Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)

En ligne
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 4158
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (h. newton-haydon) + jin hyun kwon (lee sh)
# Re: take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)
message posté Ven 29 Sep 2017 - 13:10 par Brahms De Bury
On avait déjà parlé de l’avenir, une fois. On s’était pas trop trompé d’ailleurs. T’apprends à devenir un tyran et moi un flan. ✻✻✻ « Arrête. » Pour une fois il ne fuyait pas, il s'était presque mit à nu devant elle en étalant ses sentiments mais il restait là, les pieds bien ancrés sur le sol alors que le théâtre s'étendait près de lui et l'appelait à fuir cette conversation. Ce n'était pas une quelconque forme de courage, peut-être qu'il avait juste besoin de l'avoir enfin cette discussion même si elle était douloureuse et dévastatrice. Pourtant leur relation était belle, elle était douce, elle était le genre de relation à laquelle on tente de s'accrocher, celles qui étaient faites pour durer. Mais le destin en avait décidé autrement, non ? Simplement ça leur était tombé sur le coin du nez, la fausse couche. Ils n'avaient pas prévu d'être confronter à ça, la perte de leur enfant. Comme si le sort s'acharnait sur eux, qu'un nuage gris flottait sans cesser au dessus de leur tête pour les englober dans son orage et détruire leur vie. Mais ce n'était certainement que le fruit du hasard et comme il était défaitiste et avait l'impression que tout lui tombait dessus alors il s'attirait lui-même sa poisse. Il glissa sa main derrière sa nuque et soupira. « Tu dis ça comme si tu étais seul, que j'avais pas été là pour te soutenir ou pour t'encourager. J'étais à ce point inutile ? » ça n'avait rien à voir avec elle, elle avait été là pour le soutenir et même si il ne mettait pas de mots dessus elle devait bien se douter qu'il lui en était reconnaissante mais ce n'était pas elle le problème, c'était lui. Elle ne pouvait pas apporter son aide à une personne qui refusait de la recevoir, tout du moins qui refusait de s'en servir. C'était son combat, qu'il devait mener seul. « Ne te victimise pas, Maura. Je ne suis pas un enfant qui est tombé de vélo et à qui il suffit de faire croire qu'un bisou magique pansera ses plaies. » Peut-être qu'il avait l'impression qu'elle en faisait trop pour lui justement, qu'elle le maternait alors qu'il n'en avait pas besoin. Peut-être qu'au fond il pensait sincèrement qu'elle tentait de l'aider, de le consoler lui, pour cacher sa peine, pour masquer ses sentiments et ses pleurs mais ça ne pouvait pas marcher comme ça. Cette situation était trop dure, trop douloureuse. Au creux de sa poitrine son cœur se serrait. « Mais tu m'aimais pas assez pour rester, dis-le simplement. » il déglutit, elle était piquante Maura. Mais elle avait aussi tord, justement il l'aimait au point de partir alors qu'il avait besoin d'elle. C'était lâche de sa part de partir dans ce moment là, au moment de la mort de leur enfant. Mais à cette époque les choses étaient différentes dans sa tête. « Ce n'est pas ça. Je pensais ... je pensais hé bien que tu méritais mieux que moi, que j'étais la source de tes malheurs. » il fit un pas en avant pour se rapprocher d'elle « mais je t'interdis de douter de mon amour pour toi, parce qu'il est sincère. » que voulait-elle entendre de plus après cela ? Elle pouvait choisir de ne pas le croire et dans ce cas là il leur suffisait de reprendre leur vie chacun de leur côté sans jamais plus se côtoyer. « Je dois rentrer. Cette conversation n'a aucun sens et la soirée m'a fatigué. » il souffla et leva les yeux au ciel  « tu es aussi lâche que moi, tu fuis. »

✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2483
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : danny callaghan.
