Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Maybe mistakes are what make our fate... (Firmin).

These violent delights, have violent ends.
avatar
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 11731
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Rebecca & Gabrielle.
() message posté Mar 17 Oct - 14:58 par Jamie E. Jones-Collins
I don’t think much about guys from the past. I’m glad I knew them, but there’s a reason they didn’t make it into my future. ✻✻✻ À ce rythme-là je vais finir par être en retard, et je ne peux pas me le permettre. J’accélère mes pas, me mettant presque à courir pour être sûre d’arriver au moins à l’heure pour ce rendez-vous. Il serait dommage d’arriver en retard alors que je dois rendre la finalisation de mon travail. Malheureusement je ne suis pas vraiment à ce que je fais, ayant une tonne d’autres choses en tête, ce qui donne que je n’arrive à me concentrer sur véritablement rien. Ce n’est pourtant pas le moment de commencer à divaguer, et je dois faire un véritable effort pour penser uniquement à ce rendez-vous. Je finis par arriver avec quelques minutes d’avance, ce qui me laisse le temps de souffler un instant, et de pouvoir me calmer. Je suis toujours un peu nerveuse, alors que ce n’est vraiment pas la première fois que je fais cela, mais c’est toujours ainsi. Malgré les années, mes nombreux dessins publiés, j’ai toujours peur que cela ne plaise pas. Que ce ne soit pas assez bien, ou que cela se ressemble trop à la longue. C’est assez difficile d’innover à chaque fois, et il arrive parfois que cela ne plaise pas, ce qui est démotivant. Surtout après avoir passé des heures à travailler sur un dessin. Mais aujourd’hui tout se passe bien, et c’est un véritablement soulagement. Il est près de dix-sept heures quand je ressors heureuse. Cela signifie que je vais pouvoir souffler un peu pendant quelques jours, avant de tout recommencer. Il est encore trop tôt pour rentrer à l’appartement, surtout en sachant que je m’y retrouverais seule. Non à la place, je décide de m’offrir une mini célébration en passant au Starbucks qui se trouve à une dizaine de minutes. N’ayant pas envie de me retrouver seule avec mes pensées, je branche mes écouteurs, avant d’allumer la musique. Avec tout ce qui se passe ces derniers temps, ce n’est nullement l’endroit, ni le moment pour recommencer à penser. C’est beaucoup plus simple de me concentrer sur autre chose, même si cela ne dura qu’un temps, comme à chaque fois. Peut-être que je devrais passer au studio de danse en fin de journée, au moins je sais que je serais tranquille durant quelques heures. Je ne sais cependant pas si j’aurais le courage, ni réellement la motivation de rentrer pour repartir après. Il y a plus de chance que je finisse par m’écrouler sur le canapé et ne plus bouger, que de prendre mes affaires pour aller danser. Autant profiter du fait que je suis dehors maintenant pour prendre l’air, et me changer les idées. Je ne coupe ma musique qu’au moment de franchir les portes du Stabucks, avant de faire la queue. Comme toujours, c’est bondé, et après une rapide inspection des lieux je doute pouvoir m’installer quelque part, ce qui me fait soupirer. Je n’ai pas envie de rentrer maintenant, mais la perspective d’errer sans but dans Londres ne m’enchante pas vraiment non plus. Avant tout chose, il faudrait déjà que je puisse commander, ce qui n’est pas encore le cas. Je profite de mon temps d’attente pour envoyer un message à mon frère, histoire de m’occuper en attendant. Finalement après un temps qui m’a paru interminable je peux enfin commander, avant de devoir de nouveau attendre pour récupérer ma boisson. Il faut encore au moins deux bonnes minutes pour que récupère cela, et que je ne décide de sortir. Malheureusement, avec tout ce monde, j’ai à peine le temps de me retourner que j’entre en collision avec quelqu’un, renversement ma commande par terre, et à moitié sur l’autre personne. C’est parfait. « C’est pas vrai. » Si c’est embêtant pour moi, ça l’est encore plus pour l’autre personne. « Je suis vraiment, vraiment désolée. » Je ramasse mon gobelet désormais vide, avant de regarder la personne qui vient d’en faire les frais. Quelle n’est pas ma surprise de trouver Firmin. Ça ne va pas recommencer ! C’est ainsi que l’on s’est rencontré il y a longtemps, seulement cette fois-ci je ne lui proposerais pas de lui payer un café pour m’excuser. Je suis tellement sous le choc, que je n’ai pas le réflexe de me sauver, alors que cela vaudrait sûrement mieux. Je ne suis pas sûre qu’il est véritablement envie de me voir, ni de me parler, sans parler du fait qu’il se retrouve couvert de ma café par ma faute, une nouvelle fois.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 22/08/2017
» Messages : 1621
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : jamie dornan
» Âge : Trente trois ans
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & Willow (e. watson) & Eulalie (b. lively)
() message posté Mar 17 Oct - 17:30 par Firmin G. Van Avermaet
Maybe mistakes are what make our fate
ft. Jamie


