Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #27 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 27ième version pour fêter le nouvel an chinois, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Chinese New Year !
Venez célébrer le Nouvel an Chinois, avec le Magic Lantern Festival, par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


A tissue can save a life (Maxine & Bodevan)

 :: Moving along :: Take a ride :: Tube
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 29/05/2014
» Messages : 217
» Avatar : Beyoncé Knowles.
» Âge : beauté éternelle.
() message posté Dim 8 Oct - 16:25 par Destiny Tynged
A tissue can save a life



Dans le métro, vous (Maxine) n'êtes pas en avance. Vous avez emporté votre maquillage avec vous pour vous en occuper en route et gagner du temps. Sauf que vous dérapez à cause d'un freinage et vous vous mettez du rouge à lèvre partout. Vous n'avez pas de mouchoir et vous ne pouvez décidément pas sortir avec la joue taillaidée de rouge à lèvre comme celle du Joker. Alors, vous en demandez à votre voisin (Bodevan), qui ne peut s'empêcher de rigoler.

Il n'y a pas d'ordre défini dans ce RP. Ce RP est issu du système RP est aveugle 2.0.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 25/09/2017
» Messages : 611
» Pseudo : Bad Karma ~ Léa
» Avatar : Margot Robbie
» Âge : 28
() message posté Dim 8 Oct - 20:07 par Maxine Heavens-Huxley

   
A tissue can save a life
I wish we were all rose-colored too

   
Maxine était terriblement en retard ce matin, il était peut être encore tôt, mais le trafic était bondé, et elle était enfermée dans ce Black Cab en direction de la City. Max devait participer à une énième réunion pour préparer sa prochaine collection, autant dire qu'elle ne s'était pas levée du bon pieds. Alors qu'elle remettait ses cheveux en place devant un miroir de poche aussi grande que sa paume de main, Maxine commençait à pester contre le trafic. Elle était née ici, elle connaissait les heures de pointes à la minute près, ce n'était donc pas très compliqué d'anticiper, il aurait suffit qu'elle se lève 15 minutes plus tôt, et elle aurait éviter tous ces bouchons. Max n'était pas une lève tôt, c'était pire encore maintenant qu'elle avait sa propre entreprise, elle se trouvait souvent l'excuse du jet lag entre les différents voyages qu'elle faisait, mais non Max n'était juste pas du matin, le réveil pouvait sonner 5 fois chaque matin, elle le repousserait encore et encore, jusqu'à ce qu'elle soit vraiment en retard, comme aujourd'hui par exemple. Alors qu'elle se repoudrait le nez, elle lorgnait le chauffeur, pourquoi était il passait par Oxford Street ?! La blondinette levait les yeux au ciel en soupirant, le taxi était resté sur place depuis presque 5 minutes, elle regardait le ciel bleu éclatant, plutôt rare en Automne. Exaspérée, elle sortait son portefeuille de son sac. Je vais descendre là si ça ne vous dérange pas, j'irai plus vite en métro...  Tout londonien savait que le métro était bien plus rapide que n'importe quelle ferrari dans ce dédale de rue. Elle sortait 15£ et le tendait au chauffeur Gardez la monnaie Elle n'attendait pas plus et quitta la voiture pour se précipitait vers la bouche de métro quelques mètre plus loin, elle portait une paire d'escarpin type styletto, Max était bien plus à l'aise avec sa paire de converse qu'avec ces chaussures, mais réunion oblige, ses escarpins étaient assortis à son tailleur pantalon noir. En dévalant les escaliers, elle hésitait grandement entre courir plus vite au risque de se casser une cheville ou finir pieds nus, avec tous les sdf qui finissaient la nuits dans les couloirs, elle ne choquerait pas plus. De derrière, elle devait paraitre bien ridicule. Elle ne savait par quel miracle, le métro était juste devant ses yeux, elle eut le même le temps de s'installer à côté d'un parfait inconnu sans lui prêter grande attention. Elle serait en retard certes, mais au moins elle avançait dans la bonne direction, c'était toujours ça de pris. Elle sortait à nouveau son miroir de poche, son rouge à lèvre et commença un trait fin sur sa lèvre supérieure, et le train freina brutalement jusqu'à l'arrêt total de la tram de métro. Le train s'était peut être arrêtait, mais pas sa main, ni son rouge à lèvre qui s'était étalée sur sa joue. En l'espace de quelques secondes, Max ne savait pas si elle devait rire ou pleurer, elle ne pouvait en tout cas pas ignorer ce trait rouge cerise sur sa joue, la bouche ouverte à moitié maquillée, elle se contenta d'un "et merde".   
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 225
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : robert pattinson
» Âge : trente-et un ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Lun 9 Oct - 19:06 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Maxine Heavens-Huxley
⚜️A TISSUE CAN SAVE A LIFE ⚜️