# Re: take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)
message posté Jeu 5 Oct 2017 - 23:39 par Maura Belshaw
L'air frais chatouilla son visage, ses jambes nues et ses bras découverts. Elle savait parfaitement que retourner à Camden Town était la meilleure solution, rester avec Brahms lui coûtait beaucoup, son cœur devenant plus lourd, plus triste à son contact. Elle ne voulait pas qu'il la voit ainsi, amoureuse et triste, en colère aussi, seule, en manque de lui. Elle ne voulait plus revenir en arrière, leur relation était terminée, ils devaient passer à autre chose. Elle détestait l'idée d'abandonner, de reculer, reprendre quelque chose, après avoir vaincu sa douleur pendant des mois. Elle avait tout fait pour ne pas penser à son chagrin, à Brahms, pour se dire que les choses allaient bien, qu'il n'y avait aucune raison pour elle d'être encore malheureuse. Sauf qu'elle avait le cœur complètement brisé, Maura. Pas seulement parce qu'elle avait perdu un enfant, que la douleur était comparable à celle d'un cœur qu'on lui aurait arraché de sa poitrine à mains nues, mais revoir Brahms lui rappelait tout un tas de souvenirs jusque là bien enfouis. C'était lui qui avait pris la décision de partir et de la quitter et elle avait appris à vivre à nouveau seule pendant les derniers mois, il n'avait aucun droit de revenir lui dire qu'il l'aimait. Il était pourtant toujours dans sa tête, quelque part dans sa poitrine, dans chacune de ses fibres, il était niché là où elle ne pouvait pas le voir mais où elle pouvait le sentir. « Ne te victimise pas, Maura. Je ne suis pas un enfant qui est tombé de vélo et à qui il suffit de faire croire qu'un bisou magique pansera ses plaies. » Les mains posées une seconde sur son visage fatigué, elle laissa ses bras retomber le long de son corps sans prendre la peine de véritablement réfléchir, ses pensées se mêlaient les unes aux autres sans qu'elle n'en distingue une seule. Il refusait qu'elle vienne jusqu'à son appartement lorsqu'elle désirait faire l'amour avec lui, il refusait maintenant son soutien, elle ne le comprenait plus. Elle ne comptait pas se laisser marcher dessus sans rien dire et pourtant, elle avait aussi l'impression que c'était exactement ce qui se passait maintenant. « Ce n'est pas ça. Je pensais ... je pensais hé bien que tu méritais mieux que moi, que j'étais la source de tes malheurs. » Elle soupira lourdement, incapable de contrôler cette colère sourde qui envahissait ses muscles. Il décidait encore, il décidait toujours de tout et elle le voyait réellement que maintenant. « mais je t'interdis de douter de mon amour pour toi, parce qu'il est sincère. » Rapidement elle secoua la tête pour ne pas craquer devant lui. « Ne fais pas ça Brahms.» souffla-t-elle. Elle le détailla complètement avant de plonger de nouveau dans ses yeux, jusqu'à poser son front contre son torse pour ne plus avoir à affronter son regard sombre. Elle comprenait que quelque chose n'avait pas disparu et demeurait présent. Cette attirance qu'il y avait entre eux, cet amour ardent qu'il était presque perceptible à leurs yeux. Il savait parfaitement l'effet qu'il avait encore sur elle, avec son corps ou bien ses mots et cela la rendait folle. D'un pas, elle recula, ses yeux retrouvèrent aussitôt les siens. « tu es aussi lâche que moi, tu fuis. » Elle voulait trouver une échappatoire, un moyen de partir d'ici pour ne pas céder à ce que son cœur désirait réellement. Ce besoin violent de fondre dans ses bras. Son amour lui manquait, mais plus que tout, elle ne pouvait pas l'entendre de sa bouche, qu'elle était lâche. « Évidemment. Tu refuses mes bisous magiques, ça me vexe. » Un sourire se dessina sur ses lèvres roses. Elle recula d'un pas pour mettre volontairement de la distance entre leurs corps. Elle n'avait rien prévu tout ça, cette soirée, les mots de Brahms et elle se sentait ridicule maintenant d'avoir à lutter contre cette pulsion qui voulait qu'elle écrase ses lèvres contre les siennes. Il l'avait humilié l'autre soir, à son appartement et elle n'oubliait pas la sensation qui l'avait envahi une fois qu'il l'avait laissé seule, à moitié nue sur son lit. Leur vie à deux appartenait au passé et cela lui faisait mal de l'entendre parler d'amour sincère alors qu'il était bien le seul responsable de leur séparation. Sa décision, ses mots, ses actes. Elle n'avait pas su le retenir, elle n'avait même pas le souvenir d'avoir essayé parce que la douleur de perdre son enfant avait surpassé celle de perdre Brahms. Elle sentait ce flot d'émotions, un mélange de chagrin, d'attirance et d'amour remonter à la surface, elle sentait presque sa respiration se couper avant de fermer les yeux quelques secondes. « Qu'est-ce que tu veux à la fin ? Je comprends pas. Tu m'as quitté Brahms, tu l'as décidé. T'en as rien à foutre de ce que je ressens. Je suis revenue l'autre soir, pour toi, et tu as encore décidé de me laisser. » soupira-t-elle, marquant une légère pause. « Et maintenant tu dis que tu m'aimes. Qu'est-ce que tu attends de nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 4158
