Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Changement chez les scénarios !
Des changements ont été effectués dans la partie des scénarios, merci d'en prendre connaissance par ici.
Version #24 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 24ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Changement !
Du changement a été mit en place au niveau des règles. Rendez-vous par ici pour en prendre connaissance.
The Thames Bridges Trek !
Enfilez vos chaussures, vous êtes attendus pour The Thames Bridges Trek, qui se déroule par .
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

It had been a long time

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 191
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
# It had been a long time
message posté Sam 23 Sep 2017 - 22:31 par Nolan P. Donnelly

Revenir sur l'île est à la fois excitant et stressant, je m'explique. Pour le premier, tout simplement parce que je reviens chez moi, que ça me manquait et que rien qu'en ayant obtenu le poste je me sentais déjà plus léger et heureux. Sans oublier le point essentiel ; revoir mes parents et ma sœur, mais c'est là que le second sentiment arrive. Après autant de temps à limite faire le mort, j'appréhende sérieusement de les revoir. Je me demande quelles réactions ils auront. Seront-ils tous les trois heureux ? M'en voudront-ils ? Me le reprocheront-ils ? Je penche pour un mélange de tout ça et, franchement, je ne risque pas de leur en vouloir, je me suis conduit comme un crétin.

En tout cas, lorsque je les ai appelé pour leur annoncer la nouvelle, la joie s'entendait ! Et autant dire qu'à peine arrivé à Londres, je savais à quoi m'attendre ; un repas au domicile familiale. En Belgique, on me disait souvent que les Britanniques ne savent pas cuisiner, qu'ils n'y connaissent rien et un tas de conneries du genre, mais j'aimais leur répondre qu'à part pour les frites et le chocolat, leur pays n'est pas non plus réputé pour sa gastronomie. Ce qui les vexait étrangement. Les bons petits plats préparés avec amour par maman me manquaient aussi d'ailleurs, même si l'essentiel n'était évidemment pas là.

Étant arrivé un samedi, rendez-vous était donné pour le lendemain midi. Afin de me rendre à Waltham Abbey, j'ai décidé de louer une voiture, bien plus pratique pour le coup vu le trajet à faire. Mes parents m'ont dit que Breena vivait toujours à Londres et qu'on aurait pu faire le trajet ensemble, ce qui n'était pas dénué de sens, mais je ne sais pas, j'avais envie de le faire seul. Pas que ma sœur serait un boulet, non, du tout, c'est juste que la nostalgie de cette route se devait d'être totale et être vécue en solitaire. Rien contre elle donc. Autant le dire tout de suite, reconduire à gauche est assez étrange, j'ai l'impression d'être un jeune conducteur avec son L encore à l'arrière tant les repères me manquent. Heureusement, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas, seuls les premiers kilomètres sont compliqués.

Plus je roule, plus la distance se réduit, normal, mais plus je sens une boule au ventre grossir. C'est fou comme j'angoisse, pire que durant un oral d'examen durant mes études, mais c'est certainement parce que je n'ai pas envie que nos retrouvailles se passent mal. La faute de ce silence me revient, je le sais, il faut que je fasse avec, mais ma famille est la chose la plus importante que j'ai, et ça, même si j'ai mis du temps, j'ai fini par m'en rendre compte.

Trois-quarts d'heures plus tard, me voilà enfin devant la maison avec un énorme sourire se dessinant sur mon visage. Après m'être stationné dans la rue, je marche d'un pas presque fébrile vers l'entrée où maman m'attend les larmes aux yeux avec papa derrière elle. J'ai beau avoir trente ans, l'enfant que j'étais reste présent avec eux, ce sont mes parents que voulez-vous. A leur tour, mon regard s'humidifie et des larmes coulent lentement sur mes joues lorsque je les prends dans mes bras. C'est dingue comme cette étreinte m'apaise, ça reste un geste d'affection basique en soi, mais il me fait un bien fou.

Me décollant d'eux, je les fixe afin de leur demander « Breena est déjà arrivée ? », mais ils me répondent négativement en me faisant entrer. Quatre ans après mon départ du pays, tout reste identique ici, les même meubles, la même décoration, même les vêtements des parents me font penser à ceux qu'ils portaient déjà à l'époque. En revanche, il faut dire ce qui est, on a tous pris de l'âge, j'ai moi-même très certainement changé à leurs yeux, mais aux miens, eux aussi. Quelques rides de plus disons pour froisser personne.

A peine le temps de s'installer que l'on sonna à la porte ce qui signifie le retour de la boule au ventre. Ma petite-sœur chérie. En fait, c'est davantage sa réaction à elle que j'appréhende, qui m'inquiète et me rend à ce point nerveux. L'entendre saluer nos parents ne fait qu’accroître cela tout en me décrochant un nouveau sourire, ce qui est un peu contradictoire j'en conviens. Je prends une grande inspiration pour me calmer et la voilà qui entre dans le salon. Je me lève et d'une voix un peu cassée lui dit simplement « Salut Bree'. » en restant sur place immobile ne sachant pas à quoi m'attendre. Une nouvelle étreinte ou une giffle ? Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1906
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: It had been a long time
message posté Lun 25 Sep 2017 - 19:05 par Breena A. Donnelly
Un week end pas moi, je dois travailler le samedi au musée. Et ce fut le cas ce week end. En temps normal le samedi est une journée calme, même en période scolaire, mais ce jour-là, 5 groupes s’étaient inscrits ! Il s’agissait de trois groupes de jeunes et de deux groupes de personnes retraitées. J’espérais, avant de prendre mon service que je serais affecté aux groupes de personnes retraitées. Généralement se sont des personnes attentives, calmes et disciplinées. Par contre, en ce qui concerne les jeunes, on ne sait pas toujours à quel genre de jeune on va avoir à faire ! Pas de chance pour moi, j’étais affectée à deux groupes de jeunes, l’un au matin et le second après-midi.

