diana se demande ce que ça aurait pu être si leur histoire avait duré. S’il n’y avait jamais eu de rupture. Rapidement, elle chasse cette image de son esprit. Elle n’aime pas s’attarder sur le passé ni sur une existence conditionnelle, qui n’existera jamais dans tous les cas. A de nombreuses reprises, sa vie aurait pu être toute autre si elle avait fait un autre choix. Mais elle avait fait ces choix, et elle en est là aujourd’hui. C’est quelque chose qu’elle ne peut pas changer et y penser ne sert donc à rien.
Les choses sont ce qu’elles sont. Rachel est désormais maman, et c’est avec Walt qu’elle partage ça. Diana se demande à quel point il est impliqué, mais sait qu’elle ne posera pas la question, sous peine de prendre le risque que la réponse ne lui plaise pas. « Au moins tu n’étais pas embêtés par tes collègues. » A la place, mieux vaut aborder les sujets habituels, sans risques. Elles en reviennent toujours aux mêmes choses, mais Diana trouve généralement quelque chose de nouveau à raconter. « C’est vrai. Enfin en général, je m’entends bien avec eux. Enfin pas vraiment avec le nouveau. Il est arrivé début juillet et certaines remarques… j’ai du mal avec lui. » Pour une fois, Diana lui accorde le bénéfice du doute. Peut-être a-t-elle mal interprété ce qu’il a dit. Enfin pour l’instant, elle ne passe pas plus de temps que nécessaire avec lui. Et puis elle n’a pas envie de penser à ça pour l’instant.
Elle préfère observer longuement le bébé dans les bras de Rachel, comme s’il y avait quelque chose de spécial. Comme si elle était hypnotisée. Elle n’a jamais fait ça, rencontrer l’enfant d’un ou d’une ex. Logique puisque d’habitude, elle ne revoit pas ses ex. Tout dans cette situation est inédit, et elle est partagée entre l’impression d’être plongée dans le passé, et celle d’être dans un monde totalement inconnu. « Je pourrais passer des heures à le regarder. » Quand il s’agit de son enfant, ça doit être normal, de vouloir être sans arrêt avec lui, à pouponner et à vouloir le rendre aussi heureux que possible. « Tu dois être tellement heureuse... » Wyatt tient toujours son doigt, et parfois, Diana ose un regard vers Rachel. Elle est radieuse, vraiment. Peu importe les cernes qui entourent ses yeux, Diana ne voit que le bonheur sur son visage. Et ça lui fait plaisir, tout en provoquant une légère nostalgie dans un coin de son cœur. Est-ce parce qu’il s’agit de Rachel ou parce qu’elle porte toujours le deuil de son propre bébé, qui n’a jamais pu arriver à terme ? Sans doute un mélange des deux, qui fait qu’elle est envahie de sentiments contraires. Un bonheur naturel, et une tristesse profonde. Ce n’est qu’une fois qu’elle est sortie de sous sa paupière, qu’elle sent une larme solitaire couler sur sa joue. Rapidement, elle l’essuie, espérant que Rachel ne l’aura pas vue, et se redresse sur le canapé. « Finalement, je veux bien un verre d’eau. » Dit-elle soudainement. Elle n’a pas réellement soif, simplement elle aurait bien besoin d’une courte pause dans toute cette intensité.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Dim 1 Oct - 16:21 par Rachel Montgomery
What about us ? What about all the times you said you had the answers ? What about us ? What about all the broken happy ever afters ? What about us ? What about all the plans that ended in disasters ? What about love ? ✻✻✻ À chaque fois j’ai l’impression de ne pas savoir quoi dire, ni comment agir avec Diana. Je ne voudrais pas dire ou faire quelque-chose qui risquerait de nous mettre mal à l’aise, si bien qu’au final je n’ose pas tellement aborder certains sujets. La météo, et le travail sont les deux sujets qui ne risquent rien. Parler de nos amis communs est aussi un sujet à peu près sûr, il suffit de faire attention. Mais tout le reste devient tout de suite plus compliqué. C’est étrange, parce que nous essayons de