< Les jours se suivent et pourtant ne se ressemblent pas. Certains jours j’ai de la chance que mon portable sonne pour m’annoncer qu’un petit travail m’attend. Et d’autres, c’est comme cette journée : un ennui total. Depuis que j’avais quitté ma Belgique natale pour vivre à Londres, je n’arrivais pas à trouver un sens professionnel à ma vie. La routine de la ferme ne me manque pas mais je ne sais pas faire grand-chose de mes dix doigts pour me permettre de trouver un emploi stable. Financièrement, je m’en sors mais je ne vais pas continuellement vivre sur mes économies. A l’âge de la retraite, je trainerai dans les rues et je dormirai sur les trottoirs si je ne trouve pas de quoi approvisionner mon compte en banque. Et un homme sans sous, ce n’est pas vraiment ce qui fait craquer les filles et si je ne veux pas finir vieux, seul et à la rue, il est vraiment temps que je bouge mes jolies fesses. Suivre des cours m’était déjà venu à l’esprit mais je ne me suis jamais décidé sur l’orientation à prendre. C’est pourquoi j’étais en route vers un centre de formation de la capitale. J’ai parfois un peu du mal avec la technologie moderne et passer des heures sur internet à chercher des informations me donne plus envie de le jeter par la fenêtre. Faire preuve de patience ? Très peu pour moi. J’avais donc décidé de me rendre sur place, à la recherche d’un catalogue qui me donnerait toutes les perspectives qui aideront mon avenir à être meilleur. Après quelques minutes de discussions avec la femme de l’accueil, j’obtins enfin ce dont j’ai besoin et décide de rentrer chez moi. L’idée de lire toutes ces possibilités dans cet endroit ne m’enchante guère et je pourrai toujours le commencer autour d’un bon café sur le chemin du retour. Je reprends ma route, m’en voulant d’avoir oublié mon « Ipod » à l’appartement. Je ne m’en sépare jamais ne supportant plus d’entendre ces bruits continus au creux de mes oreilles. Et l’écoute de douce musique me calme souvent et cette fois je devais supporter le bruit extérieur de la ville à celui des conséquences d’un attentat. Si je m’étais rendu compte de cet oubli avant d’entrer dans le bus, j’aurais très bien pu faire demi-tour mais comme il était trop tard, je devrais faire avec. Cherchant un endroit où me poser pour déguster un bon café, j’optai pour le « Starbucks ». J’adore cet endroit et même si le brouhaha des nombreux visiteurs ne m’aide pas à oublier le bruit dans mes oreilles, je décidai de m’installer à une table. La concentration était tellement difficile que je préférais ne pas rester longtemps. Ayant pris de quoi manger, je me faufilai entre les personnes qui attendaient leur café pour déposer mon plateau. Peut-être aurais-je du jouer les adultes mal élevé et le laisser à ma table car le contenu d’une commande fini sur ma veste. La poisse. « Je suis vraiment, vraiment désolée. » Heureusement que des excuses ne mirent pas longtemps à s’entendre, j’acceptai la situation plus calmement. « Ce n’est pas grave. » dis-je rapidement avant de me rendre compte de l’identité de la coupable. Jamie. Elle semble bien vivante pour quelqu’un que je croyais mort après avoir disparu mystérieusement de ma vie. « Tu sembles aller bien. Je te pensais morte. » Ce n’est pas très sympathique de penser cela de quelqu’un. « C’est la seule raison que j’ai trouvé pour ton absence soudaine et ton silence. » Mais décidément, le café et nous c’est loin d’être une histoire d’amour. Je tentai de trouver une serviette en papier pour éponger le liquide qui coulait sur mes vêtements. « Mais tu sais, si tu voulais me parler, tu n'étais pas obligée d'encore lancer ton café sur moi. Une fois m'avait suffit. » J'étais loin d'être froid dans mes propos, naturellement calme, je n'arrive pas à m'énerver.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
These violent delights, have violent ends.
avatar
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 11731
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Rebecca & Gabrielle.
() message posté Mar 17 Oct - 22:28 par Jamie E. Jones-Collins
I don’t think much about guys from the past. I’m glad I knew them, but there’s a reason they didn’t make it into my future. ✻✻✻ Forcément à ne pas être concentrée sur ce que je fais, il fallait bien que je finisse par en faire une. Je ne suis pourtant pas de nature très distraite, mais depuis quelques jours je ne cesse de ressasser la même chose, ce qui finit par être agaçant. C’est comme si j’étais impossible de penser à autre chose, et à force il va bien falloir que je finisse par faire quelque-chose. Cela ne me semble pas sain, et naturel comme mode de fonctionnement. De toute façon je ne sais même pas pourquoi tout cela me tracasse autant, ça se terminera comme les autres fois. En attendant, il faut que je me concentre sur autre chose, comme le travail ou la danse. N’importe quoi, mais pas ça, mais pas lui. Renverser mon café fait partie de ces choses. Avoir attendu tout ce temps pour le renverser, vraiment c’est irritant. Ça doit être encore plus gênant pour la personne qui a reçu mon café sur elle. « Ce n’est pas grave. » Normalement non, ce sont des choses qui arrivent. Mais puisqu’il s’agit de Firmin, tout de suite cela change tout. J’aurais dû m’éclipser au moment où je me suis rendue compte que c’était lui, au lieu de rester sur place, surprise. Londres est une grande ville, et je ne pensais vraiment pas retomber sur lui un jour, surtout de cette manière. Encore une fois. Je suis gênée de le revoir. Je n’ai pas forcément agit raisonnablement, ni en adulte. « Tu sembles aller bien. Je te pensais morte. » Cela ne fait que me sentir encore plus gêné, à tel point que j’en échappe mon gobelet pour la deuxième fois. Heureusement cette fois il est vide, ce qui évite de nouveau dégâts. Je ne sais pas quoi lui dire. Je ne sais même pas s’il y a une bonne façon de faire. Je n’aurais sans doute pas dû agir comme je l’ai fait, mais il est trop tard maintenant pour changer les choses. « C’est la seule