Après avoir bu un bon café, j’avais entamé ma première visite. Les jeunes du groupe devaient avoir aux alentours de seize – dix-sept ans. Je m’étais dit que cela irait tout seul ! Hélas non, ils furent très turbulents, inattentifs et dissipés ! Bref de quoi vous donner un bon mal de tête! Et cela n’allait pas s’arranger car le groupe de l’après-midi n’était pas mieux ! Bonjour la migraine… Je fus bien contente quand la journée se termina ! Je n’avais qu’une hâte, rentrer à la maison et me taper sur mon lit ! Les sœurs ne seraient pas encore rentrées et quand à Rhiannon et Camille, elles seraient surement de sortie ! Cela me laisserait le temps de me reposer et de faire cette migraine qui voulait s’installer.

J’avais repris le chemin de la maison lorsque mon portable sonna ! Il s’agissait de mère. Etonnant elle ne me sonnait pas souvent, c’était à vrai dire l’inverse. Je prenais régulièrement des nouvelles de mes parents car pour moi c’était normal que je sois celle qui sonne ! Elle me sonnait pour demander si je voulais venir manger le lendemain midi ! Car elle voulait me parler de quelque chose et que c’était une surprise. Je n’avais pas trop envie de bouger, je voulais profiter de ma journée, me reposer ! Mais en même temps, cela faisait un moment que je n’avais plus vu mes parents ! Et curieuse comme je l’étais, je voulais savoir c’était quoi la surprise dont elle me parlait. J’acceptais donc l’invitation.

La durée de notre conversation avait été aussi longue que celui de mon chemin qui me ramenait à la maison. Comme je le pensais mes colocataires étaient toutes absentes, cela me permit de me reposer pendant une bonne heure. Ce fut ma filleule qui me réveilla.

Heureusement pour moi, ma migraine m’avait quitté le lendemain matin ! Après une bonne douche et un bon petit déjeuner, c’était déjà l’heure de me rendre chez mes parents. A cause d’un peu de circulation, il fait magnifique aujourd’hui, même si les températures n’étaient pas trop élevées, j’arrivais un peu après 12h. Je sonnais donc à la porte et ce fut ma mère qui ouvrit.

« Bonjour maman, désolée, il y avait de la circulation. »

J’entrais et pris la direction du salon, ou je pensais y trouver mon père, seul… Mais je me trompais ! Nolan était là, debout devant le sofa !

« Euh… »

J’étais tellement surprise de le trouver là, que je ne savais pas quoi répondre. Je me repris rapidement.

« Euh bonjour Nolan. »

Malgré moi, le ton de ma voix était froid ! Il fallait reconnaitre qu’il était resté silencieux pendant des années et qu’en plus, au moment où j’avais eu le plus besoin de mon frère, il n’était pas là. Ne sachant pas trop quoi faire, je restais là sur place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 191
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
# Re: It had been a long time
message posté Mar 26 Sep 2017 - 0:43 par Nolan P. Donnelly
Premier contact établi, la distance reste extrêmement raisonnable pour ne pas dire élevée entre Breena et moi. Son accueil me glace le sang, mais reste tout à fait compréhensible. Il faut cependant enchaîner, on ne va pas non plus rester tout le repas à se regarder, ou pire, s’éviter. Maintenant, la suite donc. La question existentielle qui peut aussi causer ma perte, je lui demande en bafouillant « Tu… Tu vas bien ? »

Ça s’est fait aussi. Je peux rayer les deux premières lignes du manuel d’instruction expliquant de quelle manière entamée une conversation à seulement 1£ en version numérique pour les personnes n’étant pas douées avec les mots. Voilà, voilà… Ambiance ! Oh, et sinon je n’ai toujours pas bougé d’un poil, enfin, pas tout à fait, en fait les seuls mouvements faits sont ceux de mes lèvres via cette question, c’est pour dire.

Si un premier pas doit être fait, il doit l’être par moi puisque cette distance est de mon fait.  M’éclaircissant la voix, j’avance d’un pas peu sûr vers Breena, en manquant de peu de me cogner contre la table basse, je lui dois des excuses tout comme à nos parents d’ailleurs, mais je dois bien avouer que je ne sais pas par où commencer. « Je tiens à vous demander pardon à tous les trois pour ce silence. » dis-je en baissant le regard de honte malgré le grand sourire et l’étreinte de maman à mon arrivée. Pourtant, dans ses bras, j’ai eu l’impression de les avoir quitté seulement quelques jours plutôt et non durant des années tant tout semblait normal.

Relevant finalement la tête, je les regarde à tour de rôle avant de reprendre « Ce n’était pas contre vous, ce n’était pas non plus un besoin, je ne sais même pas pourquoi ça s’est produit ni comment j’ai fait pour laisser tout ce temps passer non plus. » Ma voix est faible, cassée. Je suis honnête dans mes propos, je ne sais vraiment pas comment tout cela a pu se passer et ce n’est pas faute d’y avoir réfléchi durant des jours et des jours. Je n’ai pas d’explications.