devenir amies, mais il nous est impossible d’aborder tout un tas de sujet. Par exemple notre vie privée, qui est un sujet bien trop délicat, d’autant plus que je préfère ne pas savoir. Je peux faire des efforts, mais là ça serait beaucoup trop m’en demander. Heureusement, avec l’arrivé de Wyatt, nous avons de quoi discuter, sans forcément trop entrer dans les détails non plus. Il nous faut faire attention à tout, ce à quoi je ne suis pas habituée. Je n’ai jamais eu besoin de faire autant d’efforts avec personne auparavant. Mais il s’agit de Diana, et c’est cela qui fait toute la différence au final. « C’est vrai. Enfin en général, je m’entends bien avec eux. Enfin pas vraiment avec le nouveau. Il est arrivé début juillet et certaines remarques… j’ai du mal avec lui. » Je me souviens qu’elle avait parlé chercher un remplaçant à un collègue, il semblerait donc que ce soit chose faite. Visiblement ce n’était peut-être pas le bon choix, même s’il y a peut-être de besoin de plus de temps pour qu’ils se connaissent mieux. « Ça peut peut-être s’arranger. » Je ne sais pas quelles sont les remarques qu’il a pu faire cela dit. Peut-être qu’il est tout simplement méchant ou stupide. De toute façon, il y a peu de chance que je le rencontre un jour, ni aucun de ses collègues. J’ignore tellement de chose de sa vie actuelle, que parfois je me dis que nous ne pourrons jamais être vraiment amies. Parfois cela me semble totalement impossible, et puis finalement je me dis que ce que nous avons actuellement et toujours mieux que de ne plus se voir du tout. Je ne pourrais pas de nouveau la perdre, alors si je dois me contenter de moment comme celui-ci, soit, je prendrais sur moi. Je suis cependant vraiment soulagée d’avoir Wyatt avec moi, cela me permet de moins me concentrer sur Diana, chose qui n’est pas facile. « Tu dois être tellement heureuse... » Oui, totalement. Ce n’est un secret pour personne que je voulais un enfant depuis longtemps. Je n’aurais pas pensé que les choses se seraient déroulées de cette façon cependant. Dans l’idéal, j’aurais préféré être un couple, fiancée ou mariée peut-être aussi. Cette image du couple, qui s’apprête à franchir un autre pas en décident d’avoir un enfant ensemble. Cependant les choses ne se sont pas déroulées ainsi, et c’est seule que j’ai décidé de me lancer dans cette aventure. Et si ce n’est pas comme je l’avais pensé à priori, je ne regrette rien. Au final, nous sommes deux à nous occuper du bébé, et si ce n’est pas vraiment conventionnel, tout ce qui compte c’est que cela fonctionne pour nous. C’est encore un peu tôt pour savoir ce que cela va donner avec le temps, mais jusqu’ici nous nous en sortons plutôt pas mal. Je n’ose cependant pas lui répondre, me contentant de sourire. Parce que c’est étrange, parce que c’est Diana, parce que c’est nous. J’ai cru pendant un moment, que ce serait avec elle que j’aurais des enfants, et au final cela ne s’est pas passé comme je l’avais pensé. Et pourtant, je suis heureuse, vraiment. Parce que j’ai Wyatt. Je ne peux m’arrêter de le regarder, ni de sourire. « Finalement, je veux bien un verre d’eau. » J’ai l’impression d’avoir été déconnectée pendant quelques minutes. Cela m’arrive beaucoup en ce moment. Je ne sais pas si c’est la fatigue, les hormones, ou tout simplement parce que quand je le regarde j’ai tendance à oublier le reste. « Est-ce que tu veux le prendre ? » Ça serait plus pratique que de l’emmener avec moi, ou de le poser dans son berceau. Cependant, je me demande si cela n’est pas trop étrange de lui proposer de le prendre, après tout. Tout est souvent bien trop étrange entre nous, et je me demande si un jour cela va finir par passer.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Some women are lost in the fire.Some women are built from it.
Some women are lost in the fire.
Some women are built from it.