raison que j’ai trouvé pour ton absence soudaine et ton silence. » Au lieu de répondre, ou même de le regarder je préfère m’amuser avec mon gobelet encore chaud, mais vide. Qu’est-ce que je pourrais bien lui dire de toute façon ? M’excuser ? Il le faudrait surement, mais après tout ce temps ça ne changerait pas grand-chose. J’ai agis stupidement, et je ne peux plus rien y faire. Le mieux serait sans aucun doute de m’expliquer, de lui dire pourquoi j’ai agis ainsi, mais c’est embarrassant, et ce n’est vraiment pas une bonne idée. Je préférais encore de nouveau lui renverser un café dessus. Non, nous n’avons rien à nous dire, ou du moins je n’ai rien à lui dire. J’essaie cependant, il serait encore plus stupide de partir sans rien dire, une nouvelle fois. « Non, comme tu peux le constater, je ne suis pas morte. » Ça pourrait sembler bizarre de penser cela, mais c’est exactement ce que j’ai fait. Ne plus donner de nouvelles, ne plus répondre, silence radio. D’accord ce n’est pas la meilleure façon de rompre avec quelqu’un, mais ça c’est toujours montré efficace. Enfin, jusqu’à ce que vous finissiez par recroiser votre ex. « Mais tu sais, si tu voulais me parler, tu n'étais pas obligée d'encore lancer ton café sur moi. Une fois m'avait suffi. » Je laisse échapper un rire nerveux. Ce n’est pas du tout comme ça que j’avais prévu de passer ma fin d’après-midi. « Désolée, c’était un accident. » Je réalise maintenant que je pourrais l’aider à éponger, mais cela sûrement un peu trop bizarre. Je me contente donc d’aller jeter mon gobelet de revenir avec des serviettes que je lui tends. Je n’ai qu’une envie, partir. Mais je me sens coupable, pour le café, et pour le reste. « Comment tu vas ? Hormis le café. » Il me semble plus facile de poser une question anodine que d’affronter réellement le fond du problème. Malgré ma gêne, je suis aussi un peu curieuse de savoir ce qu’il devient. Quitte à être embarrassée autant savoir ce qu’il devient. C’est drôle je n’avais pas pensé à lui depuis longtemps, et maintenant je n’arrête pas de repenser à la façon stupide dont j’ai agis. Visiblement, il m’est impossible d’avoir l’esprit tranquille aujourd’hui.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 22/08/2017
» Messages : 1621
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : jamie dornan
» Âge : Trente trois ans
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & Willow (e. watson) & Eulalie (b. lively)
() message posté Lun 30 Oct - 16:47 par Firmin G. Van Avermaet
Maybe mistakes are what make our fate
ft. Jamie


< Je suis plutôt quelqu’un de nature assez calme. Je ne m’énerve que très rarement il faut souvent une situation vraiment compliquée pour que je m’énerve. Peut-être que mon activité sportive me permet de canaliser les possibles montées d’énervement et par conséquent, je prends toujours les choses avec calme. Comme en cet instant où tout un liquide chaud s’écoulait sur mes vêtements. Je connais beaucoup de personnes qui auraient sans doute élevé la voix pour engueuler la responsable de ce désagrément. Mais je n’en voyais pas l’utilité. Encore moins quand je reconnus les doux traits de Jamie. Décidément il fallait toujours une rencontre pas très banale entre nous. Je vais finir par penser qu’elle le fait exprès et que ça l’amuse de m’inonder de caféine. Au vu de son expression, elle ne semble pas super ravie de me croiser ici. Quand on y réfléchit, le moins ravi de nous deux devrait sans doute être moi. Après tout c’est elle qui m’a lâché du jour au lendemain sans plus jamais donner de nouvelles. J’avais fini par croire qu’elle était morte. Et à moins qu’elle ait une sœur jumelle, elle semble en parfaite santé. Je ne pouvais défaire mon regard de son visage. J’avais besoin de m’assurer que c’était bien elle. Elle n’avait pas changée, et pourtant les mois ont passé depuis la dernière fois où je l’avais vue. Elle laissa de nouveau tomber son gobelet ce qui engendra un sourire sur mes lèvres. Je lui fais toujours de l’effet qu’elle en devient encore plus maladroite. « Non, comme tu peux le constater, je ne suis pas morte. » Heureusement d’ailleurs. Même si je lui en veux un peu d’avoir disparu du jour au lendemain comme elle l’a fait, je ne peux pas souhaiter sa mort. Je ne suis pas assez rancunier que pour vouloir des choses aussi tragiques. Après tout je ne lui en veux pas vraiment de m’avoir « abandonné » c’est plus la manière dont elle l’a fait qui me pose problème. Je ne pense pas avoir été méchant pour mériter un comportement comme le sien. Ou alors je ne me connais pas assez bien. Je me remets toujours en question que parfois j’oublie un peu qui je suis réellement. Mais je doute que le problème vienne de moi. Sans doute avait-elle eu envie de passer à autre chose. J’aurais pu lui en vouloir mais comme pour le café, j’avais assez vite tourner la page. Rien ne sert de s’éterniser sur le passé. « Comment tu vas ? Hormis le café. » Sérieusement ça l’intéresse ? Comme je suis un gentleman très poli, il va de soi que je ne la laisse pas dans le vent pour quitter les lieux. Au fond j’étais quand même ravi de la revoir. « Je vais très bien. Merci de t’en soucier. Et toi ? » J’étais sincère et je me souciai quand même de savoir si elle se portait bien. Et pour continuer sur ma lancée de gentillesse. . « Je t’offre un café? Pour remplacer celui qui inonde ma veste ! » Au fond je voulais qu'elle m'explique pourquoi elle avait fui comme elle l'a fait et pour éviter qu'elle ne parte rapidement, je tentai de lui proposer de remplacer son café.