Ma famille me manquait et qu’ai-je fais pour palier à ça ? Rien, strictement rien ! Je laissais les choses comme elles étaient. Au début, je me trouvais l’excuse du ‘’il est tard, j’appellerai une autre fois, mais ce coup de fil ne se produisait jamais. Le silence règne. Est-ce que ce que je dis est déplacé ? Est-ce qu’ils sont à deux doigts de m’engueuler ? Aucune idée, mais je déteste ça ! Ça me donne le sentiment d’être un accusé attendant la sentence des jurés, ce qui est une image plutôt vraie en un sens.

Oh et puis merde, je prends mon courage en main et je me lance en laissant de côté les mots pour agir à la place. Je me remets à avancer vers ma sœur et fixe mon regard dans le sien. Arrivé à sa hauteur, je me plante devant à quelques centimètres d’elle avant de la prendre dans mes bras et d’une voix basse lui murmure « Pardon Bree, pardon pour tout. »

Je sens les larmes monter, mais je me retiens, ça ferait plus comme une sorte d’inversion des rôles où je prends celui de la victime, si l’on peut dire, en tout cas, de la personne ayant la plus souffert de tout ça, alors que j’en suis quelque part le bourreau. Mais je ne la lâche pas, il en est hors de question. Malgré tout, je redoute toujours ses réactions et son bonjour n’a pas aidé à me détendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1906
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: It had been a long time
message posté Mar 26 Sep 2017 - 19:04 par Breena A. Donnelly
Tout le restant de ma soirée et encore ce matin, je m’étais demandé ce que pouvait bien être cette surprise. Je savais que même si le temps passait, mes parents s’inquiétaient pour moi ! Et ma mère avait toujours tendance de me faire des petits cadeaux surtout depuis que je vivais en colocation. C’était très gentil de sa part et cela me touchait à chaque fois, mais j’allais mieux, maintenant ! En entrant dans le salon, je m’attendais à tout sauf au fait d’y trouver mon frère. Alors si c’était cela la surprise, ben j’aurais préféré d’être mise au courant ! Pourquoi, pour trouver une excuse pour ne pas venir ! Non je ne pense pas, mais pour me préparer à le revoir après autant de temps ! Peut-être que si je l’avais su, je n’aurais pas eu l’air idiote, là debout en plein milieu du salon de nos parents.

« Ça va ? Et toi, je vois que tu vis toujours ? Je suppose que tu vas bien ? »

Et voilà c’était dit ! Moi qui voulais éviter ce genre de réaction, c’était raté ! J’avais souvent réfléchit à comment j’accueillerais mon frère si un jour il revenait, mais malgré le fait que me disais que je devais rester calme, je n’avais pas réussi à laisser ma rancœur de côté. Je m’en voulais de lui avoir dit cela mais il était trop tard !

Je n’avais pas bougé d’un pouce et mon regard était toujours posé sur Nolan. Je le vis donc avancer vers nous, plutôt vers moi. Tout en avançant doucement, il s’excusa. En voyant son regard se baisser, je compris qu’il était sincère dans ses excuses car ce n’était pas de son genre de baisser les yeux comme cela quand il parlait. Je ne l’avais pas quitté du regard tout le temps qu’il était resté silencieux. Je l’écoutais donc attentivement ce qu’il nous disait tout en gardant mon visage fermé.

« D’accord tu ne sais pas vraiment pourquoi tu as laissé tout ce temps passer ! Mais le fait de nous donner des nouvelles ne t’a pas effleuré l’esprit ! Tu sais on pouvait comprendre que tu veuilles rester à Bruxelles, mais ce qu’on ne comprend pas c’est que tu sois resté sans nous donner de tes nouvelles. »

Je lui avais dit tout cela sur un ton calme, doux, mais avec un peu d’incompréhension ! Car c’était le cas, on ne savait pas comment il allait, si tout se passait bien, si il n’avait pas d’ennuis ! Mais en même temps, on avait, non j’avais eu besoin de lui, et j’aurais voulu parler avec lui, avoir son soutien dans le drame que j’avais vécu quelques mois plutôt. Je ne savais pas ce que mes paroles avaient comme effet sur lui, mais je le vis tout de même avancer vers moi, puis sans m’y attendre il me prit dans ses bras, tout en s’excusant à nouveau.

Ce geste, je l’avais attendu pendant longtemps et je ne pensais plus pouvoir le vivre ! Mon frère me manquait énormément et le savoir près de moi était quelque chose de bon ! Il était mon pilier et je savais que si je l’avais eu auprès de moi en même que ma meilleure amie, j’aurais été plus forte pour affronter ce deuil…

Les larmes me coulaient le long de joues mais je parvenais tout de même à murmurer quelque chose.

« Tu m’as manqué. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 191
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
# Re: It had been a long time
message posté Jeu 28 Sep 2017 - 10:43 par Nolan P. Donnelly
Que répondre à sa question ? A quoi bon le faire même car à part à envenimer les choses, je ne vois pas ce que cela pourrait apporter. Et puis, les reproches faussement dissimulés, je les ai bien entendu, mais impossible de lui en vouloir. Sa réaction est logique, même un peu soft. Quelque part je m’attendais à pire, aussi bien au niveau des mots employés qu’au niveau des gestes. A tort donc, mais ça devait être un moyen de me préparer à toutes les éventualités sans pour autant tomber dans l’excès du type coup de poignard au sens littéral.

