Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


My mind is getting twisted {Raina}

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 456
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
() message posté Sam 30 Sep 2017 - 20:44 par Nolan P. Donnelly
Doucement, mais sûrement, le cabinet commence à se faire un petit nom à Londres. La tâche est loin d’être évidente, mais on le savait, et puis, on n’est pas à plaindre. Rapidement, nous avons réussi à intégrer le type de soirées prometteuses, celles où un grand nombre de personnes importantes s’y trouvent du genre des galas, des inaugurations de restaurants ou bars. C’est d’ailleurs de cette manière que nous avons rencontré notre client le plus important à l’heure actuelle, un dénommé O’Hara. Oh que oui, un irlandais ! Forcément, ça nous a rapproché tout de suite et, rapidement, nous avons sympathisé. Nous restons professionnels et ne sommes pas amis pour autant, mais ce genre de choses aide à établir un certain contact autre que purement affaires.

Mais cette relation me joue des tours aujourd’hui puisqu’il appelle au bureau en passant directement par le patron en lui demandant que je vienne en urgence au poste de police en tant qu’avocat. Malgré les explications lui disant que ce n’est pas le même métier, que le nôtre est plus de la bureaucratie qu’autre chose et qu’on peut lui en conseiller d’excellents qui, eux, pourront l’aider, il n’y a rien à faire. Il insiste absolument et fini par lui dire qu’il a besoin de quelqu’un s’y connaissant dans les affaires. Stewart, le responsable, vient donc m’en parler et me disant que vue l’importance du client, je dois y aller, même s’il n’est lui-même pas convaincu de l’intérêt. Haussant les épaules, j’accepte, ça ne me coûte rien de toute manière.

Arrivant sur place, je me rends compte d’une chose un peu idiote. Jamais je n’ai mis un pied dans un tel endroit, ça allait donc être une grande première. Après une grande inspiration, j’entre et me dirige d’un pas exagérément assuré pour ne rien laisser paraître de mon stress en me dirigeant à l’accueil. « Bonjour, Maître Donnelly, je viens pour mon client, Monsieur O’Hara. » annonçais-je d’un ton un peu sec. Je ne sais même pas comment m’annoncer à un agent des forces de l’ordre en réalité, je n’ai jamais eu à le faire. L’officier me demande de patienter un instant d’un ton tout aussi sec que le mien. Je pense avoir raté mon entrée.

Quelques instants plus tard, un agent s’approche de moi… Pour finalement repartir. Bon, je vais devoir attendre encore un peu et, pour se faire, quoi de mieux qu’un bon café ? Enfin, bon, n’allons pas trop vite, ça vient d’un distributeur, certainement un soluble en plus. C’est toujours mieux que rien. Malheureusement, ou heureusement d’ailleurs, je ne vais pas avoir l’occasion de le savoir puisque mon nom se fait entendre. « Oui. » répondis-je simplement en me retournant.

Et quelle n’est pas ma surprise lorsque je vois l’agent en question. Une jeune femme blonde bien loin de l’image qu’on peut avoir des policières, même s’il manquerait un sourire pour illuminer son visage. Elle n’en reste pas moins plutôt jolie. Oui, c’est très idiot de se dire ça, mais il n’y a rien de mal à trouver une personne belle. Pourtant, sa tenue n’aide pas, en même temps, ce n’est pas le but recherché. Je m’avance donc vers elle en lui souriant « Qu’est-il reproché à mon client ? » demandais-je puisque je n’en ai pas la moindre idée pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 30/10/2016
» Messages : 1049
» Avatar : Candice Accola
» Âge : 28ans
» Schizophrénie : Danielle Montgomery l'écolo
() message posté Sam 14 Oct 2017 - 12:18 par Raina Johnson


     