☾ ANESIDORA

Revenir en haut Aller en bas
These violent delights, have violent ends.
avatar
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 11731
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Rebecca & Gabrielle.
() message posté Mar 21 Nov - 15:31 par Jamie E. Jones-Collins
I don’t think much about guys from the past. I’m glad I knew them, but there’s a reason they didn’t make it into my future. ✻✻✻ Tomber sur Firmin est vraiment bizarre, la ville est pourtant assez grande pour ne pas croiser ses ex par hasard. D’autant plus après la façon dont je me suis comportée à l’époque. Je n’aurais pas dû agir comme je l’ai fait, je le sais très bien. Et même si cela remonte à quelque temps maintenant, cela n’empêche pas que je suis gênée de tomber sur lui. Sentiment qui est renforcé par son calme. Je comprendrais qu’il soit en colère contre moi, qu’il ne veuille même pas m’adresser la parole, mais non, rien. C’’est réellement plus perturbant, et cela me met encore plus mal à l’aise. D’autant plus qu’il aurait parfaitement le droit de me détester, et de ne pas vouloir me parler. Ne serait-ce que parce que j’ai encore une fois renversé mon café sur lui. Mais non, cela n’a pas l’air de réellement le déranger, alors que ça ne doit quand même pas être très agréable. Ou bien ce n’est rien comparé à la surprise de me revoir. J’aurais envie de fuir, mais je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure idée, pas une deuxième fois. Ce n’est pourtant pas l’envie qui me manque, et cela serait d’ailleurs sûrement la meilleure chose à faire. Pas d’explications à lui donner, plus de sentiment de gêne, et plus besoin de repenser à tout cela. J’ai pourtant bien conscience que ça ne serait pas si facile. Et peut-être qu’il serait préférable de lui présenter mes excuses aujourd’hui, avec pas mal de retard, que de m’inquiéter de le rencontrer une fois nouvelle fois par hasard dans le futur. Non, le plus simple aurait été de ne pas tomber sur lui du tout, mais bien évidemment il est trop pour cela désormais. L’écouter penser que j’aurais pu être morte, me donne réellement envie de le planter là et de partir. C’est vraiment horrible comme situation, et j’ai bien conscience de m’être vraiment mal comportée avec lui. Pour ma défense, sur le moment cela m’avait paru le plus simple. Ne plus donner de nouvelles, l’éviter, disparaître, était toujours plus facile que le reste. Mais au final, c’était tout simplement stupide, et vraiment méchant. Encore plus alors que mon café se trouve désormais sur lui. Je ne sais pas trop comment me comporter, alors à la place pour tenter de gagner du temps je préfère lui poser une question basique. Je ne m’en moque pas complètement non plus, mais je préférais être ailleurs c’est évident. « Je vais très bien. Merci de t’en soucier. Et toi ? » Son ton calme ne me semble pas normal. Mais je peux difficilement lui reprocher de ne pas me crier dessus. Pourtant je me sentirais mieux sans aucun doute si c’était le cas. Cela me semblerait plus normal, plus logique, que de rester aussi calme. Ou bien finalement tout cela n’a eu aucune importance, et je suis tout simplement en train de m’inquiéter pour rien. Mais dans le fond est-ce que ça ne serait pas pire. Je ne sais pas du tout quoi penser de tout cela, et je suis incapable de savoir ce que pense Firmin. « Hum… Ça va. » Comme réponse explicite on a fait beaucoup mieux. Mais je ne vais pas m’amuser à lui parler de ma vie, cela serait vraiment bien trop étrange. « Je t’offre un café ? Pour remplacer celui qui inonde ma veste ! » Non, vraiment, c’est beaucoup trop étrange. C’est moi qui viens de reverser ma boisson sur lui, et c’est lui qui propose de m’en offrir un autre. C’est moi qui ai disparu du jour au lendemain, et il ne semble pas vraiment s’en formaliser. Il serait sans aucun doute plus sage de refuser, mais je m’en veux suffisamment pour savoir qu’il faudrait que je lui présente des excuses. Peut-être qu’il faudrait que je lui donne des explications. Et puis en plus de tout cela, j’aurais vraiment aimé boire ce café avant de rentrer chez moi. « Ça serait plutôt à moi de t’en offrir un, après ce désastre. » Inutile de préciser de quel désastre je parle. Lui payer un café pour m’excuser de mon comportement serait parfaitement ridicule. Seulement la dernière fois c’est déjà ainsi que les choses se sont déroulées, alors peut-être qu’aujourd’hui il serait bon de changer. « Mais je ne dis pas non pour remplacer celui-là. » Peu importe qui l’offre à qui au final, cela ne change pas grand-chose. « Alors, qu’est-ce que tu deviens ? » Décidément je suis très douée pour éviter de parler du sujet qui fâche. Cela dit, ce n’est pas non plus le meilleur endroit pour le faire.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 22/08/2017
» Messages : 1621
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : jamie dornan
» Âge : Trente trois ans
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & Willow (e. watson) & Eulalie (b. lively)
() message posté Mar 12 Déc - 15:36 par Firmin G. Van Avermaet
Maybe mistakes are what make our fate