Je garde donc le silence, du moins au début car je ne peux pas continuer surtout avec ce que Breena vient d’ajouter bien que son ton est bien plus calme que précédemment. « Honnêtement ? Si, bien sûr que si ! J’en avais envie, je voulais aussi en prendre, mais encore une fois, je n’ai pas d’explications, je ne sais vraiment pas. » admettais-je d’une voix faible en haussant les épaules et en grimaçant. Je ne vais pas leur mentir en inventant des excuses minables.

Oh je peux me cacher derrière le travail qui occupait quatre-vingt-dix pourcents de mon temps, que je rentrais tard, que je n’avais pas envie de les déranger ou bien d’autres choses. Mais même si c’est vrai, ça n’explique en rien ce silence. Au pire des cas, je pouvais toujours essayer de les joindre le dimanche vu que je ne travaillais pas ou même leur envoyer une carte tiens ! Tous les parents adorent ça d’ailleurs. Mais non, je n’ai rien fait à part briller par mon absence.

Alors lorsque je me suis décidé à prendre ma sœur dans mes bras, c’était aussi parce que les mots me manquaient. De toute manière, les gestes restent un excellent moyen pour exprimer un sentiment et bordel, que ça fait du bien ! Malgré mes efforts pour ne pas craquer, je n’y parviens pas dès qu’elle me dit d’une voix cassée que je lui aie manqué « Toi aussi. » articulais-je avec difficulté en resserrant mon étreinte.

On reste ainsi quelques secondes et j’entends une personne nous accompagner dans notre pleurnichage ; notre mère. Je tourne alors la tête vers nos parents pour les inviter d’un geste à nous rejoindre. La scène serait digne d’intégrer une happy end d’un film, mais que voulez-vous, c’est comme ça. Entourés par nos parents, nous nous laissons tous aller. Les larmes coulant le long de mon visage sont au fur-et-à-mesure une expression de joie et d’apaisement. Je sais bien que ça ne suffira pas à réparer ma bêtise et à combler ces années passées, il faudra du temps pour colmater au mieux les blessures, et je le prendrai pour eux.

Finissant par nous détacher tous et par essuyer nos larmes, des sourires se dessinent sur chaque visage. J’attrape la main de Bree et nous allons tous nous installer au salon. « Vous m’avez manqué… Énormément. » leur dis-je une fois assis avant de me tourner un peu plus vers ma sœur « Raconte-moi, tu deviens quoi maintenant ? » demandais-je avec un sourire attendri. Il avait dû se passer un tas de choses durant ces années et j’espère bien en apprendre un maximum, mais ce que je souhaite le plus est que tout redevienne comme avant entre nous car malgré tout ce temps, elle reste ce que j’ai de plus cher au monde. Un brin optimiste, je sais, mais j’y crois même si ça prend des semaines, des mois ou des années, ça m’est égal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1906
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: It had been a long time
message posté Jeu 28 Sep 2017 - 21:29 par Breena A. Donnelly
Je savais que ce n’était pas une bonne idée d’agresser mon frère d’entrer de jeu ! Mais comment pouvais-je réagir autrement ? Il avait été absent pendant tellement longtemps et qui plus est sans donner de nouvelles ! Je n’allais quand même pas lui sauter dans les bras sans avoir un mot d’explication. Mais en même temps, il m’avait tellement manqué, notre complicité m’avait manqué, en fait tout ce qu’on partageait m’avait manqué.

Je reconnaissais que j’avais quelque peu froide et directe avec lui et je m’attendais à une réaction de sa part ! Mais rien ! Je dus attendre après ma deuxième remarque pour qu’il se décide à répondre. En y repensant, qui étais-je pour lui faire ces reproches ? Avais-je essayé de prendre contact avec lui ? Oui, je l’avais fait ! Mais avais-je insisté assez ? Non je ne pense pas. Peut-être aurais-je du me rendre à Bruxelles et me planter devant le bureau d’avocat dans lequel il travail.

Bon en entendant ses explications, j’appris qu’il avait quand même pensé à sa famille c’était déjà cela ! Mais pour une raison qu’il lui était inconnue, il n’arrivait pas à savoir ce qu’il l’avait pousser au silence et à rester loin de nous.

« Tu sais on peut comprendre, les parents tout comme moi, que le travail peut prendre tout notre temps et qu’involontairement, on remet à plus tard ce qu’on doit faire. Mais sa famille, c’est autre chose, on ne peut pas ne pas prendre de leurs nouvelles de temps en temps. Enfin soit… »

Enfin soit, le principal il était de retour parmi nous ! Bon, je ne pouvais pas faire comme si de rien était, il allait me falloir du temps pour lui pardonner.

Le voir venir vers moi puis me prendre dans ses bras, eu un effet de surprise sur moi. D’ailleurs Nolan du le sentir car je m’étais quelque peu raidie. Mais cela passa rapidement car à mon tour je le pris dans mes bras et le serra contre moi ! J’étais tellement heureuse de revoir mon grand frère et de pouvoir le serer dans mes bras ! Ce geste m’avait énormément manqué ! Pourtant, j’y avais eu droit avec les autres membres de mon entourage, mais ce n’était pas la même chose. J’étais si contente de le retrouver que je n’avais pas pu contenir mes larmes, alors imaginer le flot qui coulait sur mes joues au moment où il me disait que je lui avais manqué également. Ce qui en suivit aurait pu être une image de la famille parfaite, mais je m’en moquais car depuis longtemps, la famille était enfin réunie.

