Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Bonne année 2018 !
On vous souhaite une excellente année 2018 !
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


When your past comes back to hunt you feat Lucian

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 10/09/2017
» Messages : 176
» Pseudo : rose/ MillionEyes
» Avatar : jeremy renner
» Âge : 45 ans
» Schizophrénie : Tom
() message posté Jeu 7 Déc - 20:57 par Damian Ledovskoï
Je le regarde et me dis qu'il doit sans doute trouver ça un peu trop facile. J'ai beau lui dire que je n'aurais pas tué d'enfants, je n'ai pas l'impression qu'il me croit, ni que ça me donne une excuse pour le reste. Je ne cherche d'ailleurs pas d'excuses, ce que j'ai fait est atroce et je le reconnais. J'essaie de me faire pardonner, j'essaie d'être quelqu'un de meilleur et jusqu'à maintenant j'y arrive. J'ai fait beaucoup de missions pour le bien, j'ai sauvé certaines personnes et j'en suis assez fier, même si ça n'effacera jamais le fait que j'ai tué des gens, des pères de familles, des mères … je ne pourrais jamais l'oublier, ça restera gravé en moi à tout jamais. Il n'avait pas tort, là-bas c'était chose courante, et c'est bien dommage, malheureusement, ce n'est pas le seul pays où c'est le cas.

« Oui, c'est vrai … Je suis désolé que vous ayez assisté à ça. »


Je sais à quel point il doit avoir les images en lui, à quel point il sera hanté toute sa vie parce qu'il a vu et ça par ma faute … ça me met plutôt mal à l'aise. Et je n'hésite plus à lui raconter mon histoire, même si c'est loin d'être le lieux approprié, mais il ne veut pas aller ailleurs et je ne suis même pas sur qu'il me croit. Je me fiche des conséquences de ce que je vais lui dire. Je n'ai plus grand chose à perdre.

« Si mais vous devez le savoir et je vous ai dis que ce n'était pas le bon endroit pour en parler. Je sais que toute manière si vous raconter ça à quelqu'un, on ne vous croira pas, comme vous ne me croyez sans doute pas. »

Je ne m'en fais pas, pourtant une chose me dit quand même qu'il ne doutera pas si longtemps, peut-être même qu'il acceptera qu'on aille ailleurs. Je n'ai pas tellement envie de lui parler de tout ça ici, j'en ai déjà dis beaucoup, je préfère autant que le reste soit dit dans un endroit moins … festif, plus calme, qu'il comprenne aussi que je ne lui veux aucun mal et que j'ai réellement changé. Je sais que c'est dur à croire mais tout le monde peut changer, j'en suis convaincu.

« Je suppose que vous ne croyez pas à mon histoire, pourtant je suis certain que tout au fond de vous, vous savez qu'on peut changer. Vous n'êtes plus le gosse que j'ai vu là-bas. Vous aussi vous avez changé, sans doute à cause de tout ça et croyez moi j'en suis profondément désolé. »