< L’amour et moi, ça fait deux. Je commence à croire que j’ai vraiment la poisse en ce qui concerne les relations amoureuses. Et quand je pose les yeux sur la belle Jamie, cette sensation que je vais passer le reste de ma vie seule me saute aux yeux. Je ne peux pas dire que j’étais amoureux d’elle quand nous avons flirté tous les deux mais le fait qu’elle ait disparu du jour au lendemain a été quelque chose de difficile à accepter. Je pense que mon égo en a vraiment pris un coup. Toutes les histoires qui commencent avec les filles se terminent d’une façon pas très flatteuse pour le mec que je suis. Peut-être que je dois vraiment me faire une raison que je finirai seul. Certes, je ne vais pas comparer ma vie à un prête et faire le vœu de chasteté mais je pense que les femmes et la vie de famille ne sont pas des choses compatibles avec mon destin. Il serait temps que je me fasse une raison. En attendant je peux toujours profiter de la vie et de l’instant présent qu’elle m’offre. Et pour le moment, je compte bien essayer de comprendre la raison pour laquelle Jamie a fui sans même me donner la moindre explication. Je ne suis pas le genre de mec à se prendre la tête et à chercher les complications dans les relations avec les femmes mais j’aime connaître les choses que l’on peut me reprocher. Ça me permet de me remettre en question et Jamie est plutôt avare en information. « Hum… Ça va. » J’avais déjà eu affaire à des réponses bien plus complètes. Mais j’allais faire avec. Depuis la dernière fois que j’avais vu ce charmant visage, je m’étais fait à l’idée qu’elle ne serait pas très bavarde. Après tout, elle et moi n’étions pas des compagnons de la discussion non plus. Nos rapports étaient plutôt différents. J’allais donc me satisfaire de cette réponse qui ne m’apprenait rien de très intéressant. Comme je ne voulais pas qu’elle prenne la fuite aussi vite que la dernière fois, je lui proposai de lui offrir un café. Elle pouvait me fuir si elle en avait envie mais je n’avais rien à perdre de lui proposer de rester en peu en ma compagnie. Elle me devait me trouver étrange mais je n’arrive pas à être rancunier avec les gens. Il y a toujours mieux à faire que de tenir de vieilles rancœurs. « Ça serait plutôt à moi de t’en offrir un, après ce désastre. » J’acquiesce de la tête. Elle a raison après-tout mais j’avais l’impression que jamais elle ne m’aurait proposé de rester à boire un café. Parce que lorsqu’on boit un café avec quelqu’un, on discute. Ca allait un peu changer de parler. « Mais je ne dis pas non pour remplacer celui-là. » Je suis beaucoup trop gentleman que pour laisser une femme m’offrir quoi que ce soit. Je passai rapidement commande aux serveurs. Il fallait attendre quelques minutes pour que les boissons soient prêtes. « Alors, qu’est-ce que tu deviens ? » La question un peu habituelle que les gens se posent lorsqu’ils se croisent pour la première fois depuis longtemps. « Je suis toujours le même que la dernière fois. » A vrai dire j’ai beaucoup de mal avec le changement. « Je cherche un nouveau sens professionnel à donner à ma vie. » Je pris les boissons qui venaient d’être servies et tendit la sienne à Jamie. « Et toi dis-moi ? Tu fuis encore les choses sans donner de raison ? » Je suis toujours aussi cash quand je demande les choses mais pourquoi tourner autour du pot alors qu'au moins là j'aurais sans doute des explications.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
These violent delights, have violent ends.
avatar
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 11731
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Rebecca & Gabrielle.
() message posté Mer 13 Déc - 15:12 par Jamie E. Jones-Collins
I don’t think much about guys from the past. I’m glad I knew them, but there’s a reason they didn’t make it into my future. ✻✻✻ Pourquoi faire simple, quand il est possible de faire compliquer ? Apparemment il semblerait que je sois plutôt douée pour cela. Malgré mon envie de partir, et de laisser Firmin ici, il semblerait que je sois incapable de le faire. Ce n’est pourtant pas comme si nous avions étaient amis et qu’il nous faudrait rattraper le temps perdu. Ou que nous avions des tas de choses à nous dire. Mais je dois quand même reconnaître que je suis un peu curieuse d’en savoir plus sur lui, ce qu’il devient. Seulement je n’ai pourtant pas envie de devoir lui donner des explications, ou que l’on reparle de tout cela. Ce qui me semble impossible, et pourtant je reste là. Ce n’est pas pourtant pas pour mon café qui est tombé par terre, et que j’avais réellement très envie de boire. Non, c’est parce qu’il est étrange de le retrouver après tout ce temps. C’est encore plus perturbant parce que je le trouve trop sympathique. Je préférais qu’il me déteste, ou qu’il ne veuille pas m’adresser la parole, cela me rendrait beaucoup moins coupable que je ne le suis déjà. Jusqu’ici cela ne m’avait pas réellement dérangé, c’était il y a longtemps, pas de quoi repenser à toute cette histoire. Seulement, une fois en face de lui, je ne peux m’empêcher de m’en vouloir d’avoir agi comme je l’ai fait. Je sais que je devrais