Londres était un véritable chaos. La plupart du temps, je me déplaçais en voiture pour me rendre sur les différents évènements de la jourée. Mais je prenais la voiture seulement aux heures creuses. Aux heures de pointe, utiliser la voiture, le bus ou le taxi était une perte de temps. Les accès au centre de la ville étant contrôlés depuis quelques temps, la plupart du temps des gens faisaient demi-tour et rejoignaient les voies principales. Créant des bouchons monstrueux. Il fallait vivre Londres pour savoir ça, et il fallait une excuse pour pouvoir pénétrer au centre de la ville en voiture. Les taxis, étaient les seuls à pouvoir circuler librement, mes aux heures de pointe, ils se trouvaient eux aussi dans la même galère. Alors, ce matin, réveillé tôt par un appel de mon supérieur, je m'étais préparé en quelques minutes. Habillé de mon éternel costume sombre, et parfaitement coiffé et rasé, je fis le tour du propriétaire plusieurs et m'engouffrais, quelques minutes plus tard, dans les bouches de métro.Je glissais lentement mes écouteurs dans mes oreilles et laissais commencer un album d'Aretha Franklin. Arrivé sur le quai, je levais les yeux vers le panneau indiquant les prochains métros. J'avais deux minutes d'avance sur le métro que je visais. Intérieurement, je me félicitais d'être si efficace et tiré à quatre épingles. Satisfait, j'ajutais mes manches et glissais mes mains dans mes poches. Lorsque le métro arriva, je tins ma sacoche dans laquelle se trouvait mon appareil photo, contre moi. Une place se libéra alors je m'asseyais. Une jeune femme s'assit à mon côté et du coin de l'oeil, je la regardais paniquer et se maquiller à toute vitesse. Elle me faisait penser à Rioja. Je détournais le regard. Je ne devais pas penser à ma femme, et pourtant je le faisais dès le matin. Je soupirais doucement. C'est alors que le métro freina brusquement et ma voisine se tartina la joue de rouge à lèvre. Je la regardais, et me figeais alors. Je la connaissais. Maxine. Mon premier réflex fut de détourner le regard, pour qu'elle ne me remarque pas. Comme beaucoup, elle aussi s'était mise à me hair pour je ne sais quelle raison. Aimer ma femme, sûrement. Mais lentement me mis à rire. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle me fusilla du regard et me demanda de l'aide . En riant, je sortais un paquet de mouchoir de mon sac et lui tendit. Elle ne semblait pas m'avoir reconnu. Je la regardais tenter d'effacer son horrible trait rouge et lançais : « Il est tenace. C'est un rouge à lèvre ultra résistant non? Il est sensé rester toute la journée? » Je ris de plus belle, véritablement amusé par la situation. Tout d'un coup, Maxine défigurée par son rouge à lèvre venait d'égayer ma journée.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 25/09/2017
» Messages : 611
» Pseudo : Bad Karma ~ Léa
» Avatar : Margot Robbie
» Âge : 28
() message posté Jeu 26 Oct - 21:57 par Maxine Heavens-Huxley

   
A tissue can save a life
I wish we were all rose-colored too

   


