Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

dusk till dawn + hal

avatar
she was only half bird now, and the other half song.

» Date d'inscription : 06/06/2015
» Messages : 2298
» Pseudo : like animals (noha)
» Avatar : alicia vikander
» Âge : 32 yo
» Schizophrénie : julian (stan) ; theodore (dornan) ; vince (fernandez) ; gale (barnes)
# dusk till dawn + hal
message posté Jeu 21 Sep - 18:04 par Lyanna Belshaw-McAlister

light it up, on the run. babe i’m already there.   Et je saignais encore. Depuis des années. Depuis une éternité. C’était peut-être une douleur permanente, une façon d’être déracinée du monde. Les espaces se confondaient sous l’horizon. J’avais l’impression d’être prisonnière de mon corps. De n’être qu’un mensonge - une mascarade. Mon reflet se noyait entre les buissons des arbres. Je n’avais plus de voix. Je ne contrôlais pas mes sentiments. Tout s’imposait dans mon esprit. Ana. Anorexia. Son regard me brûlait. Il me tuait lentement. Je n’étais qu’une ombre au milieu des passants. Une fleur parfumée, dont la beauté n’avait de valeur que dans sa disparition. Je fanais sans inspirer de tendresse, ne laissant qu’un saveur délicieuse dans une fiole. Toutes les odeurs étaient des âmes mourantes. Des pétales défraichies et sans vie. Je soupirais en courant dans les allées entourés de petits cailloux. Mes pieds rasaient le sol dans un bruissement mélodieux. Plus vite. Plus fort. Les feuilles glissaient sur mes joues. J’effleurais le vent avec les yeux. Les souvenirs se succédaient entre mes cils. Je ne mangeais pas parce que je n’avais jamais eu ma place. Enfant délaissée. Petite fille sans ambition. J’étais trop sage. Trop parfaite. Puis en grandissant,  mon image s’était cassée. J’étais seule jusqu’à en vomir. Jusqu’à en faire jaillir mes os. Je me privais pour protéger mon innocence. Je n’acceptais pas mes formes - mes manières d’être femme. Je fis rouler mon alliance avant de la mettre dans mon sac. Je ne voulais plus être mariée. A Liam. En général. Je ne l’aimais pas. Je ne m’aimais plus. Je soupirais en me faufilant près du lac. La lune éclairait les lisières. Je souris en m’installant près de l’eau. J’attendais l’arrivée de Hal. Tel que je l’avais intimé - tel que je le réclamais depuis des mois. Nous étions amis. Rien de plus. On se regardait comme deux blessés qui n'osaient pas se toucher de peur de se faire  du mal. L’alcoolique et celle qui n’existait pas. Celle qui se dissipait sous les rayons du soleil. Je hochais la tête en guettant les alentours. J’étais la première arrivée. Ce soir, j’avais quelque chose à annoncer. Ce soir, je décidais de tout lui avouer : mes perditions, mes évasions, les fantasmes sur lui. J’en avais assez de prétendre au bonheur. D’être la mère d’un fils qui ne s’émerveillait plus de mes défauts. Le froid enlaçait ma poitrine. Je m’enfermais dans mon écharpe en balançant les mains. Et lorsque je le vis, mon coeur esquissait des mouvements oscillatoires pour le rejoindre sur la jetée. L’azur se dessinait sur ses yeux. Hal était mon paysage, une icône qui ressemblait au ciel craquelé. Je ne voulais pas tomber amoureuse. Mais parfois, j’avais l’impression de l’être déjà. Je me hissais sur mes talons afin de le retrouver. « Bonsoir. » Je murmurais en frôlant son bras. Mes lèvres tremblaient, suspendues sous son menton aigu. Il m’était interdit. Je ne le méritais pas aussi. « Je ne voulais pas être seule avec mes démons, alors j’ai pensé qu’on pourrait marcher ensemble. » Je m’avançais lentement. Je tendis le poignet devant lui. « Tu me tiens la main ? » Je plissais les yeux en agitant les épaules. Cette émotion était étrange. Je ne respirais plus à ses côtés. Je m’élevais - je devenais quelqu’un d’autre. Être frêle, chétive, impuissante et fantomatique. Être belle, fragile, délicate et cristalline. Un jour, il m’avait promis un tour de magie. Mais il avait tout pris. Hal avait dérobé un fragment de mon âme dans son chapeau. Je vacillais dangereusement, les yeux aveuglés par son profil saillant. « Je veux tout arrêter. » Je serrais la mâchoire. Ma décision semblait si légère. Je ne savais plus me prononcer ni faire le tri dans mes émotions. Je l’attirais dans mon étreinte. Mes ongles s’enfonçaient dans son col alors que je m’imposais sous sa veste; « Je veux être avec toi. » Je n’attendais plus. Je réfléchissais pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 05/11/2016
» Messages : 2156
» Pseudo : cléa/molette.
» Avatar : scott eastwood.
» Âge : trente-deux ans.
» Schizophrénie : walt + swann.
# Re: dusk till dawn + hal
message posté Ven 6 Oct - 18:53 par Hal Manning