» Date d'inscription : 18/10/2015
» Messages : 4428
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Jamie Chung
» Âge : trente-deux ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Alexander
() message posté Ven 27 Oct - 16:01 par Diana S. Arnaldi-Collins
Tell me again how Rome burned, how our bodies became the sun - in those moments, with our legs tangled in bedsheets, my fingertips catching rays of light from your skin - Tell me again how our ashes were too holy for this universe to taste. ✻✻✻ Ce n’est pas le genre de Diana de laisser ses émotions l’envahir ainsi. Diana, elle a l’habitude – non, elle a besoin – de garder le contrôle sur ce qu’elle ressent. Et sur la plupart des choses qui arrivent dans sa vie à vrai dire. Parce qu’avoir le contrôle, ça veut dire qu’on ne souffre pas, ou moins. Avoir le contrôle, ça veut dire qu’on évite les mauvaises surprises, et qu’on refuse de donner trop de pouvoir aux autres. Se montrer vulnérable, elle n’aime pas ça. Même quand elle a mal, Diana ne le dit pas. Depuis qu’elle est gamine, elle est ainsi. Elle préfère s’endurcir, prendre sur elle plutôt qu’accepter qu’on l’aide. C’était ce qu’elle avait fait lors de son divorce. C’était ce qu’elle avait fait lors de chaque rupture qu’elle avait traversée. C’était ce qu’elle avait fait quand elle avait perdu son bébé. Elle fourre toutes ses pensées négatives dans un coin, pour éviter de se montrer vulnérable face aux autres.
Alors pour éviter de montrer son court moment de faiblesse, à Rachel par-dessus tout, elle prétexte avoir envie de quelque chose à boire. Être seule un instant pour se ressaisir lui fera le plus grand bien. Elle doute rester longtemps ici de toute façon. Tout est trop étrange, et elle ne parvient même pas à faire la conversation comme d’habitude. Pourtant, les choses s’étaient améliorées mais, là, c’est trop pour elle. Entre les souvenirs de leur relation qui l’assaillent toujours quand elle est avec Rachel, mais encore plus maintenant qu’elles sont ici, dans cet appartement qui a accueilli leur amour. Les souvenirs de son enfant à elle, qui n’a pas eu le temps de vivre. L’effet étrange que ça lui fait de savoir que Rachel est maman maintenant. Tout ça, c’est un peu trop pour elle. « Est-ce que tu veux le prendre ? » Avant d’avoir le temps d’y réfléchir, elle sent son cou se baisser pour hocher la tête. Ce n’est pas forcément une bonne idée, mais comment pourrait-elle refuser ? D’abord parce que ça ne se fait pas, et surtout parce que Wyatt est vraiment adorable. Diana n’est pourtant pas du genre à être complètement gaga devant un bébé, principalement pour se protéger de cet instinct maternel qui n’a pas lieu d’être, mais dans cette situation, tout est chamboulé. Parce que c’est Rachel et que rien n’est jamais pareil avec elle. Le bébé posé dans le creux de ses bras, elle voit les jambes de Rachel s’éloigner, sans quitter Wyatt des yeux. A nouveau, un paquet d’émotions l’envahit, et elle finit par relever la tête pour pousser un long soupir. Repousser à tout prix les larmes qui menacent d’arriver. Pourtant, ce n’est pas elle qui vient d’avoir un bébé, elle n’a même pas l’excuse des hormones. Elle redresse un peu le bébé dans ses bras, qui baille déjà, et elle lui sourit. « Tu sais que tu as de la chance toi ? Tu as une maman qui t’a donné des supers gènes, et en plus, elle va t’aimer plus que tout au monde ! Tu n’aurais pas pu mieux tomber. » Oui, parler à un bébé qui ne peut pas la comprendre, ça lui fait du bien. Elle n’y a même pas réfléchi, parce que sinon, elle aurait réalisé que Rachel pouvait l’entendre depuis la cuisine.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Watch the Queen conquer.
Watch the Queen conquer.

» Date d'inscription : 26/03/2015
» Messages : 6450
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Deborah Ann Woll.
» Âge : 31yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Jamie.