Il ne me croira peut-être pas non plus … peut-être même qu'il me dirait d'aller me faire voir, mais au moins j'aurais essayé et je ne cesserait pas de lui prouver que je suis devenu quelqu'un de bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 750
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 36 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Indianna M.(n.dormer) + Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
() message posté Dim 31 Déc - 17:30 par Lucian M. Torres
« Oui, c'est vrai … Je suis désolé que vous ayez assisté à ça. » Désolé... Pour Lucian, cela ne voulait pas dire grand chose. Il n'avait jamais donné beaucoup d'importance aux excuses. Sans doute parce qu'il était lui même peu coutumier de ce genre de pratique. Il ressentait peu de remords, aussi ne voyait il pas l’intérêt de s'en excuser. Lucian était du genre à assumer, à faire avec. Il avait sa fierté, comme tout homme, mais chez lui cela semblait être amplifié. Voilà pourquoi il s'excusait rarement, préférant s'enfoncer un peu plus dans sa faute plutôt que de reconnaître une erreur. Quant aux regrets, il en avaient, comme tout un chacun, mais ne s'éternisait pas non plus dessus. Ah quoi bon ? Il avait vu trop d'hommes se morfondre, s'enfoncer dans n’importe quel échappatoire possible afin d'oublier. Entre la prison et la drogue, il avait été le témoin, mais aussi le sujet, de toute la détresse humaine, de tout ce que pouvait faire une personne pour s'accorder une trêve dans son propre enfer. Lucian se contenta donc de hausser les épaules, insensible aux excuses de son client. Disons que pour lui, cela n'avait plus aucun poids aujourd'hui. Mais si cela pouvait le satisfaire lui, alors c'était tant mieux. « Si mais vous devez le savoir et je vous ai dis que ce n'était pas le bon endroit pour en parler. Je sais que toute manière si vous raconter ça à quelqu'un, on ne vous croira pas, comme vous ne me croyez sans doute pas. » Un rictus s'affiche sur les lèvres du colosse. Le pense-t-il si innocent ? Il ne doit pas se douter une seconde que ce barman n'a rien d'un enfant de cœur. Il n'imagine sans doute pas que Lucian connaît beaucoup de monde, que son réseau s'étend par delà les frontières du pays. Certes, il n'a jamais bossé pour de grandes organisations comme le FBI ou la CIA, mais il en connaît certains rouages, ne serait-ce que pour avoir traîner avec des personnes hauts placées. Son client serait peut être curieux de savoir combien de mecs comme Lucian sont payés par des agents afin de faire le sale boulot, grassement payés mais pas assez pour être couverts en cas de gros ennuis. Alors si, Lucian pourrait raconter tout ça mais il n'en fera rien, simplement parce qu'il n'a rien à y gagner. Et puis parce qu'il essai de se tenir tranquille, de faire comme lui, de se chercher une autre voie que celle de la perdition. Et concernant le fait qu'il le croit ou non, Lucian ne cherche pas vraiment à se faire une idée. Le type semble sincère mais qu'en est-il vraiment ? « Ca me change quoi de vous croire ou non ? Je trouve juste que vous avez pas la tête de l'emploi », lâcha-t-il simplement tout en reposant l'un des verres qu'il venait d'essuyer. C'est vrai que le gars avait une tête plutôt avenante, mais Lucian avait déjà vu ce même visage en viser un autre alors... C'est vrai que lui, par contre, il avait le profil du gangster. Certaines femmes pensaient que c'était en réalité un gros nounours, mais non, la bête sommeillait en lui, prête à resurgir à tout moment.

« Je suppose que vous ne croyez pas à mon histoire, pourtant je suis certain que tout au fond de vous, vous savez qu'on peut changer. Vous n'êtes plus le gosse que j'ai vu là-bas. Vous aussi vous avez changé, sans doute à cause de tout ça et croyez moi j'en suis profondément désolé. » Lucian lève son regard vers lui, croisant ses iris. Pendant une seconde, les deux hommes se toisent, cherchant sans doute chez l'autre une part de vérité. Il se moque, une fois de plus, de ses excuses. Cependant, il s'arrête un instant sur les autres mots : Vous n'êtes plus le gosse que j'ai vu là-bas. Vous aussi vous avez changé, sans doute à cause de tout ça. Lucian fait craquer sa nuque, se redresse, devenant encore un peu plus imposant. Il enlève le verre vide devant son client et lui en resserre un autre, sans rien lui demander. A son tour, il vide une bonne dose de whisky dans un verre propre, toujours dans le silence. « Vous pensez que c'est vous qui m'avez fait changer ? », demande-t-il, son ton se montrant un brin ironique. Lucian avait posé ses deux coudes sur le comptoirs, son visage face au type. Il ne cherchait pas à l'intimider, mais certains pourraient le prendre ainsi. Mais après tout, il était face à un agent entraîné, non ? « Parce que j'ai pris deux bonnes têtes et des bras, j'ai changé ? », insiste-t-il. Ses cheveux long encadrent son visage tandis que ses yeux sombre ne quittent pas le blond. Cette confrontation ne ressemble en rien à l'ancienne, à leur toute première. Cette fois-ci, les cartes sont différentes. Alors que Lucian s'apprête à renchérir, l'un de ses collègues vient lui poser une main sur l'épaule. « Tu peux prendre ta pause Lucian ». Celui-ci se redresse, termine son verre d'une seule gorgée. Il voit son collègue prendre le relais avec de nouveaux clients. Lucian choisi alors de prendre congé de son bar, désirant prendre l'air et accessoirement, s'en griller une. Il sort alors dehors et s'adosse contre le mur extérieur, tout en mettant une cigarette entre ses lèvres. Du coin de l'oeil, il voit l'espion sortir à son tour. Lucian lui tend alors son paquet, lui proposant silencieusement une dose de nicotine. Après avoir tiré sa première latte, il reporte son attention sur son client. « Et c'est quoi votre nom ? Parce qu'après avoir braqué votre arme sur moi, je pense avoir le droit de savoir au moins ça ». Pas vraiment une agression, plus une petite pique, comme ça, pour le plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 10/09/2017
» Messages : 176
» Pseudo : rose/ MillionEyes
» Avatar : jeremy renner
» Âge : 45 ans
» Schizophrénie : Tom
() message posté Sam 6 Jan - 14:12 par Damian Ledovskoï
Je suis presque vexé qu'il trouve que je n'ai pas la tête te l'emploi. Oui carrément vexé même, bien qu'à le base je ne voyais pas du tout en agent secret. C'est le destin qui a voulu ça. Je ne savais même pas en quoi je me voyais d'ailleurs. Ça s'est juste fait et parfois je regrette. Je regrette tellement de choses. Je n'ai pas fait que du bien autour de moi. J'aurais du être plus apte à comprendre que ce n'était pas un bon job, que c'était mal, mais je faisais ce qu'on me disait parce que j'avais appris à le faire. J'ai été formé pour ça. Je ne pouvais pas faire autrement. Je hausse les épaules. Il a raison techniquement ça ne change pas grand chose qu'il me croit ou non.