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (h. newton-haydon) + jin hyun kwon (lee sh)
# Re: take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)
message posté Ven 13 Oct 2017 - 13:08 par Brahms De Bury
On avait déjà parlé de l’avenir, une fois. On s’était pas trop trompé d’ailleurs. T’apprends à devenir un tyran et moi un flan. ✻✻✻ Voilà à quoi ils en étaient réduits de sa faute, de la faute de cette lâcheté qui noircissait chaque jour un peu plus son cœur ou du moins les miettes qu'il en restait. Depuis bien longtemps il avait renoncé au bonheur, à sentir la joie guider ses mouvements et ne plus verser de larmes en se faufilant sous la couette, à ne pas attendre la nuit venue pour s'endormir, seul répit dans ses pensées obscures et dévastatrice. Et il était le seul être responsable de cette vie morne et insignifiante qu'il menait, il avait fait sombrer celle qu'il aimait dans sa chute. Il se mordilla la lèvre inférieure, il était idiot de se comporter comme cela, comme un enfant pourri gâté qui baissait les bras à la moindre difficulté mais il ne connaissait pas la difficulté de ce monde, à seulement trente ans il était incapable de se souvenir d'une seule difficulté qu'il avait surmonté par lui-même sans l'aide pécuniaire de ses parents, excepté sa lamentable chute qui le hantait et la perte de leur enfant. Il releva son visage vers la jeune femme, les sentiments à son égard brûlaient à l'intérieur de sa poitrine, lui écrasait le cœur par leur douleur. Il avait foiré leur relation, peut-être qu'ils auraient pu tenter de se remettre ensemble la dernière fois et qu'avait-il fait, ce minable ? Il avait paniqué à l'entente de la sonnerie de sa porte, comme si une pizza ne pouvait pas attendre ou peut-être avait-il cru qu'il s'agissait de quelqu'un d'autre, peut-être n'avait-il pas eu envie de voir une personne débarquer pour le sermonner sur ce qu'il était en train de faire, qu'il ne devrait pas faire. En clair il avait paniqué et comme chaque fois que la panique engourdissait ses membres il avait fui. Il glissa sa main sur sa cravate comme pour l'ajuster, ferma les yeux quelques secondes pour calmer la tension. « Qu'est-ce que tu veux à la fin ? Je comprends pas. Tu m'as quitté Brahms, tu l'as décidé. T'en as rien à foutre de ce que je ressens. Je suis revenue l'autre soir, pour toi, et tu as encore décidé de me laisser. » comme un lâche, elle aurait pu le rajouter elle aurait eu raison. Il glissa sa main derrière sa nuque, visiblement gêné. Il se détestait, il se détestait réellement pour ce qu'il avait fait la dernière fois, même pour ce qu'il avait fait encore quelques mois auparavant quand il l'avait laissée seule alors qu'elle avait besoin de lui. « Je suis désolé, Maura. Vraiment. Je pensais, je croyais réellement, que c'était une bêtise la dernière fois. On peut pas se précipiter comme ça, sur un coup de tête. Et quoi ? Pour avoir des regrets le lendemain ? Tu l'aurais regretté le lendemain, Maura, ne me dis pas le contraire. Tu l'aurais regretté parce que le soir tu serais allée te coucher toute seule, et t'aurais ressassé la veille, et tu te serais dit que c'était une erreur, voilà pourquoi t'aurais regretté. » il déglutit, peut-être que lui aussi aurait regretté, certainement même, parce qu'il ne pouvait se contenter que d'une seule fois, que d'une partie de jambes en l'air et plus rien après, à quoi bon ? Ils auraient tout simplement souffert un peu plus, encore. « Et maintenant tu dis que tu m'aimes. Qu'est-ce que tu attends de nous ? » il glissa ses mains sur le visage de la jeune femme, plongea son regard dans le sien sans trop savoir ce qui lui prenait à l'instant présent. Il en avait marre de lutter contre ses sentiments qui ne faisaient que s'accroitre au fil des jours. « Epouse-moi. Peut-être pas maintenant, peut-être pas demain, mais laisse moi une seconde chance et un jour, épouse-moi. »

✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 08/11/2016
» Messages : 2483
» Pseudo : lindsay.