Les journées étaient redevenues moroses, l'été avait disparu et avec lui la bonne humeur ambiante. Le poste de police était déprimant, tous les policiers semblaient tous au bout du rouleau, même les habituels bout en train. Hal faisait son travail, comme toujours, il s'y dévouait corps et âme, parce qu'il n'avait rien d'autre auquel se raccrocher à part son petit-frère, mais même lui semblait anéanti après une nouvelle rupture amoureuse. Cette fois, Hal n'avait pas le courage et la force d'être l'épaule sur laquelle il pleurait en permanence, pas quand ce qu'il traversait était encore pire. Il n'avait pas perdu la femme qu'il désirait, il ne l'avait jamais eu, elle avait juré fidélité à un autre. Alors, il faisait son possible pour ne pas penser à elle, mais cela était impossible, Lyanna était partout. Il avait essayé de sortir avec des amis ou des collègues, mais il se retrouvait sans cesse dans des endroits où l'alcool était omniprésent. Quand ce n'était pas une belle brune qui lui faisait penser à Lyanna dans un bar, c'était une effluve de vodka qui lui retournait le cœur. Alors, il vivait comme un Hermite enchaînant le métro-boulot-dodo, en s'assurant qu'il passait plus de temps à son travail que dans son appartement. Il pensait avoir avancé depuis qu'il avait arrêté de boire, mais l'ombre de Lyanna l'avait fait régresser. Sauf qu'il ne pouvait résister à ses appels, pour elle, il aimait se faire du mal, même si c'était plus dur à chaque fois de se séparer et de la regarder partir. Elle lui avait demandé de la rejoindre, il s'exécutait, ne prenant même pas la peine de rentrer chez lui en sortant du commissariat. Comme à chaque fois, il avait une boule au ventre, un mélange d'excitation et d'appréhension à l'idée de la revoir. Les cigarettes s'enchaînaient entre ses doigts et le trajet lui paraissait interminable. Il ne vivait que pour la rejoindre, pour leur entrevue fugace et platonique. Quand enfin elle apparaît, il éprouve un soulagement immense, celui de ne pas l'avoir loupé, de ne pas avoir manqué sa chance de passer un moment avec elle. Une fois à sa hauteur, il hésite sur la manière de la saluer. Jamais il ne s'était autant pris la tête pour des gestes aussi anodins, sûrement parce que rien n'était jamais innocent entre eux, bien qu'ils prétendaient le contraire. « Bonsoir. ». Il murmurait les mêmes mots avec le sourire aux lèvres, en sa présence, il oubliait tous ses soucis. Elle était son échappatoire, sa plus belle distraction. « Je ne voulais pas être seule avec mes démons, alors j'ai pensé qu'on pourrait marcher ensemble. ». Il hoche la tête, marcher était sans risque, il pouvait se concentrer à mettre un pied devant l'autre et regarder autour de lui, sans être obligé de la regarder dans le blanc des yeux. S'il se perdait dans sa contemplation, il se perdait toujours à espérer plus que de simplement l'admirer des yeux. « Tu me tiens la main ? ». Il observait sa main d'un air sceptique, pas du tout convaincu que ce soit judicieux de la saisir. Elle ne lui appartenait pas. « Je crois pas que ce soit raisonnable... ». Londres était une grande ville certes, mais ils étaient quand même dans un lieux public. Tout son être lui criait de faire ce qu'elle lui demandait, mais pourtant les bras d'Hal restait contre son corps. « Je veux tout arrêter. ». Son cœur s'affole. Ses yeux cherchent des indices sur son visage. Ils ne s'étaient rien promis, il savait qu'elle pouvait arrêter de le voir à tout moment. Cette possibilité l'avait toujours effrayé, il avait l'impression de tomber dans le vide et qu'on était en train de lui enlever la seule chose qui l'aidait à respirer. Elle se collait à lui et Hal l'accueillait dans ce qu'il pensait être une étreinte d'adieu. Un dernier souvenir auquel se raccrochait. « Je veux être avec toi. ». Son cœur loupe un battement, puis un deuxième. Plus rien n'avait de sens. Il n'avait jamais voulu espérer, qu'elle puisse abandonner son mariage pour lui, il y avait pensé, mais il avait toujours gardé ce rêve pour lui. « T'es sûr ? ». Sa révélation était tellement soudaine. Hal avait un peu de mal à réaliser tout ce que cela pouvait bien représenter. Ce n'était pas juste un mariage, elle avait un fils aussi. C'était une famille qu'Hal était en train de détruire et il commençait à sentir poindre la culpabilité. « On peut arrêter de se voir quelques temps, que tu puisses régler ce que t'as à régler... ». Hal n'en avait aucune envie évidemment, mais il avait traversé un mariage douloureux et savait à quel point cela pouvait être compliqué. Puis, il ne voulait pas qu'on puisse se servir de leur liaison pour mettre tous les tords sur le dos de Lyanna, surtout quand la garde de son fils pourrait être en jeu. « Y s'est passé quelque chose avec ton mari ? ». Son côté protecteur reprenait le dessus et il se saisit des mains de Lyanna pour venir les entourer des siennes, elles étaient froides et il les porte automatiquement à sa bouche pour souffler dessus et les réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
dusk till dawn + hal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster :: St James' Park
Page 1 sur 1
» From Dusk Till Dawn [PV Mü - Shion - Ahina - Alucar]
» Between dusk and dawn
» As inaccessible as dusk and dawn : Untouch girl | Emilia Daniels
» Dawn Of War II
» Dawn of war 2 Retribution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-