sans doute m’excuser, ou au moins m’expliquer, mais pour le moment je n’en ai pas envie. Alors à la place, j’essaie plutôt d’orienter la discutions sur autre chose, comme lui par exemple, alors que nous attendons notre commande. Je ne comprends toujours pas pourquoi j’ai accepté qu’il remplace mon café. « Je suis toujours le même que la dernière fois. Je cherche un nouveau sens professionnel à donner à ma vie. » Quelques vagues souvenirs me reviennent en mémoire, mais pas suffisant pour tenir une longue conversation là-dessus. En réalité, je ne sais pas grand-chose de Firmin, ce qui à l’époque n’était pas vraiment un problème. Aujourd’hui, j’aurais préféré, il aurait sans doute était plus facile de parler ainsi. Je prends la boisson qu’il me tend, tout en cherchant un moyen de fuir, ou quelque-chose à répondre. « Tu as des idées ? De ce que tu voudrais faire. » Assez pathétique comme réponse, mais je ne sais pas vraiment ce que je pourrais lui dire d’autre. Ce n’est pas comme si nous allions devenir amis, ou être emmené à nous revoir dans le futur. « Et toi dis-moi ? Tu fuis encore les choses sans donner de raison ? » Je manque de faire tomber mon café pour la deuxième fois de la journée. Raté pour ne pas aborder le sujet. Après tout, c’est légitime qu’il puisse vouloir en savoir plus, ou que je lui explique. Mais je ne vois pas bien ce que cela pourrait lui apporter. Dans ma logique, il était évident que si j’ai agi ainsi c’est que c’était le plus facile. Le plus simple, et le moins pénible, du moins pour moi. Je n’ai pas voulu trop m’attarder sur ce que cela avait pu lui faire à lui, ni comment il a vécu les choses. Ce qui au fond fait peut-être moi une garce. Je ne me suis jamais posée la question, refusant de passer plus de temps que nécessaire à penser à tout ça. Mais je dois bien constater que oui, j’agis toujours de la même façon, préférant penser à moi plutôt qu’aux autres, sauf quelques rares exceptions. « Je... » Pas évident de revenir sur toute cette histoire maintenant. Encore moins ici, après qu’il vient de m’offrir un café. Je bois une gorgée pour m’éviter d’avoir à parler, bien consciente que cela ne pourra pas durer longtemps. Je pourrais de nouveau partir, mais cela serait quand même ridicule. D’autant plus que je n’ai pas la garantit que nous ne serons pas emmené à nous recroiser. « D’accord, j’aurais pas dû faire ça. » Ce n’est pas une grande nouvelle, mais un constat dont nous avons parfaitement conscience tous les deux. J’avance de quelques pas, histoire d’éviter que tout le monde puisse entendre ce qui ne les regarde pas. « J’ai pas pensé à toi. » C’est ma façon à moi de me protéger, partir avant qu’on ne le fasse. C’est moins douloureux ainsi. Étrangement, je me sens un peu moins mal à l’aise que je ne l’aurais cru, même si j’évite de le regarder dans les yeux. « C’était franchement nul, et je suis désolée. » Affaire classée, inutile de revenir dessus.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 22/08/2017
» Messages : 1621
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : jamie dornan
» Âge : Trente trois ans
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & Willow (e. watson) & Eulalie (b. lively)
() message posté Jeu 14 Déc - 13:47 par Firmin G. Van Avermaet
Maybe mistakes are what make our fate


< Si j’avais su qu’en me levant ce matin que lors de ma promenade, je tomberais sur un fantôme de mon passé, je ne l’aurais pas cru. Surtout si on m’avait dit que ce fantôme serait Jamie. Je ne suis pas le genre d’homme à en vouloir aux gens. Je ne suis rancunier que lorsqu’un mal impardonnable est fait. Et même si j’avais été déçu du comportement de Jamie je ne pouvais pas non plus lui en vouloir. Ce sont des choses qui arrivent et c’est pour cette raison que je n’étais pas en train de l’engueuler et d’être vraiment désagréable avec elle. Je savais qu’un grand nombre de personne, dans mon cas, aurait injurié la personne dans le rôle de Jamie mais je n’en vois pas l’utilité. Même en étant quelqu’un de méchant, je doute que le passé se change et que les choses deviennent différentes. Surtout qu’on a tous les deux tourné la page. Je ne peux pas parlé à sa place mais j’imagine que c’est le cas. Ce qui m’étonne aussi, c’est qu’elle ne fuit pas. Serait-elle prête à enterrer la « hache de guerre » et à enfin me donner des explications. J’ai appris à vivre sans connaître les raisons de sa fuite mais je ne veux pas rester en froid avec cette charmante demoiselle. Pour y arriver, j’ai besoin de connaître les détails et surtout comprendre ce que j’avais pu faire pour ne pas être assez bien pour elle. La discussion me semble vraiment très étrange, surtout quand nous arrivons à échanger des banalités. Jamais je n’aurais pensé que mes retrouvailles avec Jamie se passeraient de cette façon : parler bêtement de la vie. « Tu as des idées ? De ce que tu voudrais faire. » Des idées ce n’est pas ce qu’il me manque. Mais les réaliser ce n’est pas aussi facile que j’aurais pu le penser. J’ai passé toute ma vie dans une ferme, à cultiver et élever des animaux. Par conséquent je n’ai jamais pensé à une