NOLAN
&
RAINA
My mind is getting twisted
Raina était plutôt fière d’elle, elle avait enfin coincé ce type. Enfin elle ne cherchait pas à le faire mais parce qu’il avait de l’argent, il croyait qu’il allait pouvoir l’acheter. Non seulement, il n’avait pas eu de chance, elle n’était pas toute seule mais en plus, dans tous les cas, elle ne se serait pas laissée faire. Ce n’était pas parce qu’on était riche que l’on pouvait l’acheter. Ca n’avait d’ailleurs jamais été le cas et ne le serait jamais. Et puis, régulièrement, on pense que c’est la petite fille un peu perdue qui a besoin d’aide alors qu’elle-même a déjà plus d’argent qu’il ne lui en faut réellement. Elle était donc contente d’avoir pu l’emmener au commissariat. L’homme avait un peu trop bu et en plus roulait un peu trop vite pour son bien et les autres. Quant à la mallette à ses côtés, ça ne l’avait pas vraiment aidé non plus. Qui se promène avec autant de billets sur lui ? Malheureusement, le client connaissait un peu trop bien ses droits et avait décidé de passer par son avocat avant de répondre à quelques questions. Elle resta impassible alors qu’au fond, elle bouillait. Comment des gens comme ça pouvaient ils avoir le droit à la justice ? Elle resta alors derrière la vitre teintée pour regarder l’homme tandis qu’Alexis lui disait qu’ils devraient aller prendre un café car il ne pourrait pas s’échapper. Elle avait fait « non » de la tête malgré son envie de lui envoyer un verre en pleine figure de l’homme assis dans la salle d’interrogatoire. Près d’un quart d’heure plus tard, un officier vient lui dire que l’avocat était arrivé.

Elle souffla. Il était temps. Ils allaient enfin pouvoir le charger pour quelque chose, enfin elle l’espérait. On lui avait communiqué le nom du jeune homme qu’on lui montra d’un coup de tête. « Maître Donnelly ? » Elle avait parlé assez fort, sans sourire pour autant. Elle détestait les avocats qui défendaient ceux qui étaient automatiquement coupables. Elle trouvait ça tellement injuste qu’elle ne cherchait pas à faire d’effort en leur présence bien qu’elle ignore que Nolan ne soit pas ce genre d’avocat. Elle ne pût s’empêcher de trouver que Nolan avait un joli sourire et qu’il était probablement le genre d’avocat à pouvoir facilement charmer un jury. Ce n’était pas vraiment juste de penser ça alors qu’elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam mais il fallait dire que même s’il ne le faisait pas exprès, ça devait être le cas. « Un feu cassé, rouler en état d’ébriété, une mallette remplie d’argent et mon préféré, tentative de corruption d’un fonctionnaire. » Elle tourna la tête vers lui, voulant lui demander comment il pouvait défendre ce genre de personnage mais s’en abstint. Elle ne le connaissait pas et s’il fallait était pire que son client dans son costume, taillé pour lui. Elle l’emmena vers la salle d’interrogatoire, « M. O’hara, votre avocat est là. » Elle se tourna alors vers Nolan. « Je vous laisse cinq minutes avec votre client avant de revenir. » Elle ferma la porte, laissant les deux hommes ensemble, tandis qu’elle allait chercher Alexis qui avait décidé de prendre son café. Avec le temps, il avait fini par lui déléguer pas mal de choses. Elle avait fait ses preuves et il savait qu’elle pouvait gérer plus de choses qu’on ne pouvait le penser.  Elle se dirigea à nouveau vers la salle, entrant à nouveau tandis que O’Hara la regardait bizarrement. Il n’appréciait pas vraiment d’avoir été inculpé par une femme apparemment. « Bon, on peut enfin commencer. Dites-nous à quoi va vous servir cet argent. » L’homme n’avait pas voulu lui répondre la première fois, peut être que cette fois ci serait la bonne.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/09/2017
» Messages : 456
» Avatar : Matthew Daddario
» Âge : 30 ans (27/06/87)
» Schizophrénie : Non, pas encore.
() message posté Mer 18 Oct 2017 - 20:41 par Nolan P. Donnelly
O'Hara n'a pas fait dans la dentelle parce qu'à part le phare cassé qui est anodin, le reste ne l'est pas. C'est d'ailleurs à cause de ça que les autres charges pèsent sur lui. Je me demande bien quel taux d'alcoolémie il avait, mais je préfère ne pas trop poser de questions à cette policière. En fait, c'est plus que je n'ai pas la moindre idée de la manière dont je dois gérer les choses, c'est bien ça le problème. En tout cas, grâce aux réponses de la blondinette, je comprends mieux la raison de ma présence et je crains le pire avec cette mallette. Il semblait être un homme honnête alors pourquoi se balader avec ça en plus en étant bourré. Pour ce qui est de la tentative de corruption, je parie qu'elle exagère, Monsieur O'Hara a certainement demandé s'il n'y avait pas la possibilité de s'arranger, mais pas forcément sérieusement... Enfin, j'espère. Je hoche simplement la tête pour montrer que j'écoute ce qu'elle me dit, mais je ne décroche pas un mot. Je crains bien trop de commettre une boulette.