() message posté Mer 8 Nov - 11:01 par Rachel Montgomery
What about us ? What about all the times you said you had the answers ? What about us ? What about all the broken happy ever afters ? What about us ? What about all the plans that ended in disasters ? What about love ? ✻✻✻ J’ai l’impression que nous n’avons pas grand-chose à nous dire aujourd’hui. D’ordinaire nous arrivons toujours à parler de quelque-chose, même quelque-chose d'insignifiant pour éviter les silences, et pour nous convaincre que nous pouvons être amies. Mais pas aujourd’hui. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais j’ai l’horrible impression que ce n’est pas bon signe. Peut-être que c’est le lieu. Inviter Diana dans notre ancien appartement n’était peut-être pas ma meilleure idée, sachant qu’il y a des souvenirs ici. De nous deux. Notre emménagement, notre premier Noël, des fous-rires, des disputes aussi, surtout vers la fin. Et peut-être qu’elle ne peut pas s’empêcher de penser à tout cela. J’essaie moi-même de ne pas le faire, pour éviter de devenir nostalgique. Ce n’est pas comme ça que je pourrais prétendre être son amie. Ça ne sert à rien de repenser à nous, hormis me faire du mal. Et je ne veux pas. Je ne suis plus seule désormais, il y a Wyatt, et je refuse de recommencer tout cela encore une fois. Pour rien. Cela ne sert à rien, je le sais, mais difficile d’empêcher mon cœur de s’emballer quand Diana se trouve à mes côtés. Heureusement, avec le bébé dans mes bras, il est plus facile de me concentrer sur lui. Essayer de paraître naturelle, détachée, comme si tout était parfaitement normal. Sauf que rien ne l’est. Et rapidement la conversation retombe. Je ne suis pas non plus des plus concentrée, et je me sens légèrement soulagée quand Diana demande un verre d’eau. C’est une bonne occasion de m’éloigner un instant, et d’essayer de ne pas trop penser à tout cela. Quand elle accepte de prendre Wyatt, je lui dépose dans les bras, prenant soin de ne pas la toucher au passage. Inutile d’en rajouter. Je les quitte un instant pour rejoindre la cuisine qui est juste à côté. C’est beaucoup plus difficile que ce que j’aurais pensé. Il serait peut-être préférable d’attendre un peu pour se revoir. Les autres fois nous nous sommes toujours croisées par hasard, peut-être que cela a jouer aussi. Difficile de s’y préparer. Alors qu’aujourd’hui j’ai eu le temps de penser à sa venue, trop de temps. Je prends un verre, le remplit, et attends quelques secondes. C’est beaucoup plus éprouvant que je n’aurais pensé de revoir Diana ici. C’est peut-être le lieu qui fait que tout est plus étrange entre nous. Ou bien parce que je réalise que nos vies sont vraiment séparées désormais. « Tu sais que tu as de la chance toi ? Tu as une maman qui t’a donné des supers gènes, et en plus, elle va t’aimer plus que tout au monde ! Tu n’aurais pas pu mieux tomber. » Je suis tellement surprise que je lâche le verre qui tombe en faisant du bruit. Je n’aurais pas dû entendre cela, mais les gens ont tendance à parler aux bébés sans faire trop attention. Ce n’est pas temps que Diana puisse parler à Wyatt qui m’a surprise, c’est presque naturel, non ce sont ces paroles. J’essaie, sans plus ou moins de succès, de ne pas penser à elle, et à ce qu’elle penser de tout ça. Alors forcément je ne m’attendais pas à l’entendre en parler. Je n’ai pas envie de m’attarder dessus, mais je ne peux pas m’empêcher. Bien sûr quand je lui ai annoncé que j’étais enceinte je savais que cela rendrait les choses plus étranges entre nous, ce qui est le cas. Mais l’entendre parler de moi ainsi, c’est trop. Je sais que ce n’est pas grand-chose, et pourtant cela me rend émotive. Les hormones ne doivent pas aider non plus. « Ce n’est rien. » Bien évidemment, Wyatt se met à pleurer, ce qui ne m’aide pas à me concentrer. Il faut que je ramasse les bouts de verres, ne laissant pas d’autres choix à Diana que de le garder pour le moment. J’aimerais autant qu’elle ne vienne pas par ici, pas pour le moment. Essayant de calmer les battements de mon cœur, je me baisse pour ramasser les plus gros morceaux de verre. Bien évidemment, n’étant pas vraiment à ce que je fais, je finis par me couper. Le bébé qui pleure, Diana à côté, et maintenant ça, c’est trop. « Merde ! » Je m’en veux immédiatement, mais je suis soulagée que Wyatt ne comprenne pas encore ce que je peux dire. Je suis obligée de m’arrêter pour faire couler de l’eau sur mon doigt. Difficile de faire plus catastrophique après tout ça.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
you will tear each other apart and pretend that it is beautiful (rania)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» you will tear each other apart and pretend that it is beautiful (rania)
» Tear [Libre]
» HYE-NA.park _ sometimes i pretend to be normal but it gets boring so i go back to be me
» TO PLAY PRETEND.
» the danger is i'm dangerous and i might just tear you apart ✗ 29/10 - 21h07

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-