Après quelques minutes d’étreintes familiales quelques peu mouillées par nos larmes, on décidait de se séparer ! Mon regard se posa sur Nolan tout comme sur mes parents et je vis qu’un sourire se dessinait sur nos lèves. Lorsque Nolan me prit la main, je le suivis pour aller m’installer à ses côtés sur le sofa.

« Ce que je deviens ? Ben j’ai réussi mes études en Histoire et depuis je travaille au British Museum depuis presque deux ans maintenant. Je me plais super bien dans mon boulot ! J’adore ce que je fais ! Bon cela n’a rien avoir avec l’archéologie mais cela me plait ! Et crois le ou non, mais je ne vis plus chez les parents. Je vis en colocation avec deux sœurs et Rhiannon et sa fille. »

Je marquais une pause, laissant le temps à Nolan d’emmagasiner les informations car il y en avait quand même pas mal. Une fois certaine qu’il avait assimilé les choses je continuais mon explication.

« Tu te souviens de Rhiannon, ma meilleure amie ? Et bien en plus de vivre avec elle, je suis aussi la marraine de sa fille, Camille ! Elle est adorable cette petite princesse. J’espère que tu pourras rapidement la connaitre. »

Voilà ce que j’avais à lui dire pour le moment, je préférais lui parler que des choses positives et garder les plus tristes pour euh…, jamais peut-être… J’avais détourné mon regard vers un endroit dans la pièce avant de revenir vers Nolan.

« Mais toi, racontes nous ta vie à Bruxelles. »

Comment détourner l’attention ou cas où, il avait remarqué quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 191
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
# Re: It had been a long time
message posté Dim 1 Oct 2017 - 18:41 par Nolan P. Donnelly
Le ton est différent, plus posé et calme ce qui va forcément nous permettre de discuter plus facilement. Honnêtement, je m'attendais à pire, je pensais me retrouver face à un ouragan, mais au final c'était plus un fort vent. Je ne vais pas m'en plaindre, c'est sûr. A leur place, rien ne dit que j'aurais réussi à rester calme comme Breena ou nos parents parce qu'au final à part au début où la tension se ressentait, ça a rapidement changé. Je crois que je n'aurais pas réussi à être aussi calme en  si peu de temps. Quoi qu'il en soit, malgré l’apaisement salvateur, la culpabilité me ronge encore plus en voyant à quel point j'ai de la chance d'avoir une famille aussi formidable qu'elle. Je le savais déjà évidemment, mais avec tout ce qui s'est passé, tout est plus fort comme l'amour que je leur porte et la peine que je leur aie causée. « Je sais bien Bree... » admettais-je d'une voix faible pleine de culpabilité et de remords.

Les étreintes vécues ont eu le don de m'apaiser un peu, sans pour autant me faire tout oublier cela va de soit, juste de les mettre un peu de côtés. Et c'est une sensation incroyablement libératrice. En y mettant fin, je ressens une pointe de tristesse. Si cela avait duré plus longtemps, ça ne m'aurait pas dérangé, mais toutes les bonnes choses ont une fin, pas vrai ? A présent, direction le sofa pour discuter plus facilement et plus confortablement.

Breena commence donc à me raconter brièvement ce que j'aie pu manquer. J'avais déjà conscience que cinq ans faisait long, très long même, mais en entendant ces changements, c'est comme si je me prenais une grosse claque en pleine figure pour me faire prendre de conscience de la réalité des choses. Et encore, là il s'agit d'un résumé succin. « Wah, ça en fait du changement. - constatais-je en écarquillant les yeux – Avec beaucoup trop de retard ; félicitations petite sœur ! » lui dis-je avec un sourire franc. Je n'ai jamais douté d'elle et de ses compétences, l'évidence même voulait qu'elle y parvienne, mais le savoir provoque une émotion de fierté. « Et oui, oui, je me souviens de Rhiannon. Elle est maman. C'est fou ça. » ajoutais-je médusé. En même temps, quoi de plus logique, c'est un âge normal pour devenir parent, mais je ne m'imagine tellement pas pouponner dans l'immédiat que ça me paraît être quelque chose d'incroyable.

Quelques secondes plus tard après m'être perdu dans mes pensées en ressassant le passé à regarder dans le vide, je pose de nouveau mon regard sur Breena avec un sourire en guise. « J'espère aussi ! Il y a tellement de monde que je dois recontacter... D'ailleurs, tu vois toujours Danie ? Elle va bien ? » Danie, ou Danielle, est à la fois une amie de ma sœur, mais aussi mon ex, du moins ma dernière relation sérieuse en Angleterre. Ça ne s'est d'ailleurs pas très bien terminé, mais de l'eau a coulé sous les ponts depuis et je me demande ce qu'elle devient elle aussi.

Des tas de questions fusent dans mon esprit et c'est malheureusement pour ça que je ne remarque pas le changement de sujet, du moins que je ne le relève pas comme étant révélateur, non, j'assimile autant que possible ce que j'apprends en tentant de ne pas me le laisser trop envahir pas mes pensées. « Oh, Bruxelles... C'est plutôt sympa, les gens aussi le sont, mais ça reste quand même différents d'ici, l'ambiance n'a rien à voir, mais on finit par s'y faire en tout cas. Après, pour ce qui est du travail ça a été très dur au début à cause du nombres d'heures que je devais faire, j'avais le temps de rien faire. Pour le coup, c'était vraiment métro-boulot-dodo. Ça s'est calmé ensuite, j'ai fait rencontré des gens qui sont devenus des amis, mais sur le continent c'est vraiment différent. Mais le coeur de la ville est pleine de vie. » tentais-je d'expliquer sans trouver les mots.