« Rien, c'est vrai. Ça ne change absolument pas ce qui s'est passé ce jour. Ça ne change pas le fait que j'ai fait du mal autour de moi, mais ce qui a changé c'est que désormais je ne suis plus le même, que vous me croyez ou pas.»

Je ne sais pas pourquoi j'essaie tant de me justifier. Je veux juste qu'il voit qu'on peut être différent, qu'il comprenne que j'ai grandi et que j'ai appris de mes erreur que je les paie chaque jours. Je fais non de la tête quand il me demande si je pense que que je l'ai changé. Non ce n'est pas ce que j'ai voulu dire évidement.

«Non, je pense que ce que vous avez vécu à fait de vous ce que vous êtes, que je n'ai pas aidé non plus et je suis désolé. Ca ne change rien que je le sois, je le sais bien, mais au moins vous l'entendez, même si vous refuser d'accepter mes excuses. »

Je ne dormirais pas tranquille s'il refuse après tout ça mes excuses. Je ne suis pas quelqu'un de mauvais. J'ai juste pris des mauvaises décisions et je sens que lui aussi en a prise. Je ne sais pas ce qui l'a amené ici mais ça m'intrigue. Il me demande mon nom. J'hésite à lui dire, je ne devrais pas, pourtant si je veux qu'il me fasse confiance je dois lui dire :

«Damian. Damian Ledovskoi. »

Peut-être que ce nom lui dira quelque chose, il a fait la une il y a un an, quand ma femme est morte, c'était une grande journaliste. Elle a été abattue alors qu'elle travaillait sur un article, en Russie, dans mon pays … Je sais que tout ça n'est qu'une vengeance, ne pouvant plus mettre les pieds là-bas ils s'en sont pris à elle et un jour je leur ferais payer. Je ne peux pas m'empêcher de le regarder et de finir par lui demander :

« Comment est-ce que vous vous êtes retrouvé dans ce bar ? Il y a longtemps que vous n'êtes plus au Brésil ? »

Il va m'envoyer bouler à tous les coups, mais je dois savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 750
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 36 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Indianna M.(n.dormer) + Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
() message posté Mer 17 Jan - 13:08 par Lucian M. Torres
Peut être que Lucian aurait dû faire des efforts pour devenir quelqu'un de bien. Mais il avait choisi la facilité. Parce que faire le con, se foutre dans la merde, ça demandait pas beaucoup de jugeote. Et puis l'argent facile, c'était assez tentant, fallait bien le reconnaître. Il avait laissé les études, la réussite, à son frère et sa sœur, comme si cela lui était inaccessible. Mais oui, il aurait pu faire des efforts, trouver une formation, prendre quelques cours histoire d'avoir un CV à montrer à de potentiels employeurs. Mais le sien restait désespérément vide. Quelques petits boulots honnêtes venaient s'associer à des délits en tout genre. Pas de quoi être fière. Mais c'est pas comme s'il avait quelqu'un à épater de toute façon. Les deux seules femmes qui auraient pu répondre à ce critère ne faisaient plus partie de sa vie désormais. L'une était morte des années plus tôt et la suivante avait disparue dans la nature en comprenant que Lucian allait passer un bon bout de temps à l'ombre. Il l'avait sûrement mérité cela dit, mais tout de même. « Non, je pense que ce que vous avez vécu à fait de vous ce que vous êtes, que je n'ai pas aidé non plus et je suis désolé. Ca ne change rien que je le sois, je le sais bien, mais au moins vous l'entendez, même si vous refuser d'accepter mes excuses. » Lucian avait prit la mauvaise pente très jeune. C'était comme si cela était déjà en lui et qu'il n'attendait que le bon moment pour laisser l'obscurité l'envahir. Il ne croyait pas forcément à l'hérédité, mais il avait vite comprit que son père n'était pas un homme des plus gentils. Et il semblerait que lui seul est reçu le gêne de la connerie. Car à bien regarder le reste de sa famille, seul Lucian accumulait les erreurs et les méfaits. Alors il ne savait pas si cela avait aidé ou non. Il savait simplement que sa vie avait toujours rimé avec les ennuis et les coups fourrés.