» Avatar : amber heard.
» Âge : trente ans.
» Schizophrénie : danny callaghan.
# Re: take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)
message posté Ven 13 Oct 2017 - 22:07 par Maura Belshaw
« Peut-être. » Et les regrets l'auraient dévoré, comme du venin, une noirceur qu'elle n'aurait pas su apprivoiser. Elle déglutit, baissa la tête, glissa une main jusqu'à sa nuque lorsque la brise souleva avec légèreté quelques mèches. Que pouvait-elle répondre alors qu'il avait raison. Elle ne voulait pas qu'une nuit avec lui, Maura, mais sur le moment, l'autre soir, elle n'avait tout simplement pas réfléchi. Son désir pour Brahms l'avait emporté sur tout le reste et elle lui en voulait encore de l'avoir laissé frustré, en manque de la pire des manières. « On aurait pu se revoir le lendemain sinon. » dit-elle, dans un souffle à peine audible et elle ferma les yeux quelques secondes comme pour chasser la rancune qui coulait dans ses veines. Elle boudait. Son pied cogna dans un petit caillou posé là sur le trottoir. L'air frais l'apaisait un peu, la lumière de la lune les enveloppait, mais l'empêchait pourtant d'y voir réellement clair, la poussant alors à se rapprocher de Brahms. Elle se concentra de nouveau sur les sons qui l'entouraient et les bruits de la rue, sur les battements saccadés de son cœur. Elle n'eut pas réellement le temps de les saisir, sentant les deux mains chaudes et immenses de Brahms glisser sur ses joues, elle releva la tête vers le danseur. Ses sentiments grondèrent brutalement à l'intérieur de son ventre à la seconde où ses doigts touchèrent sa peau. Il avait toujours cet effet dévastateur et enivrant. Elle avait l'impression d'étouffer, son cœur tambourinait frénétiquement, comme s'il tentait de s'extraire par lui-même de sa poitrine en manquant cruellement de place à l'intérieur. Ses lèvres s'entrouvrirent, car le souffle lui manquait. « Epouse-moi. Peut-être pas maintenant, peut-être pas demain, mais laisse moi une seconde chance et un jour, épouse-moi. » Épouse-moi. Maura l'épouserait tous les jours, si seulement ça en était possible. Ces quelques mots résonnaient dans son torse comme une tragédie. Il y avait un désespoir dans le ton de Brahms qui se frayait un chemin dans ses veines et lui donnait envie de l'embrasser pour qu'il se taise enfin. Mais elle se cramponnait aux autres intonations dans la voix du danseur car elle savait combien il lui était difficile d'ouvrir son cœur et Maura se retrouvait avide de chaque parole, chaque geste qu'il aurait. Ça semblait si simple, presque trop irréelle alors que, quelques minutes plus tôt, ils se disputaient bien. Elle oubliait la douleur, sa peine, pour se plonger dans la contemplation du visage de Brahms. Elle peinait encore à aligner deux pensées cohérentes, l'une à la suite de l'autre, mais elle devina que l'homme finirait par s'inquiéter de son silence. Ses doigts s'agrippèrent au costume de Brahms, exercèrent une légère pression pour le contraindre à brutalement se retrouver contre son corps. Sa poitrine contre son torse. Il venait réellement de la demander en mariage au milieu de la rue. Elle tenait toujours entre ses poings, le tissu soyeux de sa veste, à peine consciente de la froisser, occupée à flirter avec les lèvres de Brahms. « De Bury veut épouser une flic. » chuchota-t-elle dans un sourire, un rire, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre. « Tu n'as vraiment peur de rien. » Elle pouvait presque sentir son souffle à présent, ses lèvres frôlant volontairement celles de Brahms avec la volonté de lui donner envie, mais provoquant chez la jeune femme une vague de chaleur qui la submergea. Elle pria un instant pour que le rouge qu’elle avait sur ses joues ne soit pas visible dans l’obscurité mais il avait toujours ses mains sur sa peau et sans doute avait-il senti la chaleur sous ses doigts. Ses lèvres se posèrent sur celles de Brahms, d'abord avec hésitation, comme une caresse et elle laissa une pression s'exercer contre sa bouche. Ses mains tracèrent habilement un chemin, de sa veste jusqu'à sa nuque, jouant quelques minutes avec ses ongles contre sa peau. Son amour pour lui la consumait, entièrement. Elle recula à peine de quelques centimètres, comme si elle ne pouvait se détacher complètement. « Si tu n'as pas compris, ça veut dire oui. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Dancers don't need wings to fly.