Bad Karma, ou éternelle poissarde, c'était un peu au choix en cette journée qui commençait très mal. Maxine eut bien du mal à réagir à cette situation, toujours sur son hésitation entre fondre en larmes ou éclater d'un rire hystérique, elle commençait à réagit lorsque son voisin de siège ne put s’empêcher de se moquer d'elle. Devait-elle préciser qu'elle n'était absolument pas d'humeur ? Si elle pouvait blesser de ses yeux, ce type serait déjà en train d'agoniser à ses pieds baignant dans son propre sang. Elle prenait le paquet de mouchoir en lui lançant un Merci entre ses dents qui n'était pas un vrai remerciement en fin de compte. Max dépliait le tissu blanc, toujours armé de son miroir et tenta de retirer le trait de rouge à lèvre de sa joue, mais plus elle essuyait, plus le rouge s'étalait sur sa joue, elle faisait pire que mieux, et bientôt son mouchoir blanc était plus rouge que ses lèvres. Elle s'arrêta net, essayant de ne pas s'énerver davantage, elle repensait à ses cours de yoga, et prit une profonde respiration, la blondinette avait toujours eu horreur de ces cours de yoga, pour se détendre, elle avait besoin de cogner.
« Il est tenace. C'est un rouge à lèvre ultra résistant non? Il est sensé rester toute la journée? » Elle essayait de se calmer, vraiment, mais son voisin de siège ne l'aidait pas vraiment, encore moins quand il éclatait de rire de plus belle. Maxine levait les yeux au ciel, son karma était vraiment mauvais, et elle ne savait pas ce qu'elle avait fait pour mériter ça. Son rouge à lèvre toujours en main, sur un coup de tête, Max dessina un trait sur la joue de son voisin, rapide, furtif, sournois, mais efficace. Je ne sais pas à vous de me dire, tenter votre chance ! lui réponds elle en lui tendant ce même paquet de mouchoir. Satisfaite, Maxine se mit à sourire, un sourire franc et amusé, avant de ricaner à son tour et se tourner vers son mini miroir pour essayer de retirer le plus possible ce qu'elle avait sur le visage. Elle avait vu certaines vlogueuses utiliser du rouge à lèvre comme blush, mais elle ressemblait plus à Pennywise, qu'à ces vlogueuses en vogue. Oui Maxine pouvait parfois se comportait comme une petite fille pourrie gâtée de 8 ans quand elle était vexée, elle avait grandit au milieu de garçons et aurait surement fait la même chose à l'un de ses frères ou cousins, c'était la loi de la vengeance qui se mangeait glacé en plein hiver au milieu de l'Arctique.   
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 225
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : robert pattinson
» Âge : trente-et un ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Dim 29 Oct - 19:25 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Maxine Heavens-Huxley
⚜️A TISSUE CAN SAVE A LIFE ⚜️

Je n'avais que peu d'attentes de la vie, je n'attendais pas d'elle à ce qu'un événement soudain perturbe le quotidien. Mais parfois, j'étais surpris. Cette journée avait débuté dans la même mécanique que d'ordinaire, mais une rencontre inattendue et un freinage de métro suffisait pour vivre une situation à part. Maxine se trouvait désormais là, l'air ridicule avec ce trait de rouge à lèvre sur le visage. Je riais de bon cœur car je ne culpabilisais pas à l'idée de me moquer de gens comme elle. Des gens qui m'avaient tourné le dos et m'avait traité comme Judas sans connaître véritablement le fond de l'histoire. Depuis un an, Rioja ne supportait plus ma présence car elle lui rappelait le manque de notre fille. Depuis un an, elle n'acceptait plus que je la touche, car c'est ainsi que nous avions créé notre enfant aujourd'hui disparue. Sans m'avoir reconnu, Maxine me demandait de l'aide au lieu de me moquer. Malgré tout ce qu'elle pouvait croire, je n'étais pas un enfoiré. Je continuais de rire et la cherchais lorsqu'elle me barbouilla le visage de rouge à lèvre. Perturbé par cette agression je frottais frénétiquement ma joue. Je ne supportais pas que quelque chose dépasse, que quelque chose ne soit pas parfait. Je la regardais, horrifié et lançais en frottant encore ma joue : « Tu viens de m'offrir une chance de retourner Rioja contre toi. Je n'ai qu'à lui dire que tu m'as sauté dessus. A tous les coups elle connaît tous tes rouges à lèvres. » Je soupirais et je la sentis se tourner vers moi lentement. Je lui souriais avec force et levais les yeux au ciel en frottant comme un malade. « Quelle peste ! » Je la fusillais du regard et continuais à frotter. Ma joue entière était désormais devenue rouge. J'avais toujours accepté Maxine dans la vie de Rioja tout simplement parce que je n'avais rien à dire sur ses fréquentations. Mais de nombreuses fois, je m'étais armé de courage et de patience pour supporter le caractère parfois enfantin de Maxine. Il n'y avait rien de drôle à gâcher ma journée à moi aussi. J'avais l'air d'un clown désormais, et je n'avais rien demandé pour finir défiguré par son rouge à lèvre trop cher et testé sur des animaux.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 25/09/2017
» Messages : 611
» Pseudo : Bad Karma ~ Léa
» Avatar : Margot Robbie
» Âge : 28
() message posté Sam 2 Déc - 11:50 par Maxine Heavens-Huxley

