Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Her eyes looks like stone, i coul'd swear that her heart too (diana)

Still, still to hear her tender-taken breath.
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 197
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : robert pattinson
» Âge : trente-et un ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Dim 8 Oct - 16:09 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Diana S. Arnadi-Collins
⚜️ HER EYES LOOKS LIKE STONE, I COULD SWEAR THAT HER HEART TOO ⚜️

Je réajustais mes manches de veste et mon col et me recroquevillais presque sur moi-même en observant les gens autour de moi. Ces punks et gothiques, d'effrayants specimens. Je tentais de me faufiler entre les passants pour atteindre le coeur de l'évènement. Une foule s'agglutinait autour d'une boutique à quelques mètres de là. J'allumais une cigarette d'un geste fluide et enlevais le capuchon de mon appareil photo. Je commençais à ôter l'objectif pour en mettre un autre, adapté aux prises de courtes distances. Je rangeais l'objectif dans sa pochette et tins fermement mon sac contre moi. Bientôt j'arrivais sur les lieux et constatais l'état de la vitrine brisé et du magasin ravagé. Un homme, sûrement le gérant, tentait d'expliquer ce qui s'était passé à des journalistes déjà présents. Et merde, je n'étais pas arrivé le premier. J'attrapais mon appareil photo et amenais l'appareil à mon oeil. Tout en bougeant, je cherchai le meilleur angle de prise de vue. Mais lorsque je le trouvais presque, une tête brune apparut en plein milieu du viseur. Je poussais un râlement et tapais du pied, impatient. J'enlevais l'appareil de devant mon visage et constatais avec horreur qu'il s'agissait de Diana. Diana la nouvelle super copine de ma femme. La pauvre femme qui avait perdu son bébé à peine né et avait rejeté son père avec cruauté. Celle qui avait mit dans la tête de ma femme que j'étais le dernier à pouvoir l'aider. « Pousse-toi Diana! T'es toujours là où tu veux pas que tu sois. » Elle se retourna, surprise, et son visage s'assombrit à ma vue. Je lui fis mine de la main de disparaître et regardais à nouveau dans l'objectif. Elle s'était rapprochée, et hissée sur la pointe des pieds, sa tête prenait désormais tout le champ. Je soupirais, agacé par ces gamineries, et me déplaçais. J'appuyais sur le bouton, mais au moment de prendre la photo, sa tête chevelue apparut à nouveau sur la photo. « Je bosse là. » Je fis quelques enjambées et me déplaçais à nouveau mais à nouveau, elle vint se mettre devant l'objectif. Cette fois de face. Je soupirais,baissais l'appareil et la regardais, agacé. Elle n'allait pas m'emmerder encore longtemps? Elle m'avait déjà tout enlevé avec ses conneries.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Some women are lost in the fire.Some women are built from it.
En ligne
avatar
Some women are lost in the fire.
Some women are built from it.

» Date d'inscription : 18/10/2015
» Messages : 4544
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : Jamie Chung
» Âge : trente-deux ans
» Schizophrénie : Jake & Peter & Alexander
() message posté Lun 30 Oct - 10:39 par Diana S. Arnaldi-Collins
You have to accept that everything in life is not a symbol. Everything that happens to you is not a metaphor. You will drive yourself crazy by constantly digging for a deeper significance. Some things just are. ✻✻✻ Le mauvais temps l’avait poussée à quitter le parc où elle déjeune la plupart du temps, pour se réfugier sur un escalier à moitié abrité, faute de mieux. Les nuages vont et viennent mais elle n’a pas le courage de bouger pour l’instant, et se contente de manger sa salade fait maison sur son coin d’escalier. Ses escarpins et sa robe jurent avec la situation, mais elle n’en a que faire. Elle ne sera pas là bien longtemps. Malgré sa pause déjeuner assez longue, elle mange toujours rapidement, et profite généralement du reste du temps pour déambuler, ou aller donner un coup de main dans une des associations dans lesquelles elle est engagée. Ce midi, c’est la déambulation qui l’emporte, une fois qu’elle a aussi savouré son smoothie sorti tout droit de son beau mixeur, fabriqué avec des fruits locaux et bios. Un repas parfait, en somme.
Attirée par des bruits étranges, elle arrive dans une rue commerçante, où elle voit un attroupement. Derrière les gens, une vitrine brisée, et un magasin saccagé. Ça vient tout juste d’arriver et pourtant, personne n’a l’air de comprendre. Curieuse, elle s’approche un peu des lieux, se demandant ce qui a bien pu se passer. Les débris de verre sont partout dans la rue, si bien qu’elle fait attention où elle met les pieds. Elle tend le cou, essayant de voir l’intérieur du magasin, et entend quelques bribes de conversation. « Pousse-toi Diana! T'es toujours là où tu veux pas que tu sois. » Elle sursaute, étonnée d’entendre son prénom. Des yeux, elle cherche la personne qui l’a interpellée, jusqu’à ce que son regard se pose sur Bodevan, appareil photo à la main. Elle fronce les sourcils quand il lui fait signe de bouger. Visiblement, elle est dans son champ mais quand même, il n’est pas gêné. Alors oui, elle bouge, mais pour mieux se placer devant son appareil, juste par esprit de contradiction. Et parce qu’il aurait dû lui demander poliment. A nouveau, il râle, et se décale un peu. Sauf que Diana le suit, toujours un mètre devant lui. Ça pourrait presque l’amuser. « Je bosse là. » Il suffirait qu’il demande gentiment, mais il ne le fait pas. Alors Diana, elle continue de se mettre pile dans son champ de vision, l’empêchant encore de prendre une photo de la boutique saccagée. « Je te dérange peut-être ? » D’accord, c’est puéril, mais il n’est pas mieux. « Bonjour Bodevan. Tu vas bien ? » Volontairement, elle dit ça d’un ton infantilisant, montrant bien qu’elle n’apprécie pas la façon dont il la traite.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Still, still to hear her tender-taken breath.
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 197
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : robert pattinson
» Âge : trente-et un ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Dim 19 Nov - 17:06 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Diana S. Arnadi-Collins
⚜️ HER EYES LOOKS LIKE STONE, I COULD SWEAR THAT HER HEART TOO ⚜️