autre activité professionnelle que je pourrais exercer. Je n’en avais pas besoin avant maintenant. J’en ai marre d’enchaîner les petits boulots qui ne me permettent pas d’être stable dans la vie. « Je pense essayer de devenir professeur. Ça ne doit pas être difficile d’enseigner aux jeunes. » C’était bien la dernière chose à laquelle j’avais imaginé devenir un jour. Mais étant dans un pays où la langue est différente de la mienne, je n’aurai aucune difficulté à l’apprendre aux gens. Et je n’aurais pas besoin de passer des heures derrière un banc à apprendre un nouveau métier où j’ignore même les bases. Enseigner ne doit pas être si compliquer. Mais je pense que je ne visualise pas très bien les responsabilités qui m’attendent. Mais les défis ne me font pas peur et je pense pouvoir y arriver. C’est alors que je ne pus m’empêcher d’aborder le sujet qui fâche. La conversation s’y prêtait bien et Jamie n’allait pas échapper aussi facilement à cette discussion. J’avais remarqué que c’était difficile pour elle d’en parler. Et je n’aimais pas l’idée de la mettre mal à l’aise. J’étais à deux doigts de lui dire de laisser tomber et qu’on pouvait ne plus aborder le sujet mais je me suis ravisé au dernier moment. « D’accord, j’aurais pas dû faire ça. » Ca je le savais déjà. C’e n’était pas très respectueux pour moi. Mais j’avais fini par m’y faire. « J’ai pas pensé à toi. » Mais dans ce genre de situation, il est normal de ne pas penser aux autres. Je ne peux lui en vouloir sur ce point. « C’était franchement nul, et je suis désolée. » Alléluia. Enfin des excuses.  Même si je les attendais, ça ne changeait pas grand-chose parce que je ne lui en voulais pas vraiment. « J’accepte tes excuses. » Répondis-je un sourire aux lèvres. Je voulais détendre l’atmosphère et qu’elle se sente un peu mieux en ma compagnie. « Fallait juste me dire que je n’étais pas assez bien pour toi. » Je rigolais. Sans doute qu’elle n’avait aucune envie de se poser et ça c’était logiquement compréhensible. « Maintenant que le mal est passé, doit-on toujours s’éviter ? »
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
These violent delights, have violent ends.
avatar
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 11731
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Rebecca & Gabrielle.
() message posté Mer 3 Jan - 16:20 par Jamie E. Jones-Collins
I don’t think much about guys from the past. I’m glad I knew them, but there’s a reason they didn’t make it into my future. ✻✻✻ Je n’aurais jamais pensé être dans un café, à discuter avec Firmin, comme c’est le cas en ce moment. Ça parait vraiment irréaliste, d’autant plus quand on sait comment les choses se sont terminées entre nous. Et pourtant, c’est bel et bien en train de se passer.« Je pense essayer de devenir professeur. Ça ne doit pas être difficile d’enseigner aux jeunes. » Je n’en ai pas la moindre idée, mais à mon avis ça doit être un peu plus compliqué qu’il ne le pense. Enfin je suppose que cela dépend de l’âge, et de ce que l’on enseigne. Je sais qu’il m’arrive parfois de dépanner pour donner quelques cours de danses, et selon l’âge, cela n’a rien à voir. Les enfants sont plus indisciplinés, mais beaucoup plus adorables que les autres. Enfin je n’ai pas envie d’entrer dans les détails, ni même de le contredire, alors que je ne sais pas réellement. Cela ne servirait strictement à rien. Non, je ne peux que lui souhaiter que tout ce passe comme il le souhaite, ce qui est sans doute le plus important. Mais ça non plus je ne le fais pas. Cela me permettrait déplacé, après tout ce qui s’est passé. Difficile d’agir normalement, tout en étant mal à l’aise pour ce que j’ai fait des années plutôt. « C’est une bonne idée. » Un peu pathétique, mais je fais vraiment de mon mieux. C’est déjà suffisamment difficile de ne pas trouver un prétexte pour m’enfuir, je ne peux pas en plus lui faire la conversation comme si de rien n’était. En réalité, cela serait beaucoup mieux que de revenir sur le reste, mais je sais qu’il est impossible de ne pas l’évoquer. C’est peut-être le moment de m’excuser, et de passer à autre chose. D’autant plus qu’il ne semble pas m’en vouloir, ou alors il est très bon pour cacher sa colère. Je suis sans aucun doute la plus gênée de nous deux, ce qui est logique après tout, étant celle qui a des choses à se reprocher. Pour gagner un peu de temps, je bois une gorgée, avant de finalement me lancer. Si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferais jamais. Après tout, je lui dois bien cela.
Seulement, ce n’est pas parce que je suis mise excusée que je me sens tout de suite soulagée, ou beaucoup mieux. Non, les choses restent étranges. Peut-être parce que cela remonte à longtemps. « J’accepte tes excuses. » Voilà au moins une bonne chose de faite. Je ne sais pas comment il fait pour rester aussi calme, aussi sympathique, alors qu’il aurait toutes les raisons de m’en vouloir, d’être en colère, ou de me crier dessus. C’est sans aucun doute cela qui me dérange le plus. J’ai l’impression que ce n’est pas naturel qu’il se comporte ainsi avec moi, après ce que j’ai fait.