 
A tissue can save a life
I wish we were all rose-colored too

 


C'était avec bien du mal que Maxine avait réalisé la présence de Bodevan comme son voisin de siège, le monde était bien petit parfois, bien trop à son gout même. Comme si finir dans le métro et finir badigeonner de rouge à lèvres n'étaient pas suffisant, il fallait en plus que Bodevan soit témoin de tout ce désastre, Max leva à nouveau les yeux au ciel en réalisant cette situation, son agacement était palpable. Pourtant Bodevan et elle avaient été amis pendant une très longue période, la période de son mariage avec sa meilleure amie, mais depuis leur séparation, Max avait pris partie pour Rioja, le but d'avoir une meilleure amie loyale dans chacun de ses choix. Elle n'avait rien eu contre lui, sauf son côté lourdingue moqueur, genre petit crétin qu'il était en train de lui faire en ce moment même, alors que ce n'était même pas drôle en soit. Et depuis Max n'avait jamais croisé le chemin de ce cher Bodevan, quel était le pourcentage de chance parmi les plus de 8 millions d'habitant de cette ville de se retrouver dans l'un des moments les plus humiliants de sa vie d'être avec lui ?! Vengeance, vengeance, elle dansait sur le principe du "ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse" et dans un grand élan, Max avait dessiné un trait épais et gras avec son rouge à lèvre sur sa joue, presque en lui lançant un "bien fait", Bodevan la connaissait, elle ne se serait surement pas comporté de cette manière avec un parfait inconnu. « Tu viens de m'offrir une chance de retourner Rioja contre toi. Je n'ai qu'à lui dire que tu m'as sauté dessus. A tous les coups elle connaît tous tes rouges à lèvres. » Alors qu'elle souriait de toute ses dents elle pouffait d'un rire incontrôlable, comme si ... parce qu'il y croyait vraiment ?!  Je pense surtout que ce serait l'occasion de plus pour te détester, même après la plus grosse connerie, elle me croira toujours plus que toi ... Elle était certaine que Rioja régirait de la même manière si elle devait être confronté à Jimmy, le futur ex mari de Maxine s'il se décidait un jour à signer les papiers définitifs. Heureusement pour elles, Jimmy vivait à New York. Dans un haussement d'épaule, elle recadra le miroir en sa direction et tenta à nouveau de retirer le trait aussi épais sur son visage, elle regrettait amèrement d'avoir enlever les lingettes démaquillantes de son sac parce qu'il tait trop lourd, dans la liste des "au cas où" devrait maintenant figurer : et si en se maquillant dans une rame de métro, le train freinait brutalement et lui ruinait son maquillage et le restant de sa journée. « Quelle peste ! » Maxine finit par lâcher un rire qui lui sortait tout droit des tripes, la situation était bel et bien risible, elle se sentait moins stupide depuis que Bo avait également du rouge sur la joue, Max était bien plus détendue, malgré qu'ils soient au cœur de l'attention, Max n'y prêtait plus vraiment attention. Tu as l'air tellement ridicule Bo !


 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 225
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : robert pattinson
» Âge : trente-et un ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Sam 16 Déc - 16:04 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Maxine Heavens-Huxley
⚜️A TISSUE CAN SAVE A LIFE ⚜️