» Date d'inscription : 13/11/2016
» Messages : 4158
» Pseudo : chloki (chloé)
» Avatar : pierre niney
» Âge : trente ans
» Schizophrénie : cole leary (h. newton-haydon) + jin hyun kwon (lee sh)
# Re: take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)
message posté Lun 16 Oct 2017 - 13:23 par Brahms De Bury
On avait déjà parlé de l’avenir, une fois. On s’était pas trop trompé d’ailleurs. T’apprends à devenir un tyran et moi un flan. ✻✻✻ Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine, il attendait le dénouement de l'histoire avec une certaine appréhension, les cartes étaient maintenant entre les mains de la jeune femme et il ne pouvait plus rien changer à leur destin. Il aimait Maura, depuis des mois et des années. Peut-être même dès qu'il avait posé son regard sur elle, que dans son ventre étaient nés des multitudes de papillons pour le prévenir qu'il était tombé sous le charme de la jolie blonde, que dorénavant il était fichu. Ce n'était peut-être pas l'homme le plus parfait du monde mais il avait toujours tenté de faire le meilleur pour elle, quitte à se tromper. Il s'était lamentablement trompé lorsqu'il avait fuit, qu'il l'avait laissé seule dans sa peine et son chagrin mais au fond de lui il avait pensé bien faire, il s'était persuadé que c'était la solution la plus appropriée. Malgré tout ce qu'il pouvait dire, malgré tout ce qu'elle pouvait penser, elle avait cette place dans son cœur, cette place inégalable, elle était plus importante que la danse et un ballet du lac des cygnes. Elle n'avait pas besoin d'ouvrir la bouche pour lui faire entendre sa réponse, ses gestes parlaient d'eux même alors qu'elle avait agrippé sa veste de costume, une veste qui lui avait coûté un bras et qu'elle froissait de ses doigts de poupée. Un sourire glissa sur les lèvres du danseur, dévoilant sa dentition blanche alors qu'il plongeait son regard dans celui de sa bien-aimée. « De Bury veut épouser une flic. » un rire mélodieux s'échappa de sa gorge, il glissa sa main sur la joue de Maura, redécouvrant la douceur de sa peau, la délicatesse de ses traits. Il la laissa poser un baiser hésitant sur ses lèvres, frissonna au contact de ses doigts le long de sa nuque, glissa ses propres mains dans le creux du dos de la jeune femme pour l'attirer un peu plus à lui, répondre tendrement à son baiser tout en se moquant bien du fait qu'ils étaient dans la rue. Il ressentit comme une déchirure lorsque le baiser se rompit, qu'elle recula légèrement. « Si tu n'as pas compris, ça veut dire oui. » il se sentait comme le plus heureux des hommes. Il attrapa les mains de la jeune femme pour les serrer dans les siennes, son sourire ne quittait pas ses lèvres. Vraiment, ils allaient vraiment se marier ? Après tout ce temps. « Alors, je vais bientôt pouvoir t'appeler Maura De Bury. » il caressa pensivement ses boucles blondes, avant de jeter un regard vers le théâtre qui semblait brutalement le ramener à la réalité et à ses devoirs de professeur de danse classique. Un soupir s'échappa de ses lèvres entrouvertes. « Je dois aller fermer le théâtre, mais ... » il laissa sa phrase en suspend, se rapprochant de Maura jusqu'à la coller contre lui « mais je peux te faire visiter les loges, si tu veux. »

✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
take me too, turn to and babe i'll make you stay (maura)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» ❝ EVENT n°2 ! Coachella babe
» i'm creeping in your heart babe (caleb)
» 01. Turn down these voices, inside my head
» Thousands of Haitians turn out to call for Aristide's return

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-