La méfiance des uns envers les autres reste présente dans toutes les grandes villes européennes, peut-être aussi à cause des événements tragiques, mais Londres aussi en a connu et pourtant, il n'y avait pas cette ambiance malsaine au-dessus de nos têtes en permanence contrairement à la capitale belge « Et puis je suis de retour grâce au travail, même si j'y songeais depuis quelques mois, j'avais le mal du pays et vous me manquiez trop. » expliquais-je avec un nouveau sourire avant d'ajouter quelque chose afin d'éviter de reparler de ce qui peut être douloureux « Si un jour, j'ai des amis de là-bas qui viennent, je vous les présenterai ! Enfin, si vous voulez bien entendu. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1906
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: It had been a long time
message posté Lun 2 Oct 2017 - 22:14 par Breena A. Donnelly
Je m’étais souvent posé la question de comment je réagirais au retour de mon frère. Allais-je lui sauter au coup, trop heureuse de le revoir après autant de temps. Contente de retrouver ce grand frère protecteur, celui avec qui je partageais tout, à qui je me confiait quand cela n’allait pas. Ou bien je réagirais tout autrement ? Serais-je froide avec lui, lui dirais-je tout ce que je lui reprochais, qu’il me manquait ! Que j’irais même jusqu’à le gifler pour lui faire comprendre la douleur que son absence m’avait apporté. Quel serait mon comportement pas la suite ! Lui pardonnerais-je tout et on reprendrait notre relation fraternelle comme auparavant, ou bien serais-je une personne distante, ayant du mal à pardonner et à lui faire confiance de peur qu’il ne décide de repartir. A cet époque-là, j’ignorais vraiment de quoi je serais capable et je préférais ne pas trop y penser.

Maintenant que le jour J était là et que j’avais mon frère devant, tout ce à quoi j’avais pensé était complètement oublié. Bon certes, je lui avais fait un accueil plus que froid et je n’avais pu m’empêcher de lui faire des reproches. L’effet que m’avait procuré le fait de me retrouver dans ses bras, tout contre lui, avait eu tendance à lui pardonner, à oublier tout ce que j’avais ressenti durant son absence ! D’accord, c’était trop facile, on lui pardonne, on oublie tout et on reprend notre vie comme avant ! Comment pouvais-je faire alors ? C’était mon frère et il m’avait tellement manqué. Bon je ne lui dirais pas tout ce qui avait pu arriver dans ma vie ces dernières années. Il ne saurait que le positif, en tout cas pour le moment.

Je lui expliquais donc ce que je devenais, que j’avais terminé et réussi mes études en histoire, que j’avais, par la suite, trouver du boulot comme guide au British Museum. Je lui avais annoncé que j’étais marraine depuis quelque mois, marraine d’une petite princesse.

« Oh merci c’est gentil. »

Répondis-je avec un sourire. Cela me faisait plaisir d’entendre cela, même après deux ans. Je repris par la suite, sur Rhiannon et la venue de sa fille.

« Oui c’est fou ! J’ai été surprise lorsque j’ai reçu son appel me demandant de la rejoindre à l’hôpital. Elle n’était pas au courant de sa grossesse en fait ! Elle a eu du mal à réaliser la chose, mais maintenant, elle est la meilleure des mamans et moi la plus heureuse des marraines. »

Depuis que Camille était arrivée dans ma vie, elle m’avait apporté énormément et m’avait permis de passer au-delà de mon deuil, de continuer à vivre. Je fus ravie de l’entendre me confirmer qu’il espérait la rencontrer ! En ce qui me concernait j’avais hâte de la lui présenter. Pour avoir du monde à recontacter, il y en avait ! Enfin, moins un ! Je fus surprise par contre de l’entendre me parler de Danielle ! Certes, ils avaient une histoire ensemble mais j’ignorais qu’il souhaiterait la revoir…

« Si je vois toujours Danielle ! Bien sûr, c’est une de mes amies les plus proches, donc tu imagines bien que j’ai encore des contacts avec elle. La dernière fois que je l’ai vue, elle allait bien. »

Enfin, quand on n’était pas au courant de son souci de santé. Mais je lui avais promis de ne rien dire, alors je garderais cela pour moi ! Tout comme, je n’avais rien dit sur Aleksi, et vu le fait que Nolan ne disait rien à ce sujet, mes parents non plus n’avaient rien dit. Et pour éviter ce sujet, je préférais parler de sa vie à Bruxelles.

Je l’écoutais attentivement lorsqu’il me parla de sa vie à Bruxelles, des habitants. Ce n’était pas la première fois que j’entendais que les belges étaient sympas comme personnes. Par contre je ne fus pas étonnée quand il nous disait que l’ambiance n’était pas la même qu’ici. L’ambiance est différente dans chaque pays, et on ne pouvait le savoir que quand s’y rendant ! Enfin c’est ce que je pensais.

« Je suis contente que tu as pu te faire à ce nouveau pays et cette nouvelle ville. Mais te connaissant, je ne suis pas étonnée que tu ais réussi à t’adapter. »

Par la suite, je l’écoutais parler de son travail. Métro-boulot-dodo, pas étonnant quand on devient avocat ! Puis il fallait qu’il fasse ses preuves et dans ces cas-là, on ne regarde pas aux heures que l’on passe dans son boulot. Puis il nous annonça qu’il revenait grâce à son boulot, même si il avait déjà pensé à revenir parce qu’on lui manquait. C’était réciproque, mais ça, je crois qu’il le sait.