Depuis comme Rioja m'avait quitté, notre entourage s'était permis de prendre parti dans notre relation. Les amies de Rioja s'étaient mises à me détester de manière injustifée et mon propre entourage avaient adopté un discours différent à l'égard de ma femme. Pourtant, ce n'était pas à eux de juger notre histoire ou notre relation. L'infidélité ou le mensonge n'avait pas été la cause de notre perte, mais le deuil, lui, l'avait été. Dans le regard de Maxine, je sentais l'estime à mon égard avoir disparu mais je n'en comprenais pas les raisons. Comme Diana, toutes d'eux s'étaient dressées contre moi par loyauté pour Rioja. Mais toutes deux n'avaient toujours pas compris que moi aussi je lui étais fidèle. Pour toujours, et à jamais. Dès lors, je m'étais comporté en gros connard, comme pour leur donner des raisons de m'en vouloir. Mais je ne comprenais toujours pas cette guerre ouverte. Je m'étais certes moqué de Maxine, mais dans un élan de compassion lui avais donné un mouchoir. En récompense, je m'étais moi aussi retrouvé défiguré par un gros trait gras et rouge de maquillage. J'étais énervé mais aussi blessé de son geste. Je n'y étais pour rien. « Mais bien sûr. Je te rappelle que moi aussi j'ai perdu ma fille. » Les gens avaient tendance à l'oublier. Que je portais le même deuil que Rioja, la même souffrance, la même culpabilité. J'avais certes mal agit à de nombreuses reprises, mais personne ne s'était dit que c'était ma manière à moi d'accepter la mort de ma petite fille. Tout le monde avait le droit à l'erreur, mais j'avais le sentiment d'être le seul à ne pas y être autorisé. On me jugeait trop vite et trop durement, et cela m'avait poussé à me forger cette carapace pour que plus personne ne puisse m'atteindre. Maxine continuait de se moquer de moi et me lança que j'étais ridicule. Je lui lançais un regard noir et soupirais en regardant autour de moi avant de répondre d'un ton détaché : « Peut-être. Mais moi au moins je ne prends pas du plaisir à m'acharner sur les gens. » Je sentis plusieurs regards accusateurs se tourner vers Maxine et baissais la tête d'un air accablé pour plus de pitié. Lentement, je cherchais un nouveau mouchoir pour tenter d'effacer sa connerie, mais rien n'y faisait. Cette trace allait rester, comme toutes les attaques orchestrés à mon égard.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 25/09/2017
» Messages : 611
» Pseudo : Bad Karma ~ Léa
» Avatar : Margot Robbie
» Âge : 28
() message posté Mer 20 Déc - 18:40 par Maxine Heavens-Huxley

 
A tissue can save a life
I wish we were all rose-colored too

 


Les minutes passaient, et ce trait de rouge à lèvre était en grande parti toujours là, elle était en retard et absolument pas présentable pour son meeting de ce matin, si Sophia la voyait dans cet état, elle se ferait incendier, surtout qu’elle devait rencontrer les principaux investisseurs de sa nouvelle collection autant dire qu’elle était morte et ridicule, ridiculement morte. Elle soupira, et finit par se dire que le plus simple serait de se démaquiller complètement avec du savon et de se maquiller à nouveau, mais quelle journée ! Si Maxine s’était levée, ne serait ce que 5 min plus tôt, ou si elle était restée dans ce foutu taxi, elle ne serait probablement jamais aussi retard que ce qu’elle l’était en ce moment même, une catastrophe. Mais bien sûr. Je te rappelle que moi aussi j'ai perdu ma fille. Maxine tourna la tête lentement dans la direction de Bodevan, espérant quelques minutes ne pas avoir entendu ce qu’elle avait entendu : c’était quoi ce discours moralisateur ? Il lui avait tendu une perche, que Maxine avait attrapé avec grand plaisir, ce n’était qu’une blague, qui ne lui plaisait pas ou qu’il n’avait pas compris, peut lui importait, mais elle ne supportait pas l’idée qu’il se cache derrière cette excuse toute montée. Excuse-moi ?! Parce que tu penses être le seul à en souffrir ?! S’il s’imaginait qu’elle ne savait pas ce que c’était que de souffrir de la perte de quelqu’un et d’être prêt à faire n’importe quoi pour oublier cette souffrance, il se mettait le doigt dans l’œil. Max aussi avait perdu une nièce, elle n’avait connu Kala que trop peu de temps, probablement beaucoup moins que les autres avec tous ses aller-retours pour son travail. Le plus dure était de faire face à leur douleur en tant que parents, parce qu’il n’y avait aucun mot suffisamment fort pour leur montrer à quel point elle était désolée de ce qu’ils subissaient. Maxine avait également perdu un enfant, elle avait fait une fausse couche à 5 mois de grossesse, dont elle n’avait pas du tout conscience, ce devait être une nouvelle étape dans son mariage, et au lieu de ça, ils avaient couru tout droit vers le divorce. Max ne retenait que la frustration qu’elle ressentait, cette nouvelle étape qui n’avait jamais eu lieu, et le possible avenir qu’elle ne connaitrait jamais. Elle essayait de ne pas s’énerver contre lui, ils avaient l’un comme l’autre un fort caractère, ce n’était pas le moment de laver son linge sale en public, surtout qu’elle finirait probablement par devenir méchante. Peut-être. Mais moi au moins je ne prends pas du plaisir à m'acharner sur les gens. Elle prenait une profonde respiration, en levant les yeux au ciel, ce qu’il pouvait être agaçant, elle avait l’impression d’être avec son ex, les hommes étaient tous des bébés, Bo était presque en train de pleurnicher à lui parler d’acharnement, comme si c’était régulier de sa part de le persécuter, Max avait surement oublier la crotte de chien en feu qu’elle avait déposé devant sa porte, les appels anonymes qu’elle passait tous les soirs à la même heure, bullshit, Bo ne savait surement pas ce que c’était d’être persécuté. Ce n’est que du rouge à lèvre Bo ! C’est surtout ton égo qui a été piqué, si j’avais gardé ces foutus lingettes démaquillantes, le problème aurait été résolu en 3 minutes ! Mais je ne les ai pas … Tu n’en aurais pas toi par hasard ?! Voulait elle plaisanter pour détendre l’atmosphère.