Visiblement, mes excuses n’ont rien changé à mon état de culpabilité. « Fallait juste me dire que je n’étais pas assez bien pour toi. » Si seulement c’était cela. Non, tout cela n’a rien avoir avec lui. C’est sans aucun doute cliché de dire cela, mais c’est pourtant la vérité. Le problèmes est toujours le même, moi. Que ce soit avec Firmin, ou avec quelqu’un d’autre, j’agis toujours de la même façon. Tout arrêter avant qu’on ne le fasse à ma place. C’est beaucoup plus facile ainsi, même si cela n’empêche pas que parfois ce soit douloureux. Mais je préfère souffrir à cause de moi, plutôt que l’on me l’impose. Ça a toujours été ainsi, et c’est toujours d’actualité, ce qui me pose bien des problèmes parfois. Seulement, c’est mon moyen de me protéger, le seul qui est efficace. « Ça n’avait rien à voir avec toi… » Même si je n’entrerais pas dans les détails, j’ai l’impression que je lui dois au moins la vérité sur ce point-là. Tout cela n’avait rien à voir avec lui. Il est sans aucun doute trop tard, et inutile de lui expliquer réellement les choses, autant en rester là sur le sujet. Et puis ce n’est pas vraiment le genre de conversation à avoir avec lui. « Maintenant que le mal est passé, doit-on toujours s’éviter ? » Je suppose que non. Même si pour l’instant, je ne suis toujours pas vraiment à l’aise, ou détendue. Je n’aurais pas pensé qu’aller chercher un café serait si éprouvant. Je n’aurais pas pensé, repenser à tout cela, et me rendre compte, que je suis vraiment stupide parfois. « Sans doute que non. » Je doute que nous devenions amis pour autant. Mais peut-être que l’on peut au moins boire ce café ensemble. « On peut peut-être commencer pas s’asseoir ? » Ce n’est pas grand-chose, mais je fais vraiment des efforts.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar
Administrateur

» Date d'inscription : 22/08/2017
» Messages : 1621
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : jamie dornan
» Âge : Trente trois ans
» Schizophrénie : autumn (l. james) & tessa (a. kane) & Willow (e. watson) & Eulalie (b. lively)
() message posté Jeu 11 Jan - 14:58 par Firmin G. Van Avermaet
Maybe mistakes are what make our fate
ft. Jamie


< « C’est une bonne idée. » J’ignore si mon choix est une bonne idée mais au vu de mes qualifications très peu nombreuse je n’ai pas beaucoup de possibilités pour mon avenir professionnel. Puis je suis le genre d’homme à souvent prendre les choses à la légère. Dans ce cas précis, ça se traduit par le fait que je me dis que ça ne doit pas être très difficile. Ma façon de voir les choses est bien plus facile que de me mettre une pression trop forte qu’après une seule journée de travail, je prends la fuite. Je ne préfère pas trop me prendre la tête avant même que ma nouvelle activité ne commence. Si ça tombe, je n’arriverai jamais à trouver une place mais je sais que c’est un domaine d’emploi qui est fort demandé. Je reste donc très positif. Et Jamie ne semble pas me contredire même si elle reste vraiment brève dans ses propos. Peut-être même qu’elle n’ose pas me dire la vérité sur ce qu’elle pense et qu’elle me mente. Après tout, on ne se connait pas très bien tous les deux et elle ne peut donc pas vraiment juger de mes capacités, enfin pas de celles-là.

Je ne m’attendais pas vraiment à des excuses de la part de Jamie. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais cette impression qu’elle était le genre de personne qui avait du mal à prononcer ces mots précis tels que : je suis désolée. C’est pourquoi je fus un peu surpris quand elle les prononça. Je n’avais plus envie de me prendre la tête avec notre passé à tous les deux. Je ne suis pas du tout rancunier et c’est pourquoi je décidai d’accepter ses excuses le plus simplement possible. Je savais que ça ne servirait à rien de faire une scène et de lui reprocher ses actes passés. Ça ne mènerait à rien juste à des cris et à une nouvelle fuite de sa part. Ce que je veux éviter. La raison est simple, je n’aime pas vraiment être en froid avec les gens et si je veux que ça « s’arrange » avec Jamie, le plus simple restait de discuter un peu avec elle. « Ça n’avait rien à voir avec toi… » Pourquoi faut il toujours que les gens répondent avec ces mots ? Ca n’a vraiment aucun sens parce que dans une relation même aussi « banale » qu’elle put être avec Jamie, il faut toujours être deux. Et donc les deux personnes ont chacune leur part de responsabilité quand les choses se passent en bien ou en mal. « L’excuse classique ! » Je ne sais pas quoi lui dire d’autre. Je sens bien qu’elle ne sera pas très bavarde sur le sujet et que j’allais perdre mon temps à lui poser des questions. « Sans doute que non. » C’est un miracle, nous sommes d’accord sur un point. Je sais bien que jamais nous deviendrons les meilleurs amis du monde mais au moins nous pourrons nous saluer sans froideur si le hasard veut que nous nous rencontrions à nouveau. « On peut peut-être commencer pas s’asseoir ? » Je souris bêtement. Au moins elle ne veut pas absolument fuir. « C’est un bon début. » Des tables libres ce n’est pas vraiment ce qu’il manque. Manquant de galanterie sur le coup, je passe devant elle pour aller m’asseoir. Moi qui parle tout le temps habituellement, j’ai un peu difficile à trouver un sujet de conversation. « Et toi dis, tout va bien dans ma vie ? » J’ai envie de rire, tellement je me trouve ridicule. Il y a mieux comme moyen de parler avec les gens. « Je suis désolé, moi qui parle de trop habituellement, j’ai du mal à lancer mieux la conversation. » Je fis une légère grimace avant d’ajouter. « Tu me pertubes ! »
☾ ANESIDORA

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» 18 octobre , commémoration de la mort d'Anténor Firmin
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-