Elle me conduit donc à lui et à peine ouvre-t-elle la porte que je me prends en pleine gueule les effluves d'alcool au point de m'en faire grimacer. Oh la vache, il n'y est pas allé de main morte hein. « Merci beaucoup Madame. » répondis-je en essayant de contrôler les expressions de mon visage. J'entre et m'installe donc face au client qui fait peine à voir. Il semble perdu, en plus d'être bourré évidemment. « Nous n'avons pas beaucoup de temps Monsieur O'Hara, dîtes-moi combien contenait cette mallette et surtout, pourquoi vous l'aviez car pour le reste je ne pense pas que ça vous causera trop de souci. » lui demandais-je d'un ton un peu sec, mais les cinq minutes accordées sont essentielles pour mettre au point une défense un temps soit peu crédible.

Il m'explique alors qu'il ne s'agit pas d'argent sale, qu'il l'a obtenu lors d'une soirée poker au sein d'un groupe de personnes avec lesquelles il a l'habitude de jouer. Sauf que ce cercle et ce type de pratique n'est pas légal, forcément je grimace, mais c'est rien en comparaison avec la gueule que je tire lors de l'annonce du montant 100 000£ ! « Sérieusement ? » lâchais-je spontanément de surprise. « Avec tout mon respect Monsieur, vous rendez-vous compte de ce que ça représente et des problèmes auxquels cela vous expose ? Je me doute bien que vous ne souhaitez pas parler de cela à l'officier, que vous souhaitez protéger ces personnes, mais il va falloir rapidement ruser alors. » ajoutais-je en commençant à réfléchir à une raison un tant soit peu crédible.

Puis une idée me vient à l'esprit pendant que Monsieur O'Hara commence à piquer du nez. « Dîtes qu'il s'agit d'argent que vous gardiez chez vous dans un coffre si vous en avez un, que ça fait des années que vous en mettez de côté et que vous vous étiez décidé à déposer cette somme en banque ou que... Que je ne sais pas ! »  A peine le temps de finir ma phrase que l'agent refait surface et mon client se met tout de suite sur la défensive en se remettant bien droit sur la chaise et les bras croisés. L'officier lui pose une question, mais il préfère rester dans son mutisme que d'y répondre à première vue. « Monsieur O'Hara, vous pouvez répondre vous savez. » dis-je d'une voix tout en croisant les doigts pour qu'il ne dise pas n'importe quoi.

« Cet argent est à moi, si j'ai envie de sortir avec autant de liquide, rien ne m'en empêche, surtout pas vous. » lança-t-il sèchement, ce sur quoi, je m'empresse de réagir « Ce que mon client voulait dire, c'est qu'il n'y a rien d'illégal, ça peut être étrange effectivement, mais pas illégal pour autant d'autant plus qu'il s'agit d'une somme économisée depuis de nombreuses années. Vous savez, avec toutes ces histoires de cracks boursiers, les grandes fortunes ne sont pas à l'abri contrairement à ce que l'on pourrait croire. Mais les temps changent, les opinions évoluent, la confiance est regagnée et c'est précisément pour cela qu'il se rendait dans une banque. » Argumentais-je sans bafouiller une seule fois et calmement. A cet instant, je commence à lentement détester Monsieur O'Hara qui m'oblige à le couvrir et mentir, chose que je déteste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
My mind is getting twisted {Raina}
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-