 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 225
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : robert pattinson
» Âge : trente-et un ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Jeu 28 Déc - 19:45 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Maxine Heavens-Huxley
⚜️A TISSUE CAN SAVE A LIFE ⚜️

A la Nouvelle-Orléans, je n’avais pas connu la méchanceté. Reculé dans la nature sauvage, plongé dans mes nombreux bouquins rapiécés et vieux comme le monde, j’avais découvert le vice à travers les livres. Dans ce monde là, je ne m’étais jamais imaginé un jour me séparer de ma femme. Ni perdre mon enfant. Parfois je repensais à cette vie là et regrettais de ne pas avoir tenté l’expérience pour ma propre fille. Mais j’avais voulu lui éviter l’adaptation difficile au monde réel que j’avais surmonté. Sauf que Kala n’avait jamais eut le temps de s’adapter. Nous l’avions lâché dans ce monde cruel en espérant qu’il soit clément, et ma fille s’était noyée seule dans une piscine alors que sa nourrice la croyait en train de dormir. Elle avait connu la mesquinerie trop tôt. Elle avait désobéit aux ordres et s’était échappé du sommeil pour aller jouer. Ça avait été l’erreur de trop. Mes parents ne m’avaient jamais laissé l’occasion de saper leur autorité. J’étais certain que Kala aurait été encore vivante si j’avais suivi l’éducation que m’avait donné les Andrews. Je m’étais retournée la question des centaines de fois dans l’esprit, afin de trouver quelles décisions auraient pu changer la chose. Mais la vérité, c’est que le passé ne pouvait être changé, et des « et si » ne suffisaient pas à soigner mon cœur. J’avais enterré ma fille, et avec elle, tous les rêves que j’avais entretenu à son égard. C’était toute une vie qui s’était retrouvé enseveli dans un cimetière de Londres. Et dès lors, ma vie avait changé. Ceux qui longtemps avaient été mes amis, m’avait tourné dos. Car dans une séparation, il y a toujours une prise de parti. Et j’en voulais à ces personnes de m’avoir tourné dos. Comme Maxine, comme Diana. Sans essayer de comprendre quelles peines pouvaient me dévorer, moi aussi. Je n’avais pas fait les choses à la perfection, mais mon amour, lui, était resté intact. J’avais longtemps ignoré toutes les remarques et gestes désobligeants à mon égard, mais aujourd’hui je ne parvenais plus à passer outre. Maxine était cruelle avec moi et ne s’en rendait pas compte. Même si son geste de me couvrir le visage de rouge à lèvre était puéril, elle décidait une fois de plus de s’en prendre à moi. Elle continuait cette guerre inutile qu’elle avait lancé pour justifier sa loyauté envers Rioja. Moi aussi je lui étais loyal. C’était Rioja qui avait décidé de ne plus croire en nous. Je regardais durement Maxine à sa réponse. Elle comparait sa douleur à la mienne ? Elle osait comparer sa perte à la nôtre ? Elle avait connu et aimé Kala. Rioja et moi l’avions créé. « Tu te sens concerné ? » Je soupirais et détournais la tête, préférant changer de sujet. Je ne voulais pas reparler de ça. Pas avec elle. Elle qui pensait avoir son mot à dire alors qu’elle n’avait jamais été concerné par ce drame familial. Je continuais, à la place, de m’acharner sur ma joue pour en ôter l’horrible trait rouge. Maxine tentait de dédramatiser la chose. Mais je fronçais un peu plus encore les sourcils. Elle ne comprenait pas. Je soupirais à sa remarque et croisais les bras, calmement. « Si tu voulais mon attention, tu aurais pu me demander de mes nouvelles au lieu de m’attaquer avec ton truc. » Répondis-je en regardant ailleurs. A vrai dire, j’avais probablement des lingettes pour le visage dans mon sac, en bon maniaque. Mais je préférais la laisser galérer. Je la regardais s’acharner, avec un sourire satisfait. L’agacement était passé. L’amusement revenait au galop.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 25/09/2017
» Messages : 611
» Pseudo : Bad Karma ~ Léa
» Avatar : Margot Robbie
» Âge : 28
() message posté Mar 30 Jan - 21:25 par Maxine Heavens-Huxley