« Je serais enchantée de rencontrer les amis que tu as eu l’occasion de rencontrer à Bruxelles. »

Oui je souhaitais connaitre les nouvelles personnes qui étaient rentrées dans la vie de mon frère.

« Bon on parle, on parle, mais tu veux boire quelque chose ? »

D’un regard je posais également la question à mes parents ! Je savais que je n’étais plus vraiment chez moi, mais je trouvais que ce n’était pas à ma mère de bouger pour nous servir à boire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 191
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
# Re: It had been a long time
message posté Dim 8 Oct 2017 - 14:54 par Nolan P. Donnelly
J'éprouve une fierté immense d'apprendre que Breena a réussi dans ce qu'elle voulait, c'est tout ce qu'on désire et en plus, elle exerce un métier qui lui plaît. Que demander de plus ? En tout cas, sur le plan professionnel, ce qui n'est pas rien, au moins elle est épanouie de ce côté et ne vas pas travailler avec la boule au ventre.

Concernant Rhiannon... Purée, j'ai déjà entendu parler du déni de grossesse, mais savoir que c'est arrivé à une connaissance, ça fait vraiment bizarre. Le plus étrange en fait, ce n'est pas le déni en lui-même, mais plutôt la durée car elle ne s'en était rendue compte qu'au dernier moment, ça on peut le dire puisque c'était à l'accouchement. « Tout allait bien pour l'enfant ? Je veux dire niveau santé et autre, elle n'a pas eu de souci ? » demandais-je avec une réelle empathie. Oh j'ai bien encore des questions en tête sur la mère et sa fille, mais ce n'est pas le sujet le plus important non plus, on aura le temps d'en rediscuter plus tard, ça ne presse pas.

Puis, j'ai parlé de quelqu'un en particulier, ce qui je dois bien l'avouer ma moi-même surpris, mais c'était le premier prénom qui m'était venu en tête alors que j'aurais pu en citer des tas d'autres, mais non, il fallait que ce soit celui de mon ex alors qu'on ne s'est toujours pas reparlé depuis notre séparation. Un peu étrange, c'est sûr. Breena et elle sont toujours amies, rien de bien étonnant vu comme elles s'entendaient déjà par le passé. « Une bonne nouvelle de plus, c'est une bonne chose. » dis-je en guise de réponse un peu bateau, je ne savais juste pas trop quoi dire de plus au sujet de Danielle en réalité.

Heureusement pour moi, afin de me sortir de cette gêne qui lentement s'installe, ma sœur me demande  comment se déroulait ma vie bruxelloise. Voilà une occasion rêvée pour changer de sujet et je m'y engouffre, forcément. J'espère sincèrement que des amis vivant là-bas passent un jour me rendre visite, surtout Kim et Paul qui en plus rêvent de visiter Londres, ce serait l'occasion parfaite, et comme ça, ils pourront en apprendre un peu plus sur ma vie d'avant et rencontrer ma famille, car on était vraiment proche tous les trois. Pour l'anecdote, ils ont même fini par sortir ensemble et ça me fait plaisir pour eux, ils sont adorables et s'aiment. Ça doit bien faire un an maintenant, mais ce qui est agréable, c'est qu'à un moment j'ai eu l'impression d'être exclu, ils ne se montraient pas très démonstratifs en public, préférant garder ça pour eux. C'était tout à leur honneur d'ailleurs, mais bref, je ne vais pas m'étaler davantage sur ça.

« Avec plaisir ! Je vais t'aider s'il faut ramener des choses de la cuisine. » répondis-je avec un sourire en me levant. Peut-être que ça fait cinq ans que je n'ai pas mis les pieds dans la maison, mais ce n'est pas pour autant que j'ai oublié le chemin vers cette pièce, ça non, et surtout, ça nous permettra peut-être à Breena et moi de parler un peu plus facilement. Pas qu'avec la présence des parents on se sente mal à l'aise, mais ça fait un peu moins de curieux disons.

Papa et moi prendrons du whisky, pas besoin de quitter la pièce étant donné que la bouteille et les verres y sont présents. Je sors alors le nécessaire pour notre père. Tout est toujours à la même place, rangé au même endroit, c'est comme si je n'avais jamais quitté Londres, ce qui est plaisant. Je me dis que je pourrais presque marcher les yeux fermés en réussissant à ne pas me cogner et récupérer un objet bien précis, un bibelot, une bougie ou n'importe quoi d'autre tant le temps semble s'être arrêté.

Quant à maman, elle opte pour du vin blanc. Parfait, il faut aller le chercher dans le réfrigérateur ! « Bree, tu viens avec moi ? J'ai un doute pour le tire-bouchon. » dis-je d'une voix un peu faible. Oui, c'était une excuse idiote pour réussir à nous isoler, j'en ai bien conscience. En soi, je ne sais pas spécialement pourquoi je fais en sorte que ça arrive, je n'ai pas de question extrêmement gênante à lui poser.. Enfin, quoi que, j'en ai bien une qui me brûle la langue.