Depuis que Rioja avait quitté la maison, notre entourage s'était permis d'avoir un poids dans cette guerre futile et silencieuse. Les amies de Rioja, autrefois invitées à venir manger à la maison et à déguster du bon vin, s'étaient toutes mises à me haïr sans en savoir les raisons. Avoir perdu mon enfant faisait de moi un homme irresponsable, non méritant et un mari abusif. Je ne devais pas forcer Rioja à m'aimer, mais je n'avais pas non plus le droit de la laisser dans cet état là. Peu importe mes faits et gestes, on me jugeait. Sans s'intéresser véritablement à ce que je ressentais. Diana faisait partie de ces amies là. Elle se montrait certes présente et loyale pour ma femme, mais elle ne l'aidait en rien. Rioja n'avait pas besoin d'amies, elle avait besoin d'un mari, d'un soutien et d'un amour constant que j'étais le seul à pouvoir lui offrir. La mort de Kala avait été un coup du sort, mais c'était une épreuve à traverser à deux. Même si la mort s'était immiscé trop tôt dans notre relation, elle ne nous avait pas encore séparé. Elle ne nous avait pas encore séparé physiquement. Les termes de contrat de mariage fonctionnaient toujours, ma loyauté et mon amour pour elle était encore présent. Je voulais retrouver cette même insouciance, avoir ce même sourire sur les lèvres constamment. Redécouvrir les beautés du monde chaque matin. Comme je le faisais autrefois. Pourtant, tout semblait avoir un goût d'amer. Le monde avait changé, et la perception que j'en avais aussi. Je voulais me retrouver, mais cela m'était impossible sans ma femme à mes côtés. Et malgré tout, on continuait de me juger injustement. J'aurai pu me montrer poli avec Diana, mais je n'en avais pas envie. La situation était assez dure comme ça pour que des personnes extérieures viennent y foutre leur merde et y déverser leurs frustrations. Comme toujours, Diana marchait à la provocation. J'avais beau me déplacer, elle faisait toujours en sorte de se trouver dans mon viseur. Elle ne pouvait pas saboter mon couple et mon travail. Je lui lançais un regard noir et me déplaçais de nouveau, ignorant ses questions faussement intéressées. Une fois de plus, sa grosse tête brune se trouva devant l'objectif. Je poussais un râlement et tapais du pied, impatient et sincèrement agacé : « T'as rien de mieux à foutre?! » Une fois de plus, je me déplaçais en soupirant bruyamment, provoquant des regards curieux des passants agglutinés devant la vitrine vandalisée. « Va donc monter ma femme contre moi puisque tu aimes foutre la merde dans le couple des gens. » Je m'arrêtais un instant de prendre des photos et posais mon regard plein de dégoût sur elle. Et dire que je l'avais invité à ma table, et dire que je m'étais tué à la tâche pour lui servir un bon repas, de nombreuses fois. Et dire que je l'avais accueilli à bras ouvert sur mon toit. Les gens avaient tendance à oublier le passé lorsqu'un évènement déplaisant survenait. Ils ne cherchaient pas à comprendre, à voir plus loin que la surface. J'agissais comme un con, mais je ne l'étais pas forcément. Et malgré toutes mes tentatives de défense, cette étiquette me collait à la peau et ne me lâchait plus depuis un an.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Her eyes looks like stone, i coul'd swear that her heart too (diana)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Stone +16
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-