 
A tissue can save a life
I wish we were all rose-colored too

 


« Tu te sens concerné ? ». Maxine ouvrait la bouche, blessée par ses propos, prête à le tacler à son tour, et c'était maintenant qu'elle se souvenait pourquoi elle avait pris partie pour Rioja, en plus d'avoir été sa meilleure amie depuis toujours, c'était les petits tacles, les petits piques, les petites remarques, le sujet sur lequel ce très cher Bodevan, le seul , l'unique, avait toujours son opinion ou son mot à dire, alors que tout s'en foutait royalement. Elle préférait se dire que c'était simplement son orgueil, mêlé à sa peine, en y ajoutant sa stupidité légendaire qui le faisait réagir comme ça. Max et Bo n'avaient jamais été de grands amis, on pouvait dire qu'ils se fréquentaient parce qu'ils y étaient obligé, leur seul point commun était leur loyauté envers Rioja, ils n'avaient pas d'atomes crochus, et n'en auraient probablement jamais. Au fond d'elle même, Bodevan faisait partie de ses types qui l’irritaient avec pas grand chose, elle détestait ce côté sarcastique à tout bout de champs, alors qu'une simple conversation pouvait suffire et plus le temps passait, plus il lui faisait pensé à Jimmy, son ex. ça s'appelle l'empathie espèce d'abruti, tu sais quand on regarde plus loin que son nombril... je sais que ça te parait peu familier, je préfère t'expliquer ! finit elle par s'emporter au bout de ses très longues minutes de provocation  et jérémiade de sa part, Max qui n'avait jamais été très forte pour garder son sang froid, finissait par exploser, et il en faisait les frais, tant pis pour lui. Si elle se sentait concernée ?! Bien évidement, qui ne l'était pas ? Tout ce qui affectait Rioja, l'affectait elle aussi, tous les petits drames de la vie, pour l'une comme pour l'autre, leur amitié se renforçait un peu plus. Max se rappelait de son séjour à l’hôpital, juste après son agression, où Rioja avait probablement était bien plus bouleversée que Max qui l'avait elle même vécut. Si Max n'avait pas été présent dans ces moments là auprès de son amie, quand l'aurait elle été alors ?! « Si tu voulais mon attention, tu aurais pu me demander de mes nouvelles au lieu de m’attaquer avec ton truc. » Le train avait repris sa route depuis un moment, et ils étaient toujours au centre de l'attention de toute la trame. Max lui montrait du bout du doigt le trait qu'elle avait également sur la joue, elle avait voulu tourné cette scène à la rigolade, mais c'était sans oublié Bodevan qui lui préférait tout tourner au drame. J'avais oublié ton côté Calimero, et grand dramaturge digne de Shakespeare, sur ce , je vais te laisser Bo ! Passes une bonne journée disait elle en ramassant les nombreux mouchoirs qu'ils avaient utilisés, attrapait son sac tant bien que mal et commençait à se lever de son siège, bien décidé à changer de tram, il ne lui restait de deux stations avant d'arriver à bon port, elle était bien en retard pour son rendez vous en oubliant presque le sujet, et surtout dans un état lamentable. Elle avait horreur de se donner en public, et elle se serait probablement excusé même, si Bo n'avait pas cherché à la vexer, parfois il valait mieux quitter une conversation brusquement, plutôt que de continuer le désastre.


 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
A tissue can save a life (Maxine & Bodevan)
London Calling. :: Moving along :: Take a ride :: Tube
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Fauve ▬ Tell me would you kill to save a life ?
» How to save a life- Sofia [4 mars]
» Motocross Libin - 31 mai 2015 ...
» Cameron | How to save a life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-