A peine arrivés à la cuisine, j'ouvre le réfrigérateur pour sortir la bouteille de blanc avant de me retourner vers ma sœur. « Du coup, si t'es en coloc, t'es pas en couple. Comment ça se fait ? » sortais-je d'un ton détaché mais un peu intrigué quand même. Mais rapidement, je comprends que la question n'aurait pas dû être posée, vraiment pas. Je pensais la taquiner simplement, rien de plus ou qu'elle me répondrait qu'entre les études et le travail elle pensait à d'autres choses que ça. Sauf que là, l'erreur est bien présente, ça se voit aux traits du visage qui changent et qui n'annoncent rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
http://68.media.tumblr.com/c03c0edd8be7703a384936121b45c15a/tumblr_inline_oi3trxVo4Q1t7bfd6_500.gif
» Date d'inscription : 04/08/2015
» Messages : 1906
» Pseudo : Virg
» Avatar : Troian Bellisario
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : Lorena S. Gennarino
# Re: It had been a long time
message posté Lun 16 Oct 2017 - 21:45 par Breena A. Donnelly
Je n’étais pas du genre à me venter ! Mais une partie de moi voulait montrer à mon frère que malgré son absence et le manque que cela m’avait apporté, j’étais parvenue à terminer ma dernière année à l’Université avec de très beaux résultats et que j’avais réussi à rapidement à trouver un emploi et pas n’importe lequel, celui de guide au British Muséum ! Au départ lorsque j’avais opté sur les études d’Histoire, je n’avais pas pensé que cela me servirait à devenir guide dans un établissement comme le British Muséum. Mais quand j’avais postulé et qu’on m’avait répondu positivement à ma candidature, j’avais tout fait pour qu’au final je sois prise ! Le seul point négatif à cette histoire est que je n’avais pas pu partager ma joie d’avoir trouvé du travail avec mon frère. Maintenant il était là et même si cela faisait deux ans que je travaillais, on pouvait toujours fêter cela ! Mais avant tout c’était son retour qu’on devait fêter.

On avait par la suite discuter de ma meilleure amie et de la petite princesse qu’elle avait mis au monde quelques mois plutôt ! Je ne revenais toujours pas qu’elle était maman et que j’étais la marraine d’un magnifique petit ange. Mais voilà elle était et on faisait tout pour qu’elle ne manque de rien.

« Oui tout allait bien pour Camille ! Elle était en pleine forme et n’avait manqué de rien durant la grossesse ! Et maintenant, elle est toujours aussi en pleine forme. C’est un vrai rayon de soleil. »

Cela me faisait plaisir qu’il s’intéresse à Rhiannon et Camille. Je savais que Nolan appréciait ma meilleure amie ! Si cela avait été le contraire, je savais qu’il n’aurait pas manqué de me le dire. On avait continué à discuter de tout et de rien, jusqu’au moment où Nolan m’avait demandé si je voyais toujours Danielle ! Je fus tout d’abord surprise car je n’avais pas oublié leur histoire et le fait que cela s’était terminé, comment dire, pas très bien ! D’ailleurs on évitait de parler de lui ! Ce ne fut qu’une fois remise de ma surprise que je lui avais répondu ! Je n’avais pas parlé des soucis de santé de la jeune femme ! Je n’étais pas certaine qu’elle avait envie que je lui en parle. Enfin soit, ce n’était pas le sujet !

Bon à force de parler, ben je commençais à avoir soif et je ne pensais pas être la seule dans ce cas ! Ne voulant pas que ma mère ne se charge de cela, j’avais demandé ce que mes parents et mon frère voulaient boire !

« Je pense que cela devrait aller, mais bon cela dépendra de ce que nous allons prendre ! Puis c’est vrai qu’un coup de main, ne serait pas de refus ! »

Je m’étais déjà levée lorsque mon père répondit qu’il prendrait un verre de whisky et comme mon frère en prenait également un, je le laissais servir les verres. Je pivotais vers notre mère pour avoir sa réponse.

« Euh oui je viens »

Quelle drôle d’excuse pour que je l’accompagne à la cuisine ! Je ne dis mot et le suivit dans la cuisine ! Ce n’était pas compliqué d’ouvrir une bouteille car il n’y avait qu’un seul tire-bouchon. J’aurais pu le lui dire mais comme il avait parlé à voix basse, je préférais me taire ! Pendant que mon frère s’occupait de la bouteille, j’avais pris la direction du tiroir ou se trouvait l’ustensile nécessaire pour servir un verre de vin à notre mère. Mais à peine avais-je refermé le tiroir que mon frère me posa la question que je redoutais le plus ! Je pris une bonne bouffée d’air avant de me retourner et de oui faire face ! J’essayais de ne rien montrer mais ce n’étais pas facile !

« Euh… »

Il y eu un silence, je ne savais pas quoi lui dire, ni comment lui dire les choses, sans verser des larmes ni sans le mettre mal à l’aise, ni qu’il se mette en colère.

« En fait, avant de vivre en colocation, je vivais dans mon propre appartement à Hammersmith. Mais il s’est produit un évènement tragique dans ma vie qui m’a fait changer ma façon de voir la vie. »

Je n’arrivais pas à lui dire, je n’arrivais pas à prononcer les mots qui, je le savais à l’avance, allaient me faire de nouveau mal. Mais pourtant à un moment ou à un autre je devrais le lui dire. Mon regard s’était posé sur celui de mon frère. Malgré mes efforts, je sentais les larmes qui commençaient à monter ! Je jouais même avec le tire-bouchon qui se trouvait toujours dans mes mains, afin de cacher le tremblement de ces dernières…
Revenir en haut Aller en bas
It had been a long time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Autres Régions
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-