Les deux hommes se retrouvent ensuite dehors. Lucian allume sa cigarette d'un geste rapide. L'espion ne répond pas à se proposition d'en prendre une, aussi le brésilien range son paquet dans la poche arrière de son jean. Il devrait arrêter de fumer, mais comme beaucoup de résolutions auxquelles il pense, il n'y consent jamais. Il se dit qu'il a fait du chemin depuis. Aujourd'hui, il ne fume que de la cigarette, alors qu'il a pu prendre bien pire. Il accepte bien sa nouvelle dépendance à la nicotine, bien mieux que celle d'autrefois. Une drogue qui lui avait rongé les veines, le corps, qui l'avait envoyé dans d'autres sphères. Il ne peut pas dire qu'il n'en n'a plus envie, non, il sait que ce désir fera toujours partit de lui. Mais il ne se sent plus l’esclave de ce produit, c'est déjà ça. Lucian lui demanda alors son nom. Pas vraiment que cela est un réel intérêt pour lui, mais parce qu'il aime bien savoir à qui il a à faire. « Damian. Damian Ledovskoi. » Un nom à consonance russe, donc. Cela ne lui dit rien, mais devrait-il être surprit ? Après tout, ce type est sensé rester discret. Peut être même que c'est un nom d'emprunt, une sorte de couverture. Quand à Damian, il ne lui demande pas son nom, sans doute le connaît-il déjà. Ou pas. Ou alors il s'en moque, ce qui ne serait pas plus mal. Lucian n'a rien à cacher. Il a payé pour ses conneries et il se tient à carreau, enfin presque, depuis qu'il est sortit de prison. Son nom peut faire peur à certains, il en convient, mais c'est ainsi. Il n'effacera pas sa personnalité pour autant. « Comment est-ce que vous vous êtes retrouvé dans ce bar ? Il y a longtemps que vous n'êtes plus au Brésil ? ». Lucian lui jette un regard. Que veut-il vraiment savoir ? Lucian n'est pas bavard, surtout quand il s'agit de raconter sa vie. Il a toujours été prudent, n'accordant sa confiance qu'à très peu de personne. Il n'est pas homme à se confier de toute façon et même s'il voudrait, il n'est pas sûr de savoir faire. Et cela lui semble étrange de discuter de cela avec le mec qui hanté ses cauchemars étant gosse. Il se dit que c'est plutôt logique que Damian lui pose la question, alors que lui même lui à déballé quelques informations plutôt compromettantes. « Ça fait 18 ans que je suis partit », dit-il, évasif. Il s'était mit dans tellement d'emmerdes qu'il n'en voyait plus la fin. Et puis il avait sentit le vent tourner pour lui. Le Brésil ne lui avait pas apporté grand chose, alors autant aller voir du pays. Finalement, il en était venu à la conclusion qu'il se retrouvait toujours dans de sales coups, peu importait le lieu, que ce soit les Etats-Unis ou le Royaume-Uni. « Et j'ai trouvé ce job par hasard. J'avais besoin de bosser dans un truc légal et le patron m'a fait confiance ». Ouais, il remercierait jamais assez Nate pour ça. « Je fais aussi de la sécurité », ajouta-t-il. Il ne savait pas vraiment pourquoi il racontait ça. « Y a pas grand chose pour les mecs comme moi sans qualifications ici ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
When your past comes back to hunt you feat Lucian
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: The Lucky Star
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-